[Série] ABC contre Poirot (2018) : Sarah Phelps

ABC contre Poirot (The ABC Murders) est une mini-série télévisée britannique de quatre épisodes, écrite par Sarah Phelps et réalisée par Alex Gabassi, diffusée du 26 au 28 décembre 2018 sur BBC One, en trois épisodes. Il s’agit d’une adaptation du roman du même nom d’Agatha Christie publié en 1936.

Synopsis :
En 1933, à Londres, le célèbre détective belge Hercule Poirot est vieillissant et coule une retraite paisible. C’était sans compter sur Alexander Bonaparte Cust, qui arrive à Londres et s’installe dans une pension glauque.

Avec sa machine à écrire, il tape des lettres, signées d’un mystérieux ABC, qu’il envoie à Hercule Poirot. Dans ces lettres, ABC explique à demi-mot son jeu macabre : assassiner, dans l’ordre alphabétique, des personnes dont le nom et le prénom commencent par la même lettre que la ville où le meurtre a lieu.

Le détective décide d’enquêter mais se heurte à l’inspecteur Crome. Sur chaque scène de crime, Poirot retrouve un indicateur des chemins de fer ouvert à la lettre correspondante et taché de sang.

Peu à peu, Poirot commence à faire le lien entre lui, ces villes et les personnes assassinées…

Personnages principaux :

  • John Malkovich : Hercule Poirot
  • Rupert Grint : Inspecteur Crome
  • Andrew Buchan : Franklin Clarke
  • Eamon Farren : Alexander Bonaparte Cust
  • Jack Farthing : Donald Fraser
  • Gregor Fisher : Dexter Dooley
  • Tara Fitzgerald : Lady Hermione Clarke
  • Henry Goodman : Sidney Prynne
  • Shirley Henderson : Rose Marbury
  • Bronwyn James : Megan Barnard
  • Freya Mavor : Thora Grey
  • Kevin McNally : inspecteur Japp

Ce que j’en ai pensé :
A.B.C contre Poirot, je commence à connaître puisque j’ai vu son adaptation pour « Les petits meurtres d’Agatha Christie » et que j’ai lu, en juin, son adaptation en bédé.

Là, je découvrais, au cours d’un zapping, une nouvelle adaptation du roman en mini-série avec John Malkovich dans le rôle de Poirot.

Évacuons de suite ce qui m’a profondément gêné : John Malkovich n’est pas un Poirot crédible du tout !

Il n’est pas obnubilé par ses petites cellules grises, ne porte pas sa moustache ridicule mais une barbichette, ne semble pas avoir une haute opinion de lui-même, n’a pas vraiment l’allure d’un dandy et on dirait que son orgueil est parti en vacances sans le prévenir…

J’adore John Malkovich, mais pas dans le rôle du détective belge ! Il a foiré le personnage, selon moi, mais ceci n’est que mon avis, vous le savez bien.

C’est un Poirot vieux (en 1933 ???) qui se trouve face à nous. Son succès n’est plus là, c’est un has been. Exit aussi l’inspecteur Japp, pensionné heureux qui bine ses salades, avant de d’aller les manger par la racine…

Par contre, son remplaçant, c’est Ron Weasley ! Heu, pardon, Rupert Grint… Je le préférais en gamin dans Harry Potter, ici, dans son rôle de l’inspecteur Crome, remplaçant de l’inspecteur Jaap, il joue le rôle d’un homme imbu de sa personne, qui ne réfléchit pas toujours avec discernement et considère Poirot comme un vieux chieur.

Ron, ta copine Hermione t’aurait conseiller d’aller faire un tour à la bibliothèque ! Là, tu verras que Poirot n’est pas un imbécile ! D’ailleurs, il y a une lady Hermione dans l’épisode…

Maintenant que j’ai évacué le mal, tirons la chasse et passons à ce que j’ai apprécié dans cette mini-série : les décors et les ambiances 1933…

Qui dit 1933, dit merde brune qui commence à sentir mauvais du côté de l’Allemagne et ça remonte jusqu’à la perfide Albion, qui en a marre des immigrés et qui aimerait qu’on les remballe chez eux (une éternelle rengaine), Hercule Poirot y compris, lui qui n’a pas fait la guerre quand son pays a été envahi (son pays qui est aussi le mien… ♫).

Pas besoin de vous faire de dessins, les imbécilités faites en paroles ou en actes ne changent pas selon les époques, on charge à fond l’étranger, on le rend coupable de tous ses maux et on se dit qu’une fois entre nous, on sera mieux.

Erreur fatale, mais tout le monde ne l’a pas encore compris… L’hypocrisie est dans le camp des Anglais, eux qui ont eu un empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais et dont les habitants des colonies auraient sans doute apprécié qu’ils foutassent le camp de chez eux.

Anybref, c’est dans cette ambiance « brexit » que se trouve l’Angleterre quand le tueur ABC se met à trucider en suivant l’alphabet.

En fouillant un peu sur le Net, j’ai appris que la réalisatrice n’avait jamais lu les romans d’Agatha Christie et qu’elle était donc partie totalement vierge en ce qui concernait ce personnage. Au lieu de reproduire à l’identique ce qui avait déjà été fait 100 fois, elle a préféré mettre Hercule Poirot au centre de l’épisode et lui écrire un passé.

Un passé qui m’a fait tomber de haut… On aimera ou l’on criera à l’hérésie. Il est vrai que découvrir Poirot dans cette profession-là à de quoi déstabiliser (non, Ida, il n’est pas meneuse de revue au Moulin Rouge !!!).

Mon avis restera mitigé sur cette mini-série. Autant où j’ai apprécié les ambiances des années 30 qui montraient les Anglais dans leur xénophobie galopante (comme c’était déjà le cas durant l’ère victorienne), autant où j’ai apprécié les décors qui donnaient vraiment l’impression d’avoir voyagé dans le temps, autant où j’ai aimé les petits changements apporté à l’œuvre originale qu’est le roman, je reste bloquée sur Malkovich en Poirot.

Il ne saurait égaler David Suchet (qui pourrait ?), mais j’aurais mieux aimé que l’on fasse cette mini-série sans son personnage, avec un autre enquêteur, comme dans l’adaptation française. Malkovich ne m’a pas emballée en Poirot.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°17] et Le Challenge A Year in England pour les 10 ans du Mois anglais [Lecture N°71].

Agatha Christie – Tome 16 – Cartes sur table : Franck Leclercq et Agatha Christie

Titre : Agatha Christie – Tome 16 – Cartes sur table

Scénaristes : Franck Leclercq et Agatha Christie
Dessinateur : Franck Leclercq

Édition : Emmanuel Proust Éditions (2009)

Résumé :
Quatre spécialistes du crime et quatre criminels endurcis sont conviés à dîner par l’étrange Monsieur Shaitana.

Une soirée peu commune, qui se conclut par une passionnante partie de bridge…

Et l’assassinat du maître de maison !

Entre alors en scène le plus légendaire des détectives : Hercule Poirot… Cette fois-ci, « ses petites cellules grises » auront fort à faire pour résoudre cette énigme criminelle des plus complexes.

Critique :
À l’époque lointaine où j’avais lu le roman, il m’avait semblé difficile à comprendre car je ne connaissais rien (et je ne connais toujours rien) au bridge. Pour la petite précision, je devais avoir dans les 14 ans lorsque je l’avais lu.

Ayant tout oublié, la série « Les petits meurtres » avait été une bonne chose pour faire la mise à jour mémorielle et faire en sorte de ne plus oublier le nom du coupable et le moment où il avait choisi de passer à l’acte.

