Mages – Tome 3 – Altherat : Jean-Luc Istin et Laci

Titre : Mages – Tome 3 – Altherat

Scénariste : Jean-Luc Istin
Dessinateur : Laci

Édition : Soleil (27/11/2019)

Résumé :
La nécromancie est l’art lié à la mort. Il n’est pas le plus populaire et pourtant il possède ses propres attraits et un certain sens de la poésie…

Altherat est un mage aux ordres de Goddrick, un roi roublard, vicieux, sadique, qui n’hésite pas à tuer ou faire tuer qui bon lui semble.

Altherat doit lui obéir et servir ses desseins les plus fous. Il ne trouve de réconfort que dans les bras de sa bien-aimée décédée mais qu’il a ressuscitée en secret.

Quand le roi se met à convoiter les autres royaumes d’Yrlanie, Altherat s’inquiète.

Et quand, lors d’un banquet organisé par Goddrick, le roi Erik et son mage meurent empoisonnés, l’inquiétude passe au désarroi car le poison utilisé est celui d’Altherat. Une enquête commence…

Critique :
Altherat est un mage nécromancien et c’est le genre de mage qu’on n’a pas envie d’inviter à une fiesta !

Zéro humour, un habit en poils de yack (ou de yéti, on ne distingue pas bien, mais ça doit sentir), tire son pouvoir des morts et il sert un roi tyrannique, cruel, assoiffé de pouvoir, stupide…

Et nous on se plaint de notre roi qui a l’air tout mou et tout gentil ? Avec le roi Goddrick sur le trône, nous chierions tous dans nos culottes.

Ça commence mal, deux personnages importants et on a zéro empathie ou début de sympathie pour eux…

Rassurez-vous, ça ne nuira pas à votre lecture ! Bienvenue dans un royaume où Éros et Thanatos dansent un tango langoureux. Bienvenue dans un royaume où le calife veut être calife de tous les califes, à n’importe quel prix, au mépris de tous les conseils, prêt à tout pour que les autres rois se prosternent à ses pieds.

Son mage est puissant, même s’il ne sert son roi que contraint et forcé. Pourquoi ? Parce que les mages ont été puni suite aux folies zombiesque que l’elfe Lah’saa à fait subir aux terres d’Arran, après qu’elle ait été manipulée par un mage…

Altherat est le prisonnier de son roi mais lui même a une prisonnière, Aryann, une femme qu’il aimait, sans espoir de retour et qu’il est allé rechercher aux portes du royaume d’Hadès… Morbide.

Le pouvoir et l’amour… L’amour du pouvoir. La domination, les magouilles et la soif de pouvoir que seules les annexions (Anschluss) des royaumes voisins étancherons… Altherat doit suivre les folies de son roi.

Mais lorsqu’un autre roi décède à la table du banquet, Altherat s’inquiète et à raison : l’empoisonnement porte sa marque, donc, il est le principal suspect et s’il veut prouver son innocence, il va devoir jouer les enquêteurs.

Moins d’action mais plus de psychologie des personnages, avec un roi cruel et fourbe, un mage contraint et forcé, des jeux de pouvoir et de trônes, des ambitions démesurées et une histoire d’amour secrète entre le mage et une jeune fille…

Des rebondissements, une enquête, des coups tordus, des arroseurs arrosés, des batailles, des beaux dessins, des dialogues, un scénario aux petits oignons, un mage nécromancien auquel on s’attache doucement, un mage torturé entre ce qu’il est obligé de faire et ce qu’il aimerait faire, enchaîné contre son gré à un roi crétin, des surprises et un final qui laisse avec bien des interrogations pour la suite de toutes les sagas.

Damned, je suis sous le charme !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°232).

Astérix – Tome 06 – Astérix et Cléopâtre : René Goscinny et Albert Uderzo

Titre : Astérix – Tome 06 – Astérix et Cléopâtre

Scénariste : René Goscinny
Dessinateur : Albert Uderzo

Édition : Dargaud (1966)

Résumé :
Jules César nargue Cléopâtre : les Romains construisent des temples et des forums magnifiques alors que les Égyptiens ne construisent plus rien depuis les pyramides.

Vexée, Cléopâtre charge son architecte Numérobis de bâtir un palais pour César en trois mois.

Pour Numérobis, sa seule chance de venir au bout de cette tâche malgré l’obstruction des Romains est de demander l’aide de son vieil ami Panoramix.

Le druide part donc pour l’Égypte lui prêter main-forte, accompagné d’Astérix et Obélix.

Critique :
Quand on relit ses classiques, autant se faire plaisir et aller piocher dans l’excellence, dans la crème de la crème, dans le caviar du haut de la boite.

Les superlatifs sont manquants pour cet album qui emmène nos gaulois au pays des pyramides.

Par contre, depuis un certains film, je dois faire le vide dans mon esprit pour ne pas voir les acteurs ou entendre les répliques du film lorsque je relis la version bédé.

Ma version est avec l’ancienne couverture, celle qui possède les inscriptions concernant tout le matériel qu’il a fallu pour dessiner cette grande aventure.

D’ailleurs, en passant sur le Net, on remarquera une ressemblance entre la couverture de l’album et celle de l’affiche du film avec Elizabeth Taylor et Richard Burton, ce film qui dure 4 heures et qui coûta la peau des fesses, des couilles, ainsi que les yeux de la tête, plus quelques reins (un des films les plus chers de tous les temps, qui mit son studio au bord de la faillite).

À l’époque, du haut de mes 10 ans, je ne le savais pas, malgré tout, cet album me faisait rire et des années après (je ne vous dirai pas combien, na !), il me fait toujours rire car il est tout simplement excellent.

Les jeux de mots sont légions (romaines), les références à notre société aussi (Canal de Suez, les entreprises de construction qui ont du retard), les situations sont cocasses, drôles, hilarantes et on se dit que du haut de ces pyramides, il n’y a pas que vingt siècles qui nous contemplent, mais aussi tout l’humour et le savoir-faire de Goscinny.

Astérix : — Et si un jour vous avez envie de construire autre chose en Egypte, un canal entre la Mer Rouge et la Méditerranée, par exemple… Eh bien, faites appel à quelqu’un de chez nous, par Toutatis !…

Si Numerobis avait été bruxellois, on l’aurait traité de schieven architek (« architecte de guingois », l’insulte décernée par les habitants des Marolles à l’architecte Joseph Poelaert qui nous fit un colossal Palais de Justice, le plus grand du monde, et qui délogea tous ces petites gens de leur quartier) car ses constructions sont vraiment… comment dire ? De travers !

Heureusement que notre architecte de travers et en retard peut compter sur la présence de trois gaulois célèbres. Quatre, si on compte Idéfix. Oui, il compte autant que le druide Panoramix !

