Bilan Livresque : Mai 2015

BILAN - Minions Pas plus - OKC’est avec beaucoup de retard que je livre mon Bilan Livresque du mois de Mai

Beaucoup de travail au boulot et un mois anglais qui commençait le 1e juin et qui ne pouvait souffrir d’aucun retard !

Ce qui ne me fait que 6 livres à mon actif. En raison du peu de temps que je possède, je ferais court pour une fois.

« Une putain d’histoire » (ICI) de Bernard Minier m’a troué la cul. Moi qui pensais à une histoire bêbête, j’ai été happée dans l’histoire. Seul bémol pour le groupe de jeunes, je ne me suis pas retrouvée dans eux, comme avec ceux de « ÇA ».

« Toutes les vagues de l’océan » (ICI) de Víctor Del Árbol participait au Mois Espagnol de Sharon. Une sacré pièce à lire, un livre épais et une histoire aussi, avec beaucoup d’émotions à la clé.

Mitigée pour « Le Monde caché d’Axton House » (ICI) d’Edgar Cantero qui participait aussi au challenge Mois Espagnol. Un livre qui sort des sentiers battus, en effet, mais j’ai eu parfois du mal… malgré tout, pas de regrets d’avoir découvert cet OLNI !

Ma LC avec Stelphique portait sur « La voie des âmes » (ICI) de Laurent Scalese que nous voulions découvrir toutes les deux et le bilan est positif, on a bien aimé, sauf que je mets un bémol pour certaines choses : les Méchants trop méchants et les Gentils trop gentils, sans nuance aucune.

Dans les remerciements de cet ouvrage, l’auteur remercie un certain Cannibal Lecteur… Moi ! Purée, quel honneur ! Son premier roman lu avait été un coup de coeur et j’appréhendais un peu celui-ci. Pourtant, « Comme une ombre dans la ville » (ICI) de Nicolas Zeimet, bien qu’à l’opposé du premier, m’a emporté dans les rues de San-Francisco et m’a troué le cul !

L’autre LC avec le groupe de Bianca porte sur le couple Thomas Pitt/Charlotte et le 28ème tome est un peu en-deça des autres, je trouve. « Bryanston Mews » (ICI) de Anne Perry comporte pourtant une enquête mais je l’ai trouvée lente et ils avancent à pas d’escargot. Bien, mais pas une de mes préférées, pourtant, le contexte politique d’une prochaine guerre des Boers aurait pu m’enchanter, mais on en parle trop peu.

Bilan Livresque du Mois de Mai : 6 livres

  1. Une putain d’histoire : Bernard Minier
  2. Toutes les vagues de l’océan : Víctor Del Árbol
  3. Le Monde caché d’Axton House : Edgar Cantero
  4. La voie des âmes : Laurent Scalese [LC avec Stelphique]
  5. Comme une ombre dans la ville : Nicolas Zeimet
  6. Bryanston Mews : Anne Perry

BILAN - Minions plage lire plus OK

Publicités

Bilan Livresque : Avril 2015

BILAN - Hommes dansants 1— Alors ce mois d’Avril où l’on ne peut se découvrir d’un fil ? Comment était-il au niveau de la qualité de lecture ?
— Excellent !
— Et au niveau de la quantité de livres sortis de la PAL ?
— Bof, pas super, seulement 8 livres de sorti de ma PAL… Mais pour ma défense, j’ai lu une brique de plus de 1400 pages !
— Oui, mais tu avais lu deux romans en deux jours !
— Ils étaient tout fins… Les autres l’étaient moins. Et sur les 8 lus, il n’y en a qu’un seul qui ne m’a pas plu. Par contre, ma PAL Noire ne descend plus d’un cran…

J’ai débuté ce mois avec l’excellent « À la mesure de nos silences »(ICI) de Sophie Loubière. Cette escapade entre un grand-père vieillissant qui enlève son petit-fils afin de lui raconter son histoire possédait une profondeur insoupçonnée.

Le premier tome m’avait enchanté, le deuxième a fait mieux : emportée ! Un vrai coup de cœur que fut la lecture de « Un fond de vérité »(ICI) de  Zygmunt Miloszewski. Le procureur Teodore Szacki, a quitté la capitale pour se retrouver muté dans la petite ville de Sandomierz. J’ai eu un peu peur, mais l’auteur passe de nouveau la Pologne aux rayons X.

« Leçons d’un tueur » de Saul Black (ICI) est un thriller de bonne facture, avec tous les ingrédients, mais il ne révolutionne pas le genre. Sympa, mais ne fait pas peur du tout.

J’avais vu le film il y a très longtemps et je peux vous dire que le roman est 1000 fois mieux ! « Josey Wales hors-la-loi » de Forrest Carter (ICI) est un roman sur l’amitié et non pas sur une vengeance, comme le film.

La Série Noire m’avait habituée à mieux et j’ai été déçue par ma lecture de « Du Sang Sur la Glace » de Jo Nesbø (qui m’a habitué à mieux aussi). Le style d’écriture est plat et j’ai baillé d’ennui ! (ICI)

Le rendez-vous avec ma binôme Stelphique portait sur un grand nom de la littérature américaine : Stephen King.

Jamais je n’avais osé lire « ÇA » et jamais je n’aurais osé sans cette LC qui fut, une fois de plus, une réussite totale. Un putain de roman qui ne se concentre pas uniquement sur un monstre ou sur l’horreur, mais qui est un formidable roman sur l’amitié et la jeunesse. Tomes 1 et 2 (ICI).

Une autre LC, mais cette fois-ci avec le groupe chez Bianca et de nouveau un lecture qui m’a emporté bien loin de ma ville et de mon époque. Comme pour « Long Spoon Lane » qui avait des relents contemporains, « Dorchester terrace » de Anne Perry (ICI) avait un fond de future Première Guerre Mondiale puisque l’on parle de l’empire d’Autriche-Hongrie et de l’empereur François-Ferdinand, celui qui se fera assassiner à Sarajevo.

Bilan Livresque du Mois d’Avril : 8 livres

  1. À la mesure de nos silences : Sophie Loubière
  2. Un fond de vérité : Zygmunt Miloszewski
  3. Leçons d’un tueur : Saul Black
  4. Josey Wales hors-la-loi : Forrest Carter
  5. Du Sang Sur la Glace : Jo Nesbø
  6. ÇA – Tome 1  : Stephen King
  7. ÇA – Tome 2 : Stephen King
  8. Dorchester terrace : Anne Perry

Bilan Livresque : Décembre 2014

Décembre… Le dernier Bilan Livresque de l’année 2014, celui à la suite duquel on fait les comptes et on établit le résultat final.

