Bilan Livresque Mensuel : Décembre 2018

Et voilà déjà le dernier Bilan Livresque de l’année ! 2018 a passé comme une balle, à une vitesse folle et on tire déjà un trait sur elle pour accueillir 2019.

Niveau lectures pour Décembre, ce dernier mois, celui où l’on accroche les boules, qu’on déroule les guirlandes et qu’on met le petit Jésus dans la crèche ?

Tout et son contraire ! Des coups de cœur, mais aussi des abandons en cascade ! J’ai hésité à les incorporer, mais vu que ces 3 bouquins balancés m’ont fait perdre un précieux temps de lecture, je les incorpore dans le Bilan Mensuel mais je ne les comptabiliserai nulle part, si ce n’est dans le compte « pertes et profits » ou dans celui de la PAL.

J’avais beau être en congé avant les fêtes de Noël, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour lire tout ce que j’aurais souhaité lire.

La faute à un temps merdique pluvieux qui fait que les poulettes ont dû être rentrée au box et je ne vais pas vous faire un dessin, mais après une semaine de box, même en sortant tous les jours (dès que ça pleut moins, sinon, ça fout en l’air les prairies), je ne vous dit pas les brouettées de merde que je dois sortir !

Et je n’ai même plus la grande chienne Zaza (surnom) pour se mettre dans mon chemin ou se foutre dans mes pieds pour avoir un câlin lorsque je fais les box… Oui, il y avait un gros vide…

Anybref… Revenons à du plus joyeux !

J’ai tout de même réussi à lire 8 romans, abandons non compris, bien entendu, sinon, c’était 11. Ajoutons à cela 14 BD, 2 mangas, 1 comics et vu 4 films. C’est déjà pas si mal.

Ben oui, je suis satisfaite de moi, pour une fois ! Les Fêtes me font chi** alors réjouissons-nous avec autre chose ! (oui, je parle de moi à la première personne du pluriel, comme vos Louis ou Alain Delon).

On commence !

Et si Yeshua de Nazareth avait eu un fils ? Et si on allait assister à la crucifixion du prophète de Dieu ? Et si on se lisait ça comme un thriller religieux, sans se prendre la tête ou sombrer dans le prosélytisme ? Apocryphe de René Manzor (ICI) peut se lire sans crainte et sans peur car l’auteur vous transmet une histoire et non pas un dogme. Un coup de cœur !

Sans doute que je n’étais pas faite ou pas prête pour lire L’empire des chimères de Antoine Chainas (ABANDON) car je suis passée à côté, mais alors là, plus à côté que ça, tu meurs ! Les avis lus étaient unanimes, dont certains en provenance de blogueurs de confiance, mais ce roman bizarre ne doit pas être fait pour moi, ou alors, je dois le reprendre en sachant que celui-ci sort totalement de mes sentiers habituels et même buissonniers.

Si vous avez des envies de partir dans le trou du cul du Colorado pour jouer à la chasse à l’évadé ou pour tenter de ne pas vous faire reprendre (choisissez votre camp), Évasion de Benjamin Whitmer (ICI) est fait pour vous. Un scénario taillé au scalpel, de la neige, une alternance de narrateurs et de points de vue, des personnages aussi paumés que leur bled… On oublie le rêve Américain et on plonge dans la réalité qui est bien moins glamour qu’on ne le pense. Un livre écrit au vitriol !

Souvent, dans nos LC avec Bianca, soit l’une aime le roman et l’autre rame dedans, soit on adore toutes les deux, soit on peut aussi ne pas trop aimer, mais c’est la première fois que nous sommes unanimes pour un abandon ! Une autre vie de S.J Watson – LC Bianca (ABANDON) a du mal à décoller et nous nous sommes arrêtées quasi au même passage ! Par de persévérance dans ce roman.

On étouffe souvent dans le dérangeant My absolute darling de Gabriel Tallent (ICI). Le coeur doit être bien accroché sinon, c’est le fossé direct car le récit est noir, sombre, violent, en particulier certaines scènes. On touche aux tabous… Si j’ai tenté de ne pas m’attacher trop au départ, afin de ne pas terminer sur les genoux, j’ai tout de même eu de l’empathie pour Turtle, la jeune fille froide, narratrice de ces pages. Un roman qui laisse groggy.

Nom de Zeus, tout avait bien commencé, pourtant ! Le premier chapitre, avec le soldat écrivant des tranchées (1941) à sa fille pas encore née était d’une poésie, d’une force, d’une émotion tellement forte que mon coeur n’en pouvait plus de tant de bonheur. Pourtant, après, lorsque nous sommes revenus à notre époque, j’ai décroché de La viande des chiens, le sang des loups de Misha Halden (pseudo de Justine Niogret) (ABANDON) car l’histoire ne me passionnait plus du tout.

Lui, je voulais le lire avant la fin de l’année et je me suis pris une baffe, un uppercut, un crochet du droit et du gauche, un coup de pied dans le bide avec Corruption de Don Winslow (ICI). Effectivement, on dirait « Le parrain » mais avec des flics à la place des mafiosis ! Dur, sans concession, violent, bourré de sales flics véreux qu’on se surprend à aimer, pourtant. Don Winslow, un auteur qui frappe ses lecteurs sous la ceinture !

Ben non, je n’avais toujours pas lu ce grand classique qu’est La case de l’Oncle Tom de Elizabeth Harriet Beecher-Stowe (ICI) !! Lui, il est bizarre… Voilà un roman qui possède des personnages trop stéréotypés, où les méchants se repentent un peu trop à mon goût, l’écriture est romancée, le scénario un peu too much à certains moments et malgré les défauts,  j’ai adoré le récit et le roman ! Cherchez pas…

Un thriller fantastique ?? Je suis pour !! Oubliez ce que vous pensez car si Population 48 d’Adam Sternbergh (ICI) commence comme un whodunit classique en huis-clos (petite ville perdue de 48 habitants), on bascule vite dans tout autre chose et le lecteur n’aura de cesse d’être balloté par l’auteur et d’aller vers une tout autre destination que celle qu’il pensait. Excellent !

Santiago Quiñones, flic à Santiago du Chili est de retour ! Fidèle à lui-même… Autrement dit, rien d’un Sherlock Holmes. La légende de Santiago de Boris Quercia (ICI) est un roman noir sombre, violent, cynique qui met en avant un flic borderline et une ville (Santiago, Chili) en pleine mutation, gangrénée par le racisme, la xénophobie et la pédophilie. Ce troisième tome clôt la trilogie de Santiago Quiñones d’une manière magistrale.

Basé sur une histoire vraie, mélangeant le récit et les faits, David Grann nous la joue à la Truman Capote dans La note Américaine (ICI) car l’auteur nous explique les meurtres crapuleux qui eurent lieu dans la réserve indienne Osage en Oklahoma (et en dehors). Comme toujours, on en prend plein sa gueule dès que l’on parle des spoliations dont furent victimes les Amérindiens, du fait qu’on les considérait comme des attardés mentaux (au pire) ou comme des enfants (au mieux) et que maintenant qu’ils étaient assis sur des millions, ben ils pouvaient foutre le camp de cette terre merdique où on les avait foutu.

Bilan Livresque Mensuel : 8 livres (+ 3 abandons = 11 sortis de la PAL)

  1. Apocryphe : René Manzor
  2. L’empire des chimères : Antoine Chainas (ABANDON)
  3. Évasion : Benjamin Whitmer
  4. Une autre vie : S.J Watson – LC Bianca (ABANDON)
  5. My absolute darling : Gabriel Tallent
  6. La viande des chiens, le sang des loups : Misha Halden (ABANDON)
  7. Corruption : Don Winslow
  8. La case de l’Oncle Tom : Elizabeth Harriet Beecher-Stowe
  9. Population 48 : Adam Sternbergh
  10. La légende de Santiago : Boris Quercia
  11. La note Américaine : David Grann

