Séance infernale : Jonathan Skariton

Titre : Séance infernale

Auteur : Jonathan Skariton
Édition : Sonatine (2018)
Édition Originale : Séance infernale (2017)
Traducteurs : Claude et Jean Demanuelli

Résumé :
Spécialiste en histoire du cinéma, réputé savoir dénicher les reliques les plus rares, Alex Whitman est engagé par un collectionneur excentrique pour retrouver les traces d’un film légendaire, Séance infernale.

Celui-ci est l’œuvre d’un ingénieur français, Augustin Sekuler, considéré comme le véritable créateur du cinéma, quelques années avant Edison et les frères Lumières. Le défi lancé à Alex est de taille.

Sekuler a en effet disparu mystérieusement en 1890, lors d’un voyage en train entre la Bourgogne et Paris, le jour où il allait présenter son invention à la capitale.

En quête de fragments de ce film mythique, Whitman va essayer d’en savoir plus sur cette étrange affaire et sur les mystères qui entourent la vie et l’œuvre de Sekuler.

Qu’est-il arrivé à l’inventeur ? Et quelle est la teneur réelle de Séance infernale ? Il est encore loin de se douter des dangers auxquels il s’expose et de l’abominable vérité qui se cache derrière cette disparition.

À la façon de La Conspiration des ténèbres de Theodore Roszak, Séance infernale s’inspire de personnages et de faits réels ((la disparition du pionnier du cinéma Louis Aimé Augustin Le Prince), et nous propose une quête passionnante qui devient vite aussi obsessionnelle pour le lecteur que pour son héros.

Critique :
Messieurs et mesdames de chez Sonatine, vous pouvez bien envoyer des pralines à Amnezik et Stelphique, car sans leurs chroniques (admirez mes rimes), jamais je n’aurais acheté un roman qui faisait un parallèle avec La Conspiration des ténèbres de Theodore Roszak !!

Ce roman dont le 4ème me jurait , la main sur cœur : « Emmenez ce livre le matin sur la plage et sachez que vous n’irez pas déjeuner, certainement pas dîner non plus. La Conspiration des ténèbres est hypnotique. On a du mal à s’en relever. »

Le roman ne s’est jamais relevé de son vol plané, en effet… Même pas dépassé la page 100 de ce truc.

Donc, avec un tel postulat de départ, fallait des chroniques en béton armé et une confiance absolue dans mes deux lascars pour acheter le livre !

J’ai eu raison de leur faire confiance car je viens de passer un excellent moment de lecture dans le monde du cinéma.

Voilà un thriller que nos amis cinéphiles peuvent lire, et même ceux qui en savent moins sur le 7ème art, ils iront se coucher moins bête et auront droit à une belle poussée d’adrénaline avec quelques courses afin de résoudre des énigmes, un peu comme dans la carte au trésor, les hélicos en mois et les tueurs aux trousses en plus.

Sans être une mordue de cinéma classiques, hormis quelques titres cités que je ne connaissais pas, pour le reste, c’était dans mes cordes. Donc, le côté ciné ne doit pas vous rebuter, en plus, l’auteur ayant étudié la chose, il nous éclaire vraiment sur le sujet, ce qui ne fait jamais de mal à nos petites cellules grises.

Comme je le disais, ce qui commence par une simple recherche d’un film disparu et dont on n’est même pas sûr qu’il ait existé, va, de pellicule en bobine, se révéler bien plus difficile et plus dangereux qu’il n’y paraissait de prime abord.

Tel un Indiana Jones devenant le professeur Langdon, en moins sexy et moins érudit, notre Alex Whitman va se retrouver aux prises avec une énigme laissée par Sekuler (à ne pas prononcer à la bruxelloise « Sukkeler » – avoir des difficultés) et quelques cadavres dans les placards.

Ajoutons à cela un tueur en série et des disparitions de petites filles, dont celle de Whitman, il y a 10 ans, et vous comprendrez que dans ce thriller, on ne se contentera pas de fouiner dans des archives à la recherche d’un film et qu’on risque plus gros que des éternuements en cascade.

Mon seul bémol sera pour le fait que dans les livres, les protagonistes arrivent toujours à résoudre les énigmes, quelles qu’elles soient, alors que de mon côté, je rame toujours sur la plupart des contrepèteries du Canard Enchaîné ! Mais bon, sans cela, le roman n’avancerait plus et s’arrêterait au milieu.

Avec une écriture qui pulse, une mise en page qui détonne à certains moments (et qui étonne) et des personnages plaisants, ce thriller se lit en même pas deux jours tant on a envie de savoir ce qui se trame derrière ce foutu film dont personne n’a jamais entendu parler, et surtout, qui sont les gars derrière eux et ce qu’ils veulent.

Non, je ne ferai pas la lumière sur l’affaire, ni ne vous mettrai au courant, z’avez qu’a le lire, tien ! Et puis, où serait le plaisir si je spoliais tout ?

En tout cas, comme quoi les chroniques des blogueurs sont importantes, parce que je le redis haut et fort, sans mes loulous cités plus haut, jamais je n’aurais acheté un livre qui se vantait d’être comme un autre que j’ai fait voler en travers du salon.

Un thriller dont on regrette le clap de fin mais qui, comme un bon film d’action, nous apaise car on sait que nos personnages peuvent dormir en paix : le mystèèère est levé.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le challenge British Mysteries (Janvier 2018 – décembre 2018) chez My Lou Book.

