Les spectres de la terre brisée : S. Craig Zahler

Titre : Les spectres de la terre brisée

Auteur : S. Craig Zahler
Édition : Gallmeister Americana (23/08/2018)
Édition Originale : Wraiths of the Broken Land (2013)
Traducteur : Janique Jouin-de Laurens

Résumé :
Mexique, été 1902. Deux soeurs kidnappées aux États-Unis sont contraintes à la prostitution dans un bordel caché dans un ancien temple aztèque au coeur des montagnes.

Leur père, John Lawrence Plugford, ancien chef de gang, entame une expédition punitive pour tenter de les sauver, accompagné de ses deux fils et de trois anciens acolytes : un esclave affranchi, un Indien as du tir à l’arc, et le spectral Long Clay, incomparable pro de la gâchette.

Le gang s’adjoint également les services d’un jeune dandy cultivé, ambitieux et désargenté, attiré par la promesse d’une rétribution alléchante.

Peu d’entre eux survivront à la sanglante confrontation dans les badlands de Catacumbas.

Un western impitoyable qui balaie tout sur son passage, comme un film de Tarantino au volume poussé à fond.

Critique :
Si vous cherchez un western tranquille et gentillet, évitez absolument ce dernier titre sorti des écuries prolifiques de Gallmeister car vous risqueriez la crise cardiaque tant la violence est omniprésente et sans concession aucune.

« Une assemblée de chacals » était déjà brut de décoffrage, mais malgré tout, j’ai trouvé ce roman plus brutal et il n’y avait pas un goût de betteraves ou de pommes pour adoucir ce tord-boyaux bourré de poudre de revolvers et de dynamite.

On pourrait lui reprocher le fait de ne pas donner des masses d’indications sur ses personnages principaux, cette troupe d’hommes hétéroclites. Ils seront esquissés au plus près, détaillé à la serpe et vous n’en saurez pas des masses sur le dandy Nathaniel Stromler qui accompagnera la famille Plugford (John Lawrence, le père et ses deux fils : Stevie l’alcoolo et Brent le rancher), un Noir affranchi, un Indien et un tireur d’élite aussi sombre que la nuit.

Pourtant, malgré le peu de détails que l’on aura sur les différents personnages, la plume de l’auteur arrivera tout de même à leur donner de la consistance, de la présence, comme si nous avions chevauché avec eux, partageant la même quête pour retrouver les deux filles enlevées.

Ce que j’ai aimé, chez l’auteur, c’est que les femmes ne sont pas des faibles créatures et les deux sœurs Plugford nous le démontreront à plusieurs reprises, même s’il faudra attendre plus longtemps pour Yvette.

Par contre, on a l’impression, lorsqu’on lit les chapitres, que tout est agencé à la manière d’un film, rendant la lecture très visuelle. Tout est prétexte à faire des scènes d’action violentes et aucune torture ou autre saloperie ne nous sera épargnée. Ici, tout le monde est noir dans son âme et la fin justifie tous les moyens.

Si les 100 premières pages m’avaient parues un peu longues, les 300 suivantes sont passées telle l’express de 23h brûlant tous les signaux, faisant ronfler la chaudière au risque de la faire exploser.

Petit bémol : à force de faire des scènes d’action et d’avoir un rythme fou, le fond est sacrifié sur l’autel de la forme. La profondeur des actions de vengeance est inexistante et les dialogues sont très typés westerns violents. Quant à l’humour, il est aussi noir qu’un café serré fabriqué au pétrole brut.

Ce qui donne, finalement, l’impression que le chien se mord la queue et qu’a force de s’amuser dans l’écriture de son western sombre, l’auteur a oublié de nous monter une véritable intrigue. L’action c’est bien, mais un scénario, c’est mieux.

Attention, je ne dis pas que ce roman a une intrigue sur ticket de métro, mais on a un sentiment de vacuité, un sentiment de manque, un vide. Nom de Zeus, il ne manquait pourtant pas grand-chose pour en faire un excellent roman comme l’assemblée de chacals, sans pour autant perdre de vue le côté violent des personnages et de leur expédition vengeresse.

Malgré ce petit bémol, ce fut une lecture jouissive de par son côté très visuel des scènes d’action.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019), Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et le RAT de l’Épouvante chez Chroniques Littéraires – Automne, plaid et cocooning (400 pages).

 

Publicités

Blueberry – Tome 15 – Ballade pour un cercueil : Jean-Michel Charlier & Jean Giraud

Titre : Blueberry – Tome 15 – Ballade pour un cercueil

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud

Édition : Dargaud (1974) – Le Lombard (1974-1977)

Résumé :
Ballade pour un cercueil est le quinzième album de la série de bande dessinée Blueberry de Jean-Michel Charlier (scénario) et Jean Giraud (dessin). Publié en 1974, c’est le dernier album du cycle du trésor des Confédérés (trois tomes).

