Six-coups – Tome 2 – Les marchands de plomb : Anne-Claire Thibault-Jouvray et Jérôme Jouvray

Titre : Six-coups – Tome 2 – Les marchands de plomb

Scénaristes : Anne-Claire Thibault-Jouvray et Jérôme Jouvray
Dessinateur : Jérôme Jouvray

Édition : Dupuis (2020)

Résumé :
Pauvre Eliot, déjà que son père le shérif l’oblige à porter un revolver du haut de ses 10 ans, le voici maintenant nommé adjoint et affublé d’une étoile.

Dans une ville où la moindre embrouille de saloon finit en duel, l’arrivée de monsieur Johnson met le feu aux poudres.

Ce riche armurier sans scrupules alimente la peur pour vendre sa camelote jusqu’à armer les enfants à l’école.

Une comédie western à la fois décalée et engagée pour réfléchir sur le problème des armes et de la violence.

Critique :
Comment parler du danger des armes à feu de manière amusante ?

Cette bédé y est arrivée avec brio, avec humour et sans que le lecteur ne s’embête car il y a du rythme et intelligent.

Les lobbys des armes sont prêts à tout pour vous en vendre et les auteurs nous le prouvent d’une manière très drôle, très simple, mais si juste.

Pas de manichéisme dans les deux camps (les pro et les contre), tout le monde aura la parole et pourra y aller de sa petite phrase assassine ou encourageante sur ce qu’il/elle pense des armes à feu.

Ce deuxième tome met en avant les femmes, ces épouses qui, pour leurs hommes doivent rester à leurs fourneaux et ne pas faire de vagues, ne pas se mêler des armes et surtout, ne pas gêner le commerce de monsieur Johnson qui vend des armes pour tout le monde et qui n’hésite pas à corrompre le maire ou le shérif.

Un récit dynamique, où le pauvre Eliot ne sait plus trop où donner de la tête, lui qui, à 10 ans, est obligé de porter un revolver parce que père, le shérif, l’oblige et qui, maintenant, est devenu adjoint et doit récupérer Albert le braqueur qui tente de s’évader…

C’est une bédé jeunesse mais qui aborde des thèmes pour les adultes là où les enfants ne verront que du burlesque. Double lecture.

Si vous voulez vous amuser un peu avec le marketing sauvage, les malversations, la corruption, le séduction, les magouilles afin de vous pousser à acheter des armes, les pendaisons publiques, la justice qui fait n’importe quoi, le shérif qui n’écoute jamais son fils, le women power, le tout sur un ton jamais moralisateur, n’hésitez plus !

Une chouette bédé western pour les plus jeunes mais pas que puisque les adultes peuvent la lire car sous le couvert du burlesque et de l’humour, les messages sont intelligents et bien mis en scène.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°43] et Le Mois Américain – Septembre 2020 – Chez Titine et sur Fesse Bouc.

Six-coups – Tome 1 – Le crash de monsieur Crunch : Jérôme Jouvray et Anne-Claire Thibault-Jouvray

Titre : Six-coups – Tome 1 – Le crash de monsieur Crunch

Scénariste : Jérôme Jouvray et Anne-Claire Thibault-Jouvray
Dessinateur : Jérôme Jouvray

Édition : Dupuis (2019)

Résumé :
Que feriez-vous si vous aviez dix ans et que vous veniez d’avoir un revolver pour votre anniversaire alors que vous n’aimez pas les armes ?

C’est tout le problème d’Eliot, fils du shérif de la ville, qui n’arrive pas à faire comprendre à son père qu’il n’est pas un as de la gâchette.

En même temps, force est de reconnaître que même lorsqu’il tire n’importe où, il atteint toujours sa cible ! Ce n’est d’ailleurs pas son seul problème.

Un autre, et non des moindres, s’appelle Bianca. Camarade de classe – si elle se donnait la peine de venir suivre les cours -, elle aime tout ce qu’Eliot déteste : l’aventure, les revolvers, la bagarre, enquêter, suivre des bandits…

Elle a d’ailleurs un talent rare pour entraîner Eliot dans des situations dangereuses.

Critique :
C’est dans l’hebdo Spirou que j’avais découvert cette série western comique, moins caustique que la série « Lincoln » du même auteur.

C’est une série jeunesse, autrement dit, peu de sang, pas de morts violentes mais de l’humour, du burlesque, de l’absurde et de la fraîcheur grâce à ses personnages.

Nous sommes dans une ville où toutes les mémés sont armées car toutes copines avec le shérif, ce qui ennuie les deux bandits qui tentent vaille que vaille de braquer l’épicerie ou de voler des gens sur le quai, grâce à un magicien qui préfère faire disparaître l’alcool dans son gosier.

On a beau être dans une bédé jeunesse, les auteurs n’ont pas oublié de faire passer des messages sur les armes à feu, sur le progrès qui va trop vite et d’ajouter à Eliot, le fils du shérif qui n’aime pas les armes à feu celui de Bianca, une gamine issue d’un milieu pauvre et son paternel a la main lourde dès qu’il est saoul.