Les dessins ne m’ont pas enchantés mais comparés à d’autres de cette même collection (ou d’autres éditions), on pourrait presque dire qu’ils sont super, même si certains traits sont épais alors que la première planche avait des airs de ligne claire.

L’allure générale de Poirot n’est pas une de celle que j’apprécie, mais comme toujours, comparée à d’autres albums, la tête de notre détective est plus que correcte.

Je reprocherai à sa démarche ou à certaines de ses poses, un côté un peu trop statique, une raideur dans les dessins qui semble plus tenir d’un Lego© que de son allure guindée naturelle, comme le montre l’illustration ci-dessous.

Et puis, shocking, une seule allusion à ses petites cellules grises, aucune trace de ses petites manies habituelles et encore pire, il fait toute l’enquête avec le même costard brun informe, ce qui est choquant car ça ne met pas en valeur sa recherche de l’élégance.

Nous sommes face à un Poirot de pacotille, une imitation alors que l’album est une transcription fidèle du roman et non un apocryphe. On le voit même non rasé, les cheveux pas encore coiffé lorsqu’il prend son petit-déjeuner.

Heureusement qu’il lui reste son talent de détective et qu’il arrivera à résoudre cette sombre affaire de meurtriers parfaits que Shaitana avait rassemblé dans sa demeure afin de jouer avec eux comme un chat avec des souris. Sauf qu’une souris avait tué le chat.

En ce qui concerne les dessins de Ariadne Oliver (sa première enquête avec Poirot), ils sont changeants selon les case et elle avait une allure un peu trop glamour et nous sommes loin de la toison de cheveux gris qu’on lui attribue dans les romans originaux. Au moins, son caractère féministe est resté mais elle n’a pas croqué la pomme…

Par contre, les anglais sont fidèles à eux-mêmes en ayant une très haute opinion d’eux et de leur cher pays !

Si les dessins ne sont pas au point, ils sont tout de même un poil meilleurs que d’autres et les couleurs assez claires n’ont jamais assombris des visages ou des décors. Hélas, ça manquait un peu de pep’s.

Cette mise en album d’un roman fait toujours perdre des tas de détails, il faut caviarder et couper un peu partout afin de tout caser dans 48 pages. Je vais me répéter, mais avec plus de pages, le récit aurait pu être plus complet et moins tranché.

La bédé est une bonne idée pour ceux ou celles qui voudraient découvrir Poirot et qui auraient la flemme de lire les romans originaux et pourtant, rien ne vaudra jamais l’original à la copie. Par contre, pour se remettre en mémoire le roman, la bédé est intéressante. Il y a à boire et à manger dans le concept.

Une fois plus, la Reine du Crime avait trouvé un plan retors, machiavélique qui laissait son lecteur bouche bée devant la résolution. Fallait y penser !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°30], Le Challenge A Year in England pour les 10 ans du Mois anglais [Lecture N°60], Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 48 pages) et Le Mois anglais (Juin 2021 – Season 10) chez Lou, Cryssilda et Titine.

 

Les nouvelles enquêtes d’Hercule Poirot – 03 – Crime en toutes lettres : Sophie Hannah

Titre : Les nouvelles enquêtes d’Hercule Poirot – 04 – Crime en toutes lettres

Auteur : Sophie Hannah
Édition : Le Masque (2018) / Livre de Poche (2019)
Édition Originale : The Mystery of Three Quarters
Traduction : Valérie Rosier

Résumé :
Hercule Poirot découvre une femme l’attendant devant sa porte, furieuse qu’il l’ait accusée du meurtre de Barnaby Pandy, un homme qu’elle n’a jamais rencontré. Poirot est sous le choc, il ne connaît pas non plus cet homme.

Une deuxième surprise l’attend à son bureau, lorsque John McCrodden lui annonce avoir reçu une lettre signée de Poirot, l’accusant du meurtre de Pandy.

Critique :
Pour les inconditionnels du détective belge, Hercule Poirot, lire ses nouvelles enquêtes écrites par Sophie Hanna, ce n’est pas la même chose.

Ça en a la couleur, ça y ressemble, mais c’est du Canada Dry© mis à côté d’un vieux whisky qui a passé du temps dans son fût de chêne.

N’allez pas croire que ce soit mauvais, le Canada Dry© est d’ailleurs mon soda préféré ! Malgré tout le talent de l’auteure, il lui est impossible de faire comme Agatha Christie.

La première chose qui frappe, se sont les différents personnages qui semblent futiles, guère approfondi, légers. Ceux d’Agatha Christie avaient baignés dans leur jus, les sauces étaient relevées, épicées, vous nappaient le palais, tandis qu’ici, hormis le gamin, Timmy, ils avaient tous l’air d’avoir baigné dans un bouillon Knorr industriel, comme si l’auteur avait manqué de tendresse pour eux.

Les deux premiers personnages étaient même à baffer : invectivant Poirot, à qui ils reprochaient l’envoi d’une lettre horrible, où ce dernier les accusait d’un crime, aucun des deux n’a pris la peine d’écouter le détective leur jurer de ses grands dieux n’avoir jamais écrit pareille lettre.

Ils étaient tellement dans leur trip, versant leur fiel sur le détective et sur tout le monde dans leur entourage, sans écouter un traitre mot de Poirot, que sur le moment, j’ai pensé à deux acteurs de caméras cachées jouant un rôle et je m’attendais presque à voir jaillir monsieur Zygo ou Marcel Béliveau, hilares, d’avoir réussi à piéger Hercule. Loupé.

Dans les critiques lues, certains reprochaient un récit trop long à se mettre en place, je ne leur donnerai pas tort, ça avance lentement, mais je n’ai pas ressenti cette lenteur de mon côté.

J’ai pris plaisir, malgré tout, à suivre Hercule Poirot, même si ce n’était qu’une copie du vrai et qu’il m’a semblé, à certains moments, un peu fadasse aussi, comme s’il lui avait manqué ces fameux jus de cuisson made in Christie et qui lui donnaient un goût hors du commun, irrésistible, celui que David Suchet su lui donner quand il lui prêta ses traits.

Dans ce troisième tome des nouvelles enquêtes, pour la première fois, l’on va parler de la peine de mort, avec d’un côté ses adeptes et de l’autre son détracteur. Comme toujours, dans ces discussions là, c’est tout ou rien et chacun est certain d’avoir raison, là où Poirot mettra plus de tempérance, là où moi je suis souvent le cul entre deux chaises.

Il y aura beaucoup d’hypocrisie ensuite, mais ça, c’est normal face à l’être humain qui n’est pas à une contradiction près et qui nous la joue ♫ Je retourne ma veste, toujours du bon côté ♪. L’analyse finale de Poirot sera un joli petit moment car il mettra les mots qu’il faut sur pareille hypocrisie. Il n’y avait, hélas, pas de gorille pour entraîner cette personne dans le maquis…

Une autre chose m’a un peu dérangée, c’est les sentiments amoureux de certains qui étaient un peu trop too much. Que vous gardiez de bons souvenirs d’un amour de vacances, c’est normal, mais que vous restiez amoureux fou, pendant des années, d’une femme que vous n’avez connu que trois jours, là, ça devient plus tiré par les cheveux (ou alors, c’était un super coup au lit), limite ado amouraché qui n’a pas su évoluer et à mis sur un piédestal cette femme.

Contrairement aux originales, cette enquête de Poirot ne m’a pas fait pousser des cris en découvrant la résolution de l’énigme car, sans être banale, elle ne cassera pas la baraque comme ont peu le faire celle de la reine du crime.

