Spirou et Fantasio – Tome 27 – L’Ankou : Fournier

Titre : Spirou et Fantasio – Tome 27 – L’Ankou

Scénariste : Fournier
Dessinateur : Fournier

Édition : Dupuis (1977)

Résumé :
Que font Spirou et Fantasio s’ils reçoivent une invitation à un congrès de magiciens, à Saint-Herbot, dans les monts d’Arrée, à la pointe ouest de la Bretagne ? Rien.

Que font les mêmes si l’invitation est signée Ororéa ? Ils s’y précipitent !

Évidemment, la Bretagne est terre de mystères et d’aventures. Nos deux amis ne tardent pas à rencontrer les uns et les autres.

D’abord, en la personne de l’Ankou, personnage sorti tout droit des vieilles légendes bretonnes. Pour une raison inconnue, ce valet de la mort (sa profession officielle) prend fait et cause pour les saboteurs de la centrale nucléaire de Nestavel.

Des saboteurs passant pour des militants écologistes, mais qui se révèlent être de dangereux trafiquants de matières nucléaires.

Critique :
Des rares bédés de l’ère Fournier que j’avais lue il y a un peu plus de 15 ans, seule L’Ankou avait tiré son épingle du jeu et obtenu mes faveurs.

À la relecture, mon sentiment est le même, j’ai apprécié cette aventure loufoque, fantastique et un brin écolo baba-cool puisque Fournier, au travers de l’Ankou, semble nous dire que  les centrales nucléaires, c’est dangereux.

L’Ankou, l’annonciateur de la mort dans les légendes bretonnes, a peur que la présence d’une centrale nucléaire n’augmente son travail en déclenchant des morts en cascade.

Remettons la bédé dans son contexte de 1977 et même si le nucléaire n’a pas tué en France, on ne peut pas dire non plus qu’il est sans danger.

Tchernobyl nous l’a appris à nos dépends et on ne sait toujours pas comment se débarrasser des déchets, autrement qu’en les enfouissant dans le sol, à la manière d’un chien planquant son os. Juste que les os sont vachement moins nocifs que les déchets nucléaires…

Malgré tout, si le message de l’auteur est réducteur, il se veut drôle mais aussi flippant car l’Ankou a une sale tête et sa manière de surgir, quand on ne l’attend pas, est angoissante. Sauf pour Fantasio qui le prend pour un hurluberlu !

Du fantastique, des légendes, du nucléaire et de l’humour, de l’humour et encore de l’humour ! Spip m’a fait trop rire avec ses réflexions sur sa malheureuse rencontre avec un rasoir électrique.

Ses expressions faciales étaient des plus maîtrisées et moi, j’adore lorsque les auteurs lui donne une place dans les aventures de nos amis.

De l’action aussi, même si on aurait mieux aimé voir Spirou en Turbotraction plutôt que dans une vieille Renault 5 rouge. Mais bon, la magnifique Turbo n’aurait sans doute pas aimé le traitement qu’on a infligé à la Renault…

L’humour est aussi présent avec notre quatre magiciens, dont Itoh Kata, le maître de la disparition et ses autres copains, tous plus fous l’un que l’autre.

Il y a au moins une aventure de Spirou, scénarisée par Fournier, que j’apprécie et c’est celle-ci qui mélange habillement l’humour, l’action, le mystère, le suspense, les légendes, le folklore, le fantastique et le militantisme écolo, réducteur, certes, mais bon, nous sommes dans des albums pour tout public et de par la présence de l’Ankou, il devait être flippant pour les petits enfants de l’époque.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°180 et le Mois du Polar chez Sharon (Février 2020) [Lecture N°25].

Le sang des pierres : Johan Theorin [Saga Quatuor de l’île d’Öland 3]

Sang des pierres - Johan Theorin
Titre : Le sang des pierres                                  big_2-5

Auteur : Johan Theorin
Édition : Le Livre de Poche (2013)

Résumé :
À la fonte des neiges, les gens du continent regagnent l’île d’Öland. Peter Mörner s’est installé dans la maison familiale, pour trouver la paix, loin de son père.