Alors, quel est le Résultat ? Niveau « Pertes et Profits » ou « Livres pas terribles/Livres coups de cœur » ?

Le bilan est correct puisque j’ai diminué ma PAL de 12 titres, même si dans les 12, il y en a 2 que je n’ai pas terminé.

On commence par une grosse brique : W3 – Le sourire des pendus de Jérôme Camut & Nathalie Hug (ICI). Du rythme, de l’action, du suspense, des personnages multiples et bien distincts, des rebondissements, de l’amitié et des souffrances… voilà le programme, en gros, de ce thriller qui ne m’a pas lâché.

Allez, dans la foulée, je m’attaque à un de mes cadeaux d’anniversaire : Jeudi noir du talentueux Michaël Mention (ICI). Un roman inclassable qui parle de foot, oui, mais pas que de ça ! Un excellent roman noir que je recommande.

Autre cadeau d’anniversaire que j’avais surligné dans la liste : Moriarty – Une aventure de Sherlock Holmes d’Anthony Horowitz (ICI). Il m’avait déjà fortement enchanté avec sa « Maison de soie » et là, il a réussi le pari de me faire aimer son roman malgré l’absence de Holmes et l’ombre omniprésente du Napoléon du Crime. Une belle réussite.

Il traînait sur mes étagères depuis un certain temps : L’homme qui a vu l’homme de Marin Ledun (ICI) et il n’aurait pas été correct de le laisser prendre les poussières plus longtemps. Voilà un roman sous tension qui vibre des cris des familles de disparus et de la folie des hommes. Un récit fort, profond et contemporain. Un roman prenant… une voix dans ce silence trop pesant qu’est cette guerre sans nom.

On m’en avait dit du bien… Et c’était Yvan, en plus, un blogueur dont j’ai tendance à écouter la bonne parole. Ben voilà, ici, la mayo n’a pas pris et j’ai zappé John meurt à la fin de David Wong. Trop déjanté ? Oui, pourtant, je le savais et j’aime le déjanté. Mais dans ce cas précis, j’ai abandonné.

Une valeur sûre puisque de tous les romans que j’ai lu d’elle, j’ai aimé : Karine Giebel placera deux romans dans mes Coups de Cœur 2014 avec l’excellent Satan était un ange (ICI). Ce roman se lit d’une traite comme on avalerait les kilomètres de bitume afin d’arriver le plus vite possible à la fin du voyage. Sans être tout à fait un huis-clos, ça y ressemble furieusement et les nerfs sont à vifs durant la lecture. De la violence parsemée d’une grosse dose d’humanité.

Autopsie d’un meurtre de masse avec le livre de David Vann : Dernier jour sur terre (ICI). Le 14 février 2008, Steve Kazmierczak, 27 ans, se rend armé à son université. Entre 15h04 et 15h07, il tue cinq personnes et en blesse dix-huit avant de se donner la mort. Un récit détaillé, fouillé et qui a pour but de remettre les pendules à l’heure. Un véritable réquisitoire à charge contre l’Oncle Sam.

J’ai le don de choisir des livres super, moi, pour mes anniversaires ! Le troisième lu ne dérogera pas à la règle puisque malgré une trame qui peut sembler éculée, le récit post-apocalyptique Vongozero de Yana Vagner (ICI) fait mouche en sortant du lot. Un roman qui ne vous laissera pas de glace et qui mettra vos peurs primales sous le feu des projecteurs.

J’attendais beaucoup de cette lecture qui avait été un coup de coeur chez certains blogueur… Mais il en fut autrement avec moi et j’ai laissé tomber ce roman au titre d’un James Bond : Aimer et laisser mourir de Jacques-Olivier Bosco. Phrases un peu trop « simplistes », récit haché et l’utilisation de terme comme « le mal absolu, celui que tous surnomment Le Boucher » m’ont fait quitter ses pages que je tournais sans pour autant accrocher au récit. À retenter un autre jour.

Cet auteur était sur ma liste de ceux que je me dois de découvrir et je peux le rayer maintenant, puisque je l’ai découvert. Mais pas le rayer à jamais ! Non, non, entre James Lee Burke et moi, l’histoire ne fait que commencer. La pluie de néon est la première enquête de Dave Robicheaux (ICI) qui se déroule dans les bayous de Louisianne. J’aime cet auteur pour l’atmosphère qu’il a donné à son roman et pour la profondeur de son personnage.

Comme quoi les bouquineries ont du bon puisque j’avais trouvé le petit dernier d’Olivier Truc : Le détroit du Loup pour la modique somme de 8€ (ICI) ! Une fois de plus, c’est Yvan qui m’a poussé au crime et je l’en remercie parce que c’était une super lecture. Je l’ai adoré, tout comme le premier. Ne vous attendez pas à un thriller, ça ne court pas dans tous les sens, on prend son temps parce que tout ça doit mijoter. L’écriture glisse comme un traîneau sur de la neige bien tassée et l’histoire est bien conçue. Un excellent moment de lecture et une belle plongée en eaux froides, au sens propre comme au figuré.

Un autre coup de cœur avec En ce lieu enchanté de Rene Denfeld (ICI) qui se déroule dans le milieu carcéral. Le récit est rempli de pudeur et d’humanité, de sensibilité et c’est magnifique. L’écriture est magnifique, sans chichis, sans fioritures, mais sa richesse fait mouche et vous transperce le cœur. Si vous avez l’impression que ce roman est sombre et que le soleil n’est accessible uniquement par la petite fenêtre du parloir, vous avez tort. La lumière se cache dans les pages, aux détours des phrases, des personnages, et de toute la grandeur du récit.

Bilan Livresque Décembre : 12 livres, deux abandons

  1. W3 – Le sourire des pendus : Jérôme Camut & Nathalie Hug
  2. Jeudi noir : Michaël Mention
  3. Moriarty – Une aventure de Sherlock Holmes : Anthony Horowitz
  4. L’homme qui a vu l’homme : Marin Ledun
  5. John meurt à la fin : David Wong  [NUM] [ARRÊT]
  6. Satan était un ange : Karine Giebel [NUM]
  7. Dernier jour sur terre : David Vann [NUM]
  8. Vongozero : Yana Vagner
  9. Aimer et laisser mourir : Jacques-Olivier Bosco [ARRÊT]
  10. La pluie de néon : James Lee Burke
  11. Le détroit du Loup : Olivier Truc
  12. En ce lieu enchanté : Rene Denfeld

Bilan Livresque : Novembre 2014

Quoi de neuf en Novembre ?? Un an de plus et quelques lectures de plus au compteur.