Presque tous les acteurs de l’album précédent convergent vers un « pueblo abandonné », Tacoma, à la recherche du trésor des Confédérés.

Après avoir affronté les jayhawkers et Lopez à plusieurs reprises, la troupe de Blueberry ramène le trésor à la frontière des États-Unis, où elle aura à faire face au commandante Vigo, aux jayhawkers à nouveau et à un chasseur de primes.

Critique :
Voilà un album comme nous n’en verrons sans doute plus de nos jours car il est composé de 72 pages d’aventures pures et dures.

Maintenant, business oblige, on couperait l’album en deux.

Franchement, ici, on en a pour ses sous, niveau lecture, car le début de l’album est composé de longs textes expliquant l’origine de Blueberry, cet homme bourru, têtu, bagarreur, buveur, coureur de jupons, de pistes, au nez cassé et qui poste un nom de gonzesse (Myrtille).

Avant même l’émergence de la saga « La jeunesse de Blueberry », nous en savions enfin plus sur ses origines et je peux vous dire que malgré le fait que je connaisse les origines de mon lieutenant de cavalerie préféré, cela m’a fait plaisir de les relire.

Dans ce lourd album dense, notre lieutenant court toujours après le fameux trésor des confédérés, il n’est pas le seul et sa piste sera jonché de cadavres car dans cette course à l’or, tous les coups bas sont bien entendus permis.

Zéro temps mort, même pas pour laisser souffler les bêtes, des balles qui sifflent, des tombes que l’on creuse, un cercueil qui va faire un long voyage, des trahisons, des coups bas, des aides improbables, du whisky, de fausses pistes, de jeu de cache-cache, de chausses-trappes et j’en passe.

Du rythme sans perdre son souffle, un suspense maintenu tout au long de l’album et des surprises en veux-tu en voilà !

Je ne sais pas ce qu’il en est des nouvelles éditions, mais dans l’ancienne, on a beaucoup de couleurs monochromes et des cases coloriées tout dans le même ton, ocre ou bleu gris. Si on a l’habitude, ça ne fait pas de mal aux yeux, mais si on ne l’a pas, on pourrait être surpris.

Cet album met aussi en avant la fièvre de l’or et ce que l’Homme est capable de faire pour en obtenir, devenant fou devant ce métal jaune, prêt à trahir ou à mourir pour lui.

Les auteurs étant impitoyables pour leurs personnages, ça va saigner et on ne comptera plus les morts à la fin de l’odyssée du trésor des Confédérés. C’est sombre, violent et tous les travers de l’Homme sont réunis dans ces pages.

Personne n’en sortira indemne, personne n’en sortira grandi et certains partiront les pieds devants…

Un tournant dans la saga Blueberry, une trilogie qui marque, un peu à l’image du diptyque « L’or de la sierra » dont je vous parlais l’année dernière (Ici et ).

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019), Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et le Mois Américain chez Titine (Septembre 2018).

Blueberry – Tome 14 – L’homme qui valait 500 000 $ : Jean-Michel Charlier & Jean Giraud

Titre : Blueberry – Tome 14 – L’homme qui valait 500 000 $

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud

Édition : Dargaud (1973)

Résumé :
L’Homme qui valait 500 000 $ est le quatorzième album de la série de bande dessinée Blueberry de Jean-Michel Charlier (scénario) et Jean Giraud (dessin). Publié en 1973, c’est le deuxième album du cycle du trésor des Confédérés (trois tomes).

La ville mexicaine de Chihuahua et ses alentours sont le théâtre de divers affrontements entre Blueberry, le gobernador Lopez, Chihuahua Pearl, le commandante Vigo, les jayhawkers Kimball et Finley, ainsi que MacClure et Red Neck.

Ils sont tous à la recherche du trésor des Confédérés, dont le secret est détenu par un ancien colonel sudiste enfermé dans le « bagne-forteresse de Corvado ».

Critique :
Après l’Homme qui valait 3 milliards (d’ancien francs !!) ou The Six Million Dollar Man dans sa V.O, nos voici avec un grand blond qui vaut 500.000$ or !

Le trésor des Confédérés, le fric qu’ils ont mis à l’abri lors de la victoire des mecs en Bleu, afin de reprendre la guerre plus tard et de la gagner, bien entendu.

Un homme connaît la cachette de ce fabuleux trésor et tout le monde a envie de jouer à Indiana Jones afin de le mettre la main dessus.

Peu de personnes sont au courant et si notre lieutenant badass Blueberry ne s’était pas mêlé d’une incursion de soldats mexicains poursuivant un pauvre type, il ne se retrouverait pas dans cette galère.

