Lucky Luke – Tome 44 – La Guérison des Dalton : Morris & René Goscinny

Titre : Lucky Luke – Tome 12 – La Guérison des Dalton

Scénariste : Morris
Dessinateur : René Goscinny

Édition : Dargaud (1975) / Lucky Comics (2015)

Résumé :
La Guérison des Dalton est la soixante-neuvième histoire de la série Lucky Luke par Morris et René Goscinny. Elle est publiée pour la première fois du n°1 au n°13 du journal Nouveau Tintin, puis est publiée en album en 1975 aux éditions Dargaud.

Le professeur Otto Von Himbeergeist expose sa thèse au congrès américain : les desperados sont atteints d’une maladie, ils sont donc guérissables. Pour prouver ses dires, il est prêt à guérir les pires bandits de l’Ouest, les Dalton…

Le professeur emmène les Dalton dans une ferme afin d’être dans un milieu plus propice pour le traitement. Lucky Luke doit les surveiller.

Critique :
La psychanalyse pourrait-elle guérir les despérados les plus terribles ?? Leur méchanceté serait-elle due à une enfance malheureuse ? Et si la criminalité est une maladie, peut-on la guérir ?

C’est ce que va nous prouver le professeur Otto Von Himbeergeist (vous me copierez son nom 20 fois) avec, accrochez-vous bien, les Dalton !!

Ce que j’ai apprécié dans cet album que je viens de découvrir (ceux des éditions Dupuis sont toujours des relectures, ceux de chez Dargaud sont des découvertes), c’est la manière dont les auteurs se moquent de la psychanalyse et de sa propension à toujours tout ramener à l’enfance, ainsi que le fait que notre poor lonesome cow-boy soit totalement dépourvu devant les méthodes du professeur Von Himbeergeist.

Ici, pas de flingue, juste des mots. On ne met pas en fuite des bandits avec son six-coups, mais avec ses paroles. D’ailleurs, pourquoi Lucky Luke aime-t-il tant utiliser son révolver, hein ?? On devrait aussi se pencher sur son cas…

Si certains gags sont un peu redondants, notamment avec cette propension que tout le monde a de raconter son enfance au professeur à la barbichette, j’ai apprécié l’effet que sa thérapie aura sur des personnages tels que Averell Dalton et sur le chien le plus bête de l’Ouest, Rantanplan !

Si nous avions déjà eu l’occasion de voir les Dalton se racheter une conduite avec « Les Dalton se rachètent » qui était bourré d’humour, nous nous trouvons une fois de plus dans cette envie de les réinsérer dans la société, de les transformer en moutons, mais tout en restant dans une autre histoire que la première, heureusement que les auteurs ont su éviter le copié-collé !

Cet album-ci est moins drôle et différent de son prédécesseur, il n’en a pas sa magie et son humour, mais je ne me plaindrai pas car j’ai passé un excellent moment de détente et d’humour, notamment avec le coup du portefeuille et du maillon faible qui fera capoter toute l’affaire.

Pour une fois que la psychanalyse fonctionne !

Oups, j’espère qu’aucun psy ne lit mes bêtises, sinon, il va me demander de raconter mon enfance !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), le Challenge « Polar Historique » de Sharon et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le « Mois Américain – Septembre 2017 » chez Titine.

Lucky Luke – Tome 54 – Le Daily Star : Morris, Xavier Fauche & Jean Léturgie


Titre : Lucky Luke – Tome 23 – Le Daily Star

Scénaristes : Xavier Fauche & Jean Léturgie
Dessinateur : Morris

Édition : Dargaud (1984) / Lucky Comics (2000)

Résumé :
Lucky Luke fait la rencontre de Horace P. Greely. Ce jeune homme est un journaliste de talent qui a décidé de partir dans l’Ouest fonder son propre journal, le Daily Star.

Homme intègre, il n’hésite pas à dénoncer les injustices ou la malhonnêteté. Mais cela lui joue des tours et il se fait quelques ennemis dans la ville où il s’est installé. Luke décide de lui venir en aide.

