Du fond des âges : René Manzor

Titre : Du fond des âges

Auteur : René Manzor
Édition : Calmann-Lévy Noir (19/10/2022)

Résumé :
Nouvelle-Zélande. Un enfant est poursuivi dans les rues de Christchurch par un pick-up noir. Des coups de feu éclatent, les gens hurlent. L’enfant est touché, mais l’homme à ses trousses est abattu au moment où il allait l’achever.

À l’hôpital, le petit garçon est identifié : il s’agit de Nateo Taylor, le fils du célèbre explorateur Marcus Taylor. Nateo avait disparu sans laisser de trace. D’où revient-il ? Et pourquoi a-t-on voulu l’éliminer ?

Un an auparavant, le glaciologue Marcus Taylor dirige une expédition à Vostok, la station scientifique implantée au beau milieu de l’Antarctique. Un organisme vieux de 800 000 ans a été découvert à quatre kilomètres sous la glace et doit être remonté pour être étudié.

De cette expédition qui tourne au cauchemar, seul Marcus reviendra…

Critique :
Voilà un thriller survitaminé qui commence par une scène très violente : un gamin est poursuivi dans les rues de Christchurch, avant de recevoir une balle dans le dos…

Le ton était donné, l’auteur voulait y aller en force et afin d’augmenter le rythme cardiaque et de jouer avec le suspense, le vilain a fait un retour en arrière d’un an. Ensuite, il a alterné les chapitres se déroulant un an auparavant, en Antarctique et ceux se passant en Nouvelle-Zélande. Adrénaline garantie !

N’ayant pas lu le résumé, la surprise a été totale lorsque durant le voyage de l’équipe en Antarctique, ils ont eu un petit soucis… Et qu’ensuite, la mission a tourné à l’horreur pure, à l’épouvante, aux frissons dans le dos.

Non pas en raison d’une créature sortie des enfers ou de l’apparition d’un vampire ou d’un contrôleur des contributions hurlant « Des sous ». Bien pire que ça ! Là, on joue sur l’être humain et sa capacité à être égoïste au possible ou d’être solidaire.

On sait jusqu’où l’être humain est capable d’aller pour survivre (et même au-delà) et c’est ce qui fait le plus peur, dans ces pages. L’Homme est un monstre.

Ce thriller fait son job : il est divertissant, donne des frissons, fait peur, fait monter l’angoisse d’un côté, lors de la mission en Antarctique, puis vient casser un peu cette hausse cardiaque avec ce qu’il se passe en Nouvelle-Zélande, avant que cette partie ne devienne, elle aussi, bourrée d’adrénaline et de mystères.

L’auteur souffle donc le froid (l’Antarctique et ses températures record négatives) et le chaud (Nouvelle-Zélande, sous la canicule).

Où se situe donc le cheveu dans la soupe ? Les personnages m’ont semblés manquer de profondeur, ce qui est dommage parce que ce thriller n’hésite pas à surfer (ou skier ?) sur des faits de sociétés tel que la perte d’un enfant, le deuil impossible, les maladies génétiques rares, les bactéries, la science sans conscience, la ferveur religieuse, le déni, la survie, les démons qui hantent certains personnages,…

Mais voilà, certains ne sont qu’esquissés trop brièvement, expliquées en vitesse, comme si le nombre de pages était imparti et qu’on arrivait au bout de ce quota. Il manquait des explications sur la disparition et sur le retour d’un personnage, sur l’arrivée du Maori aveugle et sur cette culture que l’on ne connait pas.

Avec quelques pages de plus, l’auteur aurait pu étoffer un peu ces vides et donner plus de profondeur à son roman.

Il vaut mieux le considérer, avant sa lecture, comme un thriller endiablé et rythmé, qui vous fera passer quelques moments angoissants et ne pas rechercher les émotions ressenties lors de la lecture d’Apocryphe, un autre roman de l’auteur.

Ce thriller fait le job, sans aucun doute. Il ne laisse que peu de répit et sa lecture est addictive. Il ne faut pas lui demander plus. Les émotions ressenties seront du niveau de la peur et des angoisses et vu que l’écriture est assez cinématographique, vous n’aurez aucun soucis à le vivre dans votre tête. Gare aux écarts de températures… Moi, durant ma lecture, j’ai sué de trouille !

Hélas, s’il m’a bien divertit, il ne restera sans doute pas dans ma mémoire comme d’autres romans…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°81].

Publicité

Illusions : Maxime Chattam [Par Dame Ida]

Titre : Illusions

Auteur : Maxime Chattam
Édition :

Résumé :
Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l’été. Ne reste alors qu’une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d’arriver, mais, déjà, quelque chose l’inquiète. Ce sentiment d’être épié, ces « visions » qui le hantent, cette disparition soudaine…

Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs ? Hugo va devoir affronter ses peurs et ses cauchemars jusqu’à douter de sa raison…

Bienvenue à Val Quarios, une « jolie petite station familiale » où la mort rôde avec la gourmandise d’une tempête d’été.

L’avis de Dame Ida :
Hugo vient de se faire larguer. Il n’y a pas a dire, son ex a bien eu raison ! Il est nul ! Un vrai raté ! Un foutu de la vie qui n’a rien fait de son existence et est condamné à végéter en tournant autour de son nombri l!

Acteur-romancier sans succès ! Et pourquoi pas influenchieur pendant qu’on y est !

Bref, réalisant la fatuité de son parcours, il décide de changer de vie… de prendre du recul… et au lieux de se retirer dans un monastère, il part travailler comme factotum sur une station de ski désertée et isolée du reste du monde pendant la saison d’été. Ça lui apprendra la vie de bosser pour de vrai!

