Le cercle brisé – Meurtres en pays Navajo : Rodney Barker

Titre : Le cercle brisé – Meurtres en pays Navajo

Auteur : Rodney Barker
Édition : du Rocher Nuage rouge (1995)
Édition Originale : The Broken Circle – A True story of Murder and Magic in Indian Country (1992)
Traduction : Marie-France Girod

Résumé :
Meurtres et magie en pays Navajo.

Dans les années 1980, un journaliste, l’auteur, enquête, revient sur une affaire dans laquelle il était  »tombé » en 1974 à Farmington, Nouveau-Mexique près de la réserve du Dineh (Navajo).

Des Navajos sont donc trouvés assassinés, nus ayant subi des sévices et tortures de toutes sortes. Les auteurs de ces atrocités sont trois jeunes gens blancs de la High School de Farmington.

L’affaire fait grand bruit. Le verdict est clément pour les meurtriers. Par la Voie navajo, le Dineh demandera réparation, rétablissement de l’équilibre rompu.

Une plongée dans les âmes ou la mystique navajo, un portrait de l’américain contemporain.

Critique :
« De sang-froid » de Truman Capote reprenait un faits divers et en faisait un roman en reconstruisant les faits, avant, pendant, après, ainsi que les conséquences qu’avaient eu ces meurtres sauvages sur les habitants de la petite ville de Holcomb.

Cela s’appelle un true crime.

« Le cercle brisé » en est un aussi puisque l’auteur, Rodney Barker, revient sur une affaire dans laquelle il était « tombée » en 1974 à Farmington, Nouveau-Mexique près de la réserve du Dineh où des Navajos avaient été sauvagement assassinés et il enquête.

Les coupables avaient été trouvé, c’étaient trois jeunes gens blancs de la High School de Farmington et ils avaient été jugés et condamnés à des travaux d’intérêt général… Oui, pour des meurtres ! Moi aussi, comme les Navajos j’aurais la haine.

Puis, les coupables qui avaient repris leur petites vies tranquilles ont des bricoles qui leur tombe sur la tête… comme la mort, par exemple. Les Navajos auraient-ils jetés des sorts sur ces meurtriers non condamnés ??

La culture Navajo me passionne dans les enquêtes de Leaphorn et Chee, donc, ce roman ne pouvait que me plaire.

Big badaboum, comme le dit si bien Leeloo dans « Le cinquième élément » car je me suis ennuyée durant ma lecture, mes petits yeux se fermant régulièrement alors que je n’étais absolument pas en manque de sommeil.

Le récit est lent et je n’ai jamais réussi à me fixer dessus le temps nécessaire, ce qui fait que j’ai fait une avance rapide, comme sur une K7 audio et j’ai sauté des pages, et des pages, et des pages…

Moralité ? Je l’ai quand même comprise : le cercle ne doit pas être brisé, dans la culture Navajo et s’il est, il faut une réparation juste et équitable. Quand elle ne l’est pas, alors, ils demanderont réparation par leur voie à eux…

Dommage que je n’ai pas accroché. Mais c’est ainsi.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°98].

Blueberry – Tome 20 – La tribu fantôme : Jean-Michel Charlier et Jean Giraud

Titre : Blueberry – Tome 20 – La tribu fantôme

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud

Éditions : Hachette (1982) / Dupuis Repérages (1992) / Dargaud (2003)

Résumé :
Blueberry a réussi à s’évader avec la complicité de Mc Clure, Red Neck, Chihuahua Pearl et des Navajos, dont Vittorio, leur chef, et Chini, la fille de Cochise.

C’est envers ces derniers que Blueberry a une dette: en effet, Cochise et les anciens végètent toujours dans la réserve que leur ont laissé les soldats Américains, et les rigueurs de l’hiver approchent.

Sortir de la réserve n’est pas un problème, mais survivre clandestinement pour rallier la frontière Mexicaine tout en échappant à l’armée des États-Unis, voilà le nouveau challenge que va relever le Lieutenant Blueberry, et la tribu de Cochise va sembler se volatiliser dans la nature, ce qui lui vaudra bien le nom de « Tribu Fantôme »…

Publié pour la première fois en 1982, c’est le dernier album du cycle de « Blueberry fugitif » (trois tomes).