Cet album est un album pivot. Ceux qui l’ont précédé étaient très bons, je n’en disconviens pas, mais avec celui-ci, on a franchi (non pas un rubicond) un palier, un seuil, une frontière tant cet album est exceptionnel en tout.

Le problème qui se pose, maintenant, c’est que lorsque je relis l’album, je revois les pitreries de Jamel et celles de Gérard Darmon et je suis toujours étonnée de ne pas y trouver les répliques du film… Et lorsque je vis le film pour la première fois, j’étais étonnée de ne pas y voir toutes les répliques du livre.

Anybref, chez Cléopâtre est un album magnifique, puissant, énorme, magnifique (je l’ai déjà dit ??), exceptionnel (un dico des synonymes, merci) en tout. D’autres l’égalent niveau jeux de mots, mais niveau dépaysement et aventures, avec un voyage en Égypte, on mettait la barre très haute.

Lorsque vous regarderez le sphinx, pensez à Obélix et lorsque vous penserez à Cléopâtre, souvenez-vous de son nez. La déesse Amora (déesse gauloise bien connue) lui montait souvent au nez, nez qu’elle avait remarquable et que l’on dit que s’il eut été plus court, la face du monde en aurait été changée.

Indémodable cet album !

Centurion : Hmm… Ça n’a pas marché… Eh bien, nous attaquerons de tous les côtés à la fois… Déployez-vous !
Légionnaire 1 : Mais on vient de se replier !
Légionnaire 2 : Déployés, on va se faire égorger !
Légionnaire 3 : Égorge, déployé !
Légionnaire 4 : Encore un jeu de mots comme ça, par Jupiter, et je déserte !!!

Numérobis : Tous ces soucis me font tourner le sang ! Les crocodiles vont me trouver immangeable !
Astérix : Tant mieux ! Vous tenez tant que ça à faire un bon repas ?
Numérobis : Mais ce sont des crocodiles sacrés ! On ne peut pas leur donner n’importe quoi à manger !
Obélix : Ils sont fous ces Égyptiens !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°145.

Le Scorpion – Tome 12 – Le mauvais augure : Enrico Marini & Stephen Desberg

Titre : Le Scorpion – Tome 12 – Le mauvais augure

Scénariste : Stephen Desberg
Dessinateur : Enrico Marini

Édition : Dargaud (15/11/2019)

Résumé :
Nelio Trebaldi, le Scorpion, les différentes familles…, tous souhaitent ardemment découvrir le secret de la fortune des Trebaldi.

Afin de trouver réponse à ses questions, le Scorpion part en compagnie du Hussard et de son soi-disant fils Charles-Henri en direction du château de Tarquinio, demeure ancestrale de la riche famille.

Mais tout ne se passe pas comme prévu : le Chevalier de Trèfle, l’assassin des Trebaldi, s’intéresse de près à cette histoire et à l’art divinatoire de la lignée. Il enlève Charles-Henri et propose un marché au Scorpion : en échange de la vie de l’enfant, il lui ouvrira les portes du château.

Du côté des neuf familles, la situation dégénère également. Désireux de venger la mort de son père assassiné par un Delamorley, la folie d’Ursus Latal ne s’arrêtera que lorsque justice sera rendue.

Les réponses tant attendues sont à présent toutes proches. Encore faut-il pouvoir les saisir…

Critique :
Comment les Trebaldi ont-ils pu garder la main mise sur toutes les autres familles de Rome pendant des siècles ?

D’où vient leur fortune ? Cette famille qui possède le pouvoir, le savoir et l’argent cache-t-elle un trésor fabuleux ? Un secret bien gardé ?

Il n’y a pas que vous qui souhaitez le savoir… Prenez un ticket et faites la file. N’oubliez pas des armes, aussi car les nobles sont jamais que des bandits en col amidonné.

Ah, mon Scorpion ! 5 ans que j’attendais la suite ! Bon sang que c’est long, 5 ans, sans avoir de nouvelles de mon Italien sexy, de mon sombre héros, de mon bâtard préféré.

L’attente en valait-elle la peine ? Oui, trois fois oui, même si la final de cet album induit que nous en aurons encore au minimum un… Ou plus, si affinités. Tant que l’attente n’est pas aussi longue.

Pour se faire pardonner, les auteurs nous offrent un album de 64 pages aux couleurs chatoyantes et aux dessins sublimes, comme toujours. Les personnages sont bien esquissés, dans tous les sens du terme, les chevaux sont magnifiques, surtout celui du Scorpion et les images ont tout d’aquarelles.

Lorsqu’il s’agit de donner vie à des combats, le tout est dynamique et une attention est portée sur les expressions des différents personnages. Le dessin n’est pas statique mais tout dans le mouvement.

Niveau scénario, les multiples rebondissements m’ont fait passer un excellent moment, mais on fait monter ma tension d’un cran.

Une tension qui monte aussi (et pas dans le pantalon du Scorpion), c’est celle entre lui et son ami de longue date, le Hussard, qui lui reproche son égoïsme, son manque de cœur, d’empathie, envers son fils. Mais l’est-il vraiment, son fils ?

Le Scorpion a aimé bien des femmes, en a couchées dans son lit, les a prises dans toutes les positions et 3 d’entre toutes celles-là ont toujours été les plus amoureuses, même si de toutes, je préférerai toujours Mejaï, plus franche que les deux autres.

Dans la continuité des autres albums, les auteurs résolvent ici un vieux mystère sur la fortune des Trebaldi, le tout sur fond de guerre des familles pour le pouvoir absolu envers les autres familles puissantes de Rome.

De l’action, des magouilles, des secrets de famille, des assassinats, de la divination, des règlements de comptes, bref, rien de neuf sous le soleil, mais c’est tellement bien raconté qu’on a l’impression de découvrir les bassesses de l’âme humaine pour la première fois.

Mon Scorpion, ne met pas trop de temps à venir me voir. Sinon, pour patienter, je vais me refaire l’intégrale de tes aventures car elles m’ont toujours passionnées, diverties et en plus, j’apprenais des choses avec toi…

Sans compter que tu as une paire de fesses des plus tentantes !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°126.

Harry Potter – Tome 5 – Harry Potter et l’ordre du phénix : J. K. Rowling [LC avec Bianca]

Titre : Harry Potter – Tome 5 – Harry Potter et l’ordre du phénix

Auteur : J. K. Rowling
Édition : Gallimard (2003-2016) / Folio Junior (2005-2017)
Édition Originale : Harry Potter, book 5: Harry Potter and the order of the phoenix (2003)
Traducteur : Jean-François Ménard

Résumé :
A quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux.

L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars…

Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace.

Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir.

La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours…

Critique :
Si vous m’aviez demandé, il y a quelques temps, quel était le Harry Potter que j’avais le moins aimé, j’aurais répondu sans hésiter que c’était le tome 5.