Blueberry ne se la coulera jamais douce… Le voici enfermé et les portes du pénitencier, bientôt vont se fermer et c’est là qu’il finira sa vie, sauf s’il s’évade… En compagnie d’un détenu mis au secret, le beau grand blond détenteur du secret du trésor, ce qui, vous conviendrez, commence à devenir compliqué.

Heureusement pour nos deux hommes qu’ils bénéficieront d’une aide extérieure afin de nous rejouer la Grande évasion, avec autant de panache que lorsque la 7ème compagnie s’est évadée.

Un album sans temps mort, avec son lot de trahisons, de retournements de situation, d’évasion, de mariage glamour avec militaires et fusils, de morts, de prisonniers qui nous rejoueront les Révoltés du Bounty et un final qui laisse présager encore beaucoup de suspense et d’aventures dans le prochain tome !

Blueberry ou comment passer de bons moments de lecture, le cul dans le divan, à défaut d’une selle western pour le savourer.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019), Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et le Mois Américain chez Titine (Septembre 2018).

Blueberry – Tome 13 – Chihuahua Pearl : Jean-Michel Charlier & Jean Giraud

Titre : Blueberry – Tome 13 – Chihuahua Pearl

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud

Édition : Dargaud (1973)

Résumé :
Chihuahua Pearl est le treizième album de la série de bande dessinée Blueberry de Jean-Michel Charlier (scénario) et Jean Giraud (dessin).

Publié en 1973, c’est le premier album du cycle du trésor des Confédérés (trois tomes).
Quelques années après la guerre de Sécession, le conseiller militaire du président des États-Unis « oblige » Blueberry à retrouver le trésor de Confédérés dans le but de prévenir la reconstitution d’une armée sudiste qui servirait à mener une guerre de reconquête.

Démis de ses fonctions et plus tard accusé de meurtre, Blueberry se met en route vers la ville mexicaine de Chihuahua.

Après avoir affronté des soldats mexicains, il prend contact avec une femme belle et volontaire surnommée « Chihuahua Pearl ».

Surpris alors qu’il l’embrasse, Blueberry se fait un ennemi du gouverneur de l’État en place. En plus, une bande de jayhawkers est aussi à la recherche du trésor.

Critique :
♫What can make you move, Chihuahua ♫Can you feel the groove ChihuahuaWhat can make you dance ♪ Oh Chihuahua ! ♪What can make you sing Chihuahua ♪Take it and you win Chihuahua ♫

Quand la belle et voluptueuse Chihuahua Pearl serre un cigare dans ses dents, je pense que les hommes auraient envie qu’elle s’occupe du leur, mais sans les dents…

Mais avant que notre lieutenant borderline Blueberry ne croise les lèvres pulpeuses et les courbes généreuses de la belle Chihuahua, il va lui arriver moult aventures et, une fois de plus, il aura l’impression d’être le dindon de la farce, un pion sur l’échiquier, sans qu’il sache toujours très bien qui joue avec qui.

Une chasse au trésor, ça vous dit ? Le magot que les confédérés auraient planqué lors de la capitulation n’a toujours pas été retrouvé, certains n’en avaient même pas connaissance, de l’existence de ce magot. Mais une fois que l’on sait, ça donne envie de jouer tout en laissant les règles de côté.

Mike Blueberry est envoyé pour retrouver l’homme qui a enterré le trésor, mais comme il doit faire ça dans la discrétion, on va le renvoyer à la vie civile et même ajouter des griefs à son palmarès déjà bien rempli de conneries en tout genre.

Chasse au trésor et partie de cache-cache pour éviter les soldats mexicains de Vigo, le chasseur de primes et les jayhawkers de Kimball et Finlay, tout en essayant de se faire rejoindre par le poivrot de MacClure et son autre acolyte, Red Neck.

Qui a dit qu’on allait se la couler douce ??? Va falloir faire gaffe à préserver sa peau, à éviter les mauvaises rencontres et ménager sa monture ! Les chemins pour passer au Mexique ne sont pas nombreux, ce qui ferait plaisir à Trumpette…

Un tome qui mélange adroitement les codes du western et du polar, distillant adroitement le suspense et les retournements de situation, le tout avec une pincée de manipulations, de jalousie, d’envie et de soif de l’or.

Un tome qui ne ménagera pas notre lieutenant mal rasé, mal coiffé, mal embouché, sale, puant et au caractère de cochon. Mais c’est ainsi que nous l’aimons, non ?

— Sûr ! Mais pour comprendre, faut que je vous fasse deux confidences… Primo : que tous les officiers au-dessus du grade de lieutenant sont complètement abrutis… Deuxio, que le degré d’abrutissement double à chaque nouveau galon…
— Très intéressant… Eh bien, confidence pour confidence, je suis le général MacPherson, conseiller militaire du président des États-Unis…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et le Mois Américain chez Titine (Septembre 2018).

