La Saga des Sorcières – Tome 1 – Le lien maléfique : Anne Rice [Par Dame Ida]


Titre : La Saga des Sorcières – Tome 1 – Le lien maléfique

Auteur : Anne Rice
Édition : Pocket (2002/2012)
Édition Originale : The Witching Hour (1990)
Traducteur : Annick Granger de Scriba

Introduction Babélio :
Sous le porche d’une vieille demeure à l’abandon de La Nouvelle-Orléans, une femme frêle et muette se balance dans un rocking-chair : Deirdre Mayfair est devenue folle depuis qu’on lui a retiré, à la naissance, sa fille Rowan pour l’envoyer vivre à San Francisco.

Et derrière la grille du jardin, un homme, Aaron Lighter, surveille inlassablement Deirdre, comme d’autres avant lui, pendant des siècles, ont secrètement surveillé la famille Mayfair.

Car ils savent que, de génération en génération, les femmes du clan se transmettent leurs maléfiques pouvoirs et que la terrifiante et fabuleuse histoire de cette lignée de sorcières ne fait que commencer…

Résumé :
Résumer un tel pavé (entre près de 800 et 900 pages selon les éditions) n’est pas chose aisée tant il entremêle tant d’histoires différentes qui n’en forment qu’une.

C’est tout le problème des sagas ! Vous savez certainement l’étymologie de ce terme scandinave qui désigne une œuvre racontant l’histoire de toute une lignée à travers les générations qui se suivent… Sauf que la vie de chaque personnage est une histoire en soi. Alors ? On fait comment ?

Et ben on jette l’éponge, le bouquin, on s’assoie et on pleure ! Surtout quand on doit recommencer sa fiche une deuxième fois parce que le texte dont on a gardé un simple brouillon s’est perdu avant d’arriver jusque dans la boîte de Dame Belette, notre Bienfaitrice à toutes et à tous.

Entre les trajectoires de Michael Curry, l’entrepreneur en bâtiment en vue de San Francisco presque quinqua revenu des morts et devant composer avec le don étrange qu’il a rapporté de l’au-delà, celle de Rowan Mayfair, brillante neurochirurgienne trentenaire, jeune femme adoptée qui doit découvrir le secret sulfureux de ses origines, et le manège étrange qui se joue dans cette jolie demeure de la Nouvelle Orléans dont l’héritière aussi souffreteuse que dérangée, maintenue sous couverture neuroleptique en permanence au point de ne plus pouvoir prononcer une parole par les bons soins de ses grand-tantes assez inquiétantes, le puzzle se met doucement en place…

Pour au bout d’un moment nous plonger dans les archives qu’un étrange anglais, membre d’une organisation encore plus étrange, soumet à la lecture de Michael qui s’est mis en tête de sauver Rowan des périls qui la menacent puisqu’il est devenu entre-temps son chevalier servant.

Et si je vous dis que les dites archives qu’il doit consulter et qui représentent une partie non négligeable du volume, vous dévoilent l’histoire de plusieurs générations de sorcières de la famille Mayfair observées depuis des siècles par le très secret Talamasca ?

Et ben oui, ça en fait des personnages et des histoires ! D’ailleurs, ça n’est pas pour rien que ce livre est épais comme un bottin !

Mon avis :
Je vais réitérer l’avis que j’avais déjà exprimé sur le précédent Anne Rice dans lequel je me suis lancée.

Un gros boulot de documentation historique, géographique (tapez sur Google Earth « First Street » à la Nouvelle Orléans et regardez les baraques qui s’y trouvent près de Garden District, et vous verrez effectivement le genre de maisons dans lequel évolue la famille Mayfair) qu’elle sait faire sentir mine de rien, en l’introduisant judicieusement et en l’intégrant parfaitement à l’action…

Une thématique très bien développée…

Un univers original sachant se détacher des images d’Epinal concernant la sorcellerie, tout en s’appuyant sur des données solides…

De très bonnes idées d’intrigues… L’affaire s’engageait plutôt bien.

En outre, comme je vous l’ai déjà dit : j’aime quand les auteurs de fantastique distillent le surnaturel peu à peu par petite touche en prenant leur temps, nous laissant croire aussi longtemps que possible que nous sommes bien dans les réalités du monde que nous connaissons avant de nous emmener dans des contrées plus incroyables.

