Hel’Blar – Tome 1 – Les chasseurs de Draugar : Sergio A. Sierra et Alex Sierra

Titre : Hel’Blar – Tome 1 – Les chasseurs de Draugar

Scénariste : Sergio A. Sierra
Dessinateur : Alex Sierra

Édition : Sandawe (2017)

Résumé :
Norvège, an 910. Quel ennemi peut être assez fou pour s’attaquer aux terribles Vikings ?

C’est la question que se pose le groupe de guerriers et guerrières lancé à la poursuite de deux guerriers apparemment invincibles qui ont attaqué leur village et enlevé leurs enfants.

Ils ne trouveront la réponse qu’au terme d’une traque aussi angoissante que sanglante…

Critique :
Voilà une bédé qui déménage ! Il y a tous les éléments réunis pour donner une histoire géniale : de l’action, des guerriers vikings, des massacres de villages, des créatures sorties tout droit de l’enfer…

Les dessins sont très bien exécutés, les ambiances sont sombres à souhait, le mystère est bien présent, le suspense est utilisé à bon escient, les causeries aussi et les créatures foutent encore plus la trouille dessinées en ombre.

Ok, ça sent le scénario classique, déjà vu mais vous savez aussi que le plus important est la manière dont on raconte l’histoire. Une vieille blague connue bien racontée me fera toujours de l’effet.

Bingo ! Les frères Sierra ont réussi à me raconter une histoire qui m’a prise directement dans ce premier tome, sorte de mélange d’histoire de vampires, de morts-vivants, de marcheurs blancs à la G.R.R Martin ou de 13ème guerrier, film avec Antonio Banderas où des saloperies surgissaient d’une brume plus épaisse que celle de Londres au temps du smog (oui, j’adore ce film).

Maintenant, je ne sais pas si les vikings, à cette époque, utilisaient des mots comme « tarlouzes » ou « machos décérébrés », ? Je n’ai pas suivi un cours sur leur langage, mais je doute que ces mots soient parfaitement A.O.C.

Comme dans tout bon scénario, faut monter un groupe pour tenter de récupérer les enfants enlevés par cette horrible engeance que sont les Draugars (connus aussi sous les noms de Hel’blar, de mort noire ou de guerrier non-morts).

Nous avons beau être dans un univers de testostérone, de guerriers qui pillent pour subsister, de types qui fêtent le premier guerrier ennemi qu’ils ont tué ou qui jouent à celui qui pisse le plus loin (ou celui qui a la plus grosse), les femmes ne seront pas laissées de côté dans cette expédition puisque deux les accompagneront et que ce sont de sacrées guerrières.

Un album fantastique (dans les deux sens du terme) dont le scénario, même s’il est classique, est bien mis en scène, dont le suspense est bien équilibré, ainsi que les passages action ou blabla, sans que l’un prenne le pas sur l’autre.

Franchement, une belle découvert et vu le final, je ne vais pas attendre plus longtemps pour lire le second et dernier tome.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°242], le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B) – 56 pages et le Mois Espagnol chez Sharon – Mai 2021.

Le chant du bison : Antonio Pérez Henares [LC avec Bianca]

Titre : Le chant du bison

Auteur : Antonio Pérez Henares
Édition : HC (21/01/2021)
Édition Originale : La cancion del bisonte
Traduction : Anne-Carole Grillot

Résumé :
Il fut un temps où deux espèces humaines coexistaient sur terre : Homo sapiens et Néandertaliens. Que s’est-il passé pour que l’une d’elles disparaisse ?

Chat-Huant est encore jeune lorsqu’il voit arriver dans sa grotte celui que l’on surnomme l’Errant, que tout le monde craint et respecte. La solitude du petit garçon et son intelligence poussent le grand homme à l’emmener avec lui dans son long périple.

Un voyage initiatique commence alors pour le jeune Homo sapiens, qui découvre de nouvelles contrées, de nouveaux horizons, de nouveaux clans, leur art, le pouvoir des femmes… Il va aussi s’approcher de la vallée des Premiers Hommes où vivent Terre d’Ombre et les Néandertaliens.

Mais alors que les Lunes de glace deviennent de plus en plus rudes, alors que chaque nuit est une occasion de mourir, Chat-Huant et Terre d’Ombre comprennent qu’ils ne vont pas avoir d’autre choix que celui de s’affronter pour tenter de survivre.

Extraordinairement documenté, Le Chant du Bison est aussi un roman d’amour et d’aventure au temps de la dernière glaciation. Best-seller en Espagne dès sa sortie, Le Chant du Bison est particulièrement actuel, mettant en lumière les valeurs écologistes et féministes de nos ancêtres néandertaliens.

Critique :
S’il y a bien une matière qui me faisait chier à l’école, c’était celle consacrée à la préhistoire et aux hommes des cavernes… Faut dire aussi qu’on en a bouffé à chaque rentrée des classes, des hommes des cavernes !

La faute n’est pas imputable à nos lointains ancêtres mais à la manière dont les profs donnaient leurs cours, revenant sans cesse sur les mêmes sujets (et j’ai quand même tout oublié) et sur le fait que, nom d’une pipe, j’aurais préféré en apprendre plus sur mon siècle (le 20ème, merci de ne pas remonter plus loin) et sur les deux guerres mondiales que sur les hommes en fourrures qui vivaient dans des grottes.

Une fois adulte, maintenant que l’on sait plus de chose qu’il y a 35 ans (purée, on m’a appris des conneries à l’école !), le sujet est devenue bien plus passionnant ! J’ai dévoré la bédé Sapiens et je me suis jetée comme une affamée sur Le chant du bison.

Il faut saluer avant tout le travail de documentation de l’auteur, ses notes en fin de chapitres étaient remplies de détails historiques, des quelques licences que l’auteur parfois a prises avec l’Histoire. C’était très instructif car tout son récit s’appuie sur des faits avérés ou des preuves découvertes dans les grottes, essentiellement en Espagne et dans le Sud de la France.

