Sherlock Holmes – Crimes Alley – T2 – Vocations forcées : Cordurié & Nespolino

Titre : Sherlock Holmes Crimes Alley – T2 : Vocations forcées

Scénariste : Sylvain Cordurié                    big_2
Dessinateur : Alessandro Nespolino
Édition : Soleil (2014)

Résumé :
À la recherche de Ron Jantscher, kidnappé sous ses yeux quelques jours auparavant, Sherlock Holmes a connu son premier face à face avec James Moriarty. Une rencontre qui n’a pas tourné à l’avantage du futur résident de Baker Street.

Enlevé à son tour, il a assisté en spectateur impuissant à la mort du jeune musicien. Son espérance de vie ne s’annonce guère plus grande.

Heureusement pour lui, les Moriarty se sont fait un ennemi en la personne de Tyron Paterson, un homme qui était à leur service jusqu’à ce que James assassine son frère…

Critique : 
Le premier tome nous avait laissé face à un suspense implacable : Holmes se trouvait dans une position plus que périlleuse et j’avais eu bien du mal à le laisser tout seul devant le danger…

Alors, quid dans ce tome qui clôt le diptyque ??

Si Sherlock Holmes a découvert l’origine des disparitions londoniennes il a échoué à sauver son ami le musicien. Première enquête, premier échec.

Il ne lui reste plus qu’à faire tomber l’organisation criminelle des Moriarty qui connaît quelques heures sombres avec un ancien élément de la bande qui voudrait bien se venger.

Si le tome 1 m’avait emballé du fait de son enquête policière sans trop d’éléments fantastiques (juste un) et parce que nous découvrions Holmes, jeune, faire ses premiers pas en tant que futur détective, je dois avouer que le second tome m’a laissé froide et déçue.

Certes, il y a sa lutte contre le clan Moriarty, régenté par Moriarty Sr tandis que son fils James se verrait bien calife à la place du calife… mais pour le reste, c’est un peu brouillon et on fini sa lecture avec un sentiment mitigé.

De plus, certains dialogues frisent le n’importe quoi et je me demande si le mot « tafiole » est victorien. Oui, les dialogues plombent le tout.

Dommage, le premier tome était prometteur.

Par contre, niveau dessin, j’ai apprécié. Les personnages sont bien dessinés, Holmes a des expressions, les décors de Londres sont bien rendu, le découpage de l’histoire est dynamique. Au moins un point positif.

Autre bon point, ce tome nous donne une hypothèse crédible au caractère asocial du futur détective de Baker Street et de sa lutte acharnée contre le  » Napoléon du crime ».

De plus, l’auteur nous offre aussi une sorte de fil d’Ariane entre ce diptyque et celui du Nécronomicon. Uniquement visible pour ceux qui l’ont lu.

Une petite leçon de morale dans tout cela : on n’est jamais aussi bien trahi que par les siens, hein, papa Moriarty !

Pour le reste, l’album ne m’a pas emballé du tout !

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), au Challenge « Polar Historique » de Samlor (repris par Sharon), au Challenge « I Love London II » de Maggie et Titine, au « Mois anglais III » chez Titine et Lou, au Challenge « Victorien » chez Arieste, au Challenge Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict et au Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park.

Publicités