Jungle : Miguel Bonnefoy

Titre : Jungle

Auteur : Miguel Bonnefoy
Édition : Paulsen (2016) / Rivages Poche (2017)

Résumé :
Prenez un jeune écrivain couvert de louanges, couronné de nombreux prix littéraires.

Plongez-le sans autre préparation au milieu de la jungle vénézuélienne. II devra parcourir la montagne (Auyantepuy), escalader des crêtes, s’enfoncer dans la mousse, traverser des torrents, ouvrir des sentiers à la machette…

Et s’élancer dans le Salto Angel, un rappel vertigineux de neuf cent cinquante mètres, dans le fracas de la plus haute cascade du monde.

Laissez frémir quatorze jours, et faites revenir.

Vous obtiendrez Jungle, un texte joliment ciselé par le vent, perlé par les marécages, le récit d’un jeune homme qui s’abandonne à la nature et confirme son talent pour la littérature.

Critique :
Je ne sais pas ce que j’ai ces derniers temps mais j’en suis à ma 3ème déception lecture ! L’une à la suite de l’autre…

Pourtant, ce roman parlant d’un trek de 15 jours dans la jungle vénézuélienne, au milieu d’une flore et d’une faune méconnue par nous, avec grimpette de la montagne Auyantepuy et la redescente en rappel par la gorge du Diable, la où se situe la cascade la plus haute du monde, le Kerepakupai Venà, avait tout pour me plaire.

Une fois de plus, je suis restée quasi de marbre devant les mots de l’écrivain, lisant sans lire, n’arrivant pas à me projeter dans cette jungle.

Sans doute que, comme l’auteur, j’ai compris que la littérature n’arriverait jamais à retranscrire avec les mots juste la beauté de la Nature. L’auteur ne me contredira pas, lui qui s’est renseigné dans les livres sur son périple et qui a avoué ensuite que toutes les pages de bibliothèque ne pouvaient rien devant l’architecture d’une fleur.

Avant le départ, je lus tout ce que je trouvais sur le sujet. Du vieux manuscrit jusqu’au traité de biodiversité, je m’enfermai dans des bibliothèques et des librairies, je rencontrai des archéologues et des géographes, des journalistes spécialisés dans les exploitations minières et des poètes de Ciudad Guayana. J’abattis le travail de plusieurs hommes pour dresser une monographie régionale de la Gran Sabana. Je dois confesser ici que, lorsque je posai le premier pied dans la jungle, je compris que mon effort avait été vain. Toutes les pages des bibliothèques ne peuvent rien devant l’architecture d’une fleur.

Et bien, j’ai dû souffrir du même syndrome aussi car mon petit coeur de lectrice n’a pas vibré dans cette nature luxuriante, dans ces chemins escarpés, ne s’est pas décroché lors de la descente en rapper de la cascade la plus haute du monde.

Là, il est plus que temps que j’aille voir un médecin, je dois souffrir d’un virus de lectrice blasée ou alors, le roman et moi n’étions pas fait pour nous rencontrer.

Le Mois Espagnol et Sud-Américain chez Sharon – Mai 2020 [Lecture – 08].

 

Crack, chien patagon : Georges Catelin

Titre : Crack, chien patagon

Auteur : Georges Catelin
Édition : G.P. Rouge et Or Souveraine (1959)

Résumé :
Des quatre chiots de Néna, la chienne de Pédro Gomez, un seul survécut. Frisé du museau jusqu’au bout des pattes, son petit ventre ballonné traînant par terre, il ressemblait à un jouet d’enfant.

Mais voilà, Crack n’était pas un chien ordinaire. Né dans un chenil de Patagonie, il appartenait à la race magnifique des chiens de berger, ces auxiliaires indispensables des ovejeros, bergers cavaliers qui, à la tête de troupeaux considérables, parcourent en toutes saisons l’immense pampa du Sud-Argentin.

Dès sa naissance, nous suivons Crack à travers les déboires et les succès de son dressage, puis tout au long des folles aventures qu’il court, en compagnie des gauchos, durant sa rude vie nomade, à travers des plaines sans fin au climat rigoureux.

Intelligent, courageux, docile, Crack se signale bien vite à l’attention de son maître, dont il partagera désormais tous les dangers.

À plusieurs reprises, même, il lui sauvera la vie, avec ce courage simple qui caractérise la famille canine et qui la rend si attachante, si digne de l’amitié de l’homme.

Critique :
Comme j’avais une envie folle d’enfourcher un cheval et de partir ailleurs, j’ai choisi ce petit livre tout abîmé que j’avais trouvé dans un rayon perdu d’une bouquinerie.

Direction l’Argentine et plus spécialement la Patagonie.

Non, pas celle de Florent Pagny mais plutôt celle des grandes étendues sauvages parcourue par des moutons et des ovejeros (nom donné au berger qui, à cheval, parcourt la pampa et rassemble les troupeaux).