De ce côté là, c’est pas terrible… 6 livres (dont un est toujours en cours).

Je sais, j’ai déjà fait mieux, mais j’ai eu une grosse brique de 808 pages au menu.

Ma liseuse avait beau afficher moins de pages parce que je diminue la police d’écriture et les marges, ça ne me fait pas gagner du temps puisque tout le texte est là quand même.

Un superbe huis-clos qui donnera des frissons aux gens qui ont peur du noir et de l’inconnu : « Bird Box » de Josh Malerman (ICI) m’a vraiment collé des sueurs froides avec cet ennemi que l’on ne voit pas et le fait qu’il faille rester enfermer, fenêtres occultées et bandeau sur les yeux si on va dehors.

Un lecture qui m’a plu sur les 2/3 du récit, c’est le paradoxe que j’ai vécu avec « Le Fils » de Philipp Meyer (ICI). Autant le récit d’Eli McCullough est passionnant, autant j’ai été passionnée par celui Peter, son fils, écrasé par l’ombre du père, autant celui de Jeanne-Anne, arrière-petite fille d’Eli et petite-fille de Peter , est endormant. Des trois récit, c’est celui que j’ai le moins aimé, du moins, au début, vers les trois-quart, ça allait mieux.

Ukraine, 1930, un petit village perdu au fin fond du fin fond du trou du cul du monde. Gros coup de coeur avec « Le Village » de Smith Dan (ICI). Accrochez-vous, vous allez vivre quelques heures angoissante de lecture qui vont vous transporter dans une époque fort sombre de par son contexte politique. Magnifique de par son histoire, ses personnages et la profondeur de tout le reste.

J’ai trainé avant de le lire, mais les menaces d’Yvan ont portées leurs fruits. Une fois de plus, il avait raison (c’est énervant, à la fin) car « Carter contre le Diable » de Glen David Gold (ICI) fut mon second coup de coeur de ce mois ! Entrez dans le livre et laissez-vous porter par sa magie, laissez-vous envoûter par ces mots, lisez ces phrases, ouvrez grand les yeux et la magie opérera à tel point que vous aurez du mal à lâcher ces pages.

Pour certains, il fut un coup de cœur, pour moi, le sentiment est mitigé ave « Filles » de Frederick Busch (ICI). Ce roman avait tout pour me plaire de par sa psychologie des personnages poussée très loin, leurs blessures profondes, un couple déchiré, un environnement sombre, noir, de la neige pour donner un faux air de huis clos… C’est sur le style et la manière de construire le texte que j’ai bloqué.

Pour ma Lecture Commune chez Bianca, au menu, il y avait « Southampton Row » de Anne Perry (EN COURS – ICI) qui est très politique, comme roman, puisque nous sommes en plein avant les élections et toutes les magouilles qui vont avec. Mon seul soucis vient du fait que je n’aime pas quand mon Thomas Pitt est à la Special Branch… Moi, je ne l’aime qu’au commissariat de Bow Street.

Bilan Livresque Novembre : 6 livres (dont 5 numériques)

  1. Filles : Frederick Busch
  2. Carter contre le Diable : Glen David Gold [NUM] ♥
  3. Le Village : Smith Dan [NUM] ♥
  4. Le Fils : Philipp Meyer [NUM]
  5. Bird Box : Josh Malerman [NUM]
  6. Southampton Row : Anne Perry [NUM]

Bilan Livresque : Octobre 2014

Octobre… Les feuilles se ramassent à la pelle mais vu le beau temps qu’il a fait, je n’ai pas su lire autant que si j’avais hiberné dans mon canapé pour cause de temps de merde dehors… 8 livres seulement au compteur.

« La bouffe est chouette à Fatchakulla » de Ned Crabb (ICI) est le genre de roman à lire quand on a envie d’un peu de légèreté dans ce monde de brute. Imaginez un enfant qui se ballade la nuit, la peur au ventre, et qui tombe sur la tête d’Oren Purvis au milieu du chemin. Le reste du corps ? Lisez ce livre et vous saurez ce qu’il se passe à Fatchakulla !

Yvan me l’avait conseillé, il m’avait tenté, je l’avais donc acheté un dimanche pluvieux du mois d’août… Et j’ai eu raison de l’écouter parce que « Seuls les vautours » de Nicolas Zeimet (ICI) est un roman magnifique, un roman sur l’Amérique profonde, avec des personnages travaillés et une histoire qui n’a pas fini de tourner dans votre tête. Assurément un coup de cœur !

Son titre précédent m’avait enchanté (Au lieu-dit Noir Étang) mais j’ai eu un peu plus de mal avec « Mémoire assassine » de Thomas H. Cook (ICI). Du moins, au début, parce qu’ensuite, l’auteur nous entraine dans les tréfonds d’une âme et le final est magistral.

Pour une fois, je n’ai pas attendu un an avant de lire le dernier R.J. Ellory ! « Les Neuf Cercles » n’ont pas traîné longtemps dans ma liseuse (ICI). Deux romans de cet auteur en deux mois et deux lectures orgasmiques. Là, je fait une courbette parce que le niveau des personnages de ce livre est haut. Un autre coup de cœur.

Une lecture en demi-teinte pour « Djebel » de Gilles Vincent (ICI). Un début superbe, tout en finesse, tout en profondeur, une entrée dans la guerre d’Algérie et puis, contrebalançant cette maîtrise, des détails qui fâchent un peu, surtout au niveau des personnages. Malgré tout, une agréable lecture et une envie de vérifier que l’auteur s’est corrigé.

Aussitôt acheté, aussitôt lu ! On ne traîne pas quand on a sur sa table de chevet « Le baptême des ténèbres » dernier opus en date du talentueux Ghislain Gilberti (ICI). Si le premier tome m’avait emballé et transporté, celui-ci a fait de même, sauf que j’ai plongé dans ma lecture… Ceux qui l’ont lu comprendront. Bref, une putain de lecture qui ne m’a pas laissé beaucoup de répit. Un auteur à découvrir de toute urgence ! Coup de cœur et coup de pied au cul.

Pour ma LC chez Bianca de ce mois d’octobre, c’était « La conspiration de Whitechapel » de Anne Perry (ICI) qui était à lire. Thomas Pitt démis de ses fonctions, on a mal pour lui. Cette lecture m’a agréablement surprise parce que je pensais m’ennuyer ferme alors qu’il en fut tout autrement. Génial !