Les chapitres sont assez courts, ce qui fait que le récit avance bien, surtout qu’il est en alternance avec les aventures de Chat-Huant, qui fait partie des Peaux Sombres (Sapiens) et de Terre d’Ombre, métis entre une Peau Sombre et un Pattes Courtes.

Les Pattes Courtes ne sont pas une manière polie de parler de personne de petite taille qui souffrent de verticalité contrariée… C’est tout simplement l’appellation d’un Néandertalien, dit aussi Premiers Hommes.

Qu’est-ce qui s’est passé entre les Sapiens et les Néandertaliens ? Pourquoi une race s’est-elle éteinte et l’autre à t-elle prospéré ? Génocide ? Extinction naturelle ? Impossibilité des Néandertaliens d’évoluer comme les Sapiens ont réussi à la faire, développant des armes de jet et racontant des histoires pour fédérer tout le monde ? Les meilleurs enquêteurs sont sur la piste : pour le moment, rien n’est exclu…

L’auteur, dans son roman, nous donne une piste, qui est tout à fait plausible car les Hommes de l’époque n’ont pas tellement changé par rapport à ce que nous sommes maintenant : lutte pour le pouvoir, magouilles et compagnie, mise à l’écart d’un bon élément s’il est susceptible de nous faire de l’ombre, peur des autres (ceux qui sont différents de nous qu’on prend toujours pour des sauvages, des barbares), très haute opinion de nous-mêmes (trop haute)…

Ce récit est une grande aventure qui nous fera voyager dans le Nord de l’Espagne et ce, jusqu’en France, dans le Sud, plus précisément à la grotte Chauvet. Là, j’était en terrain connu puisque j’ai eu la chance de visiter la réplique de cette grotte et putain de nom de dieu, c’était magnifique (mais 1h, c’est trop rapide, j’aurais aimé y flâner, mais ce n’était possible qu’en juillet/août à l’époque où le covid ne pourrissait pas notre vie).

Les personnages sont attachants, autant Chat Huant que l’Errant, que Pavot ou même Terre d’Ombre, qui cherche sa place, lui qui est un sang-mêlé. Hé oui, rien n’a changé !

Si les Sapiens aiment bouger, aller voir ailleurs, changer de territoire, les Néandertaliens sont plus casaniers, n’aimant pas changer de méthode quand une fonctionne très bien, n’aimant pas aller sur les territoires des autres afin de ne pas ramener la merde ensuite. On ne peut pas leur donner tort non plus…

Ce roman n’est pas à lire si vous voulez de l’action pure et dure et un récit qui avance à la vitesse d’un coureur cycliste dopé, dans une descente de montagne. C’est un récit qui prend son temps : celui de planter ses décors, de nous montrer les mœurs de nos ancêtres, de présenter ses personnages et de les approfondir.

Malgré tout, dès la première ligne avalée, j’étais immergée dans mon récit et j’avais du mal à le lâcher car c’était instructif, intéressant, bien écrit et malgré le fait que les dialogues sont courts et peu présent, je me suis attachée aux personnages et me suis gavée de cette histoire qui, si elle m’avait été présentée ainsi à l’école, m’aurais empêché de soupirer sans fin.

Une LC réalisée avec Bianca, qui avait attiré mon attention sur ce roman qu’elle venait de recevoir et j’ai dit oui tout de suite ! Aucun regret car c’était une super lecture qui m’a bien rempli mon petit cerveau. Tourner la dernière page m’a donné un petit coup au cœur car j’étais bien avec ces personnages. Pour Bianca, la lecture fut plus mitigée, trouvant le récit trop dense et contemplatif. Deux avis différents… Suivez le lien pour lire le sien.

Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°43].

Les Indes fourbes : Alain Ayroles et Juanjo Guarnido

Titre : Les Indes fourbes

Scénariste : Alain Ayroles
Dessinateur : Juanjo Guarnido

Édition : Delcourt Hors collection (28/08/2019)

Résumé :
Fripouille sympathique, don Pablos de Ségovie fait le récit de ses aventures picaresques dans cette Amérique qu’on appelait encore les Indes au siècle d’or.

Tour à tour misérable et richissime, adoré et conspué, ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux palais, des pics de la Cordillère aux méandres de l’Amazone, jusqu’à ce lieu mythique du Nouveau Monde : l’Eldorado !

D ans Les Indes fourbes, Alain Ayroles poursuit les péripéties du héros narrées dans L’histoire de la vie de l’aventurier don Pablos de Ségovie, vagabond exemplaire et miroir des filous, un récit picaresque de Francisco de Quevedo publié en 1626. Ce dernier promettait un second volet qui n’est jamais venu. L’oubli est désormais réparé.

Critique :
Que dire de plus qui n’a pas encore été dit au sujet de cette bédé de 160 pages ?

Que c’est génial ? Que le récit se dévore d’un seul coup, un sourire aux lèvres ?

Que le scénario excellent est super bien mis en valeur par les dessins et que la couleur vient parachever le tout, sublimant encore plus ce gros album ?

Que le prix assez élevé le vaut bien ? Que j’ai pris un pied magistral en la lisant et que je n’ai qu’un seul regret : ne pas l’avoir lue plus tôt ?

Pablos de Ségovie est une fripouille que l’on pourrait qualifier de sympathique, même s’il n’hésitera jamais à vous planter le couteau dans le dos afin de se faire un peu d’argent… Ou à vous vendre… Ou pire !

La devise de son père étant « Tu ne travailleras point », notre gueux va y mettre un point d’honneur, en volant, rapinant, trichant, entre autre, et afin d’améliorer son ordinaire, partira vers le Nouveau-Monde, vers ce qu’on appelle encore les Indes, même si ce ne sont pas elles mais l’Amérique du Sud.