Durango – Tome 6 – Le destin d’un desperado : Yves Swolfs

Durango 6 - Le destin d'un desperado

Titre : Durango – Tome 6 – Le destin d’un desperado

Scénariste : Yves Swolfs
Dessinateur : Yves Swolfs

Édition : des Archers (1986) / Dargaud (1988) / Alpen Publishers (1991) / Les Humanoïdes Associés (2006) / Soleil (2007)

Résumé :
Dans un petit village du Mexique, Durango, Amos et ses guérilleros vivent cachés lorsque ceux-ci subissent la charge des « Fédérales ».

Suite à l’acharnement et au déferlement de la soldatesque, Durango et Amos parviennent non sans mal et avec grande perte à sauver leur peau et à se réfugier dans une ancienne mission proche de San Cristo.

Malheureusement, les militaires mexicains aidés de Logan et ses acolytes retrouvent la trace des fuyards…

Couv_23741Critique : 
Et bien, ce n’est pas encore dans cet album que notre fumeur de havane aux gants de cuir coupés pourra profiter de la vie et accrocher un « Home, sweet home » au-dessus de sa cheminée !

Pour clore cette trilogie consacrée à la « révolution » en territoire mexicain, ça va défourailler sec dans tous les sens du terme et il faudra faire gaffe aussi à ne pas se prendre une balle dans le dos, tirée par un serpent qui était lové dans votre sein.

J’ai beau le connaitre par coeur, j’espère toujours une autre fin, même si celle que l’auteur nous a concocté était la seule valable, la seule acceptable…

Amos est un personnage que j’ai toujours apprécié, il a son côté sombre, obscur, car il sait qu’on  ne fait pas la révolution sans casser des gens, mais il a aussi un côté lumineux, flamboyant, c’est un héros sans peur et sans reproches, une sorte de Durango version tortillas (mais pas pour les Dalton).

On mitraille sec, on meurt, on survit, on déguste la vengeance toute chaude, on retrouve le cross-over avec la personne de Max Von Ruhenberg, on se découvre des ennemis, on se fait poursuivre par les Fédérales et on termine le cycle en beauté avec un final magnifique, digne des plus fameux films western.

Quant à notre Durango, dans cet album, c’est une véritable machine à tuer.

Mais comme toujours, dans cette vieille édition, les couleurs ocres ou bleues sont à chier !

Faudrait vraiment que je songe à m’offrir les toutes nouvelles éditions, moi. Cette excellente série le vaut bien.

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park,« Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur, le RAT A Week Estival, Summer Edition chez Chroniques Littéraires et « Le Mois Américain 2016 » chez Titine.

CHALLENGE AMÉRICAIN 2016 - Lone Ranger

CHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal Lecteur

Durango – Tome 5 – Sierra Sauvage : Yves Swolfs

Durango-05

Titre : Durango – Tome 5 – Sierra Sauvage

Scénariste : Yves Swolfs
Dessinateur : Yves Swolfs

Édition : des Archers (1985) / Dargaud (1988) / Alpen Publishers (1985) / Les Humanoïdes Associés (2006) / Soleil (2008)

Résumé :
Emprisonné depuis plus de 3 mois au Nouveau-Mexique, Durango se voit proposé par l’envoyé du gouverneur du Texas, une mission qui lui permettra en cas de réussite d’échapper à la pendaison.

Cette mission consiste à mettre un terme aux agissements dérangeant d’un truand notoire que Durango connaît bien en l’occurrence Amos Rodriguez.

N’ayant pas d’autre alternative, il accepte et quitte sa geôle flanqué de 4 rangers.

Cependant, sa sortie de prison ne passe pas inaperçue et ce sont plusieurs personnes pas forcément honorables qui se lancent à sa suite…

durango05couvCritique : 
Si avec ce volume là on n’a pas encore compris l’amour de Swolfs pour les western spaghetti, alors, on ne le comprendra jamais !

Tous les ingrédients de la sauce sont là, bien utilisés et couchés sur le papier tels les grands espaces désertiques, les « gueules » représentatives de la faune locale, les duels…

Manque plus qu’une musique d’Enio Morricone et on y est !

Sierra sauvage est le suite d’Amos qui se terminait sur très une mauvaise posture pour notre Durango, même si on se doutait qu’il allait s’en sortir pou continuer d’être le héros de cette série qui porte son nom.

Une des règles à ne pas oublier, messieurs les rangers du risque : on ne propose pas de deal à Durango ! On ne lui demande pas de trahir un ami pour récupérer sa liberté et si on a les couilles de le faire, ou la folie de le penser, on lui adjoint une troupeau de rangers du niveau d’un Walker, au minimum.

C’est Durango qu’il faut surveiller, messieurs les rangers, pas les Dalton dans un Lucky Luke.