— La photographie est un processus lent et minutieux ! Aujourd’hui, tout le monde est pressé, on ne prend plus le temps de bien faire les choses, c’est une calamité ! Déjà que le télégraphe est en train de remplacer nos belles lettres écrites à la plume, mais vous avez entendu parler du téléphone ? Une soi-disant formidable invention ! Mais qui sait dans quoi nous sommes en train de nous fourvoyer au nom de votre progrès ?

Les dessins sont tous en rondeur, les tons jaunes chaleureux et cette bédé se lit toute seule, le sourire aux lèvres car le burlesque est de sortie et il va bien à l’univers créé par les auteurs.

Un univers de western humoristique où les enfants sont les héros et où les adultes ne les écoutent jamais.

Une bédé western jeunesse plaisante et agréable à lire, sans se prendre la tête. Cela m’a fait plaisir de replonger dedans et de la relire d’une seule traite et non pas étalée sur plusieurs semaines.

PS : je suis fan du petit cochon nommé Lardon qui suit Bianca comme un chien…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°31] et Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°27].

Dortmunder – 02 – Comment voler une banque : Donald Westlake

Titre : Dortmunder – 02 – Comment voler une banque

Auteur : Donald Westlake
Édition : Rivages Noir (2011)
Édition Originale : Bank shot (1972)
Traduction : Maud Sinet

Résumé :
Et dire que John Dortmunder en est réduit à faire du porte à porte pour vendre des encyclopédies (ou plus exactement faire semblant de les vendre) ! Du gagne-petit pour un cambrioleur habitué aux gros coups.

Heureusement, Victor, ancien agent du FBI et neveu d’Andy Kelp a eu une idée géniale : un vol de banque. Attention, pas un braquage avec des menaces, des cris, des coups de feu et toutes ces choses désagréables.

Non, l’idée c’est vraiment d’embarquer la banque puisqu’elle est là, provisoirement installée dans un mobile home en attendant la réfection du bâtiment qui l’abrite en temps normal. Un mobile home, comme son nom l’indique, est fait pour être déplacé.

Avec un camion et un bon chauffeur, Stan Murch par exemple, l’affaire devrait marcher… comme sur des roulettes.

Une des plus mythiques aventures de Dortmunder et de sa bande rééditée dans une traduction révisée et complétée.

Critique :
Ceci est la nouvelle édition avec nouvelle traduction conforme de ce que la Série Noire avait publiée sous le titre « Le paquet ». Avouez que le nouveau titre est plus intriguant que l’ancien !

On pourrait croire, de prime abord, que nos vieux amis de la bande de John Dortmunder vont nous expliquer comment cambrioler une banque de nuit ou comment la braquer, de jour…

Il n’est en rien ! Ici, on va bel et bien se carapater avec l’intégralité de la banque ! Oui les amis, on prend tout…

Avant, il y avait une banque, après le passage de Dortmunder et de ses gars, il n’y a plus rien !

Le personnage de Dortmunder, pour ceux et celles qui ne le connaissent pas, est celui d’un braqueur, d’un cambrioleur à qui il arrive des tas de bricoles qui font toujours mal tourner ses coups. Heureusement qu’il ne manque pas d’idées pour essayer d’arranger ce qui part en couilles…

Lui et sa bande ont toujours des idées originales pour leurs braquages mais font souvent preuve de malchance, comme ce sera le cas ici et avant le final, on n’est jamais sûr si nos lascars pourront profiter des fruits de leur labeur… de leur audacieux vol.

Lire Dortmunder, c’est être assuré de passer un bon moment avec une équipe de voleurs qui ont tout de bras cassés mais qui ont une imagination débordante et un sens de l’improvisation au top.

Porté par des personnages qui sont sympathiques, amusants, bourrés d’humour et de réparties en tout genre, voilà un roman qui met de bonne humeur dès les premières lignes, même si on a de l’empathie pour ce pauvre John Dortmunder qui est obligé de vendre des encyclopédies pour survivre…

Bon, il arnaque les gens qui ne recevront jamais rien, mais malgré tout, il est tombé bien bas, notre voleur de haut-vol qui jamais ne fait couler le sang.

Le récit de Westlake est réalisé au millimètre, on ne perd pas de temps en discussions inutiles car même quand ses personnages ont l’air de parler de la pluie et du beau temps, c’est toujours intéressant et ne fait qu’augmenter notre empathie pour ces escrocs flamboyant dans leur malchance.

Lire un récit de John Dortmunder, c’est l’assurance de passer un bon moment de détente, d’assister à des plans de fous pour partir avec une banque en entier, de voir les flics tourner en rond et nos amis aller de malchance en malchance tout en se demandant comment ils vont s’en tirer, cette fois-ci. Là, c’est toujours une surprise.

PS : Si vous préférez les voleurs plus violents et moins malchanceux, alors il faut vous diriger vers Parker, l’autre brigand de Westlake, qu’il publia sous le pseudo de Richard Stark.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°30].

 

 

Quand on n’a que l’humour… / Les silences : Amélie Antoine [LC avec Bianca]

Titre : Quand on n’a que l’humour… / Les silences

Auteur : Amélie Antoine
Édition : Michel Lafon (04/05/2017) / Le Livre de Poche (07/03/2018)

Résumé :
C’est l’histoire d’un humoriste en pleine gloire, adulé de tous, mais qui pense ne pas le mériter.