Critique :
Voilà un album que j’apprécie particulièrement car ici, les Indiens vont tenir la dragée haute aux militaires Blancs qui vont les chercher comme dans une partie géante de cache-cache.

Après les massacres gratuits dans « Tête jaune » ou la mise en réserve, qui a tout d’un mouroir, des Navajos, dans l’album précédent, on rétablit un semblant d’équilibre qui fait du bien au moral.

Vittorio n’est pas un égoïste, son peuple crève dans cette putain de réserve qui est torride en été et polaire en l’hiver, ce qui cause moult décès et des famines chez les Navajos, qui, pour la plupart, sont des femmes, des enfants et des vieillards.

L’Homme Blanc serait fichu le camp, laissant son peuple se démerder, pas chez les Indiens. La mentalité n’est pas la même et on le ressent une fois de plus dans cet album dont les couleurs sont dans des tons sables.

Mais pour libérer et évacuer les siens qui sont sous les yeux des Longs Couteaux, va falloir plus que ruser et c’est là que Blueberry va faire la différence, lui qui connait tous les codes, les us et coutumes des Blancs, ainsi que leur manière de réfléchir.

Cet album est bourré de suspense car dans cette partie de cache-cache géante, la défaite signifie la mort pour les Navajos. Même la fuite sera synonyme de mort pour certains des plus âgés qui ne pourront fuir et qui se sacrifieront pour que les autres survivent.

Blueberry est un stratège hors pair et avec l’aide de ses deux bras gauches que sont  Mc Clure et Red Neck, il va réussir à brouiller les pistes et à niquer les Tuniques Bleues de manière brillante.

Un vingtième album qui, comme d’habitude, a un excellent scénario, du suspense, du mystère, une chasse à l’Homme Rouge qui va réunir bien des hommes prêt à tout pour les anéantir, oubliant que les Indiens ont le sens du sacrifice pour sauver les leurs, de la ruse et Blueberry !

Maintenant que Blueberry a encore accompli une mission impossible, il serait temps de penser à sa réhabilitation chez les Tuniques Bleues…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°77] et le Mois Américain – Septembre 2020 chez Titine et sur Fesse Bouc.

Les enquêtes de Leaphorn et Chee – 01 – Porteurs-de-peau : Tony Hillerman

Titre : Les enquêtes de Leaphorn et Chee – 01 – Porteurs de peau

Auteur : Tony Hillerman
Édition : Rivages Noir (1990/2018)
Édition Originale : Skinwalkers (1986)
Traduction : Danièle et Pierre Bondil

Résumé :
Les porteurs-de-peau sont les sorciers, les loups Navajo qui décident d’apporter le mal à leurs congénères. Ils rôdent dans les ténèbres de la grande réserve, parfois couverts d’une fourrure d’animal, et possèdent des pouvoirs surnaturels. Trois meurtres sont commis, peut-être quatre.

Une nuit, Jim Chee, le policier navajo traditionaliste, est tiré de son sommeil et plongé dans l’angoisse.

Alors commence une enquête qui lui fera côtoyer le lieutenant Joe Leaphorn et les marquera tous deux profondément, dans leur esprit comme dans leur chair.

Critique :
Jim Chee, policier Navajo, doit la vie à une chatte abandonnée…

Il ne l’a pas vraiment recueillie, puisque pour lui, un animal doit savoir se suffire à lui-même et ne pas compter sur les humains car un chat domestique n’a aucune chance de survie dans ce monde sauvage.

Mais c’est tout de même grâce à la chatière installée qu’il a échappé au tireur.

Il y avait trop du Navajo traditionaliste en lui pour intervenir dans la vie d’un animal sans avoir une raison de le faire. Mais il était curieux. Un animal comme celui-là, élevé et nourri parmi les hommes blancs saurait-il retrouver assez de ses instincts de chasseur pour survivre dans le monde des Navajos ?

Trois meurtres ont eu lieu sur la réserve, plus une tentative en ce qui concerne Jim Chee et la police tribale Navajo est au point mort.

On a bien arrêté un homme qui a tiré sur une des victime, mais le problème est que cette victime à été tuée à coups de couteau…

Ce roman est le premier qui rassemble le policier Jim Chee et l’enquêter Joe Leaphorn. Puisque j’avais commencé à l’envers, je me devais de revenir aux sources et ce par quoi tout a commencé.