Dans mon billet sur le « Don du Loup » d’Anne Rice, je lui avais reproché de n’avoir pas pris ce temps en nous faisant basculer dans le fantastique dès le premier chapitre ou presque en balançant la grosse artillerie avec ses gros sabots.

Et bien là, elle prend son temps. Et c’est très bien…

En même temps en huit ou neuf cents pages elle avait de quoi prendre son temps… Et un tel pavé ça peu fatiguer au bout d’un moment, sauf quand le rythme de l’action reste soutenu et qu’on sait éviter les longueurs…

Et des longueurs… Mon Dieu ! Comme il y en a eu !!! C’est maintenant que débute la litanie de mes reproches…

Ce n’est pas tant le nombre de personnages qui se croisent dans le roman qui soit un problème (quoi que… mon pote Al Zheimer s’est bien fichu de moi pendant ma lecture), ou le déroulé de l’histoire singulière de chacun d’entre eux…

Le problème c’est qu’on a parfois l’impression que Rice a voulu écrire un soap opéra…

Certains passages sont dignes des télénovelas brésiliennes ou certains dialogues ou tergiversations introspectives n’en finissent pas et traînent en longueur, tournant en rond de façon répétitive comme si l’auteur voulait vraiment être certaine que le lecteur ait bien compris quels tourments ou contradictions internes déchiraient certains personnages.

Faudra-t-il qu’un jour quelqu’un lui explique que le lecteur n’est pas un abruti et qu’on peut lui dire les choses une fois… ou peut être une deuxième fois autrement pour ajouter de la nuance… mais qu’on n’est pas obligé d’y revenir encore et encore pour que le lecteur comprenne ?

Et puis… Comment dire… Pourquoi Anne Rice s’obstine-t-elle à vouloir nous présenter des héros toujours tellement exceptionnels dès le départ qu’ils n’en sont pas crédibles ?

L’entrepreneur en bâtiment parti de rien mais plusieurs fois millionnaire, qui en plus de bosser comme une brute 100 heures par semaines est parvenu à se forger une culture littéraire, historique, musicale etc… de grand érudit.

Wahou ! Le voilà le mec parfait qui la fait fondre : le grand mec baraqué, un peu rustre et prolo (combien de fois appuie-t-elle sur ces termes pour parler de Michael ! C’en est indécent !) qui serait doublé d’un puits de science tout en sachant se montrer tendre et délicat ? Le mec parfait qui n’existe pas quoi ! Ah si ! Il est alcoolique… Mais rassurez-vous… Même bourré il sait se tenir et il décroche comme il veut sans aide et sans faire de delirium tremens bien qu’imbibé depuis un moment…

Et attention petit spoiler… Figurez-vous que par une heureuse coïncidence, Rowan, notre brillante neurochirurgienne accro au boulot au diagnostic infaillible, qui a sauvé la vie de Michael avant que le relais soit pris par les secours, adoooooore les mecs un peu rustres parce qu’elle trouve que ce sont des bons coups sans complications.

Et évidemment après s’être retrouvés ils vont tomber dans les bras l’un de l’autre avec autant de facilité que Reuben et Merchent dans le « Don du Loup », c’est-à-dire en quelques heures de conversation banale, comme si ça allait de soi, sans qu’il y ait besoin de sortir l’habituelle parade amoureuse de séduction, son cortège de dates, et les rites contemporains qui ont remplacé l’antique carte du tendre des précieuses… En gros les phéromones ont fait tout le job !

Non seulement cette incapacité chronique (au bout de la deuxième série, le travers se répétant… j’envisage une chronicisation*) à introduire ou à décrire un processus de séduction mutuelle est surprenante pour un auteur qui envisage de caser des histoires d’amour dans ses romans, mais en plus le rapport à la sexualité qu’elle dévoile livre après livre me sidère…

Dans le « Don du Loup » (excusez-moi d’y revenir encore mais quand on retrouve les mêmes tics d’écritures on tique justement…), le rapport entre animalité brute et sexualité était systématique…

Et là on a une chirurgienne super topissime issue des meilleurs milieux, cultivée et toussa toussa, pleine de fric, qui préfère coucher avec des « prolétaires », de préférences brutes épaisses, incultes et pas compliquées…

J’avoue que cette vision des rapports hommes/femmes d’Anne Rice m’irrite au plus haut point.