Un homme que tout le monde envie et admire, mais que personne ne connaît vraiment.
Un homme blessé qui s’est accroché au rire comme on se cramponne à une bouée de sauvetage.

C’est aussi l’histoire d’un garçon qui aurait voulu un père plus présent. Un garçon qui a grandi dans l’attente et l’incompréhension. Un garçon qui a laissé la colère et le ressentiment le dévorer.

C’est une histoire de paillettes et de célébrité, mais, surtout, l’histoire d’un père et d’un fils à qui il aura fallu plus d’une vie pour se trouver.

Critique :
Voilà un livre qui se lit à la vitesse d’un train, un jour où il n’y a pas de grèves, pas de travaux sur la ligne…

Bien assis, vous contemplez le paysage qui défile devant vos yeux.

D’un côté, le présent avec Edouard Bresson, un humoriste qui fait rire toute la France. Toute ? Non, pas son fils…

Si vous tournez la tête sur le côté, vous aurez aussi une vue sur le passé avec des émotions en pagaille.

L’enfance d’Edouard Bresson est loin d’être agréable avec un père qui refuse le moindre bruit, qui regarde son fils en le pensant handicapé, puisqu’il bégaie et une mère qui n’a d’yeux que pour le cadet.

Le roulement du train vous berce, la phrase terminant un chapitre étant celle qui commence le suivant, comme un parallèle entre sa vie au présent et son enfance. On s’attache à Edouard, on a mal avec lui, on se souvient de nos jours d’école qui n’étaient pas toujours tendres.

Des émotions, oui, mais pas au point de faire chialer artificiellement dans les chaumières non plus. On a le cœur qui se crispe, mais on dirait que l’auteure n’a pas cherché à nous faire du larmoyant au point de sortir les kleenex.

Puis bardaf, l’embardée… Pas le roman, mais un personnage. Là, ma mâchoire s’est décrochée et ensuite, le récit a basculé dans un autre chose, tout en restant dans la continuité, mais en faisant entrer en scène Arthur, le fils d’Édouard, celui qui ne rit pas des pitreries de son paternel.

Ce roman se lit tout seul, en effet. Il a un air de feel-good sans en être un. Il passe des messages, fait réfléchir aux relations parents-enfants et sur le fait que jamais aucune partie n’est satisfaite de l’un.

Les parents veulent toujours plus pour leurs enfants, les enfants sont comme des politiciens dans l’opposition : ils critiquent tout !

De plus, ils sont rancuniers envers leurs géniteurs puisque ces enfants auraient voulu qu’ils fassent autrement, sans se rendre compte que la plupart du temps, leurs parents faisaient de leur mieux, tellement persuadés de faire mieux que leurs parents à eux et voulant éviter à tout prix de refaire les erreurs de leurs vieux.

— Tu sais, les souvenirs qu’on se forge sont toujours partiaux et partiels.

Raté, on reproduit tout ! L’Homme a le mimétisme dans ses gênes.

Certes, je ne viens pas de lire le roman de l’année, ni celui du mois, mais il a quelque chose dans ses pages qui m’a donné des frissons, du plaisir, des émotions, de la réflexion.

Cela devait être lié aux personnages, attachants, à leur enfance brisée, loupée, ratée, à tout ces non-dits, ces silences qui tuent et qui peuvent meurtrir encore plus en cas de décès de la personne avec laquelle on avait un contentieux. Une connaissance le vit, ça la détruit à petit feu.

Parfois, à force de ne vouloir déplaire à personne et de faire plaisir à tout le monde, on rate l’essentiel… Edouard a-t-il raté l’essentiel ? Vous le saurez en lisant ce roman où la plume est légère comme un ballon gonflé d’hélium et qui vous emporte dans le ciel.

Bianca et moi n’avons pas raté cette LC qui nous a donné du plaisir. Une sorte de doux plaisir, un petit sourire au coin des lèvres, un petit pincement au cœur de l’avoir terminé…

 

Lucky Luke – Tome 35 – Jesse James : Morris & René Goscinny

Titre : Lucky Luke – Tome 35 – Jesse James

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dargaud (1969)

Résumé :
Deux détectives, Cosmo Smith et Fletcher Jones, de la fameuse agence Pinkerton (réputée pour passer incognito) viennent quémander de l’aide auprès de ce redoutable cow-boy habile aux armes, cavalier accompli, toujours prêt à secourir le plus faible, la veuve, l’orphelin ou l’opprimé, qui ignore la peur, ce serviteur de la justice aux nerfs d’acier plus connu sous le nom de Lucky Luke (sans oublier son fidèle compagnon sans qui toutes ces aventures ne seraient rien, son cheval Jolly Jumper).

Sa mission est de réussir à expulser du Texas le fameux gang des frères James. Après avoir écumé le Missouri, Jesse James et ses compagnons sont signalés au Texas.

Lucky Luke accepte de s’y rendre et permettre l’arrestation de la bande James.

