RAT de l’Épouvante chez Chroniques Littéraires : Suivi de lecture [Semaine 5]

Pour ma dernière semaine du RAT Épouvante, je souhaitais changer de catégorie, mais le roman fantastique que j’avais choisi (« Nous avons toujours vécu au château » de Shirley Jackson) pour terminer la semaine n’a de fantastique que dans ses étiquettes chez Livraddict, Babelio et Booknode parce que, selon moi, il ne répond pas à la définition du fantastique qui est, selon Wiki…

Une œuvre est de genre Fantastique quand elle relate des événements totalement étranges, le plus souvent irrationnels ou incompréhensibles, hors d’atteinte de la puissance humaine ou de l’explication rationnelle.

Par contre, il y avait du mystère dans ce roman, donc, en lieu et place de la catégorie Cimetières et Outre-tombe, je tombe tout de même dans la Forêt enchantée et Farfadets.

Ma catégorie :

Forêt enchantée et Farfadets : de la magie, des sorcières, des sortilèges. Le mystère est présent mais à petite dose.

Le nombre de pages :

Lutins : 500 pages – 899 pages lues

  • Cross : Marc S. Masse (272 pages)
  • Dies irae – Les larmes de sang : Marie Nocenti (392 pages)
  • Nous avons toujours vécu au château : Shirley Jackson (235 pages)

RAT de l’Épouvante chez Chroniques Littéraires : Suivi de lecture [Semaine 2]

Ma catégorie :

Automne, plaid et cocooning : des livres doux qui font penser à l’automne, qu’il y ait ou non du mystère et de la magie dedans. Des livres qui vous font vous sentir bien.

Le nombre de pages :

Créatures : 1000 pages – 1320 pages lues [Semaine 2]

  • Moriarty – Tome 2 : Ryôsuke Takeuchi & Hikaru Miyoshi (204 pages)
  • Durango – Tome 17 – Jessie : Yves Swolfs et Iko (46 pages)
  • Au Loin : Hernan Diaz (334 pages)
  • Oliver Twist/Les aventures d’Oliver Twist : Dickens ‭(736 pages)

RAT de l’Épouvante chez Chroniques Littéraires : Suivi de lecture [Semaine 1]

Ma catégorie :

Automne, plaid et cocooning : des livres doux qui font penser à l’automne, qu’il y ait ou non du mystère et de la magie dedans. Des livres qui vous font vous sentir bien.

Le nombre de pages :

Lutins : 500 pages – 790 pages lues [Semaine 1]

  • Black Butler – Tome 26 : Yana Toboso (178 pages)
  • Moriarty – Tome 1 : Ryôsuke Takeuchi & Hikaru Miyoshi (212 pages)
  • Les spectres de la terre brisée : S. Craig Zahler (400 pages)

Marathon de lecture bédé chez Chroniques Littéraires : Le suivi !

CHALLENGE - Marathon Bédé asterix-et-obelixBillet récap des chroniques : ICI

Je sais, je ne suis pas une inconditionnelle des Marathon de Lecture mais le fait que celui-ci soit dédié aux bédés m’a fait adhérer en signant des deux mains !

D’ailleurs, mon premier Marathon de Lecture pour « Un hiver en Suède », c’était déjà chez « Chroniques Littéraires », je dois avoir un abonnement chez elle, pas possible.

Le but du jeu ? Lire des bédés, ce que je fais à la perfection (y’a des tites nimages, j’aime bien).

Quelles bédés je vais me faire ? Ben, mes bédés Western, pardi, afin de bien pourrir le mois Américain de notre amie Titine !

Vendredi 05 septembre 2014 : 6 bédés lues

Après un souper frugal composé de figues (4 de barbarie et 4 molles), je me suis attelée à la lecture de mes bédés.