Malgré tout, je saluerai tout de même l’ingéniosité de l’auteure qui, si elle n’a pas réussi à nous offrir un vrai Hercule Poirot (mission impossible), a tout de même tenté le tout pour le tout afin de s’en approcher au plus près (mais il manquera toujours les sauces made in Agatha) et pour nous offrir une enquête qui sortait des sentiers battus, sans pour autant révolutionner le polar.

Mitigée je suis. D’un côté, j’ai apprécié ma lecture, sans pour autant qu’elle me transporte et de l’autre, je suis un peu déçue des personnages qui n’avaient pas d’envergure, dont certains étaient exaspérant (je demande qu’on les tue dans le prochain roman) et que mon cher Poirot n’était pas tout à fait tel que je l’ai toujours connu.

Ce n’est pas du polar haut de gamme, mais ce n’est pas la merde littéraire que je pensais, au vu des différents critiques lues (et qui m’ont fait rire, surtout le coup des escargots dans le compost).

Malgré tout, l’auteure aurait pu mieux faire au niveau des personnages qui auraient dû être soignés, surtout les vieilles filles.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°290], Le Challenge A Year in England pour les 10 ans du Mois anglais [Lecture N°43] et Le Mois anglais (Juin 2021 – Season 10) chez Lou, Cryssilda et Titine.

La Mystérieuse Affaire de Styles : Agatha Christie [LC avec Bianca]

9782702449370_1_75Titre : La Mystérieuse Affaire de Styles

Auteur : Agatha Christie
Éditions : Le Masque / Livre de Poche
Édition Originale : The Mysterious Affair at Styles (1920)
Traducteur : Marc Logé (ou Thierry Arson)

Résumé : Pendant la Première Guerre mondiale, Arthur Hastings, rapatrié en Angleterre, est invité dans la demeure de Styles Court (ou Styles en version abrégée) par son ami John Cavendish, qui lui apprend que sa mère s’est remariée avec un homme beaucoup plus jeune, le mystérieux Alfred Inglethorp.

À Styles, tout le monde a l’air de le détester. Sauf évidemment Mrs Inglethorp.

Plus tard, Emily Inglethorp est empoisonnée et les soupçons pèsent sur Alfred Inglethorp. Hercule Poirot, ancien Inspecteur de Police Belge, qui est aussi au village de Styles Saint-Mary, est invité par Hastings à résoudre cette affaire.

Apparemment, Poirot pense qu’ Alfred Inglethorp n’est pas l’assassin et il essaye de le disculper. Mais Poirot a-t-il une idée derrière la tête?…

la_mysterieuse_affaire_de_stylesCritique :

Alors que je suis capable de me souvenir des coupables dans certains romans d’Hercule Poirot, ici, c’était le trou noir complet, j’avais tout oublié !

Pire, dans mes souvenirs, je pensais que la personne à qui l’on faisait boire le bouillon de 11h, était un vieil homme et que l’astuce était l’utilisation d’un… Hop, hop, hop, je ne vous dirai plus rien parce que je ne vais pas divulgâcher et pire, si ça se trouve, j’ai fait un bouillon avec plusieurs romans.

Lorsque Bianca m’a proposé cette LC, je n’ai pas hésité longtemps et j’ai dit « Voui » (Rabbi Jacob, sors de ma tête). Mon seul problème était que je m’étais remis cette enquête en mémoire en regardant son adaptation télé avec le magnifique David Suchet et celle des « Petits meurtres d’Agatha Christie » et que donc, j’allais avoir zéro suspense…

Loupé, j’ai eu du suspense, j’ai hésité, j’ai pensé que ma mémoire me jouait des tours, une fois de plus, que j’avais zappé un morceau dans la série avec David Suchet ou que la version française avait peut-être plus de liberté que je ne le pensais…

Merde alors, c’est bien le talent d’Agatha Christie que de jouer avec ses lecteurs, que de s’amuser avec des illusions, des insinuations, les codes du polar, nos pensées, notre compréhension ou notre propension à ne pas voir ce qui crève pourtant les yeux.

Bordel de Dieu, je me suis laissée prendre une fois de plus ! Malgré mes ricanements en début de lecture, parce que je savais QUI était coupable, à un moment, j’ai douté de moi, de mes souvenirs et j’ai changé mon fusil d’épaule, visant un autre personnage.

Hercule Poirot ne serait pas content de moi ! Sherlock Holmes non plus… Parce que la Reine du Crime n’est pas la reine pour rien. Pour ma défense, je dirai que même Poirot a failli se faire avoir ! Bon, lui est retombé sur ses pattes de suite, là où moi je nageais en pleine purée de pois.

Anybref, si vous avez envie de vous faire entuber par autre chose que le gouvernement, quel qu’il soit, faites-vous entuber par la Reine du Crime, ça fait du bien au moral et met de bonne humeur.

Tout est sous vos yeux, mais c’est à vous de voir ! Avec elle, on ne sortira pas un personnage inconnu d’un chapeau, comme certains auteurs m’ont déjà fait le coup. Non, avec Agatha Christie, c’est cash, à vous de savoir lire et à vous de savoir observer ! Parce que bien souvent, nous voyons, mais nous n’observons pas !

Un roman policier qui se lit presque d’une traite, qui nous parle entre autre, de la société anglaise, de son racisme, de ses préjugés, de ses mœurs, de ces distinctions de classe et, last but not least, met en scène pour la première fois le détective Belge expatrié pour cause de Première Guerre Mondiale, Hercule Poirot !

Un plaisir de le relire avec Bianca, pour qui c’était sa première lecture. Comme moi, elle a adoré. Son avis est à lire ici !

Étoile 4

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°224], Le Challenge « British Mysteries 2021 » chez MyLouBook et Le Challenge A Year in England pour les 10 ans du Mois anglais [Lecture N°09].

Thrillers polars 03

logo-a-year-in-england-march

logo-british-mysteries-new-01

 

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°2XX], Le Challenge « British Mysteries 2021 » chez MyLouBook et Le Challenge A Year in England pour les 10 ans du Mois anglais [Lecture N°XX].

Rendez-vous avec la mort – Tome 02 – Hercule Poirot (BD) : Didier Quella-Guyot, Marek et Agatha Christie

Titre : Rendez-vous avec la mort – Tome 02 – Hercule Poirot (BD)

Scénariste : Didier Quella-Guyot
Dessinateur : Marek
Adapté de : Agatha Christie

Édition : Paquet (07/08/2019)
Édition Originale : Appointment with Death (1938)

Résumé :
Dans un chic hôtel de Jérusalem, Mrs. Boynton est réputée pour être un véritable tyran avec son entourage.

Quand le corps de la mégère est découvert sans vie sur le site de Pétra, tous ses proches deviennent des suspects potentiels. Le détective Hercule Poirot saura-t-il découvrir le coupable ?…

Cette enquête qui se déroule dans le site mythique de Pétra est inspirée du vécu de la Reine du crime, qui fut mariée à un archéologue…

Critique :
Cela faisait des années que j’avais lu « Rendez-vous avec la mort » et je me suis remis ce roman en mémoire en regardant son adaptation dans « Les petits meurtres d’Agatha Christie ».

Bien entendu, l’équipe du commissaire Swan Laurence n’est pas partie à Pétra, en Jordanie… Mais la mégère de l’adaptation télé était si criante de vérité à tel point que je l’aurais bien assassinée moi-même.

