L’autre ville : Michal Ajvaz

Titre : L’autre ville

Auteur : Michal Ajvaz
Édition : Mirobole – Horizons Pourpres (02/04/2015)
Édition Originale : Druhé mesto (2005)
Traduction : Benoît Meunier

Résumé :
Dans une librairie de Prague, un homme trouve un livre écrit dans un alphabet inconnu et l’emporte chez lui ; bientôt l’ouvrage lui ouvre les portes d’un univers magique et dangereux.

À mesure qu’il s’enfonce dans les méandres de cette autre ville, il découvre des cérémonies baroques, des coutumes étranges et des créatures fascinantes ; derrière la paisible Prague des touristes, des cafés se muent en jungles, des passages secrets s’ouvrent sous les pieds et des vagues viennent s’échouer sur les draps…

Critique :
Il est des romans dans lesquels on entre directement et d’autres qui sont plus rétifs, qui se dérobent, qui se rebellent et avec lesquels on a le plus grand mal à avancer, comme si on entrait dans un buisson de ronces.

Mon buisson de ronces est arrivé et j’ai eu grand mal à avancer tant les phrases étaient longues, tant l’écriture me semblait pénible, tant le roman me semblait hors de ma portée.

Cet O.L.N.I surfe sur le fantastique, le fantasmagorique, l’onirique (oui, je fais tout en « ique) et il m’a fait la nique durant une grande partie de ma lecture. Il y a du merveilleux aussi et c’est totalement surréaliste.

Imaginez un homme qui a trouvé dans une librairie un livre à la couverture violette qui est écrit dans une langue inconnue. Ce livre ouvre les portes d’une autre ville, un truc de ouf, qui dans notre monde n’a aucun sens.

N’ayant aucun GPS, je me suis perdue, j’ai étouffé, je me suis noyée et je suis sortie de ce roman en me demandant ce que j’avais vécu comme expérience, mon imagination ayant été souvent dans l’impossibilité de me donner des images de ce que je lisais.

En plus, la fin m’a semblé plate comparée à ce que j’avais tenté de défricher durant toute ma lecture, tout ce fantasmagorique, tous les animaux croisés, ce monde de dingue constitué. D’ailleurs, la fin, je l’ai comprise, c’est vous dire son niveau facile !

Je ne coterai pas cette lecture, elle n’était pas pour moi à ce moment-là de ma vie, ou alors, nous n’étions pas fait pour nous rencontrer…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°186], Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°12] et le Mois du Polar – Février 2021 – chez Sharon [Fiche N°41].

 

Badlands – Tome 1 – L’enfant-Hibou : Eric Corbeyran et Piotr Kowalski

Titre : Badlands – Tome 1 – L’enfant-Hibou

Scénariste : Eric Corbeyran
Dessinateur : Piotr Kowalski

Édition : Soleil (2014)

Résumé :
À la fin du XIXème siècle, Perla Ruiz-Tenguillo sillonne le sud de l’Amérique du Nord à la tête d’un petit groupe d’aventuriers. Son objectif : marcher sur les pas de son ancêtre, l’alchimiste Hernan Ruiz-Tenguillo.

Car le monde invisible vénéré par les Indiens et décrit par son aïeul deux siècles plus tôt n’a pas disparu ! Il a été dissimulé aux yeux des blancs pour éviter que ceux-ci ne s’emparent des pouvoirs qui lui sont associés.

Perla espère bien redécouvrir cet univers situé derrière l’ultime frontière, celle de la réalité…

Critique :
Un western avec une touche de fantastique, ça passe ou ça casse, comme je suis bon public et que j’étais prévenue à l’avance, je ne demandais qu’à voir.

Les dessins étaient très agréables, les couleurs chaudes, les visages bien faits, les décors grandeur nature.

Une femme badass, un Indien et un Noir, un trio pour le moins équilibré puisque toutes les minorités sans droits sont représentées…

On ajoute la touche d’ésotérisme avec un cube que Perla Ruiz-Tenguillo, notre cow-girl badass de service n’arrive pas à ouvrir, même avec l’aide d’un associé/employé qui a tout tenté.