21h : J’ai commencé par « Le 20ème de cavalerie » avant d’enchainer avec un autre de mes Lucky Luke préféré « Tortillas pour les Dalton » (fiche en gestation). Le tandem Morris (dessins) et Goscinny (scénarios) fait un malheur. (2 bédés)

22h : Toujours dans les western, j’ai misé sur de la légèreté et des bons sentiments en relisant une valeur sûre : « Jerry Spring » avec le premier tome « Golden Creek, le secret de la mine abandonnée ». (1)

22h20 : Puisque je n’avais pas sommeil, j’ai attrapé le tome 2 « Yucca Ranch » (en édition originale de 1956, s’il vous plaît !) et j’ai poursuivi les aventures de Jerry Spring et de Pancho. (1)

Trop de légèreté et de bons sentiments, ça tue, alors, j’ai décidé de passer à des choses plus sérieuses et d’avoir une copie du Blondin des western spaghettis, mais en plus hard : « Durango » de Yves Swolfs tombait bien.

23h : Le tome 1 « Les chiens meurent en hiver » et le tome 2 « Les forces de la colère » étaient parfait pour se mettre dans l’ambiance. Si en plus vous les lisez en écoutant la B.O de « Il buono, il brutto, il cattivo » ou en français « Le bon, la brute et le truand », ça le fait ! (2)

Demain matin, ce sera au tour de la série « Comanche » de passer à la casserole.

Samedi 06 septembre 2014 : 8 bédés lues

7h : ♪ Le soleil vient de se lever ♫ et moi aussi ! Après un petit-déjeuner rapide mais rempli de protéines, j’ai bu du café et rédigé une partie de mes chroniques, que je posterai au fur et à mesure du mois de septembre.

7h30 : Je suis d’attaque et je me lance dans la lecture de « Red Dust », le premier tome de la série « Comanche » du tandem Greg et Herman. (1)

7h50 : J’enchaine avec le tome 2 « Les guerriers du désespoir ». J’ai beau avoir lu cette série 36 fois, je redécouvre toujours l’histoire parce ma mémoire défaillante oublie des tas de choses, et c’est tant mieux, je peux relire mes bédés très souvent. (1)

10h : PAUSE !! Après la rédaction sommaire des chroniques (des mots jetés ça et là) et la rédaction de « Yellow Birds », le roman de Kevin Powers, je suis allée dans le jardin pour repiquer mon basilic dans un pot (on m’avait donné des plants) et m’occuper des mes plants de menthe qui devaient aller dans un plus grand pot.

11h30 : Dehors, le ciel est si bas qu’un canal va se pendre ou se perdre, mais il fait lourd et humide… Trempée, je me suis douchée et mise à table car Chouchou m’avait cuisiné un bon petit plat avec des tas de légumes (surgelés).

12h : Je me remet à la lecture des bédés « Comanche » avec les tomes 3 « Les loups du Wyoming » et 4 « Le ciel est rouge sur Laramie ». La lecture étant entrecoupée de passages sur les blogs suivis ! (2)

14h : Le tome 3 « Piège pour un tueur » de la série « Durango », celui où il achète le célèbre Mauser qui avait appartenu au « pistolero muet », faisant référence au film avec Trintignan « Le grand silence ». (1)

16h : J’ai changé de registre en commençant le tome 1 « Fort Navajo » de la série « Blueberry » (1).

18h : Des pauses, des petites incursions sur le Net, la rédaction de mes fiches « critiques » des albums que je publierai la semaine qui vient… et j’ai ajouté du plus drôle dans mes lectures « Full Metal Casquette » de la série « Kid Paddle » et « C’est pour ton bien » de mon copain « Le petit Spirou ». (2)

19h : J’étais dans la famille de mon mari…

20h30 : Pas pu résister à regarder pour la 36.000ème fois le film « Pretty Woman » avec le lovely Richard Gere et la plantureuse Julia Roberts. Je le connais pas coeur, mais j’ai toujours la larme à l’œil à la fin.

