[Série] Whitechapel – Saison 2 – Le retour des frères Kray (2010)

Whitechapel-saison21. Synopsis                                                                                        big_3-5

Chandler, travaillant officiellement à Whitechapel avec Miles, McCormack et Kent, se voit rarement affecté à de gros dossiers suite à leur échec face au copycat de Jack l’Éventreur. Une situation qui n’est pas aidée par le fait qu’il n’y a pas de meurtres dans le quartier. Rapidement pourtant, un corps est retrouvé dans la Tamise, et une série attaques suivant ce crime vient faire écho aux actes commis par les frères Kray dans les années 1960 …

s7488_image_38008-cropCe que j’en ai pensé :
Après avoir dévoré la saison 1 l’année dernière, je me suis mise en quête de la saison afin de voir ce que les scénaristes nous réservaient. Difficile de trouver mieux que l’Éventreur, le challenge était donc élevé.

Le générique nous propose une belle mise en bouche avec des vieilles images des quartiers populaires de Londres.

Le beau blond, le DI Chandler souffre de l’inertie dans laquelle il est plongé, lui et son équipe et de ce fait, le premier épisode est un peu lent à se mettre en place, comparé au premier de la saison 1 où on plongeait direct dans l’action avec un crime ressemblant à ceux de jack l’Éventreur.

Malgré tout, j’ai retrouvé du plaisir à revoir cette fine équipe qui s’entend un peu mieux… enfin, presque !

Avantages et inconvénients de cette série, c’est qu’elle ne fait que 3 épisodes.

Pas de risque de s’enliser durant une éternité, mais petit problème, c’est parfois trop court pour mettre tout en place.

Lorsque nous avons affaire à un copy-cat de Jack, tout va très vite, mais lorsque nous sommes dans de la corruption et la pègre, ça met un peu plus de temps.

Le second épisode est plus mieux car il démarre vraiment la saison 2 après un épisode 1 qui avait l’air de se chercher et d’avancer à tâtons dans le noir. Les frères Krays avaient tout du cheveu dans la soupe en matière de copycat, comme si les scénaristes n’y croyaient pas vraiment eux-mêmes.

Les frères qui ?? Ouvrons une petite parenthèse culturelle…

Les frères jumeaux Ronald « Ronnie » Kray (24 octobre 1933 – 17 mars 1995) et Reginald « Reggie » Kray (24 octobre 1933 – 1er octobre 2000) étaient des gangsters anglais originaires du quartier de Hoxton à Londres, et de grands noms du crime organisé dans l’East End de Londres dans les années 1950 et 1960. On suppose que Ronald souffrait de schizophrénie paranoïde.

Avec leur gang, « The Firm », les jumeaux Kray ont commis des braquages à main armée, incendies, rackets, agressions, et les meurtres de Jack « The Hat » McVitie et George Cornell. Craints et respectés dans leur milieu, ils sont devenus si célèbres qu’ils ont eu droit à une interview télévisée.

En parallèle, ils étaient gérants de boîtes de nuit et ont ainsi fréquenté des célébrités. Ils finirent par être arrêtés en 1968 et condamnés à la prison à vie en 1969.

La légende des frères Kray a marqué durant des années le quartier de Whitechapel. Ce qui les rendait effrayants était la démence de Ronnie, les actes de violence, leur popularité mais surtout le fait qu’ils tuaient eux-mêmes, la plupart du temps.

Ronnie Krays a dit, dans une interview : « C’étaient les plus belles années de notre vie. Ils appelaient ça les « Swinging sixties ». Les Beatles et les Rolling Stones gouvernaient la pop, Carnaby Street gouvernait le monde de la mode… Et mon frère et moi gouvernions Londres. Putain, on était intouchables… » (Science de la déduction).

Fin de la parenthèse culturelle.

Dans le deuxième épisode, on sent que les scénaristes contrôlent la situation et ils nous scotchent devant notre écran en nous faisant rencontrer Jimmy et Johnny Kray, qui se présentent comme les descendants d’un des frères Krays.

Aaaah, maintenant, on la sent mieux, la menace ! Elle est tangible, elle a un visage, non, deux, puisque ce sont des jumeaux.

Le premier épisode nous montrait les résultats de ces menaces avec des personnes mutilées qui n’osaient pas témoigner, mais le tout était brumeux et nos policiers n’avaient pas l’air de croire Edward Buchan, le spécialiste des tueurs, alors que ce dernier les avaient bien aidé pour Jack The Ripper.