— J’aurais voulu le liquider en finesse mais ses vertèbres ont craqué trop fort et il a fallu improviser. [Ortega]

Toujours un plaisir de retrouver Amos, notre truand moustachu aux idées révolutionnaires et partisan de la liberté. Un bon salopard en quelque sorte, même s’il réalise ses idéaux dans la violence et le sang.

Tiens, une vieille connaissance se promène dans cet album en la personne de Max Von Ruhenberg (ceux qui ont lu Le Prince de la Nuit savent qui c’est).

Lui, c’est l’opposé d’Amos : riche, issu d’un père baron, le cul bordé de nouilles, allemand, blond, supportant difficilement la chaleur du désert,…

De plus, c’est aussi le contraire d’Amos dans sa lutte contre le pouvoir car lui, il prêcher la bonne parole aux peones mexicains et ne conçoit pas la révolution autrement qu’avec des mots. Il a lu Karl Marx et parle de l’homme qui exploite l’homme.

— Ach !! Jugement simpliste ! Il faut de tout pour faire une révolution. Des malades du révolver comme vous et des gens qui pensent avant d’abattre tout ce qui bouge ! Moi j’explique aux paysans pourquoi ils crèvent de faim… Comment fonctionnent les mécanismes de l’exploitation de l’homme par l’homme !

Comme d’habitude, c’est parfaitement scénarisés, les dessins sont toujours réalistes mais mon album des éditions des Archers (1985) a toujours des couleurs qui tirent vers le jaune orangé et ça gâche tout le dessin !

Un album comme toujours bourré d’actions très explosives, de duels sanglants et  également de bons sentiments avec un général anti-torture et qui a compris que le pouvoir corrompt tout.

— Vous verre si un jour vos idées triomphent que le pouvoir corrompt tout ! Entre son exercice et les idéaux, il existe tant de contradictions. Mais à quoi bon vous expliquer tout ça, je vous ai assez vu, vous êtes libre.

Allez, on monte de suite sur sa monture, on prend les armes et on poursuit l’aventure revolucion avec Durango et Amos dans leur troisième aventure !

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur.

CHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal Lecteur

CHALLENGE AMÉRICAIN 2016 - The magnificent seven

Durango – Tome 4 – Amos : Yves Swolfs

durango-04-amos

Titre : Durango – Tome 4 – Amos

Scénariste : Yves Swolfs
Dessinateur : Yves Swolfs

Édition : Les Archers (1984) / Dargaud (1988) / Alpen Publishers (1991) / Les Humanoïdes Associés (2006) / Soleil (2007)

Résumé :
Recherché activement pour des actes commis antérieurement, Durango, tueur professionnel, cherche à fuir le pays pour se réfugier au Mexique.

Lors d’une étape dans une « cantina » non loin de la frontière, il fait la connaissance, à l’occasion d’un échange musclé, de Rodriguez Amos, trafiquant d’armes patenté.

Ce dernier lui propose de faciliter son exode.

Mais, un tueur nommé Logan, missionné par une compagnie minière et un agent de la Pinkerton traquent nos deux hommes.

Pourront-ils arriver à destination sans embûche ?

Critique : 
♫ Amos a la playa ♪ Ho Ho Ho ♪ Amos a la playa ♫

Bon, on est loin des plages de sable fin, ici !

Certes, ce n’est plus la neige du premier tome, mais le sable ici, c’est celui du Mexique et il est  torride.

La belle gueule d’amour de notre Durango est mise à prix (5.000$) et notre homme, qui s’était vu proposer l’étoile de shérif, est maintenant recherché. Il voudrait donc se faire oublier en Mexique.

♫ Mexico, Mexiiiiiicoooooo…  Sous ton soleil qui chante, Le temps paraît trop court ♪ Pour goûter au bonheur de chaque jour ♫ Mexico, Mexiiiiiicooo… ♪ Tes femmes sont ardentes ♫

Le voilà de nouveau embarqué dans une sale histoire de révolution lorsqu’il sauve la vie d’Amos, un bandit qui voudrait rendre les peones libres et riches.

Il est à souligner que cette histoire a un petit lien avec la précédente puisque l’on retrouve le shérif véreux Jenkins dont le contact avec Durango est toujours aussi… heu, comment dire ? Haineux ? Oui.

Sans oublier cette putain de compagnie minière américaine qui embauche Logan, un tueur chargé de retrouver Durango et pas pour lui faire des papouilles ou lui rendre son parapluie qu’il aurait oublié la dernière fois au bureau…

Ce vieil album, publié aux éditions des Archers, date de 84 et les couleurs tirent toutes vers le jaune ou l’orangé, ce qui ne rend pas les décors des plus jolis, hélas.

Il faudrait que je vérifie si les coloriages ont été refait dans les nouvelles éditions de Soleil.

Par contre, niveau dessins, Yves Swolf nous les mitonnes aux petits oignons, le trait est fin, propre, détaillé, les personnages sont réalistes, les chevaux aussi, bref, c’est superbement réalisé.