À cheval sur octobre/novembre, il y a aussi l’excellent « Pierre qui roule » de Donald Westlake qui met en scène le cambrioleur Dormunder, un type jamais à court de plan foireux ou rocambolesque. Du rire et des sourires au menu de ce roman qui m’a fait passer un tout bon moment de lecture.

Bilan Livresque Octobre : 8 livres et plein de bédés

  1. La bouffe est chouette à Fatchakulla : Ned Crabb
  2. Seuls les vautours : Nicolas Zeimet
  3. Mémoire assassine : Thomas H. Cook
  4. Les Neuf Cercles : R.J. Ellory
  5. Djebel : Gilles Vincent
  6. Le baptême des ténèbres : Ghislain Gilberti
  7. La conspiration de Whitechapel : Anne Perry
  8. Pierre qui roule : Donald Westlake

Bilan Livresque : Août 2014

Le mois daoût peut regarder le mois de juillet sans rougir !

Son score est le même : 13 livres lus et 1 manga, même si toutes les chroniques ne sont pas terminées.

Tout d’abord, j’ai commencé le mois par une réconciliation avec l’inspecteur norvégien Harry Hole qui m’avait fortement déçu lors de la lecture du premier tome.  Il n’en fut pas de même pour le deuxième « Les Cafards » de Jo Nesbø (ICI). Harry arrête la boisson et enquête un peu plus sérieusement sur l’affaire qui l’a envoyé en Thaïlande.

J’ai encore mieux aimé le second tome lu des aventures du shérif Walt Longmire ! Un très grand moment de lecture passé avec « Le Camp des morts » de Craig Johnson (ICI). Un récit qui vous entraîne dans le Wyoming profond, au fin fond du trou du cul de l’Amérique, dans une ville où j’ai plaisir à poser mes valises pour suivre les pérégrinations de Walt.

Il m’avait été recommandé chaudement par Yvan qui m’avait signalé, en live, que je ne devinerais jamais la fin. Il avait raison, j’ai pris un coup de pied au cul avec « Un long moment de silence » de mon concitoyen Paul Colize (ICI). « Double effet Kisscool » garantit.

« Baiser d’adieu » de Gurthie (ICI) m’a transporté à Édimbourg. Là, si on a besoin d’emprunter de l’argent, on va trouver Cooper. Et si on ne rembourse pas à temps, on reçoit la visite de Joe Hope et de sa batte de base-ball.

Mitigée avec « Et ne cherche pas à savoir » de Marc Behm. Il y a du très bon, dans ce livre, mais certains passages m’ont un peu dérangé (ICI).

Coup de coeur avec « Né sous les coups » de Martyn Waites (ICI). Ce roman jongle avec deux périodes, celle de 1984 et 2001,nous faisant changer d’époque mais avec les mêmes personnages, sans savoir ce qui s’est passé pour eux pendant ces 17 ans (on le saura à la fin). Un roman aussi noir que l’anthracite mais au bout du tunnel, il y a souvent de la lumière…

Dommage que la traduction des Série Noire n’ait jamais été exécutée de manière correcte et que les textes originaux étaient coupés ou réécrit… Cela a dû enlever une partie de l’écriture de Peter Cheney dans son roman « Cet homme est dangereux », publié en 1946 chez Gallimard (ICI). Malgré tout, un bon moment passé avec tout ce petit monde de la truanderie, chacun s’amusant à planter le couteau dans le dos de l’autre. Les bons mots sont légion et les métaphores bien tournées (de l’auteur ? de la traduction ?).

C’est parce qu’on me l’avait prêté que j’ai lu de suite « Quatre racines blanches » de Jacques Saussey (ICI). Allez, un petit voyage au Québec, sous la neige qui commence à tomber. Roman policier « classique » additionné de la triste réalité des bandes urbaines, des gangs, des yakusa, le tout sur fond de réserve indienne, véritable zone de non-droit, ce roman est un récit détonnant qui se lit très vite et facilement.

Autre coup de coeur avec « Smoky » de Will James (ICI). Une merveilleuse histoire d’amour entre un homme et un cheval, Smoky est aussi un incomparable témoignage des traditions de l’Ouest américain. Une belle lecture qui me laisse avec une grande douleur dans la mâchoire…

Petit piochage dans la PAL Noire grâce aux lectures communes chez Bianca. Hop, on exhume « Bedford square » de Anne Perry (ICI). L’honneur, la réputation… vaste programme pour ce roman ! Roman court, sans temps mort, qui fait la part belle à des personnages que j’apprécie beaucoup et où on se creuse les méninges en se demandant qui est le « blackmailer » et pourquoi il fait chanter 6 hommes haut placés qui n’ont pas l’air d’avoir de rapports entre eux.

Une page sombre de l’histoire de l’Irlande catho est évoquée dans « Le martyre des Magdalènes – Une enquête de Jack Taylor » de Ken Bruen (ICI).  Jack Taylor est un ancien flic viré pour abus de la boisson et qui n’a qu’une envie, c’est qu’on lui foute la paix. Mais le voilà chargé de retrouver « L’Ange des Magdalènes », ces institutions qui s’occupaient des filles-mères. Un roman noir qui m’a fait découvrir un autre univers, celui de l’Irlande.

Puisqu’en étais aux bonnes résolutions qui me poussent à découvrir des auteurs méconnus (mais possédés dans ma PAL), je me suis attaquée à un autre auteur de romans noirs, Ed McBain, avec son « Branle-bas au 87 » (ICI). Dans le genre déroutant, on ne fait pas mieux ! Alors que vous suivez l’enquête, bardaf, vous avez le coupable qui passe à table et vous raconte tout, étalé sur plusieurs chapitres ! Un truc de fou mais ça passe.

Commencé ce 31 août mais pas encore fini, j’ai sorti de ma « Pedigree PAL » ce roman d’Harry Crews, auteur que j’avais déjà découvert dans « Nu dans le jardin d’Eden ». Ici, c’est un autre roman mettant en scène des « monstres » avec « La malédiction du gitan » (EN COURS).

Il était temps que j’achète le tome 5 de City Hall afin de savoir. Je vous en dirai plus le mois prochain.

