Mes derniers flambages livresques ! Ou « Ça va pas arranger ma PAL !! »

BILAN - Shopping - tumblr_my7f24Jw911r7ufkeo1_500

Christelle, de Dealer de lignes m’a demandé de réaliser un article avec mes derniers flambages (car nous sommes deux flambeuses) et je l’ai fait avec grand plaisir parce que ça faisait longtemps que je n’avais plus fait d’articles sur « Descente en librairie » et puis, cela m’a permis aussi de remettre mes listes à jour…

Voici donc la liste de mes derniers craquages livresques, de mes flambages, bien que le mot « flambage » soit relatif puisque j’achète de nombreux livres en seconde main !

Vous remarquerez qu’il y a assez bien de nouveautés… et quelques anciens. Et plus des 3/4 ont été acheté en seconde main, mais neufs, comme jamais lus ou alors, avec beaucoup de soins !

Certains de cette liste ont déjà été lus (8), malgré que les plus anciens des achats ne remonte qu’à janvier 2016 !

  1. Affaire de sang : Aventure inédite de Sherlock Holmes : MacBird (lu)
  2. Agent indien, l’ : Dan O’Brien
  3. Anges noirs, les : Ævar Örn Jósepsson
  4. Au bonheur des îles : Bob Shacochis
  5. Carnets noirs : Stephen King
  6. Chant de la Tamassee, le : Ron Rash (lu)
  7. Chambre blanche, la : Martyn Waites
  8. Chien des Basqueville, le : Jean d`Aillon
  9. City on fire : Garth Risk Hallberg
  10. Culasse de l’enfer, la : Tom Franklin
  11. De chair et de sang : Michael Cunningham
  12. Dedans ce sont des loups : Stéphane Jolibert (lu)
  13. De force : Karine Giebel
  14. Dernier appel pour les vivants : Peter Farris
  15. En crachant du haut des buildings : Dan Fante
  16. Feuillets de cuivre : Fabien Clavel
  17. Il reste la poussière : Sandrine Colette
  18. Lagon noir : Arnaldur indridason
  19. La nuit derrière moi : Giampaolo Simi (lu)
  20. Les petites filles : Julie Ewa
  21. Les salauds devront payer : Emmanuel Grand
  22. Livre des âmes, le : James Oswald
  23. Méridien de sang : Cormac McCarthy
  24. Méthode 15/33 : Shannon Kirk
  25. Meurtres à Willow Pond : Ned Crabb
  26. Ombres innocentes, les : Audru
  27. Plateau : Franck Bouysse
  28. Porte d’or, la : Michel Le Bris
  29. Positif : David Wellington
  30. Prendre Gloria : Marie Neuser
  31. Prendre Lily : Marie Neuser
  32. Principe de parcimonie, le : Mallock
  33. Retour à Oakpine : Ron Carlson (lu)
  34. Suburra : Giancarlo De Cataldo
  35. Rivière des indiens, la : Jeffrey Lent
  36. Rural noir : Benoît Minville (lu)
  37. Serre-moi fort : Claire Favan
  38. Trilogie new-yorkaise : Paul Auster
  39. Trois jours et une vie : Pierre Lemaitre
  40. Un prisonnier modèle : Paul Cleave (lu)
  41. Vagabond : Franck Bouysse
  42. Viens avec moi : Castle Freeman Jr. (lu)
  43. Solomon Gursky : Mordecai Richler
  44. Petit traité de la fauche : Jim Nisbet
  45. Ce qu’il nous faut, c’est un mort : Hervé Commère
  46. Julian : Robert-Charles Wilson
  47. Les Affinités : Robert-Charles Wilson
  48. Psychiko : Paul Nirvanas
  49. Les saisons de la nuit : Colum McCann
  50. Et que le vaste monde poursuive sa course folle : Colum McCann
  51. Les Brillants – T2 – Un monde meilleur : Marcus Sakey
  52. Captifs : Kevin Brooks
  53. Condor : Caryl Férey
Publicités

Descente dans les bouquineries bruxelloise

Ah, ah ! Le genre de sortie qui, si elle ne fait pas trop mal au portefeuille, fait gonfler la PAL un peu plus…

On a beau vouloir les lire de suite, ils devront faire la file comme tous les autres avant eux, ce qui fait que, avec un peu de chance, ils me passeront dans les mains d’ici un an ou deux. Ou plus. Là, ils entreront de plein-pied dans ma PAL Noire !