Avec elle c’est la Belle et la Bête roman après roman… et le mot Bête s’appliquant systématiquement aux hommes et devant être pris dans les deux sens : animal et stupide…

Enfin Michael n’est pas stupide… C’est ce qui en fait une exception par rapport aux autres hommes aux yeux de Rice.  Même s’il garde de mauvaises manières à table.

Ok… les auteurs masculins ont aussi parfois tendance à nous réduire à des stéréotypes découlant de leurs fantasmes… La femme fragile, sensible, forcément bien roulée… et si elle est un peu godiche on ne lui en voudra pas si elle fait bien la blanquette et les turluttes…

Mais ces clichés sexistes me sont aussi insupportables dans un sens que dans l’autre. C’est d’un maladroit… D’un convenu… Que de poncifs !

Et puis… derrière les clichés sexistes posant les rapports hommes/femmes comme des rapports de domination, j’ai tout de même perçu comme une sorte de mépris de classe…

Comme si le « prolétaire » (en gros, ceux qui ont des jobs ingrats mal payés et un accès réduit à la culture des classes dominantes) ne devait pas être doté de la moindre capacité de réflexion, de la moindre sensibilité, de la moindre attente d’attachement… Et n’était pas autre chose qu’un objet sexuel facile à consommer et à jeter…

J’avoue… Je trouve ça assez choquant. Surtout quand l’auteur écrit ça sans aucune once critique par rapport au positionnement de son personnage ou comme si ça ne posait aucun problème moral.

Je passe sur le fait que le sexe est aussi souvent associé à des trucs bien glauques dans l’histoire de la famille Mayfair ! Incestes à répétition, perversions, viol, domination, paternités incertaines, voire pédophilie…

Toute la panoplie s’y déploie de façon d’autant plus lassante que ça se répète de génération en génération. Cela pourrait faire la joie d’un psychogénéalogiste mais pour la lectrice lambda il y a un moment où ça devient too mutch !

Ajoutons que lorsque Rice s’essaie au dialogue amoureux entre ses personnages ça devient vite insupportable. Elle est aussi mauvaise pour décrire le processus de séduction (qu’elle préfère éviter) que pour faire dialoguer deux personnages amoureux qui se balancent des mots doux sirupeux à tout bout de champ.

C’est d’un guimauve écœurant à souhait qui n’apporte strictement rien à l’action mais occupe du papier comme si elle était payée à la page et qui vous donnerait presque envie de vous faire pousser la moustache, de prendre 30 kg en plus de vos 10kg de trop, de ne plus vous laver ou vous coiffer et de vous habiller en sac à patates, pour être certaine que personne ne viendra vous parler plus jamais comme ça !

Purée ! Même dans la collection Arlequin les histoires d’amours sont mieux écrites et plus crédibles !!!

Et puis… Si ce livre est si énorme c’est qu’il part d’une histoire contemporaine dont le déroulement est coupé en deux par la lecture par un personnage de toute l’histoire de la famille Mayfair…

Et ces archives représentent pratiquement le tiers du livre, ce qui est quelque peu déséquilibré puisque quand on retrouve nos personnages contemporains on en est désorienté, et il nous faut quelques minutes pour se souvenir de qui est qui et où on en était avant de les quitter.

La construction est de ce fait un peu maladroite. Et ce n’est pas le premier livre de cet auteur que je trouve mal construit.

Pourquoi n’a-t-elle pas plutôt écrit cette saga en commençant dès le début ? Consacrant un volume pour deux générations, en prenant bien son temps ? Un peu comme avec sa saga des Vampires si réussie !

Parce que là franchement ce résumé sur plusieurs générations de Mayfair en quelques centaines de pages sous forme de récit ou rapports un peu brouillons et dont la chronologie semble parfois se perdre, c’est carrément très fastidieux à lire.

