À la recherche de Dracula – Carnet de voyage de Jonathan Harker : Pascal Croci et Françoise-Sylvie Pauly

Titre : À la recherche de Dracula – Carnet de voyage de Jonathan Harker

Scénariste : Françoise-Sylvie Pauly
Dessinateur : Pascal Croci

Édition : Le Pré aux Clercs (2008)

Résumé :
En 1999, le jeune Miles Alastair James effectue un remplacement à la bibliothèque d’Exeter, dans le Devon.

Il passe ses journées aux archives, où il a la charge de trier les ouvrages les plus détériorés. Au cours d’une séance de « dépoussiérage », il découvre un singulier journal, celui d’un certain Jonathan Harker, lequel inspira l’écrivain Bram Stoker pour l’écriture de son roman Dracula, publié en 1897.

La lecture de ce carnet nous plonge au cœur du mythe du vampire ; jour après jour, sans le savoir, Jonathan s’enfonce un peu plus dans les ténèbres…

Critique :
En cherchant de quoi lire pour m’occuper, mes yeux sont tombés sur cet ouvrage, publié au format dit « à l’italienne » et j’ai eu envie de me replonger dans ce livre graphique qui m’avait fait de l’oeil en bouquinerie, il y a longtemps.

Cela faisait 8 ans que je l’avais lu et mes souvenirs étant réduit à néant, le moment était idéal pour se replonger dans du vampire comme je l’aime.

La première fois que l’on prend cette bédé graphique dans les mains, on ne peut s’empêcher de la feuilleter, de l’admirer, de piocher des images de-ci de-là. C’est un très bel ouvrage et des années après, la magie opère toujours.

L’auteure s’affranchi ici de l’histoire conventionnelle telle que nous la connaissons dans le roman de Bram Stoker, même si elle reprend tous les personnages connus (hormis Arthur). Elle développe une toute autre aventure, nous la présentant sous la forme du récit de Jonathan Harker qui nous conte son voyage jusqu’au château de Dracula.

Oubliez le roman de Stoker et voyez celui-ci comme un récit de voyage fait par Jonathan et donné ensuite à Bram Stoker.

Il y a là, dans son carnet, la matière pour faire un livre sur les vampires, même si jamais le mot n’est prononcé. L’atmosphère fantastique est présente, le mystère aussi et si nous ne connaissions pas l’existence des suceurs de sang, nous serions perplexes, comme ce pauvre Jonathan.

Agrémentant son carnet de croquis, de recettes de cuisine, de cartes géographique qui nous montre le voyage, la topographie des lieux, le tout dans des tons sépias ou gris, donnent, à ce livre, des airs de carnet de voyage où le possesseur aurait ajouté des tas d’annotations.

Vu la manière dont on nous présente ce carnet (une trouvaille du jeune Miles Alastair James effectue un remplacement à la bibliothèque d’Exeter, section archives), on a vraiment l’impression d’être face à ce qui a servi de base pour le roman de Stoker, comme une mise en abyme qui nous prouverait, noir sur blanc, que tout n’est pas sorti de l’imagination de Stoker mais d’une histoire vraie.

Sans jamais parler de vampirisme, l’auteure arrive à nous les faire sentir, à nous les présenter sans que l’on sache jamais si nous sommes bien en présence des vampires (parce que nous les connaissons, nous) ou si nous sommes face à des phénomènes bizarres, étranges, oniriques et que c’est nous qui nous faisons un film.

Sans notre connaissance de l’existence des vampires, nous penserions comme Jonathan être face à des êtres étranges, bizarres, excentriques ou que nous avons bu un coup de trop…

Un beau roman/bédé graphique, qui est du plus bel effet dans une biblio et qui est à réserver aux amateurs de suceurs de sang.

Ma relecture fut un plaisir pour les yeux.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°206.

L’Ouest Américain : Jean-Yves Montagu & Alain Thomas (II)

Titre : L’Ouest Américain

Auteurs : Jean-Yves Montagu & Alain Thomas (II)
Édition : du Chêne – Grands voyageurs (1996/2014/2018))

Résumé :
Comme Christophe Colomb à la fin du xve siècle, le voyageur parcourant les parcs nationaux peut s’exclamer devant le spectacle d’une nature intacte et unique.

Avec les photographies d’Alain Thomas, on pénètre dans l’Ouest de la grandeur, de la splendeur, l’Ouest sauvage, l’Ouest infini.

Ce voyage en images à travers les grands parcs américains vous fera découvrir : la montagne avec les Montagnes Rocheuses, barrière infranchissable, véritable épine dorsale de l’Amérique du Nord, (Denali National Park, Bryce Canyon, Yellowstone…).