Bilan Livresque Août : 13 livres et un manga

  1. Les Cafards : Jo Nesbo
  2. Camp des morts (le) : Craig Johnson
  3. Un long moment de silence : Paul Colize
  4. Baiser d’adieu : Gurthie
  5. Et ne cherche pas à savoir : Marc Behm
  6. Né sous les coups : Martyn Waites
  7. Cet homme est dangereux : Peter Cheney
  8. Quatre racines blanches : Jacques Saussey
  9. Smoky : Will James
  10. Bedford square : Anne Perry (PAL Noire)
  11. Le martyre des Magdalènes – Une enquête de Jack Taylor : Ken Bruen
  12. Branle-bas au 87 : Ed McBain
  13. La malédiction du gitan : Harry Crews (EN COURS)
  14. City Hall 5 : Lapeyre et Guerin

Bilan Livresque : Mars 2014

BILAN - Coyote montre aggrandi OKQuoi de neuf en Mars ??

EDIT : Je savais bien que je m’étais trompée lorsque j’annonçais « 9 lectures » ! Je me souvenais d’avoir compté 10 livres dans mon agenda, mais sur ma feuille de liens, je n’en comptais que 9.

ERREUR ! J’en avais bien 10 au compteur, mais j’avais oublié de copier le lien d’un livre, celui avec le fakir coincé dans l’armoire Ikéa ! Je mets donc à jour ce bilan…

C’est donc 10 lectures à mon actif pour ce mois-ci, dont un énorme pavé de 750 pages ! Ce qui n’est pas si mal, je trouve.

Bon, niveau PAL Noire, je n’en ai pas lu un seul ce mois-ci, non plus… et j’ai loupé une LC pour cause d’Alzheimer…

Dans le cadre du Challenge « Un hiver en Suède », j’ai attrapé « Du sang sur la Baltique » de Viveca Stein (ICI) qui s’est révélé un polar agréable. Cassera jamais trois pattes à un unijambiste, mais il était « correct ».

Puisque j’avais eu du « polar classique », je me suis dit qu’un petit noir serré ne me ferait pas de tort. J’ai donc sorti de ma biblio un auteur que je n’avais pas encore découvert : Thomas H. Cook avec « Au lieu-dit Noir-Étang » qui s’est avéré être une véritable découverte pour moi (ICI).

Rythme lent, progression à petits pas, bon dans le temps, le tout servi avec des atmosphères bien torchées !! Cet auteur est noté dans mes chouchous et je compte bien découvrir le reste de sa production.

Lorsqu’on est dans le Noir, autant y rester, non ? Quitte à découvrir, autant continuer avec des auteurs jamais lus, non ? Voilà pourquoi je me suis décidée à me plonger dans la prose de monsieur George P. Pelecanos. « Hard Revolution » me faisait de l’œil et le pas de danse que j’ai exécuté avec ce livre était magique (ICI).

Roman Noir… Si vous cherchez un livre rempli  de courses poursuites, de rebondissements à gogo, de suspense trépidant, allez chercher votre bonheur ailleurs… Bien que je vous conseille fortement de vous pencher sur ce roman aussi noir que la peau d’ébène des protagonistes et aussi noir que le cœur de certains ségrégationnistes, car ce livre en vaut vraiment la peine.

Le manquant du bilan était « L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea » de Romain Puértolas (ICI). Une lecture divertissante, amusante, très second degré, bref, ça vous fait passer un bon moment, j’ai souri et j’en suis ressortie toute contente.

Grosse déception avec « Mr. Shivers » de Robert Jackson Bennet (ICI). Quatrième de couverture prometteur de beaux jours et au final, de l’ennui et du Fantastique inattendu qui explique trop facilement les choses.

Le seul point positif, c’est la description de cette Amérique des années 30, après le krach boursier et la tempête de sable qui dévasta toutes les plantations, obligeant les gens à se mettre en route et à jouer les explorateurs des temps modernes, sillonnant leur pays à la recherche du travail, passagers clandestins sur les trains.

Une lecture éprouvante que j’aurais dû fractionner en plusieurs morceau parce que « L’Évangile du bourreau » de Gueorgui & Arkadi Vaïner ne se lit pas comme un roman Noir habituel (ICI). Longtemps tenu secret, le roman est une peinture sidérante du système répressif soviétique sous Staline, a fait sensation lors de sa première publication en ex-URSS.

Il avait vraiment tout pour me plaire, ce roman plus noir que le trou du cul d’un Nègre occupé à creuser une galerie, au fond d’une mine, à minuit, par une nuit sans lune (©Frédéric Dard). J’ai loupé le train, et ça me désole parce que la coupable, c’est uniquement moi.

Pour le Marathon de Lecture organisé par Chroniques Littéraires, j’avais dégotté dans mes étagères « Hanna était seule à la maison » de Carin Gerhardsen, auteure suédoise, ce qui convenait parfaitement pour clore en beauté « Un hiver en Suède » (ICI).

Un polar d’excellente facture, suspense bien maintenu, enquêtes qui s’alternent et finissent par se chevaucher pour s’imbriquer l’une dans l’autre, les cochonnes… Pas le polar du siècle, pas de coup de cœur, mais un super moment de lecture.

Dans la foulée, j’ai aussi déniché « Le Sang des pierres » de Johan Theorin (ICI), un autre auteur suédois (j’avais des trésors dans ma biblio, moi, que je ne savais même pas, heureusement que Babelio est là pour m’indiquer la nationalité de mes auteurs).

Bon, rythme fort lent, mais les pages se tournent vite suite aux personnages qui sont agréables. Le final est bien, mais ce polar sera vite oublié, dommage…

Ici, par contre, pas de risque d’oublier quoique ce soit ! Roman Noir très violent, dont tout le monde a parlé en bien, déclaré meilleur livre de l’année 2012 par le magazine « Lire », je me devais de l’ouvrir… Acheté fort tard parce que introuvable dans mes échoppes, « Le Diable, tout le temps » de Daniel Ray Pollock est une lecture coup de poing dans la gueule (ICI).

Trois récits noirs. Trois univers rempli de violence, de sexe, de sang et de violence… Parfois aussi de tripes. Trois récits qui pourraient être indépendant les uns des autres mais qui se rejoignent, s’imbriquent, se complètent, se mélangent… Une lecture qui restera gravée dans ma chair, marquée au fer rouge ! On en redemande, des livres tels que celui-là !

Une amie avait eu un orgasme lors de sa lecture de « X » de Sébastien Teissier (ICI)… Malheureusement, il m’en faut un peu plus pour avoir un orgasme, mais rien à dire, le livre est jouissif parce que l’auteur a joué avec les choses que je n’avais pas, pour mon plus grand plaisir ! J’adore quand un auteur me baise de la sorte avec son récit. Et là, j’ai été mieux baisée que si j’avais voté socialiste, socio-chrétien et libéral en même temps.

Un truc de fou, ce livre ! Court, mais intense, court, mais bon, court, mais qui te laisse baba. Magnifique !