Malgré tout… On se laisse prendre par l’histoire qui a quelques relents lovecraftiens avec cette thématique des malédictions familiales, qui a son univers particulier original bien campé, et aux descriptions envoûtantes de l’atmosphère de la Nouvelle Orléans et de son petit monde feutré de la bourgeoisie locale…

En regrettant juste le déséquilibre dans la construction, les longueurs, et la façon dont Anne Rice semble perdue quand il s’agit de parler d’amour, des hommes et des femmes…

Au point d’en devenir irritante parfois. Il faut donc que l’histoire soit sacrément bonne pour qu’on en arrive à passer outre tous ces défauts d’écriture.

Je lirai peut-être la suite…

* Pour les Nuls (comme moi) : Se chroniciser décrit le comportement d’une chose ou d’une personne qui adopterait un rythme régulier et constant dans ses actes ou son attitude, de façon presque mécanique, à l’instar d’une machine.

 

Les Chroniques du don du loup – Tome 1 – Le Don du Loup : Anne Rice [Par Dame Ida]

Titre : Les Chroniques du don du loup – Tome 1 – Le Don du Loup

Auteur : Anne Rice
Édition : Michel Lafon (2013) / J’ai Lu (2014)
Édition Originale : The Wolf Gift (2012)
Traducteur :Philippe Mothe

Introduction Babelio :
Un jeune journaliste envoyé par le San Francisco Observer… une vielle femme qui l’accueille dans sa magnifique maison familiale sur laquelle il doit écrire un article et qu’elle doit vendre urgemment… Une rencontre fortuite entre deux personnes bien différentes… Une nuit idyllique brisée par une violence sans nom… Le jeune homme attaqué, mordu, de manière inexplicable par une bête qu’il ne peut voir dans la pénombre…

Un épisode violent qui met en marche une transformation aussi terrifiante que séduisante alors que le jeune homme, pris en étau entre extase et horreur, entre acceptation et peur de ce qu’il est en train de devenir, est sur le point de connaître le frisson du don du loup.

Alors qu’il résiste au plaisir et à la fascination de sa sauvagerie animale et découvre avec surprise sa capacité à faire le bien, il se retrouve mêlé à un étrange et dangereux sauvetage et se retrouve malencontreusement pourchassé par les autorités, les médias et les scientifiques (son ADN pourrait apporter la preuve de la dualité de son état)…

Alors qu’un amour nouveau et profond l’enveloppe, des questions naissantes le forcent à s’enfoncer dans ce monde mystérieux inédit : des questions sur pourquoi et comment il a reçu ce don ; sur sa vraie nature et cet attrait curieux mais satisfaisant pour le bien ; sur la compréhension innée qu’il y en a d’autres comme lui qui observent (des créatures gardiennes qui existent depuis la nuit des temps et qui pourraient être en possession de secrets antiques et de connaissances en alchimie).

Par dessus tout, il s’agit d’une quête de rédemption d’un esprit tourmenté par un nouvel horizon de tentations et par la perspective d’un cheminement difficile et exaltant pour concilier totalement loup et homme

Résumé :
Reuben Golding, jeune journaliste de 23 ans à peine, grand, beau comme un dieu, et pété de thunes grâce à sa famille (sa môman est un médecin très réputé, et son pôpa est un universitaire distingué) est chargé d’écrire un reportage pour le San Francisco Observer où il a été embauché (ben nan… lui il ne passe pas par la case « stages à répétition » ou « pigiste » à vie pendant 10 ans, tellement il est trop bogosse, tellement il est intelligent et tellement ses parents ont de relations), sur l’immense propriété don Mme Merchent Nideck, 38 ans, a hérité de son oncle disparu depuis 20 ans, propriété dont elle envisage d’ailleurs de se séparer, comptant sur le reportage pour trouver un acheteur prêt à lui verser les 5 millions de dollars (c’est tout ? on croirait que c’est 10 fois plus à lire les descriptions!) qu’elle peut valoir.

Il s’agit d’un gigantesque manoir bien conservé, perdu entre une forêt de séquoias et la mer…

Même si Reuben est en couple avec une brillante substitut du procureur (il n’allait quand même pas perdre son temps avec une pauvre fille lambda hein…), le voilà qu’il se met à draguer la couguar qui semble apprécier et répond à sa drague et les voilà qu’ils s’envoient en l’air assez vite après le café…

Ben quoi ? Toutes les héritières de 38 ans couchent avec le premier jeunot rencontré…

Et refont leur testament en leur léguant leur manoir tellement elles ont pris leur pied, juste avant de se faire assassiner !