Critique :
Voilà un album de Lucky Luke comme je les aime : de l’humour, des running gags qu’on a plaisir à revoir, de l’Histoire de l’Amérique et un Lucky Luke qui se fait voler la vedette par le personnage de Horace P. Greely, journaliste intègre et fondateur du journal Daily Star qui imprime plus vite que l’encre ne sèche.

Oui, Horace est une sorte de Twitter avant l’heure car il donne les infos en temps réel.

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire et encore moins à écrire, dès lors, lorsque vous imprimez noir sur blanc que les alcools servis par le parton du saloon sont frelatés, ne vous étonnez pas que ce dernier vous expulse de la ville.

De nombreuse fois, Horace et sa Washington Impériale n°3 offerte par ses parents se sont retrouvés dans le cours d’eau à la sortie de la ville. C’est d’ailleurs là qu’il a fait la connaissance de notre cow-boy solitaire préféré et de son fidèle destrier.

Horace est un personnage drôle, attachant, émouvant dans sa quête de publier la vérité, sans langue de bois, comme tout journaliste devrait être.

Hélas, vous savez comme moi qu’on aime museler la presse en la corrompant (tout Homme a son prix) ou en menaçant les gens qui veulent creuser dans la fange pour extirper la vérité.

Ça ne va pas faire plaisir à certains dans la ville de Dead End City où le tenancier du saloon n’a pas apprécié l’article sur son whisky frelaté et l’épicier sur ses marges exagérées.

Beaucoup d’humour dans cet album, de l’humour fin, en plus, avec Lucky Luke et Horace cherchant par tout les moyens à imprimer le journal, sur tous les supports possibles et imaginables – ce qui donnera des clins d’oeil des plus amusants sur notre époque – et l’imprimant même avec du café lorsque l’encre n’arrivera pas.

« Vous manquez de café ? Faites infuser votre Daily Star ! »

Inventant des slogans publicitaires, se faisant payer en nature, inventant le premier journal parlé, gravant son nom sur les fers de son cheval, Horace n’est jamais à court d’idées pour diffuser son journal, ne se sentant plus lorsque les ventes passent de 30 à 35 exemplaires.

J’avais déjà pris un plaisir fou à lire cet album post-Goscinny (R.I.P.) qui contenait tout ce que j’apprécie dans les aventures de Lucky Luke et j’ai pris autant de plaisir à le relire et m’esclaffer devant leurs bons mots.

Rien à redire, cet album est une belle réussite et il peut trôner avec mes Lucky Luke préférés !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le « Mois Américain – Septembre 2017 » chez Titine.

Lucky Luke – Tome 34 – Dalton City : Morris & René Goscinny

Titre : Lucky Luke – Tome 3 – Dalton City

Scénariste : Morris
Dessinateur : René Goscinny

Édition : Dargaud (1969) / Lucky Comics (2000)

Résumé :
Dean Fenton raconte, en prison, comment sa ville, Fenton Town, est devenue le paradis des despérados, juste avant qu’il se fasse arrêter par Lucky Luke et soit mis en prison. Les Dalton sont très intéressés par cette histoire.

Après une erreur du télégraphiste, Joe est libéré pour bonne conduite. Celui-ci fait évader ses frères afin de fonder Dalton City sur les ruines de Fenton Town.

Critique :
Gamine, j’appréciais cet album qui semblait se lâcher un peu car on y trouvait des danseuses un peu plus olé-olé que durant l’ère du terrible éditeur Dupuis, grand catholique devant l’Éternel (qui devait être son berger) et qui avait enserré le duo Morris-Goscinny dans un carcan de moralité (et les autres auteurs de son écurie aussi).

♫ Libérés, délivrés ♪ ont-ils sans doute chanté, nos deux hommes en passant chez Dargaud et en pouvant écrire ENFIN une aventure sans contraintes morales.

Moi, j’ai plutôt envie de chanter une chanson de Bourvil… ♫ Tout ça n’vaut pas, un vieil album des éditions Dupuis ♪ car si Goscinny se sentait entravé par les règles de bonnes morales à respecter et des sujets qui ne pouvaient être abordés (sans compter que les femmes ne pouvaient avoir de fortes poitrines – pas de poitrine du tout, même), on ne peut pas dire qu’une fois avec la bride sur l’encolure, il nous ait sorti un truc de ouf.