À cheval, donc ! On rassemble les moutons à l’aide des chiens, on dort à la belle étoile, on bosse fort, on trime dur, les hivers sont rudes, rempli de neige et les moutons restent dehors !

Non, la vie n’est pas facile dans la pampa, mais Gomez ne se plaint pas, il a ses chevaux et des chiens, dont le chiot Crack à qui il va arriver bien des aventures.

L’originalité tient dans le fait que l’histoire nous est racontée parfois du point de vue du chien, comme si le narrateur savait tout des pensées de l’animal et qu’il nous les contait.

Pour le reste, la narrateur omniscient reste la norme et j’avais l’impression qu’on me racontait une histoire avant d’aller dormir, mais de celles qui ne font pas dormir les enfants sages car le rythme est toujours maintenu et les petites histoires s’enchaînent sans que nous ayons le temps de respirer, sans pour autant virer à 24h chrono.

Il y a du rythme, des aventures, de l’action, des chevauchées à la recherche des moutons perdus, à rassembler, des chiens à dresser à coup de fouet… Oui, là, les ovejeros ne s’embarrassent pas des droits des animaux, les chevaux, les chiens sont traités à la dure, mais les hommes aussi…

Crack est un chien qui apprend de ses erreurs, de ses conneries, de sa curiosité mal placée, de son maître, des autres chiens. Je rassure tout le monde, Crack étant le héros de ces pages, il lui arrivera bien des misères mais il y survit (j’avais vérifié avant de le commencer, namhého !). Par contre, bien des animaux vont périr dans la pampa et dans son climat peu amène.

Un chouette petit livre qui pourrait plaire aux enfants comme aux adultes à la recherche d’un petit moment de détente après un roman noir et violent, comme par exemple un qui parlerait du gang Mara Salvatrucha 13…

Ça ne révolutionnera pas la littérature, loin de là, mais c’est très agréable à lire, les pages se tournent toutes seules et c’est terriblement addict car je ne voulais pas le lâcher avant de l’avoir terminé.

et le Mois Espagnol et Sud-Américain chez Sharon – Mai 2020 [Lecture – 02] et Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°04].

 

Le soleil des rebelles : Luca Di Fulvio

Titre : Le soleil des rebelles

Auteur : Luca Di Fulvio
Édition : Slatkine (2018) / Pocket (2019)
Édition Originale : Il bambino che trovo il sole di notte
Traduction : Françoise Brun

Résumé :
Le jeune prince Marcus est encore un enfant lorsqu’il assiste impuissant au massacre de toute sa famille.

Marcus ne doit son salut qu’à la jeune Eloisa, fille d’Agnete, la lavandière du village qui l’accueillera sous son toit pour l’élever comme s’il était son fils.

Luca di Fulvio retrace l’ascension paradoxale d’un petit prince qui va devoir apprendre dans la douleur comment devenir un homme.

Critique :
Marcus est un jeune prince, appelé à régner (araignée, quel drôle de nom) un jour sur le petit royaume de son père.

La convoitise étant mère de bien des vices et des crimes, le voisin, attiré par l’odeur alléchée des richesses qu’il convoite, fit massacrer tout le monde afin d’annexer ce territoire au sien.

Tout le monde est tué ? Non, le jeune héritier, Marcus, a échappé au massacre et il résiste encore et toujours à la mort, caché dans le sol, sous une trappe, chez une sage-femme et on l’a renommé Mikael.

Cela ne vous fait pas penser à une histoire universelle et bien connue, même si l’oncle assassin est remplacé par un seigneur voisin ? L’histoire d’un héritier qui, à un moment donné, va comprendre qu’il doit récupérer son royaume et ne pas oublier qui il est ?

Bingo ! Le roi lion ! Quoi, vous pensiez à autre chose ? Qu’il y avait quelque chose de pourri au royaume de Saxe ?

Si l’histoire racontée est universelle, c’est le talent de conteur de l’auteur qu’il faut mettre en avant car, grâce à sa plume, il va nous transporter en l’an de grâce 1407 mieux que si vous étiez réellement. Le froid mordra votre peau, les manches des outils déchireront vos mains délicates, la pluie ruissellera sur vos épaules frêles et votre estomac connaîtra la faim.

Les injustices vous tomberont dessus pire qu’une invasion de sauterelles et puisque vous appartenez à votre seigneur et maître et que ce dernier est un sale type capricieux, sadique, méchant, assoiffé d’argent, têtu, tyrannique, il se repaîtra de votre souffrance.

Si le réalisme ne manque pas du côté des décors et de la dure vie des serfs, je mettrai un petit carton rouge pour les personnages un peu trop manichéen à mon goût. Que les gentils soient bons, ça passe encore car Di Fulvio nous a créé des personnages attachants, bourrus, mais auxquels il est difficile de ne pas adhérer.