Bilan Livresque Mensuel : 14 bédés / 2 mangas / 1 Comics

  1. Nains – Tome 10 – Abokar du Bouclier : Nicolas Jarry & Nicolas Demare
  2. Nains – Tome 11 – Torun de la forge : Nicolas Jarry & Pierre-Denis Goux
  3. Nains – Tome 12 – Kardum du Talion : Nicolas Jarry et Stéphane Créty
  4. Orcs & gobelins – Tome 2 – Myth : Sylvain Cordurié & Giovanni Lorusso
  5. Orcs & gobelins – Tome 3 – Gri’im : Nicolas Jarry & Stéphane Créty
  6. Orcs & gobelins – Tome 4 – Sa’ar : Nicolas Jarry, Paolo Deplano & Bojan Vukic
  7. Orcs & gobelins – Tome 5 – La Poisse : Olivier Peru et Jean-Luc Istin
  8. Naufragés d’Ythaq – Tome 15 – Imperator Express : Arleston & Floch
  9. Elfes – Tome 20 – Noirs d’écailles : Marc Hadrien & Dimat
  10. Elfes – Tome 21 – Renaissance : Jean-Luc Istin & Kyko Duarte
  11. Les maîtres inquisiteurs – Tome 01 – Obeyron : Peru & Goux
  12. Les Maîtres inquisiteurs – Tome 2 – Sasmaël : Nicolas Jarry & Paolo Deplano
  13. Les Maîtres inquisiteurs – Tome 3 – Nikolaï : Jean-Luc Istin & Augustin Popescu
  14. Le roy des ribauds – Tome 3 : Vincent Brugeas & Ronan Toulhoat
  15. La main droite de Lucifer – Tome 6 : Naoki Serizawa [MANGA]
  16. Great Teacher Onizuka – Tome 10 : Tôru Fujisawa [MANGA]
  17. Northlanders – Tome 1 – Le Livre Anglo-Saxon : Brian Wood & Collectif [COMICS]

Bilan Filmesque : 4 films & 1 série (2 épisodes)

  1. Kill Bill 1 de Quentin Tarantino (2003)
  2. Star Wars – Épisode VI – Le retour du Jedi de George Lucas (1983)
  3. The Amazing Spiderman de Marc Webb (2012)
  4. Men In Black 3 de Barry Sonnenfeld (2012)
  5. Young Sheldon – Saison 2 – Épisodes 9 et 10

Publicités

Bilan Livresque Mensuel : Février 2017

bilan-scrat-on-ne-lache-rien-malgre-le-froid-ok

Février, le Mois le plus court de l’année ! Le moins productif en lecture alors ?

Non, je ne dirais pas ça parce que, mes amis, je n’ai pas chômé !

12 romans, 14 bédés,  3 Comics et 2 Mangas, ce qui n’est déjà pas si mal vu le mois de malade que j’avais, entre le boulot, le ménage, le reste… Et ceci n’est pas du fictif, messieurs dames !

Un petit roman australien pour commencer. Chat sauvage en chute libre de Mudrooroo (ICI) où l’auteur raconte son aventure personnelle qui n’était pas facile, vu qu’il était le fils d’un Blanc et d’une Aborigène. C’est court, c’est pas long, mais c’est puissant, l’amertume de l’auteur transpire de chaque phrase et on sent bien que jamais il ne fera un effort pour s’en sortir dans la vie puisque la vie l’a mis sur le côté dès le départ. Un récit qui, hélas, est toujours contemporain.

Pour les amateur d’argot, sautez de suite sur Touchez pas au grisbi ! d’Albert Simonin (ICI). Nous sommes dans le milieu de la truande, ça jacte comme dans les Tontons Flingueurs, mais l’usage de termes argotiques que je ne connaissais pas du tout m’a souvent obligé à utiliser le glossaire final (où ils ne se trouvent pas tous) et de ce fait, j’ai souvent perdu le fil de ma lecture.

On reste dans le milieu de la truande, mais on file aux States avec l’excellent Ne mourez jamais seul de Donald Goines (ICI) qui est le récit d’une vengeance qui ne tourne pas comme elle devrait et qui aura des conséquences imprévues sur tout le monde. Un récit court, brutal, violent, des personnages bien typés, de l’adrénaline, du café fort, de la tension, le tout planté dans un décor véritable, dans des quartiers sordides, et c’était pas en carton.

Bon, on se déride les zygomatiques avec le génial Aux urnes, les ploucs ! de Charles Williams (ICI) et qui nous fait revenir dans un trou perdu, chez Oncle Sagamore qui n’a que des tours pendables dans sa tête. De quoi rendre fous les flics, le shérif, les habitants du comté et d’ailleurs et de perturber sérieusement les élections du nouveau shérif. Jouissif !

Je ne reste jamais loin du milieu des magouilleurs de tout poil, ni des troquets, moi. Amérique, après la Grande Dépression, dans un Roadhouse, au milieu des jeux clandestins et de l’alcool distillé. Une poire pour la soif de James Ross (ICI) est un roman noir, sombre, un café sans sucre, sans lait, sans rien. L’espoir est foutu le camp sans prévenir les personnages de ce roman. Le final est d’ailleurs d’un cynisme à aller se pendre au premier arbre qui passe.

J’avais adoré le premier opus (Trois mille chevaux vapeur), alors c’est tout naturellement que j’ai plongé sur Equateur d’Antonin Varenne (ICI) afin de suivre les pérégrinations mouvementées de Pete Ferguson. Pour voyager, j’ai voyagé, j’ai vu du pays et j’ai apprécié la compagnie taciturne de Pete.

Yvan nous avait suggéré cette trilogie pour nos LC, nous avons donc empoigné le dernier, Les chemins de Damas – Les prophéties – Tome 3 de Pierre Bordage [LC avec Stelphique] (ICI) afin de boucler la boucle et de voir si nous allions encore frémir. Nous avons frémi devant ce récit violent, sans concession et réaliste. On ne sort jamais tout à fait indemne de ces romans aux relents trop réalistes qui nous dresse les poils sur les bras car ceci pourrait très bien nous arriver.

Que dites-vous ? Si ma mère suce des bites en enfer ?? Non, mais dites donc, sale démon, je ne vous permet pas !! Tout le monde a entendu parler du film L’exorciste mais qu’en est-il du roman original écrit par William Peter Blatty (ICI) ? Le film faisait peur à l’époque, le roman aussi, sans doute, mais en 2017, ce n’est pas ça qui m’enverra me terrer sous le lit ! Un bon moment de lecture malgré tout.

LE premier roman du King et je ne l’avais pas encore lu ! Shame on me car Carrie de Stephen King (ICI), bien que très court, comporte déjà un condensé de ce que nous retrouverons souvent dans les romans de l’auteur : du fantastique et du fanatisme religieux. Victime des brimades de ses camarades de classe, Carrie va se déchaîner à LA brimade de trop et le résultat sera le plus grand barbecue humain jamais vu…

Un petit roman post-apocalypse ? Quoi ? Encore ? Oui, mais celui-ci est différent des autres, mais je ne vous en dirai pas plus sur l’excellent Dans la forêt de Jean Hegeland (ICI) car sa chronique viendra plus tard. Mais sachez, d’or et déjà, que j’ai adoré ce roman !

Encore Sherlock Holmes ? Ben oui, désolée, c’est mon vice, donc… Si je n’avais que moyennement apprécié le pastiche « Les avatars de Sherlock Holmes », ma copinaute Noctembule m’avait plus que conseillé Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes écrit par un Collectif d’auteurs (ICI). Hop, un petit tour à la librairie et on plonge de suite dedans ! Bon, la première histoire se retrouve dans les avatars, mais pour le reste, j’ai grandement apprécié les différents histoires.

Et puis ensuite, un peu de Noir avec Deux soeurs de Barbara Garlaschelli (ICI) qui est présenté comme un thriller psychologique et qui évoquerait, de par ses personnages tourmentés et sa noirceur, le Misery du King.

Alors on va se mettre d’accord de suite, le Misery est hors catégorie et si on a aussi une détention non consentie, on est loin du calvaire infligé à Paul Sheldon par cette tarée d’ Annie Wilkes ! Malgré tout, c’était un roman prenant mais Wilkes reste toujours au top des personnages tourmentées ET tarée, bien que la Amélia du roman soit aussi un cas tourmenté.

