Mages – Tome 3 – Altherat : Jean-Luc Istin et Laci

Titre : Mages – Tome 3 – Altherat

Scénariste : Jean-Luc Istin
Dessinateur : Laci

Édition : Soleil (27/11/2019)

Résumé :
La nécromancie est l’art lié à la mort. Il n’est pas le plus populaire et pourtant il possède ses propres attraits et un certain sens de la poésie…

Altherat est un mage aux ordres de Goddrick, un roi roublard, vicieux, sadique, qui n’hésite pas à tuer ou faire tuer qui bon lui semble.

Altherat doit lui obéir et servir ses desseins les plus fous. Il ne trouve de réconfort que dans les bras de sa bien-aimée décédée mais qu’il a ressuscitée en secret.

Quand le roi se met à convoiter les autres royaumes d’Yrlanie, Altherat s’inquiète.

Et quand, lors d’un banquet organisé par Goddrick, le roi Erik et son mage meurent empoisonnés, l’inquiétude passe au désarroi car le poison utilisé est celui d’Altherat. Une enquête commence…

Critique :
Altherat est un mage nécromancien et c’est le genre de mage qu’on n’a pas envie d’inviter à une fiesta !

Zéro humour, un habit en poils de yack (ou de yéti, on ne distingue pas bien, mais ça doit sentir), tire son pouvoir des morts et il sert un roi tyrannique, cruel, assoiffé de pouvoir, stupide…

Et nous on se plaint de notre roi qui a l’air tout mou et tout gentil ? Avec le roi Goddrick sur le trône, nous chierions tous dans nos culottes.

Ça commence mal, deux personnages importants et on a zéro empathie ou début de sympathie pour eux…

Rassurez-vous, ça ne nuira pas à votre lecture ! Bienvenue dans un royaume où Éros et Thanatos dansent un tango langoureux. Bienvenue dans un royaume où le calife veut être calife de tous les califes, à n’importe quel prix, au mépris de tous les conseils, prêt à tout pour que les autres rois se prosternent à ses pieds.

Son mage est puissant, même s’il ne sert son roi que contraint et forcé. Pourquoi ? Parce que les mages ont été puni suite aux folies zombiesque que l’elfe Lah’saa à fait subir aux terres d’Arran, après qu’elle ait été manipulée par un mage…

Altherat est le prisonnier de son roi mais lui même a une prisonnière, Aryann, une femme qu’il aimait, sans espoir de retour et qu’il est allé rechercher aux portes du royaume d’Hadès… Morbide.

Le pouvoir et l’amour… L’amour du pouvoir. La domination, les magouilles et la soif de pouvoir que seules les annexions (Anschluss) des royaumes voisins étancherons… Altherat doit suivre les folies de son roi.

Mais lorsqu’un autre roi décède à la table du banquet, Altherat s’inquiète et à raison : l’empoisonnement porte sa marque, donc, il est le principal suspect et s’il veut prouver son innocence, il va devoir jouer les enquêteurs.

Moins d’action mais plus de psychologie des personnages, avec un roi cruel et fourbe, un mage contraint et forcé, des jeux de pouvoir et de trônes, des ambitions démesurées et une histoire d’amour secrète entre le mage et une jeune fille…

Des rebondissements, une enquête, des coups tordus, des arroseurs arrosés, des batailles, des beaux dessins, des dialogues, un scénario aux petits oignons, un mage nécromancien auquel on s’attache doucement, un mage torturé entre ce qu’il est obligé de faire et ce qu’il aimerait faire, enchaîné contre son gré à un roi crétin, des surprises et un final qui laisse avec bien des interrogations pour la suite de toutes les sagas.

Damned, je suis sous le charme !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°232).

[FILMS] Harry Potter et la Chambre des secrets de Chris Columbus (2002)

Harry Potter et la Chambre des secrets (Harry Potter and the Chamber of Secrets) est un film fantastique britannico-américain réalisé par Chris Columbus, sorti en 2002.

Il est adapté du roman du même nom de J. K. Rowling et constitue le deuxième volet de la série de films Harry Potter. Il est précédé par Harry Potter à l’école des sorciers et suivi par Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban.

Synopsis : 
Alors que l’oncle Vernon, la tante Pétunia et son cousin Dudley reçoivent d’importants invités à dîner, Harry Potter est contraint de passer la soirée dans sa chambre.