Celle de cette adaptation bédé l’est moins… Fatalement, en 60 pages, on ne sait pas prendre le temps de la rendre horriblement exécrable. Ne me demandez plus comment elle était dans le roman, ça date depuis tellement de temps…

Mon seul bémol pour cette adaptation bédé sera pour les dessins. La tête d’Hercule Poirot ne me revenait absolument pas et c’est embêtant… Moi qui adore David Suchet dans le rôle… Les couleurs étaient elles aussi mal rendues et les tons jaunes ocres étaient du plus mauvais effet, inesthétiques.

Anybref, quand la mégère avale son bouillon de 11h, il est peu de monde pour la pleurer et encore moins le lecteur. Maintenant, le tout est de savoir qui lui a fait passer le goût du pain, même si son décès semble dû à sa mauvaise santé et au périple qu’elle accomplissait avec ses deux enfants, majeurs et vaccinés, mais toujours sous la coupe de môman.

Lorsque Hercule Poirot est dans le coin, un crime est toujours commis, impossible pour lui de profiter de vacances ou d’aller quelque part sans être sollicité, lui et ses petites cellules grises. Le voici chargé de faire toute la lumière sur la mort étrange de la vieille bique.

Le fait d’avoir vu l’épisode dernièrement m’a permis de me remettre en mémoire le mobile du crime, donc, je n’aurais pas dû avoir de surprise… De suite j’ai trouvé le coupable et je ne l’ai plus lâché, jusqu’à la solution finale où Hercule m’a fait comprendre que si la série française gardait les mobiles et les entourloupes de la mère Christie intactes, elle changeait tout de même les identités et bardaf, j’étais tombée dedans à pieds joints.

Une relecture qui m’a fait du bien à la mémoire et m’a donné envie de ressortir cet Hercule Poirot de ma collection afin de le relire et de profiter du beau soleil de Pétra au lieu du temps gris et morne que nous avons pour le moment.

5/5 pour le scénario original d’Agatha Christie mais des points perdus pour les dessins que je n’ai pas vraiment appréciés au niveau de ce cher Hercule Poirot.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°166].

London noir : André-François Ruaud

Titre : London noir

Auteur : André-François Ruaud
Édition : Les Moutons Electriques (11/10/2019)

Résumé :
Londres ! Plus grande cité d’Europe, ancienne capitale de l’Empire britannique, Londres immense et vivace, théâtre urbain de Sherlock Holmes, de Jack l’Éventreur, d’Hercule Poirot ou de James Bond.

Londres, la ville polar par excellence : depuis Holmes jusqu’à Bond, en passant par Fu Manchu, Jeeves, Lord Peter ou Miss Marple, de l’ère victorienne aux swinging sixties, une histoire de Londres sur un siècle, tout le roman noir d’une métropole.

Avec trois promenades guidées, de Rimbaud à Lénine, dans les pas de Sherlock Holmes et le long de la Tamise de Richmond à Chiswick.

« Esquisser un guide de Londres et de son histoire, à travers ses grandes figures de la littérature policière : telle fut notre ambition. Retracer sur un siècle le roman noir d’une métropole. »

Critique :
Londres, esquissée au travers de son Histoire et de sa littérature policière, tout un programme.

Programme ambitieux que de réunir l’Histoire d’une ville, son urbanisme, ses squares, ses quartiers, ses frontières entre le West et l’East End et de les mélanger avec les grandes figures de la littérature policière.

Et ça marche plutôt bien (pour ne pas dire que ça marche super bien) car en ouvrant ce livre, non seulement on découvre Londres d’une autre manière, mais en plus, on s’instruit (ok, faudra retenir tout ça ensuite).

Vous l’aurez deviné, ma partie préférée fut celle consacrée à la Londres victorienne où en plus d’avoir enrichi mon savoir, j’ai exploré le tout en compagnie de Holmes.

Petit carton rouge à l’auteur qui aurait dû, à mon sens, se contenter des références canoniques pour Sherlock Holmes et ne pas introduire, sans le préciser, des théories holmésiennes que l’on retrouve dans son autre recueil « Sherlock Holmes, une vie ».

C’est une supputation d’holmésiens que la mère de Sherlock se nomme Violet ! Les études qu’il a faite sont aussi l’objet de théories mais personne ne peut dire s’il a fait Oxford ou Cambridge (ou aucune des deux) et encore moins que c’est sa maman qui lui a payé son premier logement à Montague Street.

L’auteur aborde autant les beaux quartiers du West End que les taudis de l’East End, parlant de la frontière entre les deux, de cette société rigide qui pensait que la pauvreté était une mauvaise chose et qu’elle était surtout de la faute des gens qui la subissaient.

On est allé sur les docks où des pauvres hères embauchaient à la journée, se ruant l’un sur l’autre pour obtenir un boulot mal payé, éreintant et qui ne leur remplirait pas le ventre.

Quand je vous disais que c’était un véritable roman noir qui explore toutes les facettes de la ville de Londres.

Anybref, ce livre est instructif, un mélange habile des grandes figures du roman policier et de cette ville de Londres qu’ils ont tous et toutes arpentées, en long et en large, de l’époque victorienne, édouardienne, sous le blitz de 1914, sous celui de 1940 et qui ont vu Londres s’agrandir, certains quartiers devenir encore plus pauvre ou qui ont vécu dans le Londres des guerres mondiales.

À déguster avec ou sans modération mais je conseillerais une lecture étalée sur le temps, grignoter ce recueil au soir, avec une bonne tasse de thé et tout autre mignardises que vous voulez.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°265 et Le Mois Anglais chez Lou, Titine et Lamousmé (Juin 2020 – Saison 9).

La troisième fille – Hercule Poirot 34 : Agatha Christie

Titre : La troisième fille – Hercule Poirot 34

Auteur : Agatha Christie
Édition : Le Livre de Poche (2010)
Édition Originale : Third Girl (1966)
Traduction : Michel Averlant

Résumé :
Cette fois-ci, après un épuisant effort intellectuel, la rédaction de son « œuvre maîtresse », une analyse des maîtres du roman policier, Hercule Poirot est bien décidé à jouir d’un repos mérité…

N’a-t-il pas plus d’une fois prouvé qu’il était le roi des détectives, l’infaillible dont la réputation n’est plus à faire ? Impossible de mettre en doute ses capacités…

Et pourtant, voilà qu’une jeune femme vient lui déclarer qu’il est trop vieux pour l’aider ! Alors qu’elle-même est venue le consulter au sujet d’un crime qu’elle n’est pas sûre d’avoir commis…

Ah ! cette nouvelle génération… Cheveux longs, idées courtes… Mais Poirot va leur montrer… Trop vieux, lui… Non, mais !

Critique :
Horreur, malheur ! Moi qui me targuait d’avoir lu TOUS les Hercule Poirot…

Et bien non ! L’une de ses enquêtes étaient passée à la trappe.

Sans la série télé « Les petits meurtres d’Agatha Christie » et l’épisode « Crimes haute couture » (Saison 2 – Épisode 19), adaptée de « La troisième fille », et bien, jamais je ne l’aurais su.

L’eusses-tu cru que jamais je ne le suce ?

Une fois acheté ce roman (après vérification dans ma biblio), je l’ai laissé Poirot-er (mdr) pour le sortir pour le Mois Anglais 2020.

Hercule Poirot y est, une fois de plus, savoureux ! Il se lance des fleurs, il a une haute opinion de lui, de sa moustache et est shocking quand une jeune fille, qui a tout d’un mauvais genre, le dérange au moment où il s’apprête à savourer son petit déjeuner pour finir par lui asséner qu’il ne pourra pas l’aider car il est trop vieux.