Bilan Livresque Mensuel : Février 2017 – 12 romans

  1. Chat sauvage en chute libre : Mudrooroo
  2. Touchez pas au grisbi ! : Albert Simonin
  3. Ne mourez jamais seul : Donald Goines
  4. Aux urnes, les ploucs ! : Charles Williams
  5. Une poire pour la soif : James Ross
  6. Equateur : Antonin Varenne
  7. Les chemins de Damas : Pierre Bordage [LC avec Stelphique]
  8. L’exorciste : William Peter Blatty
  9. Carrie : Stephen King
  10. Dans la forêt : Jean Hegeland
  11. Le détective détraqué ou les mésaventures de Sherlock Holmes : Collectif
  12. Deux soeurs : Barbara Garlaschelli

Bilan Livresque Mensuel : 14 bédés, 3 comics et 2 manga = 19 lectures

  1. Fables – Tome 22 – Et ils vécurent heureux : Willingham & Buckingham (Comics)
  2. Black Butler – Tome 23 : Yana Toboso (Manga)
  3. Lincoln – Tomes 1 à 8 : Jérôme Jouvray & Olivier Jouvray (5 lus)
  4. Les vieux fourneaux – Tome 3 – Celui qui part : Lupano et Cauuet
  5. Fables – Tome 23 – Adieu : Willingham & Buckingham (Comics)
  6. Baker Street – Tome 1 – Sherlock Holmes n’a peur de rien : Pierre Veys & Nicolas Barral
  7. Baker Street – Tome 2 – Sherlock Holmes et le club des sports dangereux : Pierre Veys &  Nicolas Barral
  8. Pinkerton – T3 – 1862, Dossier massacre d’Antietam : Rémi Guérin
  9. Undertaker – Tome 3 – L’Ogre de Sutter Camp : Xavier Dorison
  10. Le maître d’armes : Dorison & Parnotte
  11. Moby Dick : Olivier Jouvray & Pierre Alary
  12. Rubrique-à-brac – Taume 2 : Gotlib
  13. American Vampire – T1 – Sang neuf : Snyder, S. King & Albuquerque (Comics)
  14. L’histoire secrète du FBI – Tome 1 – La peur rouge : Marc Vedrines
  15. Sherlock – Une étude en rose : Moffat, Gatiss & Jay (Manga)

Bilan Livresque Mensuel : 1 Film et 10 épisodes de Séries 

  1. [SÉRIE] Sherlock – Saison 4 – Épisode 1 – The Six Thatchers
  2. [SÉRIE] Sherlock – Saison 4 – Épisode 2 – The Lying Detective
  3. [SÉRIE] Sherlock – Saison 4 – Épisode 3 – The Final Problem
  4. The magnificent seven [FILMS] d’Antoine Fuqua (2016) – Je m’attendais à pire, ma foi, ça se laisse regarder.
  5. Elementary – Saison 5 – Épisode 13
  6. Sleepy Hollow – Saison 4 – Épisodes 2 – 3 – 4
  7. The Big Bang Theory – Saison 10 – Épisodes 14 – 15 – 16

#LeFilmDeLaSemaine2017

bilan-scrat-happy-ok

Bilan Livresque Mensuel : Août 2016

BILAN - SH - basil-detective-prive-03-g

Que nous a réservé août ? Pas très chouette niveau températures, hormis sur la fin avec des canicules…

Et niveau lectures ? Plus prolifiques en mangas et bédés qu’en roman !

7 romans lus, mon pire score de l’année !!

Niveau mangas, ce fut 19 titres et en bédés, 10 titres.

Puisqu’il n’y a pas de quoi pavoiser, je vais vous donner mes lectures…

Pour bien commencer le mois, j’avais sorti de nouveau un roman participant à la Coupe d’Europe des Livres en la personne de Sombre vallée de Thomas Willmann, qui, comme son titre l’indique, est sombre de chez sombre ! C’est lent, poétique, avec de la psychologie dans les personnages et dans l’analyse de la position de Greider, à la fin, sans oublier de la rédemption. On frémit de ce qui pourrait nous attendre au détour de l’une comme au détour des forêts sombres et couvertes de neige de ce coin perdu où il ne fait pas bon y échouer.

Autre participant de la Coupe du Monde des Livres, c’est Bondrée d’Andrée A. Michaud que j’avais acheté à la Foire du Livre de Bruxelles en 2015 ! Un roman prenant, une enquête qui ne sera pas facile, remplie de douleur, de questions, de suspicions, de vieilles légendes et de regards en biais. Le tout sur fond d’une époque révolue qu’était l’été 1967 que je viens de vivre par procuration en lisant ce roman.

« Les initiés » de Thomas Bronnec aura une fiche un de ces quatre matins, mais des circonstances indépendantes de ma volonté ont fait que je n’ai pas terminé ce roman…

Pour la LC du mois, nous avions fait confiance à la proposition non cochonne d’Yvan et ouvert L’Évangile du serpent – Les Prophéties I de Pierre Bordage [LC avec Stelphique]. Un roman coup de poing dans le plexus, même si on savait déjà ce qui est dit, voir que d’autres ont compris, ça fait du bien. Un roman écrit avec une plume cynique, amère, une critique bien sentie de notre société et de notre mode de pensées, d’actions, sur nos peurs, le tout sans donner de leçon.

Chouette, on a enfin eu droit à la version traduite correctement, alors, j’ai pris le temps de redécouvrir mon vieux « 1275 âmes » non caviardé et renommé Pottsville, 1280 habitants du grand Jim Thompson. Décapant ! Hilarant ! Un roman bien noir et cynique, où l’on rit (jaune) très souvent… Un régal en version intégrale.

Un roman que je conseillerais à ceux ou celles qui voudraient découvrir les romans noirs en commençant par un qui est noir comme un café serré mais jubilatoire de par ses dialogues et ses situations cocasses.

Un roman noir où les cadavres se ramasse à la pelle, où le racisme est roi puisque nous sommes dans le Sud, où le shérif est un feignant de premier ordre, passant son temps à manger, à faire des siestes, à ne pas trop en faire sauf quand il honore ses maîtresses. Bref, il est amoral et possède tous les vices.

Voilà donc un roman qui n’a sans doute pas usurpé son titre de « le chef-d’œuvre de Trevanian ». Je veux parler bien entendu de Shibumi qui m’a fait voyager entre différentes époques et différents pays. C’est un habile mélange entre le roman d’espionnage et une critique acerbe de l’Amérique, tout en se  baladant de Washington au Pays basque en passant par la Chine et le Japon d’avant et d’après guerre.

 Un excellent roman noir rural (même si je n’ai pas retrouvé les émotions de « Rural Noir ») car ici, impossible de m’identifier avec l’un ou l’autre personnage dans Le verger de marbre d’Alex Taylor. C’est puissant et ça ne se boit pas au petit-déjeuner car ce genre de petit noir, il arrache !

Interspace

Bilan Mensuel Livresque Août : 7 romans

  1. Sombre vallée : Thomas Willmann
  2. Bondrée : Andrée A. Michaud
  3. Les initiés : Thomas Bronnec
  4. Évangile du serpent – Les Prophéties I : Pierre Bordage [LC avec Stelphique]
  5. Pottsville, 1280 habitants : Jim Thompson
  6. Shibumi : Trevanian
  7. Le verger de marbre : Alex Taylor

Bilan Livresque Mensuel Août : 19 mangas

  1. Détective Conan – Tomes 1 : Gosho Aoyama
  2. Détective Conan – Tomes 3 : Gosho Aoyama
  3. Détective Conan – Tomes 4 : Gosho Aoyama
  4. Détective Conan – Tomes 5 : Gosho Aoyama
  5. Détective Conan – Tomes 14 : Gosho Aoyama
  6. Détective Conan – Tomes 15 : Gosho Aoyama
  7. Détective Conan – Tomes 16 : Gosho Aoyama
  8. One Piece – Tome 1 : Eiichiro Oda
  9. One Piece – Tome 2 : Eiichiro Oda
  10. One Piece – Tome 3 : Eiichiro Oda
  11. One Piece – Tome 4 : Eiichiro Oda
  12. One Piece – Tome 5 : Eiichiro Oda
  13. One Piece – Tome 6 : Eiichiro Oda
  14. One Piece – Tome 7 : Eiichiro Oda
  15. One Piece – Tome 8 : Eiichiro Oda
  16. One Piece – Tome 9 : Eiichiro Oda
  17. One Piece – Tome 10 : Eiichiro Oda
  18. One Piece – Tome 11 : Eiichiro Oda
  19. Capitaine Albator – Dimension Voyage – T2 : Reiji Matsumoto

Bilan Livresque Mensuel Août : 10 bédés

  1. Les archives secrètes de Sherlock Holmes – Retour à Baskerville Hall : Chanoinat & Marniquet
  2. Sept nains : Wilfrid Lupano & Roberto Ali
  3. Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B : Jacques Tardi
  4. Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B – T2 – Mon retour en France : Jacques Tardi
  5. De Cape et de Crocs – Intégrales 2 – Actes III à IV : Alain Ayroles & Jean-Luc Masbou
  6. De Cape et de Crocs – Intégrales 3 – Actes V à VI : Alain Ayroles & Jean-Luc Masbou
  7. De Cape et de Crocs – Intégrales 4 – Actes VII à VIII : Alain Ayroles & Jean-Luc Masbou
  8. De Cape et de Crocs – Intégrales 5 – Actes IX à X : Alain Ayroles & Jean-Luc Masbou
  9. De cape et de crocs – Tome 11 : Vingt mois avant : Alain Ayroles & Jean-Luc Masbou
  10. Le Petit Spirou – Tome 8 : T’as qu’à t’retenir : Tome & Janry

BILAN - Zootopia Renard

Bilan Livresque Mensuel : Juillet 2016

BILAN - SDA - Dragon

Quoi de neuf docteur pour le Mois de Juillet ?? 9 livres ! De lus ou de pris dans les hanches ? (mdr)

— Les deux !
— Aie, sur la balance, ça fait mal, dans la PAL, même pas mal !