Car oui, cette partie de jambe en l’air finit mal ! Deux brigands pénètrent dans la maison, la zigouillent et alors qu’ils allaient s’en prendre à Reuben, se font démembrer par une bête qui se contente de mordre Reuben.

Et vous l’aurez compris, comme il s’agit de loups-garous dans cette affaire, le Reuben qui en plus d’être grand, beau, talentueux et riche, se trouve encore plus grand, encore plus beau et doté de pouvoirs fabuleux en plus de l’immortalité…

Et évidemment, encore plus riche puisqu’il hérite de la baraque !!!

Et le voilà en train de se transformé en super héros volant au secours des âmes en détresse, cherchant parallèlement à mieux comprendre les origines de ce don, prenant visiblement ses sources dans l’histoire de la famille Nideck, dont il a hérité au passage d’une bonne partie des archives.

Critique :
Comme beaucoup de lectrices, j’ai découvert l’œuvre d’Anne Rice à l’adolescence avec « Entretien avec un Vampire » et toute la saga qui a suivi.

J’ai eu l’occasion de tomber sur ce premier volume de sa saga plus récente écrite sur le mythe du loup-garou.

Vous l’aurez compris en filigrane dans mon résumé : je n’ai franchement pas aimé.

J’aime la littérature fantastique. Mais plus dans l’esprit d’un Stephen King, qui montre comment des personnages ordinaires et qui essaient de se dépatouiller de leurs drames personnels ordinaires, essaient de les régler d’une façon plus simple avec le fantastique pour se rendre compte qu’en fait… ils auraient mieux fait de s’en dispenser et d’accepter leur sort.

L’atmosphère fantastique qui s’instille peu à peu dans la banale réalité, et face à laquelle le personnage principal reste incrédule avec le lecteur, me convient.

L’auteur vient nous chercher dans la réalité pour nous conduire peu à peu dans l’irréel, comme il ferait monter le suspens dans un polar, dispensant les indices peu à peu plutôt qu’en balançant le nom du coupable tout de suite.

Là, on est pas du tout dans cette démarche. Cela donne l’impression d’un livre construit à la truelle ! Sans subtilité.

On nous balance en quelques pages un personnage nanti de toutes les qualités, et qui va se voir nanti d’encore plus de dons et qualités frisant avec les fantasmes infantiles de toute puissance…

J’imagine qu’on peut apprécier ça quand on est ado… mais à mon âge c’est trop peu crédible pour que la magie opère et que je puisse me laisser aller à un mouvement identification au personnage pouvant soutenir l’intérêt de ma lecture.

C’est tout much !

Le début manque considérablement de finesse, mais le développement de l’intrigue se révèle plus intéressant quand on a surmonté ce premier écueil.

Comment Reuben va-t-il se débrouiller de son don ? Comment va-t-il en comprendre les origines ? Comment va-t-il pouvoir jongler entre ses deux natures et ses deux univers ?

Les choses commençaient à s’arranger jusqu’à ce que le livre se termine par un long chapitre explicatif où il se passe pas grand chose d’autre qu’un empilement de révélations apportées comme si elles tombaient du ciel.

L’auteur essaie de donner un peu de dimension narrative à l’affaire mais de façon aussi convenue que statique…

Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, la joie et l’harmonie, et ça n’en finit pas de s’autocongratuler et de dire à quel point on est heureux d’être content.

Ces longueurs de la fin ne sont pas les seules… Les tergiversations introspectives éthiques interminables et répétitives, les cogitations sentimentales un peu stéréotypées, les scènes de sexe utiles à la narration ainsi que l’association quasi obsessionnelle un peu questionnante de Rice entre sexualité et animalité (quand on sait qu’elle a pratiquement fait de sa saga sur les vampires une ode yaoi ou asexuelle…) ont quelque peu plombé ma lecture également.

Bref, c’est bof-bof. Je ne lirai pas la suite de cette nouvelle saga.