En fait, cet album souffre de son format de 44 pages, là où un 62 pages aurait permis de développer un peu plus l’histoire, de l’étoffer, de lui donner de l’épaisseur à défaut de ce fatras de choses qui ont l’air d’être un peu précipitées.

Déjà la victoire de Lucky Luke sur Dean Fenton est rapide, sans devoir trop de battre avec les desperados de Fenton City, et même si le fait que c’était tous des coyote qui ont rendu les armes quand le coyote de Fenton a été battu, je trouve la chose un peu rapide tout de même.

Il en ira de même avec le sabotage de Dalton City qui va un peu trop vite à mon goût et ne permet pas de développer les magouilles des frères Dalton, ni celles de Lucky Luke pour les faire tomber.

Si le scénario est un peu creux et que les personnages ont l’air de ne pas être là, que ce soit le fidèle et stupide Rantanplan ou l’imbécile d’Averell Dalton qui nous offre une prestation en-deçà de celle que nous avons l’habitude, on ne peut pas dire que Morris se soit foulé le poignet avec ses dessins car les expressions faciales de Lucky Luke sont réduites à une peau de chagrin.

Le seul qui remonte un peu dans sa profondeur, c’est William Dalton (un des frangins du milieu), Goscinny ayant voulu lui donner un peu plus de présence, car autant lui que Jack en ont très peu dans les différents albums, les deux les plus emblématiques étant le plus petit (Joe) et le plus grand (Averell).

Une bonne idée qui aurait méritée de continuer à être plus développée ensuite, si de ce fait, les autres n’avaient pas été en retrait ou l’ombre d’eux-mêmes.

Au final, j’étais moins critique lorsque j’étais gosse !!

Si nous avions été face à un album de Lucky Luke scénarisé par un autre que le talentueux Goscinny, je lui aurais accordé un bon 3,5/5, mais devant un tel gâchis de talent, je ne peux que lui donner un pauvre 2,5/5 !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), le Challenge « Polar Historique » de Sharon et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le « Mois Américain – Septembre 2017 » chez Titine.

Lucky Luke – Tome 32 – La Diligence : Morris & René Goscinny

Titre : Lucky Luke – Tome 32 – La Diligence

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dargaud (1968) / Lucky Comics (2000)

Résumé :
La série Lucky Luke s’intéresse dans ce tome aux folles équipées des diligences de la Wells Fargo, conviant or et passagers à travers les dangers de l’Ouest : bandits, indiens, désert… La Wells Fargo passe toujours !

Critique :
Attention, si ce tome porte le numéro 1, ce n’est pas pour autant la première aventure de Lucky Luke et de son fidèle destrier, Jolly Jumper !

Son numéro de tête de liste est dû au fait que Morris venait de passer à l’ennemi, autrement dit, de quitter les éditions Dupuis, leur carcan moraliste et le fait que Charles Dupuis publiait les aventures du cow-boy solitaire en format broché (format souple – tandis que les autres auteurs étaient en format cartonné), pour passer chez Dargaud et enfin se voir publier en format cartonné.

Humiliation ultime, coup de couteau dans le dos supplémentaire pour les éditions Dupuis car n’ayant pas signé de contrat pour les deux derniers Lucky Luke prépubliés dans l’hebdo Spirou, voilà que « La diligence » et « Le Pied-tendre » paraissent directement en album (cartonnés) chez Dargaud !

En ce temps là, mon père étant plutôt Spirou et donc, éditions Dupuis, les aventures de Lucky Luke publiées chez Dargaud ne se sont jamais invitées dans notre biblio… Ce n’est que bien plus tard que je me suis intéressée à la collection publiée chez l’ennemi d’en face ! MDR

Il est à noter que j’ai lu l’album publié chez Dargaud, une édition d’origine, et pas une réédition de chez Lucky Comics, ce qui fait que sur ma couverture, Lucky Luke a une clope entre ses lèvres (et pas un horrible brin d’herbe) et qu’il fume dans l’album.