Et comme il a des prétentions d’écrivain à ses heures et qu’il se retrouve loin de tout dans une station vide et presque fantomatique ça vient planter un décor à la Shining ! La référence est claire et même évoquée par l’auteur. D’ailleurs, moi aussi j’ai tendance à prendre mes jambes à mon cou quand je croise des jumelles dans un couloir…

Évidemment dans un tel contexte ça ne peut pas bien se passer et nous voilà partis pour un peu moins de 500 pages de mystères mystérieux.

Quand j’étais jeune, jadis, il y a fort fort longtemps, au siècle dernier pour ne pas dire au millénaire précédent, le Club Dorothée nous assommait de dessins animés japonais stéréotypés produits de manière industrielle et toujours écrits sur le même plan, comme le fameux Goldorak.

Serai-je méchante au point de trouver que Maxime Chattam écrive lui aussi toujours la même chose ?

Non ! Rassurez-vous ! Je serais objective et une fois de plus je louerai son parfait sens de l’intrigue, son art de noyer le poisson et surtout son imagination débordante et un brin perverse qui le conduit roman après roman à nous créer des histoires originales et bien terrifiantes.

Alors ? Pourquoi je parle de dessin animé japonais ? Et bien parce que le Sieur Chattam tend malgré tout à recycler certains éléments de construction dans ses romans.

À savoir celui du héros qui se perd en conjectures aussi multiples qu’erronées page après pages, revoie et amende ses théories en nous embarquant avec lui dans… l’erreur jusqu’au bout du roman, mais tout en arrivant au moment de la révélation finale de la vérité !

La marche n’est qu’une succession de chutes coordonnées diraient certains ? Avec Chattam c’est souvent ainsi. Le héros se trompe mais d’erreur en erreur il finit par arriver à la vérité !

Le personnage principal qui se plante et emmène avec lui le lecteur en courant dans tous les sens dans ses errements logiques, il n’y a rien de mieux pour nous empêcher de réfléchir et de comprendre ce qui se trame par nous mêmes. Artifice efficace, mais un brin lassant à force.

C’est un truc qu’il a déjà utilisé maintes fois dans certains de ses autres romans depuis les Arcanes du Chaos. Cela m’a frappée parce que roman après romans ses héros me semblent souvent particulièrement idiots vu qu’à la fin, on découvre qu’ils étaient totalement à côté de la plaque de bout en bout.

Et là le Hugo, il décroche la palme de la catégorie ! Je l’ai même trouvé carrément fatigant parce qu’il partait bille en tête dans des élucubrations et conjectures tout de mêmes loin d’être banales, pour ne pas dire abracadabrantes sur la base de… rien ! Ou presque. Des intuitions… des interprétations… pour ce que ça vaut!

Et mieux ! A un moment il trouve des éléments nouveaux presque par hasard en suivant une piste douteuse basée sur un raisonnement foireux et voilà qu’il change de théorie du tout au tout, sans s’expliquer en quoi que ce soit des raisons de ce changement radical de théorie.

Une telle progression logique laisse le lecteur attentif quelque peu perplexe.

En outre… Chattam évoque à certains moments des livres fictifs, issus de l’œuvre de Lovecraft, comme s’ils étaient réels, sans forcément en faire quelque chose et rendant assez obscur la limite entre ce qui relèverait d’une intrigue policière ou d’une intrigue fantastique. On retrouvera ainsi quelques autres pistes de ce genre laissées en plan, reprises plus tard sous un autre angle…

Encore une fois, je note aussi que Maxime Chattam est capable de faire un gros boulot de documentation mais… qu’il ne va pas jusqu’au bout de celui-ci, exploitant improprement certains éléments qu’il est allé pêcher, pour expliquer certains détails de son intrigue… je ne peux malheureusement en dire plus sans spoiler la fin.

Mais comme c’est un sujet que je connais bien forcément j’ai pu relever l’approximation fautive. C’est dommage. Bon… si on ne connaît pas on passe à côté évidemment et ça fonctionne… mais quand on est au courant on trouve ça un peu ballot.

L’ennui, c’est aussi que souvent le personnage principal qui porte sur ses épaules la responsabilité de conduire le lecteur à travers l’œuvre, se confond avec l’auteur lui- même…

D’ailleurs quelques détails personnels concernant l’auteur se retrouvent en Hugo, soulignant l’identification auteur/personnage principal (pas seulement les aspirations à l’écriture… ses références à ses origines Normandes).

Alors la question est de savoir si Chattam décrit précisément les élucubrations d’un esprit brouillon qui devine qu’un truc louche se passe, sans avoir grand chose pour étayer ses intuitions très personnelles et souvent fausses… ou s’il est lui-même parti d’un point de départ sans trop savoir comment il compte parvenir au but qu’il s’est fixé.

Bref si l’intrigue imaginée est une fois de plus brillante, si Chattam fait ici en outre de réels efforts dans son style d’écriture, il peine malgré tout à se renouveler quant à sa méthode narrative que j’ai trouvée ici propice à rendre son personnage principal ridicule pour ne pas dire pathétique au point de faire douter de l’auteur lui-même.

Certains éléments du dénouement pourront expliciter ce côté pathétique… mais avant d’arriver au final il faut traverser le roman avec le personnage principal qui va d’hypothèse en théorie sur la base de pas grand chose avant la page 300… et qui surinterprète les faits dont il dispose ensuite. Aussi aurait il mieux valu ne pas le présenter autant comme à côté de la plaque d’un bout à l’autre.

Le dénouement mérite d’être évoqué. Pas dans son contenu évidemment ! On ne va pas spoiler et vous raconter la fin ici! Mais… on ne peut que lui reconnaître une originalité certaine dans son genre… je ne vous en dirais pas plus ! Mais Chattam a su éviter la banalité.

Bref, comme toujours avec Chattam, depuis les « Arcanes du Chaos », mon avis sera mitigé : une lecture de vacances distrayante partie d’une idée d’intrigue diabolique mais dont le développement souffre de quelques faiblesses entre une très bonne première centaine de pages plantant très bien le décor, et une dernière centaine de pages qui nous conduit vers un dénouement surprenant comme toujours.