Pour moi Rice vient de devenir le pendant de Chattam, méritant exactement les mêmes louanges et les mêmes reproches : ils se sont fait connaître avec une suite de bouquins plutôt bons, avant de se mettre à écrire des choses décevantes… ils savent se documenter sur les thématiques qu’ils déploient, même si c’est souvent surfait…

Ils ont une bonne imagination pour nouer une intrigue… Mais donnent régulièrement le sentiment d’en bâcler le traitement comme si l’objectif était de noircir du papier et de tenir des délais pour les éditeurs qui savent qu’il y a une clientèle, plutôt que soigner la qualité.

Note du Cannibal : Reuben aurait dû être mordu par un lama, cela aurait été plus drôle ! Parce que quand lama fâché, lui toujours faire ainsi…

Mercy Thompson – Tome 5 – Le grimoire d’argent : Patricia Briggs

Titre : Le grimoire d’argent

Auteur : Patricia Briggs
Édition : Milady (2010)

Résumé :

Mercy ne cracherait pas sur quelques jours de vacances. Après avoir passé les derniers mois à tenter d’échapper aux griffes de la Reine des Vampires, elle découvre que le grimoire des faes est tombé dans de très mauvaises mains : les secrets qu’il renferme sont sur le point d’être révélés.

Ce qui n’est pas du goût de tout le monde. Non contente de devoir régler cette crise majeure, Mercy a des problèmes personnels : sa maison a brûlé, son ami Samuel file un très mauvais coton et on lui reproche les dissensions apparues au sein de la meute.

Elle va devoir faire preuve de la plus grande diplomatie… pas facile quand on est sous pression !

Critique :

Bien que ce cinquième tome commence plus lentement que les autres, je ne me suis pas ennuyée.

Certes, l’enquête de Mercy passe au second plan, mais l’auteur nous en apprend un peu plus sur le monde des faes et surtout sur Samuel, le loup-garou, qui traverse une grosse crise de dépression.

Appréciant beaucoup Samuel, cela m’a fait mal de le découvrir dans cet état.

Son loup a pris le pouvoir et il reste dans cette forme, avec tous les dangers que cela comporte pour les autres, même pour Adam, puisque Samuel aime bien Mercy. La testostérone est encore bien présente.

Mercy, fidèle à elle-même, s’occupe de tout résoudre : elle prend Samuel chez elle, elle aide Adam dans ses problèmes de meute, enquête sur la disparition du fae, de sa caravane qui a explosé,… Bref, seule une femme a la capacité de résoudre autant de problèmes à la fois.

Evolution aussi du point de vue relationnel entre Mercy avec Adam…. ça m’a fait plaisir, tiens.

Adam n’a pas l’air, mais dans le fond, il a un coeur et sa sensibilité est bien présente. Un homme comme lui, on en redemande. Maniant avec brio la fermeté avec ses loups, la douceur avec sa fille et mélangeant les deux pour Mercy.

Ce que j’ai apprécié, c’est qu’il doute. Oui, Adam a peur d’échouer dans sa relation avec Mercy et du fait que c’est un dur à cuire, sa carapace s’effrite. Ce qui n’est pas bon lorsqu’on est un Alpha.

Lorsqu’Adam se retrouve seul avec Mercy, il se dévoile plus, et, même s’il reste un dominant, il essaye de faire en sorte de satisfaire ses désirs.

Je n’approfondirai pas cette partie du roman, laissant la chose à Adam, si vous voyez ce que je veux dire…

Bref, vous comprenez que je ne me suis pas embêtée avec tout ce qui se passe entre les différents personnages, les problèmes de meute, Mercy qui doit se faire respecter,…

Pour finir, j’en avais oublié l’enquête au sujet de la disparition du fae. Et tout à coup, bardaf, ça revient et l’enquête prend un autre tournant. Suspense, suspense !

Le final est grandiose, inattendu. Une belle évolution du personnage, une belle évolution du style de l’auteur.

Pas de regret d’avoir commencé la série.

Titre participant au Challenge « Totem » organisé par Lili Galipette et « Thrillers et polars » de Liliba.