Pablos est un excellent conteur, il m’a emmené dans son voyage de folie à la recherche des Cités d’Or et je l’ai suivie comme un seul Homme (femme) dans tous les dangers de ce voyage vers une mythique ville faite d’or.

Cette bédé est riche de plusieurs choses qui fait d’elle un lingot d’or : la richesse des dessins, des expressions des personnages, des décors, des couleurs chatoyantes, des personnages travaillés et du scénario, au poil, qui possède des rebondissements inattendus (bien que j’en ai suspecté un et j’avais bien vu) et des filouteries dignes des plus rusés roublards.

Pas de fausses notes dans la partition, la musique est enlevée, dynamique, entraînante et on se demande jusqu’où ira la bassesse humaine pour obtenir des richesses tout en souriant de toutes ses dents.

La maestria est là aussi car Pablos a tout de l’anti-héros, du salopard né, du fainéant de classe mondiale, du vaurien patenté, du délateur zélé, du profiteur de toutes situations, de roublard, du traître, bref, une canaille retorse à qui on ne devrait pas faire confiance et qui a tout pour nous dégoutter de l’âme humaine tant il n’hésitera jamais à faire du tort. Et malgré tout ça, on l’adore, le Pablos !

Une bédé grandiose, un roman graphique qui ira trôner dans les étagères du haut, avec la crème de la crème, un roman picaresque où c’est le filou qui nous raconte son aventure, son histoire et dont on n’est pas prêt d’oublier les multiples fourberies car ce bougre nous a rendu complice de ses infamies qui, avouons-le, étaient bien trouvées, culottées et devant lesquelles je ne peux que m’incliner.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°171] et Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°37].

Orcs & Gobelins – Tome 10 – Dunnrak : Jean-Luc Istin et Alex Sierra

Titre : Orcs & Gobelins – Tome 10 – Dunnrak

Scénariste : Jean-Luc Istin
Dessinateur : Alex Sierra

Édition : Soleil (21/10/2020)

Résumé :
« C’est en observant la lumière sur les reflets du lac que je l’ai remarqué. C’était là, au fond. Ça me faisait de l’oeil, ça brillait. Mais le trouble de l’eau m’empêchait de voir de quoi il s’agissait précisément. Alors, je me suis laissé aller vers le fond ».

Un jour, en pêchant, Dunnrak l’orc récupère au fond du lac un pendentif. Lorsque le nom de son frère se grave sur la pierre, Dunnrak ne s’en préoccupe pas, sauf que son frère meurt dans la journée et aussitôt son nom disparaît.

Très vite le phénomène se renouvelle. Dunnrak est-il fou ? Est-ce une pierre de divination ? Et pourquoi personne d’autre que lui ne peut lire les noms inscrits dans la pierre ?

Critique :
♫ Père Castor, raconte-nous une histoire ♪ Lis-nous dis, oui une histoire encore ♪ Une avec des Orcs et des Gobelins ♪ Et des Hommes qui veulent le pouvoir ♪

Oups, désolée, ce n’est pas le Père Castor qui va nous conter une histoire choupi, mais Dunnrak, un Orc, un cul vert… Ce ne sera pas choupinou, ce sera violent, mais foutrement excellent !

— Un jour, c’est toi qui tues ; un autre jour, c’est toi qui est tué. Autant miser sur la première option, tu ne penses pas ?

Dunnrak n’est pas un Orc comme les autres, il est moins violent, ce qui va à l’encontre de ce que son peuple veut et surtout cela va à l’encontre des préceptes de son père : un Orc est fait pour se battre, pour tuer, massacrer. Dunnrak, lui, veut juste pêcher en paix.

La pêche peut rapporter gros puisque notre jeune cul vert trouve un pendentif avec une pierre bleue brillante qui peut prédire la mort… Poursuivi par des mercenaires et capturé, notre Orc va devoir raconter l’histoire de ce pendentif.

Une fois de plus, voilà un album brillant avec un scénario aux petits oignons qui laisse la place à des surprises et des retournements de situation inattendus.

Les Terres d’Aran sont vastes mais on risque toujours de tomber sur des vieilles connaisses, tel Ayraak, le redoutable capitaine de la compagnie du Croc de Fer ou un vieux mage croisé dans la série éponyme.

Cela donne une continuité à tous ces one-shot et le final laisse présager que nous reverrons notre raconteur d’histoire. En tout cas, je l’espère et avec ce niveau d’excellence !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°138].

Les tuniques bleues – Tome 65 – L’envoyé spécial : José-Luis Munuera et Béka

Titre : Les tuniques bleues – Tome 65 – L’envoyé spécial

Scénaristes : José-Luis Munuera et Béka
Dessinateur : José-Luis Munuera

Édition : Dupuis (30/10/2020)

Résumé :
Londres 1861. William Russell, journaliste au Times, couvre une grève dans une usine, au grand dam de ses supérieurs qui lui reprochent de se ranger du côté des ouvriers. Pour se débarrasser de lui, la rédaction du journal l’envoie de l’autre côté de l’Atlantique où la guerre de Sécession fait rage.

En Amérique, dans le camp de l’armée nordiste, le caporal Blutch et le sergent Chesterfield sont chargés d’escorter ce drôle d’observateur anglais, flegmatique et distingué, qui prend des notes sur le champ de bataille en chevauchant une mule.

« La vérité, c’est une question de point de vue ! » s’exclame Blutch dans ce nouveau tome des « Tuniques bleues » coscénarisé par le couple BeKa et Jose Luis Munuera, et dessiné par Jose Luis Munuera.

William Howard Russell (1820-1907) est un journaliste anglais, considéré comme le premier correspondant de guerre. Il a couvert la guerre de Sécession.