23h : Continué à lire « Un pied au paradis » de Ron Rash, un auteur dont je ne me lasse pas et qui est en train de me livrer un récit merveilleux qui me prend aux tripes.

0h00 : DODO !!

Dimanche 07 septembre 2014 : 16 bédés lues

8h : Après le petit-déj, j’ai terminé les 5 albums de « Comanche » qui m’attendaient sur la table. À savoir : « Le Désert sans lumière »« Furie rebelle »« Le Doigt du diable »« Les Shériffs »« Et le diable hurla de joie… » (5)

9h30 : Je me suis attelée à la rédaction des chroniques parce qu’elles me serviront pour le « Mois Américain ».

12h : Dîné avec Chouchou, scampis au tépaniaki et filets de soles roulés, cuits à la vapeur. Internet ensuite, pour mettre à jour mon fil sur FB !

13h10 : Mise à jour du suivi et là, je vais me taper les 8 albums de « Lanfeust des Étoiles » parce que j’ai envie, tout simplement ! « Un, deux… Troy »« Les Tours de Meirrion »« Les Sables d’Abraxar »« Les Buveurs de mondes »« La Chevauchée des bactéries »« Le Râle du flibustier »« Le Secret des Dolphantes »« Le Sang des comètes ». (8)

J’adore les personnages de la poule et de la biquette, qui, sans paroles, me font rire de par leur attitude.

Il n’y aura pas de chroniques car ils ne rentrent dans aucun de mes challenges et puis parce que sinon, je ne vais jamais y arriver !

20h20 : Après la lecture des 8 tomes de Lanfeust (que j’avais relu il y a à peine un an, mais je les aime trop), après l’écriture sommaire de mes fiches, un souper frugal, une douche et la lecture de « Un pied au paradis » de Ron Rash que je viens de finir, je dois ajouter aussi le tome 3 de Blueberry « L’aigle solitaire ». (1)

Jusqu’à l’heure du coucher… : Je vais entamer les tomes 4 « Le cavalier perdu » et le tome 5 « La piste des Navajos » afin de clore le cycle « Apaches ». (2)

CE QUI ME FAIT UN TOTAL DE 30 BÉDÉS LUES SUR LE WEEK-END !!!! (6 + 8 + 16)

Hanna était seule à la maison : Carin Gerhardsen [Saga Katarina Ewrlöf 2]

Titre : Hanna était seule à la maison                               big_3

Auteur : Carin Gerhardsen
Édition : 10/18 (2013)

Résumé :
Les policiers du commissariat d’Hammarby doivent agir vite.

En très peu de temps, deux affaires de meurtre échouent sur le bureau du commissaire Conny Sjöberg. Une jeune fille, issue d’une famille à problèmes, est étranglée sur un ferry qui fait la liaison entre Stockholm et la Finlande.

Sa petite sœur de 14 ans se retrouve seule, confrontée à une situation qu’aucune adolescente ne devrait connaître. En faisant son jogging, l’inspectrice criminelle Petra Westman découvre au milieu des buissons un nourrisson dans un état d’épuisement avancé, à proximité du cadavre d’une femme sans aucun papier d’identité.

Au même moment, une petite fille de 3 ans se réveille et découvre qu’elle est seule chez elle. Son papa est en voyage à l’étranger et sa maman est sortie avec son petit frère. Hanna se retrouve sans personne, enfermée à clé dans l’appartement familial.

Et le temps s’écoule…

Critique : 
Non mais allo quoi ? C’était donc si difficile de trouver un polar suédois qui m’enchante enfin ?? Apparemment, oui. Heureusement qu’il y a eu ce polar pour me réconcilier tout à fait avec les grands blonds aux yeux bleus (pax suédoise avait commencée avec le polar précédent « Du sang sur la Baltique).