Le Plateau du Colorado, un plateau de grès qui à lui seul contient la plus grande partie des merveilles de l’Ouest (le Grand Canyon, Bryce Canyon, Canyon lands, Monument Valley…).

Les déserts, un ensemble très varié de zones désertiques ou semi-désertiques ; la Vallée de la Mort avec ses étendues de sel fossile à perte de vue ; le désert de Sonora avec ses cactus géants ; les Badlands au relief coloré comme la palette d’un peintre ; la Forêt Pétrifiée témoignage des bouleversements climatiques du passé…

Critique :
Une fois de plus, on s’en met plein les mirettes avec des images lumineuses, bourrées de magnifiques paysages en veux-tu en voilà.

On peut ne pas aimer la mentalité des Américains, on peut leur reprocher un génocide (à leurs ancêtres), de s’être approprié des terres qui ne leur appartenaient pas, de jouer au gendarme du Monde alors qu’ils n’y ont pas droit (ni les autres), de posséder une bombe de destruction massive alors que les autres ne peuvent pas, on peut détester son nouveau président, mais on ne peut pas reprocher à l’Amérique d’avoir des paysages merdiques ! Ses paysages sont magnifiques.

On ne pourra pas reprocher au photographe de n’avoir pas su les exploiter et de n’avoir pas su les mettre en valeur sur papier glacé !!

Ce livre est tout simplement magnifique, très bien fait, sans trop de blablas, misant plus sur le choc des photos que sur le poids des mots (sans pour autant raconter des conneries).

Le seul inconvénient, avec ce beau livre, c’est qu’il a été réédité plusieurs fois et chaque fois avec des couvertures différentes…

Si, comme moi, votre mémoire est plus photographique qu’autre chose, ça pose un énorme problème car vous risquez de vous retrouvez avec deux exemplaires du même livre (édition 1994 et 2000) dans votre bibio…

Et si quelques années ont passé, vous ne vous rendrez pas compte que les images que vous regardez avec amour, et bien, vous les avez déjà vues !

Non, il faudra un classement dans la biblio plus une horrible concordance des titres et des auteurs pour que la pièce tombe enfin.

Vous aurez compris, je le possède deux fois !

Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.

L’Ouest Américain – Territoires sauvages : Olivier Grunewald & Michel Le Bris

Titre : L’Ouest Américain – Territoires sauvages

Auteurs : Olivier Grunewald & Michel Le Bris
Édition : du Chêne (2005)

Résumé :
Go West ! Mais où le situer cet Ouest de toutes les fascinations, contrée sans limite, territoire de l’errance qui semble courir des forêts profondes du Montana au désert de l’Arizona, des grandes plaines aux convulsions géologiques des Rocheuses ?

Ces paysages fous, ces poèmes de pierre, cathédrales du Nouveau Monde, somptueusement photographiés par Olivier Grunewald nous sont aussi des paysages intérieurs et ces pistes des chemins où retrouver de fragments de nous-mêmes, enfouis et nécessaires.

Michel Le Bris … Lire la suite nous communique sa passion pour ces territoires et l’émerveillement sans cesse renouvelé devant une nature qui fait appel à la part sauvage qui est en nous.

Critique :
Autant dire les choses telles qu’elles sont, sans gants, sans diplomatie, à chaud : putain de sa mère, les photos de malade qu’il y a dans ce livre ! Magnifiques !

Et elles me font toujours cet effet alors que cela fait des années que je possède ce beau livre et que je l’ai déjà feuilleté quelques fois dans ma vie.

Ici, un peu de bla-bla et pour le reste, c’est zéro tracas, hormis le fait qu’on a une énorme envie de partir là-bas pour voir ces paysages en encore plus vrai que sur les photos.

Oui, les photos sont de tellement bonnes qualités et le travail derrière est sans nul doute important, mais le rendu est impeccable et les couleurs, les images, vous sautent aux yeux et il est difficile de s’en détacher, ou alors, on a l’effet inverse, on devient fébrile et on effeuille le livre en vitesse, pour se gorger de toute cette nature sauvage sublimée.

Si dans le pire des cas vous le faisiez à la va-vite, pas de soucis, vous y reviendrez ensuite pour le faire dans les règles de l’art, avec lenteur et concentration.

Arpentez donc le désert du Sonora, visiter le sublime Colorado, pays des canyons, pénétrez dans la Sierra Nevada et ouvrez les yeux sur le Yellowstone avant de répondre à l’appel du Wilderness… N’oubliez pas de bien vous couvrir pour les images sous la neige.

Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.