Après cette relecture (16 ans après), mon avis a changé et ce roman que j’aimais moins en raison du caractère chiant de Harry, est entré dans mes romans préférés (mais sans détrôner le tome 3 qui est indétrônable).

Alors oui, Harry est chiant par moment, comme tous les ados de son âge et comme nous le fûmes certainement.

Comme tous les ados, il n’en fait qu’à sa tête, il n’écoute pas les conseils précieux qu’Hermione lui donne (à tort car elle a souvent raison), il est nombriliste, pense qu’on lui cache tout, qu’on ne lui dit rien (♫), s’emporte facilement, jalouse le poste de préfet que Ron a obtenu, le fait qu’il joue dans l’équipe de Quidditch alors que Harry en est privé…

Dans ce tome 5, notre Harry est insolent, ne sait pas ce qu’il veut, il court bille en tête vers le danger, sans le voir. Nom d Zeus, s’il avait réfléchi avant et utilisé un peu plus sa tête, il se serait souvenu de ce que Sirius Balck lui avait donné et ne se serait pas fait entuber par Kreattur… Mais on ne va pas refaire le Monde, la saga, l’erreur de Harry lui a coûté cher. Très cher. Trop cher.

Il est dit, dans le roman, que « La jeunesse ne peut savoir ce que pense et ressent le vieil âge. Mais les hommes âgés deviennent coupables s’ils oublient ce que signifiait être jeune » et même si j’étais encore jeune lors de ma première lecture en 2003, j’avais oublié ce que signifiait être ado.

Grossière erreur de ma part car l’auteur a fait de Harry un ado des plus réalistes en le faisant grincheux et râleur. Là, je me suis sentie plus en phase avec lui, au fur et à mesure que la mémoire me revenait de ma propre jeunesse.

Hormis les tourments de l’adolescence qui donne à tout ceux qui en souffre un caractère à chier, l’auteur ne s’est pas concentrée uniquement sur ÇA ! Non, elle est allée voir plus loin et à taclé dans les rotules de la Société et ça, j’adore.

Moi qui pensais, lors de ma découverte de la saga Harry Potter, qu’on ne pouvait pas faire pire que Rita Skeeter, c’est parce que je n’avais pas encore fait la connaissance de Dolores Ombrage, l’espèce de petite gestapiste en tailleur qui ne sait faire qu’une chose : prendre des décrets qui restreignent les libertés personnelles de chacun.

Tout comme le ministre, elle ne veut pas voir/croire le retour de Voldemort, ne veut pas l’admettre, veut tout contrôler, veut tout gérer, veut tout régenter et finir calife à la place du ministre.

Et fatalement, lorsque de tels êtres sortent du bois, il y a toujours des petits profiteurs pour leur lécher les bottes, collaborer avec l’ennemi pour tenter de gagner quelque chose et jouer aux policiers de l’Inquisition, à ses côtés.

Pris séparément, les Drago Malefoy et autre Crabbe et Goyle ne valent rien, font des traces de pneus dans leurs calebards et partent en courant au moindre danger car « courage, fuyons » (souvenez-vous de l’épisode de la forêt interdite). Mais là, ils se sentent en force, ces petits cafards cafteurs !

— J’obligerai Goyle à faire des lignes, ça va le tuer, il déteste écrire, dit Ron d’un ton joyeux.
Il crispa son visage dans une expression de concentration douloureuse et fit mine d’écrire en imitant les grognements rauques de Goyle :
— Je… ne… dois… pas… ressembler… à… un… derrière… de… babouin…

Les injustices sont aussi monnaie courantes dans ce 5ème tome et tout est fait pour énerver  Harry (Rogue, Ombrage) ou le discréditer, surtout la presse (Gazette du Sorcier) qui n’hésite jamais à cracher sur Untel et Untel avant de retourner sa veste, toujours du bon côté : opportuniste, en effet (Jacques Dutronc chante aussi dans votre tête ??).

Mais que ceux qui ne l’ont jamais lu se rassure, tout n’est pas que complot pour discréditer Dumbledore et Harry Potter dans ce tome 5 !

Il possède aussi beaucoup d’humour grâce aux personnages de Fred et George Weasley, qui foutront le bordel pour notre plus grand plaisir, sans oublier les petites phrases piquantes de Rogue, McGonagall et Dumbledore, qui ne se laisse jamais démonter (et sait soigner ses sorties).

Un tome épais, un vrai pavé de 1.030 pages, une longue introduction pour présenter l’Ordre du Phénix, une année scolaire chahutée, avec privations de libertés, restrictions de la pensée, de la parole, complots, mensonges, refus de voir la vérité, Inquisition et brigade de petits merdeux de collaborateurs mais aussi des farces pour Sorciers Facétieux !

Un tome plus lourd, plus dense, plus sombre que les précédents. Chaque rentrée à Poudlard (chaque tome) devient de plus en plus profond, plus violent et les suivants vont encore déclencher des larmes chez moi et une envie de meurtre sur J.K Rowling.

Un tome qui, à la relecture, a gagné des galons et une place chère dans mon cœur.

— Voyez-vous, monsieur le ministre, il y a bien des sujets sur lesquels je suis en désaccord avec Dumbledore…Mais il faut lui reconnaître qu’il ne manque pas de style.

Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.

Une nouvelle LC réussie de plus à notre compteur, Bianca et moi ! Et oui, nous sommes du même avis : on a envie de tuer Ombrage !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°XXX, le Challenge « British Mysteries 2019 » chez MyLouBook, Le Challenge « Les Irréguliers de Baker Street » repris par Belette [The Cannibal Lecteur] et sur le forum de Livraddict (N°9 – Cinq pépins d’orange – 5ème tome d’une saga), Le Challenge de l’épouvante Edition Autumn, Witches and Pumpkin chez Chroniques Littéraires (Menu Petits Frissons – Un automne à Poudlard).

Inspectrice Sarah Geringën – Tome 2 – Complot : Nicolas Beuglet

Titre : Inspectrice Sarah Geringën – Tome 2 – Complot

Auteur : Nicolas Beuglet
Édition : XO Thriller (16/05/2018) / Pocket Thriller (13/06/2019)

Résumé :
Un archipel isolé au nord de la Norvège, battu par les vents. Et, au bord de la falaise, le corps nu et martyrisé d’une femme. Les blessures qui déchirent sa chair semblent être autant de symboles mystérieux.

Quand l’inspectrice Sarah Geringën, escortée par les forces spéciales, apprend l’identité de la victime, c’est le choc. Le cadavre est celui de la Première ministre.

Qui en voulait à la chef de gouvernement ? Que cachait-elle sur cette île, dans un sanctuaire en béton enfoui au pied du phare ? Sarah, très vite, le pressent : la scène du crime signe le début d’une terrifiante série meurtrière.