Shocking, je vous dis, il n’y a plus de jeunesse ! Décadence de l’Angleterre, perversion de la jeunesse, blablabla… La faute aux étrangers, diront certains personnages du roman, qui, comme la plupart de leur contemporain, pensent que l’Anglais est au-dessus de tout et que tout le reste est de la merde.

On le sent bien, dans ce roman, ce racisme primaire, primitif, bas de plafond…

Poirot, faut pas le chercher sur son âge, ni sur son cerveau ! Puisque la fille a dit qu’elle avait peut-être tué quelqu’un, notre Belge moustachu va remonter le fil de cet imbroglio pour tenter de trouver LE crime.

Personnages stéréotypés, peu d’action, un crime dont on n’est pas sûr qu’il ait eu lieu, ni même que le décès soit dû à une main criminelle, lamentations de Poirot, de Mrs Oliver sur la jeunesse qui n’est plus ce qu’elle était, un petit vieux qui perd la mémoire, ses papiers, sa secrétaire qui est sexy en diable, et une criminelle qui est intrigante tant elle veut qu’on lui colle des morts sur le dos.

Non, on ne courra pas dans tous les sens pour cette enquête, on a même la toute grosse ficelle du document qui tombe d’un secrétaire, lors du déménagement et arrive dans les pieds de Mrs Oliver, comme par hasard…

Et pourtant, je me suis régalée dans cette histoire qui commence sans crime, qui semble n’en avoir aucun, qui est bourrée de mystères.

Malgré le fait que j’avais compris deux trucs importants (pour le premier j’ai vu « La grande vadrouille » assez souvent, dont la scène en rapport avec les ronflements – les lecteurs comprendront l’allusion), je n’avais aperçu que la pointe de l’iceberg et bardaf, je me suis prise le reste dans la poire.

Nom d’un scones à l’heure du thé, Poirot n’est pas un vieux croulant, il a de la ressource, de l’esprit, des petites cellules grises qui fonctionnent très bien et ses bacchantes en ont frétillé durant toute son enquête, même si, entre nous, il a patiné sévère durant un moment et ne voyait pas la carabistouille dans le pudding, alors que moi, avec peu de cellules grises, j’avais compris l’indice.

Allez Hercule, ce n’est pas ton enquête la plus brillante, ni celle de ta mère littéraire, mais comme tu fais partie de mes chouchous au même titre que ton homologue victorien, Sherlock Holmes, je te pardonne tes errements.

Et gros kiss à Mrs Oliver car elle a mis de l’ambiance dans ces pages.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°245 et Le Mois Anglais chez Lou, Titine et Lamousmé (Juin 2020 – Saison 9).

The English Month is bientôt (dans pas longtemps) back ! [June 2020 – Season 9]

YES ! Le Mois Anglais va bientôt recommencer, comme chaque année en juin.

Puisque mes vacances sont à l’eau (snif), j’aurai – en principe – plus de temps à consacrer à ce Mois adoré… Comme je ne circule pas de trop en ces temps de pandémie et que je vais prendre mes congés parce qu’il faut bien les prendre, j’espère dépasser mes scores de dingues des autres années (oserait-on rêver à dépasser les 62 billets de 2014 ?).

CHALLENGE - Mois Anglais 2015 SH

Cette année, j’avais envie de changer mon fusil d’épaule et de lire autre chose que ce que je lis habituellement pour le Mois Anglais et le restant de l’année.

Pas de panique, vous aurez tout de même droit à des classiques tels que Sherlock Holmes (jeune, en version fantasy et en bédé), Jack The Ripper ou la reine du crime Agatha Christie, avec du Hercule Poirot et même du miss Marple !

Tiens, j’ai même encore un Poirot apocryphe à vous proposer…

Il y aura aussi des romans policiers traditionnels avec des enquêtes contemporaines ou historiques, ainsi que des Classiques anglais (Oscar Wilde, même s’il est Irlandais, Nancy Mitford, Thomas Hardy, Jean Ray et ses nouvelles anglaises), pour garder l’équilibre et même de la littérature jeunesse (Roald Dahl, Michael Morpurgo, Irene Adler) pour la cure de jouvence !

Je n’ai pas oublié non plus d’y adjoindre des romans que j’avais déjà sélectionné les autres années mais que je n’avais jamais eu le temps de lire. Cette fois-ci, je ne le dis plus, je les lis, nom de Dieu !

Lorsque j’ai commencé à monter ma PAL pour le Mois Anglais (Livraddict, pour la liste), j’en ai profité pour décider de sortir des sentiers battus et d’aller m’amuser avec des auteurs Anglais dont l’action se déroule ailleurs

Par exemple en Amérique (R.J Ellory), dans la pampa d’Argentine (Backhouse Hugo), au Japon (David Kirk), à Paris (Tim Willocks), en Russie (Kate Furnivall & Sam Eastland), en Allemagne (David Thomas)… J’ai même du Gengis Khan !

Puis, tant qu’à changer de lieu, autant aller dans le fantastique, la fantasy, le steampunk ou la SF ! Soyons folle (et je le suis !).

Pas de panique, je n’ai pas oublié les bédés, même si je commence à avoir de plus en plus de mal à en trouver qui se déroulent en Angleterre (ou traduites d’auteurs Anglais).

En fouillant un peu, j’ai réussi à dénicher des Sherlock Holmes avec des images (des histoires classiques tirées des 4 romans, une d’humour et du steampunk-fantastique), une nouvelle série que ne connaissais pas (Special Branch) ou tout simplement des bons vieux Blake & Mortimer quand les deux compères sont à Londres ou un Tintin face à un gorille sur une île noire.

J’ai essoré ma PAL, traqué tout ce qui avait un accent anglais, rameuté Gogole, BabelioSens Critique, Booknode, Comixtrip, Coin Bédé ou Wiki (et Wikiki encore) pour m’aider dans mes recherches de bédés se déroulant en Angleterre.

Ensuite, jai fait tourner les systèmes qui font des recherches sur mes étiquettes (littérature anglaise) et tapé un œil sur mes anciennes listes afin d’en avoir le plus possible pour m’amuser cette année et en 2021 (si on me prête vie).

Par contre, je ne suis pas inspirée par des séries ou des films, donc, à moins d’un miracle, il n’y en aura pas cette année… Depuis le début du confinement, je n’ai pas envie de regarder toutes les séries ou les films que je possède…

Avant que les organisatrices ne tombent dans les pommes devant ma liste comportant 126 entrées, je le dis de suite : il est impossible de tout lire en 30 jours, même pour moi. J’avais juste envie d’avoir du choix pour piocher selon mes humeurs.

Et puis, cette longue liste pourrait donner des idées à des participantes (je n’ai jamais vu un mec au Mois Anglais, donc…), cette liste. Ou à des copinautes qui ne participent pas mais qui m’encouragent sur le banc de touche, m’offrant du thé, des scones ou du café fort afin que je tienne le coup (Ida, à tes fourneaux !).

Liste dans laquelle je vais puiser allègrement (oui, elle est longue mais elle servira longtemps) et pour les couvertures, passez faire un tour sur Livraddict.