Critique :
Il y a des tas d’incompréhension dans ma vie et on peut d’or et déjà ajouter le début de cet album où les auteurs nous exposent, en détail, toutes les qualités de Lucky Luke et de Jolly Jumper…

Qu’ils les ajoutent sur la page de garde, comme pour Astérix, ce serait bien pour ceux qui découvriraient la série sans la connaître, mais nous balancer deux pages de ce genre d’intro, je n’en vois pas la raison, si ce n’est que pour meubler.

Autant où les personnages de Billy The Kid, de Calamity Jane ou des Dalton, les vrais ou les cousins, étaient des portraits réussis, autant où celui de Jesse James est mince et ne provoque aucune empathie.

Monsieur voulait jouer à Robin des Bois, voler les pauvres pour donner aux riches, mais dès qu’il donnait l’argent au pauvre, celui-ci devenait riche et donc, Jesse James le braquait à son tour.

De toute façon, la réalité historique est que Jesse James était un voleur, point barre et la légende qui dit qu’il aurait donné de l’argent à une femme pour qu’elle sauve sa ferme de la banque, revolant ensuite cet argent au banquier, est fausse.

Il y avait du potentiel dans ce desperado et son frère qui nous cite Shakespeare à tous ses dialogues, même s’il ne dit que oui ou non. Il y avait du potentiel dans leur cousin, un gros balourd au cerveau léger. Mais on a loupé tout ça et le résultat donne un album mitigé où rien n’arrive à décoller vraiment.

Jesse James et sa bande vont jouer aux honnêtes gens comme le firent une fois les Dalton, mais en moins drôle, les gens de cette petite ville du Texas sont des couards, comme toujours, comme ceux de la ville où sévissait Billy The Kid, mais eux aussi en moins drôle et, comme tous les autres, ils auront un regain de fierté et trouveront leur courage, planqué aux fonds de leurs bottes.

Un album de Lucky Luke qui n’est guère brillant, où le potentiel de Jesse James est galvaudé et où les auteurs donnent l’impression de meubler des pages juste pour dire qu’ils ont rempli le quota nécessaire pour faire un album.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°59, Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.

Le fantôme de Canterville et autres contes : Oscar Wilde

Titre : Le fantôme de Canterville

Auteur : Oscar Wilde
Édition : Larousse Petits classiques (2011) / Folio Junior (2007)
Édition Originale : The Canterville Ghost (1887)
Traducteur : Marie-Hélène Christensen

Résumé :
Bombardé de boulettes de papier et d’oreillers, jamais, durant les trois siècles de sa brillante carrière, le fantôme de Canterville n’a été à ce point ridiculisé !

Mais pour qui se prennent-ils, ces Américains qui s’apprêtent et acheter le manoir de Canterville ?

Rien ne les effraie, ni les squelettes, ni les chaînes, ni les éclats de rire sataniques… De quoi devenir fou, quand on tient, comme tout fantôme qui se respecte, à sa réputation !

Une histoire de fantômes avec frissons, situations extravagantes et éclats de rire ! Tout le talent de conteur et l’humour d’Oscar Wilde…

Dans le registre du rire grinçant, le deuxième conte, « Le Crime de Lord Arthur Savile », narre les mésaventures d’un homme à qui l’on a prédit, en lisant dans les lignes de sa main, qu’il allait commettre un crime.

Du coup, il se sent obligé de tuer quelqu’un, pour se délivrer de cette malédiction. Et l’on termine avec une courte histoire mettant en scène un millionnaire modèle.

Ces trois contes très drôles, écrits à la fin du XIXe siècle, comportent donc quelques expressions ou références obscures pour le lecteur d’aujourd’hui, qui sont expliquées en fin d’ouvrage.

Critique :
Un château hanté par un fantôme qui a sur la conscience bon nombre d’arrêts cardiaques, de frayeurs, de personnes rendues folles, muettes et j’en passe.

Mais au pays de l’Oncle Sam, on n’a pas peur des fantômes et ce n’est pas celui de ce manoir qui va enlever le flegme de ces américains que tous les anglais leur envieraient presque.

Pauvre fantôme, il se retrouve face à des gens qui n’ont pas peur de lui, pire, les jumeaux lui lancent des boulettes de papier ou leurs oreillers.

La première nouvelle m’a fait passer de la frayeur au rire, puis à la gorge nouée. Tout ça en peu de pages car Oscar Wilde est le maître des émotions qu’il fait naître chez son lecteur.

Dommage que cette nouvelle n’ait pas été plus longue car elle avait assurément un potentiel énorme. Si le fantôme avait prêté à rire plus tôt, on n’a plus du tout envie de rire de lui à la fin et malgré ses fautes, on est prêt à lui donner l’absolution.

Pour la deuxième nouvelle, on se rend compte de tout le pouvoir de persuasion que possèdent les chiromanciens !

Votre Mitterand consultait une liseuse d’avenir dans les astres (Elizabeth Teissier), alors on comprend que le pauvre Lord Arthur Savile ait eu envie de connaître son avenir dans les lignes de sa main. Le pire sera qu’il ait cru qu’il allait commettre un meurtre.