Si les prix des livres sont plus abordables dans ma capitale que dans celle de mes voisins les français de Paris, le problème surgit dans le fait que, puisque c’est moins cher, on peut en acheter plus.

Vous comprenez ma douleur ?

Alors, qu’est-ce que j’ai acheté de beau ?

L’ayant vu à la FNAC il y a quelques mois, j’avais décidé d’attendre son arrivée en bouquinerie pour l’avoir à moindre prix car les critiques n’étaient pas toutes élogieuses, loin de là. De qui je parle ? De « 7 femmes contre Edimbourg » de Ely M. Liebow.

Quésako ? C’est pour une amatrice de Sherlock Holmes comme moi ! Cela parle de sept jeunes femmes qui rêvent de devenir médecins et qui se donnent la difficile mission d’ouvrir aux femmes l’accès aux études de médecine en Grande-Bretagne. Le roman met en scène (notamment) celui qui inspira le personnage de Sherlock Holmes : le Dr Joe Bell, qui, par ses fabuleux talents d’observation et de déduction, fait l’admiration de tous ceux qui l’entourent, et notamment de son jeune assistant, un certain Arthur Conan Doyle qui fera de lui plus tard une légende, en le peignant sous les traits de son illustre détective.

Un Mary London qui manquait à mon palmarès : « La petite morte de la suite 22 », une enquête de Sir Malcom Ivory, aristocrate britannique très BCBG qui adore les enquêtes.

Cet enquêteur particulier devra enquêter dans l’aristocratie la plus huppée d’Angleterre comme dans la pègre la plus sordide de Londres. Il lui faudra surtout pénétrer dans le jardin secret d’une jeune femme aux prises avec des monstres singuliers.

Tiens, voilà un livre qui pourrait participer au challenge « Totem » de Lali Galipette car il correspond à un animal que j’apprécie beaucoup : le loup ! « Le temps du loup » de Thomas Kanger raconte l’histoire d’un commissaire de police à Västerås en Suède. Elina Wiik est la spécialiste des enquêtes complexes. Quand son mentor lui parle d’une affaire qu’il n’a jamais résolue et qui est menacée de prescription, elle décide de partir en quête du coupable resté impuni.

Vingt-cinq ans plus tôt, le corps d’Ylva Malmberg, mère d’une petite fille de quelques mois, a été retrouvé dans une forêt de Laponie suédoise. L’enfant, quant à elle, a disparu sans laisser la moindre trace.

Deux polars (qui pourraient entrer dans le challenge « Thrillers et polars » de Liliba) de McDermid avec « La fureur dans le sang » et « Sans laisser de trace ».

Puisque nous parlons de challenge « Totem » et de loup… Je viens d’acheter un livre de Michèle Paver « Frère de loup »… sans le faire exprès, en plus ! Littérature jeunesse, mais ce n’est pas grave.

Dans mes bonnes résolutions, je me suis mise aux auteurs « Classiques » et aux livres autres que ceux possédant un cadavre et une enquête policière. Me voici donc toute prête pour lire du Jules Verne et à faire « Le tour du monde en 80 jours » (je connais le dessin animé, pas de suspense à la fin).

Ensuite, je m’attaquerai à Tolstoï et des cavaliers nommés  « Les cosaques » et pour finir saoule, je plongerai avec Bacchus dans « Les raisins de la colère » de Steinbeck.