Le livre commence par une scène d’inceste entre un père et son fils. Nous sommes en 1964 et nous n’en saurons pas plus lorsque le chapitre premier s’ouvre sur 2007 pour nous présenter toute une brochette de personnages.

On passe d’une famille où la mère se la joue « alcoolo cool », laissant ses filles vivre comme elles le veulent à une mère qui ne sait plus à quel « sein » (le gauche ou le droit) se vouer pour que son bébé, qui a une angine, cesse enfin de pleurer. Nous avons aussi un grand garçon de 24 ans qui se fait tabasser par son père, deux flics qui boivent une bière et la famille du commissaire Conny Sjöberg.

C’est assez touffu au début et ce n’est qu’au fil de la lecture que tout s’imbriquera parfaitement, nous démontrant qu’une connerie d’ado peut avoir des conséquences fâcheuses et entrainer tout le monde dans un sacré Tsunami.

L’écriture, au présent, est passée toute seule, les personnages étaient agréables et l’intrigue bien ficelée. Oui, je me suis laissé surprendre et j’aime ça.

Les pages se tournaient toutes seules et des 75 pages lues au début, les 275 autres le furent d’une traite (c’était un marathon lecture, mais le bouquin était un vrai page turner).

Une vraie lecture plaisir, avec du suspense, deux enquêtes dont on veut en savoir plus, et leur alternance fait que l’on ne s’ennuie jamais, même lorsque que des parties de chapitres sont consacrées à la vie des personnages. Sans oublier les passages avec la petite Hanna, seule à la maison… Angoissant !

Bon, une petite réclamation au sujet de la petite Hanna, justement, qui a presque 4 ans : elle avait plus de chance de se faire mordre par une chauve-souris enragée que de tomber, en appuyant au hasard sur les touches du téléphone, sur une gentille personne telle que Barbro, prête à la croire à retourner toute la ville de Stockholm pour la retrouver à l’aide de maigres indications.

Autre point négatif : le roman se termine un peu en queue de poisson, sans que l’on sache ce qui va arriver à certains personnages. La suite au prochain épisode ? Sans doute. Et je serai là.

Bref, une lecture vraiment super, sans pour autant transcender le genre. Plaisant et addictif.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014) et  « Un hiver en Suède » de Mes chroniques Littéraires (plus au Marathon Lecture organisé par elle-même le 22 & 23 mars 2014).

Winter on the island IICHALLENGE - Thrillers polars 2013-2014 (2)

 

Le marathon lecture suédois c’est parti ! (suivi)

Bon, ceci est mon premier marathon, mais je ne pense pas que je serai une coureuse de fond…

Faut dire aussi que entre faire les courses, ranger les courses, mettre la lessive à sécher pendant que Chouchou faisait la vaisselle, repiquer mon thym et mon aneth, repiquer aussi le petit cactus que j’ai hérité de ma grand-mère (elle en maison de repos, alors, j’ai pris son petit cactus chez moi), cuire le poisson, dîner (il était 12h30) et mettre tout à jour dans WP et FB… Vous comprenez pourquoi je n’ai que 74 pages de lues à mon compteur ! Et uniquement le matin…

J’ai choisi « Montage rapide des étagères Ikéa«  : de 10h à 22h le samedi  et/ou le dimanche. Bien que « Chroniques Littéraires » ait inventé, rien que pour moi, la catégorie « Je détale quand je vois un suédois, sauf s’il est tout nu »…

Samedi 22 mars : « Hanna était seule à la maison » de Carin Gerhardsen (10/18).

Le pitch du roman : Deux affaires de meurtre échouent sur le bureau du commissaire Conny Sjöberg.

Une jeune fille est étranglée sur un ferry entre Stockholm et la Finlande, et un nourrisson est retrouvé à proximité du cadavre d’une femme sans papier d’identité.

Au même moment, Hanna, trois ans, se réveille et découvre qu’elle est seule chez elle, enfermée à clé dans l’appartement familial.