Entre les coups, je me suis retapée pour la 36ème fois l’intégrale du cycle de « Lanfeust des Étoiles » (8 tomes) et qui fait suite à la saga de 8 tomes de « Lanfeust de Troy » que j’avais relue en février.

Bilan Livresque Mars : 10 livres et 8 bandes dessinées relues

  1. Du sang sur la Baltique : Viveca Stein (« Thrillers et polars » / Un Hiver en Suède)
  2. Au lieu-dit Noir-Étang : Thomas H. Cook (« Thrillers et polars » / « US » / « À tous prix » )
  3. Hard Revolution : George P. Pelecanos (« Thrillers et polars » / « US »)
  4. L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea : Romain Puértolas
  5. Mr. Shivers : Robert Jackson Bennet (« Thrillers et polars » / « US »)
  6. L’Évangile du bourreau : Gueorgui Vaïner (« Thrillers et polars » / « Myself II »)
  7. Hanna était seule à la maison : Carin Gerhardsen (« Thrillers et polars » / Un Hiver en Suède)
  8. Le Sang des pierres : Johan Theorin (« Thrillers et polars » / Un Hiver en Suède / « À tous prix »)
  9. Le Diable, tout le temps : Pollock (« Thrillers et polars » / Challenge « US » / « À tous prix » )
  10. X : Sébastien Teissier (« Thrillers et polars »)

Bilan Livresque : Février 2014

Février ne comptant que 28 jours, ça devrait me faire un livre de moins que janvier, en principe…

Bon, bilan un peu en-deçà puisqu’il ne compte que 7 livres plus un manga. Et j’ai honte de dire que un de ces romans avait déjà été entamé sur janvier…

Alors, tout d’abord, « Nécrologie » de Paul Cleave (ICI) que j’avais entamé en janvier ne s’est pas révélé aussi jouissif que je m’y attendais. Une narration au présent m’a rendu la lecture assez insipide et je n’ai pas su rentrer dans ce polar noir aussi bien que dans « Un employé modèle » du même auteur.

Pour ne pas mourir idiote, j’ai lu « Lignes de sang » de Gilles Caillot (ICI) qui s’est révélé un polar/thriller assez addictif ! Hormis un raccourci assez peu crédible (mais l’auteur fait ce qu’il veut), le reste tient la route et j’ai passé du réel au virtuel pour cette enquête assez hard.

Madame Giebel sait comment me parler dans ses livres, et, une fois de plus, j’ai été conquise par son roman « Purgatoire des innocents » (ICI). Je ne le conseillerais pas aux âmes sensibles car c’est assez violent, sans que la violence ne soit gratuite, à mon sens, car elle est « logique ».

Joe R. Lansdale est un auteur qui me fait rire dans ses romans et « L’Arbre à bouteilles » ne fait pas exception : du rire dans un roman sombre (ICI). Bien que j’ai trouvé que l’enquête était un peu « facile » puisque j’avais trouvé avant nos deux héros, Hap Collins, blanc et hétéro et Léonard Pine, noir et homo.

C’est une fois de plus Yvan (Blog ÉmOtionS) qui m’a fait découvrir un auteur qui m’était quasi inconnu : Amédée Mallock et son « Cimetière des hirondelles » (ICI).  On peut dire que ce thriller n’a pas la « vitesse » du genre, mais qu’il prend son temps pour nous dévoiler l’enquête. Une belle surprise, même si j’ai eu du mal avec le commissaire Mallock au départ.

Chouette, la suite des aventures de comte Phantomhive et de son diable de majordome sont arrivées ! « Black Butler – Tome 15 » de  Yana Toboso fut de nouveau un régal (ICI). J’ai découvert dans ce manga le milieu des pensionnats anglais pour jeunes garçons dont les parents sont fortunés et nobles et je dois dire que le milieu n’est pas des plus reluisant ! Mais l’enquête avance bien et on aura le dénouement dans le tome suivant.

Un roman noir qui n’avait jamais été traduit pour nous, pauvres francophones, mais voilà que l’erreur est réparée ! C’est donc avec fébrilité que j’ai ouvert « Nu dans le jardin d’Éden » de Harry Crews et ce fut un joli coup de poing (ICI) ! Son univers est riche de par ses personnages, mais eux sont pauvres de par leur vie de misère. En tout cas, c’est mon coup de cœur du jour.

Puisque j’étais dans le registre des romans noirs, j’en ai profité pour sortir une pépite noire charbon « Anthracite » de Valerio Evangelisti (ICI).  Ici, pas de duels aux pistolets dans la rue, mais des duels à un niveau plus haut, celui des puissants conglomérats qui veulent gagner le combat afin de dominer ce jeune pays qu’est l’Amérique… Là, on va au charbon, c’est sombre, noir, sans concession et on en prend plein sa gueule !

Bref, bien que je n’ai pas explosé mon compteur lecture (je ne vous parle pas des bédés, j’ai relu tous mes tomes des « Trolls de Troy », ce qui fait 14 bédés à ajouter sur Goodreads), j’ai néanmoins découvert des bons romans noirs qui m’ont marqué.

Bilan Livresque Février : 6,5 romans, 1 manga et 14 bédés)

  1. Nécrologie : Paul Cleave (débuté en janvier) (Challenge « Thrillers et polars » de Liliba)
  2. Lignes de sang : Gilles Caillot (Challenge « Thrillers et polars » de Liliba)
  3. Purgatoire des innocents : Karine Giebel (Challenge « Thrillers et polars » de Liliba)
  4. Arbre à bouteilles (l’) : Lansdale (Challenge « Thrillers et polars » de Liliba / Challenge « US » chez Noctembule)
  5. Cimetière des hirondelles (le) : Amédée Mallock (Challenge « Thrillers et polars » de Liliba)
  6. Black Butler – Tome 15 : Yana Toboso (Challenge « Thrillers et polars » de Liliba / Challenge « XIXè siècle » chez Netherfieldpark / Challenge « I Love London 2 » de Maggie et Titine / Challenge « Victorien » chez Arieste)
  7. Nu dans le jardin d’Eden : Harry Crews (Challenge « Thrillers et polars » de Liliba / Challenge « US » chez Noctembule)
  8. Anthracite : Valerio Evangelisti (« Il était une fois dans l’Ouest » chez Arieste / Challenge « Thrillers et polars » de Liliba / Challenge « US » chez Noctembule / Challenge « XIXè siècle » chez Netherfieldpark)

Bilan Livresque : Janvier 2014

BILAN - Pile de livresVoilà, une autre année qui s’est finie et une autre qui recommence ! L’éternelle question sera de savoir de quoi mon année 2014 sera faite du point de vue « lecture »…

Voir aussi si je vais réussir à remplir tous mes challenges, bien que celui de « Il était une fois dans l’Ouest » n’a pas encore un seul billet, que celui de « Thrillers et polars 2013/2014 » soit déjà bien rempli et que j’ai rempilé pour le « My Self 2014 » en essayant de poursuivre ma lecture des auteurs russes. Mais il reste tout les autres.