L’avantage de Jack, c’est qu’il est plus facile à ressusciter que les frères Krays qui sont moins connus que l’autre, de ce côté-ci du Channel.

Niveau personnages, on est au top, Ray Miles est toujours aussi hargneux, le chef Chandler toujours aussi « je souffre de TOC mais je me soigne pas » et la petite bande de flics aura du pain sur la planche avec ce vent de corruption qui souffle sur la police. À qui faire confiance ou pas ?

Le troisième et dernier épisode est rempli de tension, de peur, de suspense, de joutes entres nos policiers et les deux malfrats.

Le final m’a scotché à mon fauteuil et je ne savais pas si je devais rire ou avoir peur lorsque j’entendis un des frères Krays appeler sa mère pour lui demander une confirmation. Il y avant, dans la voix de ce grand caïd, celle d’un petit garçon apeuré et quoi voit ses joujoux enlevé de ses mains.

Par contre, les amis, j’avais trouvé le traître bien avant vous ! Rien qu’à sa gueule, tiens.

Verdict ? Début un peu poussif, l’air de se chercher, l’air de se demander comment on va faire intervenir Edward Buchan, le type spécialisé dans les tueurs (et surtout dans Jack), choisissant de l’imposer, presque, pour finalement retomber sur ses pieds dans les épisodes 2 et 3, justifiant pleinement la présence de cet hurluberlu qui en a tout de même sous le bob.

Des personnages qui évoluent et de la tension tout plein sur la fin. Malgré tout, un peu en deçà de la saison 1.

whitechapel_ep4

[Série] Whitechapel – Saison 1 – Le retour de Jack l’Éventreur (2009)

Whitechapel est une série télévisée policière et dramatique britannique produite par « Carnival Films » diffusée depuis le 2 février 2009 sur ITV.

En France, la série est diffusée depuis le 18 décembre 2009 sur Arte et Paris Première.

  • Série policière (2008)
  • Titre original : Whitechapel
  • Acteurs principaux :
    • Rupert Penry-Jones (V. F. : Damien Ferrette) : Détective Joseph Chandler
    • Phil Davis (V. F. : Thierry Wermuth) : Détective Ray Miles
    • Steve Pemberton (V. F. : Denis Boileau) : Edward Buchan
  • Acteurs secondaires :
    • Christopher Fulford (V. F. : Thierry Murzeau) : Fitzgerald (épisodes 1×01 à 2×02)
    • Johnny Harris (V. F. : Luc Boulad) : Détective Sanders (épisodes 1×01 à 2×03)
    • Sam Stockman (V. F. : Vincent de Bouard) : Détective Kent
    • George Rossi (V. F. : Jean-Jacques Nervest) : Détective McCormack (épisodes 1×01 à 2×03)
    • Alex Jennings (V. F. : Hervé Bellon) : Commander Anderson (épisodes 1×01 à 2×03)
    • Claire Rushbrook(V. F. : Julie Dumas) : Dr Llewellyn
    • Ben Bishop (V. F. : Christophe Lemoine) : Détective Mansell
    • Paul Hickey (V. F. : Bernard Lanneau) : Dr David Cohen
    • Branko Tomovic (V. F. : Emmanuel Karsen) : Antoni Pricha
    • Tameka Empson (V. F. : Fily Keita) : Mme Burki
    • Peter Serafinowicz (V. F. : Boris Rehlinger) : Inspecteur Torbin Cazenove
    • Craig Parkinson (V. F. : Jean-Pierre Michael) : Jimmy Kray & Johnny Kray
    • Chrissie Cotterill (V. F. : Michelle Bardollet) : Angie Brooks
    • Hannah Walters (V. F. : Véronique Alycia) : Dr Megan Riley
    • Camilla Power (V. F. : Laura Blanc) : l’inspecteur Mina Norrow
    • David Schneider (V. F. : Arnaud Arbessier) : Marcus Salter
    • Paul Chequer (V. F. : Damien Witecka) : Nathan Merceron
    • Lydia Leonard (V. F. : Anne Dolan) : Morgan Lamb
    • Alistair Petrie (V. F. : Vincent Violette) : Dr Simon Mortlake
  • Durée : 0h45mn
  • 3 saisons / 12 épisodes  (série en cours)

1. Épisodes :

Première saison (2009)

  1. Le retour de Jack l’éventreur (Part 1)
  2. Le retour de Jack l’éventreur (Part 2)
  3. Le retour de Jack l’éventreur (Part 3)

Deuxième saison (2010) – Non visionnée

  1. Le retour des frères Kray (Part 1)
  2. Le retour des frères Kray (Part 2)
  3. Le retour des frères Kray (Part 3)

 

2. Présentation de « Whitechapel –  Le retour de Jack l’éventreur » :

Production anglaise d’ITV, « Le retour Jack l’éventreur », se déroule de nos jours, dans le quartier de Whitechapel, les lieux mêmes des méfaits du célèbre serial killer londonien.