Lord Savile n’a rien d’un assassin, pourtant, cette idée va le turlupiner et il va faire en sorte que la prédiction se réalise, l’imbécile ! On peut être un Lord, instruit, riche et terriblement crétin.

J’ai adoré aussi car c’est cynique, perfide et terriblement addictif !

La dernière était très courte mais bonne, comme quoi, n’écoutez pas les personnes qui vous disent que la longueur entre en ligne de compte.

Si les émotions étaient au rendez-vous pour la première et serraient la gorge, les deux autres étaient plus calmes à ce niveau-là. Malgré tout, je n’ai pas retrouvé l’écriture qui m’avait emportée pour Le Portrait de Dorian Gray.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois anglais (Juin 2018 – Saison 8) chez Lou & Titine.

L’assassinat d’Hicabi Bey – Alper Kamu 01 : Alper Canigüz

Titre : L’assassinat d’Hicabi Bey – Alper Kamu 01

Auteur : Alper Canigüz
Édition : Mirobole (23/05/2014) / Livre de poche (03/06/2015)
Édition Originale : Oğullar ve Rencide Ruhlar (2004)
Traducteur : Célin Vuraler

Résumé :
Alper Kamu est un curieux petit garçon qui s’est promis de résoudre un meurtre commis dans son quartier à Istanbul.

Il a trouvé Ertan le Timbré à côté du cadavre encore chaud d’Hicabi Bey, policier à la retraite, la télévision allumée à plein volume, mais le cinglé du voisinage était plutôt là pour regarder l’équipe du Besiktas perdre en Ligue des champions.

Déjà tête à claques d’existentialiste, Alper le désormais détective va sécher la maternelle et balader son revolver en plastique Dallas Gold dans une mégapole bigarrée, pleine d’amantes fatales, d’épiciers lyriques et de directeurs sournois…

Critique :
Y’a plus d’jeunesse, ma bonne dame ! Regardez par exemple le jeune Alper Kamu… Non, je ne suis pas enrhubée et je ne suis pas en train d’ibiter un allemand qui barle, il se nomme bien Alper Kamu, le gamin !

Cinq ans, le gamin, et il te cause comme une sorte de Sheldon Cooper de 9 ans…

Son cynisme et son sens de la répartie sont toujours de sortie et il n’a pas peur de répondre aux adultes ou aux gosses plus âgés que lui.

Ma plus grande crainte, en entament ce policier où l’enquêteur a 5 ans, était de ne pas adhérer au personnage et, contrairement à ce que je pensais, je l’ai adoré, ce sale gamin plus intelligent que la moyenne.

Effectivement, ça ne fait pas très réaliste et on aurait plus l’impression de se trouver comme dans la série de « Détective Conan », avec un jeune homme coincé dans le corps d’un gamin suite à une malédiction.

Alors oui, Alper Kamu a beau être intelligent, ce n’est tout de même qu’un gosse de 5 ans qui ne va plus à la maternelle car sa place n’est pas là. Si ses amis lisent Petzi, lui, il se tape Dostoïevski, excusez- du peu. Ou Nietzche, pour se marrer.

Le summum de l’humiliation. Rendez-vous compte, on réclamait de moi, Alper Kamu, fervent admirateur de Chostakovitch, que je m’époumone sur l’air de « Il était une bergère » ! Fort heureusement, mon comportement asocial et mes récurrentes éruptions colériques ont amené la maîtresse à penser que je devais être attardé, si bien qu’elle a fini par me laisser tranquille.

On mettra le réalisme de côté pour profiter pleinement de la causticité du gamin, de son esprit éclairé, de sa vision réaliste du monde et de l’enquête qu’il va réaliser suite à l’assassinat de son voisin, le vieux grincheux Hicabi, ancien flic et entouré de bien des mystères.

Je me suis toujours étonné qu’on puisse considérer les enfants comme des êtres beaux, innocents et naïfs. Quand je regarde ces gamins, je ne vois que les aspects les plus vils et violents de l’humanité. D’ailleurs, je ne me sens pas vraiment différent. Seulement, j’ai de la chance de savoir exprimer ma laideur intérieure de manière plus raffinée

L’enquête n’est aussi qu’un prétexte pour nous parler de la société Turque, de son administration corrompue (et tout le reste aussi), de la pauvreté de certains quartiers, de la délinquance, de la police… Disons ce qui est, l’auteur ne se prive pas de tirer à boulets rouges sur tout ça et il le fait bien.

Beau pays ! Un meurtre vient d’être commis mais il faut attendre la fin d’un match de foot pour que la police et le procureur lève le petit doigt. Mais effectivement, pourquoi paniquer puisque les criminels étaient sûrement occupés à la même chose !

J’ai passé un moment jubilatoire avec ce jeune héros qui n’a pas sa langue en poche et qui était présent avec sa gamelle lors de la distribution de cervelle ! Il est fin, rusé, malin, cynique et pour que son père ne soit pas muté ailleurs, il va mettre tout en oeuvre afin de négocier avec le directeur, un triple connard.

N’allez pas croire que l’enquête soit bâclée parce que c’est un enfant qui mène l’enquête ! Moi, je n’avais rien vu venir du tout !