Putain (pardon), voilà une excellente aventure de notre poor lonesome cow-boy ! Des histoires de qualité scénaristique comme on aurait aimé en trouver dans les albums suivants, un album dans la veine des meilleurs publiés chez Dupuis.

La Wells Fargo passe partout, et ce ne sont pas des bandits qui vont empêcher, ses diligences de passer, alors, on en charge une d’un gros chargement d’or, on lui met sur le siège le meilleur conducteur, Hank Bully, ainsi que le meilleur accompagnateur, Lucky Luke !

Les passagers de la diligence sont un véritable panel de ce que l’on pourrait trouver dans le far-west de l’époque : un joueur de cartes professionnels, un petit employé de bureau, sa mégère de femme, un prêcheur, un photographe et un vieux chercheur d’or.

Cet album est bourré de gags à répétition comme je les aime, notamment avec le menu que les relais de la Wells Fargo servent matin, midi et soir aux passagers et basé systématiquement sur des patates et du lard, ce qui donne lieu à des paris entre les passagers et certaines combines.

La diligence, tirée par 4 chevaux dont Hank connait tous les noms (oups, pas toujours), roulant assez vite, heurte régulièrement de grosses pierres et ces chocs perturbe l’ordre des cartes dans les jeux de poker et fait échouer les tentatives de triches.

Running gag aussi avec le joueur de cartes professionnel qui se retrouve toujours à chaque départ de l’étape, recouvert de plumes et de goudron. Enfin, de goudron et de plumes, faut les mettre dans le bon ordre !

Bien des péripéties et des attaques vont émailler cette traversée avec une diligence transportant de l’or dans ses malles, les personnages vont évoluer, certains se révéler, on aura de nouveau arrivant, de belles amitiés, et puis, suspense, d’autres peuvent être des traitres, et là, ce sera à vous de découvrir qui !

Et pour ceux ou celles qui seront attentives aux décors et aux traits de certains personnages, ils découvriront un certain Alfred Hitchcock ! Sans oublier une référence historiquement vraie au bandit Black Bart qui signait ses méfaits d’un poème de son cru.

Bref, un super album avec un excellent scénario, des personnages attachants, amusants, des running gags qui ne sombrent jamais dans le lourdingue, du suspense et des péripéties qui vous feront oublier votre mojito à côté de vous !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), le Challenge « Polar Historique » de Sharon et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le « Mois Américain – Septembre 2017 » chez Titine.

Lucky Luke – Tome 55 – La Fiancée de Lucky Luke : Morris & Guy Vidal


Titre : Lucky Luke – Tome 24 – La Fiancée de Lucky Luke

Scénariste : Guy Vidal
Dessinateur : Morris

Édition : Dargaud (1985)

Résumé :
Purgatory, une petite ville de l’ouest américain, se vide de ses habitants. Bientôt, il ne reste plus que quinze personnes. Et ce sont tous des hommes. Situation pour le moins burlesque, parce qu’à l’est il y a des milliers de femmes sans hommes.

Il ne restait dés lors qu’une seule alternative, faire traverser tout le pays par une caravane afin de retrouver l’âme soeur.

Et pour conduire cette caravane, c’est Lucky Luke qui est choisi. Car ce sont les femmes de l’est qui voyageront en caravane.

Luke n’est pas du tout enthousiaste. Il aurait préféré des vaches ou des pionniers. Mais au vu de l’insistance du maire, il est contraint de céder.

Critique :
Mais qu’est-ce que c’est que cet album ? On dirait une resucée de l’excellent « La caravane » avec Lucky Luke qui doit escorter un convoi de caravanes, mais composée uniquement de femmes…

Certes, le conducteur n’est pas Ugly Barrow, mais Hank Bully (la dilligence) et Lucky Luke sera accompagné d’un jeune précieux pour qui les femmes ne sont pas sa tasse de thé.

Hank Bully jure moins sur ses mules que Ugly Barrow (la caravane), mais l’assistant de Luke a tout des manières de Monsieur Pierre, le coiffeur français de « La caravane ».