Et ma PAL Noire, va-t-elle encore diminuer ? La fin d’année 2013 ne fut pas folichonne niveau PAL Noire… Bon, j’en ai décimé 14 contre 16 en 2012 (et dans les 14, je ne dois pas en compter 2 puisqu’ils font partie d’une série dont je n’ai pas aimé le premier tome = 12).

Le but sera aussi de dépasser 2013 qui avait vu défiler 116 romans : point de vue lecture, c’était bien rempli (2012 n’en comportait que 96).

 Une affaire à suivre, donc !

Mon Bilan Livresque de Janvier est de 8 livres dont 1 PAL Noire. Certains ont été lu plus vite que d’autres parce qu’ils ont été de véritable page-turner…

Niveau coup de cœur, le mois de janvier est bien rempli avec ses 4 super romans qui m’ont marqué et 2 autres que je vais oublier bien vite.

J’ai entamé le mois avec un roman se passant en Mongolie, « Yeruldelgger » de Yan Manook (ICI) qui fut mon premier coup de cœur du mois. Le corps enfoui d’une enfant, découvert dans la steppe par des nomades mongols, réveille chez le commissaire Yeruldelgger le cauchemar de l’assassinat jamais élucidé de sa propre fille.

Un roman noir qui nous dépayse, un roman au scénario travaillé, servi par un écriture très agréable à lire. On vit l’enquête et on ressent les coups durs avec les personnages, certaines scènes étant plus violentes que d’autres (âmes sensibles…).

Dans le cadre d’une LC, j’ai sorti un petit roman de Karine Giebel « Terminus Elicius » (ICI). Dans le train, Jeanne entame une correspondance amoureuse avec un tueur en série.

Le roman est court, juste 250 pages : pas de temps mort. Suivre les pensées, les interrogations, les angoisses, les joies et la vie minable de Jeanne furent un moment fort, impossible de décrocher. Une belle écriture, un scénario bien pensé, bien pesé, un personnage central différent de ce que l’on pourrait croire, un récit bien rythmé et des palpitations cardiaques avec Jeanne, dans le train.

Un second coup de coeur avec un polar glacial puisque se passant en Laponie, durant l’hiver… « Le Dernier lapon » de Olivier Truc (ICI) fut un superbe voyage. Voyez-vous même : Kautokeino, un grand village sami au milieu de la toundra. Dans la nuit le tambour est volé et ensuite, c’est la mort d’un éleveur de rennes qui ne va rien arranger à l’affaire.

L’écriture est agréable, riche, envoutante et les personnages attachants. Le récit, au départ, est flou, on ne voit pas à quoi on a affaire, ensuite, l’image se met peu à peu en place et on passe à quelque chose qui prend doucement forme, jusqu’à ce que les dernières pièces vous révèlent une trame complexe. J’ai eu du mal à déposer le roman une fois que j’ai eu fini… Il était profond.

Une grosse déception avec « Le Lapin borgne » de Carrlson (ICI). Quatrième de couverture trompeur, rythme de narration lent et ennuyant, les dialogues, rédigés à la première personne, sont d’un ennui profond et les phrases d’une platitude absolue.

Heureusement que le suivant fut un autre coup de cœur ! Doublé d’un coup de pied au cul… « C’est dans la boîte » de Frédéric Ernotte (ICI).

Jeff Marnier est flic et accro à un site Internet. « La boîte noire ». C’est un endroit sombre. Un repère de flics. Marnier s’est inscrit à un concours nommé « La ronde des boîtes ». Un huis-clos entre huit flics dans un chalet paumé… Chacun doit rassembler dans une boîte à chaussures 5 objets/indices concernant une affaire élucidée ou non et les autres devront deviner l’affaire.

L’auteur manie bien la plume, le rythme ne souffre d’aucun temps mort, tout est fluide, un peu de glauque bien dosé et de l’humour noir subtil.  De plus, il m’a surprise d’une autre manière ! Magnifique ! Pervers ! Dingue ! Le coup de pied au cul par excellence. Des romans de cette veine, j’en redemande.

Dans le cadre de mes relectures de bédés, je vous parlerai de l’album « Les Quatre de Baker Street – T1 – L’affaire du rideau bleu » de Djian, Legrand et Etien (ICI). Je relis souvent mes bédés, mais je ne fais pas toujours une critique.

Ensuite, j’ai pris la direction de Saint-Émilion qui venait de basculer dans l’horreur suite à l’assassinat du curé… « AOC – Assassinats d’Origine Contrôlée » de Richard Le Boloc’h, Éric Le Boloc’h & Yann Marchesseau (ICI) m’a douché après l’excellente lecture que je venais de faire. Ici, on aurait pu avoir l’ivresse, mais bien que la bouteille était prometteuse, le contenu était de la piquette. Seule la fin était bien… (PAL Noire).

Le gros gros coup de coeur du mois est pour « REFLEX » de Maud Mayeras (ICI). Ce livre, c’est fort, ça percute et ça t’uppercutte ©. Une tuerie  !! Une putain de saloperie de tuerie… un truc de fou, un coup de cœur doublé de je ne sais combien de coups de pieds au cul et de décharge de chevrotines dans mes tripes…

Depuis le temps que je me devais de découvrir cet auteur dont on m’avait tant parlé… Voilà que c’est fait, maintenant : je suis dépucelée ! Sire Cédric et  « L’enfant des cimetières » (ICI) sont enfin passé dans mes mains. J’en suis bien contente.

Un fossoyeur pris d’une folie hallucinatoire vient de massacrer sa femme et ses enfants, avant de se donner la mort. David, photographe de presse se rend sur les lieux… Le lendemain, un adolescent, se croyant poursuivi par des ombres, menace de son arme les patients d’un hôpital et tue Kristel, la compagne de David. Mais qui est à l’origine de cette épidémie meurtrière ?