Parce que j’ai déjà fait mieux quand même que 8 romans, même si j’avais un pavé de 636 pages (Solomon Gursky) et que j’ai mis une semaine à le lire tant il était passionnant (ironie) et un autre de 552 pages (La liste des sept) qui m’a fait chier au possible, mais qui se lisait vite, contrairement à l’autre.

En comptant la petite connerie lue sur le Fantôme de Mitre Square, j’en serais à 9 mais vu qu’il était tout fin, tout fin, je ne le compte pas officiellement.

Niveau bédés, ce fut 5 relectures et 3 nouveautés ce mois-ci = 8 bédés. Les chroniques sont en cours… Si j’en fait une pour toutes.

Je l’avais mis dans mon équipe de la Coupe d’Europe des Livres et j’ai eu bien raison parce que La terre des Wilson de Lionel Salaün. Un roman court, extrêmement bon, mais j’aurais aimé plus de pages… Jamais contente ! Un roman aussi noir que le pétrole qu’on extrayait de certaines terres et qui, en peu de pages, esquisse un portrait peu flatteur des années 30 et d’une partie de ses conséquences.

Dans mon équipe, je n’avais choisi des bras cassé et je le prouve une fois de plus avec Bull Mountain de Brian Panowich qui est un roman noir sombre, dur, implacable, prenant et lorsqu’on le termine, on a l’impression de reprendre son souffle. Une saga familiale qui a tout d’un univers impitoyable… Une vraie pépite noire comme j’aime en lire.

Sur une proposition de Ju Lit Les Mots, nous avions fait un triumvirat pour une LC et sorti un roman qui prenait la poussière et ma foi, La liste des sept de Mark Frost [LC avec Stelphique et Ju Lit Les Mots] aurait pu encore continuer de prendre les poussières !! Un roman qui viole viole le canon holmésien et qui lui fait un laid enfant ! On oublie ce roman et on l’utilise pour caler des meubles.

Comme je le disais, Le fantôme de Mitre Square – Annexe au livre « Jack l’Éventreur, le secret de Mary Jane K » de Philippe R. Welté ne comporte pas beaucoup de pages et il a réussi à me faire soupirer avec ses histoires de fantômes capillotractées ! On oublie aussi !

De nouveau un roman sélectionné pour la Coupe d’Europe des Livres mais il ne m’a pas donné tout le plaisir que j’espérais. Certes, Sécessions de Olivier Sebban dresse une belle fresque de l’Amérique durant une période allant de 1842 à 1862 mais je n’ai ressenti aucune empathie pour les personnages. Un roman exigeant qui plaira sans nul doute aux amateurs de littérature un peu pointue.

Un vieux copain, ce Ned Crabb et si son Meurtres à Willow Pond est moins poilant que son « La bouffe est Chouette à Fatchakulla » il n’en porte pas moins l’empreinte de sa plume assez spéciale. Ses personnages sont typés, il prend le temps de nous décrire le tout avant de nous plonger dans ce petit huis-clos dont la fin est assez tumultueuse. Pour moi, un excellent moment de lecture avec de l’humour et des rebondissements, le tout dans un cadre merveilleux.

Quand les flics veulent un coupable à tout prix et que la justice cafouille, ça donne un roman qui fout la trouille ! Arrêtez-moi là ! de Iain Levison est ce roman qui vous fait suer froid en pensant que ça pourrait vous arriver et que ça est arrivé à d’autre… Une lecture prenante, lourde, donnant l’impression que la lumière ne va jamais se rallumer. Et dire qu’il ne reste même plus l’espoir quand noir c’est noir.

Dans le cadre d’une nouveauté dans mon blog ainsi que dans ceux de Stelphique et de Nathalie, nous avons développé un nouveau concept de LC et c’est avec Serre-moi fort de Claire favan [WRC – Chronique d’une autopsie littéraire annoncée] que nous avons inauguré notre Women’s Reading Club.

Il était mon numéro 1 dans ma Coupe d’Europe des Livres et j’en ressort déçue de ce pavé de 636 pages qu’est Solomon Gursky de Mordecai Richler. Non, tout n’est pas à jeter, j’ai apprécié le plus les passages sur Solomon, justement et sur son grand-père, Ephraïm et j’aurais aimé en apprendre encore plus sur eux, ne suivre qu’eux et la famille Gursky. Hélas, il y a tous les passages avec Moses Berger qui eux, m’ont endormi.

Bilan Livresque Juillet : 9 romans

  1. La terre des Wilson : Lionel Salaün
  2. Bull Mountain : Brian Panowich
  3. La liste des sept : Mark Frost [LC avec Stelphique et Ju Lit Les Mots]
  4. Le fantôme de Mitre Square – Annexe au livre « Jack l’Éventreur, le secret de Mary Jane K » : Philippe R. Welté
  5. Sécessions : Olivier Sebban
  6. Serre-moi fort : Claire Favan [WRC]
  7. Meurtres à Willow Pond : Ned Crabb
  8. Arrêtez-moi là ! : Iain Levison
  9. Solomon Gursky : Mordecaï Richler

Niveau Bédés : 8 lues (5 relectures et 3 nouveautés)

  1. Sherlock Holmes – T2 – La folie du colonel Warburton : Croquet & Bonte (46 pages)
  2. Sherlock Holmes – T3 – L’ombre de Menephta : Croquet & Bonte (46 pages)
  3. Sherlock Holmes – T4 – Le Secret de l’île d’Uffa : Croquet & Bonte (50 pages)
  4. Sherlock – Tome 1 – Révélation : Convard & Le Hir (47 pages)
  5. Sherlock – Tome 2 – Les coquelicots du Penjab : Convard & Le Hir (47 pages)
  6. Nains – Tome 3 – Aral du Temple : Jarry et Deplano 
  7. Nains – Tome 4 – Oösram des Errants : Jarry et Bordier
  8. Elfes – Tome 14 – Le jugement de la fosse : Corbeyran et Vukic

BILAN - Zootopia Renard

La liste des sept : Mark Frost [LC Stelphique et Ju Lit Les Mots – Impressions de lecture 3/3]

Impressions du Cannibal Lecteur (page 1 à 200) : Heu… ben… Comment vous dire… C’est simple : WTF ???
Une pincée de fantastique, je ne suis pas contre mais Conan Doyle qui reste de marbre lorsque Blavatsky – une auteure qu’il disait folle – lui annonce que ce qui a dévasté son appart était une explosion ectoplasmique, qu’il n’ébauche même pas un sourire moqueur ou qu’il ne balance pas des « C’est cela, oui » avec la voix de Lhermitte dans Le Père Noël, moi, ça me troue le cul. Quand au reste de ces 200 premières pages, je ne dirai rien de plus mais la loco qui attend, on se croirait revenu sur la voie 9 trois-quart !

Impressions de Stelphique (page 1 à 200) : Je m’ennuie….
Alors qu’il semblerait qu’il ait tout pour me plaire (j’adore le fantastique, les ambiances sombres et les phénomènes inexpliqués), je lutte… Je ne sais pas trop bien à quoi cela tient… Mais je m’ennuie…. D’une force….

Impressions de lecture de Ju lit les Mots (page 1 à 200) : Comment dire ??? …
Le début est prometteur, j’ai même dis aux filles, yes ça commence fort ! Bon c’était juste le début, hein ! Au bout de 60 pages j »ai vraiment commencé à m’ennuyer ferme, mais je me disais « Na » c’est juste une mauvaise impression ça va décoller… 120 pages : My God, c’est long ! Trop d’imagination tue l’imagination. Tout est trop…. Au départ je pensais lire un roman d’aventure de Sherlock Holmes, je me suis retrouvée dans un mélange entre l’exagération du film Alice aux pays des Merveilles et les aventures de Harry Potter ! bref trop de rebondissements qui n’apportent rien, qui brouillent les pistes et nous embrouillent…

Impressions du Cannibal Lecteur (page 201 à 400) : Et on continue dans le grand n’importe quoi !
De la philo à deux balles, l’histoire de la vie de Sparks pour faire pleurer dans les chaumières, la découverte du Graaand Méchant qui est loin d’avoir l’étoffe d’un Ramsay Snow-Bolton. On découvre à Sparks des similitudes avec le futur Sherlock Holmes et à un moment donné, je me serai crue dans La Malédiction de la Momie ! Une balle pour m’achever, s’il vous plait !