Une femme est retrouvée égorgée dans le quartier de Whitechapel. Le capitaine Chandler est chargé de l’enquête.

Jeune loup plein d’avenir, ambitieux, brillant, il se pique de psychologie et sait utiliser les médias… sauf qu’il tire son expérience de ses seules lectures et que, pour la première fois, il est confronté à la réalité d’un meurtre. Il devra faire équipe avec le lieutenant Miles, un homme de terrain et d’expérience, proche de la retraite et volontiers cynique, qui supporte assez mal d’être sous les ordres de Chandler.

Avec Miles et ses acolytes, la coopération s’annonce difficile. Chandler fait alors appel à Edward Buchan, un spécialiste de Jack l’Éventreur, et entame avec lui une épuisante course contre la montre. Mais l’assassin frappe à nouveau…

3 détectives, 3 caractères et 3 individus particulièrement opposés : l’inexpérimenté Joseph Chandler (Rupert Penry-Jones), le vieux Sergent Ray Miles (Phil Davis) et un « éventrologue » (spécialiste des éventreurs, comme chacun le sait) farfelu, Edward Buchan (Steve Pemberton) sont à la poursuite d’un tueur qui semble reproduire les crimes d’il y a 120 ans !

En 2008, lors de sa diffusion anglaise, cette mini série de 3 fois 60 minutes, rassembla près de 8, 13 millions de téléspectateurs !

3. Ce que j’en ai pensé…

Cela faisait un petit temps que cette série dormait dans mon disque dur, attendant ma retraite prévue dans 35 ans pour être enfin visionnée.

Las, le « mois anglais » sonna le glas pour cette série qui vient de passer à la casserole ! Oui, je me suis enfilée les trois épisodes de la saison 1 d’un coup.

Mini-série, c’est le cas de le dire. Tout comme « Sherlock » de la BBC, une saison, 3 épisodes et terminé ! Sauf que ici, on traque un coupable sur les trois épisodes, tandis que dans « Sherlock », on varie le coupable (hormis avec l’ami Moriarty).

À propos de la série « Sherlock »… En voyant la tête des acteurs de « Whitechapel », j’ai reconnu le chauffeur de taxi, Jefferson Hope, qui jouait dans l’épisode 1 de la saison 1. Phil Davis, de son vrai nom, reconnaissable à ses dents de devant.

Générique… Ça commence fort : une homme dans les ruelles sombres, des coupures de presse semblant dater de 1888, les photos des victimes du tueur de Whitechapel, le très connu nom de « Mitre square » (Catherine Eddowes, la présumée quatrième victime y fut retrouvée)…

Musique entrainante et qui vous fait comprendre que vous n’aurez pas affaire à un film style « Le gendarme de Saint-Tropez ».

Premières minutes de visionnage : Incendie… policiers qui contiennent les curieux et les casseurs, des pompiers en train de circoncire le feu, heu, de circonscrire l’incendie.

Une fliquette rentre chez elle, satisfaite du devoir accompli, une mystérieuse silhouette la suit…

Un râle, sorte de glougloutement, se fait entendre dans le fond de la nuit, ou plutôt, d’une arrière-cour : une femme y est allongée et si elle respire en glougloutant, c’est dû au fait que sa gorge est tranchée.

Appelant les secours, la policière manquera de se faire  une crise cardiaque maison ou des traces de freinages car elle aperçoit une silhouette munie d’un couteau en train de les mater.

Le décor est planté !!

On change de décor pour retrouver un bôgosse bien fringué, genre celui qu’on aimerait croiser au coin d’une ruelle sombre pour le violer… Rien à dire, il a la claaaasse, monsieur Joseph Chandler (Rupert Penry-Jones)…

Le voici nommé à la tête du commissariat de Whitechapel. Il plonge dans le bain de suite puisqu’un meurtre a eu lieu… Oui, la gorge tranchée !

