Cinq méditations sur la mort autrement dit sur la vie : François Cheng

Titre : Cinq méditations sur la mort autrement dit sur la vie

Auteur : François Cheng
Édition : Albin Michel (2013) / Livre de Poche (2015)

Résumé :
Comme ses « Cinq Méditations sur la beauté », ce texte de François Cheng est né d’échanges avec ses amis, auxquels le lecteur est invité à devenir partie prenante. Il entendra ainsi le poète, au soir de sa vie, s’exprimer sur un sujet que beaucoup préfèrent éviter.

Le voici se livrant comme il ne l’avait peut-être jamais fait, et transmettant une parole à la fois humble et hardie.

Il n’a pas la prétention de délivrer un « message » sur l’après-vie, ni d’élaborer un discours dogmatique, mais il témoigne d’une vision de la « vie ouverte ».

Une vision en mouvement ascendant qui renverse notre perception de l’existence humaine et nous invite à envisager la vie à la lumière de notre propre mort.

Celle-ci transformant chaque vie en destin singulier, la fait participer à une grande Aventure en devenir.

Critique :
Une fois de plus, c’est grâce à l’émission La Grande Librairie que j’ai découvert cet auteur et sa manière de parler, sans précipitation, avec réflexion et de manière très profonde, m’a donné envie de le découvrir par la lecture.

Rappelez-moi, un jour, de coller un procès à l’animateur, François Busnel, pour toutes les super découvertes littéraires que j’ai faites en regardant son émission (ça me ruine le portefeuille tout en enrichissant mon âme. Les banquiers se foutent de mon âme).

Sa manière de nous expliquer que pour éprouver du bonheur, il fallait avoir souffert, que sans les malheurs, souffrances, bref, toutes ces merdes, nous ne pourrions pas jouir et reconnaître le bonheur quand il se présente à votre porte.

Ben oui, je ne suis jamais si contente d’être en bonne santé qu’après avoir été malade… Et lorsque je suis malade, je regrette les jours de pleine santé que je n’ai pas accueilli avec joie.

Anybref, parlons de ce petit livre qui se lit avec lenteur aussi car là, on n’est pas dans un roman léger mais dans du lourd. Mon cerveau en fume encore.

Rassurez-vous, lire un essai qui parle de méditations sur le mort ne plombe en aucun cas l’ambiance ou votre moral. J’en suis sortie plus sereine, plus zen, plus apaisée aussi.

En fait, ce qu’il dit rejoint ce qu’une connaissance m’avait dite un jour et qui m’avait fait l’effet d’un uppercut car je ne l’avais jamais vue sous cet angle, l’idée de la mort : sans la mort, il n’y a pas de vie ! Si la vie est précieuse, c’est parce qu’elle n’est pas éternelle et qu’il y a la mort. Mais surtout, s’il n’y avait pas la mort, il n’y aurait pas la vie.

Ceci n’est qu’un résumé succin de ce que je viens de lire et que mon cerveau tente encore de mettre en ordre. De toute façon, je n’ai pas le talent, ni la prose, ni l’érudition de François Cheng pour vous parler de cette lecture qui m’a plongée ailleurs que sur Terre. Et ça, en plein confinement, c’est du tonnerre de Dieu !

Dieu, oui, il en parle mais à la manière d’un qui se questionne… Car si le hasard fait souvent bien les choses, ma question est la même que la sienne : comment le hasard a-t-il pu ordonnancer parfaitement la Terre, l’Univers, la Vie ?

Parce que bordel de dieu, c’est quand même bien fichu, bien pensé, pour un coup de hasard. Mais ne dit-on pas que le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito ? Je n’ai toujours pas la réponse à ma question, lui non plus, mais au moins, on a le mérite de les poser (lui plus que moi).

Sans vouloir être plus catholique que le pape, ce que je ne suis pas, il parle du sujet Dieu avec justesse et de celui de jésus d’une manière qui, déjà, dans l’émission, m’avait fait monter la boule dans la gorge car une fois de plus, il en parlait bien, sans virer grenouille de bénitier, sans choquer non plus les croyants, ni remettre en question les athées et les agnostiques. Ah si on m’avait parlé ainsi lorsque j’étais jeune !

Ce petit roman de méditations, c’est de la poésie, au sens propre comme au figuré, c’est de la justesse, ce sont des mots réfléchis, des réunions avec ses amis afin de partager avec eux ses méditations, c’est aussi de la philosophie, la beauté des mots, le fait que tout ce qu’il dit s’imbrique l’un dans l’autre.

Et en plus, c’est accessible à moi ! What’else ?

PS : lorsque je mourrai, en espérant que ce ne soit pas durant le confinement, je voudrais qu’à mon homélie à l’église, on passe « Paint in black » et « Sympathy for the devil » des Rolling Stones ! L’acoustique d’une église doit bien donner…

Little Bird : Craig Johnson [Walt Longmire 1]

1441460527

Titre : Little Bird                                                        big_4

Auteur : Craig Johnson
Édition : Gallmeister (2009)

Résumé :
Après vingt-quatre années au bureau du shérif du comté d’Absaroka, Walt Longmire aspire à terminer sa carrière en paix. Ses espoirs s’envo­lent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve Cheyenne.

Deux années auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d’une jeune Indienne, Melissa Little Bird. Jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés. Aujourd’hui, il semble que quelqu’un cherche à se venger.

Alors que se prépare un blizzard d’une rare violence, Walt devra parcourir les grands espaces du Wyoming sur la piste d’un assassin déterminé à parvenir à ses fins.