Dans son enquête, curieusement, quelqu’un semble toujours la devancer. Comme si cette ombre pouvait lire dans ses pensées…

De la Norvège à la vieille cité de Byblos, et jusqu’au cœur même du Vatican, c’est l’odeur d’un complot implacable qui accompagne chacun de ses pas. Et dans cette lutte à mort, Sarah va devoir faire face à ses peurs les plus profondes. à ses vérités les plus enfouies…

Étayé par les dernières découvertes de la science et de l’histoire, Complot explore les secrets premiers de l’humanité.

Critique :
Un crime horrible sur une île peuplée d’oiseaux, dans un archipel isolé de la Norvège et ce n’est pas Madame-Tout-Le-Monde qui gît là…

Ce n’est ni un meurtre banal… Là, un truc pareil, c’était du jamais vu !

L’auteur a cette manière bien à lui d’happer son lecteur dès la première ligne et de ne plus lui lâcher la main jusqu’à la fin, quand il le dépose sur le rivage, le souffle coupé.

Non seulement il nous dépose sur une scène de crime des moins banales mais en plus, il nous fait passer du froid au chaud en peu de temps, nous invitant à le suivre, au plutôt, à suivre ses personnages, sur la piste du complot et des secrets enfouis.

Rassurez-vous, il ne le fait pas à la manière d’un Da Vinci Code, même si dans ce dernier, tout n’était pas à jeter et que Dan Brown avait eu le mérite de me faire réfléchir.

Et bien, Nicolas Beuglet a poussé le vice encore plus loin et a fait fumer mes méninges tout en me procurant un plaisir monstre à lire les révélations divulguées dans son roman.

Réalistes, les révélations, en plus. Qui donnent à réfléchir et à pousser la réflexion encore plus loin que l’auteur l’a poussée (et il a poussé loin, déjà).

Heureusement que la religion catholique, comme le dit un de ses personnages, est complaisante envers la critique et la caricature, sinon, il y aurait déjà des menaces de mort sur sa personne, vu ce qu’il avance à un moment donné. Toujours en étant réaliste avec les données que l’on possède, l’auteur extrapole mais il le fait avec brio.

À ce titre, je voulais remercier l’Église catholique, et plus généralement le christianisme contemporain, qui, malgré tous les reproches que l’on peut lui faire, est une des rares institutions à subir la critique ou la parodie avec tolérance.

Que l’on soit d’accord ou pas d’accord avec lui, cela a le mérite d’être posé et d’y apporter des réponses (ou pas, car on ne sait pas tout) ou du moins, une discussion entre gens civilisés.

Mon seul bémol sera pour l’inspectrice Sarah Geringën que j’ai trouvée froide, distante et avec qui j’ai eu du mal à entrer en phase. Je la trouve aussi trop Wonder Woman, même si, contrairement au personnage du professeur Langdon (Da Vinci Code), elle a les références pour exécuter toutes ces cascades ou combats puisqu’elle est une ancienne militaire.

Mais je pinaille…

Un thriller qui ne se contente pas de faire courir ses personnages et ses lecteurs dans tous les sens, qui ne se contente pas de nous donner des émotions fortes avec des sauts dans le vide ou de l’adrénaline, mais qui nous donne à réfléchir, qui pose des questions, qui apporte des réponses (on sent la recherche de l’auteur) et qui jette un rocher énorme dans la mare aux canards.

Rien que pour cela il restera dans ma mémoire jusqu’à ce que Aloïs Alzheimer passe pour faire le ménage par le vide.

Quand on ne peut pas battre une idée, on la récupère et on la modifie pour qu’elle soit conforme à la nouvelle idéologie.

[…] elle se demandait dans quelle mesure un ordre opprimé pouvait rétablir la justice sans violence. Puisque, par définition, le groupe qui domine exerce une violence sur le dominé, comment ce dernier peut-il se libérer sans affrontement ?

Sarah détestait avoir affaire à des politiciens hauts placés. Non pas qu’elle soit intimidée ou méfiante à leur égard. C’était seulement qu’ils exigeaient tous des résultats immédiats, nets et clairs, alors qu’un crime et sa résolution n’étaient faits que de temps et de nuances.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°119.

Ceux qui ont lu le livre comprendrons…

Le syndrome [E] : Franck Thilliez [Franck Sharko et Lucie Hennebelle – Tome 1]

Titre : Le syndrome [E] – Franck Sharko et Lucie Hennebelle – Tome 1

Auteur : Franck Thilliez
Édition : Fleuve Noir Thriller (2010) Pocket (2012 / 2017)

Résumé :
Méfiez-vous le Syndrome E est certainement en vous… Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle…

Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille, et de ses deux adorables jumelles. Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés, le crâne scié…

Il n’en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko en congé forcé pour soigner ses crises de schizophrénie.

Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Henebelle et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier.

Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années cinquante, les deux nouveaux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu, d’une réalité effrayante et qui révèle que nous pourrions tous commettre le pire.

Car aujourd’hui, ceux qui ne connaissent pas le syndrome E, ne savent pas encore de quoi ils sont capables…

Critique publiée sur Babelio le 5 juin 2012:
Le jour où je passerai l’arme à gauche (ou à droite, pas de sectarisme), je me dirai que dans ma vie, j’ai eu la chance de lire de très bons auteurs de polars… de très bons auteurs de thrillers… de très grands auteurs…

Thilliez a cette chance unique (il ne se sent plus, l’homme, depuis qu’il le sait) de pouvoir figurer sur ma liste d’auteurs de thrillers qui ont fait vibrer mon petit coeur de lectrice, qui m’ont fait frissonner, qui m’ont donné des sueurs froides, m’ont fait ressembler à une asociale de la pire espèce parce que je grognais dès que l’on voulait m’ôter un livre des mains, tel un chien rongeant son os.

Première incursion dans le monde de Franck Thilliez, plongée directe en eaux troubles et froides et j’en suis ressortie plus groggy que si j’avais disputé dix rounds face à un champion de boxe.

C’était ma première rencontre avec ses personnages – Lucie Henebelle et Frank Sharko – et pour le prix, je les ai eu tous des deux ensemble dans le même roman.

Deux écorchés vifs, des personnages bien travaillés, pas des personnages guimauviens ou fadasse comme la soupe de ma grand-mère, quand elle oublie le sel. Non, des vrais personnages brut de décoffrage, plus écorchés qu’une bête à l’abattoir.

Deux flics plus flics que tous les flics réunis, ne vivant que pour leur boulot, que pour la traque de la bête, tels des chiens de chasse lancés sur la piste d’un cerf. Des dingues, surtout Lucie. Prête à tout. Quand au commissaire Sharko, c’est encore pire… Il est tellement écorché qu’il est atteint de schizophrénie.

Au moins, nous sommes loin des personnages tous lisses que nous avions parfois dans les romans, des gentils tout plein, sans problèmes, avec une femme aimante, des gosses polis et un chien sans puces, au poil lisse. Ici, pas de ça ! Politiquement incorrect, oui. N’hésitant pas à dézinguer des salauds, s’il le faut.