Au menu, comme toujours, de la bagarre, des morts, des magouilles, des gens véreux, des types peu recommandables aux trousses de Durango, des fesses à l’air dans le désert, des têtes mises à prix…

Avec Logan et Jenkins aux trousses de Durango, avec Charlie Siringo, l’agent de la Pinkerton, aux trousses d’Amos, ça risque à un moment donné de faire du grabuge tous ces gens aux trousses de tout le monde.

Et notre Durango est toujours aussi taiseux, aussi froid, aussi beau, loyal, gentleman et il tire presque aussi vite que son ombre à l’aide de son célèbre Mauser M98.

Mais faudra se bouger les fesses parce qu’à la fin de l’album, notre ami est en fâcheuse posture et nous le suivrons en terre mexicaine durant encore 2 albums.

¡ Viva la Revolución !

♫ « Amos » de mis amores ♪ Reina mía, qué me hiciste? ♪ Que no puedo conformarme ♪ Sin poderte contemplar ♫

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et « Le Mois Américain 2016 » chez Titine !!!!

CHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal Lecteur

CHALLENGE AMÉRICAIN 2016 - Cow-Boys

L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – T3 – Le mystère de la femme araignée : Lupano & Salomone

Couv_203204

Titre : Le mystère de la femme araignée – L’homme qui n’aimait pas les armes à feu 3

Scénariste : Wilfrid Lupano
Dessinateur : Paul Salomone

Édition : Delcourt – Conquistador (2014)

Résumé :
Vous souvenez-vous de Tim Bishop, le petit jeune qui en pinçait pour Margot de Garine ? Le gaillard est toujours sur la piste de la belle, même si ses sentiments ont changé. Ne l’a-t-elle pas abandonné, ficelé à un rocher au milieu de nulle part ?

De leur côté, Byron Peck et Knut Hoggaard sont aussi remis sur selle et filent vers le Canyon de Chelly. D’ailleurs, tout le monde semble se diriger vers ce lieu emblématique de la culture navajo.

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour la fortune/l’honneur/la vengeance (rayer les mentions inutiles) ?

Petit Plus : Wilfrid Lupano continue sa relecture personnelle de l’Histoire des USA dans Le secret de la femme araignée.

Comme à son habitude, le scénariste du « Singe de Hartlepool » mêle habilement, avec pas mal de poudre, farce et critique acerbe.

Couv_260974Critique : 
Toujours sous le couvert d’une bonne dose d’humour noir, l’auteur poursuit les aventures de nos deux compères, Byron Peck – l’avocat bon chic bon genre – et de Knut Hoggaard et ses pauvres borborygmes.

On va de surprises en surprises avec un certain personnage et on rit jaune devant l’imbécilité des lois et règlements : tout ce qui vit dans la réserve est Navajo (même un Noir) et tout ce qui vit hors de la réserve, est américain, même un Navajo…

— Au dernier recensement de la réserve, l’agent du bureau des affaires indiennes m’a enregistré en tant que Navajo. C’est la loi pour tout ceux qui vivent dans a réserve.
— Hein ? Mais c’est idiot !
— Ouaip. Et les Navajos qui vivent en dehors de la réserve sont considérés comme des citoyens américains. Va comprendre.

De l’humour, mais pas que… L’auteur ne se prive pas pour aborder le cas de ces charmantes religieuses si douces et si bonnes pour les petites filles navajos dont elles avaient l’éducation.

Voyez-vous, lorsque ces gamines disaient un mot de Navajo, elles étaient récompensées non pas par un Mars ou un Bounty, mais par le piquet ou le four…

Oui, liées à un piquet, en plein soleil ou enfermée toute une journée dans une petite cabane exposée en plein cagnard. Quelles braves femmes, n’est-il pas ??

Sans compter les lois qui interdisent à une personne Noire de posséder une arme à feu. Libres, oui mais pas avec les mêmes droits que l’homme Blanc.

Un retour dans l’Ouest, sur les pistes poussiéreuses, avec des attaques de trains et des chevauchées dans le soleil couchant et un final qui laisse présager encore quelques aventures épiques dans les tomes suivants.

Dommage que le tome 4 ne soit pas encore sorti.

Une saga western qu’il est extrêmement plaisant de découvrir.

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, Le « Challenge US » chez Noctembule, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur, Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016) et Le « RAT a Week, Winter Édition » chez Chroniques Littéraires (48 pages – 4477 pages lues sur le Challenge).

BILAN LECTURE - Veux la suite

Mois du Polar - Février - SharonCHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal Lecteur

L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – T2 – Sur la piste de Madison : Lupano & Salomone

Couv_178424

Titre : Sur la piste de Madison – L’homme qui n’aimait pas les armes à feu 2

Scénariste : Wilfrid Lupano
Dessinateur : Paul Salomone

Édition : Delcourt – Conquistador (2013)

Résumé :
Pourquoi Margot de Garine a-t-elle quitté son époux, Maître Byron Peck? Comment le Danois Knut Hoggaard, alors encore en pleine possession de ses moyens intellectuels, est-il entré dans la vie de Margot et de Byron ?