Un autre thriller avec celui d’Aubenque « Canyon Creek » qui nous signale que dans le désert, personne ne m’entendra hurler. Tout un programme !

ENFIN ! Je n’espérais plus trouver un des tomes de la saga « Rigante » de David Gemmel. Là, après avoir dû louer les deux premiers tomes il y a six ans, désespérant de les trouver un jour tous les quatre afin de compléter ma collection de cet auteur d’heroïc fantasy, j’ai enfin réussi à dénicher le tome quatre en occase !! « Le cavalier de l’orage » vient se positionner sur mes étagères et il attend l’arrivée des trois autres, si je les trouve un jour…

On termine par une touche de légèreté avec « Quatre enterrements et un mariage » de Matthieu Noli. Le titre du film avec Hugh Grant, mais à l’envers. Si c’est aussi drôle et aussi relevé comme dialogues, je vais passer un bon moment !

 

Descente en bouquineries parisiennes…

Me voici donc revenue de mon petit séjour dans la ville lumière qui était fort bien arrosée par les pluies incessantes et diluviennes.

Comme d’habitude, je fis un saut dans une bouquinerie sur quatre étages, qui vend aussi de neuf, une sorte de grand magasin du livre qui, contrairement aux petites échoppes n’a pas d’âme.

Sans vouloir lui cracher dessus, je lui reprocherai juste cet amour du livre qui doit manquer en ces lieux et le prix prohibitif de certains livres dits « d’occasion ». Comparé aux prix pratiqués à Bruxelles, c’est du simple au double.

Bref, vous l’aurez compris, pas de razzia mais quelques achats dans les prix les plus raisonnables.

J’avais une autre bouquinerie en ligne de mire, une spécialisée dans le polar, rue de Monthonlon, mais malgré que j’avais indiqué les bonnes heures d’ouverture dans mon carnet, ma mémoire a encodé une autre heure.

Résultat ? Je suis arrivée 20 minutes après la fermeture…

Ensuite, direction une autre bouquinerie tenue par un homme charmant qui sait de quoi il parle et qui a une échoppe où il fait bon traîner.

Mes achats pour ces deux jours ? Raisonnables : 10 livres

« Le perroquet qui bégayait » de Hitchock, je le possédais et l’avais lu. Celui-ci est pour remplacer mon édition perdue dans un déménagement. J’en ai profité pour le lire sur le quai en attendant le Thalys du retour. Il n’a pas vieilli et j’ai passé un bon moment en le relisant.

« La mare au diable » de George Sand, c’est pour lire au moins une fois dans ma vie cette auteure ! A force d’aller lire les articles sur le blog de George…

« Totilla Flat » de Steinbeck parce qu’il m’a été recommandé par un ami.

« L’île au trésor » de Stevenson, parce que c’est un classique et que j’ai toujours eu une attirance pour le livre après avoir vu un dessin animé. Un classique que je vais découvrir.

« Une journée d’Ivan Denissovitch » de Soljenitsyne, pour en apprendre un peu plus sur la période des goulags en Russie. « L’archipel du Goulag » était disponible, mais trop cher.

De même pour « L’évangile du bourreau » des frères Vaïner.

« La langue au chat »… Chouette, dans cette bouquinerie tenu par un amoureux du romans noir, policier, bref, un amoureux des livres, j’ai trouvé ce roman de Stanley Gardner qui manquait à ma collection.

« Crimes sur Seine » fait partie de la collection « Scènes de crimes ». Jean-Frédéric Tronche, journaliste chevronné a eu beaucoup de mal à choisir parmi les faits divers innombrables qui ont eu lieu dans la capitale, quelques unes des  » Histoires vraies  » qui l’ont marqué.

« Élémentaire mon cher Holmes » et « Le musée de l’Holmes » parce que je suis et je reste une holmésienne dans l’âme.