Le bât blesse au niveau des méchants… Autant où Scar était méchant mais emblématique, autant il a manqué d’épaisseur au seigneur d’Ojsternik.

Qu’il soit sadique et tyrannique, je n’en doute pas un seul instant, à cette époque, la vie n’a aucune valeur. Mais l’auteur aurait dû mettre un peu plus de profondeur à ce personnage central pour en faire un Méchant qui marque les esprits, tels un Scar ou un Geoffrey dans Game Of Thrones.

Le grand méchant de cette histoire m’a simplement agacée (au départ, il m’avait m’horrifiée).

Un autre petit bémol sera pour la longueur… Non pas celle des pages, mais des brimades subies par les petites gens de la Raühnvahl, où Marcus/Mikael a trouvé refuge.

Certes, je ne nierai pas que ces gens étaient à la merci de leur seigneur et que si ce dernier était cruel, ils allaient en baver, mais à force qu’il leur arrive trop d’horreurs, ça perd de sa puissance, le cerveau se déconnecte et on n’attend qu’une chose, que Marcus/Mikael arrive enfin à sa vengeance pour éliminer cet enculé de méchant qui n’a même pas entièrement l’étoffe d’un grand, même si, lui au moins n’est pas un cruel trouillard, comme Geoffrey Barathéon (GOT).

Le final est prévisible, de ce côté là, pas de surprise à attendre de la part de l’auteur. Je ne dirai rien là-dessus, un peu de douceur après toutes ces brutalités, ces horreurs, ces privations, ces brimades, ces assassinats, ça fait du bien.

Ce ne sera pas un coup de coeur total, mais n’allez pas non plus croire que je me sois embêtée durant ma lecture, loin de là ! Je l’ai appréciée, vraiment, mais quelques détails m’ont fait tiquer et si chez les autres, c’est passé comme une lettre à la poste, ça passera peut-être muscade chez vous aussi.

Il me reste encore deux pavés de cet auteur et je les lirai aussi car les aventures sont belles et les personnages « gentils » sont attachants, du genre de ceux qu’on aimerait croiser dans sa vie.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°210 et le Challenge Pavévasion – Saison 1 (17 mars – 15 avril ?) chez Mez Brizées [Lecture N°02 – 640 pages].

Dans les forêts de Sibérie : Sylvain Tesson

Titre : Dans les forêts de Sibérie

Auteur : Sylvain Tesson
Édition : Folio (2011/2013/2016/2019)

Résumé :
Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane.

Dans les forêts de Sibérie. J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal. Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j’ai tâché d’être heureux.

Je crois y être parvenu.

Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie. Et si la liberté consistait à posséder le temps ?

Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?

Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

Critique :
Oui, je dois être prise de folie pendant ce confinement (qui est plus doux que celui de mes voisins français) puisque après avoir lu des romans traitant de la peste et du choléra, voilà que je me suis plongée dans un roman qui traite d’un isolement choisi.

Quelle idée folle que celle d’aller s’enterrer 6 mois dans une cabane en bois, au fond de la Sibérie, le long du lac Baïkal ?

D’accord, tout comme Sylvain Tesson, j’ai des lectures en retard, mais jamais de le vie je n’irais m’exiler, seule, en Sibérie…

Merde, Sylvain Tesson, tu m’as donné envie d’y aller, maintenant ! Mais pour mon cas, il faudrait un semi-remorque pour transporter les livres que je veux lire…

Des mauvaises langues pourraient penser que la méditation le long du lac Baïkal est un truc de fainéant, mais je les détrompe de suite…

Là-bas, si tu ne coupes pas ton bois pour faire du feu, personne ne le fera à ta place ! Si tu ne pêches pas tes poissons, Ordralphabétix ne t’en vendra pas sur la place du village puisque ton plus proche voisin est à 5h de marche !

Ce que j’aime, dans les récits de Tesson, c’est que non seulement il nous emmène loin de toute civilisation, mais aussi qu’il parsème ses romans d’aphorismes en tout genre, d’extraits des romans qu’il a lus et se sont toujours des phrases qui donnent à réfléchir.

Ici, la Nature est LE personnage principal. Les ours, les poissons, les cerfs, la neige, la glace, le froid, la solitude sont à prendre en compte. Mais avec des litres de vodka et des cigares, on vient à bout de tout. Même des -30°. Vaut mieux le lire au soleil, à l’abri du vent, sinon, le froid s’insinuera dans vos os.

Un roman dépaysant, où les alternances entre le récit de la description du quotidien alterne avec des moments grandioses de poésie, d’éclair de génie, de phrases magnifique.

Un roman où l’Homme est peu de choses face à la Nature, même si, avec les nouvelles technologies, l’Humain se fraye de plus en plus un chemin dans ces grandes étendues désertiques.