Nos amis Lucie et Franck, partant chacun de leurs côtés, séparément, vont se croiser au cours de leur enquête et la mèneront de concert, tous les deux.

Le genre de chose que j’apprécie dans un roman : deux enquêtes qui n’ont rien en commun et qui se télescopent à un moment donné, sans que vous sachiez « comment » et « pourquoi ». Faut faire durer le plaisir.

Pour ce qui est de leur enquête, je dois dire que « temps mort » n’est pas présent, mais que « morts à gogo » oui, et pas des scènes de crime toutes propres comme chez Columbo ! Gore de chez gore, j’adore!

Sur la fin, les pages tournaient toutes seules, animées d’une vie propre et je me retranchais de plus en plus dans mon monde, courant avec mes deux flics. Je voulais savoir !

Un seul défaut : le nom du commissaire Sharko… Désolé, mais parfois, dans le feu de l’action, mes yeux, ces traîtres, ou mon cerveau, ce salopard, prenait un malin plaisir à ôter le « h » ce qui donnait… je vous le donne en mille… Oui, lui, le petit nerveux.

Avouez que cela peut vous casser une ambiance quand, au lieu de visualiser le grand type costaud qu’est Sharko, vous voyez un petit excité gesticulant. Je vous jure que je ne suis pas maso, mais un truc pareil, ça vous colle deux fois plus de sueurs froides !

Tout autre chose, un bon point pour son incursion dans mon pays, avec la ville de Liège et la clinique universitaire de Saint-Luc, à Bruxelles, que je connais bien.

L’auteur semble aussi être au courant d’un secret d’état bien gardé chez nous : l’état déplorable de nos autoroutes qui ressemblent parfois à une piste du Paris-Dakar, mais plus Dakar que Paris… Ma foi, je lui dirais de ne pas trop se plaindre, il ne les a pas payée, lui !! L’argent de ses impôts ne sont pas passé dans la réfection de cette bande d’asphalte qui se désagrège au fur et à mesure…

Pour conclure (et pas dans le foin), je dirais que le Syndrome [E] est un livre [E]xcellent, digne d’un thriller comme ils se doivent d’être, entrainant, palpitant, bien torché et pas classique, comme scénario. On sort des sentiers battus et tant mieux.

Je me suis posée bien des questions et la fin nous laisse sur un cliffangher des plus dégueulasses pour le lecteur qui ne possède pas la suite [Gataca] sous la main.

Moi, je l’avais… et j’ai replongé avec délice dans les eaux sombres et glaciales…

Faites pareil, vous ne regretterez pas le voyage.

[SÉRIES] Gunpowder – La série qui parle du coup d’état qui devait faire Boum et qui fit Pchiiiittt

Gunpowder est une mini-série anglaise créée par Ronan Bennett, Kit Harington et Daniel West diffusée sur BBC One depuis le 21 octobre 2017.

Le scénario de la série est basé sur un fait historique réel, la Conspiration des poudres du 5 novembre 1605 qui prévoyait de faire sauter la Chambre des communes.

Distribution :

  • Kit Harington : Robert Catesby
  • Peter Mullan : Henry Garnet
  • Mark Gatiss : Robert Cecil
  • Liv Tyler : Anne Vaux
  • Tom Cullen : Guy Fawkes
  • David Bamber : Henry Percy
  • Edward Holcroft : Thomas Wintour

Fiche technique :

  • Titre original : Gunpowder
  • Création : Ronan Bennett, Kit Harington, Daniel West
  • Réalisation : J Blakeson
  • Scénario : Ronan Bennett, Daniel West, Kit Harington
  • Direction artistique : Pilar Foy, Liz Simpson
  • Décors : Grant Montgomery

Ce que j’en ai pensé :
Non, la Conspiration des Poudres n’a rien à voir avec un complot des fabricants de poudre à lessiver !

Oubliez un accord secret entre Dash et Dixan s’engageant à ne pas laver si blanc que ça.

La conspiration des poudres, c’est celle qui failli expédier un roi et tout ce que comptait la Chambre des Communes sur la lune, si ça n’avait pas pchiitttt.

♫ Boum, quand la Chambre des Communes doit faire boum et que ça fait pas boum boum ♪

Problème de mèche ? Trop courte ou trop longue ? J’en sais rien, vous irez voir chez l’ami Wiki (avant, c’était l’ami Ricoré) qui s’est invité en bas de ma chronique.

Anybref, nous sommes au temps des désaccords entre Protestants et Catholiques et en ce temps-là, ça se réglait à coup de tortures, d’assassinats, ou autres châtiments barbares et pervers.

Pas un pour relever l’autre, sans oublier que nous avons le roi Jacques Iᵉʳ d’Angleterre (un Stuart) assis sur le trône (pas de fer) et qu’en ce temps-là, les rois avaient un big pouvoir et que pour arriver à leurs fins, tout était bon.

D’un autre côté, en Espagne, pour obtenir des droits dans les ports Anglais, on n’avait aucun scrupules à abandonner les Catholiques d’Angleterre à leur triste sort.

Petites âmes sensibles, accrochez-vous car il y a quelques scènes assez insoutenable pour la vue, notamment celles de tortures ou d’exécution publiques. Nous ne sommes pas au pays des Petits Poneys chevauchant des Bisounours.

La reconstitution des lieux et des costumes m’ont semblé des plus justes, même si je n’ai pas une grande connaissance de la mode en ce temps-là, mais en tout cas, les justaucorps sont sales, puants, les visages sales, les robes empêchent toute digne femme à prendre ses jambes à son cou.

Le roi, ses courtisans et ses employés sont en horribles culottes bouffantes et ça ne les rend pas honorables. Lagerfeld aurait trouvé ça moche et peu commode.

L’avantage d’une mini-série de trois épisodes, c’est que l’on arrive à presque tout dire ou en tout cas, à ne pas s’enliser dans des longueurs. Malgré tout, cette série manque un peu de punch à certains moments, d’action.

Si l’action pure et dure n’est pas très présente, on pénètre dans les complots d’arrière-cour, dans les magouilles politiques, les accords par dessous de la table entre deux puissances étrangères, se faisant toujours au détriment des citoyens les plus faibles ou les moins majoritaires.

Mycroft Holmes de la série « Sherlock BBC » est un Robert Cecil des plus convaincants. Ce genre de rôle va à merveille à Mark Gatiss.

Par contre, j’ai appris quelque chose, le roi Jacques, ben il avait un mignon… Désolée, mais un type qui aide un autre à se déshabiller, à se mettre au lit et qui lui parle comme si c’était un gros bébé, moi je vois midi à ma porte et j’en déduis que le roi aimait des deux côtés. Pas moche du tout, son mignon…

Le roi, lui, on n’aurait pas envie d’aller sans son lit. Il a une sale gueule.