En se promenant tranquillement dans ses rues et en posant des questions, notre jeune garçon va en apprendre plus que tous les flics réunis, et, tel un Sherlock Holmes en culottes courtes, tel un Hercule Poirot en short (shocking), Alper va assembler tous les bouts de ficelles pour en sortir un écheveau dont toutes les mailles vont venir se resserrer sur le coupable.

Voilà un roman policier drôle, intelligent, subtil, inattendu, caustique, le tout servi par un personnage hors norme, limite extra-terrestre, surtout lorsqu’on se rappelle qu’il n’a que 5 ans.

— Voir que nos institutions publiques sont dirigées par des fascistes aussi subtils que vous me redonne confiance en ce pays, monsieur.

Il était né laveur de voitures. Mais la vie l’avait condamné à devenir épicier, tout comme elle avait condamné de formidables maraîchers à être députés. Le système tue les talents.

Avec un final inattendu, à cent lieues de ce que l’on aurait pu croire, voilà un roman policier qui sort des sentiers battus grâce à un très jeune enquêteur, à d’autres personnages assez hauts en couleurs et une plume acide qui n’hésite pas à piquer le pays là où ça fait le plus mal.

Un petit détail qui m’a plu, ce sont les titres des chapitres, tous ayant une référence littéraire connue. Et puis, vous avouerez que les éditions Mirobole savent soigner leurs couvertures, c’est autre chose que l’édition de poche.

Mes deux seuls bémols – ben oui, il y en a – seront pour un chapitre fort onirique, suite à la consommation de champignons louches par Alper et le délire qui en a résulté.

Ce chapitre long et lourd (« Ainsi hallucinait Zarathoustra ») a été indigeste à lire, alors que je venais de dévorer tout ce qui précédait, sans oublier le petit bémol sur le fait que ce n’est pas très réaliste d’avoir un enquêteur de 5 ans qui s’exprime de la sorte.

Quatre ans de plus, et ça passait mieux, mais alors, Alper Kamu aurait été en obligation scolaire. En tout cas, ça change de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent, et ça, ça compte énormément aussi. Comme quoi, tout est toujours possible en littérature policière.

Un roman policier qui défrise et où suivre les monologues d’Alper Kamu, ainsi que ses pensées, ses traits d’esprits, est bien plus intéressant que de savoir qui a tué Hicabi Bey, le vieux grincheux qui écoutait sa télé à fond la caisse.

Faudra que je teste la suite, si j’ai du temps devant moi, vu que ma PAL est comme Alper Kamu : hors-norme elle aussi !

Je m’appelle Alper Kamu et j’ai fêté mes cinq ans. À l’approche de mon anniversaire, j’ai passé le plus clair de mon temps posté à la fenêtre, à observer les gens au-dehors. Ils traversaient la vie tantôt accélérant, tantôt ralentissant, et émettaient toutes sortes de bruits, le regard sans cesse en mouvement. J’étais malade à l’idée qu’un jour je deviendrais l’un d’eux. Malheureusement, il n’y avait aucune autre issue possible ; le temps s’écoulait, inexorable, et je vieillissais vite.

Ce samedi était un jour de pluie ordinaire. Après un petit déjeuner tardif, mon père s’est plongé dans ses mots croisés et ma mère dans sa lessive. Comme tous les travailleurs de la classe moyenne, ils passaient leur semaine à attendre le week-end, et le week-end à s’ennuyer de leur travail. Ils ne verraient même pas arriver leur dernière heure-ou la victoire ultime du système.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois du Polar Chez Sharon (Février 2019).

Agatha Raisin enquête – Tome 12 – Crime et déluge : M.C. Beaton [Par Dame Ida]

Titre : Agatha Raisin enquête – Tome 12 – Crime et déluge

Auteur : M.C. Beaton
Édition : Albin Michel (30/05/2018)
Édition Originale : Agatha Raisin, book 12: And the Day the Flood Came (2002)
Traducteur :

Résumé :
Le bonheur conjugal est de courte durée pour Agatha, une fois de plus délaissée par son mari. Punition divine, un véritable déluge s’abat sur la région, plongeant le petit village de Carsley sous les eaux.

C’est le moral dans les chaussettes et sous une pluie torrentielle qu’Agatha aperçoit le corps sans vie d’une jeune femme en robe de mariée, un bouquet à la main, flottant dans la rivière.

Pour noyer son chagrin, Agatha n’a qu’une solution : se jeter à corps perdu dans une nouvelle enquête…

Critique :
Là encore, pour éviter de vous spoiler une intrigue qui courrait en filigrane au cours des dix premiers volumes, et restant sur la lancée qui m’avait conduite à n’être qu’allusive pour vous parler du tome 11, je respecterai mes devoirs d’omerta.

Je ne voudrais tout de même pas que Dame Belette ne m’égorge et ne fasse sortir ma langue par le trou de ma trachée ! Ça ne me va pas du tout !

Je me contenterai de vous dire que… Comment dire… Agatha… C’est Agatha, et il faut bien qu’elle reste fidèle à elle-même !

Donc ce roman commence comme quelques autres : pour se consoler de son Nième fiasco sentimental, elle fait sa valise et part en voyage !

