L’Affaire Mina Marten – Sherlock Holmes contre Conan Doyle : Bob Garcia

Titre : L’Affaire Mina Marten – Sherlock Holmes contre Conan Doyle

Auteur : Bob Garcia
Édition : La mécanique générale (02/11/2017)

Résumé :
La belle et mystérieuse spirite Mina Marten est habitée de visions qui ont permis de confondre des criminels. Scotland Yard doute encore. Arthur Conan Doyle, spécialiste du spiritisme et accessoirement agent littéraire de son ami le docteur Watson propose de soumettre Mina Marten à une expérience.

Les visions et les révélations s’enchaînent, aux confins du surnaturel. Londres retient sa respiration. Sherlock Holmes s’oppose est persuadé que tout cela n’est que mystification. La dernière vision de Mina Marten plonge Londres dans l’effroi.

Pourtant, la vérité découverte par Sherlock Holmes est bien plus sordide encore… Les londoniens seront-ils prêts à l’entendre ?

Ce récit est tiré d’une enquête réellement menée par Conan Doyle et relatée dans ses mémoires.

Critique :
J’ai été eue ! Mais bien eue, pour ne pas dire bien bais**… Moi qui me plaignais encore l’autre jour avec une copinaute de ces romans que l’on réédite en changeant ET la couverture ET le titre…

Bardaf, la copinaute avait été eue la dernière fois, cette fois-ci, c’est mon tour !

Comprenez bien que je n’ai rien contre le fait que l’on change la couverture d’un roman lorsqu’il passe du Grand Format au format Poche, mais quand, en prime, on change le titre ET le 4ème de couverture, comprenez bien qu’il y a de quoi y perdre son latin, ou son holmésien, dans ce cas-ci.

Ce roman, je me délectais à l’avance de le lire. 720 pages de Sherlock Holmes, vous imaginez que pour moi, ça fait le même effet qu’une solution à 7% de cocaïne !

Donc, cet épais apocryphe attendait le moment propice pour être dévoré quand, soudain, catastrophe nationale, je reçois un petit commentaire d’Eric75 sous ma chronique de « Penny Blood » sur Babelio qui me disait, en substance : « J’ai l’impression que ce livre est ressorti sous le titre « L’affaire Mina Marten » (sous-titre : Sherlock Holmes contre Conan Doyle). Donc à un prix aujourd’hui beaucoup plus abordable ! ».

Heureusement que j’étais bien assise sinon, j’aurais défailli ! Bon sang, il a raison l’homme, c’est bien les deux mêmes histoires, même si on a tout renouvelé pour mieux attirer le chaland, sans doute.

De deux choses l’une : soit je me morfondais et tentais de noyer ma peine, ma déception, ma rage, mon ire dans des mojitos (je préconise toujours le rhum brun), soit je le relisais puisque de tout façon, j’avais oublié une grande partie du livre, sauf en ce qui concernait la petite Histoire dans la Grande, mais les détails s’étaient effacés de ma mémoire.

J’avais même oublié que nous avions l’ombre de Jack dans ce roman, c’est vous dire l’état de ma mémoire ! Donc, évitez de boire autant de café et de mojito que moi et tout ira bien pour vos petites cellules grises : vous n’oublierez plus jamais rien.

Folie que de le relire ? Sans doute, mais bon, j’avais un Challenge Pavé de l’Été à honorer, les 675 pages de récit brut étaient les bienvenus et un rafraichissement de ma mémoire aussi, surtout après 5 ans.

Le spiritisme, le voyeurisme (oups) et la voyance, ce sont des foutaises, même Patrick Jane le disait, alors, le coup des fées qui dansent devant des gamines ou des gens qui pensent voir mon avenir ou mon passé, c’est « buiten » (dehors) avec un coup de pied au cul.

J’ai pris plaisir à replonger dans l’histoire, à relire la Grande Histoire de Londres insérée dans la petite en 13 récits (comme le 13 Miller’s Court ?) qui nous feront passer de la période des Celtes à celle des Romains, du grand incendie, de Jack, et je le redis une fois de plus, il n’en fallait pas plus et deux récits en moins auraient donné un peu plus de souffle au récit.

Holmes et Watson sont presque fidèles au canon holmésien et notre détective, toujours grand enquêteur, mettra les bouchées doubles pour tenter de savoir si la spirite dit des conneries ou la vérité en les plongeant dans l’Histoire de l’Angleterre.

Les enquêtes de Holmes sont prenantes, on se déguise, on explore Londres et on ira plus patauger dans les bas-fonds que prendre le thé chez la baronne de La Tronche En Biais ou la duchesse Dufermoir de Monsac !

Cette fois-ci, je savais où j’allais et donc, je n’ai pas sursauté lors du retour dans le présent de Holmes, les sauts dans le temps me laissant toujours un peu barbouillée, sans doute à cause des 88 miles à l’heure nécessaire pour passer d’une époque à une autre.

Ne me souvenant plus du final, je pensais être surprise, mais pas de bol, une fois de plus, je l’ai vu venir, mais cela n’a pas gâché cette relecture, que du contraire, le livre a bien vieilli.

Un polar historique composé d’une grosse tranche de petites Histoires brutes et fort sombre. À éviter si vous êtes allergique à l’Histoire ou à la sombritude.

Pour les autres, on peut consommer sans modération, mais prenez tout de même la peine de manger et bouger durant la lecture (et boire, aussi !!).

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le Challenge « Pavé de l’été 2018 » chez Sur Mes Brizées (720 pages).

Publicités

Sept – Tome 13 – Sept Détectives : Herik Hanna & Eric Canete

Titre : Sept – Tome 13 – Sept Détectives

Scénariste : Herik Hanna
Dessinateur : Eric Canete

Édition : Delcourt (23/05/2012)

Résumé :
Londres, 1920. Une série de meurtres atroces frappe la ville.

À chaque nouvelle victime, non loin des corps, Scotland Yard retrouve une liste de sept noms : ceux des sept plus grands détectives connus de par le monde, invités à participer à l’enquête… par le tueur lui-même.

Sept détectives dans le salon de l’un d’entre eux, Ernest Patisson, détective Suisse installé là depuis peu.

Autour de lui, Adélaïde Crumble, institutrice retraitée ; Frédérick Abstraight, ex-inspecteur du Yard, qui a traqué en vain « l’égorgeur de Greenhill » ; Martin Bec, de la PJ française ; Richard Monroe, détective privé de Los Angeles ; le docteur Eaton « aide de camp » du plus grand détective du monde, Nathan Else, qui est bien évidemment présent à cette réunion hors du commun.

Aucun des ces fins limiers ne se doute de la raison de leur convocation chez Patisson, qui l’ignore lui-même…

Malgré le scepticisme général face aux menaces du criminel, ces derniers acceptent de relever le macabre défi.

Critique :
« 7 détectives », ou comment se prendre un bon coup de poing dans le plexus ! Je viens de finir de le lire et je suis encore sous le choc.

Pourtant, en ouvrant par curiosité cette bédé dans un magasin, j’avais passé mon tour, les dessins ne m’aguichant pas. C’est une connaissance qui l’avait lue qui me l’a vivement conseillé. J’ai écouté et j’ai bien fait.

Une seconde lecture ne serait pas pour me déplaire, afin de repérer ce que j’aurais pu manquer… Même si je ne suis pas séduite par les dessins, je le fus par le scénario bien fichu.