La question que je me pose c’est pourquoi avoir fait Perla en version Tom Raider qui tire avant de discuter et qui menace tout le monde de son gun ?? Pourquoi avoir fait les trois personnages aussi stéréotypés ? Ils sont sympathiques, les deux hommes, mais sans profondeur, sans âme.

La touche fantastique avait été bien amenée avec une légende, celle de l’enfant-hibou, le cube mystérieux, la relation avec le passé au temps des Conquistadors, bref, hormis l’impression que notre héroïne qui fume des cigares en faisait trop en dégainant à tout bout de champ, tout allait bien.

Et puis ce fut l’embardée ! Quand on fait surgir un monstre des profondeurs qui a des airs de Cthulhu (les ailes de chauve-souris en moins), qu’on lui donne des dialogues à sa hauteur, qu’on relève le débat au lieu de l’abaisser à celui qui aura le dernier mot.

De plus, si c’est un esprit, est-ce qu’on peut le découper en morceau façon poulpe à la provençale ?

C’est bien joli tout ça, mais une fois de plus, on précipite le final et on expédie la créature dans une boite Tupperware© en moins de temps qu’il ne m’en faut à Zorro pour couper les bretelles du sergent Garcia et lui faire un grand Z sur le caleçon, le tout sur des dialogues manquant d’épices puisque pas très relevés.

Étalée sur deux albums, cette histoire fantastique aurait pu prendre le temps de développer et cela aurait évité d’avoir une fin précipitée avec un affrontement qui semble si facile à notre héroïne.

Je veux bien qu’il ne faut pas faire durer le suspense juste pour faire des cases, mais tout de même, trop rapide, ce n’est pas crédible.

On verra ce que nous réserve le tome 2. Soit le poulpe esprit revient et lui fout une fessée, soit on partira sur un tout autre sujet. Vous saurez tout à la prochaine autopsie. Si autopsie il y a parce que là, je ne suis pas franchement emballée…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°46] et le Mois Américain – Septembre 2020 chez Titine et sur Fesse Bouc.

Stranger Things – Saison 01 – La série qui ♫ Strangers things the night ♪

Synopsis :
Le 6 novembre 1983 dans la petite ville d’Hawkins dans l’Indiana, le jeune Will Byers rentre chez lui après une partie de « Donjons & Dragons » lorsqu’il disparaît dans des conditions mystérieuses.

En enquêtant sur sa disparition, ses amis Dustin, Lucas et Mike rencontrent Eleven (Onze), une jeune fille en fuite aux capacités télékinésiques qui pourrait bien les aider à retrouver Will et percer les mystères de la ville d’Hawkins.

En parallèle, des événements étranges prennent place dans la maison des Byers, tandis que le chef de la police, Jim Hopper, commence à avoir des soupçons sur l’implication du laboratoire national d’Hawkins dans la disparition du jeune garçon.

Pour obtenir les réponses à leurs questions, la famille du jeune Will, ses amis et la police locale devront faire face à des forces terrifiantes et mystérieuses afin de le retrouver.

  • Épisode 1 : La Disparition de Will Byers
  • Épisode 2 : La Barjot de Maple Street
  • Épisode 3 : Petit papa Noël
  • Épisode 4 : Le Corps
  • Épisode 5 : La Puce et l’acrobate
  • Épisode 6 : Le Monstre
  • Épisode 7 : Le Bain
  • Épisode 8 : Le Monde à l’envers

  • Réalisateurs : Matt Duffer – Ross Duffer
  • Acteurs : Winona Ryder, David Harbour , Finn Wolfhard, Millie Brown, Gaten Matarazzo, Caleb McLaughlin, Natalia Dyer, Charlie Heaton, Noah Schnapp, Joe Kerry, Cara Buono, Matthew Modine, Shannon Purser
  • Genre : Fantastique, Drame, Thriller
  • Série : Stranger Things
  • Nationalité : Américain
  • Chaîne TV : Netflix
  • Date de sortie : 15 juillet 2016
  • Durée : 55min/épisode

Ce que j’en ai pensé :
Bon sang, j’ai adoré cette série, je l’ai regardé en flippant ma race et je n’en ai même pas parlé !