 

Mercy Thompson 3 – Le baiser du fer : Patricia Briggs

Titre : Le baiser du fer

Auteur : Patricia Briggs
Édition : Milady (2009)

Résumé :

« Je retroussai mes babines pour lui donner une bonne vue de mes crocs. J’avais beau ne pas peser plus de quinze kilos sous ma forme de coyote, j’étais néanmoins un prédateur… »

La forme de Mercy Thompson est peut-être changeante, mais ce n’est pas le cas de sa loyauté. Lorsque son ancien patron et mentor est arrêté pour meurtre et abandonné par les siens, Mercy est la seule à vouloir l’innocenter, qu’il le veuille ou non.

Le coeur de Mercy , quant à lui, est à l’image de la nature de sa propriétaire : partagé. il balance entre deux loups-garous. Or, ces derniers ne sont pas réputés pour leur patience, et si elle ne parvient pas à faire un choix, Sam et Adam s’en chargeront peut-être pour elle…

Critique :

Plusieurs meurtres ont eu lieu dans la réserve des Faes et puisque c’était grâce à une arme Fae que Mercy avait réussi à envoyer le vampire André bouffer les pissenlits par la racine (dans le tome précédent), et bien, ils lui demandent d’éponger sa dette et d’utiliser son flair de coyote pour tenter de retrouver  la piste de l’assassin.

Et puisqu’un Lanister… heu, une Thompson paie toujours ses dettes, Mercy va aller coller sa truffe de coyote dans les maisons où ont eu lieu les meurtres, cherchant à isoler une odeur connue.

Tout baigne ? Avec Mercy dans les parages ? NON ! Déjà qu’elle voit des choses qu’elle n’aurait pas dû voir, voilà que de ce petit « reniflage » de piste va découler un nom…

Ensuite, tout va foirer suite au meurtre dont la victime – qui, en plus d’être celui que Mercy a donné le nom à Zee et Oncle Mike – est un humain appartenant à la BFA (le bureau des affaires aux Faes).

Zee se retrouve donc accusé, emprisonné et abandonné par son propre peuple, les Faes ! C’est beau la fraternité ! A croire que ça les arrange bien que l’on accuse Zee et que personne ne fouille dans leurs petites affaires.

Mais attendez, la grosse erreur c’était de penser que Mercy aller rester les bras croisés ! Non, mais, vous ne la connaissez, pas, vous !

Là, c’est sûr qu’elle va fourrer sa truffe et son nez partout dans le but de sauver Zee, son ami.

Pour le sortir de là, elle doit trouver l’assassin des Faes et celui du connard de la BFA.

Une partie de plaisir ? Non, car c’est sans compter l’univers impitoyable de  Daaalllaaaaassss, heu, des Faes ! En plus, leurs Seigneurs Gris sont sans pitié et Mercy a toujours l’art et la manière de foutre tout le monde en rogne et de n’en faire qu’à sa tête.

Le style de l’auteur est simple (sans être péjorative), agréable à lire, elle utilise des mots de tous les jours et nous saupoudre le tout d’humour dans les réflexions de Mercy.

De l’action, de la réflexion, du suspense, un bon cocktail qui ne se prend pas la tête. Si vous cherchez de la haute littérature ou le Goncourt, allez voir ailleurs !

J’avoue que je n’avais pas trouvé le nom du coupable ! Un point Bonux en plus pour ce tome qui m’a fait pousser un « Oh, merde, c’était… ».

C’est aussi dans ce tome 3 que Mercy va mettre fin à ce léger triangle amoureux entre Samuel et Adam (triangle amoureux moins hard que chez la tueuse de vampire Anita Blake).

Bref, une chouette enquête policière au pays, non pas de Candy, mais des loups-garous et des faes, les vampires étant aux abonnés absents dans ce tome.

Titre participant au Challenge « Totem » organisé par Lili Galipette  et « Thrillers et polars » de Liliba.

Mercy Thompson – Tome 01 – L’appel de la lune : Patricia Briggs

Titre : L’appel de la lune – Mercy Thompson 1

Auteur : Patricia Briggs

Édition : Milady (2008)

Résumé :

 » Les loups-garous peuvent être dangereux si vous vous mettez en travers de leur chemin. Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. Mais moi, je ne suis pas tout à fait humaine. « 

En effet, Mercy Thompson n’est pas une fille des plus banales. Mécanicienne dans le Montana, c’est une dure à cuire qui n’hésite pas à mettre les mains dans le cambouis et à sortir les griffes quand le danger frappe à sa porte.

