Midnight : Dean R. Koontz

Titre : Midnight

Auteur : Dean R. Koontz
Édition : J’ai Lu Épouvante (14/05/1997)
Édition Originale : Midnight (1989)
Traducteur : William Olivier Desmond

Résumé :
Une petite ville de Californie, Moonlight Cove. Des morts étranges que la police s’empresse de dissimuler. Une entreprise de microtechnologie, près de la ville, au coeur de tous les soupçons.

Des regards de plus en plus hallucinés, des gens comme possédés.

Pour Chrissie Foster, terrifiée par la métamorphose de ses parents, pour Tessa Lockland, venue enquêter sur le suicide de sa soeur, pour Sam Booker, envoyé secret du FBI, tout va basculer en quelques heures dans l’horreur et la démence.

Et pourtant, rien n’est plus cohérent, plus froidement calculé que l’opération Faucon Lune.

Critique :
Ça, c’est du lourd dans ma bibliothèque ! Du vrai livre de chevet !

Lu en 1994 (j’avais noté la date dans le livre), voilà un roman que j’ai dévoré, bouffé, engloutit, bref, c’était du cannibalisme, ma lecture (cela laissait déjà augurer mon futur pseudo).

Pourtant, je n’étais pas fan des loups-garous ou croquemitaines… Mais là !

Si vous le lisez, vous aller retrouver un roman où l’horreur à « l’ancienne », comme nous en avions « dans le temps », avant l’arrivée des « autres genres ».

Par cette expression de roman d’horreur à l’ancienne, je veux parler d’un retour aux sources comme dans les livres tels que : « Frankenstein », « L’île du Dr. Moreau », sans oublierr « Dracula »(dans une moindre mesure cependant).

Koontz a misé sur la sensation du lecteur (les poils qui se hérissent), provoquée par une écriture sombre, obscure, qui a pour but de faire peur.

Oui, lecteurs de ma pauvre critique, j’ai eu peur, oui, j’ai regardé sous mon lit ! Nous étions en 1994, dois-je vous rappeler que j’étais très jeune ?

On est loin des romances (dans l’horreur) qui sont maintenant très présentes sur le marché de l’édition. Même si la fin est belle, on est à cent lieues des niaiseries proposées (je ne citerai pas de titres).

Alors, en ces jours où la « mauvaise Bit lit » règne en maître et où les vampires glamour, sentant bons la fleur de rose ont inondé les librairies, relire ce roman de Dean Koontz écrit en 1989 sera un véritable plaisir pour celui ou celle qui veut frissonner et lire quelque chose de sérieux.

J’ai pris mon pied en le lisant et je garde un souvenir magnifique de ce roman.

Oui, lecteurs, j’ai beaucoup aimé l’atmosphère terrifiante créée par l’auteur et son style d’écriture qui se prêtait parfaitement à ce genre en particulier.

Il pourrait y avoir quelques longueurs dans le récit mais rien pour rebuter le lecteur. Juré, craché !

Finalement, si vous êtes un amateur de l’horreur « pure » et des romans de loups-garous, de zombies et de vampires, je me permets de vous conseiller cette lecture. Laissez tomber les vampires végétariens et les loups-garous minables, lisez les vrais, les seuls romans dignes de ce nom !

Par contre, on doit aussi aimer Dean Koontz au préalable (parce que la science et le fantastique sont encore une fois réunis), ce qui n’est pas le lot de tous.

Ce livre était une grande découverte pour moi, le meilleur de Koontz, n’ayant pas trop aimé les autres.

 

Publicités

Reflex : Maud Mayeras

Titre : Reflex                                                                     big_5

Auteur : Maud Mayeras
Édition : Anne Carrière (2013)

Résumé :
« Perdre un enfant est une maladie que l’on a peur de contracter. C’est une contagion dont on évite soigneusement les infectés. On change de trottoir, on les fuit à toutes jambes. De ces gens-là, je suis la peste et le choléra. Je suis leur faucheuse, leur cancer, leur 22 long rifle. »

Iris Baudry est photographe de l’identité judiciaire. Disponible nuit et jour, elle est appelée sur des scènes de crime pour immortaliser les corps martyrisés des victimes.

Iris est discrète, obsessionnelle, déterminée. Elle shoote en rafales des cadavres pour oublier celui de son fils, Swan, sauvagement assassiné onze ans auparavant.

Mais une nouvelle affaire va la ramener au cœur de son cauchemar : dans cette ville maudite où son fils a disparu, là où son croque-mitaine de mère garde quelques hideux secrets enfouis dans sa démence, là ou sévit un tueur en série dont la façon d’écorcher ses victimes en rappelle une autre.

La canicule assèche la ville, détrempe les corps et échauffe les esprits, les monstres se révèlent et le brasier qu’Iris croyait éteint va s’enflammer à nouveau dans l’objectif de son reflex.

Critique : 
Put*** de bor*** de mer** !!! J’ai commencé « Reflex » lundi matin et je n’ai plus su le poser, le terminant au soir, lisant sans interruption de 18h à 22h30… Voilà pourquoi je n’étais pas sur le Net lundi 27 janvier soir, je bouffais, je dévorais, je m’empiffrais de ce livre qui m’a transporté ailleurs…

Monsieur Ernotte et son « C’est dans la boîte » m’avait déjà ébahie et collé un coup de pied dans les fesses, me laissant sans voix (un exploit), mais madame Mayeras vient de faire encore pire…

Âmes sensibles, attention ! Reflex n’est pas qu’un simple thriller, c’est aussi un roman noir. Un roman au-dessus de la moyenne et qui se lit d’une seule traite, la peur vous nouant le ventre. Certains passages, d’une rare violence, pourraient mettre les lecteurs les plus sensibles très mal à l’aise. Les plus aguerris aussi.