Même scénario, puisqu’à quelques détails près, les mêmes choses se répètent : un méchant s’est glissé dans la caravane des femmes, se déguisant et il faudra le démasquer, elles se feront attaquer par les indiens et le moyen de s’en sortir sera à peu de choses près le même que le stratagème utilisé dans l’album « La caravane », elles vivront quelques péripéties et subiront des avaries.

Autrement dit, pour moi, et ceci n’est que mon humble avis, la soupe sent le réchauffé, pour ne pas dire le brûlé !

Certes, nous auront l’intervention des Dalton, mais en très peu de pages. Cela valait-il la peine de les faire intervenir ? Non… De plus, comment pouvaient-ils se trouver à proximité de la ville de destination de Lucky Luke ??

L’album aurait pu être drôle avec les clichés sur les femmes que pensent les hommes, les auteurs en utilisent quelques uns, dont celui de la femme toujours en retard, comme Lily, une femme du convoi, ce qui fera dire plus tard à Luke « Rassemblez des mules et Lily ! ».

Le seul autre gags vraiment drôles proviendra d’un Dalton s’écriant « Un puma ! » et le puma s’écriant en même temps « Un dalton », pour le reste, c’est sous-exploité, je trouve.

De plus, la fiancée de Lucky Luke est un titre trompeur puisque lors de l’arrivée de la caravane, le fiancé dévolu à Jenny est en prison, les officiels de la ville ne veulent pas le libérer (il a fait une peccadille) et demandent donc à Lucky Luke de jouer le rôle du fiancé de mademoiselle Jenny et de vivre sous le même toit…

Rien de drôle, surtout que les cases dévolues à cette vie en commun sont peu nombreuses et comportent très peu de situations vraiment drôles ou cocasse.

Bref, un album qui sent la soupe réchauffée, qui est sous-exploité niveau gags potentiels, dont les Dalton n’ont rien à faire là pour si peu de cases et je ne dirai qu’une seule chose : AU SUIVANT !!

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le « Mois Américain – Septembre 2017 » chez Titine.

 

Lucky Luke – Tome 26 – Les Dalton se rachètent : Morris & Goscinny

Les Dalton se rachètent - Lucky Luke

Titre : Lucky Luke – Tome 26 – Les Dalton se rachètent

Scénariste : Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dupuis (1965)

Résumé :
Le sénateur O’Joyce veut tenter une expérience pour faire diminuer les effectifs de prisonniers dans les pénitenciers des Etats-Unis. Pour que l’expérience fasse l’unanimité, il veut la tenter avec les pires malfrats, en ‘occurrence, les Dalton !

Ainsi, la fratrie rayée jaune et noir va se voir offrir la liberté conditionnelle : si durant un mois leur comportement est exemplaire, ils seront libres. Sinon, retour en prison.

Les Dalton sont partants : Joe compte bien retrouver la liberté pour pouvoir faire ses prochains coups en homme libre !!!.

luckyluke_t26Critique : 
— Mais alors, Joe… nous sommes devenus honnêtes?
— Averell, que tu sois bête, passe, mais je n’admettrai pas que tu sois grossier !!

Les Dalton sont libres ! S’ils restent un mois sans faire de bêtises, d’attaques, de vols ou de tout ce qu’ils font habituellement, ils seront amnistiés totalement !!

Mais heu, on parle bien des Daltons, là, non ?? On oserait les remettre en liberté ? Oui, sous la surveillance de Lucky Luke, pardi !

Voilà encore un album où le talent scénaristique de Goscinny est brillant de par les situations cocasses qu’ils nous concocte ou les running gags, notamment avec Averell qui ouvre le coffre de leur banque à la dynamite.

Oui, les Dalton ont ouvert une banque… Ils sont honnêtes, ma p’tite dame !

Le scénariste croque aussi méchamment les habitants de la petite ville où cette expérience a lieu : au départ, ayant peur des Dalton, ils leur donnent leurs caisses, portefeuille dès qu’un Dalton surgit et ensuite, sachant que les Dalton ne peuvent rien leur faire, alors ils se sentent fort et abusent de la situation en les provoquant inutilement.