Mais ce n’est pas tout : son voisin très sexy est le chef de meute d’une bande de loups-garous, le minibus qu’elle bricole en ce moment appartient à un vampire, et la vieille dame très digne qui lui rend visite vient jeter des sorts sur son garage.

Au cœur de ce monde des créatures de la nuit, Mercy se trouve mêlée à une délicate affaire de meurtre et d’enlèvement…

Critique :

Mercy Thompson n’est pas une fille comme les autres.  Oh que non ! Tout d’abord elle est garagiste et s’éclate à retaper de vieilles voitures, avec un gros faible pour les voitures Allemandes.

Ensuite c’est une métamorphe. Elle est capable de se transformer en coyote. Enfin, elle fait ami-ami avec les loups-garou, les vampires et autres créatures de la nuit.

Tout commence lorsque Mac, un jeune loup-garou, frappe à sa porte. Dans l’incapacité de contrôler son loup, il lui demande de l’aide.

Mercy est une brave fille, et, tout comme on recueillerait un chaton égaré, elle le confie à Adam, le beau loup-garou qu’elle a pour voisin et qui est l’Alpha de la meute locale. Ze big boss, quoi.

Petit problème : ce jeune loup se retrouvera  sur le seuil de Mercy, plus raide que les derniers mètres du Mont Ventoux et plus froid qu’une vieille nonne recluse. Oui, il a avalé son certificat de naissance… Gênant ! Surtout que la fille de l’Alpha a disparu, en plus.

C’est ce que j’appellerais une journée de merde, moi. Mais pas Mercy. C’est une héroïne rebelle qui sort des sentiers battus. Comme toutes les héroïnes.

Le style du livre est simple, facile à lire, l’intrigue nous donne envie de poursuivre la route et les pages se tournent facilement.

L’univers est bien étoffé, nous avons les loups-garous avec leur hiérarchie, les métamorphes, dont Mercy fait partie, ils ne doivent pas attendre la pleine lune pour changer, les vampires vivent en essaim, avec leur hiérarchie propre et Stefan, le vampire qui est ami avec Mercy a l’air bien sympa avec son bus décoré comme le minibus du dessin animé « Scooby-Doo ».

Dans les romans de Patricia Briggs, les loups-garous ont fait leur coming-out et le monde est au courant de leur existence. N’oublions pas non plus les faes… Un vrai petit monde fantastique.

Rien à dire, on passe un bon moment de lecture, sans se prendre la tête…

Enfin, quoique, à un moment donné, je me la suis prise, la tête, avec les explications finales qui, si vous n’avez pas un tube d’aspirine à vos côtés, seront douloureuses pour vos méninges.

Oui, c’est le petit bémol du livre : l’auteur, croyant bien faire, a voulu étoffer son histoire, peut-être trop.

Résultat : on se perd un peu à la fin entre le trafic de loups-garous et les expérimentations, l’enlèvement de Jesse, la tentative pour destituer Adam de son rang de chef, le malaise d’un loup-garou qui n’admet pas sa condition, l’usurpation d’identité, ect…..

Bref, ça tournait dans ma tête et je sais que mes deux neurones n’ont pas tout capté.

Pour ce qui est de l’intrigue amoureuse, on la sent venir à des kilomètres, un peu du genre d’Anita Blake (même si elle, elle hésite entre un vampire et un loup-garou).

Mercy hésite entre Samuel et Adam… entre deux bêtes à poils, deux mecs séduisants, parce que dans les livres, ils sont jamais moche et ne sentent pas mauvais de la gueule comme tous animaux à poils qui se respectent.

Pitié, inventez-nous une autre intrigue amoureuse ! Même si, je peux concevoir qu’il n’y ait pas 36 scénarios différents.

Malgré tout, j’ai tout de même passé un bon moment de lecture, et j’ai continué avec les autres, sans être déçue.

Pas de la grande littérature, mais juste de quoi passer le temps durant les vacances ou dans le métro. On se prend pas la tête et on ne s’embête pas en le lisant parce que les temps morts sont peu nombreux.

Le premier tome souffrait des fautes des débutants et je peux vous dire qu’elle a redressé la barre dans les suivants.

C’est vraiment à découvrir, cette série !

Challenge « Totem » organisé par Lili Galipette.