Et le temps s’écoule…

23h30 (vendredi) : j’ai émergé du divan, les yeux en quiquines de poupousse. Merde, je n’ai pas vu la fin du second épisode de « Elementary » diffusé sur RTL-TVI… alors, à moitié endormie, je me suis brossé les dents et je me suis vautrée avec plaisir dans le lit conjugal, me blottissant contre ma source de chaleur préférée. Marathon de lecture ? Heu, c’était rappé pour minuit !!

06h00 : Vessie au rapport ! Faut éviter de boire du thé au soir… Pipi !!!! Une fois descendue pour vider, je n’avais plus envie de remonter dans le lit, alors, je me suis installé dans le divan pour lire mon livre.

Le livre commence avec une scène assez dérangeante : un père qui tripote le robinet de son fils… Nous sommes en 1964 et on ne sait pas encore à quoi cette scène se rattachera dans le roman…

Mon ventre gargouille… Vite grignoter un morceau et prendre une tasse de café. Hop, on se réinstalle, le livre et moi, bien au chaud sous le plaid, à moitié couché dans le divan, la tasse de café fumante non loin.

06h30 (j’ai pas vraiment regardé la montre) : On est revenu en 2007 et on a fait la rencontre d’une profusion de personnages !

  • Une femme avec son bébé qui hurle et son mari qui est au Japon, pour un séminaire.
  • Un appart, une fête, une mère à moitié beurrée avec sa bonde de loosers et ses filles (une belle, une moche) qui font quasi ce qu’elles veulent. Elles ont le feu au cul, aussi… Surtout la grande de 16 ans qui a déjà un mec de 24 ans.
  • Le copain… Parlons-en, tiens. Son père le brutalise, le fils se comporte comme une lavette, pas fait beaucoup d’études (pour ne pas dire « n’a rien fait), dépend de son père pour vivre et à une mère malade (qu’il doit garder, tu parles d’une vie).
  • Famille Sjöberg : 5 enfants. Tiens, c’est le nom du commissaire sur le quatrième de cover! Ils ont l’air d’une famille « normale ».
  • Petra et Jamal qui boivent un verre. On apprend que Petra est flic aussi.

Jusque là, on ne sait pas encore ce qui va relier tout ces personnages.

7h00 : Plus de café depuis longtemps… J’ai suivi Jennifer (fille chaudasse numéro 1) sur le ferry qui relie Stockholm à la Finlande. Son mec est avec, mais on sent que elle n’en a rien à foutre de lui. Là voilà même qui se fait un plan sexe avec deux hommes de 45 ans !

Voilà, j’en suis arrivée à la page 74 avant de partir pour faire les courses, vers 7h45… Oui, le magasin ouvre trèèèès tôt ! 😉

20h – 23h10 : de la page 74 à la… 308 !! Les 50 dernières seront pour demain matin. J’ai lu avec quelques interruptions, mais je dois dire que le roman se lit facilement, assez vite, qu’on ne s’embête pas et que tout est en train de s’imbriquer !! Là, je suis trop crevée que pour continuer. 😉

Dimanche 23 mars :

7h00 : Levée à cette heure-là et j’ai avalé un petit déj express, pris un mug de café brûlant et j’ai terminé le livre sur les chapeaux de roues !

Aaaah, enfin un roman suédois qui me plaît ! L’intrigue était bien, le suspense était au rendez-vous, les personnages intéressants, le rythme correct (ni trop rapide, ni trop lent). Un chouette moment de lecture, bien que la fin nous laisse avec beaucoup de questions quant au devenir de certains personnages et la découverte d’un complice… La suite au prochain épisode, sans doute… (Ma chronique ICI)

8h00 : montée en haut pour attraper un autre un autre grand blond aux yeux bleus et je suis tombée sur « Le sang des pierres » de Johan Theorin que je me suis empressée de sortir de la biblio dans le but de poursuivre le RAT.