L’histoire se passe en juillet 1920. Depuis quelques semaines, une série de meurtres ont frappé la ville de Londres.

Trois meurtres ont eu lieu pour le moment, sans lien apparent, hormis une lettre, laissée à chaque fois, un simple chiffre 7 inscrit sur celle-ci et une liste, comme un appel, comme un défi, celui des 7 plus grands détectives connus à travers le monde…

Ces 7 détectives sont finalement réunis, dans la demeure d’un d’entre eux, afin d’en découdre avec celui qui a mis à défaut la police locale durant ces dernières semaines et qui a osé les défier sur leur propre terrain de jeu : le crime…

Première question que je me suis posée : qui est ce mystérieux narrateur qui nous signale que ces pages ne sont pas destinées à être lues ? On se doute que c’est l’un des témoins de cette enquête, il le dit lui-même plus bas. Mais la question sera, jusqu’à la fin : QUI ? (il nous sera dévoilé).

Bon sang, d’entrée de jeu je suis déjà en train de faire tourner les rouages poussifs de mes méninges en découvrant cette première page de la bédé couverte d’une écriture manuscrite.

Ensuite, nous passons aux dessins et par une présentation de nos sept protagonistes.

Tour à tour, chaque enquêteur se présente au capitaine MacGill, qui les a réunis, à ses confrères et à nous aussi également.

A la différence d’autres bédé, la présentation des personnages se fait sur des grandes planches, une page étant consacrée à chacun d’entre eux.

Les sept premières pages sont donc consacrées à nos détectives.

Dialogues croustillants, plongée dans l’ambiance, découverte du caractère de chacun et on imagine bien que l’affaire ne va pas être une partie de plaisir, sauf pour nous, le lecteur.

Sept personnages : trois Britanniques, une presque Écossaise, un Américain, un Suisse et un Français.

Sept personnages face à un meurtrier… du 7 contre 1.

A savoir que certains sont la copie de personnages de romans policiers : le docteur John Watson (nommé ici John Eaton) et Sherlock Holmes (nommé ici Nathan Else).

Le cadre est posé, les personnages se sont présentés et les crimes nous sont expliqués. Et les questions se multiplient.

Qui a commis ces crimes ? Pourquoi ? Pour quelle raison réunir ces 7 experts du crimes ? Pourquoi 7 ? Qui est ce fichu narrateur ?

Voilà un petit aperçu de toutes les réflexions qui m’ont submergées au fil des pages.

Je nageais dans le brouillard, comme les personnages eux-mêmes.

Au fil de ma lecture, les morts s’empilant comme des paquets aux pieds d’une femme un jour de soldes, j’entrevis une hypothèse qui se révéla payante.

Sans vouloir jeter le discrédit sur tous les auteurs de romans policiers, on peut dire que TOUS les scénarios possibles et inimaginables ont été écrits en ce qui concerne les coupables (surtout si on a lu Agatha Christie) : du majordome à la bonne, en passant par le jardinier, sans compter celui qui avait un alibi en béton armé, le narrateur, le détective lui-même, le flic, le mort qui se faisait passer pour mort, la victime qui s’est tuée sans le faire exprès, celui qui s’est suicidé faisant accuser un autre, celui qui n’avait aucun mobile,…

Bref, là-dessus, on ne pouvait pas vraiment me surprendre. Mais c’est grâce à Agatha Christie et ses coupables « que je n’ai jamais vu venir » que j’ai compris où se trouvait celui de l’album…

« Victoire ! me suis-je écriée. Eurêka ! Sabrons le champagne. Ah, tiens, il reste quelques pages à la fin »…

Remisons le champagne, le scénariste avait plus d’un tour dans son sac et c’est le final qui m’a collé ce formidable coup de poing dans le plexus.

Même si, a contrario et à tête reposée, cela fait du criminel un homme encore plus intelligent que le véritable Holmes ou que son clone, dans le livre.

Un coupable encore plus retors que… heu…que le plus grand des retors.

Je dirais même plus : diaboliquement retors, méphistophélique.

Pire : méphistophélèstique (cherchez pas dans le dico, je dois encore proposer ce néologisme à Larousse).

En quelques mots : « le scénariste m’a scier » (faute d’orthographe intentionnelle à « scier », pour ne pas dire qu’il m’a « tuer », même s’il ne s’appelait pas Omar… seuls les cancres du fond n’auront pas compris).

Je viens donc de lire une formidable enquête, un véritable jeu proposé par le meurtrier, dans lequel les 7 détectives se plongent à coeur joie dans l’enquête, tentant de résoudre cette série de crime tout en picolant, tout en chassant le dragon (fumer de l’opium) ou discutant avec la fée verte (absinthe). Oui, ils ont leurs petits travers !

En tout cas, le défi méritait d’être relevé et il est fait de manière brillante…Aussi bien par les détectives que par le scénariste, aussi retors que son criminel.

L’intrigue est prenante et bien ficelée, nous poussant à jouer avec nos détectives.

Tenter de repérer des indices qui pourraient trainer sur chaque page, sur chaque case, lancer des hypothèses, validées ou non par la suite de l’aventure, sans compter qu’il y a toujours une dose de surprise et d’imprévu.

Pour l’amatrice d’enquêtes policières que je suis, c’est jouissif. le pied intégral.

Je suis sûre que les amateurs d’enquêtes apprécieront celle-ci. Il n’y a pas à dire, le scénariste a dû se lever de bonne heure pour nous pondre un scénario d’une telle densité.

Tout est pensé, rien n’est laissé au hasard, tout se tient, bref, un régal !

Ici, le chiffre 7 n’est pas être un simple accessoire, une contrainte créée par le concept de cette série (14 albums de la série « 7 »).

Le 7 a toute son importance et vous remarquerez (ou un détective vous le fera remarquer) toutes les possibilités infinies du chiffre 7 dans cette bédé. Moi-même j’en avais loupé assez bien.

Le 7, c’est une véritable raison d’être dans le scénario, une sacré contrainte aussi pour le meurtrier (et le scénariste !) et une autre encore plus difficile à mettre en oeuvre pour la fin.

C’est une des raisons qui me font dire, à tête reposée, que le criminel aurait eu du mal à tout mettre en oeuvre. Mais vu que j’ai dit qu’il était plus que retors, diabolique, même… Oui, on peut lui laisser le bénéfice du fait qu’il était tout à fait capable de mettre tout en oeuvre.

Dans les nombreuses qualités de cet album, je mettrai en avant sa précision, avec le fait, notamment, que tout soit expliqué et tout est justifié sans qu’il y ait la moindre incohérence. du grand art, sans aucun doute. Diabolique, je vous le disais.

Autre détail qui a son importance pour ce genre de récit : la qualité de l’écriture, l’ambiance so british, les nombreuses surprises, la densité du récit, le fait que tout ait un lien, que tout se tienne,…

Chaque personnage est traité avec une minutie chirurgicale, les dialogues sont de grande qualité et mention spéciale à ces quelques pages de texte pur, sans la moindre case illustrée, où le narrateur expose les réflexions du groupe, l’avancée de l’enquête, comme si nous nous trouvions nous-même en possession de son carnet secret.