 

Les vieux cahiers de Sherlock Holmes : Martine Ruzé-Moens

Titre : Les vieux cahiers de Sherlock Holmes

Auteur : Martine Ruzé-Moens
Édition : du Net LEN (26/01/2021)

Résumé :
En 1945, après le décès de sa mère Mathilde et de son beau-père Sherlock Holmes, Harry d’Alencourt découvre, par hasard, de vieux cahiers dans leur demeure de Fulworth.

Le détective y a lui-même consigné le récit de quelques-unes de ses enquêtes, les plus insolites. Les ayant lus d’une traite, Harry ressent aussitôt le besoin de les faire publier.

Pour le plus grand plaisir des passionnés d’aventures holmésiennes, ces dix enquêtes inédites ont été rassemblées dans ce livre.

Critique :
Sherlock Holmes est un de mes péchés mignons, l’autrice de cet apocryphe n’est pas une découverte pour moi, cela fait un petit temps que je vais à la pêche, tentant de trouver tous ses pastiches.

Et la pêche fut bonne, dans tous les sens du termes.

Comme je l’ai souvent dit et répété, le format des nouvelles va comme un gant aux enquêtes de Holmes.

Le truc de la malle que l’on retrouve chez un banquier, dans un grenier est vieux comme le monde…

L’autrice le met un peu à jour avec Harry, le fils adoptif de Mathilde, qui, dans la biblio de Holmes, retrouve des vieux carnets où sont racontées des enquêtes qu’il n’a jamais lues, que personne n’a jamais lues !

Nom d’une pipe en bruyère, moi aussi j’ai envie de m’installer devant un bon feu de bois (au diable les 19°) afin de lire ces petites merveilles. C’est ce que j’ai fait, je me suis installée confortablement et j’ai lu avec les yeux pétillants ces enquêtes méconnues de Holmes.

Dix enquêtes… Toutes les 10 différentes, bien que la première, avec une héritière et un château hanté m’ait replongée dans ma dernière lecture (Sherlock Holmes et l’héritière de Lettox Castle de Pascal Malosse). Semblables toutes les deux, même si les coupables n’étaient pas tout à fait les mêmes, bien que leurs motifs fussent la copie conforme (mais dans ces affaires, c’est toujours le même mobile).

Comme je le disais, les 10 nouvelles sont différents les unes des autres, certaines enquêtes de Holmes étant plus simples que d’autres.

Pas de folie dans les résolutions, nous ne trouverons pas de beau-père machiavélique et son serpent tueur, pas de beau-père se déguisant en fiancé pour tromper la belle-fille, pas de photo à récupérer, par de type caché dans une pièce et faisant croire à sa disparition…

Toutes ces nouvelles sont correctes, agréables à suivre, bien pensées et elles sont aussi le reflet de ce que Holmes aurait pu avoir à résoudre comme petits mystères dans la vie courante. Tout le monde n’est pas un meurtrier retors, même si certains avaient imaginé un super plan pour s’évader.

Dans ces nouvelles, l’on croisera aussi la route de certains personnages canoniques, tel l’éleveuse d’oies de l’escarboucle bleue (mais pas qu’elle) ou madame Cubitt des hommes dansants. C’est habillement mélangé avec de nouvelles enquêtes et c’est toujours plaisant de retrouver de vieilles connaissances.

Dans le lot des personnages canoniques, il y aura aussi des personnages réels, tels Zola, Oscar Wilde et Robert Ross. Apporteront-ils quelque chose ? Pour Zola, c’est moins flagrant que pour Wilde et son ami Ross. En plus d’un mystère, ils permettront à Holmes et Watson d’avoir une discussion intéressante sur le procès de Wilde et de l’opinion publique qui s’était retournée contre lui.

L’écriture de madame Ruzé-Moens est sans fioritures, agréable à suivre, avec les mots qu’il faut pour nous plonger aussi dans une époque révolue. Pas de langage moderne pour l’époque victorienne !

Si dans un précédent tome, je me plaignais de ne pas voir assez son personnage, Mathidle d’Alencourt, dans celui-ci, je grognerai que je n’ai pas vu assez de Watson.

Oui, il est marié, il travaille dans son cabinet médical et il ne peut pas planter ses patients comme ça, ce n’est pas correct, mais j’aime Watson, il est un peu comme moi, il ne voit rien et sort de l’obscurité seulement lorsque Holmes explique la résolution.

Ceci étant dit, je n’ai rien à reprocher à ce recueil de petites enquêtes. Certes, rien d’exceptionnel, mais je m’en fous royalement parce que merde, j’étais bien dedans, j’ai pris du plaisir à le lire et à suivre son Holmes, moins froid que l’original, mais que j’apprécie tel quel.

Attention tout de même à ne pas le commencer au soir… Je m’étais jurée de lire une nouvelle et puis d’aller au lit et vous savez comment ça va « Encore un chapitre », puis on ne sait plus s’arrêter.

C’est un bâillement à m’en décrocher la mâchoire qui m’a fait comprendre qu’il était temps d’aller me pieuter. Le chat, endormi sur mes genoux, l’a bien compris aussi et il en est descendu pour aller se pieuter sur un de ses coussins.

Un très bon apocryphe holmésien, à lire sans se prendre la tête, juste pour le plaisir, comme le chantait Herbert Léonard, que l’on soit raide dingue de Holmes ou juste de petites nouvelles policières.

Attention que ces romans ne sont pas toujours facile à trouver en librairie. Il faut souvent les commander, chez votre dealer habituel ou bien il faudra enrichir un peu plus le Bezos…

Il m’en reste encore trois à lire de cette autrice… Chouette !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°XX].