De sa luxueuse villa, Vendela Larsson regarde cette lande dont elle connaît tous les secrets. Gerloff, vieux loup de mer, a voulu revoir, peut-être pour la dernière fois, le soleil de son enfance…

Mais la mort rôde en cette nuit de Walpurgis qui célèbre traditionnellement la fin de l’hiver, et les drames du passé, dont témoigne la couleur rouge sang de la falaise entre la carrière et la lande, resurgissent…

Petit plus : Après le brouillard d’automne de « L’Heure trouble », l’hiver, saison du deuil, de « L’Echo des morts », Johan Theorin tresse ici un suspense virtuose où se mêlent présent et passé sur fond de réveil printanier des forces de la nature.

L’intrigue balance entre le présent de l’île et son passé pauvre et ténébreux, peuplé de noyés, de fantômes, d’elfes et de trolls. Pourtant, l’histoire parvient à se maintenir jusqu’au bout à la lisière du surnaturel sans jamais la franchir tout à fait.

Sang des pierres - ThéorinCritique : 
Deux suédois enfilés l’un après l’autre, c’est un peu indigeste… Je parle, bien entendu, de lire deux polars suédois l’un après l’autre ! Surtout que ce roman, comparé au précédent, n’est pas un foudre de guerre niveau rapidité de l’action.

L’auteur prend vraiment son temps pour nous amener là où il veut nous conduire et ça n’a tenu qu’à un cheveu de fées si je n’ai pas lâché ce roman après 100 pages, tant j’attendais – en vain – un cadavre !

« On peut mener un cheval à l’abreuvoir, mais on ne peut pas le forcer à boire » dit le dicton… mais puisque j’étais à l’abreuvoir, je me suis dit qu’il serait bête de ne pas continuer afin de voir ce qui lui valait l’étiquette rouge « Prix des lecteurs – Sélection 2013 ».

Rien de neuf sous le soleil de minuit avec ce polar qui se déroule sur l’île d’Öland, mais je ne regrette pas de m’être accrochée parce que le final est plus trépidant que tout le reste et niveau action, ça bougeait plus que le postérieur d’une danseuse de samba quadragénaire. Ce qui n’est déjà pas si mal, comparé au départ !

Les deux premiers crimes, ici, seront dû à un incendie criminel et c’est Peter Mörner, personnage principal, qui va mener sa petite enquête, plus pour en apprendre sur son père que pour en découvrir l’auteur. Il faut dire qu’il connait peu son père qui avait des activités un peu… Non, non, je ne dirai rien de ses activités, z’avez qu’à lire le livre, tiens !

Tiens, un autre crime ! Ah, il était temps !

Niveau personnages et contrairement au revêtement Téfal, ils sont très attachants, c’est d’ailleurs une des choses qui m’avait incité à poursuivre ma lecture.

Nous avons plusieurs personnages qui sont récurrents, sur cette île d’Öland, et j’ai apprécié que, durant la narration, nous fassions des petits crochets dans le temps, lorsque l’un ou l’autre des protagonistes se souvient de son jeune temps.

L’écriture est « simple », autrement dit, sans chichis, sans phrases alambiquées et les références aux fées et aux trolls sont légion, dans cette partie de la lande de l’île.

Bref, un roman agréable, aux atmosphères creusées (mais j’ai déjà lu des atmosphères plus mieux), assez lent, même si, a contrario, je l’ai lu en peu de temps. Par contre, je ne lui accorderai pas le « prix des lecteurs ».

Lu et passé un bon moment, mais sera oublié d’ici peu. Et puisque la légende raconte que sur cette île d’Öland, il suffit de faire un vœu en déposant une offrande pour les fées dans le creux d’une table en pierre, et bien, j’ai fait le vœu d’avoir une lecture « coup de cœur » pour le prochain livre.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle (prix des lecteurs 2013 – sélection)  et  « Un hiver en Suède » de Mes chroniques Littéraires (plus au Marathon Lecture organisé par elle-même le 22 & 23 mars 2014).

CHALLENGE - Thrillers polars 2013-2014 (2)Winter on the island IICHALLENGE - À tous prix