  1. Chez les Gauchos : Backhouse Hugo [Aventures]
  2. Sherlock, Lupin & moi, T08 – Le secret de l’oeil d’Horus : Adler Irene [Polar]
  3. Grand livre de l’horreur, T05 – Sur les traces de Sherlock Holmes : Zimmermann [Fantastique]
  4. Détectives du Yorkshire, T02 – Rendez-vous avec le mal : Chapman [Polar]
  5. Loveday & Ryder, T01 : Le corbeau d’Oxford : Martin Faith [Polar]
  6. Frère Athelstan, T03 – Sacrilège à Blackfriars : Doherty Paul [Polar]
  7. Frère Athelstan, T01 – La galerie du rossignol : Doherty Paul [Polar]
  8. Son Espionne royale mène l’enquête, T01 : Bowen Rhys [Polar]
  9. L’importance d’être constant : Wilde Oscar [Roman Théâtre]
  10. Le portrait de Dorian Gray (non censuré) : Wilde Oscar [Roman]
  11. La Rose pourpre et le Lys, T01 : Faber Michel [Roman Historique]
  12. Bas-Fonds Londres – Crimes et prostitution sous règne Victoria : Chesney [Historique]
  13. Parmi les tombes : Powers Tim [Fantasy]
  14. La chair du limier : Belmont Stéphane [Polar]
  15. Un Parfum de Mort : Andrew Taylor [Polar Historique]
  16. Lizzie Martin, T07 : L’orpheline de Salisbury : Granger Ann [Polar]
  17. Thomas Hawkins, T01 – Le sourire du Diable : Hodgson Antonia [Polar]
  18. Thomas Hawkins, T02 – La trahison de la reine : Hodgson Antonia [Polar]
  19. Les chroniques de St Mary’s, T02 – D’écho en échos : Taylor Jodi [SF]
  20. L’héritier de Dracula : Sam Stall et Roland Sarkany [Fantastique] [Polar]
  21. Giordano Bruno, détective, T01 – Le prix de l’hérésie : Parris S. J. [Polar]
  22. Elle n’en pense pas un mot : Tey Josephine [Polar]
  23. Soeur Fidelma, T01 – Absolution par le meurtre : Tremayne Peter [Polar]
  24. Les Dernières heures : Walters Minette [Roman Historique]
  25. Depuis le temps de vos pères : Waddell Dan [Polar]
  26. Le jour où Kennedy n’est pas mort : Ellory R. J. [Polar Thriller]
  27. Max Wolfe, T02 – Les anges sans visage : Parsons Tony [Polar]
  28. La ferme du bout du monde : Sarah Vaughan [Roman]
  29. L’Accusé du Ross-Shire : Graeme Macrae Burnet [Polar]
  30. Jacks : Chavaneau Benoit [Polar]
  31. Jack l’Éventreur, le secret de Clifford Harrington : Dumas Patrice [Polar]
  32. L’héritage de Jack l’Éventreur : Buan Hugo [Polar]
  33. Jack l’Éventreur, les morts : Ruaud André-F [Étude]
  34. Nouvelles enquêtes dePoirot, T03 – Crime en toutes lettres : Hannah [Polar]
  35. La nuit qui ne finit pas : Christie Agatha [Polar]
  36. Miss Marple, T13 – La dernière énigme : Christie Agatha [Polar]
  37. Hercule Poirot , T34 – La troisième fille : Agatha Christie [Polar]
  38. A comme arsenic – Les poisons d’Agatha Christie : Harkup Kathryn [Étude]
  39. Agatha Christie de A à Z : Martinetti Anne [Étude]
  40. Les nombreuses vies d’Hercule Poirot : Ruaud et Mauméjean [Étude]
  41. Sherlock Holmes, une vie : Ruaud André-François [Étude]
  42. London noir : Ruaud André-François [Étude]
  43. Dossiers Cthulhu,T03 – Sherlock Holmes et les démons marins du Sussex :  Lovegrove James [Fantastique]
  44. Moriarty – Le chien des d’Urberville : Newman Kim [Fantastique]
  45. Étrange affaire de Spring Heeled Jack : Hodder [SF]
  46. Les Notes de sang, T01 : Vailly Corinne [SF]
  47. Anno Dracula, T01 : Newman Kim [Fantastique]
  48. Le temps fut : McDonald Ian [SF]
  49. Troie, T02 – Le bouclier du tonnerre : Gemmell David [Fantasy]
  50. Blackwing, T02 – Le Cri du corbeau : McDonald Ed [Fantasy]
  51. Téméraire, T05 – La victoire des aigles : Novik Naomi [Fantasy]
  52. L’âge du feu, T04 – L’attaque du dragon : Knight E. E. [Fantasy]
  53. Bartiméus, T04 – L’anneau de Salomon : Stroud Jonathan [Fantasy]
  54. Lady Helen, T01 – Le club des mauvais jours : Goodman Alison [Fantasy]
  55. La maison des morts : Pinborough Sarah [SF]
  56. Au service de Sa Majesté la Mort, T01 – L’ordre des revenants : Hervieux [Fantasy]
  57. Au service surnaturel de sa majesté, T02 – Agent double : O’Malley [Fantastique]
  58. SS-GB : Deighton Len [SF Dystopie]
  59. Blitz, T01 – Black-out : Willis Connie [SF]
  60. Roslend, T01 : Somers Nathalie [Fantastique]
  61. Le Guide du voyageur galactique, T01 : Adams Douglas [SF]
  62. Ostland : Thomas David [Polar Historique]
  63. Tess d’Urberville : Hardy Thomas [Roman Classique]
  64. Le samouraï : Kirk David [Aventures Historique]
  65. L’inconnue de Queen’s Gate : Beddingfeld Anne [Polar]
  66. Sherlock Holmes et les disparus des Cornouailles : Ruzé-Moens [Polar]
  67. Cuits à point : Serrano Élodie [Fantasy]
  68. Sláine Adamson, T01 – De trèfles et de plumes : Arden J. [Fantastique]
  69. Smoke : Vyleta Dan [Fantastique]
  70. Enquêtes extraordinaires Newbury et Hobbes, T01 – Revenants Whitechapel : Mann George [Fantastique]
  71. Henry Wilkes, T02 – Les fantômes du passé : Perrin-Guillet [Polar Historique]
  72. L’affaire Birdie Barclay : Finlay Mick [Polar Historique]
  73. David Ash, T01 – Hanté : Herbert James [Fantastique Épouvante]
  74. David Ash, T02 – La conspiration des fantômes : Herbert James [Fantastique]
  75. Craw Trilogy, T01 – La Rune du loup : M.D. Lachlan [Fantasy]
  76. Mage de Bataille, T01 : Flannery Peter A. [Fantasy]
  77. Merfer : China Miéville [SF]
  78. Jane Austen contre le Loup-Garou : Ciaudo Marianne [Fantastique]
  79. En fuite vers Bradford  : Flanders John [Fantastique]
  80. Les contes du Whisky : Jean Ray [Fantastique]
  81. Les Douze enfants de Paris : Willocks Tim [Polar Historique]
  82. L’oeil du Tsar Rouge : Eastland Sam [Polar]
  83. Le diamant de Saint-Pétersbourg : Furnivall Kate [Polar Historique]
  84. Matthew Shardlake, T04 – Prophétie : Sansom C. J. [Polar Historique]
  85. Épopée Gengis Khan, T02 – Seigneur des steppes : Iggulden [Historique]
  86. L’Âme du temple, T01 – Le Livre du Cercle : Young Robyn [Historique]
  87. Les Maîtres d’Ecosse, T01 – Insurrection : Young Robyn [Historique]
  88. Deux soeurs pour un roi : Gregory Philippa [Historique]
  89. La Nuit de l’infamie : Cox Michael [Polar Historique]
  90. Je suis Pilgrim : Hayes Terry [Polar]
  91. Mansfield park : Jane Austen [Roman Classique]
  92. Maudit mercredi : Nicci French [Polar]
  93. Highland fling : Mitford Nancy [Roman]
  94. Avec vue sur l’Arno : E.M Forster [Roman]
  95. Les Mortes-Eaux : A.M Hurley [Polar]
  96. La Peste Noire, grandes peurs et épidémies (1345-1730) : Naphy [Historique]
  97. Mauvais Garçon : Morpurgo Michael [Jeunesse]
  98. Sacrées sorcières : Dahl Roald [Jeunesse]
  99. Londres Noir : Collectif [Polar Noir]
  100. Londres Express : Peter Loughran [Polar Noir]
  101. 3 minutes pour comprendre multiples visages de Londres : Denison [Étude]
  102. Baker Street – T05 – Le cheval qui murmurait à l’oreille de Sherlock Holmes : Barral et Veys [Bédé]
  103. Archives secrètes de Sherlock Holmes – T02 – Le Club de la mort : Marniquet et Chanoinat [Bédé]
  104. Archives secrètes de Sherlock Holmes – T03 – Les Adorateurs de Kâli : Marniquet et Chanoinat [Bédé]
  105. Une histoire illustrée de Sherlock Holmes – T01 – Le chien des Baskerville : Edginton & Culbard [Bédé]
  106. Une histoire illustrée de Sherlock Holmes – T02 – Une étude en rouge : Edginton & Culbard [Bédé]
  107. Une histoire illustrée de Sherlock Holmes – T03 – Le signe des quatre : Edginton & Culbard [Bédé]
  108. Une histoire illustrée de Sherlock Holmes – T4 – La vallée de la peur : Edginton & Culbard [Bédé]
  109. M.O.R.I.A.R.T.Y – T01 – Empire mécanique : Duval & Pécau [Bédé]
  110. M.O.R.I.A.R.T.Y – T02 – Empire mécanique : Duval & Pécau [Bédé]
  111. Maudit sois-tu – T01 : Zaroff Pelaez et Puerta [Bédé]
  112. Mystères de Whitechapel – Terreur sur Londres : Marniquet, Chanoinat [Bédé]
  113. Special Branch – T01 – L’agonie du léviathan : Roger Seiter et Hamo [Bédé]
  114. Special Branch – T02 – La course du Léviathan : Roger Seiter et Hamo [Bédé]
  115. Special Branch – T03 – L’éveil du Léviathan : Roger Seiter et Hamo [Bédé]
  116. Special Branch – T04 – Londres rouge : Roger Seiter et Hamo [Bédé]
  117. Blake et Mortimer – T06 – La Marque jaune : Edgar P. Jacobs [Bédé]
  118. Blake et Mortimer – T13 – L’affaire Francis Blake : Van Hamme & Benoît [Bédé]
  119. Blake et Mortimer – T21 – Le serment des cinq lords : Yves Sente [Bédé]
  120. Les aventures de Tintin – T07 – L’Île Noire : Hergé [Bédé]
  121. Basil et Victoria – T01 – Sâti : Edith Grattery et Yann [Bédé]
  122. Le club des prédateurs – T01 – The Bogeyman : Mangin et Dupré [Bédé]
  123. Le club des prédateurs – T02 – The party : Mangin et Dupré [Bédé]
  124. Dickens & Dickens – T01 – Destins croisés : Rodolphe et Griffo [Bédé]
  125. Dickens & Dickens – T02 – Jeux de miroir : Rodolphe et Griffo [Bédé]
  126. Alix – T33 – Britannia : Bréda, Marc Jailloux et Jacques Martin [Bédé]
  127. Magicien de Whitechapel – T02 – Vivre pour l’éternité : André Benn [Bédé]
  128. Magicien de Whitechapel – T03 – L’éternité pour mourir : André Benn [Bédé]