Dans l’esprit de la série culte de Cauvin et Lambil, et en attendant la parution du tome 64 en 2021, qui marquera le dernier scénario de Cauvin, les auteurs s’emparent du tandem fétiche pour évoquer l’éternelle tentation d’instrumentalisation de la presse par le pouvoir et la difficulté pour elle de rester objective.

Critique :
Il y deux sortes de passionnés de la bédé : les puristes qui ne veulent pas de reprise par d’autres et les autres que ça ne dérange pas, tant que ça reste dans la ligne éditrices et que les scénarios sont intéressants.

Je me situe souvent le cul entre deux chaises mais pour certaine série (Spirou, par exemple), cela ne me dérange pas la continuité par d’autres alors que pour Blueberry, Astérix, on s’est éloigné de la qualité scénaristiques des albums mères.

Mais je suis ici pour parler de l’album 65 de Tuniques Bleues, paru avant le 64 qui marquera la fin de l’ère Cauvin-Lambil qui prennent leur retraite de cette série mythique. Ça me désole, mais ces derniers temps, les albums des Tuniques Bleues ne m’enchantaient plus au niveau du scénario et je trouvais qu’on tournait en rond.

Le trait de Munuera, je le connais de longue date, ayant lu Les Campbell, Nävis et Zorglub. Malgré tout, après 60 albums dessinés par Lambil (4 premiers par Salvérius), il faut un peu de temps pour s’habituer à une autres manière de dessiner les personnages. Souvent, dans les expressions, je revoyais celles des personnages des autres séries du dessinateur Munuera…

Le scénario est excellent et j’ai été étonnée de voir un journaliste du Times de Londres aller jouer l’envoyé spécial sur la Guerre de Sécession, mais effectivement, c’était logique que d’autres s’intéressent au conflit.

William Russell, le journaliste du Times, a tout son flegme britannique et son but à lui, c’est de raconter la guerre telle qu’elle se déroule, de ne pas cacher le nombre de morts, la folie de ce conflit fratricide, de l’imbécillité de certains généraux, le tout, sans prendre parti pour un camp ou un autre.

Si les ronds-de-cuir et les militaires voulaient un journaliste pour leur tresser des lauriers à leur gloire et à leur cause, ils remarquent vite qu’ils se sont fourré le sabre dans le cul, jusqu’au coude et décident de mettre un bâillon sur ce journaliste qui oublie de censurer ses articles, ou de les tourner dans le bon sens du Nord, comme certains firent durant la Première Guerre Mondiale.

À l’Ouest, il y a du nouveau car cet album, même s’il manie toujours l’humour, va plus en profondeur dans les personnages, dans leurs réflexions, leurs actions et les auteurs n’hésitent pas à montrer ce que peu de gens aimeraient voir : une coalition entre les dirigeants des deux camps ! La guerre est une affaire politique.

Je me suis régalée avec ce tome 65 et cela faisait longtemps que je ne prenais plus autant de plaisir à lire mes Tuniques Bleues, sauf à relire les anciens albums (jusqu’au 27, j’adore, entre le 28 et le 36, c’est inégal, au delà, je ne les relis jamais).

La thématique de la presse utilisée par le pouvoir sur place pour son propre bien à lui, dans le but de faire de la propagande ou de minimiser les faits existe depuis toujours et il n’est pas toujours simple pour un journaliste ou son journal de rester objectif devant des menaces, des dessous de table, des tentatives de musellement.

Et encore, durant la Guerre de Sécession, les journaux n’appartenaient pas à des millionnaires/milliardaires/industriels/ et le chantage à la publicité n’avait pas le même impact que maintenant (même si le nerf de la guerre est toujours le fric, le fric, le fric, le fric – et non pas des frites sur l’air des Tuches).

Un excellent album qui renoue avec ce que j’aimais dans cette série : de l’humour mais aussi de la profondeur.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°121].

Bilan Mois Espagnol chez Sharon – Mai 2020 ¡Olé!

Hélas, le Mois Espagnol est déjà terminé… Là-dessus, pas le temps de faire la siesta car je dois déjà me tenir prête à crier « Vive le Mois Anglais ! »

Cette année, confinement oblige, j’ai eu du temps pour lire plus et j’avais envie aussi de battre mes précédents records.

Non pas par soucis de compétition, mais juste pour faire honneur à Sharon, qui n’avait pas vraiment l’envie d’organiser son Mois Espagnol mais, comme je lui ai dis que si elle ne l’organisait pas, j’allais participer quand même, juste pour le fun, elle l’a mis au calendrier. Je l’en remercie !

Je n’ai jamais été une branquignole à son challenge (à aucun de ses challenges, d’ailleurs), mais là, j’ai pété les records, même si, une fois de plus, des romans sélectionnés plusieurs années de suite repartent dans les étagères, non lus.

On a beau lire à fond, il en reste toujours sur la pile et je n’ai même pas eu le temps de lire mes Del Arbol en retard, ni tous les autres que j’aurais vraiment souhaité lire cette année. Caramba encore raté !

Il y aura du rab’ pour l’édition 2021. Vu que j’avais une sélection de 70 titres et que j’ai rajouté 3 bédés ensuite (lues), il est clair que j’aurais eu bien besoin de 4 mois pour arriver à tout lire.

Sharon, on prolonge le Mois Espagnol ?? Ok, je sors et je file en Angleterre pour le Mois Anglais…

Oups, je vais passer de la paella à… On mange quoi de bon, chez les Anglais, hormis les petites saloperies sucrées à l’heure du thé ?? mdr

Ce que je retiendrai de ces lectures, c’est que si certaines furent des déceptions, d’autres furent des découvertes, des coups de cœur et des coups dans les tripes car la plupart de mes sélections étaient des romans noirs, des policiers durs et les lectures détentes furent peu nombreuses.