Espérons qu’un jour il n’y aura pas d’embouteillage comme sur les sommets qui ne sont plus immaculés mais maculés de déchets. Hélas, sur ces étendues sauvages, les Chinois lorgnent , pour la déforester…

Un roman sur un confinement voulu, prévu, mis en place car rêvé par Sylvain Tesson qui est allé jusqu’au bout de son rêve. Bon, d’accord, lui, il pouvait sortir prendre l’air et arpenter les étendues glacées !

Astérix – Tome 23 – Obélix et compagnie : René Goscinny et Albert Uderzo

Titre : Astérix – Tome 23 – Obélix et compagnie

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Albert Uderzo

Édition : Dargaud (1976)

Résumé :
Puisqu’il est impossible de soumettre les Irréductibles Gaulois à la paix romaine par l’usage de la force, Caius Saugrenus, jeune conseiller de César, propose de faire d’eux des décadents, plus préoccupés par l’argent que par les combats contre les Romains.

Envoyé en mission au camp de Babaorum, Saugrenus achète au prix fort les menhirs d’Obélix. Pour répondre à la demande, celui-ci se lance dans la production de masse et devient bientôt l’homme le plus riche et le plus important du village. La jalousie s’installe et les Gaulois n’ont plus entre eux que des rapports régis par l’appât du gain. Les Romains passent des journées tranquilles, le plan démoniaque ourdi par Saugrenus est un succès. Ou du moins le croient-ils…

Critique :
Dommage que à l’école, le prof d’économie n’ait pas utilisé cet album pour nous expliquer la loi du marché…

Gamine, je ne comprenais pas la portée capitaliste de cet album, il me faisait rire pour le cadeau d’anniversaire d’Obélix, l’absurdité de ses vêtements, pour Idéfix qui lui faisait la tronche, pour les répliques des romains, rien de plus.

Moi y en avais rien compris ! Ni remarqué que le jeune Caïus Saugrenus, sorti de La Nouvelle École d’Affranchis ou E.N.A pour les intimes était la représentation d’un Chirac jeune.

La loi de l’offre et de la demande n’auront plus aucun secret pour vous après la lecture de cet album !

Lorsque l’offre de menhirs est supérieure à la demande, il faut que les entreprises  (obélix et Cie) baissent leurs prix, afin qu’elles puissent écouler tous leurs produits… A contrario, si la demande est supérieure à l’offre, il faut que les entreprises augmentent leurs prix…

— Si toi pas pouvoir faire plus de menhirs, moi y en a donner moins de sesterces. Toi, y en a compris ?

Comment vaincre les Gaulois ? Il suffit de les diviser car pour régner, il faut diviser, c’est bien connu et toujours appliqué. Pour les diviser, il faut apporter la jalousie, l’envie, la cupidité… Toujours d’application !

En leur achetant des menhirs, Chirac, heu, Saugrenus, va apporter la zizanie dans le village rien qu’en demandant qu’Obélix lui fabrique plus de menhirs et en montant les prix à chaque fois, sous le regard d’un Obélix qui n’y comprend rien… Mais les autres villageois vont vite comprendre où se trouvent leur intérêt…

Cétautomatix : —Tu veux dire qu’ils n’achetent plus TES menhirs !
Ordralfabétix : —Pourquoi MES menhirs je vous prie ?
Cétautomatix : — Parce que mes menhirs à moi ne sentent pas le poisson faisandé….

Dans cet album, vous aurez un cours sur la production de menhirs, sa publicité, sur la concurrence, la dévaluation des prix, l’inflations des prix, les revendications salariales, sur le cours du sesterce et sur le fait de produire romain à Rome !

Alors qu’habituellement, nos Gaulois résolvent leur problèmes seuls à grands coups sur les romains ou en chassant l’intrus, ici, ils n’auront même pas besoin de lever le petit doigt pour que le système, qui a été poussé à son paroxysme, s’effondre, faisant ainsi passer notre énarque fraîchement émoulu pour le responsable de tous les maux de Rome (devait y avoir un message caché que ceux de l’époque ont compris).

Une aventure pleine d’humour, de situations cocasses et une belle leçon d’économie, sur le capitalisme et sur la division des peuples pour mieux les asservir. Faites du commerce, pas la guerre.

Astérix : — Tous nos copains sont pleins de sesterces ; que vont-ils en faire ?
Panoramix : — Pas grand-chose… J’ai appris qu’il y a une grande crise à Rome, due à je ne sais quoi. Toujours est-il que le sesterce est dévalué.
Astérix : — Eh ?
Panoramix : — Le sesterce y en a plus rien valoir du tout !

PS : album lu bien avant le décès du dessinateur Uderzo. Mais j’ai un retard énorme dans le post de mes chroniques, ou alors, c’est parce que je chronique plus vite que l’ombre de mes doigts sur le clavier. En tout cas, merci à Uderzo pour tous ses dessins.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°200.