Toute la couardise de l’Homme résumée en quelques cases.

Et puis, il y a aussi Rantanplan qui, durant tout l’album, cherche désespérément qui est ce cow-boy à la chemise jaune.

C’est un de mes albums préféré avec les Dalton, en plus des « Cousins Dalton » et « Les Dalton dans le blizzard ». Ici, ils sont mis à l’honneur, Joe est toujours aussi teigneux et Averell crétin diplômé, quant à Lucky Luke, il est mis un peu en retrait.

Un album où l’on rit sans même se forcer tant il est brillamment scénarisé. Morris aux dessins et Goscinny aux scénarios, et c’est le paradis !

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur,  le RAT A Week Estival, Summer Edition chez Chroniques Littéraires et « Le Mois Américain 2016 » chez Titine.

CHALLENGE AMÉRICAIN 2016 - The magnificent seven

Lucky Luke – Tome 16 – En remontant le Mississippi : Morris & Goscinny

En remontant le Mississippi - Lucky Luke

Titre : Lucky Luke – Tome 16 – En remontant le Mississippi

Scénariste : Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dupuis (1961)

Résumé :
La Nouvelle-Orléans. Lucky Luke, qui vient de mener un troupeau en Louisiane, en profite pour faire du tourisme.

Mais il va se retrouver au centre d’un conflit entre deux capitaines, Barrows, celui du Daisy Belle et Lowrner, celui du ASbestos D.Plower.

Lucky Luke aidera le capitaine Barrows à remporter la course entre les deux hommes, Lowrner n’usant pas de techniques légales.

luckyluke_t16Critique : 
Voilà un album qui nous emmène sur un lieu inédit pour notre cow-boy solitaire : le Mississippi !!

On échange les plaines sauvages de l’Ouest américain pour naviguer sur la flotte à bord de ces magnifiques bateau à aubes et fonctionnant avec une chaudière à bois.

Là, Goscinny fait péter la chaudière pour notre plus grand plaisir avec toujours un bon thermos d’humour et des tasses de situations cocasses.

J’ai lu que dans certains pays, cet album avait été censuré pour racisme, mais je ne vois pas où Goscinny, juif polonais, aurait été raciste !

Que du contraire, il nous présente juste les clichés sur les populations noires de l’Amérique à cette époque… Il n’allait quand même pas leur donner des droits alors qu’ils n’en avaient pas ou si peu (le droit de la fermer, je pense). Nous sommes en Louisiane et on le ressent bien.

Moi, j’ai un gros faible pour Ned, le meilleur de tous les pilotes du Mississippi (et le plus menteur), jamais avare d’une anecdote sur le Mississippi ainsi que son acolyte Sam, détenteur du titre du meilleur verseur de café du Mississippi et du Missouri réunis !

— N’oubliez pas, mon garçon, que je suis le meilleur pilote du Mississippi… Si je vous disais que je connais tous les alligators par leurs noms et leurs surnoms…

— Vous ai-je parlé de la fois où le Mississippi était tellement sec qu’on ne pouvait naviguer qu’au petit matin à cause de la rosée ?

— Le Mississippi,… 3700km d’eau sale. Trop épais pour bien naviguer dessus, trop liquide pour cultiver… le fleuve le plus capricieux du monde !… ou bien il est tellement mouillé qu’il inonde cinq états à la fois, ou bien il est tellement sec qu’il faut le boire à la fourchette !…

luke10

Quant au capitaine Lowriver, c’est un méchant de grande envergure, prêt à tout pour ne pas que le capitaine Barrows gagne et pour cela, il va tricher, magouiller, engager les pires racailles des environs des port, comme ce bon vieux Joe de l’album « Joss Jamon ».

[Capitaine Barrows ] — Je n’ai pas besoin que mon pont soit mouillé, j’ai besoin que le Mississipi soit mouillé.

Non, rien à redire sur cet album qui nous entraine dans une aventure toute voiles dehors… Pardon, toutes chaudières à bois dehors !