Tony Hillerman nous immerge dans la société Navajo, dans leurs rites, leurs croyances, leur mode de vie, de pensées. Utilisant des mots de leur langue (glossaire en fin de volume), il rend ce récit encore plus réaliste.

Ne vous attendez pas à de grandes démonstrations, le Navajo se doit d’être modéré en tout chose et il ne courra pas en hurlant « YOUPIE », lui. Nos deux enquêteurs policiers sont aux antipodes l’un de l’autre. Chee est mince, Leaphorn est plus épais, Chee croit aux fantômes, Leaphorn non. Ils n’étaient pas fait pour se rencontrer, et pourtant.

On ne se plonge pas dans un Hillerman comme dans un autre roman policier. Ici, pas de page-turner, de suspense à couper au couteau. L’auteur prend son temps, développant ses personnages, leur environnement, leur mode de vie.

Pour l’auteur, ce sont les personnages qui sont les plus important, l’enquête passe au second plan, elle est juste le moyen de nous faire découvrir une autre civilisation qui est toujours attachée à ses rites, à certaines croyances et qui vit en marge du reste du monde.

Lire les enquêtes de Jim Chee et Joe Leaphorn est quelque chose que l’on doit savourer, un bonbon qui fondra lentement sur la langue, un bonbon qu’on ne sait pas croquer pour faire fondre plus vite. Alors, il faut lui accorder le temps qu’il mérite et ne pas vouloir aller plus vite que le temps.

Observez bien, ne ratez aucun indices car ils seront peu nombreux. L’enquête sera ardue et les mobiles pas aussi clair que Joe Leaphorn le voudrait, lui qui ne croit pas aux porteurs-de-peau…

Et n’oubliez pas, comme les Navajos, restez modéré en toute chose et n’abandonnez pas vos animaux à la campagne car ils ne sont pas adaptés à la vie sauvage.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°72] et le Mois Américain – Septembre 2020 chez Titine et sur Fesse Bouc.

Blueberry – Tome 19 – La longue marche : Jean-Michel Charlier et Jean Giraud

Titre : Blueberry – Tome 19 – La longue marche

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud

Édition : Fleurus (1980) / Hachette (1982) / Dupuis (1992) / Dargaud (2003-2013)

Résumé :
Le lieutenant Blueberry est emprisonné à Fort Bowie (Arizona). Une escorte s’apprête à l’emmener à la plus proche station de chemin de fer. Il doit en effet être jugé à Durango pour vol, évasion, haute trahison et tentative d’assassinat sur la personne du président des États-Unis.

Mais c’est peut être sans compter sur Red Neck et Mac Clure, fidèles amis de Blueberry, qui vont tout tenter pour le faire évader.

D’autres alliés avancent aussi dans l’ombre : Chini, la jolie fille de Cochise, et un groupe de Navajos emmenés par Vittorio.

Dix-neuvième album de la série de bande dessinée Blueberry, publié pour la première fois en 1980, c’est le deuxième album du cycle de Blueberry fugitif (trois tomes). Le titre est une allusion à la longue marche des Navajos survenue en 1864.

Critique :
J’avais relu « Nez-Cassé » il y a deux ans et je n’avais pas eu le temps de continuer le cycle « Blueberry fugitif », ce qui était une grave erreur de ma part puisqu’il est excellent (mais bon, je l’ai déjà relu au moins 36 fois).

Pour ne pas changer, Blueberry est dans une merde pas possible. Là, on l’accuse d’avoir tenté d’assassiner le président, rien que ça.

Jamais de sa vie Blueberry ne sera pris au sérieux quand il clame son innocence. Et jamais il n’aura une aventure pépère sans coups fourrés qui le mettent à mal vis-à-vis de la hiérarchie.

Cet album, qui n’a pas été édité chez Dargaud (je ne sais pas pourquoi) possède une fois de plus un scénario béton, avec de l’action, du suspense, le retour des Navajos chez qui Blueberry s’était réfugié dans le tome précédent et une évasion de dingue, orchestrée par ses deux compères Red Neck et Mac Clure.