Commissaire Montalbano – 07 – L’excursion à Tindari : Andrea Camilleri

Titre : Commissaire Montalbano – 07 – L’excursion à Tindari

Auteur : Andrea Camilleri
Édition : Pocket Policier (2010)
Édition Originale : La gita a Tindari (2000)
Traduction : Serge Quadruppani et Maruzza Loria

Résumé :
Chaque nouvelle enquête sur un crime effroyable attise un peu plus la mélancolie de notre Commissaire Montalbano. Ici, le meurtre d’un couple de vieillards de Vigata, sa ville légendaire, le trouble plus qu’il ne le voudrait.

Existe-t-il un lien avec cette affaire, l’exécution d’un jeune don juan de village ? Et qu’en est-il du mystère qu’entretient Mimi Augelo, son adjoint, autour d’informations prétendument secrètes ?

Critique :
Lire une enquête de Montalbano, c’est avoir l’assurance que l’on va passer un bon moment de lecture, de détente, d’amusement, de bonnes bouffes…

Les enquêtes de Montalbano, pour moi, ce sont des romans policiers doudous, de ceux qui mettent le moral en hausse, qui rendent heureux.

Montalbano, il enquête à la Maigret, en prenant son temps, en s’arrêtant pour se restaurer, refusant de bouffer de la merde. Il se promène, réfléchit, grommelle, vocifère sur ses hommes, ourdi des plans pas catholique pour éviter que Mimi Augelo, son adjoint, reste à sa place.

Deux affaires tombent dans les bras de Montalbano : un jeune assassiné devant chez lui et la disparition d’un couple de personnes âgés, après une excursion à Tindari. Pour nous, l’assassinat semble le plus important, et pourtant, notre commissaire épicurien va plus bosser sur la disparition de cet étrange couple qui ne parlait à personne.

Cela semble banal comme affaire, cette disparition, on se dit que Montalbano a sans doute raison de la traiter par en-dessous de la jambe, sans vraiment y aller à fond. Mais comme souvent, il n’en est rien et sous ces affaires qui semblent banales, se cachent toujours des faits de société, bien plus importants que l’on aurait pu le penser.

Le truc en plus ? La traduction de Serge Quadruppani est bien exécutée, elle donne de la couleur aux mots, aux phrases, nous immergeant totalement dans le petit village de Vigata, nous donnant l’impression que nous sommes avec Montalbano et ses hommes, pirsonnelement en personne (les initiés comprendront).

De l’humour, des crimes, des enquêtes, des mystères, de la bonne bouffe, des tracasseries, des réflexions pleines de philosophie, c’est ça, l’univers de Montalbano.

Le seul bémol dans l’histoire, c’est qu’il est impossible d’aller manger à la trattoria San Calogero de Vigata puisque le patelin n’existe pas ! À quand, en Sicile, un label « Montalbano » afin de désigner les petits restaurants comme il les apprécie ?

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2022 au 11 Juillet 2023) [Lecture N°13].

Black Butler – Tome 31 : Yana Toboso

Titre : Black Butler – Tome 31

Scénariste : Yana Toboso
Dessinateur : Yana Toboso

Édition : Kana Dark (15/04/2022)

Résumé :
Afin de mettre un terme aux collectes de sang organisées par son frère et ses alliés, Ciel et ses partisans infiltrent 4 lieux suspects répartis sur le territoire britannique.

Mais alors que May et Ranmao semblent en mauvaise posture, Ciel et Sebastian découvrent un enfant dont la capacité pourrait être un atout décisif.

Critique :
L’arc narratif sur les collectes de sang se poursuit…

Dans le numéro 30, nous avions laissé May et Ranmao en mauvaise posture. Leur mission auprès du baron de Heathfield est terminée.

De leur côté, Ciel et son diable de majordome continuent d’infiltrer la société qui collecte du sang et ils envoient tout le monde en mission.

Ce tome 31, après avoir mis fin à la partie consacrée à nos deux drôles de dames, met à l’honneur le cuisinier Bard et Lau, personnage ambigu que j’apprécie : ils doivent s’infiltrer dans un sanatorium où l’on ne badine pas avec l’hygiène !

On a du rythme, de l’action, les personnages féminins ne sont jamais en reste, même si, avec le mangaka, soit elles sont de gentilles petites filles ou alors, des femmes de combat ! Pas de juste milieu.

On reste dans des scénarios très sombres et l’on comprend pourquoi il est noté que ce manga est pour un public averti. Mon clavier est azerty et moi, je suis avertie depuis le départ.

Les petits travers de la société victorienne sont bien représentés, détaillés, sans que l’on s’appesantisse dessus. Pas besoin d’en rajouter, on comprend très bien ce qui est dit, montré, expliqué, notamment en ce qui concerne les différences de classes et la misère dans Londres.

La série ne flanche pas, même si certains arcs narratifs m’ont moins bien plu dans le passé. Celui avec les collectes de sang est important, puisqu’il dure depuis longtemps, tout en étant attaché à d’autre au paravent.

Oui, il y a aussi une continuité dans les différents tomes, que ce soit au niveau des personnages que l’on recroise, ou au niveau des scénarios qui sont dans le prolongement les uns des autres.

Une série manga que je vais continuer de suivre parce que j’adore ça !

#MoisAnglais2022

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°217] et Le Mois Anglais – Juin 2022 (Chez Titine et My Lou Book).

1977 : Guillermo Saccomanno

Titre : 1977

Auteur : Guillermo Saccomanno 🇦🇷
Édition : Asphalte Noir (05/03/2020)
Édition Originale : 77 (2008)
Traduction : Michèle Guillemont

Résumé :
Buenos Aires, 1977. La dictature argentine mène sa « guerre sale » : la répression des opposants est massive et systématique. Toutes les nuits, des escadrons de la mort abattent des militants ou les emmènent vers une destination inconnue. Ils ne sont dès lors plus jamais revus.

Professeur de littérature dans un lycée, Gómez tâche de faire profil bas alors que le nombre de disparus grandit sans cesse autour de lui. Jusqu’au jour où l’un de ses élèves, Estéban, qu’il affectionne particulièrement, est raflé dans sa salle de classe même.