Pas facile pour cet homme de se faire accepter par les autres policiers qu’il aura sous ses ordres, surtout quand on devient blanc devant un corps et qu’on a plus une tête d’un bureaucrate que d’homme de terrain !

Lorsqu’on est un jeune loup plein d’avenir et qu’on tire toute son expérience de ses seules lectures… Oui, on est un bureaucrate ! Hum, pas évident dans ce cas-là.

Le vieux Sergent Ray Miles (Phil Davis) et ses hommes ne vont pas lui simplifier la vie. Eux, se sont des hommes de terrain, des vrais.

Pour corser le tout, môsieur le capitaine Joseph Chandler a des TOC : se lave quatre fois les mains, aligne son bic parallèlement à son GSM, le tout perpendiculaire au méridien de Greenwich, sans doute.

L’avantage des séries anglaises, c’est que les policiers de leurs séries n’ont rien de super flics qui savent tout, genre Gil Grissom (Experts Las Végas), ou la froideur d’un Horatio Caine (Experts Miami).

Non, ici, ils sont humains, avec leurs défauts, leurs qualités. Ils sont mal fringués, ils ont du bide, boivent des boissons sucrées et alcoolisées, mangent des crasses et, horreur, ne doivent se laver qu’une fois tout les premiers dimanches du mois (uniquement les mois de 30 jours) !

Dans leurs locaux, ça y pue le fauve, ça sent le rance et l’oignon sous les bras. Ça rote, ça pète et ça fiche le camp une fois l’heure arrivée.

Alors, quand le patron qu’ils n’aiment pas trop leur gueule dessus pour l’odeur d’écurie, le bordel et la malbouffe, ça n’aide pas les choses !

Quand un ripperologue tente de les convaincre qu’ils sont face à un copycat de l’Éventreur de 1888, les policiers rigolent, surtout quand leur patron croit le ripperologue et leur parle d’un autre Éventreur.

Buchan, le ripperologue est un petit bonhomme pathétique, un vrai spécialiste de l’Éventreur qui fait chaque soir visiter les lieux des meurtres de 1888 à  des touristes. De plus, il a écrit un bouquin sur-documenté que j’aimerais bien avoir. Un homme qui a dédié sa vie à un meurtrier sans être pour autant fasciné par lui. Non, ce qu’il aurait voulu, c’est l’arrêter.

L’avantage pour moi, c’est d’avoir bossé sur les meurtres de 1888 AVANT de voir cette série, ce qui m’a permis d’avoir une longueur d’avance par rapport à un téléspectateur qui n’y connaîtrait rien : dès l’incendie du 31 août, j’avais compris…

Tout est bien respecté dans la série : les meurtres, dont les deux dont on pense qu’ils sont de Jack mais dont on n’est pas sûr – Martha Tabram et Emma Smith – les descriptions des suspects, les lieux (approximatif, certains n’existant plus), le tablier de cuir, la lettre…

C’est vraiment l’enquête de l’Éventreur transposée en 2008 ! Un peu à la manière de « Sherlock » à la BBC.

Le tout sur un tempo qui ne laisse pas beaucoup de place à l’ennui !

D’ailleurs, l’ennui ne sera jamais présent durant mon visionnage de la première saison.

Ça bouge, ça enquête, ça s’engueule, ils partent dans tous les sens, les policiers ne croyant pas au début à un copycat de 1888 et se gaussant du fait que leur jeune patron leur donne à lire des romans parlant du tueur de Whitechapel !

Les fausses pistes se suivent, on arrête un peu tout le monde, on suspecte tout le monde et à la fin, on se prend un coup de pied dans le cul monumental !

Durant tout mon visionnage de la première saison, j’avais vraiment l’impression d’être avec les flics car on s’attache très vite à eux, à leur grande gueule et leurs méthodes un peu borderline. Même les seconds rôles sont réussi, je pense à notre Éventrologue, Edward Buchan.

Malgré tout, ils évolueront tous, certains mettant de l’eau dans leur vin et d’autres en potassant les manuels de science criminelle.

Trois épisodes et une sacré évolution dans les personnages.

Pour moi, cette série est une véritable réussite !

Challenge « I Love London II » de Maggie et Titine et au « Mois anglais III » chez Titine et Lou.

CHALLENGE - Embarquez pour Mois anglais