Le roi au centre, avachi, Robert Cecil à sa gauche et le mignon en avant-plan

Cette mini-série a du potentiel, j’ai passé un bon moment à la regarder, mais elle n’a pas eu le succès et pire, on n’en a pas parlé des masses de ce côté-ci de la Manche, pourtant, on a tout de même Jon Snow (GOT) à la réalisation et dans le rôle de Robert Catesby !

Entre nous, Kit Harrington fait du Jon Snow, son jeu d’acteur ne connait pas 36 nuances, c’est toujours la même. Mais dans ce rôle de cape et d’épées, il n’en fallait pas plus, ça ne changeait pas vraiment de GOT et de ses jeux de pouvoir.

Autant où les Catholiques persécutèrent beaucoup de monde, les Protestants ne seront pas en reste non plus et c’est une manière bien laide d’utiliser la Religion, chacun pensant qu’il détient LA vraie foi, avec le VRAI Dieu et que ce dernier est à son écoute et à de grands projets pour lui…

Le fanatisme religieux (et le fanatisme quel qu’il soit), je l’abhorre.

L’avantage de cette série, c’est qu’elle est une piqûre de rappel pour ceux qui pensent que les barbares, ce sont les autres. Nous avons été des barbares, les autres aussi et parfois, même en 2019, nous ne sommes pas toujours plus évolués.

Si les scènes de décapitations filmées et diffusées par un groupe de terroristes dont je ne citerai pas le nom horrifient la plupart, en 1605, lors des pendaisons ou autre exécution, la foule était nombreuse et en délire. Comme le sont certains à la vue de ces vidéos passant en boucle sur le Net.

On me dira que 1605 c’était il y a 400 ans, mais je parie ma culotte en dentelle de Bruges que si on faisait des pendaisons publiques, il y aurait foule. Surtout si c’était des condamnés appartenant à une autre foi.

La série n’a pas d’action pure et dure, même si on a des moments de suspense, mais elle met en avant les guerres de religion et le fanatisme religieux ainsi que le manque de logique dans les comportements de certains puisqu’il est dit que « Tu ne tueras point ».

Et les conjurés vous répondrons que ce sont les autres qui ont commencé à les persécuter et que donc, faut se défendre et rendre la monnaie de la pièce aux autres.

Être prêt à sacrifier sa propre existence au nom de ses convictions, ça ne nous rappelle que trop les derniers événements de ces années post 2000. Quand ce sont des catholiques, ça semble être héroïque et justifié (on frémit en voyant les clous ajoutés à la poudre) alors que quand ce sont les autres, on hurle.

Dans ces temps reculés, toute croyance concurrente de « la mienne » (ou de la majorité) était perçue et présentée comme une menace potentielle, menace qui pouvait se traduire par la propre disparition de « ma » croyance (je me mets à la place des gens de l’époque).

Donc, fallait tuer dans l’oeuf cette autre croyance avant qu’elle ne nous submerge et que ne remplace la nôtre… Tiens, des airs de déjà-vu, entendu, lu…

Quand la survie en dépend, on ne réfléchit plus, on persécute, on assassine, on a peur de l’Autre, on lui cherche des poux sur la tête, on veut tous les anéantir jusqu’au dernier et de là naissent tous les problèmes puisque si on veut m’anéantir, je vais me rebeller, mordre, griffer et me battre car je veux vivre.

Cette imbécilité qui consiste à vouloir soumettre l’autre dans la violence où à le persécuter ne va faire qu’accroître l’attachement que l’individu éprouve à l’égard de son identité collective… Ben oui, on continue pourtant toujours ainsi en 2019.

On devrait savoir qu’il est vain et inutile d’agir de la sorte. Mais les égos sont toujours surdimensionnés et personne n’a appris des erreurs du passé.

Anybref, cette série est bien fichue et elle a le mérite de présenter les choses clairement, à nous d’en tirer les conclusions et de faire marcher nos petites cellules grises afin d’en tirer un enseignement qui pourrait nous être profitable.

Dommage que les grands de ce monde et les hurleurs du Net n’en soient pas capables… D’accord, certains n’ont pas envie de changer de crédo ou de comprendre.

 

Le mois anglais (Juin 2018 – Saison 8) chez Lou & Titine.

Ce qu’en dit l’ami Wiki (parce que vous aurez la flemme de le demander) : Il existe deux versions divergentes concernant le nombre et la durée des fouilles des bâtiments.

Selon la version du Roi, la première fouille est effectuée par Suffolk, Monteagle et John Whynniard le lundi 4 novembre, tant à l’intérieur que dans les alentours du Parlement et ce, alors que les conspirateurs sont occupés à leurs derniers préparatifs.

Ils découvrent un gros tas de bois dans la cave sous la Chambre des lords, ainsi qu’un individu (Fawkes) qu’ils supposent être un domestique et qui leur explique que le bois appartient à son maître, Thomas Percy. Ils partent pour rendre compte de leurs découvertes, en même temps que Fawkes quitte les lieux.

Le roi exige de faire de nouvelles recherches plus approfondies. Tard dans la nuit, le même groupe, conduit par Thomas Knyvet, retourne dans les caves. Ils y retrouvent Fawkes, désormais vêtu d’un manteau, coiffé d’un chapeau et portant bottes et éperons. Fawkes est arrêté ; il prétend s’appeler « John Johnson » et être au service de Thomas Percy.

Il a sur lui une lanterne (aujourd’hui exposée à l’Ashmolean Museum, à Oxford), une montre à gousset, des allumettes, et de l’amadou.

On découvre ensuite les barils de poudre, cachés sous des piles de fagots et du charbon. Fawkes est conduit devant le roi le lendemain matin à la première heure.

Wiki dit aussi : Le complot est révélé aux autorités par une lettre anonyme adressée au baron Monteagle le 26 octobre 1605.

Lors d’une perquisition de la Chambre des communes, le 4 novembre 1605 vers minuit, on découvre Fawkes montant la garde devant 36 barils de poudre (assez pour réduire la Chambre des lords en cendres) et il est arrêté.

Lorsqu’ils apprennent que le complot a été découvert, la plupart des conjurés s’enfuient de Londres et tentent de rallier des soutiens dans leur cavale. Plusieurs d’entre eux attendent à Holbeche House pour livrer combat contre le prévôt de Worcester et ses hommes lancés à leur poursuite ; Catesby est tué lors de l’échauffourée.

Lors de leur procès, le 27 janvier 1606, huit des survivants, dont Fawkes, sont reconnus coupables et condamnés à être pendus, trainés et écartelés (des fois qu’ils ne seraient pas tout à fait mort après la pendaison, sans doute… Parce qu’un tel zèle, c’est suspect).