L’album fait 64 pages, et non, il n’est pas lourd. La lecture mettra plus de temps qu’un album classique, mais vu la qualité du récit, le clore au bout de 46 pages aurait été une hérésie, un crime.

Un grand moment de lecture, une sacrée claque, un véritable coup de pied dans mon postérieur, et une mâchoire qui est descendue de trois étages dans les « deux fois sept » dernières pages…

A l’avenir, avant de grimacer et de médire devant les dessins d’une bédé, je tournerai sept fois ma langue dans ma bouche…

 

Mycroft Holmes : Kareem Abdul-Jabbar & Anna Waterhouse

Titre : Mycroft Holmes

Auteurs : Kareem Abdul-Jabbar & Anna Waterhouse
Édition : Bragelonne (14/09/2016)
Édition Originale : Mycroft Holmes (2015)
Traducteur : Benjamin Kuntzer

Résumé :
Tout juste sorti de Cambridge, Mycroft Holmes commence déjà à se faire un nom au sein du gouvernement. Ce diplomate des plus britanniques entretient des liens forts avec la lointaine île de Trinité, où est né son meilleur ami Cyrus Douglas et a grandi Georgiana Sutton, sa fiancée.

Lorsque des rumeurs courent autour de mystérieuses disparitions à Trinité, d’étranges empreintes dans le sable et d’esprits attirant à la mort des enfants retrouvés vidés de leur sang, le trio se retrouve pris dans un tissu de sombres secrets qui se révèlent de plus en plus dangereux..

Critique :
Une aventure du grand frère de Sherlock, Mycroft, une aventure qui nous promettait bien des mystères avec ces enfants retrouvés morts, vidés de leur sang par des créatures qui ont les pieds à l’envers…

Le tout dans une ambiance exotique puisque nous irons jusque sur l’île de Trinidad pour une enquête mélangeant les temps morts, les redondances, les longueurs et de l’action pour un final grandiloquent et peut-être un poil trop exagéré…

À croire que le nom de Sherlock Holmes est vendeur puisque ces dernières années, on nous le met à toutes les sauces et qu’on sort même des livres avec, pour personnages principaux, des acteurs du canon holmésien.

Je veux bien que dans cette aventure, Mycroft est jeune et que ce qu’il a enduré dans ses pages pourrait bien le changer à jamais, mais je n’ai pas vraiment reconnu le Mycroft canonique dans cette aventure folle.

Les déductions y sont, l’homme est brillant, intelligent, il surclasse les autres, mais il est amoureux à en devenir bête d’amûr et se conduit dans ce roman tel un Indiana Jones ayant bouffé du James Bond au petit déjeuner et bu de l’Ovomaltine « John McClane » tant il est survolté !

Purée, il bondit dans tous les sens et nous sommes loin de l’homme indolent ne faisant que quelques pas journalier que nous croiserons dans l’oeuvre de Conan Doyle. Là, faudra qu’on m’explique comment il est passé de « j’ai la flamme » à « j’ai la flemme ».

Il y avait du bon dans ce roman, d’ailleurs, même si les quelques longueurs m’ont ralenti dans ma lecture, le reste, je l’ai dévoré avec appétit, mais la cuisine manquait d’épices, de sel, de cuisson, de réflexion et on a l’impression que le final est bousculé, qu’il arrive tel un chien dans un jeu de quille et les explications sont bâclées, expédiées rapidement et nous n’aurons même pas toutes les explications (ou alors, j’ai zappé une page sans m’en rendre compte).

Si vous chercher du Sherlock Holmes pur jus, vous serez déçus, d’ailleurs, le futur détective ne fera qu’une brève apparition dans un chapitre et c’est tout. Que les holmésiens pur jus passent aussi leur chemin, ils pourraient être déroutés.

Maintenant, si on cherche l’évasion à moindre coût, c’est l’occasion de se faire plaisir car le livre est un bien bel objet (j’entends Gerra qui imite Bellemare dans ma tête).

Un roman classé Steampunk alors qu’il n’en est rien, un roman qui se lit comme un livre d’action (avec des temps morts assez long pour avoir le temps de boire son café ou de faire sa vaisselle), dont le final est survolté et digne d’un film d’action à petit budget scénariste mais qui se rattrape dans les explosions et le suspense larmoyant où l’on a aucun doute sur l’issue de l’affaire.

Un scénario qui aurait mérité un travail plus fin parce que l’idée de départ était bonne, l’arbre que cachait la forêt aussi, mais les explications finales sont un peu trop vite expédiées alors qu’elles auraient méritées quelques pages de plus pour au moins creuser un peu plus le pourquoi du comment certains personnages se retrouvent à tremper dans ce brol moralement condamnable, sans compter certaines choses un peu téléphonées…

Un Mycroft Holmes plus que Canada Dry© car il n’en avait même pas la couleur ! Pour moi, il se serait appelé Truc Muche que ça aurait du pareil au même, mais évidemment, il n’aurait pas bénéficié de l’aura du nom prestigieux du grand frère du détective de Baker Street.

PS : Private joke pour Titine (Plaisirs à cultiver) et son idée de challenge « Trinité et Tobago » qu’elle voulais proposer afin d’être sûre que je ne l’inonderais pas de billets comme au bon vieux temps du Mois Anglais qu’elle organisait conjointement avec Lou et Cryssilda ! Et bien si, j’aurais au moins eu un billet ! PTDR

 

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018).

Sherlock Holmes revient : Yves Varende

Titre : Sherlock Holmes revient

Auteur : Yves Varende
Édition : Fleuve Noir (1996)

Résumé :
1904. Tandis que le docteur John H. Watson se consacre à sa dernière épouse et à sa clientèle, Sherlock Holmes quitte sa retraite des Sussex Downs pour reprendre sa carrière de détective consultant à Baker Street.

Le monde et la pègre ont évolué.

Loin des yeux de son habituel biographe, le quinquagénaire gentleman victorien va vivre quelques-unes de ses plus prodigieuses aventures avec un jeune et mystérieux assistant, Barry Taxon…

Ces enquêtes inédites en français ont été proposées par les polygraphes berlinois des Dossiers secrets du Détective Mondial, de 1907 à 1911, puis par leurs adaptateurs hollandais des Harry Dickson.

Six courts romans étonnants, pleins d’humour, de péripéties surprenantes et de personnages hors du commun, révèlent l’activité inconnue du prestigieux limier avant son duel avec Von Bork, l’espion du Kaiser.

Critique : 
Rendons à César ce qui lui appartient et mettons les choses au point une fois pour toute !

Une arnaque de plus ? Oui, un peu… Qui a dit beaucoup ? Un chocolat pour la personne.

Le livre ne vaut pas un bon Conan Doyle et il aurait mieux fait de s’intituler « Harry Dickson revient », cela aurait été mieux avec cette identité dans le titre parce que Holmes n’est pas à sa place ici.

En lisant le livre, on a vraiment l’impression de découvrir de nouvelles traductions des aventures du « Sherlock Holmes américain » (Harry Dickson, donc) dont l’auteur aurait inscrit Sherlock Holmes en lieu et place d’Harry Dickson (parce que ça se vend mieux ?).

J’ajouterai que l’assistant de Holmes se nomme Barry Taxon… Un nom à coucher dehors et ce n’est pas la première fois que je retrouve cet assistant, notamment dans d’autres pastiches dilués où il prénommait Harry Taxon (dans la série des « Sherlock’s Story » et dans « Les triomphes de Sherlock Holmes).