Astérix – Tome 20 – Astérix en Corse : René Goscinny et Albert Uderzo

Titre : Astérix – Tome 20 – Astérix en Corse

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Albert Uderzo

Édition : Dargaud (1973)

Résumé :
Pour célébrer l’anniversaire de la bataille de Gergovie, les Gaulois accueillent leurs nombreux amis et s’offrent en apéritif les malheureux légionnaires du camp fortifié de Babaorum. Là, ils libèrent Ocatarinetabelatchitchix, chef de clan corse prisonnier des Romains.

Ce dernier, plus fier encore qu’un Gaulois, prétend alors que les Corses sont le « cauchemar des romains ».

Curieux de découvrir comment les Corses pratiquent le latin au quotidien, Astérix et Obélix décident de s’embarquer pour l’île de beauté, histoire de prouver qu’ils sont les seuls à donner d’authentiques sueurs froides aux Romains.

Et ce sont encore ces derniers qui, malgré eux, vont arbitrer les débats…

Critique :
La Corse ! Quel beau pays… Et cet album fait aussi partie de mes préférés de l’ère Goscinny.

Les clichés y sont légion (romaine ?) mais c’est toujours amusant de se moquer des petits travers des autres, de bonne guerre même puisque eux-mêmes ne s’en privent pas.

La susceptibilité des Corses est mise en avant d’une manière subtile, amusante, même si certains légionnaires auront des sueurs froides à cause d’une soeur.

Un plus jeune ne verra peut-être pas le jeu de mot dans le nom du personnage d’Ocatarinetabellatchitchix, ni dans le fait qu’Astérix lui donne du Omarinella (deux chansons de Tino Rossi), ne comprendrons sans doute pas le truc du bourrage des urnes (là où un Russe comprendra de suite) ou les glaives à cran d’arrêt…

Quand je pense qu’on allait faire des élections pour choisir un nouveau chef. Les urnes sont déjà pleines.

La main sur l’estomac, les multiples références à Napoléon (Corse aussi, faut le savoir), les fromages qui puent, les siestes, les vendettas, la rancune, la fainéantise et j’en passe.

Il était devenu tellement bête qu’avant de lui faire comprendre quelque chose, on avait le temps de tuer son âne à coups de figues molles.

— Oui… c’est une grande armée… Ils sont tous là, mes grognards… Regardez là-bas, la colonne qui arrive en retard… Ah, Osterlix, son chef, a du mal à se lever tôt… C’est qu’il est célèbre chez nous, le sommeil d’Osterlix. 

On ne sait plus très bien… Les vieux disent que le grand oncle d’Ocatarinetabellatchixtchix a épousé une fille du clan Talassotérapix dont était amoureux un cousin par alliance d’un aïeul de Figatellix. Mais d’autres assurent que c’est à cause d’un âne que l’arrière grand-père de Figatellix avait refusé de payer au beau-frère d’un ami intime des Ocatarinetabellatchixtchix sous prétexte qu’il était boiteux (l’âne, pas le beau-frère d’Ocatarinetabellatchixtchix)… C’est très grave en tout cas.

— Euh… J’ai du travail pour vous.
— Non seulement tu es un renégat, mais en plus tu dis des gros mots !

Autrement dit, il plaira sans doute plus à des adultes qu’à des enfants, ou alors, faut que ces gosses soient cultivés à mort. Lorsque je le lisais étant jeune, je riais moins, ne comprenant pas toujours tout, même si j’en captais tout de même plus de la moitié.

Adulte, à chaque lecture, je hurle de rire, tournant les pages de tout l’album avec un sourire béat affiché tant il me fait toujours de l’effet.

Un album qui n’a pas pris une ride, qui, tout comme celui en Hispanie commence par un prisonnier à ramener chez lui et un Ocatarinetabellatchitchix qui a de la présence, de la prestance, bref, un personnage qui marque, comme Pepe, sauf que lui ne retient jamais sa respiration.

Ne vous demandez pas si c’est du cochon sauvage ou du sanglier domestique, dans le cochon Corse, tout est bon, sauf pour les Romains…

Les Corses étaient leur cauchemar mais si en plus ils se font aider des Irréductibles Gaulois, la partie va devenir impossible pour eux. Et si en plus il y a du fromage Corse et un maquis, sûr qu’ils sont perdus et foutus !

PS : gaffe à la soeur de Carferrix… Qu’elle vous plaise ou qu’elle ne vous plaise pas, vous êtes fichus ! Mais si vous êtes susceptibles, vous allez leur plaire.

Carferrix : — Tu as parlé à ma sœur.
Sciencinfus : — Ah ?… Je ne savais pas que…
Carferrix : — Je n’aime pas qu’on parle à ma sœur.
Sciencinfus : — Mais… Mais elle ne m’intéresse pas votre sœur. Je voulais simplement…
Carferrix : — Elle te plait pas ma sœur ?
Sciencinfus : — Mais si, bien sûr, elle me plaît…
Carferrix : — Ah, elle te plaît, ma sœur !!! Retenez-moi ou je le tue, lui et ses imbéciles !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°194.