Et quand ces deux là montent un plan d’évasion, c’est vachement plus réfléchi que les plans foireux d’évasion dans « La 7ème compagnie ». Ici, au moins, aucun con ne fera sauter de ponts…

Autant les personnages Blancs ne savent pas reconnaître leurs erreurs dans les Blueberry, autant l’Homme Rouge sait battre sa coulpe et admettre que Blueberry avait raison.

— La ruine de mon peuple a enfin ouvert les yeux de Vittorio, aveuglé par la soif de gloire ! Seul le plan de Tsi-Na-Pah était sage ! En le refusant, moi Vittorio ai provoqué la mort inutile de beaucoup de braves… J’ai dit !

Les dessins de Giraud sont toujours fidèles à eux-mêmes et les cases débordent de détails, de plans larges, de visages en gros plan. Les décors sont toujours majestueux et on ressent bien tout le poids des paysages naturels des États-Unis.

Blueberry est toujours un grand stratège, il pense comme un Blanc, ce qui aide bien les Indiens qui eux ne penseraient pas à certains détails. Notre lieutenant est un joueur de poker, le bluff, il connait, et certains vont en faire l’amère démonstration.

Ce dix-neuvième tome se recentre sur les Indiens, comme le précédent et les met en avant d’une manière intelligence, réaliste. On est loin des emplumés un peu crétins de Lucky Luke ou d’autres bédés, films, séries. Les auteurs ont rendu à César ce qui était à César et aux Indiens ce qui étaient à eux.

C’est aussi l’occasion de dénoncer le système des réserves qui parquaient les Indiens dans des coins hostiles, où on se les gèle en hiver (on ne leur donne pas assez de couvertures) et où on se liquéfie en été, sous le soleil infernal. Le tout sans recevoir assez de nourriture…

Et l’Homme Blanc, les militaires, estiment que le Rouge doit se taire car c’est déjà bien qu’on lui donne ces terres arides. Bref, belle mentalité que nous avons là.

Comme toujours, Blueberry ne m’a jamais déçu, ni au niveau du personnage, ni au niveau du scénario, des décors, des personnages secondaires… Tout est bien pensé, pesé, c’est taillé au millimètre et, last but not least, nous recroisons la route de certaines personnalités marquantes du cycle.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°66] et le Mois Américain – Septembre 2020 chez Titine et sur Fesse Bouc.

 

Blueberry – Tome 03 – L’Aigle solitaire : Charlier & Giraud

Titre : Blueberry – Tome 3 – L’Aigle solitaire                 big_3-5

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud
Édition : Dargaud (1967)

Résumé :
Blueberry doit conduire des armes au général Crook à des jours de fort Quitman. Voilà une occasion unique d’arrêter la guerre contre les Apaches.

Critique : 
Le feu couve toujours entre les Indiens et les Tuniques Bleues et ce sera, une fois de plus, le lieutenant Blueberry qui sera l’homme de la situation !

Dans ce troisième album du cycle des premières guerres indiennes, Blueberry est chargé de diriger un convoi de munitions pour livrer le général Crook qui se trouve Camp-Bowie.

Notre lieutenant mal rasé va devoir ruser afin que le convoi ne se fasse pas attaquer par les Indiens, va devoir composer aussi avec l’incompétence de l’intendant O’Reilly, un alcoolo qui n’écoute pas ce que Blueberry lui dit et qui entraînera leur troupe droit dans la gueule du loup.

Véritable petit Sherlock Holmes quand il le veut, Blueberry va mener sa petite enquête afin de trouver QUI est les traitre dans leur convoi. Quanah, leur guide indien, a un comportement louche… Serait-ce lui qui travaillerait à saborder leur mission afin de provoquer la guerre avec les hommes blancs ??

Un album sans temps mort, ou si peu, juste de quoi faire souffler votre monture fatiguée et vous laisser recharger votre colt entre deux attaques des Indiens.

Les gars, va falloir ruser et tirer plus vite que ces damnés Peaux-Rouges si vous voulez conserver votre scalp sur le crâne !

Heureusement, Blueberry est là avec son intelligence pour la mettre au service du convoi de munitions et déjouer les attaques des Indiens.

Les couleurs sont assez moches dans les albums d’origines, mais dans les Intégrales, vous aurez le bonheur de les avoir en version retravaillée, pour votre lus grand bonheur.