Dobby, un elfe, fait alors son apparition. Il lui annonce que de terribles dangers menacent l’école de Poudlard et qu’il ne doit pas y retourner en septembre. Harry refuse de le croire.

Mais sitôt la rentrée des classes effectuée, ce dernier entend une voix malveillante.

Celle-ci lui dit que la redoutable et légendaire Chambre des secrets est à nouveau ouverte, permettant ainsi à l’héritier de Serpentard de semer le chaos à Poudlard.

Les victimes, retrouvées pétrifiées par une force mystérieuse, se succèdent dans les couloirs de l’école, sans que les professeurs – pas même le populaire Gilderoy Lockhart – ne parviennent à endiguer la menace.

Aidé de Ron et Hermione, Harry doit agir au plus vite pour sauver Poudlard.

Fiche technique :

  • Titre francophone : Harry Potter et la Chambre des secrets
  • Titre original : Harry Potter and the Chamber of Secrets
  • Réalisation : Chris Colombus
  • Scénario : Steven Kloves, adapté du roman de J. K. Rowling
  • Date de sortie : 4 décembre 2002
  • Durée : 2h41mn (version cinéma) / 2h54mn (version intégrale blu-ray)

Distribution : 

  • Daniel Radcliffe : Harry Potter
  • Emma Watson : Hermione Granger
  • Rupert Grint : Ron Weasley
  • Richard Harris : Albus Dumbledore
  • Kenneth Branagh : Gilderoy Lockhart
  • Robbie Coltrane : Rubeus Hagrid
  • Maggie Smith : Minerva McGonagall
  • Alan Rickman : Severus Rogue
  • Tom Felton : Drago Malefoy
  • Bonnie Wright : Ginny Weasley
  • Alfred Enoch : Dean Thomas
  • James Phelps : Fred Weasley
  • Oliver Phelps : George Weasley

Ce que j’en ai pensé :
Oui, je sais, je suis terrible ! J’ai lu et regardé les trois premiers volets de la saga Harry Potter.

Quel intérêt, me direz-vous, quand on a encore toute l’histoire en tête ?

Tout simplement le plaisir de revoir un film que l’on adore, de passer du temps avec des personnages que l’on adore, avec leurs visages poupins, ceux de gosses, encore, surtout Emma Watson.

Le plaisir aussi de retrouver Kenneth Branagh dans le rôle de Gilderoy Lockhart qui lui allait comme un gant.

Et de voyager dans la voiture volante de Arthur Weasley !

Le tout après avoir croisé un Dobby qui ressemble à un Poutine et vu un magnifique gros gâteau léviter sans que l’on puisse l’éviter.

Pour le match de Quidditch, toujours aussi impressionnant et qui donne envie que ce sport existe en vrai car plus passionnant que le foot et là au moins, les joueurs ne geignent pas au moindre coup !

Même si, dans celui-ci, il y a eu interférence de l’elfe de maison…

Pour la visite de la maison des Weasley, nommée le Terrier et qui va permettre à Harry de passer des vacances agréables à partir du moment où il arrivera chez les Weasley.

Parce que le passage sur le chemin de traverse ne va pas nous présenter avec émerveillement une rue remplie d’échoppes remplies d’articles pour sorciers mais nous plonger au cœur d’une rue malfamée et nous présenter des sorciers adeptes de la magie noire, et qui vouent une haine intense envers les nés-modlus.

L’allée des embrumes fait nettement moins rêver. On sent que l’on arrive un cran au-dessus du premier film/tome, que l’on monte d’un échelon dans la noirceur de l’âme humaine, ou sorcière.

Pour le Basilic qui ne pousse pas en pot, qui a une sale gueule, une mauvaise haleine et ressemble à s’y méprendre à un rejeton de Godzilla !

Et puis aussi parce que Columbus offre un film familial, malgré la noirceur déjà présente dans ces pages, de plus, il est assez fidèle au roman, même si on sait qu’il y a des coupes.

Et aussi parce que ce deuxième film va nous présenter de nouveaux décors (waw), de nouveaux personnages, et qu’il va commencer à aborder certains thèmes principaux de la saga : le racisme, l’extrémisme, la peur de l’autre, la division, la quête d’identité, la politique, l’oppression du fort sur le faible…

Et puis parce que merde, j’adore ce film !

Le mois anglais (Juin 2018 – Saison 8) chez Lou & Titine.