Comme l’auteur se plaît à le mentionner, on avait interdit à l’époque d’utiliser le nom de « Sherlock Holmes » sur la page couverture mais on n’avait jamais mentionné l’obligation de ne pas l’utiliser à l’intérieur non plus.

Nous retrouvons donc Holmes en compagnie d’un jeune élève du nom de Barry Taxon. Il a décidé de quitter ses chers abeilles et de combattre le crime encore une fois. Oui, une fois de plus, c’est à un Holmes vieillissant que nous avons affaire.

Avec un jeune, il aurait fallu le bon vieux Watson… Et là, on voulait un Taxon… Taxons tout cela de mauvais goût.

Malheureusement, les enquêtes racontées ici ne sont pas de la trempe de Conan Doyle ou d’autres bons pasticheurs et je me suis ennuyé du Docteur Watson tout au long de ma lecture. Oui, le brave docteur m’a manqué.

Il est facile pour un écrivain de notre époque de prêter des dons de clairvoyance à Holmes sur l’évolution de l’espèce humaine, mais cela enlève le cachet si personnel et si charmant de l’époque.

Donc, à lire si vous le voulez vraiment… Si vous avez un côté maso, comme moi…

PS : vous avez le droit de sauter des pages !!!!

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et Le Mois anglais saison 7 chez Lou et Cryssilda (juin 2018).

Meurtres en majuscules : Sophie Hannah [Les nouvelles enquêtes d’Hercule Poirot 1] : Sophie Hannah

Titre : Meurtres en majuscules [Les nouvelles enquêtes d’Hercule Poirot 1]

Auteur : Sophie Hannah
Édition : du Masque (10/09/2014) / Livre de Poche (10/07/2015)
Édition Originale : The monogram murders (2014)
Traducteur : Valérie Rosier

Résumé :
Et dire que Hercule Poirot voulait prendre des vacances pour reposer ses petites cellules grises en surchauffe !

Pour cela, au lieu de prendre le large, il choisit de se réfugier incognito dans une pension londonienne. Et voici que l’aventure frappe à sa porte, alors qu’il souhaitait se mettre au vert.

Trois cadavres, le même jour, dans le même hôtel, dans trois chambres différentes, assassinés de la même façon et retrouvés avec un bouton de manchette dans la bouche !

C’est trop tentant pour Hercule Poirot, qui s’immisce joyeusement dans l’enquête de l’inspecteur Catchpool… à la grande joie de ce dernier.

Critique :
Afin de célébrer la rencontre Belgique/Angleterre de ce 28 juin, il me fallait un roman où un Belge tient tête à la Perfide Albion et qui de mieux que mon compatriote Hercule Poirot aurait pu accomplir le traditionnel 1-0 ?

Un Hercule Poirot oui, mais hélas pas de ma chère Agatha Christie… Et son style à elle était inimitable, inégalable et ses solutions introuvables tant elles étaient brillantes et hors codes du polar.

Pourtant, Sophie Hannah a réussi à rentrer dans les pantoufles de la mère Agatha en ce qui concerne son personnage et ses ambiances so british.

Donc, je ne vais pas bouder mon plaisir de retrouver mon cher Poirot dans une nouvelle enquête, aidé en cela par Deadpool !

Ah non, pardon, je confonds, il est aidé par Catchpool, de Scotland Yard, un gars un peu coincé, n’aimant pas voir des morts suite à un traumatisme enfantin et possédant ce fameux sens de l’honneur des anglais qui fait tellement soupirer Poirot.

Ça va me causer des ennuis, mais je n’ai pas réussi à trouver la solution des trois meurtres dans trois chambres d’hôtel et durant toute l’enquête, je me suis faite balader, promener et finalement entubée, le tout royalement !

Là, sûr que Holmes va soupirer devant mon manque flagrant d’observation et de collecte de tous les indices semés au gré de l’enquête de son collègue Poirot.

D’ailleurs, j’ai trouvé ce premier roman mettant en scène Hercule bien plus élaboré que le suivant, qui possédait une intrigue moins tarabiscotée que celle-ci qui, elle, bouscule le lecteur et les codes habituels du roman policier.

En prime, dans le second opus (La mort a ses raisons), je ne retrouvais pas mon Poirot habituel, il était changé par rapport à celui de dame Christie, une sorte de Canada Dry comparé au véritable qui lui, était un pur malt belge ! Oui, on produit du whisky en Belgique et paraît qu’il est extra (pub gratuite).

Même si notre petit détective ne sera jamais la copie conforme A.O.C de celui de A. Christie, cela va sans dite, mais au moins, ici, il fait plus vrai avec ses petites manies bien connues des habitués.

Et puis, le final est comme je les aime chez Hercule Poirot avec tout le monde rassemblé devant le petit homme et sa belle moustache pour enfin apprendre que le coupable était le colonel Moutarde dans la bibliothèque avec le chandelier, mais ne version plus élaborée, plus recherchée, plus poussée et à laquelle vous n’auriez jamais pensé.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et Le Mois anglais saison 7 chez Lou et Cryssilda (juin 2018).

Le brouillard tombe sur Deptford : Ann Granger [Lizzie Martin & Ben Ross – Tome 6]

Titre : Le brouillard tombe sur Deptford [Lizzie Martin 6]

Auteur : Ann Granger
Édition : 10/18 (04/05/2017)
Édition Originale : The Dead Woman of Deptford (2016)
Traducteur : Jean-Baptiste Dupin

Résumé :
Londres, époque victorienne. Par une froide nuit de novembre, le docker Harry Parker trébuche sur un cadavre dans une ruelle de Deptford. Que venait faire Mme Clifford, si chic, si bien vêtue, dans cette partie peu fréquentable de la ville ?

Chargé de l’enquête par Scotland Yard, l’inspecteur Ben Ross ne trouve aucun témoin.

De son côté, sa femme Lizzie tente d’étouffer un scandale : Edgar Wellings, un ami de la famille, souffre d’addiction au jeu.

Mais le pire reste à venir : Wellings semble être le dernier à avoir vu Mme Clifford vivante… Et que penser de son excellente raison de la tuer ?

Critique :
♫ J’étais tranquille j’étais pénard, j’me promenais dans la ruelle, quand tout à coup mon panard, a trébuché sur une morte pas belle ♪

Le docker Harry Parker a buté sur le cadavre d’une femme dans une ruelle pas très claire et en fichant le camp, il est rentré dans la bedaine d’un cogne qui passait par là.

Nouvelle enquête pour l’inspecteur Ben Ross qui est bien embêté car il impossible de mettre une identité sur cette femme.

Petit à petit, à l’aide de sa femme, il va commencer à en savoir un peu plus, mais malgré tout, l’enquête est dans une impasse, les policiers ont des tas d’indices et, telles des diseuses de bonne aventure, ils les lancent en l’air pour voir où ils retombent.

Ce qu’ils leur faudrait, ce sont des preuves et ils n’en ont pas !

— Mais nous sommes comme ces diseuses de bonne aventure orientales qu’on trouve dans les foires, monsieur. Nous lançons nos indices en l’air, comme elles leurs galets ou leurs bâtonnets d’ivoire, et nous regardons comment ils retombent. […] En revanche, ce que nous n’avons pas, Mr Ross, c’est une preuve tangible, capable de convaincre un juge. Beaucoup d’hypothèses jetées en l’air comme des bâtonnets d’ivoire… dans lesquelles nous ne lisons que ce que nous souhaitons.