Le pitch ? A Oland, à la fonte des neiges, de nouveaux venus s’installent à Stenvik : Vendela Larsson, qui a grandi sur l’île, occupe avec son mari, écrivain célèbre, une luxueuse villa flambant neuve. Peter Mörner réintègre sa maison familiale avec son fils et son père.

Le vieux marin Gerloff revient lui aussi au village de son enfance, peut-être pour la dernière fois. Les maisons de tous ces arrivants sont bâties, dit une légende de l’île, entre le monde des trolls, au fond de la carrière, et celui des elfes, qui dansent sur la lande. Cette frontière est marquée par une ligne rouge dans la falaise, une veine sanguine, qui a toujours porté malheur.

Et le malheur ne tarde pas à s’abattre sur cette communauté puisqu’on retrouve le père de Peter assassiné…

Après le brouillard d’automne de « L’Heure trouble », l’hiver, saison du deuil, de « L’Écho des morts », Johan Theorin tresse ici un suspense virtuose où se mêlent présent et passé sur fond de réveil printanier des forces de la nature.

De 9h00 à 12h00 : Faut croire que je ne suis pas faire pour les RAT… je me suis préparée mon repas de demain, j’ai rédigé les brouillons de mes deux futurs billets, j’ai regardé avec Chouchou l’émission « Escales » qui nous montrait de la cuisine chinoise bien appétissante, ensuite, on a préparé le Teppanyaki (il a coupé les filets de dindonneau et les légumes, a joué avec ses épices et les sauces).

12h30 à 15h30 : On a mangé et puisque le soleil brillait, après avoir été prendre l’air, je suis restée à la cuisine, dans le soleil, et j’ai rangé mes armoires… parce que entre mes tasses (collection) et mes boites (collection), mon homme ne sait plus où mettre ses épices (il en a tout plein). Donc, j’ai tout rangé et fait de la place, avec une planche rien que pour mes thés !

Bref, j’ai pas encore ouvert le livre ni lu une seule page… Non, je ne suis pas faite pour les lectures non stop. Je le fais d’ailleurs rarement, mais le petit RAT que je viens de faire m’a bien plu et je recommencerai, mais toujours à mon rythme 😉

17h00 : Commencé à lire 46 pages de « Le sang des pierres » et distraite ensuite par des tas de petites choses, tel qu’une émission sur « National Geographic » qui nous parlait de l’origine de l’homme, avec les dinosaures et les bêbêtes qui peuplaient la terre avant les grands dinos de Jurassic Park ! Vous saviez qu’il y avait eu des autres grosses bêtes avant les dinos, vous ??

20h00 : Grand Prix de Moto GP au circuit de Losail, au Quatar et Valentino Rossi a fait deuxième derrière Marc Marquez ! Mon pilote revient sur les devants ! Quoi ? Non, il n’est pas suédois, mais italien… non, le Quatar n’est pas un fjord suédois… Oui, je me suis dissipée de mon RAT, oui, ce n’est pas bien, non, je ne le ferai plus, oui, je vais lire sérieusement, là ! 😉

22h00 : Crevée, je vais au lit… Et je finirai ma lecture demain

Lundi 24 et mardi 25 : j’ai eu un peu de mal à continuer le livre parce qu’il était assez lent, mais le final était plus trépidant, ce qui me fait dire que le livre était « correct » mais sans plus et qu’il ne valait sans doute pas un « Prix des lecteurs 2013 », hormis pour le billet que j’enverrai à Asphodèle !

Ma grosse nique de ce roman est ICI ! Ce qui clôt le challenge « Un hiver en Suède » qui m’a fait passer de bons moments, même si les lectures n’étaient pas toujours au top ! Je le poursuis avec la suite, qui sera consacrée au polars du Nord de manière plus générale, autrement dit, je vais pouvoir sortir mes norvégiens, islandais, scandinaves, de ma PAL 😉

Winter on the island II