Petit plus : Avec Little Bird, premier volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson nous offre un éventail de personnages pourvus de suffisamment de sens du tragique et d’humour pour remplir les vastes étendues glacées des Hautes Plaines.

indiens

Critique : 
Walt Longmire est tout le contraire de Lucky Luke car il n’a pas la réputation de tirer plus vite que son ombre, bien qu’il sache viser correctement. Non, notre sherif fait plus dans la nonchalance qu’autre chose.

Cela fait 24 ans qu’il est au bureau du shérif du comté d’Absaroka et monsieur apprécierait qu’on lui laisse un peu sa carrière se la couler douce.

Mais méfiez-vous quand même ! « Nonchalance » ne veut pas dire « imbécile » ou « je-m’en-foutisme ». Parce que s’il vous prenait l’envie subite de dézinguer des personnes – même si elles le méritent amplement – il vous traquera afin de résoudre cette affaire.

Alors, qui est mort et pourquoi ? C’est la question que l’on se pose au début du livre : qu’est-ce qui a bien pu pousser ce tireur mystérieux (et d’élite) à descendre Cody Pritchard près de la réserve Cheyenne ?

Certes, ce gars et ses trois copains avaient abusé d’une jeune indienne souffrant d’un retard mental, mais ils sont été appréhendés, jugés et ont purgé une peine d’emprisonnement. Minime, je vous l’accorde bien volontiers, mais pourquoi ce venger deux ans après ??

En tout cas, cela risque de jeter de l’huile sur le feu qui couve entre les deux communautés : les Blancs et les Indiens. Sans compter que le blizzard a des envies folles de s’inviter dans la danse.

Alors Walt va remuer ses 120 kg de masse graisseuse ou sommeille encore un peu de muscle asthmatique et enquêter sur le meurtre. Oh, tiens, encore un cadavre tout froid raide mort, une balle dans le buffet !

Il faudrait se dépêcher, mais Walt ne fait pas partie des enquêteurs rempli d’énergie et qui courent partout, tels que Holmes. De plus, il n’est pas toujours bien accompagné dans sa vie professionnelle (la privée, c’est encore pire) et notre Walt ne sait plus trop à quel sein (saint ?) se vouer car un climat de suspicion s’installe et il se demande s’il peut faire confiance à son ami Indien, Henry Standing Bear.

Ses policiers ne sont pas tous « avec lui » et en plus, tout en enquêtant, il doit aussi penser à sa réélection. Bigre, pour un qui voulait se la couler douce, ça en fait beaucoup !

Les fausses pistes partent dans tous les sens, les suspects sont assez nombreux et impossible de coller les meurtres sur le dos du majordome.

– Ce serait une sacrée merde si le coupable s’avérait être le dentiste ? Je sais que ce n’est pas aussi classe que le majordome, mais les gens seraient drôlement surpris, non ?

Une écriture remplie d’humour et de bons mots, j’ai eu souvent le sourire aux lèvres avec le shérif Longmire.

« Moi, j’dirais que sa connerie n’a pas encore atteint sa pleine mesure, et que la tienne, elle est en train d’enfler à vue d’œil ».

– Billy, tu dis avoir vu un corps ?
– Ouais, c’est vrai
– Il ressemblait à quoi ?
Un silence…
– Ben, à un corps.
J’envisageai de me taper la tête sur mon bureau.

Le shérif Longmire a des soucis dans sa vie, mais elle est un long fleuve tranquille comparé à un Erlendur (de l’auteur Arnaldur Indridasson). Limite rose bonbon… et ça fait du bien de ne pas tomber sur un énième flic alcolo-drogué-désabusé-dépressif-suicidaire.

Les personnages sont bien travaillés, attachants, pas trop désabusés, les paysages sont sauvages et c’est un réel plaisir d’en apprendre un peu plus sur les Indiens d’Amérique (Amérindiens).

Je regardai les traînées de nuages reflétées par la lune. Il avait l’air de faire froid dans la montagne. Nous étions dans la cinquième année d’un cycle de sécheresse et les ranchers se réjouiraient de voir l’humidité s’accumuler là-haut. Au printemps, l’eau porteuse de vie descendrait le long des précipices, faisant pousser l’herbe, nourrissant les vaches, pour qu’on ait des hamburgers et que le shérif soit payé. C’était dans l’ordre naturel des choses, ou du moins, c’était ce que les ranchers me disaient et me répétaient.

– Ce sont les plumes de hibou qui sont signe de mort, les messagères de l’autre monde.La plume d’aigle est un signe de vie, elle renvoie à toutes les activités des vivants: faire la pluie, planter et récolter dans les champs, pêcher en abondance, protéger les maisons et guérir les maladies. Elle est considérée comme le souffle de la vie, incarnant le pouvoir et l’esprit de l’oiseau dont elle était autrefois un élément vivant.

Le rythme est très lent, on rentre doucement dans l’histoire et celui qui cherche du trépidant devra aller voir ailleurs. Malgré la lenteur, je n’ai pas ressenti de l’ennui.

Le final est angoissant et j’ai poussé un cri de surprise.

Un roman noir dans un trou perdu du trou du cul de l’Amérique (c’est vous dire s’il est perdu).

Une belle découverte ! Le récit m’a emmené fort loin de mon pays, pour les plaines sauvages du Wyoming et je compte bien refaire le voyage avec les romans suivants.

Livre participant au Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), Le « Challenge US » chez Noctembule, le challenge« Il était une fois dans l’Ouest » chez Arieste et Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle (Prix « Le Roman Noir » en 2010 du Nouvel Observateur).

CHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal Lecteur