Rongé par l’insomnie et la paranoïa, Gómez passe ses nuits dans des bars interlopes en quête d’aventures avec des hommes de passage. Il va jusqu’à entamer une relation trouble et violente avec un policier fédéral qui l’effraie autant qu’il le fascine. Mais son conflit intérieur entre morale et survie va devenir intenable quand un jeune couple de dissidents se réfugie chez lui.

1977 est un roman essentiel sur la terreur institutionnalisée. En montrant combien il est difficile de conserver son humanité dans un climat totalitaire, Guillermo Saccomanno nous rappelle que l’Histoire se répète – et que les avertissements du passé sont hélas rarement entendus.

Critique :
1977 avait tout pour me plaire : un roman noir sur la guerre sale en Argentine.

Dictature (depuis le coup d’état de 1976), répression, assassinats, milices, rafles et un prof de littérature qui tente de ne pas se faire remarquer par les milices qui sévissent dans la ville.

Attention, je ne sous-entends pas que j’aime ces horreurs que des Hommes infligent à d’autres Hommes ! Jamais de la vie.

C’est juste parce que j’ai toujours apprécié l’Histoire et en apprendre plus sur les dictatures est toujours un bon moyen de contrer les gens qui, dans mon entourage (boulot), seraient tentés par un dictateur à la tête du plat pays. Imbéciles, va ! Lisez, nom de Dieu et choisissez les lectures qui vont vous éclairer.

Ce roman devait être, un de plus, qui allait m’éclairer, me donner matière à frémir, à me faire croiser les doigts que jamais nous ne sombrions dans une dictature.

Hélas, entre ce livre et moi, le coup de foudre n’a pas eu lieu, ce fut même une lecture froide, sans émotions, tant le style du récit m’a déplu dans sa manière d’être raconté.

Brouillon, chaotique, voilà comment je résumerais cette lecture. Une fois de plus, pour les dialogues, les tirets cadratins et les guillemets sont aux abonnés absents et c’est toujours plus complexe de s’imprégner d’un récit lorsque les dialogues ne sont pas bien mis en évidence. Et puis, ce récit qui part dans tous les sens, qui ne m’a pas passionné, qui m’a fait bailler d’ennui…

Dommage pour moi, car ce livre parlait de choses importantes : de la survie sous une dictature, de la morale qui fout le camp, de la paranoïa qui s’installe, de la peur d’être raflé à son tour, pour des motifs futiles, inventés, imaginés, iniques. Juste parce que certains ont du pouvoir et vous pas… Sous le règne de la terreur, il n’est pas facile de vivre, de faire confiance.

Dommage aussi parce que la ville de Buenos Aires, ainsi que sa population, étaient des personnages à part entière de ce roman noir, de ce roman social, policier et historique. On sent bien que la plume de l’auteur est amère, qu’il fait une critique violente de ce régime et de ceux qui y participèrent…

Mais, la rencontre n’a pas eu lieu entre le roman et moi et croyez-moi que je le regrette amèrement car il faisait partie de ceux que j’avais sélectionné lors de la rentrée littéraire de 2020 (oui, j’ai énormément de retard) et dont j’attendais beaucoup.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°207] et Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°13).

Aurel le consul – 05 – Notre otage à Acapulco : Jean-Christophe Rufin

Titre : Aurel le consul – 05 – Notre otage à Acapulco

Auteur : Jean-Christophe Rufin
Édition : Flammarion (06/04/20222)

Résumé :
La jeune Martha Laborne s’est évaporée à Acapulco. Mauvaise nouvelle pour le Quai d’Orsay : c’est la fille d’un homme politique français. La « Perle du Pacifique » était dans les années soixante le paradis des stars hollywoodiennes. Hélas, la ville aujourd’hui est livrée aux pires cartels mexicains de la drogue.

Aurel Timescu, notre calamiteux Consul, est envoyé sur place. Comme à son habitude, il est fermement décidé à ne rien faire. Son hôtel, le Los Flamingos, est hanté par les fantômes de Tarzan, d’Ava Gardner ou de Frank Sinatra. En suivant ces héros qui l’ont tant fait rêver dans son enfance, il va subir une complète métamorphose.

Un Aurel hédoniste, dandy et buveur de tequila se révèle. C’est bien malgré lui qu’il va se retrouver exposé à des intrigues meurtrières, à des dangers inconnus et au plus redoutable d’entre eux : la passion pour une femme exceptionnelle.

Critique :
Pour bien faire, j’aurais dû suivre l’ordre et lire les tomes précédents, compris entre le 2 et le 4. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris, mais soudainement, j’ai eu une envie folle d’aller me dorer la pilule au soleil d’Acapulco.

Aurel Timescu, le plus calamiteux des Consuls y allait justement, alors, je me suis glissée dans la poche de sa veste en tweed. Il y faisait caliente, mais cela me permettait de voyager à moindre frais et avec un diplomate ! Même si ce n’est pas le diplomate qui fait rêver.

La mission d’Aurel est simple : ne rien faire !! Poser son cul dans un hôtel, siroter des cocktails, se baigner, mais surtout, surtout, ne rien faire pour chercher la fille de l’homme politique français qui a disparu. Coucouche panier, Aurel !

Ça tombe bien, Aurel n’est pas du genre à se fouler au boulot. Que du contraire, moins il en fait, moins on lui en demande, mieux il se porte ! J’avais la certitude que nous allions nous la couler douce, au Los Flamingos hôtel, en slash (tongs) et guayabera, à boire de la tequila ou des margarita.

Loupé, tout le monde est venu nous pourrir la vie avec des infos et des pistes sur la disparue dont nous n’avions rien à faire.