Cette sixième aventure du couple Lizzie Martin / Ben Ross ne souffre pas de temps mort, il se lit avec avidité et on prend toujours plaisir à suivre Lizzie dans ses petites enquêtes sur le côté, aidant son mari du mieux qu’elle peut, au grand dam du Superintendant Dunn.

Il est un fait qu’une enquête avec au centre un prêteur sur gages, usurier, ça sent le déjà-lu dans une autre série de roman mettant aussi un couple flic/épouse en scène, et il s’agit bien entendu du duo Thomas et Charlotte Pitt.

Mais comme je dis toujours, depuis que la littérature policière existe, des enquêtes sur la mort d’un usurier, ça doit courir les rues ! Vu que les deux duos sont différents dans leur manières d’être, je ne saurais dire si plagiat il y a, inspiration, sans doute, ou alors, coïncidence.

Beaucoup de mystères dans cette nouvelle enquête, notamment à cause du fait qu’il y a un seul suspect et qu’il ne fait pas vraiment criminel sanguinaire mais plus enfant gâté qui ne pense qu’à son nombril et au fait que sa sœur sera toujours là pour lui sauver les miches.

De plus, j’avais beau me creuser les méninges, je n’en voyais pas d’autres car ces personnes là n’avaient pas de mobile valable pour tuer la prêteuse sur gages. Je ramais, et pourtant, j’aurais dû lire mieux les indices et j’aurais compris. Pour la peine, Holmes me donnera une fessée…

Ce que j’apprécie le plus, dans cette saga, ce sont les personnages principaux, tout d’abord, les secondaires qui ne sont pas laissé au hasard et les incursions dans le monde moins clinquant de la société de Londres, là où une partie des personnages secondaires prennent toute leur importance.

Dans ces pages, j’en ai croisé quelques que j’aurais baffé avec plaisir, qu’ils soient de la haute comme le jeune Wellings et tante Parry ou de basse extraction comme Britannia Scroggs qui, mise en image, me donnait l’impression d’une caqueteuse râleuse juste bonne à causer haut et fort.

Un très bon moment de lecture, une résolution que je n’ai pas vu venir, des incursions dans le monde d’en bas, le Londres des abysses (mais pas encore au fond des abysses), la haute société qui prend sont petit-déjeuner au lit, fait sa correspondance au lit et ne doit s’en extirper que vers les midi…

Toujours instructif, cette série, comme l’est aussi celle avec le couple Pitt. Une peinture de la société victorienne qui joue sur deux tableaux, entre deux monde diamétralement opposé, deux mondes qui se rejoignent plus souvent qu’on ne pourrait le penser.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et Le Mois anglais saison 7 chez Lou et Cryssilda (juin 2018).

Alimentaire mon cher Watson : Anne Martinetti

Titre : Alimentaire mon cher Watson

Auteur : Anne Martinetti
Édition :  Du Chêne (2010)

Résumé :
On présente trop souvent Sherlock Holmes comme un ascète, une machine à penser délaissant la cuisine au profit de nourritures intellectuelles.

Ce n’est pas le cas. Si, au plus fort d’une enquête, le célèbre détective oublie parfois de manger ou consomme tout juste un sandwich, il aime aussi les mets raffinés, comme une bécasse ou un foie gras en croûte et les grands vins français.

Mieux, l’observation de l’art éphémère qu’est la cuisine lui permet de conduire son art de l’investigation.

Ainsi, peut-il confondre le coupable en observant un brin de persil s’enfonçant dans une plaque de beurre…

Sherlock Holmes, gourmet ? La déduction s’impose ! Mêlant recettes et extraits des œuvres de Sherlock Holmes, cet ouvrages très illustré de photos de recettes et d’ambiance ainsi que d’images anciennes, présente le célèbre détective et des plats évoquant ses enquêtes et les pays visités.

Ce cher Watson n’a plus qu’à se régaler !

Critique :
Non, Sherlock Holmes n’est pas qu’une machine à penser ! Non, son corps n’est pas tout entier dédié à son cerveau ! Non, son corps n’est pas qu’un appendice à son cerveau.

Certes, il mangera toujours moins que Watson, amateur de bonne chère et de chair féminine, lui qui se vante d’avoir connu des femmes sur 4 continents ! Coquin, va !

Au fait, les femmes qu’il a connue, c’était bibliquement ou pas ??

Quand nous écrira-t-on un ouvrage intitulé « J’avais la queue en l’air, Watson » ou « Ma folle nuit avec Irene Adler » ou même « À toutes les femmes que j’ai aimé… et forniqué » par le Docteur Watson ?

Mais malgré tout, si vous lisez le Canon holmésien avec attention, vous remarquerez sans doute que nos deux amis ne disent pas non à un resto ou à quelques bons petits plats mitonnés par leur logeuse.

— Qu’allons-nous faire, maintenant ? demandais-je alors que nous débarquions au pénitencier de Millbank.
— Prendre un fiacre, aller jusqu’à la maison, prendre un petit-déjeuner et dormir une heure.

Le menu qui nous est offert ici est divisé en quatre sections :

  • L’affaire des recettes du 221b Baker Street,
  • L’affaire des gourmets de Londres,
  • L’affaire des voyages de Sherlock Holmes
  • L’affaire des péchés mignons de Sir Arthur Conan Doyle.

Pour chaque section, les recettes sont présentées et photographiées, accompagnées d’extraits issus des aventures mettant en scène Sherlock Holmes.

C’est une manière sympathique et intelligente de nous faire découvrir le meilleur de la cuisine anglaise, souvent raillée car méconnue.

Parce que entre nous, mes souvenirs de la cuisine anglaise remontent au film avec Louis De Funès « Les grandes vacances » et la suite de plats improbables, immangeables que notre brave Charles Bosquier s’extasiait en criant « Delicious ».

Charles Bosquier : Ah c’est étonnant ! Hmmmm ! C’est délicieux ! Delicious ! Mange mon fils ! Allez PAF ! […] Alors ça, ça, c’est le dessert ?
Michonnet : Ah non ! Non, ça c’est la viande, avec la chantilly !

Les photographies de Philippe Asset sont des plus réussies (plusieurs ont été prises au Musée Sherlock Holmes de Londres) et rendent tout à fait l’esprit de l’univers du célèbre détective. Elles ont un joli accent british rétro et plein de charme.

De plus, l’ouvrage est décoré aussi par des illustrations rétros de Sherlock Holmes, comme il était dessiné à la grande époque de Sidney Paget ou de Frederic Dorr Steele.

Outre la gourmandise qui suinte à chaque page et qui vous fait grossir rien qu’en regardant les images, les recettes s’inspirent des dialogues échangés dans les romans, qui font état de tel ou tel plat ou d’un petit déjeuner tardif.

— Venez demain 9h30 pour petit déjeuner. Important. Câblez si impossible. Sherlock Holmes. » Voilà, Watson. Cette affaire infernale m’obsède depuis dix jours. Désormais, je la chasse complètement de mes pensées. J’espère que nous en connaîtrons demain l’issue définitive.
À l’heure dite, l’inspecteur Stanley Hopkins fit son apparition, et nous nous attablâmes devant l’excellent petit déjeuner préparé par Mrs. Hudson. Le jeune policier était d’humeur radieuse du fait de sa réussite.