Les chroniques de St Mary – Tome 1 – Un monde après l’autre : Jodi Taylor

Titre : Les chroniques de St Mary – Tome 1 – Un monde après l’autre

Auteur : Jodi Taylor
Édition : HC (08/02/2018)
Édition Originale : The Chronicles of St Mary’s, book 1: Just one damned thing after another (2013)
Traducteur : Cindy Colin Kapen

Résumé :
À l’institut St Mary de recherche historique, les historiens n’étudient pas seulement le passé, ils le visitent.

Derrière l’innocente façade de St Mary, le secret du voyage dans le temps a été découvert et reste bien gardé.

Les chercheurs en Histoire ont ainsi une méthode de travail tout à fait particulière : ils « étudient en temps réel les événements majeurs de l’Histoire ».

En se faisant passer pour d’inoffensifs excentriques, ils tentent de répondre à certaines questions qui n’ont jamais été résolues, sans jamais toucher au cours de l’Histoire… au risque d’en mourir.

Madeleine Maxwell, une jeune et brillante historienne est contactée par son ancien professeur afin de rejoindre l’équipe de l’Institut St Mary. Au cours de son étrange entretien d’embauche, Maxwell comprend vite les possibilités qui s’offrent à elle…

De la disparition de Pompéi aux tranchées de la Première Guerre mondiale, du grand incendie de Londres à la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie, la jeune historienne va revivre d’extraordinaires événements.

Alors qu’au sein de l’institut naissent des enjeux de pouvoir…

Critique :
La couverture rouge m’avait tapée dans l’oeil et puis ce fut le résumé.

Des voyages dans le temps ? Mais je ne me sens plus, c’est la méga teuf dans ma tête, là.

Pour parodier Bellemare imité par Gerra : « C’est un bel objet » ! La couverture est richement détaillée et ce n’est qu’après la lecture qu’on comprendra les références de ces dessins.

Le roman, lui, est à la hauteur de sa couverture rouge flashy car il est jubilatoire !

Non seulement les personnages ne manquent pas de piquant ou de sel, mais en plus, le scénario est dynamique, intéressant, fantastique (dans les deux sens du terme) et l’humour est bien présent dans les pages, lui aussi.

Les Historiens qui peuplent l’Institut St Mary sont des cas à part, des sujets d’études pour psychiatre…Pour leurs qualités, citons celle de boire du thé comme des assoiffés et de pouvoir foutre le bordel dès que possible.

Le personnage principal, Madeleine « Max » Maxwell, est, quant à elle, la preuve vivante que l’emmerdement maximum peut être plus que maximum ! Elle est bourrée d’humour, de calembours, de bons mots mais c’est une catastrophe ambulante sur jambes !

Si nous ne sommes pas face à de la grande littérature, de celle qui donne mal à la tête, ce roman a pourtant tout pour lui et se révèle être une excellente lecture à emporter pour ses vacances ou si on a envie de se détendre sans se casser la tête.

Non pas qu’il est simpliste, il est juste normal, même si dans ce roman, vous voyagerez du Crétacé à la Première Guerre Mondiale et que vous irez faire un tour dans la grande bibliothèque d’Alexandrie… ♫ Alexandra ♪ J’ai de la fièvre et toi tu meurs de froid ♪ (bien que là, vu l’incendie qui y fait rage, c’est nous qui aurons chaud aux miches et pas Clo-Clo).

Cette série n’est pas là pour faire dans le registre sérieux, ni pour décrocher un Goncourt, mais au Grand Prix de l’Humour, elle se classerait avec la mention très bien car j’ai souvent souri, pouffé, ri, bien que parfois, on entre dans le registre plus tragique.

Un cocktail détonnant d’humour, de fantastique, de science-fiction (sans voyage dans l’espace), de voyages dans le temps (sans la DeLorean), d’humour, de tragique, d’amour, de relations de travail (elles peuvent être houleuses), de jalousie, de Gentils qui sont loufoques mais gentils et de Méchants qui n’ont rien pour se faire pardonner.

Dit ainsi, ça fait de suite « simpliste » mais vu la qualité du scénario, le fait que les Méchants soient des vrais Méchants ne pose aucun problème. Faudra juste les dégommer pour pouvoir boire son thé tranquille, nom d’un voyage temporel.

À déguster sans modération, avec un zeste de citron vert et du rhum. Non remboursé par la sécurité sociale, ce qui est bien dommage, ça en dériderait peut-être certains… Pas sûr !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois anglais (Juin 2018 – Saison 8) chez Lou & Titine.

Les Trois Mousquetaires : Alexandre Dumas [LC avec Bianca]

Titre : Les Trois Mousquetaires

Auteur : Alexandre Dumas
Édition : Le Livre de Poche – Les Classiques de Poche (2017)
Édition originale : 1844

Résumé :
Le roman raconte les aventures d’un Gascon désargenté de 18 ans, d’Artagnan, monté à Paris faire carrière afin de devenir mousquetaire. Il se lie d’amitié avec Athos, Porthos et Aramis, mousquetaires du roi Louis XIII.

Ces quatre hommes vont s’opposer au premier ministre, le Cardinal de Richelieu et à ses agents, dont la belle et mystérieuse Milady de Winter, pour sauver l’honneur de la reine de France Anne d’Autriche.

Critique :
Ma culture des trois mousquetaires s’arrêtait à un dessin animé de l’époque de Club Dorothée « D’artagnan et les trois mousquetaires » où tout le monde avait des têtes d’animaux…

Plus récent (et à cause d’une petite sœur) ma connaissance s’était agrandie avec le dessin animé « Albert le cinquième mousquetaire »…

C’est vous dire si ma culture avait besoin d’un coup de torchon afin de revenir à la normale avec le roman de Dumas (ou d’un de ses ghostwriter).

Véritable roman d’aventure, de capes et d’épées et de péripéties en tout genre, ce roman a tout pour nous entraîner dans de folles cavalcades afin d’empêcher un complot d’arriver à sa fin, de sauver une belle jeune fille, de confondre une vile espionne qui mérite le titre de super salope perfide ou de faire le siège d’une ville avec l’armée du Roi, Louis XIII.

Si j’avais lu ce roman lorsque j’étais jeune, j’aurais sans doute moins remarqué les petites incohérences et le changement de caractère de certains personnages, tel d’Artagnan qui, tantôt semble être un volcan prêt à aller croiser le fer avec Rochefort et l’instant d’après semble le plus posé des hommes.

Tout comme un jour il est fou amoureux de madame Bonacieux, puis de Ketty, la femme de chambre de Milady de Winter puis de milady, elle-même, changeant sans cesse de sentiments, tel un ado en chaleur. Purée, d’Artagnan, décide-toi, mon gars !

Ou comme Felton qui se fait retourner par une milady manipulatrice, une madame Bonnacieux qui écoute aussi son baratin, à se demande comment est-ce possible de croire à de telles fadaises débitées par une inconnue…

Ben si, c’est possible, on croit bien tout ce que nous débite la télé et les réseaux sociaux et on s’en va, bille en tête ! Pour le personnage de John Felton, là, je lui décerne le titre du connard d’imbécile de crétin de sa mère d’empaffé de sa race.