Et oui, la vie est un éternel recommencement, et en particulier la vie d’Agatha qui n’est jamais allée voir un psy pour se sortir des compulsions de répétition qui donnent à sa vie un tournant assez prévisible somme toute !

On pourrait trouver ça lassant (surtout si on était assis derrière le divan où elle serait aller raconter ses déboires), mais l’auteur sait mener l’affaire de main de maître et…

Je dois bien l’avouer avec une certaine dose de sadisme : les tourments d’Agatha ont quelque chose d’amusant !

Or donc, Agatha part en voyage où le manège étrange d’un jeune couple l’intrigue… Et à son retour à Carsely elle apprend que le jeune marié a tué sa jeune moitié pour une sinistre affaire d’héritage !

Or tandis qu’une inondation causée par un climat plus britannique que d’habitude, provoque la crue du fleuve local, elle tombe sur le corps d’une jeune femme qui devait incessamment se marier avec un homme qu’elle avait trouvé très louche car supposé avoir demandé à sa fiancée de se faire épiler le maillot (ah oui ! c’est louche ça !).

Il n’en faut pas moins à Agatha pour se remettre à enquêter persuadée de tomber sur un drame analogue…

La traque des criminels a toujours été un bon dérivatif pour se remettre de ses propres tourments personnels entre deux leçons de pilate (oui… une nouvelle lubie!)…

Tiens… un nouveau voisin vient d’arriver… Auteur de roman policier à succès… Divorcé en sans enfant Qui fait frémir toutes les dames du cru… puisqu’en plus du reste il n’est pas mal de sa personne…

Évidemment, Agatha est bien décidée à ne pas s’intéresser à lui ! Les vraies enquêtes c’est autrement plus compliqué que les romans !

Et puis… Les hommes c’est fini ! Ne parlons plus de James même si elle ne cesse de penser à lui (une habitude aussi tenace pour Agatha que la clope visiblement !)…

Même Sir Charles n’a plus le droit de lui adresser la parole depuis qu’il a eu l’impudence de se marier sans l’inviter… et de prendre autant de kilos qu’il n’a perdu de cheveux…

Mais les circonvolutions de cette enquête complexe, que la police ne saurait évidemment résoudre sans les subterfuges et ruses d’Agatha, ne la conduiront-elle pas à se rapprocher de l’écrivain plus qu’elle ne l’aurait imaginé ou voulu?

Sacrée Agatha !

Agatha Raisin enquête – Tome 11 – L’Enfer de l’Amour : M.C. Beaton [Par Dame Ida]

Titre : Agatha Raisin enquête – Tome 11 – L’Enfer de l’Amour

Auteur : M.C. Beaton
Édition : Albin Michel (20/05/2018)
Édition Originale : Agatha Raisin, book 11: And the Love from Hell (2001)
Traducteur : Marina Boraso

Résumé :
Qui a dit que l’amour c’était le paradis ? Plutôt l’enfer, même pavé de bonnes intentions ! [No spolier] Jusqu’à ce que James disparaisse pour de bon, laissant derrière lui sa maison saccagée…

Les soupçons se portent aussitôt sur l’épouse du disparu : Agatha. Décidée à se défendre et à remettre la main sur son mari, notre détective part à sa recherche, à ses risques et périls…

Critique (par Dame Ida) :
Je vous avais laissé(e)s en plan sur l’évocation d’un rebondissement aussi ébouriffant qu’inattendu (ou presque) à la fin de la précédente enquête de notre héroïne préférée.

Difficile d’introduire cette nouvelle aventure sans évoquer les détails de ce spoiler qui se prolonge et constitue un élément central de cette nouvelle intrigue…

Alors… J’essaierai d’être la plus habile possible, mais il faudra ne pas m’en vouloir de faire court.

Cela étant, comme les lecteurs et lectrices du blog de Dame Belette sont forcément des personnes de bon goût, supérieurement intelligentes (sinon ils seraient devant les émissions de télé-réalité qui font de l’audimat au lieux de lire ces lignes), et forcément dotées de capacités de déduction élevées, le titre de l’aventure ci-devant présentée pourra vous mettre sur la voie !

Et oui, il s’agit encore d’amuuuuur ! Toujours l’amuuuur ! Agatha, cette romantique aussi incorrigible que torturée pensait avoir enfin achevée sa quête du Graal et pouvoir couler des jours heureux et paisibles…

Sauf que… les choses ne sont évidemment pas si simples. Elles ne le sont jamais avec Agatha ! Et les psys diraient qu’elle sait aussi choisir les personnes qu’il faut pour que ce soit toujours compliqué histoire de n’avoir pas à regarder en face ses propres complications !

Bref, pour résumer, c’est la grosse merdasse… Et ça vire au drame quand son chéri disparaît, qu’on retrouve des traces de sang, et que la femelle perfide qui tournait autour de lui est retrouvée morte à son tour.

Pour une fois, Agatha avait un alibi et n’est pas suspectée… Mais le fait que son chéri conquis de haute lutte (ne comptez pas sur moi pour vous dire lequel – sauf sous la torture… et seulement si elle est bien faite) ait disparu est suffisant pour lui faire reprendre sa loupe, sa pipe et son deerstalker !