 

Astérix – Tome 18 – Les lauriers de César : René Goscinny et Albert Uderzo

Titre : Astérix – Tome 18 – Les lauriers de César

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Albert Uderzo

Édition : Dargaud (1972)

Résumé :
Rabattre une fois pour toutes le caquet de son beau-frère Homéopatix : voilà ce dont rêve depuis longtemps Abraracourcix. Au cours d’une soirée bien arrosée chez ce lutécien arrogant, le chef gaulois promet de servir à son ennemi intime un ragoût parfumé avec la couronne des lauriers de César.

Et bien sûr, ce sont Astérix et Obélix qui pâtissent des caprices de leur chef ! Les voilà donc à Rome pour tenter de mener à bien cette mission impossible : ramener au Village les lauriers de César !

Critique :
L’alcool nuit gravement à l’intelligence, pousse les gens à faire n’importe quoi et le savoir-faire des brasseurs doit se déguster avec sagesse. Farpaitement !

Rassurez-vous, je ne suis pas de la ligue anti-alccolique, ni pour vous faire la morale !

Juste pour vous dire que si Abraracourcix avait moins bu et s’il n’avait pas détesté autant Homéopatix, son beauf, les lauriers de César ne seraient pas l’enjeu de cet album.

Obélix devrait moins boire aussi, mais lui, c’est toujours drôle.

Si cet album brille moins par ses jeux de mots, il reste néanmoins de bonne facture, notamment avec ce petit retour en arrière effectué dès le départ par Astérix pour nous expliquer ce que lui et Obélix font à Rome.

Leur mission, assez compliquée, qui est de voler les lauriers de César, les fera devenir des esclaves de luxe, des noceurs, des cuisiniers horribles mais au moins, Astérix inventera la recette qui élimine la gueule de bois de suite.

On a de l’aventure, des péripéties en tout genre, des tentatives loupées, des bibelots de luxe, de la trahison, un défi, de la jalousie et de la délation, le tout assaisonné de baffes, même si Obélix ne peut pas en donner de trop.

De bonne facture, même s’il n’est pas mon préféré, il me fait toujours rire, surtout la scène de beuverie entre les deux beaufs et leur ton qui monte, qui monte… Jusqu’au défi fou, juste parce qu’on est jaloux de la réussite de Homéopatix, le frère de Bonnemine…

Rire, c’est le principal, non ? Farpaitement !

Bonnemine : — Je vous ai apporté un coquillage de chez nous… Abraracourcix voulait vous apporter un menhir, comme d’habitude.
Homéopatix : — Mon pauvre Abraracourcix, qu’est-ce que tu veux que j’en fasse de tes menhirs ?
Abraracourcix : — Tu veux que je te dise ?

— Ils sont beaux, ils sont beaux mes esclaves !
— Qui veut des Goths ? Qui veut des Goths tout frais !
— Suivez mes Thraces ! Suivez mes Thraces !

— En tout cas je n’ai peut-être pas ton d’or mais moi j’ai la gloire !
— Et la gloire, mon cher beau-frère, ça paie les sabots de boeuf ?
— La gloire, ça paie plus que des saboeufs de bot… que les sobafs de … que cette cochonnerie !
— Venez dans mon village toi et Galantine et je vous ferait manger quelque chose que ton or ne pourrait pas payer ! Hips !
— Et quel est donc ce mets raffiné ?
— Il s’agit d’un ragoût… mais d’un ragoût parfumé avec des lauriers …
— AVEC LA COURONNE DE LAURIERS DE CÉSAR ! HIPS !
— Ne l’écoute pas … Il a trop bu.
— Laisse, Bonemine… laisse, il est amusant.
— Amusant, Hein ?… Hips !… Eh tu bien tu verras ! j’enverrai mes hommes à Rome chercher la couronne de lauriers de César,et elle parfumera le ragoût que je t’offrirai dans mon village !
— FARPAITEMENT ! MACHIN A RAISON HIPS !
—  ? ! ?
— LAISSE-MOI, ASTÉRIX ! NOUS IRONS CHERCHER LA COURONNE DE LAURIERS DE CÉSAR À ROME ! FARPAITEMENT !
— DANS MES BRAS OBÉLIX !
— Homéopatix !
— NON ! NON ! PUISQUE TON MANIEUR DE GLAIVE EST MALIN, J’ACCEPTE SON INVITATION !
— MAIS J’AI SA PAROLE QU’IL S’AGIRA VRAIMENT DE LA COURONNE DE LAURIERS DE JULES CÉSAR !
— FARPAITEMENT !
— Et… chère Bonemine vous avez acheté des choses intéressantes à Lutèce ?

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°190.