Les 98 recettes sont agrémentées de l’extrait canonique, ainsi que du nom de l’aventure, ainsi, vous serez incollable sur le pain perdu aux groseilles ainsi que sur la morue aux fraises.

Oups, pardon, la morue aux fraises, elle est de Gaston Lagaffe !

Bon, je ne les ai pas cuisinées, ces recettes, faut pas pousser… Pas trop envie de manger du Haggis, moi !

Beaucoup d’allusions également à de bonnes tables de l’époque, dont certains plats sont recréés ici. Et Holmes était amateur de bons restos après ses enquêtes.

L’ouvrage est complété par une courte bibliographie et quelques bonnes adresses holmésiennes à partager.

Si vous voulez m’inviter, je suis partante car si ma soeur aime cuisiner pour les autres (sans manger), moi, de mon côté, j’aime m’asseoir à table…

Entre les lignes, on y apprend aussi quelques anecdotes sur l’époque ou sur Arthur Conan Doyle, ce qui m’a fait me coucher moins bête, même si j’oublierai des tas de choses d’ici là !

J’ai juste regretté une chose : l’absence de liste des titres d’Arthur Conan Doyle en fin d’ouvrage.

Il a tout de même écrit 4 romans et 56 nouvelles avec son héros, tout de même. Un petit récapitulatif n’aurait pas été du luxe pour ceux qui ne connaissent pas le canon.

L’auteure aurait pu profiter de ce beau livre « hommage » pour inciter ses lecteurs à mieux connaître Sherlock Holmes et donc à lire…

Mais je suppose que ce genre d’ouvrage est acheté en premier par des holmésiens acharnés et moins par le lecteur lambda.

Si jamais, Syl en parle aussi, et avec bien plus d’emphase que moi (le lien est dans son nom).


Le Mois anglais saison 7 chez Lou et Cryssilda (juin 2018).

Du même auteur : 

 

 

Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit : Mark Haddon [LC avec Bianca]

Titre : Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit

Auteur : Mark Haddon
Édition : Pocket (2005)
Édition Originale : The Curious Incident of the Dog in the Night-time (2003)
Traducteur : Odile Demange

Résumé :
Il a 15 ans et s’appelle Christopher Boone. Il excelle en mathématiques et adore Sherlock Holmes. Il aime les diagrammes, les listes, la vérité. Il ne supporte pas qu’on le touche.

Pour lui, 4 voitures rouges à la file sont synonymes de Bonne Journée; 3 voitures rouges : d’une Assez Bonne Journée ; 5 voitures rouges : d’une Super Bonne Journée.

Il est autiste et porte en lui une part de génie.

Quand un jour, Christophe apprend que Wellington, le caniche de sa voisine, a été assassiné, il décide de mener l’enquête qui va lui permettre d’arracher au passé l’énigme de sa propre histoire. Et de nous la raconter…

Critique :
Déjà rien que le titre m’avait fait lever les yeux et froncer les sourcils car je reconnaissais là une célèbre citation de Sherlock Holmes dans « Silver Blaze » (Flamme d’argent) :

– Y a-t-il quelque autre point sur lequel vous désireriez attirer mon attention ?
– Sur l’incident curieux du chien pendant cette nuit-là.
– Le chien n’a rien fait cette nuit-là !
– C’est justement là ce qu’il y a de curieux.

Je n’oserais même pas vous dire depuis combien de temps ce roman traînait dans ma PAL et sans Bianca et ses propositions de LC, il y serait encore, ce qui serait bien dommage parce que ce fut un véritable coup de coeur !

Pourtant, au départ, ce n’était pas gagné vu la manière dont le narrateur, un enfant autiste de 15 ans, nous contait son histoire, utilisant des « je lui ai dit que » et des « Père répondit que ».

Au bout de quelques pages, le malaise était passé et j’étais à fond dans son histoire, touchée en plein cœur par ce jeune garçon, génie des mathématiques et des sciences, fan de Sherlock Holmes, mais qui ne supporte pas qu’on le touche, de se retrouver dans des endroits clos avec des étrangers (toute personne qu’il ne connait pas), qu’on change les meubles de place, le jeune et le brun.

L’auteur a poussé le réalisme jusqu’au boutisme avec Christopher, étudiant sans doute le comportement des autistes afin de lui donner vie, il n’a pas hésité à lui coller des défauts, à le rendre exaspérant (on plaint son père) et lorsqu’on lit le récit de Christopher, on ne remet pas en doute un instant l’autisme de ce jeune garçon.

Il y a de la cohérence dans ses paroles, ses pensées, ses actions et dans ce qu’il nous raconte, dans sa numérotation de chapitres en nombres premiers, l’histoire digressant souvent avec des petits exercices de logique ou autre. On se couche moins bête au soir, mais ne me faite jamais passer mes A Levels, je foirerais tout royalement !

Alors, qui de Christopher ou de Holmes est le meilleur détective ?

Holmes, indubitablement, car Christopher ne découvrira pas vraiment de lui-même qui a tué Wellington, le grand caniche de la voisine, la solution, il l’obtiendra pas confession. Jamais je n’aurais trouvé, je vous le dis de suite, même si j’avais senti anguille sous roche avec un autre événement qui se déroule dans le livre.

Un roman bourré d’émotions, d’amitié entre un enfant autiste et un rat, une enquête qui ne prendra pas la direction que l’on pense, mais fera naître une nouvelle énigme et un voyage digne de celui du Hobbit tant il sera semé d’embûches pour un enfant qui a du mal à vivre avec les autres, avec les bruits et bien d’autres choses.

Une bien belle lecture, un coup de cœur, même !

Une LC réussie, une fois de plus et ce n’est pas Bianca qui va me dire le contraire.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et Le Mois anglais saison 7 chez Lou et Cryssilda (juin 2018).

Les dossiers Cthulhu – Sherlock Holmes et les ombres de Shadwell : James Lovegrove

Titre : Les dossiers Cthulhu – Sherlock Holmes et les ombres de Shadwell

Auteur : James Lovegrove
Édition : Bragelonne (14/02/2018)
Édition Originale : The Cthulhu Casebooks – Sherlock Holmes and the Shadwell Shadows (2016)
Traducteur : Arnaud Demaegd

Résumé :
Automne 1880. Le Dr John Watson rentre d’Afghanistan. Blessé et prêt à tout pour oublier son passé, Watson voit sa vie changer lorsqu’il rencontre Sherlock Holmes.

Le détective enquête sur une série de décès survenus dans le quartier londonien de Shadwell.

Des victimes qui semblent mortes d’avoir été affamées pendant des semaines ont été retrouvées, alors qu’elles ont été vues en bonne santé à peine quelques jours plus tôt…

Holmes établit un lien entre les morts et un sinistre baron de la drogue qui cherche à étendre son empire criminel. Cependant, Watson et lui sont bientôt obligés d’admettre que des forces sont à l’œuvre dont la puissance dépasse l’imagination.