Beaucoup de rebondissements, dans ces pages, on peut comprendre puisqu’à l’époque, c’était diffusé en feuilleton, il fallait donc du cliffhanger, du suspense, du mystère, des trahisons, des complots, de l’espionnage, des reines à sauver et des maris à cocufier.

Si nos quatre héros (d’Artagnan, Aramis, Porthos et Athos) accompagné de leurs quatre valets (Grimaud, Mousqueton, Bazin et Planchet) sont des personnages sympathiques et courageux, ils ne seraient rien sans des méchants de grande envergure, que ce soit la Milady de Winter, la perfide éminence grise de son éminence le cardinal de Richelieu (dont on ne sait pas trop pour qui il roule), l’énigmatique comte de Rochefort et le ténébreux comte de Wardes.

Évidemment, dans la réalité, des aventures pareilles sont quasi impossibles, mais nous sommes dans de la réalité sublimée et cela devient de la fiction et là, tout est permis, pour le plus grand plaisir du lecteur qui voit le récit et les personnages virevolter dans une danse endiablée, lui procurant quelques heures de saines distractions.

Attention, je ne dis pas que tout est inventé, les ferrets en diamants de la reine ont bel et bien disparu, le siège de La Rochelle a eu lieu, des personnages de ces pages ont réellement existé

Certains pourraient se demander ce que pareil titre fait dans un Mois du Polar, mais c’est parce que nous sommes bel et bien face à un polar, nom d’un mousquet !

On a des mystères, des enlèvements à résoudre, une reine à sortir de la merde, du suspense, de l’espionnage, des complots, des morts, des tentatives d’assassinats, une vieille affaire qui revient à la surface, un jugement, des magouilles, des assassins et des assassinés et il faut résoudre tout ça pour que le pays tourne mieux.

Que vouloir de plus ? L’auteur a pris un contexte historique et s’est introduit dedans afin de la magnifier, de le détourner, de le changer, de le malaxer pour le préparer à sa sauce, même si on se doute qu’il a eu un cuisinier pour lui couper les légumes et commencer la cuisson du bouillon, c’est Dumas qui a assaisonné le tout de sa plume magique.

Ma copinaute de LC, Bianca, a apprécié sa lecture, même si elle a trouvé le siège de La Rochelle un peu trop long et je ne peux pas lui donner tort, même si chez moi c’est passé un peu mieux.

Question à deux balles : son éminence le cardinal de Richelieu est-il le créateur des slips du même nom ?? (Éminence…)

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019), et  Le mois du Polar Chez Sharon (Février 2019) et Le Challenge « Les Irréguliers de Baker Street » repris par Belette [The Cannibal Lecteur] et sur le forum de Livraddict (N°49 – La pierre de Mazarin – lire un livre se déroulant à l’époque du cardinal de Mazarin, le 17è siècle).

Sherlock Holmes Society – Tome 6 – Le champ des possibles : Sylvain Cordurié & Andrea Fattori

Titre : Sherlock Holmes Society – Tome 6 – Le champ des possibles

Scénariste : Sylvain Cordurié
Dessinateur : Andrea Fattori

Édition : Soleil Collection 1800 (07/11/2018)

Résumé :
Il reste peu de temps pour empêcher Liam Holmes de mettre sa menace à exécution. L’avenir de Londres est des plus incertain, face à la détermination du fils du plus célèbre détective privé britannique.

Après la trahison de Liam, Sherlock et ses alliés s’unissent pour l’arrêter avant qu’il ne fabrique la bombe susceptible d’anéantir la capitale. Sherlock fait appel à Megan Connelly pour traquer le capitaine Johnson, détenteur d’informations sur Liam.

Sherlock servira d’appât mais la stratégie est risquée. Proie ou prédateur, le capitaine reste dangereux et chaque heure qui passe rapproche Liam de son objectif…

Critique :
Comme je vous le disais dans le tome précédent, pour apprécier cette série, il ne faut pas être allergique à l’immersion de l’univers de Sherlock Holmes dans celui du fantastique !

Si vous pensez que les vampires et les voyages dans le temps n’ont rien à faire dans une histoire de Sherlock Holmes, alors, je vous déconseille fortement cette saga.

Je ne suis pas chaude pour ce mélange, mais étant collectionneuse, curieuse, aimant les vampires (les vrais), Holmes et Retour vers le futur…

Ok, je l’avoue, j’ai toujours été perdue dans les voyages temporels, je n’ai jamais compris pourquoi, lors du premier voyage dans le temps d’un personnage, il y ait déjà des faits qui en aient découlé et je suis toujours en panne sur le voyage dans le temps que réalisa Lanfeust, c’est vous dire ! Pire, j’ai même pas compris le Terminator 3…

Alors, les paradoxes temporels, je vous le jure, ça me laisse toujours les sourcils en l’air et la tronche qui n’a pas tout capté… Malgré tout, je reste toujours fan de ces voyages, même si je comprends pas tout.

Voici donc le face à face tant attendu, le combat de Holmes père contre Holmes fils, le combat entre deux cerveaux puissants, mais dont celui du fils possède le talent légué par sa mère et que je ne révèlerai pas ici (ou alors, via MP, moyennant paiement sur mon compte offshore, je veux dire, of course).

Waw, c’est retors ! Et le plus retors de tous, ce ne sera pas le fils de Holmes… J’ai pas tout compris dans le concept de la trame du temps, cela restera toujours pour moi un truc difficile à imaginer, mais j’ai bien aimé la manière utilisée pour résoudre le problème du fiston qui voulait tout faire péter.

Mon seul bémol sera pour le fait que ce nouveau dessinateur ait un peu trop surligné de noir les yeux de Liam Holmes et qu’il lui ait fait des sourcils en M, lui donnant un air démoniaque, ou méphistophélique (fallait le replacer, cet adjectif là !).

Un tome qui clôt ce diptyque puisant ses origines dans la série des « Vampires de Londres » et des « Voyageurs du temps » mais il n’est pas nécessaire de les lire pour aborder ces deux tomes, même si, c’est un plus, bien entendu.

Un tome agréable, un scénario bien ficelé, le fantastique bien abordé, qui ne nuit pas trop à Holmes et un final inattendu, du moins, dans sa réalisation. Même le grand détective ne l’avait pas vu venir.

Là, pas sûr que Holmes et madame vont se laisser aller à mélanger leurs différentes sécrétions, sachant ce que cela risque de donner. Dommage… (à moins de se protéger en couvrant le mont pelé).

Un bon diptyque, mais à réserver pour les inconditionnels du genre ou les curieuses, comme moi. En espérant qu’il y ait une suite…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019).