Quand à la morale de l’histoire, laissons-là à Cards Devon : « J’en ai assez de cette vie de tricheur sur les bateaux du Mississippi…Je vais aller tricher sur les bateaux du Missouri ! »

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur,  le RAT A Week Estival, Summer Edition chez Chroniques Littéraires et « Le Mois Américain 2016 » chez Titine.

CHALLENGE AMÉRICAIN 2016 - Elementary

Lucky Luke – Tome 25 – La Ville fantôme : Morris & Goscinny

lucky 25

Titre : Lucky Luke – Tome 25 – La Ville fantôme

Scénariste : Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dupuis (1986)

Résumé :
Il n’y a plus qu’un habitant à Gold Hill, le vieux Powell, persuadé que sa mine contient encore de l’or.

D’ailleurs, cette mine intéresse beaucoup deux bandits, Denver Miles et Colorado Bill, qui vont tout faire pour la racheter pour une bouchée de pain, afin de la « saler » (c’est-à-dire d’y introduire un peu d’or de façon artificielle) pour la revendre plus cher. Lucky Luke va venir en aide au pauvre Powell.

Petit Plus : La Ville fantôme est la trente-neuvième histoire de la série Lucky Luke par Morris (dessin) et René Goscinny (scénario). Elle est publiée pour la première fois du no 1306 au no 1327 du journal Spirou. Puis est publiée en album en 1965.

luckyluke_t25Critique : 
Encore un de mes Lucky Luke préféré ! Pour son atmosphère propice à tous les fantasmes de peur (une ville fantôme) et pour la qualité de son scénario, Goscinny étant à la barre.

Dès le départ on sent bien que les deux zigotos couverts de goudron et de plumes que croise Lucky Luke ne sont pas des anges, quoi qu’ils en disent.

Durant tout l’album, on aura le comique de répétition avec Denver abattant son poing sur le chapeau de Colorado à chaque fois que ce dernier dira ou fera une connerie.

Et les conneries de Colorado seront légions ! Notamment trop de précipitations à accomplir ses missions et à ne pas tenir compte des impératifs de date donné par son comparse, Denver.

Bref, Colorado est une sorte de Rantanplan en version humaine, une calamité sur pattes, une erreur de la nature, le champion de tous les dîners de cons et on ne plaindrait presque Denver de devoir faire équipe avec un branquignole pareil.

— Décidément, c’est une manie ! Tout le monde veut vous pendre !
— Que je sois pendu si j’y comprend quelque chose !

Dans le registre du comique par l’absurde, colonel Mac Straggle restera tout de même numéro un (le 20ème de cavalerie) indétrônable.

Cet album nous montre les conséquences des ruées vers l’or et de ses conséquences sur ces villes champignons quand la voie aurifère n’était pas au rendez-vous. Ces villes furent désertées, abandonnées, laissées là à pourrir sur place, vide de toute vie.

Ah non, ici, à Gold Hill, un homme résiste encore et toujours et s’épuise à creuser sa mine dans le fol espoir d’en découvrir de l’or. Le vieux Powell est un personnage que l’on se surprend à apprécier, malgré son côté bougon et ermite.

Vous l’aurez compris, on aura du mystère dans cet album, de l’humour comme toujours, des situations cocasses, une petite enquête sur le salage d’une mine, des gens qui deviennent fous en apercevant un petit éclat jaune et brillant alors que la richesse est ailleurs… Dans la terre qu’ils ont retourné, notamment.

Une fois de plus un excellent album de Lucky Luke qui m’a fait une fois de plus passer un bon moment de lecture, même si je le connais presque par coeur.

— Vous allez faire de cette ville une ville fantôme ! Il ne tient qu’à vous de la faire vivre et de vivre heureux dedans !…
— Et comment ? Il n’y a pas d’or dans cette terre !
— Cette terre, vous l’avez labourée pour y chercher de l’or ! Vous n’avez plus qu’à semer !
— Lucky Luke a raison ! Moi aussi j’allais partir, mais cette terre est riche ! Il y a de l’eau et de la place ! L’or, ce sera le blé que nous y ferons pousser ! Partez si ça vous chante, mais moi je reste !

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et « Le Mois Américain 2016 » chez Titine.