Spirou et Fantasio – Tome 21 – Du glucose pour Noémie : Fournier

Titre : Spirou et Fantasio – Tome 21 – Du glucose pour Noémie

Scénariste : Fournier
Dessinateur : Fournier

Édition : Dupuis (1971)

Résumé :
Itoh Kata a découvert un champignon pouvant servir d’explosif. Spirou et Fantasio escortent cette arme potentielle à Champignac.

Critique :
Le titre énigmatique trouvera son explication dans les dernières pages, mais avant cela, je vous promet de l’aventure, de l’action, du suspense, du mystère, des amandes grillées et de l’humour !

Nous devrions déjà manifester pour que Spip, l’écureuil fidèle, soit payé à la hauteur des risques qu’il encourt à suivre Spirou et Fantasio dans leurs aventures ! C’est une honte un salaire de misère pareil.

Non, non, je ne me suis pas découverte des envies de révolution, mais dans cet album, Spip acquiert une place à sa juste mesure et ses réflexions amusantes, drôles et tout à fait justifiées ajouteront un zeste d’humour à cet album qui n’en manquait déjà pas.

Mais puisque le Marsupilami n’était pas présent, il fallait compenser son manque en donnant plus de place à notre écureuil facétieux et peureux, sans oublier d’ajouter les mimiques qui vont avec.

Nos deux amis ne seront pas oubliés et niveau aventure, ils seront servi ! Les lecteurs aussi car cet album n’a pas de temps mort pour reprendre son souffle ou déguster une tasse de thé avec nos amis Japonais.

Faut juste éviter les membres du Triangle, une organisation qui a tout d’une mafia, le comique en plus et l’imbécillité en état d’esprit, mais ça, ils ne le savaient pas, qu’ils étaient des crétins ! MDR et longue vie au Triangle !

Une aventure scénarisée et dessinée par Fournier qui m’a bien plu car elle avait du dynamisme, de l’action, pas de temps mort, de l’humour de situation ou de répétition, du suspense, du mystère, bref, tout ce qu’il fallait pour donner une bonne aventure car l’auteur a su utiliser le tout avec intelligence.

Je peux donc ajouter cet album de Fournier avec celui de l’Ankou, ce qui m’en fait déjà deux que j’apprécie, ce n’est pas si mal pour une inconditionnelle de Franquin.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°184 et le Mois du Polar chez Sharon (Février 2020) [Lecture N°29].

Spirou et Fantasio – Tome 27 – L’Ankou : Fournier

Titre : Spirou et Fantasio – Tome 27 – L’Ankou

Scénariste : Fournier
Dessinateur : Fournier

Édition : Dupuis (1977)

Résumé :
Que font Spirou et Fantasio s’ils reçoivent une invitation à un congrès de magiciens, à Saint-Herbot, dans les monts d’Arrée, à la pointe ouest de la Bretagne ? Rien.

Que font les mêmes si l’invitation est signée Ororéa ? Ils s’y précipitent !

Évidemment, la Bretagne est terre de mystères et d’aventures. Nos deux amis ne tardent pas à rencontrer les uns et les autres.

D’abord, en la personne de l’Ankou, personnage sorti tout droit des vieilles légendes bretonnes. Pour une raison inconnue, ce valet de la mort (sa profession officielle) prend fait et cause pour les saboteurs de la centrale nucléaire de Nestavel.

Des saboteurs passant pour des militants écologistes, mais qui se révèlent être de dangereux trafiquants de matières nucléaires.

Critique :
Des rares bédés de l’ère Fournier que j’avais lue il y a un peu plus de 15 ans, seule L’Ankou avait tiré son épingle du jeu et obtenu mes faveurs.

À la relecture, mon sentiment est le même, j’ai apprécié cette aventure loufoque, fantastique et un brin écolo baba-cool puisque Fournier, au travers de l’Ankou, semble nous dire que  les centrales nucléaires, c’est dangereux.

L’Ankou, l’annonciateur de la mort dans les légendes bretonnes, a peur que la présence d’une centrale nucléaire n’augmente son travail en déclenchant des morts en cascade.

Remettons la bédé dans son contexte de 1977 et même si le nucléaire n’a pas tué en France, on ne peut pas dire non plus qu’il est sans danger.

Tchernobyl nous l’a appris à nos dépends et on ne sait toujours pas comment se débarrasser des déchets, autrement qu’en les enfouissant dans le sol, à la manière d’un chien planquant son os. Juste que les os sont vachement moins nocifs que les déchets nucléaires…

Malgré tout, si le message de l’auteur est réducteur, il se veut drôle mais aussi flippant car l’Ankou a une sale tête et sa manière de surgir, quand on ne l’attend pas, est angoissante. Sauf pour Fantasio qui le prend pour un hurluberlu !

Du fantastique, des légendes, du nucléaire et de l’humour, de l’humour et encore de l’humour ! Spip m’a fait trop rire avec ses réflexions sur sa malheureuse rencontre avec un rasoir électrique.