Impressions de Stelphique (page 201 à 400) : Non mais c’est quoi ce n’importe nawak ???!!!
J’ai du mal, j’ai vraiment du mal… Mais je continue coute que coute car mes trinômes l’ont déjà fini, je me dis que ce ne dois pas être si compliqué…. Mais c’est quoi ce livre ? Un ramassis de philosophie à deux francs, et de rebondissements vraiment zarbis….

Impressions de Ju lit les Mots (page 201 à 400) : tagada tsoin tsoin je brouille et je t’embrouille !
Un rebondissement, toutes les  trois pages, vient brouiller les pistes et m’embrouiller plus qu’autre  chose. Des meurtres, des morts vivants, un complot contre la royauté, des adorateurs d’une créature des Ténèbres, qui ne demande qu’à revenir dans le monde des vivants … On entre là dans une fiction complètement tarabiscotée (yes j’ai réussi à placer ce mot ).
Euhhh y a même une locomotive, en parfait état de marche ??? !!!! Grâce à laquelle les personnages se déplacent aussi facilement que si les voitures modernes existaient ! Mais non, vous dites que j’exagère ? à peine…

Impressions du Cannibal Lecteur (page 401 à 543) : On coule, on coule !
Oh, un Graaand Complot satanique et maléfique; tiens, mon pote Bram Stoker; oh, le docteur Gull, celui de la reine Victoria; sapristi, son petit-fils Eddy qui trempait son biscuit dans tout ce qui passait à sa portée… Non, seriously c’est vraiment du grand n’importe quoi ce roman ! Un coup de théâtre toute les trois pages et l’impression qu’on aurait mélangé plusieurs œuvres ensemble mais le résultat aurait mieux fait d’être recommencé ou euthanasié, à mon sens.

Impressions de Stelphique (page 401 à 543) : Je sombre…
Non au revoir !!!! Mais c’est le livre le plus long que j’ai jamais lu, il se finit jamais ou quoi ???!!!!
Et puis Faire venir Bram Stoker, après Conan Doyle, et réinventer un complot royal…Non mais là, on touche le fond…..
Bref, je ne l’ai lu que parce que j’étais en LC, mais là, je me suis vraiment forcée à lire page après page, un livre qui m’a ennuyée comme jamais…..

Impressions de Ju lit les Mots (page 401 à 543) : une noyade en bonne et due forme…
Désolée Geneviève, mais là je me suis noyée… J’ai sombré dans une irrésistible envie de laisser tomber ! On passe par Helena Petrovna Blavatsky (fondatrice de la théosophie), Bram Stocker (écrivain), le Prince Albert Victor, la Reine Victoria et Hitler…
J’ai eu la vague sensation que plusieurs écrivains s’étaient glissés dans la peau de l’unique auteur de ce roman, une surenchère d’évènements jalonnent la route de ces apprentis aventuriers qui ne savent même pas où ils vont.
Bizarrement, la toute fin amène une « certaine cohérence » à l’ensemble… et j’ai trouvé dommage que ce livre soit aussi fouillis. Dommage que cette fin « cohérente » donne une justification à une horreur historique qui pourrait en choquer plus d’un puisqu’on « donne » à cet homme une « excuse » pour les crimes de masse qu’il fera commettre au nom de son idéologie.

Bilan Livresque Mensuel : Juin 2016

BILAN - Minions plage travailler moins OK

Le Mois de Juin est mon mois préféré pour plusieurs raisons : on entre dans les jours les plus longs, le temps est meilleur (sauf cette année), ce sont mes vacances annuelles (5 semaines en tout), mes 3 semaines de vacances dans le Sud de la France et le Mois Anglais !

Dans les 51 billets que j’ai pondu pour le Mois Anglais, il y avait 13 romans (12 effectifs, un toujours en cours), 6 nouveaux Mangas et 1 bédé holmésienne.

Pour le moment, à cette moitié d’année, j’ai déjà lu 78 romans. Je suis contente de moi, mais on ne remarque même pas que ma PAL a bougé…

Ok, j’ai pas chômé, les gars ! Maintenant, faut aller bosser mardi et là, ça va être dur, dur, dur ! Mais j’aurais quelques trucs nouveaux pour vous en juillet… ou en août, on ne sait jamais, le temps passe si vite…

Un petit manga pour bien commencer le Mois Anglais avec la suite des aventures de nos amis aux prises avec des loups-garous… Black Butler – Tome 21 de Yana Toboso tient ses promesses et on n’a pas le temps de souffler… J’aime le côté fantastique de ce manga mais où le rationnel a aussi sa place.

Des retrouvailles avec un vieil ami et dandy Oscar Wilde qui va m’entrainer, en compagnie du docteur Arthur Conan Doyle à Rome pour un pétillant Oscar Wilde et les crimes du Vatican de Gyles Brandreth. Une bouffée d’air frais, un plaisir de lecture une fois de plus et mon seul regret est que je n’ai plus qu’un tome à lire dans cette série.

Chouette, la fin du diptyque avec Sherlock Holmes et les voyageurs du temps – T2 de Cordurié & Laci. Le second tome était mieux que le premier, je trouve, mais il faut aimer Sherlock Holmes à la sauce fantastique tout de même.

Que se passait-il à Londres durant la Seconde Guerre Mondiale ? Vous le saurez vous aussi en lisant Black-Out de John Lawton. Un enquête difficile, des preuves qui n’arrivent pas à la pelle, malgré le côté Holmes du légiste, de l’humour, du sexe, des morts, une plume qui nous entraine au fil des pages et, hélas, quelques longueurs à un moment donné. Pas au point de gâcher la lecture, mais il y avait moyen de passer outre, je pense.

La découverte des crimes de Jack The Ripper (Hell Blade – Tome 1 de Je-Tae Yoo) revus en manga était alléchant, hélas, si le premier tome tenait la route, après, on est s’est vachement égaré et au final, ben je les ai terminé tous les 5 mitigée. Un bon postulat de départ, un égarement ensuite, des questions sans réponse et un passé de Holmes esquissé mais pas terminé.

Acheté en février 2015 à la foire du livre de Bruxelles, il prenait un peu trop les poussières à mon goût et c’est dommage parce que le design de la couverture et la tranche en doré est du plus joli effet… Voilà pourquoi j’ai sorti Une étude en soie de Emma Jane Holloway. Si le début est un peu lent et que 100 pages de moins auraient boosté le suspense, cette enquête se lit toute seule.

Des retrouvailles avec le sergent sans nom de la Section A14 pour cette enquête qui est en fait sa première. Il est mort les yeux ouverts de Robin Cook est un concentré de noir !

Un Mois Anglais sans Sherlock Holmes est une hérésie, heureusement que cette auteure a pensé à moi en écrivant Le diable de la Tamise (Annelie Wendeberg) qui met en scène le Dr Anton Kronberg, bactériologiste et… Holmes ! Une histoire bien menée qui oscille entre l’enquête policière et l’enquête médicale.

On s’est faite peur, Stelphique et moi, pour notre LC du mois en ouvrant Derniers Jours de Adam Nevil. J’ai eu peur et j’ai adoré me faire peur avec ce roman qui m’a emmené à Londres, en Normandie et dans le le désert de Sonora en Arizona. Trois pays et des tournages qui m’ont fait flipper.

Jack The Ripper est toujours de la partie pour le Mois Anglais et on m’avait soumis à la tentation avec Je suis le sang de Ludovic Lamarque. Bram Stoker enquêtant sur les crimes de l’Éventreur, qui le rencontre, qui est obligé d’écrire sur lui et qui nous montre les prémices de Dracula… Mmmm, un régal.