Livres lus et bilan de ce Mois Espagnol 2020 : 20 billets !

  1. El Niño de Hollywood : Juan José Martínez et Óscar Martínez (Salvador)
  2. Crack, chien patagon : Catelin Georges (Patagonie)
  3. Loverboy – Miguel Ángel Morgado 03 : Gabriel Trujillo Muñoz (Mexique)
  4. La fin de l’histoire : Luis Sepúlveda (Chili)
  5. Histoire d’une baleine blanche : Luis Sepúlveda (Chili)
  6. Tout pour la patrie : Martin Caparros (Argentine)
  7. L’homme en arme : Horacio Castellanos Moya (Salvador)
  8. Jungle : Miguel Bonnefoy
  9. Il pleut sur Managua : Sergio Ramirez (Nicaragua)
  10. Dracula, Dracul, Vlad ?, Bah.. : Alberto Breccia (Argentine)
  11. Dracula : Fernando Fernández (Espagne)
  12. Mala vida : Marc Fernandez (France/Espagne)
  13. La conspiration des médiocres – Perro Lascano 04 : Ernesto Mallo (Argentine)
  14. Le tableau du maître flamand : Arturo Perez-Reverte (Espagne)
  15. La frontière sud : José Luis Muñoz
  16. Le Manuscrit de Grenade : Leconte Marianne (France/Andalousie)
  17. Spirou et Fantasio – T07 – Le Dictateur et le champignon : Franquin (Palombie)
  18. Ni vivants ni morts : Federico Mastrogiovanni (Mexique)
  19. De loin on dirait des mouches : Ferrari Kike (Argentine)
  20. Chez les Gauchos : Backhouse Hugo (Angleterre/Argentine)

54 romans Repartent dans les étagères pour une nouvelle année de poussières… 

  1. Amigorena Santiago : Le ghetto intérieur (Argentine)
  2. Arból Víctor del : La veille de presque tout (Espagne)
  3. Arból Víctor del : Le poids des morts (Espagne)
  4. Arból Víctor del : Par-delà la pluie (Espagne)
  5. Arból Víctor del : La maison des chagrins (Espagne)
  6. Argemí Raúl : À tombeau ouvert (Argentine)
  7. Arriaga Guillermo : Un doux parfum de mort (Mexique)
  8. Bolaño Roberto : 2666 (Chili)
  9. Bryan Helen : Femmes de l’ombre (États-Unis/Andalousie)
  10. Cabré Jaume : Les voix du Pamano (Espagne)
  11. Carter Chris : Le prix de la peur – Détective Robert Hunter 02  (Brésil)
  12. Del Castillo Michel : La nuit du décret (France/Catalogne)
  13. Del Valle Ignacio : Empereurs des ténèbres (Espagne)
  14. Del Valle Ignacio : Les Démons de Berlin (Espagne)
  15. Diaz-Eterovic Ramon : L’Obscure Mémoire des armes (Chili)
  16. Diaz-Eterovic Ramon : Negra soledad (Chili)
  17. Fernandez Diaz J : Le gardien de la Joconde (Argentine)
  18. Fernandez Marc : Guerilla social club (France/Espagne)
  19. Franco Jorge : Le Ciel à bout portant (Colombie)
  20. Gamboa Santiago : Des hommes en noir (Colombie)
  21. Garduno Juan de Dios : Welcome to Harmony (Espagne)
  22. Giménez-Bartlett : Le silence des cloîtres (Espagne)
  23. González Ledesma : La dame de cachemire – Mendez 04 (Espagne)
  24. González Ledesma : Des morts bien pires – Mendez 11 (Espagne)
  25. González Ledesma : Cinq femmes et demie – Mendez 07 (Espagne)
  26. González Tomás : L’Histoire d’Horacio (Colombie)
  27. Mallo Ernesto : Les hommes t’ont fait du mal – Perro Lascano 03 (Argentine)
  28. Martinez Agustin : Monteperdido (Espagne)
  29. Miranda Miguel : Quand les vautours approchent (Portugal)
  30. Montero Manglano : Table du roi Salomon (Espagne)
  31. Montero Rosa : Le Poids du coeur (Espagne)
  32. Montero Rosa : Le temps de la haine (Espagne)
  33. Padura Leonardo : La transparence du temps – Mario Conde 08 (Cuba)
  34. Peeters Hagar : Malva (Pays-Bas/Chili – Pablo Neruda)
  35. Plante Alicia : Les eaux troubles du tigre (Argentine)
  36. Quiros Daniel : Pluie des ombres – Don Chepe 2 (Costa Rica)
  37. Ravelo Alexis : La stratégie du pékinois (Espagne)
  38. Redondo Dolores : Trilogie du Baztán, T1 : Le gardien invisible (Espagne)
  39. Rocha Luis Miguel : Le dernier pape (Portugal)
  40. Roncagliolo Santiago : Avril rouge – Félix Chacaltana 01 (Pérou)
  41. Roncagliolo Santiago : La peine capitale – Félix Chacaltana 02 (Pérou)
  42. Ruiz Zafon Carlos : Le jeu de l’ange (Espagne)
  43. Salem Carlos : Je reste roi d’Espagne (Argentine)
  44. Sepúlveda Luis : Un nom de torero (Chili)
  45. Sepúlveda Luis : Le vieux qui lisait des romans d’amour (Chili)
  46. Somoza José Carlos : La caverne des Idées (Espagne)
  47. Sánchez Pardos : Daniel Barcelona (Espagne)
  48. Santiago Mikel : Le Mauvais Chemin (Espagne)
  49. Taibo II Paco Ignacio : Nous revenons comme des ombres (Mexique)
  50. Taibo II Paco Ignacio : Jours de combat (Mexique)
  51. Taibo II Paco Ignacio : Ombre de l’ombre (Mexique)
  52. Trelles Paz Diego : Bioy (Pérou)
  53. Zanon Carlos : Taxi (Espagne)
  54. Zukerman David : San Perdido (France/Panama)

La frontière sud : José Luis Muñoz

Titre : La frontière sud

Auteur : José Luis Muñoz
Édition : Actes Sud Actes noirs (02/09/2015)
Édition Originale : La frontera sur (2010)
Traduction : Alexandra Carrasco

Résumé :
Mike Demon (déjà aperçu dans Babylone Vegas) est vendeur d’assurances. Il mène une existence de bon Américain moyen tout en s’offrant des escapades amoureuses ou sexuelles lors de ses tournées.