Des forces que l’on peut invoquer, à condition d’être assez audacieux ou assez fou…

Critique :
Qu’as-tu lu ? Le Chtulhu ? Le cul qu’à lu ? Non, le Cul-Tu-Lu ! Et Sherlock Holmes…

En fait, on aura plus de Holmes que de Cthulhu car ce dernier sera cité mais jamais présenté à nos yeux avides ou révulsés.

Prendre le canon, en faire des confettis et le réécrire est un exercice qui peut se révéler casse-gueule s’il n’est pas bien réalisé.

Si à cette opération périlleuse vous ajoutez une confrontation de Holmes avec le fantastique, vous risquez de vous retrouver sur une planche savonnée et inclinée au-dessus d’une mer infestée de requins à jeun !

L’auteur doit aimer vivre dangereusement ou avoir eu envie d’assouvir ses fantasmes littéraires les plus fous. Beaucoup ont essayés et tous n’y sont pas arrivés.

Verdict de l’autopsie ? Ça aurait pu casser, ça a passé, mais à un certain moment, j’ai eu l’impression tout de même qu’on avait sorti les forceps ou la vêleuse car le truc était quand même gros à passer.

On se serait bien passé de la cantinière de Watson, du manuscrit qu’il n’a jamais osé écrire et qu’il rédige une fois qu’il est âgé, sur la fin de sa vie, pour confier, tenez-vous bien, à Lovecraft, l’auteur américain à qui il va demander de les enfermer dans un coffre et de jeter la clé car Watson veut exorciser littéralement ce qu’il a vécu au début de sa collaboration avec Holmes. On lui dirait bien de l’écrire et de le brûler ensuite !

Je ne m’attends pas que ces récits soient publiés. Au contraire, il est impératif qu’ils ne voient jamais le jour. J’ai l’intention de les confier aux soins d’un auteur américain du nom de Lovecraft. […] Lovecraft saura quoi faire de ces livres, à savoir les enfermer dans un coffre-fort dont il jettera la clé. Il n’est même pas utile qu’il les lise. Je veux simplement les extirper de moi, pour ainsi dire ; comme un chirurgien procède à l’ablation d’un organe malade. Avant de mourir, je souhaite me débarrasser de leur poids cumulé, de la gangrène que constitue leur présence dans mon âme. Ceci est donc une sorte d’exorcisme littéraire.

Anybref… Une fois passé cette intro qui m’a fait froncer les sourcils, j’ai entamé le récit réécrit de la rencontre Holmes/Watson et de ce côté là, je n’ai rien à redire, l’auteur a maitrisé ses personnages et la nouvelle version est tout à fait dans la ligne de ce qui va se dérouler ensuite.

Comme je le disais, l’exercice de la confrontation de Holmes et du fantastique est périlleuse, foire souvent, réussi rarement, surtout si le fantastique se révèle être du véritable surnaturel et pas de faux, comme dans le Chien des Baskerville, par exemple.

Une partie de l’enquête est bien contée, réaliste pour Holmes, avec un Watson aux avants-postes et pas en train de jouer les remplaçant sur le banc de touche ou le benêt de service.

On a du suspense, des morts mystérieuses, un méchant avec de l’envergure et on aurait pu continuer sur ce terrain là et puis, le surnaturel est entré en jeu et j’ai trouvé que l’auteur n’amenait pas la rencontre entre Holmes et le côté éthéré de la meilleure manière. Ça manquait de réalisme, c’est arrivé bien trop vite et de manière totalement inattendue.

Pourtant, pour le reste, le côté fantastique avec ses créatures sorties de je ne sais où passe assez bien et la créature qui m’a fait soupirer était une réelle, en la personne d’un certain professeur. Il allait bien dans le rôle et pour l’explication finale, mais j’aurais préféré un autre méchant que l’habituel canonique.

Au final, malgré ces bémols, j’ai tout de même trouvé le roman bien fichu et la sauce a pris entre Holmes et les créatures qui avaient tout des envahisseurs reptiliens de la série V ou de la créature version fog londonien tout noir.

Pas de coup de cœur mais le roman n’est pas à balancer dans le talus car il avait ses points forts et à souffert à cause de cette manie qu’on les auteurs de prendre la malle en fer blanc ou la cantinière de Watson ou de nous faire le coup du récit jamais raconté et qui tombe dans les mains d’une personne qui en hérite.

Minime, je sais mais l’auteur aurait pu trouver autre chose que Watson l’écrivant pour l’envoyer à un auteur qui devra l’enfermer… Ce n’est pas vraiment plausible si on désire réellement que ce récit ne soit jamais publié.

Mais là où le bât a blessé vraiment, c’est lorsque Holmes est mis devant ce qui règne dans l’obscurité et dans l’univers. Ça manquait un peu de réalisme dans la manière dont c’est amené.

Pour le reste, j’ai apprécié l’aventure, le mystère, le fantastique, les monstres des profondeurs, les incursions dans les bas-fonds londoniens, le suspense était bien dosé, les personnages réalistes par rapport au récit et assez fidèles canoniquement parlant, quant au final, il était enlevé et bourré d’adrénaline.

Si l’auteur publie les deux autres récits et qu’ils sont traduit, je serai au poste afin de voir les évolutions (ou pas) de nos deux héros qui devraient de nouveau se retrouver confrontés aux créatures divines et comment tout cela va être amené.

Un roman à déconseiller aux esprits cartésiens, aux allergiques au fantastique, aux adeptes du canon holmésiens pur et dur.

Pour ceux qui sont ouverts au fantastique et veulent voir Holmes dans une enquête inhabituelle, le roman pourrait leur procurer du plaisir. de mon côté, je ne regrette pas de l’avoir découvert.

Pour la cotation, un 2,5 aurait été vache, un 3 un peu trop large… Comptons un 2,75 pour la possibilité d’amélioration et en encouragement pour avoir osé réécrire le canon et confronter Holmes aux bestioles qui auraient eu plus leur place chez Lovecraft que chez Doyle (même dans ses mondes perdus). 

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et Le Mois anglais saison 7 chez Lou et Cryssilda (juin 2018).

 

Dossiers secrets – Jack L’Éventreur : National Geographic (2009)

À la fin du XIXe siècle, Jack l’éventreur fait trembler la population de Londres en assassinant sauvagement cinq femmes.

Le meurtrier le plus célèbre de l’histoire criminelle n’a jamais été arrêté, et son cas demeure une énigme.

Au regard des nouvelles technologies en matière d’analyse de scènes de crime, « Dossiers secrets » évoque les coupables potentiels.

Ce que j’en ai pensé :
Non mais allo quoi ?? Comment est-ce possible de débiter autant de théories aussi loufoques ou si peu étayées en si peu de temps ??

Bon, avant de ruer dans les brancards, je vais tout de même rendre à César ce qui à César et à Dame Ida ce qui est à elle, c’est-à-dire le lien vers la vidéo qu’elle m’a gentiment transmit, me demandant si j’avais vu ce reportage.

Oui, moi aussi, tout comme Varys dans GOT, j’ai des petits moineaux qui me donnent les bons tuyaux.

Allez, balançons les choses qui m’ont parues saugrenues, exagérées, pas fidèles, loufoques, ou toutes les autres approximations ou changement de cap qu’il y a dans ce court reportage.

