Les visages : Jesse Kellerman [LC avec Bianca]

Titre : Les visages

Auteur : Jesse Kellerman
Édition : Sonatine (15/10/2009)

Résumé :
La plus grande œuvre d’art jamais créée dort dans les cartons d’un appartement miteux. Ethan Muller, un galeriste new-yorkais, décide aussitôt d’exposer ces étranges tableaux, qui mêlent à un décor torturé, d’innocents visages d’enfants.

Le succès est immédiat, le monde crie au génie. Mais un policier à la retraite croit reconnaître certains visages : ceux d’enfants victimes de meurtres irrésolus…

Critique :
Si nous écoutons le 4ème de couverture, nous devrions être face au thriller de l’année !

Donc, qui dit thriller, dit sueurs froides, ou du moins, une tension à son comble, un suspense à couper au couteau et des mains moites serrant le roman.

Hem, les 4ème ne sont pas toujours vrais et racontent souvent des « Cracke » (jeu de mots pour les lecteurs du roman).

Attention, je ne dis pas que ce « thriller » est mauvais, loin de là… Il est plaisant, mais on est tout de même loin d’une lecture avec une tension oscillant au-dessus de 18 et pourvue d’un suspense insoutenable.

Pourtant, il y a tout de même un truc dans ce roman, qui a plus du policier pépère que du thriller survolté (ou de l’année) : j’ai lu les 100 premières pages d’une traite, parce que je voulais savoir où tout cela allait m’emmener, puis j’ai fait les 100 suivantes le lendemain et le surlendemain, j’ai avalé les 274 pages restantes.

Alors quoi ? Il y a un charme dissimulé dans ces pages qui fait que l’on a envie de les dévorer d’un coup ? Ou alors, on est tellement à la recherche de ce qui a fait de lui le thriller de l’année qu’on le dévore afin de trouver cette pépite cachée, telle une fève dans un gâteau…

Sans doute ai-je ressenti une sorte d’alchimie avec le narrateur, Ethan Muller, le galeriste qui a mis au jour cette étrange collection de dessins.

Ethan ne se mouche pas du coude, car ce jeune trentenaire est le dernier rejeton d’une famille de New-Yorkais pétés de thunes. Il déteste son père, à raison ou à tort, et, ma foi, il aurait besoin d’une thérapie chez un psy pour vider l’abcès de ce pus purulent.

Son enquête est intéressante car, partant de rien il remonte petit à petit la piste du dessinateur, mais rien de transcendant, une enquête tranquille, entrecoupée de petits flashback pour nous éclairer sur la famille Muller, parfaite incarnation du rêve américain, mais pas de suspense non plus car à un moment donné, j’ai eu le tilt qui a déclenché dans ma tête.

Alors ? Et bien, malgré le fait que ce n’est pas le thriller de l’année (pour moi), ni du mois, la lecture a été agréable et j’ai tracé dans les 274 dernières pages.

Intrigant, quand on y pense bien, pour un thriller qui n’a rien du nom.

Malgré tout, ce roman sera vite oublié dans ma mémoire et je n’en garderai pas un souvenir ému. Si j’arrive déjà à garder un souvenir de lui…

À lire éventuellement si votre médecin vous a diagnostiqué cardiaque et qu’il vous a prescrit des lectures calmes.

Je m’estime heureuse, car Bianca, ma binôme de LC, n’a pas aimé du tout et m’a confié que sans notre LC, elle aurait abandonné le roman. Vous ne me croyez pas ? Allez lire sa chronique, alors !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), le challenge US (2017-2018) chez NoctembuleetLe Challenge « Les Irréguliers de Baker Street » repris par Belette [The Cannibal Lecteur] et sur le forum de Livraddict (N°30 – L’Entrepreneur de Norwood – un livre se passant dans une grande ville, avec beaucoup d’immeubles ).