À Tijuana, il promet à la prostituée sublime dont il est tombé follement amoureux de lui faire passer la frontière.

C’est sans compter Fred Vargas, un flic mexicain violent et véreux, qui fait chanter les bons pères de famille yankee venus s’encanailler de l’autre côté de la frontière…

Une double intrigue menée de main de maître pour un western noir sursaturé de violence et de sexe.

Critique :
Ce roman noir, c’est le film Pretty Woman en version glauque, poisseuse, sombre, violente, à la western, le tout assaisonné de poudre blanche, sursaturé de sperme à gogo et de sexe.

Mike Demon est comme le Belzébuth de la « Salsa du démon » (Grand Orchestre du Splendid) : il est en rut !

Qu’on lui enfonce du bromure en suppositoire dans le fion, ça lui fera les pieds, tiens !

Ce n’est pas de la bigoterie mais de l’énervement car bon sang, aucune leçon ne lui sert et il retombe toujours dans sa folie sexuelle avec n’importe quel trou féminin (le tout sans trop de respect, c’est du sexe bestial).

Ne chercher pas une morale dans ces pages, il n’y en a pas. Mike ne tirera aucune leçon de ses mésaventures, pire, il s’enfoncera dans le vice encore plus avant de basculer dans une autre catégorie, sans même ressentir du remord ou de la culpabilité.

Pour Mike, le sexe des femmes se nomme l’enfer parce que Satan l’habite (je vous offre le jeu de mot). Son épouse est moins portée sur la chose que lui et donc, monsieur la fourre dans tous les trous féminins qui ne sont pas ceux de son épouse.

De l’autre côté de la frontière, à Tijuana, il y a Carmela, la soeur de Ruben, drogué branleur et tueur à gage à ses heures. Une scène de ce roman m’a donné envie de vomir car on dépasse en glauquitude la relation Cersei/Jaime. Oui, c’est possible.

Malheureusement, il y a trop de passages à vide dans ce roman, trop de longueurs afin de présenter les personnages et de les placer dans leurs décors, leur boulot, leur vie.

La partie consacrée à l’autre côté de la frontière, à Tijuana, est hyper violente, sordide, donnant des sueurs froides avec les exécutions, les viols, la misère, la prostitution (pas toujours de son plein gré), les crimes, la drogue, les chantages, enlèvements et j’en oublie sans doute.

Fred Vargas est encore plus immonde que Mike. Non, je ne parle pas de l’auteure Fred Vargas mais de son homonyme, un flic mexicain violent et véreux qui adore faire chanter les américains friqués qui viennent avec Popaul visiter les petites femmes de Tijuana, dans tous les sens du terme. Et ça ne chante pas à The Voice !

Impossible pour moi de m’attacher à un personnage, si ce n’est cette pauvre Carmela qui est mal tombée avec son frangin libidineux et Mike Demon qui est un beau parleur, mais rien de plus.

Les ambiances sont poisseuses de sperme car ça baise à tous les étages, ça y pue la sueur, le sang, les morts, la corruption… L’auteur nous a mis la tête dedans et le goût restera coincé dans les narines, même à la fin de la lecture.

Malheureusement, trop de longs passages ennuyeux (ceci n’est que mon avis) que j’ai survolé tant je n’accrochais pas à ce roman noir, ce western survolté où la violence et le sexe se côtoient ad nauseum.

Pour la prostituée drôle, amusante et le loverboy sexy qui tient ses promesses avec un beau happy end sur une musique magique, choisissez Pretty Woman, une valeur sûre !

Une fois de plus, je dirai : au suivant !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°227 et le Mois Espagnol et Sud-Américain chez Sharon – Mai 2020 [Lecture – 15].

 

 

Le tableau du maître flamand : Arturo Perez-Reverte

Titre : Le tableau du maître flamand

Auteur : Arturo Perez-Reverte
Édition : Le Livre de Poche Thriller (1994/2007/2010))
Édition Originale : La tabla de Flandes (1990)
Traduction : Jean-Pierre Quijano

Résumé :
Sur la toile, peinte il y a cinq siècles, un seigneur et un chevalier jouent aux échecs, observés depuis le fond par une femme en noir.

Détail curieux: le peintre a exécuté ce tableau deux ans après la mort mystérieuse d’un des joueurs et tracé l’inscription « Qui a pris le cavalier ? », également traduisible par: « Qui a tué le cavalier ? »

Tout cela n’éveillerait que des passions de collectionneurs si des morts violentes ne semblaient continuer la partie en suspens sur la toile.

Et c’est ainsi que l’histoire, la peinture, la logique mathématique viennent multiplier les dimensions d’une intrigue elle-même aussi vertigineuse que le jeu d’échecs…

Critique :
Quis necavit equitem ? Et pour ceux et celles qui n’ont pas écouté pendant les cours de latin (moi en premier), la traduction veut dire « Qui a pris le cavalier ? », ou plus simplement, « Qui a tué le cavalier ? ».

Omar n’a pas « tuer » et il semblerait que Dupont de Ligonnès soit innocent aussi.

Mais alors, QUI a zigouillé le cavalier ?