Aurel, c’est l’enquêteur improbable, le fainéant magnifique, celui qui ne fait pas de bruit, mais que tout le monde remarque. Celui qui voudrait passer sous les radars et qui n’y arrive pas. Aurel, je l’adore. Il n’est pas beau, il s’habille comme l’as de pique (et encore, en pire), mais il est tellement atypique qu’on l’aime de suite.

Les romans policiers de l’auteur semblent être avant tout là pour donner une touche d’humour, de légèreté, comme si l’on s’amusait follement, tout en enquêtant dans des pays (et des villes) où l’on n’a pas l’habitude d’aller. Ce serait réducteur de penser cela.

Sous ses airs d’amuseur local, l’auteur fait pourtant mouche et ne se prive jamais de parler de l’envers du décor, de nous montrer ce que les cartes postales ne montreront jamais : la violence, la pauvreté et autres sujets de société.

En fait, les enquêtes d’Aurel sont un mélange entre « Échappées belles » (à petites doses) et de « Envoyé spécial », le tout sous le couvert d’une enquête où notre Aurel fait le minimum du minimum.

Et malgré tout, je vous garantis que l’on ne s’ennuie pas du tout. Les personnages secondaires sont soignés, détaillés, ils prennent vie, ont leur importance. Aurel gagnera en profondeur, ressentira des émotions, craindra pour sa vie et se prendra pour Sinatra ou Johnny Weissmuller. Il aurait pu être ridicule, grotesque, mais non, il ne l’est pas, bien qu’il le frôle de peu. Il est surtout touchant, sans en avoir l’air.

Aurel est comme les romans qui le mettent en scène : on dirait de la littérature faite pour l’amusement, on sent que l’auteur s’est amusé à écrire ce cinquième tome, qu’il a puisé dans sa carrière de diplomate, que les seconds rôles existent réellement, quelque part…

Mais sous le couvert de littérature amusante, l’auteur n’oublie pas d’aborder les problèmes du Mexique, les tensions sociales, les narcos, les assassinats, la violence terrible, la corruption, les flics qu’il vaut mieux éviter et le déclin de cette station balnéaire, devenue la cible des racketteurs. On est en tong, mais on n’oublie pas le principal.

Aurel, je vais revenir en arrière et je ne zapperai pas tes précédentes enquêtes. Si tu pouvais me chanter, avec ta belle voix de crooner « Strangers in the night », je serais ravie !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°206] et Le Mois Espagnol (et Sud-Américain) chez Sharon – Mai 2022 (Fiche N°12).

 

Hangman – Les fantômes du bourreau : Sébastien Bouchery

Titre :Hangman – Les fantômes du bourreau

Auteur : Sébastien Bouchery
Édition : LBS (09/03/2022)

Résumé :
Wisconsin, 1885. Assassin notoire, Travis Moses surnommé Le bourreau, sort de prison après 32 ans de réclusion. Prêt à retrouver sa place dans une société métamorphosée par la guerre civile, il retourne vivre dans la ville qui a forgé sa légende. Il y fait la rencontre de Sienna Hawk, journaliste à Chicago, venue pour écrire un livre sur sa vie. Contre une somme attrayante, Moses accepte.

Mais c’est sans compter la rancune tenace du marshal Pilby, prêt à tout pour faire replonger Moses et obtenir, enfin, la vengeance que tous attendent.

Au fil de son histoire qu’il raconte à la journaliste, Moses retrace les souvenirs d’un passé sombre et terrifiant, où la vérité ouvre une porte inattendue qui mène droit dans la tourmente et l’enfer.

Critique :
Ceci est un western qui n’est pas tout à fait un western…

Une grande partie des codes western sont présents, mais pas comme on pourrait le penser. Exit les duels dans la rue, les départ au galop, les attaques de banque, de diligences, de trains et pas de de cow-boys dans les parages…

Juste un shérif, une population en colère, des meurtres horribles de jeunes gens et un homme qui vit à l’écart et que l’on soupçonne d’être l’auteur des 12 disparitions et des 8 corps morts retrouvés. Un des habitants dit avoir trouvé un collier africain appartenant à ce vagabond, Travis Moses, dont on dit qu’il a passé du temps en Afrique.

Non, même si nous sommes dans un western, les allergiques au genre peuvent le lire, sans soucis, car c’est aussi un polar historique, où les ambiances de l’époque sont bien rendues (racisme, phallocratie). Sans oublier la haine de l’autre, les désirs de vengeance, sans même réfléchir afin de savoir si l’homme accusé est bien le coupable.

Puisque de nos jours, on en vient presque à lyncher des gens, sans preuves, juste parce qu’on a dit, sur les réseaux sociaux, que c’étaient des assassins, pédophiles, kidnappeurs…

Vous imaginez la réaction d’une population en 1853 après qu’on lui ait soustrait 12 de ses adolescents ? Autant parler à des sourds lorsqu’on est muet, c’est ce que tentera pourtant de faire le pauvre shérif. Une scène réussie et glaçante.

32 ans plus tard, Travis Moses, le bourreau, est de retour, libéré, délivré. Dans la ville, ça sent plus mauvais qu’un régiment de chiens qui auraient pété dans un ascenseur ! Comment refaire sa vie, comment arriver à la rédemption si personne ne vous tend la main, si toutes les portes se ferment devant vous ?

Divisé en plusieurs parties, ce western qui n’en est pas vraiment un, va aller assez loin dans l’horreur, notamment lorsque Travis Moses va raconter à la journaliste les supplices subis par ses 5 dernières victimes.

L’auteur, sans pour autant basculer dans l’exagéré ou dans la violence gore, juste pour faire du gore, m’a tout de même donné envie d’avoir des patates sur le feu ou des factures à payer… Certains passages sont hard, mais on arrive à les passer tout de même.

Puis, alors que j’étais captivée par le récit, l’auteur m’a taclée violement, m’envoyant valser au sol. Oh l’enfoiré, je ne l’avais pas vu venir ! Bravo, c’est ce petit plus qui augmentera la cotation de ce western, car cela change tout. On est entré dans une autre dimension.