Heu non… Agatha a un autre costume : les jupes et talons aiguilles qui mettent ses jambes en valeur, ses teintures capillaires, ses couches de maquillages, son gin tonic et ses clopes !

Comme toujours avec Agatha, j’ai passé un très agréable moment sur ma terrasse à prendre le frais à l’ombre…

Une aventure pleine de rebondissements, avec une intrigue bien menée et rythmée où l’on retrouvera les personnages récurrents que l’on s’était habitué à fréquenter dans les Cotswolds !

PS : la proprio de ce blog hautement intellectuel remercie chaleureusement Dame Ida pour la couche de crème à reluire qu’elle vient de lui passer ! Nous aurons droit aux honneurs dans la rubrique « Brosse à reluire » du « Canard Enchaîné », le journal préféré du porteur de costumes Ar-Nys.

 

Baker Street – Tome 4 – Sherlock Holmes et l’ombre de M : Pierre Veys & Nicolas Barral

Titre : Baker Street – Tome 4 – Sherlock Holmes et l’ombre de M

Scénariste : Pierre Veys
Dessinateur : Nicolas Barral

Édition : Delcourt (27/05/2003)

Résumé :
Sherlock Holmes, Watson, Clipton et compagnie sont enfin arrivés à Ceylan.

Mais le testament de l’oncle facétieux stipule que son héritier doit retourner à Londres, se faire engager dans un cirque, et jouer un spectacle de clown en présence de la reine elle-même.
Dans le camp adverse, le bras droit de Teawings a embauché l’ignoble professeur Moriarty pour contrecarrer Holmes.

Plus qu’un simple voyage, c’est une terrible lutte, un combat titanesque, sans merci et dont l’issue du monde dépend, qui va s’engager entre les deux hommes.

Critique :
Je n’ai pas trainé pour lire la suite de ce dyptique des aventures hilarantes et burlesques du génial Docteur Watson et de Sherlock Holmes !

— Je le hais ! Oh, que je le hais !
— Réveillez-vous, honorable professeur…
— C’est pas juste : lui il a le docteur Watson, tandis que moi je dois traîner un boulet…
— Professeur !

Résultat : une lecture avec un sourire béat affiché de la première à la dernière page.

Après toutes leurs péripéties et leurs ruses pour arriver à Ceylan, les voici obligés de refaire le chemin dans l’autre sens, et le plus vite possible, sans oublier le gage que l’oncle défunté à imposé à son neveu pour que les plantations de thé lui reviennent.

Vois Holmes affalé dans un transat comme une méduse échouée sur la plage pendant que le terrible professeur Moriarty l’espionne donne de nouveau lieu à des dialogues rempli d’humour et de drôlerie.

Nous ne savions pas à ce moment, que nous étions espionnés par le plus terrible criminel d’Angleterre… heu… du Monde ! (L’étroitesse géographique peut provoquer certaines rancœurs).

Surtout que ni l’un ni l’autre ne veut prononcer le nom de son ennemi car cela donne lui à des crises ressemblant à celles de Joe Dalton lorsque l’on parle de Lucky Luke. Mais ici, contrairement au lonesome cow-boy, Holmes pique lui aussi de telles crises.

Au final, chacun parle de l’autre en disant « machin » ou « bidule », interdit à tout le monde de prononcer le nom de celui dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom ou réclame une pièce dans le cochon à chaque mention du nom honni.

— On ne sait jamais sur quel pied danser avec ce Sherlock Hol… Zut, je l’ai dit… [Mettant ensuite une pièce dans une tirelire présentée par Moriarty] Vous êtes sévère…
— Chaque fois qu’on prononce son nom, on met une pièce dans le cochon, c’est la punition !
— Et « Watson », on a le droit ?

Le plan machiavélique mis au point par Holmes pour semer Moriarty, son bras-droit gourmand, ainsi que monsieur Teawings et ses sbires chinois était du grand n’importe quoi, mais on dirait que ça ne marche plutôt pas mal pour nos amis et cela nous procure quelques autres moments de sourire.

— Mais où est passé Lestrade ?
— Un gros python l’a attrapé tout à l’heure et l’a hissé dans les arbres…
— C’est maintenant que vous le dites ?
— Heu, oui… Pourquoi, c’est important ?
— Ça va le serpent a dû le relâcher… Rien d’étonnant..

Dans cette bédé, il n’y a pas que les dialogues entre Holmes et Watson qui sont déjantés et drôles, les petits apartés des autres personnages le sont aussi. Quant aux répliques des sbires chinois et de leur patron Teawings, elles sont un moment de pur bonheur.

Pas besoin d’être une fan des aventures de Sherlock Holmes pour lire et apprécié ces albums, il suffit d’aimer la parodie, le burlesque, l’humour, les répliques assassines et les situations cocasses. De plus, voir la reine Victoria jurer est un plaisir de fins gourmets…

Par contre, vaut mieux éviter la cuisine de Madame Hudson, ainsi que son thé…

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017),  « A year in England » chez Titine (Juillet 2016 – Mai 2017), Challenge British Mysteries chez My Lou Book, le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.