 

Publicités

Le livre des âmes : James Oswald

Livre des âmes, le - James Oswald

Titre : Le livre des âmes

Auteur : James Oswald
Édition : Bragelonne (2016)

Résumé :
Pendant 10 ans à chaque période de Noël, on retrouvait à Édimbourg un nouveau cadavre de jeune femme : nu, la gorge tranchée et complètement nettoyé.

La dernière victime, Kirsty Summer était la fiancée du détective Tony McLean. Mais dans cette affaire, le tueur de Noël commit une erreur qui permit à McLean de mettre un point final à la morbide carrière de ce tueur en série. Aujourd’hui, 12 ans plus tard, le Tueur de Noël est retrouvé mort, assassiné par un de ses compagnons de cellule.

Et au retour des fêtes de fin d’année, un nouveau cadavre est découvert : nu, parfaitement lavé, la gorge tranchée.A-t-on affaire à un copycat ? McLean s’était-il trompé de coupable 12 ans plus tôt ? Ou y-a-t’il une autre explication plus troublante encore ? McLean doit le découvrir avant que le tueur ne frappe à nouveau.

admin_1-asset-51c0858dd5f67Critique : 
S’il y a bien une chose que je n’aime pas trop c’est lorsque l’on compare un auteur à un autre car généralement, on est à côté de la plaque sans compter que ceux qui n’aime pas l’auteur à qui on compare le p’tit nouveau, il passera son tour, loupant sans doute un excellent roman… Ou pas.

Attention, je ne suis pas en train de dire que je n’ai pas aimé ce polar qui flirte avec le fantastique, juste qu’à mon sens, il n’a rien à voir avec du Ian Rankin. Mais ceci n’est que mon petit avis…

À côté d’une lampe repose un grand livre relié de cuir. Il frissonne en le voyant. Parce qu’il l’a déjà vu ? Il ne sait pas et ne tient pas non plus à réfléchir. C’est trop douloureux. Mais l’ouvrage l’attire comme un aimant, et une voix lui souffle à l’oreille de l’ouvrir et de lire.

Ma foi, ce roman policier vaut surtout pour sa clique de personnages dont le principal est Anthony McLean, inspecteur de la police de la région du Lothian et des Marches Écossaises .

Là, clairement, on se trouve face à un inspecteur torturé (et oui, encore !), teigneux, têtu, borné et qui a tendance à tenir tête à son chef, Dugland. Non, Dugland n’est pas son vrai nom, juste un surnom qui lui va comme à gant à tel point que je n’ai pas retenu son véritable nom de famille.

Leurs prises de bec sont monumentales et jouissives.

Les acolytes de notre McLean sont eux aussi des personnages travaillés, valant touts leur pesant de cacahuètes et l’équipe au complet nous donnera quelques belles répliques.

Mon seul soucis fut qu’entre les McLean, les MacBride, les McIntyre, les McKenzie, les MacDouglas,… et bien, j’ai failli y perdre mon latin et mon écossais !

Pour le reste, on a du rythme, des scènes de vie, notre inspecteur a plusieurs affaires sur le feu, un supérieur qui le fait chier, des collègues surmenés, une vie privé très pauvre du fait de son boulot, des horaires de dingue et une enquête sur un tueur qui a tout du copy-cat ou alors, le fameux Tueur de Noël arrêté par McLean n’était pas le bon.

— Anderson n’a rien à voir là-dedans, madame. Il est mort. Hier, j’ai vu son cercueil descendre dans la tombe.

De temps en temps, l’auteur insère des chapitres « retour dans le passé » avec des morceaux du procès du Tueur de Noël et de la vie amoureuse de notre McLean qui ne vaudrait pas grand-chose sur catalogue.

Si l’enquête piétine au départ et durant tout une partie du livre, on ne se tournera pas les pouces pour autant et je n’ai pas eu l’envie de bailler d’ennui. Vu toutes les péripéties qui leur arrive, surtout à McLean, pas vraiment de le temps de peindre la girafe.

Le final, lui, il est survolté. À partir du moment où il comprend « Bon sang, mais c’est bien sûr » tout, ça va bouger, courir, s’engueuler, s’en prendre plein la tronche au sens propre et vous fera pousser un soupir de soulagement une fois que tout ce remue-ménage sera terminé.

Un bon roman divertissant, la seconde enquête de McLean que l’on peut lire indépendamment de la première, une équipe de choc qui bosse comme des malades, une ville d’Édimbourg hormis présente, un roman sombre, tout en gardant sa touche d’humanité et une bonne dose de fantastique.

— Et moi, je suis en congé, paraît-il. Quelqu’un d’autre ne pourrait pas s’en occuper ?
— Dugland assiste à un dîner de têtes, dit Bob en faisant mine de tirer sur les jambes de son pantalon. Quant à Langley, hors de question qu’il prenne une affaire en charge avant de la savoir liée à la drogue.
— Et Randall ?
— Victime de la grippe…
— Et merde !

Étoile 3

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), Challenge British Mysteries chez My Lou Book et « A year in England » (Juillet 2016 – Mai 2017) chez Titine.

CHALLENGE - Sherlock___Running_Wallpaper_by_draft624 Corrigé

British Mysteries 2016-2017