Niveau personnages, ils sont bien travaillés, avec du caractère et le Méchant est un grand Méchant.

Notre lieutenant continue donc de mettre son nez cabossé où il ne faut pas, déjouant les pièges, menant ses enquêtes et ne désespérant pas de mettre fin à cette stupide guerre qui a déjà embrasée toute la région.

Avec sa barbe de trois jours et son caractère de cochon, Blueberry est un dur. Un éternel rebelle, indiscipliné, râleur et batailleur. Un vrai mec, quoi !

Allez, les gars, en selle ! Pas de répit pour vos hémorroïdes…

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2015), « Le mois Américain » chez Titine, Challenge « Polar Historique » de Sharon, Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez Cannibal Lecteur et le « Marathon Bédé » chez Chroniques Littéraires.

Blueberry – Tome 02 – Tonnerre à l’Ouest : Charlier & Giraud

Titre : Blueberry – Tome 2 – Tonnerre à l’Ouest               big_3-5

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud
Édition : Dargaud (1966)

Résumé :
Les Apaches ont réuni toutes leurs tribus pour décider si oui ou non ils entraient en guerre avec les visages-pâles.

Pendant ce temps Fort Navajo, cerné par plusieurs de ces indiens est coupé du monde. L’angoisse règne à l’intérieur du Fort dans lequel plusieurs grands chefs apaches sont retenus prisonniers.

Après une trahison du Lieutenant Crowe qui semble condamner le Fort, Blueberry décide de partir pour Tucson chercher des renforts et des médicaments pour soigner le Colonel Dickson agonisant.

Va-t-il survivre à cette traversée du désert et si oui reviendra-t-il à temps ?

Les Apaches qui se sont associés à des profiteurs de guerre Mexicains semblent avoir fait fuir toute la région…

Critique : 
Mais que ferait l’armée des États-Unis sans le lieutenant Mike Blueberry ?? Rien !

Le major Bascom pense toujours qu’un bon indien est un indien mort et ses intentions sont toujours de les exterminer tous autant qu’ils sont, à n’importe quel prix.

Le côté buté du major est toujours aussi flagrant, préférant que tout le fort, femmes et enfants compris, se fasse massacrer plutôt que de négocier avec Cochise ou d’échanger ses prisonniers indiens contre les civils détenus par les Apaches.

L’histoire de cet album n’est pas différente de la réalité, de nombreuses guerres sanglantes sont nées suite à des malentendus ou des fausses accusations, lancées par l’un ou l’autre. Si je veux mettre le pays à feu et à sang, rien de tel que de faire accuser d’un massacre les Apaches.

Du côté des Apaches, les esprits s’échauffent aussi, les guerriers n’étant pas des squaws, ils veulent tous se lancer sur le sentier de la guerre, sans même écouter les plus vieux guerriers, ceux qui sont des Sages.

Niveau couleur, c’est pas top, mais il est à noter que dans les rééditions de la collection en Intégrales, ils ont retravaillés les couleurs, pour le plus grand plaisir des yeux du lecteur. Moi, j’ai les éditions quasi d’origine !

Effectivement, les premiers Blueberry avaient été remis en couleurs en 1994, afin de donner une uniformité de ton à la série. Mais comme Giraud ne bénéficiait pas encore de tout son talent dans ses premières années, ces nouvelles couleurs plus sobres soulignaient parfois le manque de perspective, de volume et de profondeur de certaines images.

Dans cette intégrale, le lecteur profite de couleurs plus contrastées, parfois même criardes, qui renforcent l’aspect coloré du western. Par rapport aux couleurs originelles, l’éditeur s’est tout de même permis de les éclaircir, pour éviter qu’elles ne choquent pas trop le lecteur contemporain.

Le dessin s’affine, Blueberry est plus posé et moins « jeune chien fou » dans ce tome qu’il ne l’était dans les premières pages du numéro 1.

Il fait aussi preuve de beaucoup de courage et de ruse lorsqu’il devra traverser les lignes Apaches pour rejoindre la ville de Tucson afin de ramener du renfort et des médocs pour le colonel dans le coma suite à la morsure d’un serpent à sonnette.