Oh, encore une autre théorie sur les meurtres de 1888, une théorie qui se base sur les témoignages des personnes qui disaient avoir parlé ou vu Mary Jane Kelly le matin du 9 novembre alors que d’après le légiste, elle était déjà morte. Philippe R Welté ne s’en sort pas si mal avec sa théorie dans son Jack l’Éventreur, le secret de Mary Jane Kelly même si le coup du fantôme est le truc de trop. Sinon, pourquoi pas ? Je l’ai lu comme un roman fiction…

Là, j’ai touché le fond de la piscine (sans pull bleu marine) avec le coup du châle qui aurait pu appartenir à Catherine Eddowes, une des victime de l’Éventreur, châle qui n’est pas repris dans le procès-verbal de ses possessions… Un nom pour l’Éventreur de Russel Edwards pourrait être juste avec l’identité du tueur de Whitechapel, Kominski étant plausible, mais les tests ADN et tout le reste qu’il déblatère, non, je dis non, un peu trop capillotracté à mon goût.

Un roman sur des types qui plantent des piquets pour construire une clôture ? Ça existe ? Oui, je vous jure que je n’ai pas lu un catalogue de « Comment réaliser une clôture à forte tension pour vos bêtes à poils ». Retenir les bêtes de Magnus Mills vaut pour son humour noir, ses personnages désespérés, sauf quand ils vont au pub… De plus, il est court et se lit très vite.

Dans le cadre de mes journées de vacances « Un roman par jour, en forme toujours » j’ai bouffé La chambre des âmes de Franck Tallis assise sur une pierre, les pieds dans l’eau et j’ai terminé le roman au soir, à la piscine. Un roman étonnant, dont le final est… un peu comme dans un autre livre bien connu. J’ai apprécié le roman dont la fin divisera les lecteurs en ceux qui la trouvent super et d’autres trop facile ou déjà vue dans ses grandes lignes.

Encore un livre que j’ai lu assise au soleil, les pieds dans de l’eau glacée d’une rivière sauvage et que j’ai terminé au soir, avec un café sur la terrasse ensoleillée… Des retrouvailles avec Lizzie Martin et Ben Ross pour La curiosité est un péché mortel de Ann Granger. Il y a plus de rythme que dans le premier, mais moins de recherche et de déductions de la part de Lizzie Martin lorsqu’elle cherche qui a poignardé l’homme dans le jardin.

Petite incursion dans un policier fantastique avec Le livre des âmes de James Oswald. J’ai fait la connaissance de l’inspecteur Tony McLean et de ses acolytes policiers, à Édimbourg. Les personnages apportent beaucoup de sel à ce roman qui flirte avec le fantastique…

Niveau relectures bédés, j’ai relu toute la collection des BDétectives éditée par Lefrancq dans les années 90 et je me suis de nouveau fait mal avec des dessins mal fichus, des Sherlock Holmes aux épaules de débardeur, portant non stop son macfarlane et son deerstalker et des scénarios qui lorgnent trop sur le fantastique et les explications jetées à la fin du récit et qui n’expliquent pas tout.

Bilan Livresque Juin : 13 romans

  1. Oscar Wilde et les crimes du Vatican : Gyles Brandreth
  2. Black-Out : Lawton
  3. Une étude en soie : Emma Jane Holloway
  4. Il est mort les yeux ouverts : Robin Cook
  5. Le diable de la Tamise : Annelie Wendeberg
  6. Derniers Jours : Adam Nevill [LC avec Stelphique]
  7. Je suis le sang : Ludovic Lamarque
  8. Jack l’Éventreur, le secret de Mary Jane Kelly : PR Welté
  9. Un nom pour l’Éventreur : Russel Edwards
  10. Retenir les bêtes : Magnus Mills
  11. La chambre des âmes : Franck Tallis
  12. La curiosité est un péché mortel : Ann Granger
  13. Le livre des âmes : James Oswald (En cours)

Bilan Livresque Juin : 6 Mangas, 1 comics (relecture)

  1. Black Butler – Tome 21 : Yana Toboso [MANGA]
  2. Hell Blade – Tome 1 : Je-Tae Yoo [MANGA]
  3. Hell Blade – Tome 2 : Je-tae Yoo [MANGA]
  4. Hell Blade – Tome 3 : Je-tae Yoo [MANGA]
  5. Hell Blade – Tome 4 : Je-tae Yoo [MANGA]
  6. Hell Blade – Tome 5 : Je-tae Yoo [MANGA]
  7. Sherlock Holmes – Tome 1 : Moore & Reppion [COMICS]

Bilan Livresque Juin : 9 bédés (1 nouvelle, 8 relecture)

  1. Sherlock Holmes et les voyageurs du temps – T2 : Cordurié & Laci
  2. Tif et Tondu – Tome 16 – L’ombre sans corps : Tillieux & Will
  3. Sherlock Holmes – T1 – La sangsue rouge : Duchâteau & Clair
  4. Sherlock Holmes – T2 – Le Chien des Baskerville : Duchâteau & Stibane
  5. Sherlock Holmes – T3 – La béquille d’aluminium : Duchâteau & Clair
  6. Sherlock Holmes – T4 – Jack l’Éventreur : Duchâteau & Stibane
  7. Sherlock Holmes – T5 – La bande moucheté : Duchâteau & Stibane
  8. Sherlock Holmes – T6 – Le rat géant du Sumatra : Duchâteau & Di Sano
  9. Sherlock Holmes – T7 – L’étoile sanglante : JP Croquet & Bonte

BILAN - scrat ok

Bilan Livresque Mensuel : Mars 2016

BILAN - Sherlock A lu tout ça - OK

Quel est le résultat de mes lectures du mois de Mars ?

14 romans et 16 bédés lues sur les 31 jours que comptait ce mois.

On pourrait dire 14,5 romans puisque le 15ème est lu à moitié… mais il prendra plus de temps à être lu, non pas parce qu’il est lourd à lire, mais parce que je suis en vacances pour une semaine dans le trou du cul du monde et que j’y suis pour faire bosser ma jument.

Ce n’est pas par Rural Noir de Benoît Minville (ICI) que j’ai commencé le mois, mais vu que ma première lecture était chiante comme la pluie, j’ai attrapé ce petit roman noir afin de couper mon autre lecture. Ceci est un roman noir avec une sacrée dose d’amitié, de fraternité, l’histoire d’un gars qui est parti du mauvais côté, mais que ses amis ne renient pas, même si les aléas de la vie les ont séparé.

Et oui, c’est avec Les enfants de Dune – Dune III de Frank Herbert [LC avec Stelphique] que j’étais embourbée, n’avançant plus tant le roman était lourd, chiant, long et j’avoue avoir sauté des pages (ICI). On arrête les LC consacrées à la saga de Dune et on lira une autre saga SF.

Lu pour un Book-Club auquel je participe de temps en temps. Il n’avait pas gagné la sélection, mais vu un membre qui en avait parlé en bien, j’ai plongé dans La malédiction de la Méduse de Erik Emptaz (ICI). Une écriture qui roule comme les vagues et un récit poignant qui ne sombre jamais dans le pathos. terrible !

Ron Rash est un auteur que j’apprécie énormément et je ne rate pas ses publications. Alors je me suis ruée sur Le Chant de la Tamassee (ICI). Lire ce roman, c’est entrer de plein fouet dans une région, dans la vie des habitants, dans leur intimité et assister, impuissant, aux déroulements des choses. C’est toujours puissant. Malheureusement, ressenti moins d’émotions que dans son précédent « Une terre d’ombre ».

En commençant à lire La nuit derrière moi de Giampaolo Simi (ICI), je n’étais pas vraiment emballée par le récit… Heureusement que j’ai continué ma lecture parce qu’après, ça devient waw ! Méfiez-vous des monstres qui se cachent sous d’innocents habits de VRP avec des chaussures cirées… Méfiez-vous du tocard sur lequel vous n’auriez pas parié un kopeck car il pourrait vous surprendre par un galop furieux

Une vraie bouffée de détente et de fraicheur, sourire béat affiché sur ma face et gloussements à toutes les pages avec Le Grand Méchant Renard de Benjamin Renner (ICI). Un album qui fera plaisir aux plus petits, mais qui amusera énormément les grands puisque je suis une grande…

Petite déception avec Apnée Noire de Claire Favan (ICI) dû au fait que les personnages étaient clichés. Sans cela, le scénario tenait la route.

Petite virée au Chili pour un roman noir corsé. Tant de chiens de Boris Quercia (ICI). Du hardboiled comme on l’aime : intelligent, brutal, sans fioritures et servi, cette fois-ci, avec une petite sauce chilienne bien piquante.

On quitte la chaleur pour le grand froid… Direction La Frontière, celle du Grand Nord, dans une zone à l’écart de tout, une zone sans droit. Dedans ce sont des loups de Stéphane Jolibert (ICI) est un récit âpre, froid, maîtrisé, cohérent, brut de décoffrage, violent – mais pas de la gratuite – sombre, mais avec une lumière qui brille dans le fond. C’est un récit qui vit et qui continue de tourner dans ta tête, même une fois le roman refermé.