Une écriture qui pulse, des démons qui s’échappent des pages, des cadavres pas toujours en un seul morceau, de la cervelle qui adhère aux murs, des ombres qui vous grignotent par petits morceaux, des signes cabalistiques tracés au sol, c’était la recette qu’il me fallait pour m’évader dans un autre monde. Faut aimer le fantastique, aussi…

J’aurais pu avoir un 9ème : « Nécrologie » de Paul Cleave. Entamé mais pas terminé pour la dead-line du 31 : il en était à la moitié lorsque sonna minuit… Il est à moitié lu mais sa chronique sera pour dans quelques jours… et sera comptée sur février.

Bilan Lecture Janvier : 8 livres (dont 1 PAL Noire)

  1. Yeruldelgger  : Yan Manook (« Thrillers et polars »)
  2. Terminus Elicius : Karine Giebel ( « À tous prix »)
  3. Le Dernier lapon : Olivier Truc ( « À tous prix »)
  4. Le Lapin borgne : Carrlson (Un Hiver en Suède)
  5. C’est dans la boîte : Frédéric Ernotte (« Thrillers et polars »)
  6. Quatre de Baker Street – T1 – L’affaire du rideau bleu : Djian, Legrand et Etien (« Thrillers et polars » / « Polar Historique » / « Sherlock Holmes » / « Victorien » / « À tous prix » / « I Love London 2 » / « XIXè siècle »)
  7. A.O.C : Le Boloc’h/Marchesseau (PAL Noire) (« Thrillers et polars »)
  8. Reflex : Maud Mayeras (Challenge « Thrillers et polars »
  9. L’enfant des cimetières : Sire Cédric (« Thrillers et polars » / « À tous prix »)
  10. Nécrologie (commencé) : Paul Cleave

Bilan Livresque Mensuel : Décembre 2013

BILAN - SH - sherlockholmes407731On peut dire que le bilan de Décembre est une catastrophe du point de vue du nombre de livres lus : 3 (un 4ème est en cours de lecture) et 10 bandes dessinées.

La faute à pas assez de temps et trop de travail. Ces quelques mauvais rendements dans la lecture de mes romans portent mon Bilan Annuel à 116 livres lus (hors bédés !).

Par contre, il faut souligner que les 3 romans étaient assez épais et qu’ils furent tous les trois des coups de cœur !

Le mois a commencé avec un livre qui m’a ému aux larmes, après m’avoir fait rire : « Et soudain, tout change » de Gilles Legardinier (ICI). Mon premier coup de cœur du mois. Pourtant, je vous jure que jamais je n’aurais choisi pareil roman en librairie si ce n’était que Yvan l’avait lu et m’en avait dit le plus grand bien. J’ai eu raison de suivre son conseil avisé.

Ce roman traînait dans ma PAL depuis 1 an… Mais j’aurais déjà bien voulu le lire lorsque j’étais jeune et que je découvrais les œuvres de Stephen King : « Shining » me faisait peur avant même que je ne l’ouvre et j’avais toujours reporté sa lecture aux calendes grecques (ICI).

Deuxième coup de cœur, dans un registre tout à fait différent : de comédie on passe à un récit qui fait froid dans le dos, un huis-clos dantesque dans un hôtel perché au sommet d’un col, bloqué par des quantités de neige.

L’avantage de l’avoir lu si tard, c’est que j’ai appris quelques informations sur Stephen King qui m’ont aidé à mieux comprendre le roman, mieux percevoir le message qu’il a fait passer.

Pourquoi avoir soudain décidé de lire cette œuvre majeure du King ? Tout simplement parce que 36 ans après sa publication, il a décidé de nous offrir une suite avec « Docteur Sleep » qui est mon troisième coup de cœur (ICI) .

Bien que différend en tout points de « Shining », il est sa suite. J’ai retrouvé tout de suite le petit Dany Torrance, en proie avec les démons de l’Overlook et notre ami Dick va lui donner la solution pour enfermer ses démons.

Ensuite, nous retrouvons Dany adulte, en proie aux démons alcoolisés… Un roman fort, des personnages admirables et un scénario excellent.

Le quatrième livre qui est en cours et qui  risque fort d’être un coup de cœur (sauf si l’auteur bâcle la fin), c’est « Back Up » de Paul Colize.

Berlin, 1967. Quatre musiciens anglais faisant partie d’un groupe de rock trouvent la mort dans des conditions et des lieux différents. Bruxelles, 2010. Un SDF est renversé par une voiture, transporté dans un état grave à la clinique où l’on diagnostique un coma particulier, le Locked In Syndrom. Quel est le rapport entre les deux ? Je le saurai en terminant le livre !

Rayon bédé, deux holmésiennes avec « Sherlock Holmes et la conspiration de Barcelone » de Colomino (ICI). Scénario excellent, trame historique intéressante mais un Holmes transparent et peu présent. On est loin du détective qui résout ses enquêtes avec brio et panache. Malgré tout, c’était une belle découverte.

Un cinquième coup de coeur avec « Sherlock Holmes et le chien des Baskerville » de Unglick (ICI) qui nous propose le récit en mettant en scène des Playmobil. Un travail d’artiste, une mise en scène époustouflante, des décors dignes de la lande lugubre ou du Londres victorien… Bref, une réussite !

Les bédés, ce sont celles qui m’avaient été offertes pour mon anniversaire, bien que je ne les ai pas chroniquées…

Bilan Livresque Décembre 2013 : 3 livres et 10 bédés

  1. Et soudain, tout change : Gilles Legardinier
  2. Shining : Stephen King
  3. Docteur Sleep : Stephen King
  4. Sherlock Holmes et la conspiration de Barcelone : Colomino
  5. Sherlock Holmes et le chien des Baskerville : Unglick
  6. Les Forêts d’Opale – T8 – Les Hordes de la nuit : Arleston
  7. Les Naufragés d’Ythaq – T11 – L’Haleine de l’Ogre : Arleston
  8. Elfes – T1 : Le Crystal des Elfes bleus : Istin (ICI)
  9. Elfes – T2 : L’Honneur des Elfes sylvains : Jarry
  10. Elfes – T3 – Elfe blanc, coeur noir : Corbeyran
  11. Elfes – T4 – L’Élu des semi-Elfes : Peru
  12. Les guerrières de Troy – T1 : Yquem le généreux : Arleston
  13. Les Guerrières de Troy – T2 : L’Or des profondeurs : Arleston

Mes challenges auxquels j’ai envoyé des fifiches sont : le Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le  Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « I Love London » de Maggie et Titine, le Challenge « La littérature fait son cinéma – 3ème année » de Kabaret Kulturel, le Challenge « Victorien » chez Arieste, le Challenge « US » chez Noctembule, le Challenge « I Love London 2 » de Maggie et Titine et le Challenge « XIXè siècle » chez Netherfieldpark.