Surtout, que contiennent ces mystérieuses lettres, pour lesquelles cet improbable trio est prêt à s’entretuer ?…

Deuxième volet de la poursuite infernale au cœur de l’Arizona.

Couv_217918Critique : 
Sur la piste, elle m’a dit « Sonne »…

Non, non, non, le Madison de cet album rien à voir la route du même nom dans le roman et le film, ici, on parle d’un Grand Homme, le père de la constitution des États-Unis, excusez du peu.

Dans le tome 2, on apprend comment notre Byron Peck, éminent avocat de Los Angeles, en est arrivé à sillonner les routes à bord d’un chariot avec son Hercule qui ne lâche plus que des borborygmes.

Dans ce tome 2, on quitte les pistes de l’Ouest profond direction Los Angeles pour nous expliquer comment tout cela a commencé et nous montrer les personnages tels qu’ils étaient avant que tout cela n’arrive.

Byron Peck est un avocat qui ne recule devant rien pour gagner un procès, Margot de Garine, son épouse, ne rêve que d’argent et de mener un encore plus grand train de vie et Knut Hoggaard n’était pas encore cet homme diminué que l’on a vu dans le premier tome.

— Désormais, son sort est entre les mains du seigneur…
— Et du diable ! Et comme à mon avis aucun des deux n’en veut chez lui, nous avons toutes les chances de le garder encore quelques temps avec nous.

— C’est d’autant plus appréciable que souvent, les bonnes nouvelles arrivent en groupe.
— LHA SoloOop !
— M. Hoggaard n’allait pas nous quitter pour quelques malheureux litres de sang.

Beaucoup de profondeur dans ce tome, avec notre Byron Peck qui va ressentir une peur atroce et dont les dessins vont nous montrer sa descente aux enfers, barricadé dans sa maison qui va commencer à sentir le puma puisque notre avocat ne se lave plus.

C’est aussi une partie de l’Histoire Américaine que nous allons explorer aussi avec son fameux deuxième amendement, celui qui permet à quiconque de porter une arme à feu.

— C’est ce pays qui est souffrant, Hamilton ! Ce pays magnifique, plein de promesses qui, d’un côté, défend la liberté, le droit, et de l’autre… qui permet à n’importe quel aliéné de se balader avec une arme à feu !

Les dialogues sont toujours aussi savoureux, Margot est toujours aussi calculatrice et, telle une araignée veuve noire, tissera sa toile afin de dévorer toutes ses proies.

— Ne le prenez pas mal, Madame de Garine, mais je crois que vous êtes la personne la plus répugnante qu’il m’ait été donner de rencontrer.

Le dessin est chaleureux grâce à ses couleurs et bien que ce tome soit un peu moins « fou » que le premier, il permet, grâce à ses flashbacks de poser les bases de l’histoire et tous les différents enjeux selon les personnages.

Il est à noter que pour certains, la situation a bien mal tourné et notre naïf Tom Bishop en fera l’amère expérience.

— Toi comprendre moi ? Toi vouloir quoi ? Argent ? Nous pas argent ! Nous vouloir papiers toi avoir volés ! Voler pas bien ! Grand manitou pas content dans le ciel ! Grand manitou Trèèèèèès Fâché !
— Je suis très triste pour lui, mais hélas, je suis Navajo, et les Navajos ne croient en aucun grand Manitou.

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, Le « Challenge US » chez Noctembule, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur, Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016) et Le « RAT a Week, Winter Édition » chez Chroniques Littéraires (48 pages – 4477 pages lues sur le Challenge).

CHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal Lecteur

Mois du Polar - Février - Sharon

L’homme qui n’aimait pas les armes à feu – T1 – Chili con carnage : Lupano & Salomone

Titre : Chili con carnage – L’homme qui n’aimait pas les armes à feu 1

Scénariste : Wilfrid Lupano
Dessinateur : Paul Salomone

Édition : Delcourt – Conquistador (2011)

Résumé :
Début du XXe siècle, Arizona… Maître Byron Peck, citoyen britannique et avocat d’affaires, escorté de son acolyte, l’effrayant Monsieur Hoggaard, parcourt le désert de pierre aride et brûlant en quête d’un mystérieux papier qui pourrait changer le cours de l’histoire des Etats-Unis d’Amérique à jamais.

Dans le même but, la dangereuse Margot de Garine s’associe à une bande de mexicains sans foi ni loi… Et ils seront sans pitié !