Mitigé avec Revival de Stephen King pour la seonde LC avec Stelphique du mois (ICI). Pas que j’ai pas aimé, mais il a manqué un petit quelque chose pour ce que ce soit un coup de coeur véritable !

Coup de coeur avec Retour à Oakpine de Ron Carlson (ICI), un roman qui n’est pas à lire en espérant qu’il se passera un truc de fou, c’est juste l’histoire de 4 mecs, de leur famille, leurs enfants. C’est un beau roman, c’est une belle histoire…

Lire un roman d’Indriðason c’est prendre un billet direct pour l’Islande : pas un low-cost mais un première classe et son dernier, Le Lagon Noir (ICI), ne déroge pas à la règle. On ne s’embête jamais avec Erlendur, les deux enquêtes s’alternent, les questions sans réponses s’enchainent, la tension monte, le suspense aussi et la plume est toujours acérée et pique juste où il faut, comme un moustique.

Depuis le temps que La malédiction du Norfolk de Karen Maitland (ICI) traînait sur ma PAL qu’il était plus que temps de l’ouvrir ! Un excellent roman historique, une belle plume, une narratrice hors du commun pour certains passages, une grosse louche de croyances, de bigoterie, des complots, du sang, de l’intrigue, du suspense, des retournements de situation, la vie dans un lupanar et le tout sans vous rendre l’Histoire – celle avec un grand H – indigeste.

Difficile de parler de Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre (ICI) sans rien déflorer. Beaucoup de tensions, des personnages forts, travaillés avec peu de mots, un récit qui m’a emporté en plein cœur de la tempête de fin 1999 et puis… waw, le coup dans le plexus pour plusieurs choses.

Tout le monde est suspect, tout le monde a un truc louche à cacher, des secrets, et c’est au fil des pages que tout nous sera révélé avec beaucoup de suspense et de tensions pour le cœur dans le roman De force de Karine Giebel (ICI). J’ai vibré en dévorant ce roman rempli de haine larvée, d’amour étouffant, de relations dominant-dominé, de personnages qui évoluent, en bien ou en mal et de secrets cachés, mais je n’ai pas retrouvé la profondeur ou l’émotion d’un « Purgatoire des innocents » ou d’un « Meurtres pour rédemption ».

Puisque j’aime les chevaux, direction la Patagonie avec le dernier roman de Sadrine Colette Il reste la poussière. Je ne l’ai pas encore terminé mais purée, quel roman noir violent !

 

Bilan Livresque Mars : 14 romans, 16 bédés et 4 films

  1. Rural Noir : Benoît Minville
  2. Les enfants de Dune – Dune III : Frank Herbert [LC avec Stelphique]
  3. La malédiction de la Méduse : Erik Emptaz
  4. Le Chant de la Tamassee : Ron Rash 1/2
  5. La nuit derrière moi : Giampaolo Simi
  6. Apnée Noire : Claire Favan
  7. Tant de chiens : Boris Quercia
  8. Dedans ce sont des loups : Stéphane Jolibert
  9. Revival : Stephen King [LC avec Stelphique]
  10. Retour à Oakpine : Ron Carlson
  11. Le Lagon Noir : Arnaldur Indriðason
  12. La malédiction du Norfolk : Karen Maitland
  13. Trois jours et une vie : Pierre Lemaitre
  14. De force : Karine Giebel
  15. Il reste la poussière : Sandrine Colette (En cours)
  1. Le Grand Méchant Renard : Benjamin Renner
  2. Oracle – Tome 1 – La Pythie : Olivier Peru
  3. Oracle – Tome 2 – L’Esclave : Ronan Le Breton
  4. Oracle – Tome 3 – Le Petit Roi : Nicolas Jarry
  5. Oracle – Tome 4 – Le Malformé : Patrick McSpare
  6. John Long Silver – T2 – Neptune : Dorison & Lauffray
  7. Kaamelott – Tome 1 – L’Armée du Nécromant : Alexandre Astier
  8. Kaamelott – Tome 2 – Les Sièges de Transport : Alexandre Astier
  9. De Cape et de Crocs – Intégrale 1 – Actes I et II : Alain Ayroles
  10. Capitaine Albator – Tome 1 – Dimension voyage : Reiji Matsumoto
  11. City Hall – Tome 6 : Rémi Guérin
  12. City Hall – Tome 7 : Rémi Guérin
  13. Moi René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B – T2 – Mon retour en France : Jacques Tardi
  14. Les boucliers de Mars – T1 – Casus belli : Gilles Chaillet
  15. Les boucliers de Mars -T2 – Sacrilèges : Gilles Chaillet
  16. Les boucliers de Mars -T3 – Semiramis : Gilles Chaillet
  1. Casino Royale : Martin Campbell [#LeFilmDeLaSemaine2016 – 9/52]
  2. Falcon Rising : Ernie Barbarash [#LeFilmDeLaSemaine2016 – 10/52]
  3. Deadpool : Tim Miller [#LeFilmDeLaSemaine2016 – 11/52]
  4. PAN : Joe Wright [#LeFilmDeLaSemaine2016 – 12/52]

RAT Winter Édition – Le suivi cannibalesque ! [PART 1]

Le RAT Winter Éditions se déroule chez Chroniques Littéraires et j’y participe dans la catégorie la plus petite :

  • Catégorie moufles : je lis ce qui tombe de ma PAL dans l’ordre que ça me vient, nombre de livres non fixé, hormis le nombre de pages aucune contrainte

L’ensemble du marathon s’étend du vendredi 5 février (l’heure que vous souhaitez) jusqu’au dimanche 6 mars 0h00 (j’accepte les lectures de la nuit, pour les insomniaques).

Cela fait en tout 4 semaines. Vous participez la ou les semaines que vous voulez.

Vous donnez le nombre de pages que vous souhaitez lire pendant cette période, avec un minimum de 500 pages.

Vous pouvez choisir de faire entre 500 et 3000 sur le nombre de semaines que vous souhaitez. Ou bien jusqu’à 3000 par semaine.

Mon suivi de la semaine du vendredi 05 février au vendredi 12/02 (semaine 1) :

  1. Les noyées de la Tamise / Ressac mortel : A.J. Waines (480 pages)
  2. Green Manor – 16 Charmantes historiettes criminelles : Vehlmann & Bodart (136 pages)
  3. Sept Pistoleros : Chauvel, Ayala & Sarchione (64 pages)
  4. Ekhö, un monde miroir – Tome 1 – New-York : Arleston & Barbucci (49 pages)
  5. Ekhö, un monde miroir – Tome 2 – Paris Empire : Arleston & Barbucci (49 pages)
  6. Long John Silver – Tome 1 – Lady Vivian Hastings : Dorison & Lauffray (55 pages)
  7. Disparu en mer : Graham Hurley (432 pages)
  8. Une affaire de sang – Une aventure inédite de Sherlock Holmes : Bonnie MacBird (296 pages)
  9. La moisson des innocents : Dan Waddell (310 pages – 90 lues pour le moment)

= 1611 pages lues pour cette première semaine !

Bilan Livresque Mensuel : Novembre 2015

Novembre, mois des feuilles qui tombent, mois où je rajeunit d’un an (tu parles), mois de congé, mois des frimas… Mois de lecture ?

Novembre, mois de déconfiture car je n’ai lu que 7 livres, comme en Octobre, mais ici, le pire, c’est que j’étais en vacances tout le mois !

Ok, on peut ajouter 9 bédés lues, 7 chroniquées (dont 8 nouveautés). Je ne calcule pas toutes celles que j’ai relues sans les chroniquer.

Va falloir que je me remue parce que je n’ai que 97 romans lus depuis le 1er janvier même si grâce à toutes mes bédés j’arrive à 200 lectures pour mon challenge Good Reads.

C’est pas cette année que je battrai mon record de 2013 et ses 116 romans lus !

J’ai commencé le mois avec Une pluie sans fin de Michael Farris Smith (ICI) qui, bien que m’ayant diverti au plus au point comportait tout de même des incohérences : avec toute cette pluie tombée, personne ne s’embourbe, ne perd ses bottines, hors, après quelques jours de pluie, la prairie d’une de mes juments étaient déjà tellement saturée d’eau que j’ai failli y perdre mes bottes 36 fois et que la jument avait des branchies qui lui poussait !