« De 1888 à 1891, il y  eu 11 meurtres similaires, toutes des prostituées »

Déjà, là, je me suis dit qu’ils prenaient tout de même leur tournant fort large car nous ne sommes pas sûr du nombre de victimes de Jack The Ripper, on accepte généralement les 5 canoniques (certains rejettent Mary Jane Kelly et d’autres ajoutent Martha Tabram), et eux, on y va franco, on ratisse large et on les colle toutes sur le dos de Jack.

Et puis, boum, sans prévenir, ils se lancent alors sur les 5 attribuées généralement à Jack et on ne nous causera plus des autres meurtres… Ils voulaient sans doute accentuer le nombre de morts violentes durant ces années-là… Mais alors, les gars, faut être un poil plus précis sur ce que vous dites, le téléspectateur lambda, lui, il gobe tout.

Les images du reportage sont tirées de films, de reconstitutions (on passe les mêmes images plusieurs fois) et d’interventions de profiler dont je me suis demandée où ce qu’ils avaient eux leurs diplômes vu les raccourcis qu’ils ont pris.

Les suspects de l’époque ont leurs noms qui défilent, et ensuite, on entre dans le vif du sujet avec les gus qui vont faire chauffer leurs neurones pour nous proposer LA solution véritable et vraie et unique que t’as jamais entendu mais qu’ils sont tous sûr d’avoir raison, sur la tête de leurs mères !

Asseyez-vous parce que voyez-vous, puisque le premier corps fut retrouvé sur Buck’s row, non loin de l’hôpital de Londres et que cet hosto soignait les personnes atteintes de syphilis…

Il se pourrait, d’après les experts du profilage, que Jack ait été dans cet hôpital pour faire soigner son biscuit qu’il avait été tremper dans la tasse de café infectée d’une prostituée et que, restez assis, frustré qu’on ne sache pas lui soigner le grand chauve à col roulé, il se soit vengé sur des prostituées qui, toutes, sont passées par un lieu important pour lui (dixit les experts).

Les prostituées, toujours au bon endroit au bon moment ! On va en faire un slogan publicitaire.

Mais si, allez, faut les croire, ces experts parce que le tueur a prélevé l’utérus de certaines de ses victimes et que c’est le symbole de la féminité, crédieu ! Ben non, ce n’est pas le nichons ou la mini-jupe ! Sorry.

Autre théorie qu’ils balancent allégrement, c’est le fait que les lettres reçues soient toutes de journalistes ! Ok, on suppose que 99% furent écrites par des fous, des zinzins, des comiques, des journalistes, et j’en passe, mais ils ferment la porte au fait qu’il pourrait y avoir une infime proportion pourrait être réellement du tueur. Qui peut le jurer avec certitude ? Personne…

Restez assis et buvez un truc fort parce que là, on va entrer dans le porte nawak d’une magnificence jamais atteinte, selon moi, hormis la théorie maçonnique et royale de Knight (il avait fumé la moquette aussi, lui) :

Lors du double meurtre Stride/Eddowes (30/09/1888), le premier avait eu lieu à Dutfield’s Yard, à côté d’un bâtiment où se tenait une réunion sur le socialisme et le judaïsme (vous la sentez venir, là ?), dans le « International Working Men’s Educational Club » et leur théorie est que Jack, présent à cette réunion soit ressorti furieux en se disant que la société le maltraitait car il était juif et puisque Stride passait par là, bardaf il la tue !

Énorme coïncidence d’avoir une prostituée pour passer ses nerfs après une réunion, non ? Là, j’avais la furieuse sensation que nos profileurs se chatouillaient pour se faire rire ou qu’ils avaient fait le pari de celui qui sortirait la théorie, l’hypothèse, la solution la plus capillotractée !

Après quelques rappels d’indices effacés (on ne sait pas avec certitude que le graffiti de Goulston Street « The Juwes [sic] are the men that will not be blamed for nothing » soit un indice ou pas) ou trouvés, le portrait de l’assassin se profile et je vous passerai les détails mais on en arrive à un boucher juif syphilitique atteint de dégénérescence mentale qui habitait le quartier : Jacob Levy !

Marié deux enfants (et la chtouille), certificat de décès (mort en 1891) qui atteste qu’il avait le grand-duc malade et une dégénérescence dans le ciboulot (il entendait des voix qui lui disaient de faire des choses répréhensibles, un des symptômes de la syphilis).

On ajoute à cela qu’après avoir tué, il pouvait aller se laver et cacher ses trophées dans la boucherie où il travaillait et que, en tant que boucher, personne se serait posé de questions de le voir avec du sang sur un tablier.

Un témoin, Joseph Levy, un des 3 hommes qui ont vu l’assassin d’Eddowes (retrouvée à Mitre Square) et il avait dit que l’assassin faisait 10cm de plus que sa victime et, tenez-vous bien à la table, Jacob Levy mesurait 1,62cm et Eddowes 1,52cm ! Bon sang, mais c’est bien sûr !

Ajoutons à cela que le témoin Levy donnait l’impression d’en savoir plus mais ne voulait pas le dire… Pas de doute, il avait reconnu son voisin de quartier et ne l’a pas dénoncé. Comment n’y avait-on jamais pensé ??

Je signale que les autres témoins n’avaient pas parlé d’une différence de 10cm entre l’assassin et la victime, ils avaient parlé d’une différence de taille, mais plus grande. Mais comment savoir quelle différence exacte de taille il y avait entre l’homme qui se trouvait face à Eddowes et elle ?

Anybref, Jacob correspond à la description des profileurs et rempli les critères de ces mêmes profileurs qui ont enquêté sur les meurtres de 1888. Ils sont certains de leur coupable, certains qu’il a commis les 4 meurtres et pour eux, tout converge dans cette directions.

Catherine Eddowes fut la dernière victime de Jacob Levy parce qu’il avait du mal à organiser et mener à terme ses attaques. C’est un ouvrier juif, boucher, il sait se servir d’un couteau et à des connaissances anatomiques, ayant contracté la syphilis auprès des prostituées (on suppose) et donc, cela lui donne un motif sérieux pour s’attaquer à des prostituées !

Affaire classée !

Mais, mais, mais alors ? Et Mary Jane Kelly, alors ??? Et bien là, ils soulèvent enfin une hypothèse plausible : et si Mary Jane Kelly n’avait pas été tuée par Jack mais par un autre ?

Le modus operandi a changé, pour elle, passant de lieux ouverts en vase clos, passant de rapidité à je prends mon temps et arrivant 6 semaines après le doublé Stride/Eddowes.

Les vêtements de MJK étaient bien pliés sur sa chaise. L’assassin qu’elle a fait rentrer chez elle lui a-t-il laissé le temps de les mettre comme il faut ou alors cet homme était-il un simple client et, une fois au lit, seule et à poil, a-t-elle ouvert sa porte à son futur assassin parce qu’elle le connaissait et que ce type l’a tuée en faisant porter le chapeau à Jack ? Mystère !

Hormis pour cette dernière question soulevée, j’ai trouvé que le reportage était vachement orienté vers le boucher juif malade de la zétète et ayant une dent contre les femmes de petites vertu.

Là où on sort du contexte, c’est quand on balance un nom sans avoir aucune preuve, rien que des suppositions, un peu à la manière de Cornwell qui avait pensé à son peintre et qui a orienté son enquête afin de trouver des preuves pour étayer sa théorie.

On va oublier ce petit reportage qui n’était pas bon…

Le Mois anglais saison 7 chez Lou et Cryssilda (juin 2018).