Des chapitres courts, un récit qui ne manque jamais d’haleine, sans pour autant entrer dans un rythme endiablé, ce western sombre avait tout pour me plaire, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il joue aussi bien sur les ambivalences pour l’assassin Travis Moses. Un coup on le déteste, un coup on souffre avec lui…

Comme dans la chanson de Jacques Dutronc, j’ai retourné ma veste et je l’ai tellement retournée qu’elle craque de tous les côtés. Il en fut de même avec le Marshall Pilby : on comprend son acharnement sur Moses, mais parfois, on aimerait qu’il lui lâche la grappe, puisqu’il a payé sa dette par 32 ans de prison.

Un western sombre, qui ne manque pas de profondeur, de psychologie, avec des personnages bien travaillés, ambigus. L’intrigue est comme une toile d’araignée, mais ce n’est qu’une fois pris dedans que l’on s’en rend compte.

Tout se dévoilera au fil du récit, l’auteur restant le seul maître à bord de son récit et il le pilotera avec brio jusqu’à ce final bourré d’adrénaline, de balles qui sifflent et de révélations qui trouent le cul.

J’ai kiffé son roman western « Dusk«  et « Hangman » le rejoindra sur l’étagère des coups de coeur !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°196] et Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur.

Délivre-nous du mal : Chrystel Duchamp

Titre : Délivre-nous du mal

Auteur : Chrystel Duchamp
Édition : L’Archipel (22/01/2022)

Résumé :
Commandant de police à Lyon, Thomas est chargé de retrouver Esther, mystérieusement disparue. Les mois passent et l’enquête s’enlise, tandis que d’autres femmes de la région s’évanouissent sans laisser de trace.

Jusqu’à ce que l’une d’elles soit retrouvée pendue dans une usine désaffectée, le crâne rasé et la langue arrachée. C’est le début d’une série de macabres découvertes.

Critique :
Délivre-nous du mal et ne nous soumets pas à la tentation ? Amen ?

Non, pas d’Église dans ce thriller, ni même de prêtre, malgré tout, laissez les enfants assez loin de ce récit qui est violent et glauque dans la mise en scène des cadavres.

Une femme a disparu. En France, on a le droit de disparaître, sans rien dire à personne.

Peut-être, mais quand on part, on prend ses papiers, son argent (qu’on a retiré à la banque auparavant) et on ne laisse pas son chat enfermé dans sa chambre, sans manger et sans boire, non ? L’enquête principale commence ainsi, avec une femme qui est persuadée que sa soeur a été enlevée. L’enquête partira dans des directions inattendues…

Autant où son précédent roman « Le sang des Belasko » m’avait conquis à 100%, autant où celui-ci me laisse mitigée. Je suis partagée entre deux sentiments : j’ai apprécié certaines choses dans le récit, et pourtant, j’ai une sensation de vide en moi, comme si je n’avais pas accroché à cette lecture, ou accroché à moitié.

Le début était prometteur pourtant : le roman commence par des prologues qui se terminent abruptement, laissant le lecteur dans un suspense énorme, sans que l’on en sache plus pour le moment. Les dates ne sont pas les mêmes, la question sera de savoir comment ces trois prologues se rejoindront dans le récit. Pour le premier, on comprendra vite comment.

Ma sensation de vide durant ma lecture vient du fait que j’ai eu l’impression que cette histoire manquait de liant. L’épisode avec le petit village de Oingt est sans doute de trop dans ce récit.

J’avais commencé à décrocher un peu du récit et là, avec ce qui va suivre, j’ai eu l’impression de me retrouver face au fameux concept du « jumping the shark » (autrement dit, la scène qui va trop loin), même si elle faisait référence à un épisode historique réel. Dans le récit, par contre, c’est plus poussé que dans le fait divers réel.

Quant bien même cet épisode se rattache ensuite au récit central, ce qui me heurte, c’est que cela va trop loin dans la folie vengeresse et ça a fichu en l’air les messages importants que possédait ce récit, notamment sur la banalisation des viols, des féminicides, de toutes ces femmes battues que l’on n’écoute pas, dont on ne prend pas assez au sérieux les dépôts de plainte.

Comme si les personnages n’avaient pas été réalistes, ce qui est bizarre comme sensation, puisque notre policier peste sur l’administration qu’il doit faire, qu’il passe plus de temps au bureau que sur le terrain et qu’il lui semble s’être transformé en secrétaire.

C’est tout à fait le résumé de la fonction de policier ou d’enquêteur. Sans doute est-ce la manière dont c’est amené dans le récit qui l’a fait sonner faux. Idem avec les aveux de sa fille, qui semblent n’être là que pour rajouter du glauque au glauque, alors que cela n’apporte rien au récit, si ce n’est de l’eau au moulin de certain(e)s.

C’est un sentiment d’irréalité, de fausseté dans les monologues (ou dialogues) qui m’a attrapé à plusieurs moments et qui ont gâché cette lecture qui était prometteuse, car nous étions dans un polar qui n’avait rien de commun avec les habituels.

L’autrice sortait des sentiers battus en mettant de l’originalité dans la construction du récit et dans son contenu (mais pas dans les personnages, hélas). Elle avait réussi à piquer ma curiosité et je me demandais ce qui se cachaient derrière ces disparitions suspectes. Mon sentiment de départ était que cette lecture était prometteuse… Zut, loupé.

Le final, un peu bâclé, un peu trop rapide, laisse comme un goût d’inachevé, là où le final du « Sang des Belasko » était remarquable. Même si les derniers chapitres, sous forme de lettres, expliquent bien des choses, cela n’enlève rien au sentiment de gâchis qui m’a étreint durant une bonne partie du récit.