Ouf, on remonte le niveau avec l’excellentissime dernier tome de la trilogie du Yorshire …Et justice pour tous de Michaël Mention (ICI) qui clôt le chapitre d’une manière magistrale. Un gros gros coup de coeur !

Il trainait dans ma PAL depuis 1 an, cadeau de mon anniversaire 2014, il était temps que je sorte le Cadavre 19 de Belinda Bauer (ICI) qui m’a surpris, attendri, délassé… surtout grâce à son enquêteur principal, Patrick, atteint du syndrome d’Asperger. Une bouffée d’air frais ce roman.

C’est un roman qui se trouvait dans le TOP10 de ma binôme de Lecture, Stelphique, elle voulait le relire et m’a proposé de le faire avec elle. L’Alchimiste de Paulo Coelho [LC avec Stelphique] (ICI) ou LE roman que je n’avais pas voulu lire quand il était sorti en 1995 et que tout le monde ne parlait que de ça. Alors ? Faut le prendre comme un comte sinon, ça ne passera pas. Ça se lit vite et ce fut une belle lecture.

Lui, je voulais me le faire depuis sa sortie, le premier roman de cet auteur m’avait entrainé et j’avais une crainte que le suivant ne ressemble au premier. Pas du tout, hormis pour le talent ! Hiver rouge de Dan Smith (ICI) est un plaisir de fin gourmet, le petit Jésus en culotte de velours. Le récit peut être dur, âpre, mais tellement fort. Il explore sans concession aucune la Russie de 1920, au temps de sa révolution.

Décidemment, ma binôme était en forme pour les LC ce mois-ci puisque nous avons décidé de nous faire le roman noir Trait bleu de Jacques Bablon [LC avec Stelphique] (ICI) et le bilan est que moi j’ai super bien aimé ce petit roman. Un récit drôle, brutal, ironique, sans fioritures, sans adoucisseur de langage. C’est court, c’est vite lu, c’est intense comme un expresso et c’est jouissif !

Puisque ma binôme était perdue sur une planète hostile, j’ai volé à son secours et je me suis encanaillée avec de la SF en commençant par le cultissime  Cycle de Dune – T1 – Dune de Franck Herbert [LC avec Stelphique] (ICI). Malgré quelques passages plus lents et menés à un rythme plus pépère, les pages se tournent toutes seules et le récit défile comme du sable tombant dans un sablier, nous emmenant à la dernière page et faisant en sorte que l’on ait juste une seule envie : lire la suite

Niveau bédés, je me suis fait plaisir avec l’excellente suite de Holmes (1854/1891 ?) – Tome 4 – La dame de Scutari de Luc Brunschwig & Cécil (ICI).

Une poursuite avec la série sur les Elfes – Tome 11 – Kastennroc de Jean-Luc Istin, Héban & Kyko Duarte (ICI). Toujours une réussite cet univers des Elfes.

Le premier était génial, le suivant l’est un peu moins. Non pas que Nains – Tome 2 – Ordo du Talion de Nicolas Jarry, Pierre-Denis Goux & Stéphane Créty (ICI) est de la merde, pas du tout, mais j’ai eu une impression de bâclage des dessins de la dernière page.

Je l’avais oublié dans mon inexistante PAL bédé : Undertaker – Tome 1 – Le mangeur d’or de Ralph Meyer & Xavier Dorison (ICI) est une vraie réussite. Les codes du western sont présents, mais l’auteur joue avec et cela donne une bédé des plus réussie !

Relecture avec Wanted – Tome 1 – Les frères Bull de Rocca & Thierry Girod (ICI) mais bof-bof. Les dessins ne sont pas géniaux, scènes de violences en gros plan et pas nécessaire, personnage principal un peu trop gentil alors qu’on le dit gros dur.

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour suivre la suite des aventures de Sherlock Holmes Society 02 – Noires sont leurs âmes de Cordurié & Torrents (ICI) et de Sherlock Holmes Society 03 – In nomine dei de Cordurié & Nespolino (ICI). L’enquête suit sa route, ça sent le fantastique mais il n’est pas trop présent, tout s’explique par du concret et j’aime mieux ça !

Bilan Livresque Mensuel Novembre : 7 Romans / 9 bédés

  1. Une pluie sans fin : Michael Farris Smith ♥1/2
  2. …Et justice pour tous : Michaël Mention ♥1/2
  3. Cadavre 19 : Belinda Bauer
  4. L’Alchimiste : Paulo Coelho 1/2
  5. Hiver rouge : Dan Smith ♥1/2
  6. Trait bleu : Jacques Bablon
  7. Le cycle de Dune – T1 – Dune : Franck Herbert
  1. Holmes (1854/1891 ?) – Tome 4 – La dame de Scutari
  2. Elfes – Tome 11 – Kastennroc
  3. Nains – Tome 2 – Ordo du Talion
  4. Undertaker – Tome 1 – Le mangeur d’or
  5. Wanted – Tome 1 – Les frères Bull
  6. Sherlock Holmes Society – Tome 2 – Noires sont leurs âmes
  7. Sherlock Holmes Society – Tome 3 – In nomine dei
  8. Lanfeust Odyssey – Tome 6 – Le Delta bilieux
  9. Lanfeust Odyssey – Tome 7 – La Méphitique Armada

Bilan Livresque Mensuel : Octobre 2015

Que dire du Bilan Livresque du Mois d’Octobre ? Fut-il comme les feuilles, en chute libre ou bien honorable ?

Le mot est « pas terrible » pour Octobre avec 7 livres lus comparé à Septembre. Ok, septembre était une exception avec ses 16 livres !

J’ai bien commencé le mois avec le dernier petit bijou de R.J Ellory : Les assassins (ICI) que j’ai dévoré avec lenteur afin de bien mastiquer sa prose.

Oui, un Ellory ça se dévore en douceur, ça se déguste et ici, je me suis une fois de plus pourléché les babines avec ses serial killer bien saignants et j’en redemande parce que bien que le plat ait l’air commun, il ne l’est pas du tout et ça vole haut.

Comme mon entrée avait été copieuse, il eut été (et pas eut tété) malheureux de passer à de la littérature fast-food alors j’ai testé Joe Hill, fils d’un grand cuistot qui est un King de la littérature. Nosfera2 (ICI) de Joe Hill s’est révélé un morceau de choix lui aussi. Une aventure que j’ai eu du mal à refermer.

Allez, on reste dans le haut de gamme, avec un autre cuisinier bien connu de mes papilles gustatives : le bel Olivier Norek et son Territoires pour une LC avec Stelphique (ICI). Son plat précédent (Code 93) était un régal, mais sa suite est encore plus mieux. Là, on a un plat qui déchire sa race et qui te nique ton peuple.

À force de dévorer de délicieux romans, on y prend goût et on a envie de continuer la sélection gustative. Une autre valeur sûre, un autre cuistot vien connue de mes yeux Tim Gautreaux qui m’avait préparé un Nos disparus des plus goûteux (ICI). Mélange de roman de guerre, policier, quête, roman,… qu’on savoure tout en remontant le Mississipi au son du jazz et des musique entrainantes jouée par un orchestre Noir.

Pour dégérer tout ces mets, un bon petit Noir corsé afin de continuer dans la même lignée. Chose fut faite avec le très noir roman L’immense obscurité de la mort de Massimo Carlotto (ICI). Deux hommes, un criminel, une victime et un auteur qui vous laisse seul juge, tout en se permettant de vous retourner dans tous les sens. Ça arrache la gueule, ce petit Noir corsé.

En dessert, une vieille connaissance, une fois de plus, avec la relecture pour une LC imprévue avec Stelphique du grand Classique qu’est Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley (ICI). Mes sentiments restent les mêmes : colère noire sur le Créateur Victor Frankenstein et empathie pour la Créature.

On terminera par le petit apéro qui ne casse pas trois pattes à une dinde de Nowel mais qui m’a fait terminer le mois avec l’esprit en roue libre. Rouge abattoir de Gilda Piersanti (ICI) est le genre de roman policier à lire quand on a la tête ailleurs et qu’on ne voudrait pas gâcher un roman important.

Bilan Livresque Octobre : 7 romans (dont une relecture)

  1. Les assassins : R.J Ellory 1/2
  2. Nosfera2 : Joe Hill 1/2
  3. Territoires : Olivier Norek (LC avec Stelphique)
  4. Nos disparus : Tim Gautreaux 1/2
  5. L’immense obscurité de la mort : Massimo Carlotto 1/2
  6. Frankenstein ou le prométhée moderne : Mary Shelley 1/2
  7. Rouge abattoir : Gilda Piersanti 1/2