Critique : 
C’est dans le mensuel « Lanfeust Mag » que j’avais découvert cette série, au moment où le catalogue Delcourt était venu s’additionner à celui des Éditions Soleil (ou le contraire) et que le tome 2 avait été publié dans mon mensuel préféré.

Le fait d’avoir, à l’époque, commencé par le tome 2, m’a gâché la surprise lorsque j’eus enfin la possibilité – il y a quelques jours – de découvrir les premières images du 1…

Ben oui, je savais pourquoi ce grand échalas de maître Byron Peck – un gentleman anglais, avocat aux États-Unis – sapé comme un prince, cheveu gominé et moustache fine se promenait dans un chariot aux côtés d’un colosse norvégien et je savais aussi pourquoi cette force de la nature ne s’exprimait plus que par geignements ou borborygmes (Knut Hoggaard).

Plus de mystères pour moi en ce qui concerne les documents importants, hélas… Trop de savoir tue le mystère…

Ceci étant dit, pour le lecteur qui découvre pour la première fois ce western déjanté, tout le mystère de la chose lui sera hermétique et il découvrira au fil des pages une partie de ce qui s’est passé avant tout cela !

Byron Peck est un avocat sans scrupules… même s’il s’est un peu assagi, il ne s’embarrassera pas de balancer le cadavre d’un hors-la-loi hors du chariot. Le tout avec des dialogues bourré d’humour noir et de cynisme.

— Décidément, ces hors-la-loi sont bien tous les mêmes. Pour dévaliser les banques et tuer des innocents, ils ont la forme. Mais dès qu’il s’agit de faire quelques kilomètres dans le désert avec une balle dans le ventre, il n’ y a plus personne.

— Oh, je sais bien ce que vous pensez, Monsieur Hoggaard. Et vous avez raison : à présent qu’il est mort, il n’y a plus qu’à espérer que ses informations étaient bonnes. De toute façon, nous ne sommes plus très loin. Nous serons bientôt fixés. Et si d’aventure l’homme a menti, nous pourrons toujours repasser par ici pour manquer de respect à son cadavre. Par principe.

Quant à son acolyte, il a tout de l’homme de Néandertal mal dégrossi et passe son temps à hurler son fameux « Lha soloop! ».

— Avant son « accident », Monsieur Hoggaard, c’était un garçon étonnant : une sorte de viking hirsute et rugueux, éructant sa joie de vivre, et qui ne dessoulait jamais… Une force de la nature ! Et un humour, avec ça ! Irrésistible ! Tiens, un jour, à Los Angeles, un passant lui demande le plus court chemin pour se rendre au cimetière. Eh bien, Monsieur Hoggaard l’a poussé aussi sec sous les roues d’un attelage !

Espionnant une hacienda remplie de bandits mexicains où Margot de Garine, une belle dame vient de débarquer, nos amis vont se retrouver dans des situations pas possibles pour notre plus grand plaisir.

Le tout sera de ne pas se faire descendre… Et de retrouver ces fichus documents hyper importants !

— Nous sommes d’incorrigibles bons vivants, monsieur Hoggaard. D’ailleurs, l’expérience a prouvé que nous faisons de mauvais morts.

Beaucoup d’humour dans cette bédé qui a tout du western classique au départ avec les ingrédients habituels : un duo improbable, un jeune premier naïf (Tom Bishop) totalement in love d’une femme fatale, une poignée de bandits mexicains, une attaque de train, un navajo un peu demeuré et un document secret dont je ne vous dirai rien de plus, juste que la nation en dépend !

Avec tous ces ingrédients classiques du western et d’une enquête privée, l’auteur y ajoute un sérieux grain de folie, d’humour, de déjanté, de fraicheur, de mystère, de bons mots, de cynisme, une belle plante et une leçon pour se pays où tout le monde a le droit d’être armé.

Je tiens à remercier la chambre des représentants de l’État du Texas qui, au moment où ce livre part à l’impression, vient d’autoriser le port d’armes à feu sur les campus universitaires.
Voilà les tueurs de campus bien attrapés : ils vont devoir se rabattre sur les écoles primaires pour faire des carnages.
On autorisera donc le port d’arme à l’école primaire. Les tueurs devront alors s’en prendre aux crèches.
Qu’à cela ne tienne, on armera les assistantes maternelles et les enfants en bas âge.
Etc etc.

Un pari osé de nous sortir un western aussi déjanté mais le pari est réussi car jamais ils n’ont sombré dans le lourd ou le grotesque, ni au niveau du scénario, ni au niveau des dessins qui ne manquent jamais de tons chauds.

C’est fin, très fin et ça se mange sans faim.

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, Le « Challenge US » chez Noctembule, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur, Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016) et Le « RAT a Week, Winter Édition » chez Chroniques Littéraires (48 pages – 4477 pages lues sur le Challenge).

CHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal LecteurMois du Polar - Février - Sharon