Cette inscription latine et énigmatique a été inscrite sur la toile « La Partie d’échecs », peinte en 1471 par Pieter van Huys, flamand de son état et sans les rayons X, jamais elle n’aurait été mise à jour puisque recouverte par la peinture.

Il est trop tard pour passer les menottes au coupable, sauf à arrêter un squelette. Il semble que la prescription jouerait pour celui qui assassina le cavalier de la toile… Malgré tout, il y a là un petit mystère qui ne déplaît pas à Julia, restauratrice de cette toile.

Tout le monde pourrait penser que l’amant (le cavalier/chevalier) de l’épouse (la dame en noir en arrière-plan) aurait été assassiné par le mari cocu et jaloux (un grand classique), son adversaire dans cette partie d’échec.

Plausible mais banal, bien que la théorie du rasoir d’Ockham nous la souffle. Mais ce serait trop simple, beaucoup trop simple !

La solution était moins simple mais nom de Zeus, pour arriver à comprendre le raisonnement, qui est long et obscur j’ai dû avaler des aspirines afin de calmer mes maux de tête !

On est loin des déductions à Holmes ou Poirot, loin des indices faciles à repérer car la résolution est dans les échecs, jeu hermétique pour mon pauvre et simple esprit. C’est trop mathématique, trop abscons pour moi.

En plus, j’ai trouvé les différents personnages assez plats, sans relief, hormis pour le vieux César qui nous gratifiait de touches d’humour de temps en temps. Lui, il a relevé le niveau des autres qui eux, pouvaient retourner au vestiaire.

L’écriture est simple, à la portée de tous, les complications venant dans la partie consacrée aux échecs.

Par contre, malgré le fait que je me suis perdue, j’ai apprécié quand l’auteur nous parlait de l’art et de ses trafics nombreux, des manières de restaurer des peintures et de la fabrication des couleurs à une époque lointaine.

Vous vous en doutez, j’ai sauté des passages entiers et des pages et des pages tant le roman ne me passionnait guère. Je suis allée jusqu’au bout tout de même car « Le polar pour les Nuls » en parlait en bien, tant au niveau de sa construction que de sa résolution.

Ouf, je suis arrivé dans les chapitres des révélations ! Et patatras, lorsque Munoz, le « détective », prodige aux échecs, dévoilera le nom du coupable « tadaaaa », j’en suis restée baba tant ça me semblait lourd, déjà vu, déjà fait, coup classique… Le coup que je déteste qu’on me fasse. Le coup de pute.

Sinon, c’était vachement alambiqué, c’était recherché d’incorporer la solution de l’énigme dans des parties d’échecs, mais tout ça m’a perdu. En plus, avec des personnages sans trop de saveur et de goût, ça m’a achevé.

Je vais l’oublier et le ranger sur mes étagères.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°226 et le Mois Espagnol et Sud-Américain chez Sharon – Mai 2020 [Lecture – 14].

 

Dracula : Fernando Fernández

Titre : Dracula

Scénariste : Fernando Fernández
Dessinateur : Fernando Fernández

Édition : Campus (1985)
Édition originale : Bram Stoker’s Dracula (1984)

Résumé :
Alors qu’il vient d’épouser Mina, le jeune Jonathan Harker se rend en Roumanie pour y rencontrer le comte Dracula, qui projette de faire l’acquisition d’une propriété à Londres.

Après un voyage placé sous le signe des superstitions locales, Harker va se rendre compte que le Comte n’est pas qu’un simple noble roumain.

Car Dracula est une créature de la nuit, un vampire à la recherche du sang qui lui permettra de prolonger indéfiniment son existence.

Critique :
Cette bédé est une adaptation libre du roman de Bram Stoker tout en étant fidèle au texte et à l’esprit de l’oeuvre originale.

L’apport personnel de l’auteur se trouvant dans le sens des dessins et l’utilisation de la couleur.

Premier constat : j’aime les dessins ressemblant à des aquarelles, j’aime aussi les couleurs utilisées, assez claires, comme des lavis.

Dès la première case, on ressent déjà des frissons, le poids des superstitions et la peur qui prend directement à la gorge.

Pourtant, je ne devrais pas être surprise, je sais très bien où je m’engage, contrairement à Jonathan Harker quand il prend la route du château du comte Dracula… Et bien, malgré tout, j’ai eu la trouille.

L’auteur a rendu vie au roman, l’a brillamment mis en scène – pardon – en pages, et en couleurs. Les scènes sont superbes, très parlantes, sensuelles, même, à certains moments (lorsque Dracula boit le sang de Lucy et celui de Mina) et on se surprend à d’abord admirer les images avant de passer au texte.

Contrairement au film de Coppola, il n’y a pas d’histoire d’amûr entre Mina et le comte Dracula. Pas de Dracula en dandy comme l’était Gary Oldman. Pas d’introduction non plus que les origines du vampirisme de Dracula.

Pour les midinettes amatrice de vampires sensuels, sexy et suceur de sang végétal, faudra passer son chemin, ici, c’est du véritable vampire A.O.C !

Comme dans le roman original, on est dans le gothique et l’horreur pure. De quoi faire monter sa tension tout en régalant ses petites mirettes.

Un album qui est tombé dans les bonnes mains, les miennes. Il va aller rejoindre la liste de mes bédés préférées.

Le Mois Espagnol et Sud-Américain chez Sharon – Mai 2020 [Lecture – 11].

 

Mois Espagnol chez Sharon – Mai 2020

Olé, Sharon, malgré son emploi du temps plus que super chargé, organisera tout de même son célèbre et attendu Mois Espagnol ! ¡Qué guay!

Une fois de plus, on fouille sa PAL, on répertorie tout ce qui a un accent espagnol ou sud-américain.

Pour plus de facilité, en mars, j’avais créé une liste « Mois Espagnol » sur Livraddict et au fur et à mesure, j’y introduisais les romans se déroulant en Espagne ou avec des auteurs hispanophone.