Le personnage principal, Iris Baudry, est photographe à l’Identité Judiciaire. La mort fait partie de sa vie quotidienne puisque son travail consiste à photographier les scènes de crimes avec ce qu’elles comportent de cadavres ensanglantés ou à l’état de putréfaction.

Notre Iris est une espèce de marginale, une frêle jeune femme qui chevauche une SuperDuke (moto), le petit bijou de chez KTM. Une pure machine à rouler sans aucun compromis, un naked bike de dingue, un moteur V2 débordant de puissance parfaitement maîtrisée ! La SuperDuke, c’est la terreur des Superbikes avec un châssis aussi maniable que précis. Pardon, je me laisse aller…

Dans son domaine photographique, Iris est une vraie « pro ». On l’appelle et elle arrive sur son destrier au moteur ronflant. Bizarre comme vie, non, de ne pas avoir vraiment de vie ? Si Iris flashouille les cadavres avec autant de verve, c’est sans doute pour oublier la mort brutale de son fils Swan, assassiné il y a 11 ans par un dingo qui purge depuis une longue peine.

Et voilà notre Iris de retour non loin de sa ville natale, celle qu’elle a fui et où elle aurait aimé ne jamais revenir à cause des mauvais souvenirs. C’est à sa terrible mère, un espèce de croque-mitaine maléfique, qu’elle doit un bégaiement.

Mais voilà, le croque-mitaine est à l’asile, plus légume qu’autre chose. Ce ne serait-il pas le bon moment pour lever enfin tous ces secrets ??

Bien que le début du livre soit assez « lent », impossible de s’ennuyer, on suit l’histoire, on suit les déboires d’Iris, on échafaude des théories, on tente de comprendre ce qui a bien pu se passer dans le passé.

Mon esprit étant pervers, je pensais dur comme fer avoir trouvé la solution et c’était toute contente de ma trouvaille que j’avais poursuivi la lecture, me disant que « savoir » ne faisait que renforcer le sentiment d’oppression présent dans le livre et je crispais mes mains de plus en plus fort sur les pages.

Constamment renouvelé le suspense augmente au rythme des courts chapitres – 3 ou 4 pages – dont de nombreux commencent par la même formule « je n’aime pas » souvent annonciatrice d’un nouveau drame.

J’ai été de surprise en surprise avec les chapitres intitulés « Silence », débutant en 1919 avec l’histoire de Julie, de son viol, de sa sa mise au ban de la société suite aux rumeurs, de sa grossesse, de son arrivée dans un orphelinat tenu par des peau de vaches de soeur, et la naissance de Lucie et sa vie dans l’orphelinat… On se demande où l’auteur va nous entraîner et ce fut captivant de passer d’époque en époque et de suivre les personnages.

Niveau personnages, ils sont tous travaillés à la serpe, possèdent une part d’ombre et l’habit ne fait pas toujours le moine…

Dans ce roman, chaque rebondissement nous égare un peu plus… Oubliez vos théories, vous ne trouverez pas. Mon raisonnement était pervers, mais l’auteure l’était encore plus que moi. Je pensais avoir « déduit »… Tu parles, Charles ! Tiens, prends-toi ça dans les dents !

Lorsque j’ai découvert toutes les révélations subtilement dosées dans les dernières pages, j’en suis restée muette durant quelques minutes, bouche ouverte, dans un « oh putain » muet. Comme si mes jambes avaient été taclées d’un coup. Sur le cul, j’étais. Sonnée, groggy, soufflée, taclée brutalement, K.O.

D’ailleurs, je ne me suis pas encore remise du livre. En plus d’avoir été « sonnée » violemment, faut encore atteindre la dernière page, quasiment la dernière ligne pour comprendre tout le fin mot de l’histoire.

En tout cas, bravo à l’auteure, parce que c’était de la balle, son roman !

Pourtant, avec une narration au présent (ce que je déteste par-dessus tout), des phrases très courtes, commençant souvent par « je » (ce qui aurait pu être casse-gueule sans un certain talent d’écriture) et sans trop d’action au départ (ce qui aurait pu m’endormir), le pari était risqué…

Malgré ces petits détails qui dans d’autres livres m’énervent prodigieusement, ici, rien de tout cela ! J’ai été aspirée directement dans le livre. Je me demande d’ailleurs s’il n’y a pas des formules magiques dans les pages qui vous envoûtent et vous empêchent de le refermer… Une sorte d’Alien qui sort ses tentacules pour rentrer en vous…

Ce livre, c’est fort, ça percute et ça t’uppercutte (celle-là, je mets un copyright).

Une tuerie, ce livre !! Une putain de saloperie de tuerie… un truc de fou, un coup de cœur doublé de je ne sais combien de coups de pieds au cul et de décharge de chevrotines dans mes tripes…

Maintenant que je l’ai dit, je me sens mieux…

Là, pour faire plus calme, j’ai entamé « L’enfant des cimetières » de Sire Cédric : Bisounours et petits poneys garantis !!

Belette Retournée

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014).