Welcome to London

 

 

 

london_ben_big_architecture_britain_british_city_england-836010

 

 

La vraie vie des détectives de fiction : Mathilde de Jamblinne

Titre : La vraie vie des détectives de fiction

Auteur : Mathilde de Jamblinne
Édition : Jourdan (28/02/2019)

Résumé :
Un livre sur 4 vendu en librairies est un roman policier. Ce livre dévoile la vraie vie des détectives qui nourissent les imaginaires des lecteurs depuis des générations. Un livre-découverte passionnant.

Le roman policier se classe chaque année parmi les meilleures ventes en librairies et est devenu, aujourd’hui, un genre incontournable.

Mais qui sont ces héros, ces anti-héros, ces détectives professionnels ou non, qui dénouent les enquêtes fictives qui transcendent des millions de lecteurs ?

Découvrez, entre autres portraits,…

… le juge Ti, qui a vécu en Chine au V e siècle et est devenu, deux cent ans plus tard, le héros d’un roman policier chinois traduit en anglais… en 1949.

… la manière dont Corentin, héros de la Comédie humaine de Balzac, préfigure le policier détective de fiction qui lui ne succédera pourtant qu’un siècle plus tard.

… les amours secrètes, tumultueuses ou platoniques de Hercule Poirot, John Watson et Joseph Rouletabille.

… le destin de cet orphelin qui se nourrissait de biographies de l’Empereur et qui deviendra donc l’inspecteur… Napoléon Bonaparte.

… les détectives de fictions contemporaines, tous rongés par l’alcool et le désespoir ?

… la manière dont Tommy et Tuppence Beresford ont fait passer Agatha Christie pour une espionne et ont poussé le MI5 à mener une enquête contre elle.

Critique :
On ne peut nier la place importante que la littérature policière tient dans le monde de l’édition.

Un livre sur 4 vendu en librairies est un roman policier et tous ne sont pas des whodunit purs et simples avec le colonel Moutarde et le chandelier pour meurtrier et objet du crime.

Ce petit ouvrage (270 pages) reprend les détectives les plus illustres de la littérature, qu’ils appartiennent au passé ou qu’ils soient nos contemporains.

J’en connaissais un sacré paquet ! Normal, j’ai usé mes fonds de culottes dans tous les divans des détectives, sur leurs chaises ou carrément dans les commissariats !

Malgré tout, j’ai appris des petites choses, des détails sur les détectives de fiction les plus connus que je ne savais pas… On ne peut pas tout savoir non plus.

De ce point de vue là, je dirais que le livre est bien fait, qu’il est complet sans être trop indigeste car il ne donne que les points les plus utiles au lecteur, sans lui donner l’indigestion.

Celui qui ne savait rien en saura un peu plus, celui qui en savait assez en apprendra un peu plus. L’auteure donne aussi un bref résumé des romans les plus importants de nos détectives et pourrait donner envie de les découvrir aux lecteurs qui ne les ont pas lu.

Mais… Vous l’aviez senti venir, ce « mais »… Là où je suis plus critique, c’est que le résumé ressemble par certains points à un programme politique : on vous promet et une fois dedans, vous ne voyez pas…

J’ai eu beau secouer le livre, je n’ai pas trouvé de traces sur les amours secrètes, tumultueuses ou platoniques de Hercule Poirot, John Watson et Joseph Rouletabille.

Certes, l’auteure parle de la comtesse russe Vera Rossakoff que Poirot a failli demander en mariage, il nomme Ivana Vilitchkov, l’épouse de Rouletabille et de Mary Morstan qui épousa Watson, mais jamais des amours tels que décrit dans le 4ème de couverture.