Alors que je suis pour le moment sur la saison 2, je me suis dit qu’il était temps de vous donner envie de la voir…

Vous aviez adoré le film « Les Gonnies » où une bande de gamins résolvait ce que des adultes avaient été incapables de faire ?

L’ambiance amitié forte dans le livre « ÇA » vous avait fait chaud au coeur et vous aimeriez la revivre à nouveau ?

Les années 80 sont vos années de références parce que pour vous, qui étiez jeunes à ce moment-là, c’étaient des années parfaites ? (même si nous savons qu’elles ne l’étaient pas).

Le côté fantastique ne vous fait pas peur et de temps en temps, ça ne vous dérange pas de frissonner devant une série si celle-ci est excellente ?

Alors, nom d’une pipe, foncez voir Stranger Things ! Mon p’tit n’veu de 7 ans l’a vue et ça ne l’a pas traumatisé… Moi j’ai angoissé quand même.

Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est le côté amitié qui lie les 4 garçons et qui fait que lorsque l’un d’entre eux disparaît mystérieusement, les 3 autres font tout ce qu’ils peuvent pour le retrouver, tentant d’alerter les adultes qui ne les écoutent pas… Fatalement, quand on parle d’une créature mystérieuse, ça fait sourire les adultes.

Nos 4 gamins sont un peu les loosers de l’école, ils aiment les sciences, ne sont pas les plus populaires, bref, il est facile de s’identifier à eux, même si on est une femme.

Jonathan, le frère de Will Byers, le gamin qui a disparu, n’est pas le mec le plus populaire du bahut non plus, pourtant, jamais il ne lâchera l’affaire, continuant dans relâche à chercher son petit frère.

L’ambiance est tendue, plus tendue que la corde d’un string prêt à lâcher et j’avoue avoir sursauté souvent durant le visionnage des 8 épisodes qui constituent la saison 1 car Will Byers ne sera pas le seul à disparaître.

Autant vous dire que j’aurais préféré regarder la série le matin, au grand jour, plutôt que le soit avant d’aller faire dodo… Le suspense est maîtrisé, les effets spéciaux aussi et l’angoisse monte, monte…

Le mystère s’épaissi aussi avec l’apparition d’une jeune fille prénommée Eleven (j’ai regardé la série en V.O STFR) qui semble sortir d’un laboratoire d’expérience scientifique (Stephen King n’est pas loin) car elle possède des pouvoirs de télékinésie.

Il m’est impossible de vous parler de tout ce qui est arrive dans cette série car chaque épisode est un petit bijou de suspense, de mystère, d’action, de fantastique, d’horreur, d’amitié, d’aventures, de peurs, de questionnement…

L’amitié entre les gamins manquera de voler en éclat plusieurs fois, le danger sera à chaque coin de rue, dans tous les murs et il ne sera pas que fantastique, mais aussi humain car ceux qui ont laissé échapper une telle créature veulent à tout prix la récupérer, ainsi que leur cobaye Eleven.

Une série fantastique où la disparition d’un gamin sera résolue par ses copains, un côté fantastique qui s’intègre bien dans le scénario, des personnages intéressants, bien campés, autant dans les enfants que dans les adultes et l’angoisse qui est présente dans tous les épisodes.

J’ai adoré et c’est pareil pour la saison 2 (qui m’angoisse un peu moins)…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°35].

 

Ekhö Monde miroir – Tome 7 – Swinging London : Christophe Arleston & Alessandro Barbucci

Titre : Ekhö Monde miroir – Tome 7 – Swinging London

Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Alessandro Barbucci

Édition : Soleil (22/11/2017)

Résumé :
Au Royaume-Uni, la situation est des plus critiques. Il y a pénurie de thé et les Preshauns peinent à contrôler leur pendant bestial.

Les incidents se multiplient et les humains voient des choses qu’ils ne devraient pas voir. Yuri et Fourmille sont mandatés pour tirer ça au clair.

Coiffé d’un chapeau melon et bottée de cuir, ils vont, à l’ombre de Big Ben, mener l’enquête au milieu des bobbies et des punks.

Critique :
Que pourrait-il y avoir de pire que du Lapsang Souchong introuvable en Europe ? Une pénurie TOTALE de thé en Angleterre…

Jetez un seau d’eau glacée à la figure de tous les amateurs de thé, cette situation horrible se passe sur Ekhö, le monde miroir du nôtre !