Pourtant, ce roman n’est pas à jeter aux orties, c’est ce qui fait que je suis, une fois de plus, le cul entre deux chaises, même s’il penchera plus du côté des « lectures qui ont foirées » alors que l’autre roman de l’autrice est dans mes coups de cœur.

Sans doute est-elle plus douée pour les polars psychologiques que dans les enquêtes policières avec des vrais flics.

J’essaierai son autre roman « L’art du meurtre » pour ne pas rester sur ma chute… Allez, en selle !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°191].

L’Armée d’Edward : Christophe Agnus

Titre : L’Armée d’Edward

Auteur : Christophe Agnus
Édition : Robert Laffont (10/02/2022)

Résumé :
La plus grande chasse à l’homme de l’histoire commence… Elle pourrait changer le monde.

0 h 30 (heure de New York), localisation non renseignée
Au coeur d’une « war room », des jeunes gens, les yeux rivés sur leurs écrans, organisent une opération inimaginable.

8 h 04, Ubatuba, Brésil
Fernando Pereira de Almeida, sénateur et businessman, disparaît mystérieusement alors qu’il prend son bain de mer matinal.

11 heures, Jupiter International Golf Course, Floride
Le président des États-Unis se volatilise sous les yeux de ses gardes du corps et d’une foule ébahie au départ du trou n°1, comme si le sol s’était ouvert sous ses pieds…

Le même jour, vingt personnalités de premier plan – politiciens, hommes et femmes d’affaires, stars du rap ou de la télé – disparaissent subitement et de manière inexpliquée.

Qui se cache derrière ces enlèvements ? Quelles sont les revendications de cette secrète « armée d’Edward » ? Et que va-t-il advenir des disparus ?

Critique :
♫ Oh, oh you’re in the army – now ♪ (*) Oui, maintenant, tu fais partie de l’armée, celle d’Edward. Et dans cette armée, faut être le meilleur, derrière un clavier ou être un ancien de l’armée, faut mouiller le maillot et bosser caché.

POTUS a disparu sous les yeux de ceux qui le surveillaient. Pour les cancres du fond de la classe, Potus, ce n’est pas le nom d’un hamster ou d’un chat, non, c’est simplement l’anagramme de « President of the United States of America ».

Non, ce n’est pas le Donald, mais une sorte de clone, un mec imbu de lui-même, qui ne lit aucun rapport, qui joue au golf et qui se fout du réchauffement climatique comme je me fous de sa première paire de chaussettes. Il ne sera pas le seul à disparaître de la surface de la Terre, enlevés par des mystérieux kidnappeurs qui ne laissent pas de traces. Non, Mulder peut rester au bureau, pas de E.T !

Ce techno-thriller est addictif, ne manque pas de ressource, ni de souffle, ni d’imagination. L’auteur a pensé à tout, à tout bien ficelé le paquet et nous l’a livré avec une sacrée dose d’adrénaline, de mystère et de suspense. Une sorte de 24h chrono, mais le tout étalé sur une vingtaine de jours, avec plein de personnages, sans que l’on ait de soucis pour les différencier.

Sincèrement, je ne savais pas du tout dans quoi je m’engageais lorsque j’ai ouvert ce thriller, me fiant à l’avis de l’ami Yvan. Je ne qualifierai pas ce thriller d’être l’un des meilleurs de ces dernières années, mais je dois dire qu’il a des couilles, qu’il met le paquet et qu’il m’a fait du bien par où il est passé (je parle du roman, bande d’obsédés !!!).

Mon bémols, puisqu’il y en a un minuscule, c’est que j’ai trouvé un poil de manichéisme dans les personnages, au sens que les vilains pollueurs, plein de fric, égoïstes, n’ont vraiment rien pour les rattraper (hormis le POTUS qui évoluera au fil des pages) et que les Gentils de l’armée d’Edward sont des gentils et réussissent tout.

Ok, c’est jubilatoire de voir les méchants se faire mettre à terre, c’est jouissif lorsque les gentils gagnent et font la nique aux gars du FBI, CIA, GAFFAM et autres sigles… Oui, je sais que, IRL, les salopards n’ont pas toujours quelque chose pour adoucir leurs portraits, mais… En littérature, j’apprécie que la balance ne penche pas exclusivement du même côté. Ceci n’est que mon avis…

Utilisant la fiction à bon escient, l’auteur a monté un scénario où tout se tient, ou tout se relie, ou rien n’est déductible à l’avance, comme si nous étions pris dans une énorme machinerie mais que nous ne sachions pas où elle va nous emporter.

Alors je me suis laissée porter par la vague, acceptant les technologies de pointe proposées par l’auteur, admirant cette profondeur cachés dans son récit, qui, de prime abord, n’a pas l’air d’être là.

Au fur et à mesure du récit, des réflexions vont apparaître, les messages vont passer et lorsque l’on regardera tout cela après avoir fermé le roman (faut aller bosser, dormir, manger), on comprendra que la profondeur est bien présente dans le scénario, que l’auteur est allé très loin dans son récit, sans jamais se prendre les pieds dans le tapis, qu’il nous a offert de belles surprises et a réussi à tenir son lecteur en haleine sur plus de 500 pages.

Pour connaître la vie des gens, il faut la vivre. Quoi de mieux que de le faire vraiment ? Que de se mettre dans leurs chaussures, de vivre avec eux, de souffrir avec eux ? Pour connaître ce roman, il faut l’ouvrir, le lire et alors, vous saurez…

Un excellent techno-thriller qui a le mérite de pousser à la réflexion, de faire passer des messages sans que cela soit moralisateur, de ne pas sacrifier le fond ou la forme, d’utiliser le suspense ou les rebondissements avec intelligence, bref, de proposer un thriller intelligent, avec de l’action et des réflexions.

Mon mini bémol, je vais m’asseoir dessus parce que là, l’auteur s’est cassé le cul pour nous pondre un thriller couillu, péchu et bien foutu. Moi, j’en redemande !

(*) « In The Army Now » : Status Quo

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°186].