Ses expressions faciales étaient des plus maîtrisées et moi, j’adore lorsque les auteurs lui donne une place dans les aventures de nos amis.

De l’action aussi, même si on aurait mieux aimé voir Spirou en Turbotraction plutôt que dans une vieille Renault 5 rouge. Mais bon, la magnifique Turbo n’aurait sans doute pas aimé le traitement qu’on a infligé à la Renault…

L’humour est aussi présent avec notre quatre magiciens, dont Itoh Kata, le maître de la disparition et ses autres copains, tous plus fous l’un que l’autre.

Il y a au moins une aventure de Spirou, scénarisée par Fournier, que j’apprécie et c’est celle-ci qui mélange habillement l’humour, l’action, le mystère, le suspense, les légendes, le folklore, le fantastique et le militantisme écolo, réducteur, certes, mais bon, nous sommes dans des albums pour tout public et de par la présence de l’Ankou, il devait être flippant pour les petits enfants de l’époque.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°180 et le Mois du Polar chez Sharon (Février 2020) [Lecture N°25].

Spirou et Fantasio – Tome 20 – Le Faiseur d’or : Fournier

Titre : Spirou et Fantasio – Tome 20 – Le Faiseur d’or

Scénariste : Fournier
Dessinateur : Fournier (Franquin pour les dessins du Marsupilami)

Édition : Dupuis (1970)

Résumé :
Champignac et Zorglub annoncent publiquement qu’ils ont trouvé le moyen de fabriquer de l’or. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd…

Critique :
Puisque mes Spirou et Fantasio préférés sont ceux de Franquin, il m’est toujours difficile d’ouvrir ceux des autres, notamment ceux de Fournier qui succéda à Franquin.

La faute sans doute au fait que ces albums n’ont pas bercé mon enfance, mon père m’ayant mis dans les mains ceux de Franquin…

Pourtant, nous avons fait un gros travail puisque mon paternel possède, maintenant, les autres albums du plus célèbre groom de la bédé et que j’en avais lu quelques uns, il y a de ça quelques années (15 ans au moins).

Heureusement que Franquin était encore présent pour dessiner le Marsupilami car c’est lui et Spip qui donneront une touche d’humour à cet album qui m’a semblé bien fade par rapport à ceux que j’ai déjà lu.

Même la présence de Champignac et de Zorglub ne m’a pas amené le plaisir que je ressens d’habitude à lire une aventure de mes deux amis. D’accord, sur la fin, ces deux zouaves m’ont fait rire.

Sinon, l’histoire manque de peps, de profondeur et sans doute de pages. S’il y en avait eu plus, dans cet album, Fournier aurait sans doute pu développer un peu plus cette enquête sur la machine à fabriquer de l’or. Là, ça va trop vite.

Au moins, depuis Harry Potter, tout le monde connait le nom de Nicolas Flamel !

L’histoire suivante (Un Noël clandestin), je la connaissais bien, je l’avais lue dans un des hebdo Spirou de mon père, un spécial Noël puisqu’elle parle de cette période de l’année. Elle est touchante, la relire fut un plaisir et Spip m’a encore fait rire avec ses marrons glacés.

Quant à la dernière histoire (Le champignon nippon), elle n’en est pas vraiment une puisqu’elle est en fait le début du prochain album de Spirou et Fantasio et qu’elle a l’intelligence de titiller la curiosité du lecteur avec les premières pages de ce qu’ils découvriront dans « Du glucose pour Noémie ».

Pour ma part, ma redécouverte des albums de Fournier a mal commencé avec ce faiseur d’or qui ne m’a pas emporté, même si j’ai apprécié certains gags et l’utilisation conforme des personnages, dont le maire (je pisse encore de rire avec son dernier discours), Champignac et Zorglub.

Cet album est aussi le dernier dans lequel le Marsupilami fera son apparition puisque ensuite, les éditions Dupuis n’auront plus le droit de le faire apparaître dans les albums de Spirou ou dans leur hebdo…  Franquin passera sa créature à Batem (en 1987) et il aura ses propres aventures avant de réintégrer, il y a peu, le giron des éditions Dupuis, suite au rachat des éditions Marsu Production.

Bon, j’ai connu mieux mais pour un début, ce n’est peut-être pas si mal, le temps de prendre ses marques, de s’approprier l’univers mis en place par Franquin, qui lui même l’avait hérité de Joseph Gillain (Jijé) et lui-même de Rob-Vel.

Je vais poursuivre malgré tout les aventures de mon Spirou sous l’égide de Fournier et ainsi me faire une idée générale de cette saga qui va jusqu’à l’album 29.

PS : ma scène préférée est celle où, après avoir failli faire une sortie de route à cause d’un pneu qui a éclaté, Spip fait son baluchon pour partir chez les Schtroumpfs car là-bas, il risquerait moins sa fourrure !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°178 et le Mois du Polar chez Sharon (Février 2020) [Lecture N°23].