Ça n’en reste pas moins une catastrophe internationale pour les Preshauns qui, sans ce breuvage divin pour les calmer, pourraient en arriver à se laisser aller à leurs penchants bestiaux et monstrueux…

Mais que fait Scotland Yard, good lord the bloody bastard ? Ben Scotland Yard, il sèche sur le mystère du thé qui disparaît des entrepôts !

Fourmille Gratule pourra bien coiffer la deerstalker qui n’est pas de Sherlock Holmes afin de résoudre cette affaire ô combien explosive !

Aidé du fidèle Yuri qui aimerait mélanger ses fluides téluriques aux siens, les voici enquêtant dans un Londres qui n’a rien de celui que nous connaissons puisque dans le monde miroir, aucune machine électrique ne fonctionne.

Depuis que j’ai découvert Ekhö dans mon Lanfeust Mag© (en vente dans toutes les bonnes librairies), je ne me lasse pas des enquêtes de Fourmille et de Yuri dans ce monde décalé qu’est Ekhö, et les savoir à Londres a augmenté mon plaisir.

Pour ceux qui ne connaitrait pas le prolifique scénariste qu’est Arleston, il convient de vous mettre en garde : il a de l’humour, beaucoup d’humour, il s’amuse à mélanger les codes de notre monde avec ceux des autres et à jouer avec les lieux communs d’un pays ou d’une ville.

Ce qui veut dire qu’en plus de l’action liée à l’enquête, qu’en plus des personnages drôles et attachants que sont Fourmille et Yuri, vous risquez aussi d’avoir des grands sourires bêtes devant certains faits détournés de notre société ou devant certains dialogues.

Moi, c’est ma tasse de plaisir, lire les aventures de Foumille et en plus, la voir se faire habiter par l’esprit de Sherlock Holmes, c’est un petit plus sur lequel je ne cracherai pas.

L’inconvénient de ma lecture, c’est que j’ai découvert cet album en plusieurs épisodes, puisque prépublié dans le génialissime Lanfeust Mag, et donc, je serai bien obligée d’aller l’acheter lorsqu’il sortira en album afin de me remettre toute cette aventure désopilante en tête !

Je me demande bien où le prochain album de Ekhö va entrainer notre duo… Après New-York, Paris, Hollywood, Barcelone, Rome, le Sud Profond et Londres, que nous réserve ce scénariste prolifique qui, à lui seul, occupe une grande place dans ma biblio vu toutes ses séries ?

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et et le Challenge « A year in England – 2017-2018 » chez Titine (Plaisirs à Cultiver).

Ekhö Monde miroir – Tome 3 – Hollywood Boulevard : Christophe Arleston & Alessandro Barbucci

Ekhö - Tome 3 - Hollywood Boulevard

Titre : Ekhö – Tome 3 – Hollywood Boulevard

Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Alessandro Barbucci

Édition : Soleil (2014)

Résumé :
On peut faire du cinéma sans électricité ! C’est ce que découvrent Fourmille Gratule et Yuri, de passage à Hollywood pour signer dans leur agence l’immense star Norma-Jean. Mais cette dernière est retrouvée morte. Meurtre ? Suicide ?

Dans la peau de Norma-Jean, Fourmille ne peut faire autrement que résoudre l’énigme…

Une enquête sur Ekhö où des Preshauns sont les derniers nababs des studios, dans laquelle Arleston et Barbucci s’amusent à revisiter des classiques du cinéma de toutes les époques, avec bien sûr la vraie explication sur la mort de Marilyn, celle que personne ne vous a jamais donnée…

Ekhö tt-9782302042469_1_75Critique :
♫ California loveeee… ♪ California… knows how to party ♫ California… knows how to partyIn the city of L. A. ♫ In the city of good ol’ Watts ♪ In the city, the city of Compton ♫ We keep it rockin ♫ (2Pac)

Bienvenue à Hollywood, là où tout est permis, là où toutes les plus grandes actrices sont présentes, là où tous les grands films se tournent, sans électricité !!

Oui, ne l’oublions pas, bien que Ekhö soit un monde miroir, ici, les technologies ne passent pas !