Lorsqu’elle nous parle de Nero Wolfe, elle ajoute que beaucoup pensent qu’il serait le fils que Sherlock Holmes aurait eu avec Irene Adler, mais c’est tout…

Ou mon cerveau a extrapolé des trucs pas nets (qui aurait pu être tirés d’apocryphes) ou le 4ème est racoleur sur certains sujets et je suis tombée dedans.

Bon, je ne demandais pas de scènes de sexe torrides, mais il aurait pu exister des petites anecdotes amusantes ayant trait aux amours tumultueuses des uns et des autres. Tant pis pour moi.

Maintenant que vous savez, vous serez moins critique et moins frustrée que moi, donc, vous risquez de prendre plaisir à lire les portraits des détectives ou policiers les plus célèbres de la littérature, bien qu’il manque le commissaire Montalbano…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°171 et le Mois du Polar chez Sharon (Février 2020) [Lecture N°16].

Le Crime de l’Orient-Express – Hercule Poirot 09 : Agatha Christie [LC avec Bianca]

Titre : Le Crime de l’Orient-Express

Auteur : Agatha Christie
Édition: Livre de Poche / Le Masque

Résumé :
Alors qu’il rentre de mission et compte s’arrêter quelques jours à Istanbul, Hercule Poirot est rappelé d’urgence à Londres.

On est en hiver et à cette époque de l’année, l’Orient Express roule habituellement quasiment à vide.

Pourtant, sans l’aide du directeur de la compagnie, Hercule Poirot n’aurait pas trouvé de place à bord, comme si tous les voyageurs s’étaient donné rendez-vous dans ce train !

Dès la première nuit, un homme est assassiné. Le train est immobilisé par la neige qui empêche l’assassin de s’enfuir.

Dans les wagons isolés du reste du monde, Hercule Poirot, au sommet de son art, mène l’enquête. Et ce ne sont pas les pistes qui manquent !

Petit plus : Chef-d’œuvre incontesté de la littérature policière « Le Crime de l’Orient Express » présente une intrigue bouleversante, admirablement conçue et orchestrée.

Pas un détail n’est laissé au hasard. Du sur mesure pour les petites cellules grises du précieux détective Hercule Poirot qui vit ici l’une de ses plus célèbres enquêtes.

Le Crime de l’Orient-Express est, avec Dix petits nègres (1939), l’un des romans d’Agatha Christie ayant connu le plus grand succès.

Il a été traduit en plus de trente langues.

La partie du récit concernant le personnage de Ratchett est inspirée d’un crime réel, l’affaire du kidnapping de l’enfant de Charles Lindbergh, tandis qu’Agatha Christie s’inspire d’un fait divers comme toile de fond de son roman, un incident survenu en février 1929, le Simplon-Orient-Express (version de l’Orient-Express créée par les Alliés à la suite du traité de Versailles) bloqué par un blizzard pendant six jours près de Çerkezköy en Turquie.

Critique :
Ceux qui suivent mon blog et qui ne dorment pas au fond de la classe sont sans doute en train de se dire « Tiens, mais elle avait déjà posté une chronique sur ce roman d’Agatha Christie ».

À ceux-ci ou celles-là, j’offrirai un mojito bien frais, les autres suceront leur pouce, z’avaient qu’à être attentif.

Oui, j’avais transféré cette chronique en provenance de mon site, mais Bianca ne l’ayant pas lu, je me suis dévouée pour le relire une fois de plus.

Ce n’est que la… 3ème ou 4ème fois. Pas de bol, plus aucune surprise non plus puisque je n’ai jamais oublié QUI était le coupable dans ce huis-clos neigeux.

Entre nous, oubliez le film avec Kenneth Branagh qui ne fait pas un Poirot plausible (il est trop sexy) mais préférez plutôt le roman ou alors, le téléfilm avec David Suchet, mon chouchou.

Oui, on a beau tout savoir d’un roman, on a tout de même envie de le relire, même si, contrairement à ma relecture de « Le meurtre de Roger Ackroyd » où j’avais été attentive à tous les indices loupés durant ma première lecture, dans ce cas-ci, j’avais déjà eu tout le loisir de voir où la mère Christie m’avait flouzé.

Rien à dire, niveau magouilles et compagnie, la mère Agatha vaut son pesant de thé Darjeeling additionné d’une rasade d’alcool fort car à la fin de l’envoi, elle touche en te plantant l’épée dans le coeur. Elle est ainsi, la mère Agatha.

Afin de changer un peu, j’ai décidé de vous faire cette chronique sur un ton guilleret, amusant, humoristique et ne se prenant pas au sérieux. Jeunes élèves qui devez étudier et analyser ce roman, passez votre chemin, rien ici ne sera dévoilé et vous risquez le zéro pointé.

Dans ce roman, donc, MON petit détective belge (cocorico) aux belles moustaches monte dans l’Orient Express pour rentrer à Londres, après avoir passé quelques jours à Istanbul (et pas pour contrôler les dernières élections).

Alors que le voyage se déroule normalement et que l’on profite du luxe de ce train, bardaf, c’est l’embardée ! Comme le disait notre regretté Manu Thoreau.

L’Orient-Express, qui n’appartient pourtant pas à la SNCB, se retrouve bloqué sur la voie (qui n’est pas en travaux perpétuel, comme chez nous) au milieu de nulle part, dans un paysage neigeux propice aux engelures et, cerise sur la chantilly, le lendemain matin, on découvre le cadavre de M. Ratchett, lardé de douze coups de couteau.

Pas un de moins, pas un de plus. Douze coups, comme ceux de minuit. Quel carnage ! Un suicide, sans aucun doute.

Ce qui me fait baver, dans ce roman, c’est le côté huis-clos d’enfer ! Personne ne peut venir de l’extérieur et personne ne peut sortir du train pour s’enfuir, sauf s’il veut mourir congelé. L’assassin est donc dans le train, mais où ? Mais qui ?

Poirot, sans salir son beau costume, sans décoiffer ses belles bacchantes, sans se jeter au sol tel un Holmes dans « La seconde tache » va patiemment rassembler les petits détails, les petites incohérences, les indices et arriver à découvrir que Ratchett, en plus d’avoir un nom de famille qu’on doit cracher et non prononcer, cachait un horrible secret que rigoureusement ma mère m’a défendu d’nommer ici !

Non, je ne vous dirai rien. Si vous l’avez lu, vous savez, et si vous ne l’avez pas encore lu, il serait temps d’y remédier au plus vite !

Encore un final qui l’a laissé sur le cul, comme bien des romans d’Agatha Christie, la reine du crime qui a toujours su jouer avec les codes du polar, les tronquant, les changeant, faisant d’eux ce qu’elle voulait, au grand dam des puristes. Mais les puristes, on les emmerde !

Voilà au moins un final inattendu, inhabituel, totalement fou, dingue, malade ! Moi, j’en redemande, des gens qui fuck the rules !

Soupçonnant tout le monde et personne, je n’avais pas trouvé la solution en son temps. Maintenant, durant ma re-re-re-lecture, je pouffais dans la moustache que je n’ai pas.

Pourtant, une fois que l’on avait éliminé l’impossible, ce qui restait, aussi improbable que ce soit, était la vérité ! Je n’ai pas mis les préceptes du Maître de Baker Street en exergue. Poirot oui.

Il est bon, ce Belge… Presque aussi bon que mon anglais préféré !

Un plaisir que de re-re-relire cet Hercule Poirot et de le faire avec ma copinaute de LC, Bianca, pour qui c’était son premier voyage en Orient-Express.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois anglais (Juin 2018 – Saison 8) chez Lou & Titine.