Quoi de neuf au programme lecture ? Du vieux recyclé de 2019 et du nouveau… Si l’auteur n’était pas hispanophone, j’ai ajouté à côté de sa nationalité le lieu où se déroulait l’action principale.

  1. Amigorena Santiago : Le ghetto intérieur (Argentine)
  2. Arból Víctor del : La veille de presque tout (Espagne)
  3. Arból Víctor del : Le poids des morts (Espagne)
  4. Arból Víctor del : Par-delà la pluie (Espagne)
  5. Arból Víctor del : La maison des chagrins (Espagne)
  6. Argemí Raúl : À tombeau ouvert (Argentine)
  7. Arriaga Guillermo : Un doux parfum de mort (Mexique)
  8. Backhouse Hugo : Chez les Gauchos (Angleterre/Argentine)
  9. Bolaño Roberto : 2666 (Chili)
  10. Bonnefoy Miguel : Jungle (Venezuela)
  11. Bryan Helen : Femmes de l’ombre (États-Unis/Andalousie)
  12. Cabré Jaume : Les voix du Pamano (Espagne)
  13. Caparrós Martín : Tout pour la patrie (Argentine)
  14. Carter Chris : Le prix de la peur – Détective Robert Hunter 02  (Brésil)
  15. Castellanos Moya Horacio : L’Homme en armes (Salvador)
  16. Catelin Georges : Crack, chien patagon (?/Patagonie)
  17. Del Castillo Michel : La nuit du décret (France/Catalogne)
  18. Del Valle Ignacio : Empereurs des ténèbres (Espagne)
  19. Del Valle Ignacio : Les Démons de Berlin (Espagne)
  20. Diaz-Eterovic Ramon : L’Obscure Mémoire des armes (Chili)
  21. Diaz-Eterovic Ramon : Negra soledad (Chili)
  22. Fernandez Diaz J : Le gardien de la Joconde (Argentine)
  23. Fernandez Marc : Guerilla social club (France/Espagne)
  24. Fernandez Marc : Mala vida (France/Espagne)
  25. Ferrari Kike : De loin on dirait des mouches (Argentine)
  26. Franco Jorge : Le Ciel à bout portant (Colombie)
  27. Gamboa Santiago : Des hommes en noir (Colombie)
  28. Garduno Juan de Dios : Welcome to Harmony (Espagne)
  29. Giménez-Bartlett : Le silence des cloîtres (Espagne)
  30. González Ledesma : La dame de cachemire – Mendez 04 (Espagne)
  31. González Ledesma : Des morts bien pires – Mendez 11 (Espagne)
  32. González Ledesma : Cinq femmes et demie – Mendez 07 (Espagne)
  33. González Tomás : L’Histoire d’Horacio (Colombie)
  34. Leconte Marianne : Le Manuscrit de Grenade (France/Andalousie)
  35. Mallo Ernesto : Les hommes t’ont fait du mal – Perro Lascano 03 (Argentine)
  36. Mallo Ernesto : La Conspiration des médiocres – Perro Lascano 04 (Argentine)
  37. Martinez Agustin : Monteperdido (Espagne)
  38. Martínez Juan & Óscar : El Niño de Hollywood (Salvador)
  39. Miranda Miguel : Quand les vautours approchent (Portugal)
  40. Montero Manglano : Table du roi Salomon (Espagne)
  41. Montero Rosa : Le Poids du coeur (Espagne)
  42. Montero Rosa : Le temps de la haine (Espagne)
  43. Munoz Gabriel Trujillo : Loverboy (Mexique)
  44. Muñoz José Luis : La frontière sud (Espagne)
  45. Padura Leonardo : La transparence du temps – Mario Conde 08 (Cuba)
  46. Peeters Hagar : Malva (Pays-Bas/Chili – Pablo Neruda)
  47. Perez-Reverte Arturo : Le tableau du maître flamand (Espagne)
  48. Plante Alicia : Les eaux troubles du tigre (Argentine)
  49. Quiros Daniel : Pluie des ombres – Don Chepe 2 (Costa Rica)
  50. Ramirez Sergio : Il pleut sur Managua (Nicaragua)
  51. Ravelo Alexis : La stratégie du pékinois (Espagne)
  52. Redondo Dolores : Trilogie du Baztán, T1 : Le gardien invisible (Espagne)
  53. Rocha Luis Miguel : Le dernier pape (Portugal)
  54. Roncagliolo Santiago : Avril rouge – Félix Chacaltana 01 (Pérou)
  55. Roncagliolo Santiago : La peine capitale – Félix Chacaltana 02 (Pérou)
  56. Ruiz Zafon Carlos : Le jeu de l’ange (Espagne)
  57. Salem Carlos : Je reste roi d’Espagne (Argentine)
  58. Sepúlveda Luis : La fin de l’histoire (Chili)
  59. Sepúlveda Luis : Un nom de torero (Chili)
  60. Sepúlveda Luis : Histoire d’une baleine blanche (Chili)
  61. Sepúlveda Luis : Le vieux qui lisait des romans d’amour (Chili)
  62. Somoza José Carlos : La caverne des Idées (Espagne)
  63. Sánchez Pardos : Daniel Barcelona (Espagne)
  64. Santiago Mikel : Le Mauvais Chemin (Espagne)
  65. Taibo II Paco Ignacio : Nous revenons comme des ombres (Mexique)
  66. Taibo II Paco Ignacio : Jours de combat (Mexique)
  67. Taibo II Paco Ignacio : Ombre de l’ombre (Mexique)
  68. Trelles Paz Diego : Bioy (Pérou)
  69. Zanon Carlos : Taxi (Espagne)
  70. Zukerman David : San Perdido (France/Panama)

Spain flag