Pour le moment, Fourmille et Yuri sont à Hollywood pour rencontrer l’actrice Norma Jean et si vous avez écouté la version originale de « Candle in the wind », vous savez que c’est le véritable nom de Marilyn Monroe !

Une fois de plus, le scénariste qu’est Arleston passe en revue et au détail les plus grands films du cinéma américain et si vous êtes attentifs, vous apercevrez Alien, E.T, Dark Vador, un T-Rex, Harry Potter et ses potes et j’en passe.

Comme toujours, une mort violente, non résolue et le fantôme du mort qui vient prendre possession de cette pauvre Fourmille (car il ne sait pas qu’il est mort, l’esprit du mort, un peu comme les cons qui ne savent pas qu’ils sont cons) qui ici va se retrouvée habitée par l’esprit de Norma Jean et faire frotti-frotta avec un Yuri qui ne pourra pas résister.

Tout en essayant de gérer sa partenaire instable qui ne sais pas contrôler les esprits qui l’habitent (mdr), notre pauvre Yuri va enquêter avec elle et Sigisbert, notre Preshaun préféré et grand buveur de thé dès qu’il est un peu nerveux, sinon… C’est la catastrophe.

Les références à notre monde sont nombreuses et le plaisir est de découvrir comment, sur ce monde miroir, ils réalisent des films sans la moindre once de fée électricité, tout en cherchant durant notre lecture des références à des films ou des acteurs connus.

De l’humour, du suspense, une enquête, la mort mystérieuse de Norma Jean expliquée, des complots, des hectolitres de thé et toujours le plaisir de voir nos deux amis se taper dessus, d’engueuler et menacer à tout moment de rompre l’équilibre thaumique, sauf quand ils… Vous voyez, quoi… Crac boum hue !

Les dessins sont toujours superbes, même si les femmes sont toutes plantureuses et que Norma Jean ressemble un peu trop à Fourmille, il me semble. Les couleurs sont lumineuses et on le reprend encore une fois pour en profiter un peu plus.

C’est drôle, décalé, rempli d’humour et de calembours (je fais des vers sans en avoir l’air) et les personnages sont attachants, sympathiques et puis j’aime quand Yuri se prend des baffes.

Juste un bémol c’est que dans ce tome, nous n’avons pas avancé sur les mystères entourant les Preshauns, mais on a résolu la mort mystérieuse de Norma Jean, quand au gouverneur, il a de furieux airs de JFK…

Une fois de plus un bon moment de détente dans le monde miroir qu’est Ekhö.

Étoile 3,5

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017) et « Le Mois Américain 2016 » chez Titine.

CHALLENGE AMÉRICAIN 2016 - Cow-Boys coucher soleil

All the leaves are brown and the sky is gray
Toutes les feuilles sont brunes et le ciel est gris
I’ve been for a walk on a winter’s day
Je suis allé marcher par un jour d’hiver
I’d be safe and warm if I was in L. A.
Je serais en sécurité et au chaud si j’étais à L. A.
California dreamin’ on such a winter’s day
Rêver de la Californie par un jour d’hiver comme celui-ci

Stopped into a church I passed along the way
Arrêté à l’église que j’ai longée sur mon chemin
Well I got down on my knees and I pretend to pray
Bon je me suis agenouillé et j’ai fait semblant de prier
You know the preacher like the cold
Tu sais que le prêtre aime le froid
He knows I’m gonna stay
Il sait que je vais rester
California dreamin’ on such a winter’s day
Rêver de la Californie par un jour d’hiver comme celui-ci

All the leaves are brown and the sky is gray
Toutes les feuilles sont brunes et le ciel est gris
I’ve been for a walk on a winter’s day
Je suis allé marcher par un jour d’hiver
If I didn’t tell her I could leave today
Si je ne lui avais pas dit que je pouvais partir aujourd’hui
California dreamin’ on such a winter’s day
Rêver de la Californie par un jour d’hiver comme celui-ci
California dreamin’ on such a winter’s day
Rêver de la Californie par un jour d’hiver comme celui-ci
California dreamin’ on such a winter’s day
Rêver de la Californie par un jour d’hiver comme celui-ci