De la trahison, de l’injustice, une folle chevauchée, le sac d’une ville, une amitié retrouvée, sans compter une véritable enquête afin de retrouver le jeune Stanton, enlevé par les Mescaleros, le seul qui pourra dire que les Apaches sont innocents et mettre fin à cette guerre stupide et stérile.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2015), « Le mois Américain » chez Titine, Challenge « Polar Historique » de Sharon, Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez Cannibal Lecteur et le « Marathon Bédé » chez Chroniques Littéraires.

Blueberry – Tome 01 – Fort Navajo : Charlier & Giraud

Titre : Blueberry – Tome 1 – Fort Navajo                       big_3-5

Scénariste : Jean-Michel Charlier
Dessinateur : Jean Giraud
Édition : Dargaud (1967)

Résumé :
Blueberry est affecté à Fort Navajo. En cours de chemin il rencontre le Lieutenant Graig et ils tombent sur le ranch des Stanton complètement calcinée et jonchée des cadavres de ses habitants.

Tout porte à croire qu’il s’agit d’un coup des indiens et le Lieutenant Graig décide de suivre leur piste pour délivrer le fils Stanton qui est entre leurs mains.

Blueberry va devoir manœuvrer entre l’inconscience de Graig et la haine des Indiens qui anime le commandant Bascom, bras droit du Colonel Dickson à Fort Navajo.

Quand un rattle-snake entre dans la partie, tout se complique…

Critique : 
L’ambiance était plus au rire et à la détente lorsque les « Tuniques Bleues » du tandem Cauvin et Salvérius affrontaient les Indiens, à Fort Bow… Mais ce n’était pas réaliste.

La série Blueberry est certes plus violente, mais le réalisme est présent.

Ce premier tome est l’occasion de faire connaissane avec Mike T. Blueberry, un ancien Sudiste passé chez les Nordistes durant la guerre de Sécession.

Blueberry, on vient de recevoir un rapport sur vous…

— Ce rapport sur votre compte m’est arrivé. Juste avant vous. Par la diligence qui vous a transporté.
— Hmmm… Je vois… Pas fameux, hein ?
— C’est le moins qu’on puisse dire ! Buveur… Joueur… Tricheur… Indiscipliné… Bagarreur… Une vraie litanie !
— Heu… Vous en oubliez !

Blueberry, vous l’aurez compris, est un personnage aux antipodes des « bons » auxquels nous sommes habitués. Laissez tomber les Lucky Luke, les Jerry Spring, on entre dans un autre univers, ici.

Pour faire court, la famille Stanton a été attaquée, massacrée, le ranch brûlé et Blueberry, en route pour le Fort Navajo en compagnie du lieutenant Craig, découvre une flèche Apache.

Étrange, les Apaches sont en paix avec les Blancs et les Tuniques Bleues depuis des années. Il n’en faut pas plus pour échauffer les esprits.

Mike est une tête brûlée qui tient à son scalp, mais il a du courage, car sans lui, le tout frais lieutenant Craig ne serait plus de ce monde.

Le racisme est omniprésent dans ce tome, le major Bascom du fort Navajo voulant à tout prix se venger pour les mort chez les Stanton et décidant de s’attaquer à une paisible tribu Apache qui changeait de camp.

Le sang pour le sang… Le non respect de la parole donné par l’officier en chef du fort, le colonel Dickson, qui, suite à une morsure de serpent, devra passer le commandement au major Bascom. Et lui, les indiens, il veut les voir tous morts.

C’est ainsi qu’on commet des erreurs dont le prix sera lourd à payer.

Violence, racisme, riposte aveugle et disproportionnée… On sent poindre chez certains le côté belliqueux de l’Oncle Sam qui, si on lui prend des vies, riposte en en exécutant dix fois plus, tuant sans distinction les innocents.

Le trait du dessin est encore un peu hésitant, Blueberry ressemble à Belmondo (ce qui était voulu) pour s’en éloigner au fil des albums. Les couleurs ne sont pas super, mais tout cela s’arrangera ensuite.

Une série que j’ai toujours aimée, bien que je l’ai découverte assez tard.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2015), « Le mois Américain » chez Titine, Challenge « Polar Historique » de Sharon, Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez Cannibal Lecteur (oui, chez moi !) et le « Marathon Bédé » chez Chroniques Littéraires.