Le Choix : Paul J. McAuley

Titre : Le Choix

Auteur : Paul J. McAuley
Édition : Le Bélial’ Une Heure Lumière (11/02/2016)
Édition Originale : The Choice (2011)
Traducteur : Gilles Goulet

Résumé :
Ils sont amis depuis toujours, ils ont seize ans ou presque. Damian vit et travaille avec son père, éleveur de crevettes et cogneur d’enfants.

Lucas s’occupe de sa mère, ancienne passionaria d’un mouvement écologiste radical clouée au lit par la maladie dans la caravane familiale.

Le monde est en proie à un bouleversement écologique majeur — une montée des eaux dramatique et une élévation de la température moyenne considérable.

Au cœur du Norfolk noyé sous les flots et écrasé de chaleur, la rumeur se répand : un Dragon est tombé du ciel non loin des côtes.

Damian et Lucas, sur leur petit voilier, entreprennent le périlleux voyage en quête du mystérieux artefact extraterrestre, avec en tête un espoir secret : décrocher la clé des étoiles…

Critique :
Dans ce futur peut-être pas si éloigné que ça, l’écologie en a pris la gueule, les COP n’ont servi à rien, l’Homme a continué de polluer à mort.

Après une guerre, une apocalypse, la température qui augmente, une montée des eaux et toutes les joyeusetés qui vont avec, nous devons notre non extinction à des extras-terrestres.

Dire que les grands penseurs tels Calvin et Hobbes disaient que : « Parfois je me dis que la meilleure preuve qu’il y a des êtres intelligents ailleurs que sur Terre est qu’aucun d’entre eux n’a jamais essayé de nous contacter. » Loupé !

N’étant pas face à un pavé mais plutôt face à une grosse nouvelle, toutes ces péripéties nous serons racontées vite fait et bien fait.

L’auteur nous décrit la vie au Norfolk, où survivent des gens tant bien que mal, vivotant et se nourrissant de ce que la mer leur offre, rêvant de bacon et de viande de porc.

Les adultes qui ont connu le monde d’avant rêvent de pareils mets, mais les ados, qui n’ont jamais connu que ce Monde là, pour eux, ça reste abstrait.

Le futur décrit dans ces pages n’a rien de réjouissant, il nous pendrait même au nez, si nous ne changeons pas (mais sommes nous prêt à changer ? Telle est la question), bref, il est d’un réalisme à faire peur, exception faite de la présence des Jackaroo, les « E.T téléphone maison », que l’on ne verra jamais, d’ailleurs.

C’est un dragon tombé du ciel qui va entraîner les deux amis, Damian et Lucas dans une histoire qu’ils ne soupçonnaient même pas en se mettant en route, dans le petit voilier de Lucas.

Si la balade est bucolique jusqu’à l’endroit où a chuté le dragon, cette rencontre aura des répercussions sur le reste de leur vie car il est des mauvais choix que l’on pose parce qu’on les pense bons, parce que l’on veut partir de là, ne plus rester près d’un père qui distribue les baffes comme des politiciens les tracts, quelques jours avant les élections.

Le passage à l’âge adulte n’est jamais simple, jamais facile et nos deux garçons vont y passer sans avoir eu le temps de se retourner.

Le choix de l’un ne sera pas celui de l’autre et le choix de l’autre se fera en toute fin de cette novella.

Si j’ai aimé le récit, la manière dont il est écrit, présenté, si je me suis attachée aux deux ados, je me suis retrouvée à la fin de cette histoire de manière un peu abrupte car je n’aurais pas craché sur quelques pages en plus.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019) et Le mois anglais (Juin 2018 – Saison 8) chez Lou & Titine.

Agatha Raisin – Tome 10 – Panique au manoir : M.C. Beaton [Par Dame Ida]

Titre : Agatha Raisin – Tome 10 – Panique au manoir – Quand le conte de fées vire au cauchemar

Auteur : M.C. Beaton
Édition : Albin Michel (07/03/2018)
Édition Originale : Agatha Raisin, book 10 – And the Fairies of Fryfam (2000)
Traducteur : Françoise Du Sorbier

Résumé :
Meurtrie d’avoir été abandonnée par James, l’amour de sa vie, Agatha Raisin s’en remet aux présages d’une diseuse de bonne aventure : elle trouvera l’amour, le vrai, dans le Norfolk.

Qu’à cela ne tienne, Agatha quitte Carsely et s’installe dans un charmant cottage de Fryfam où  elle attend le prince charmant en écrivant son premier roman policier : Panique au manoir.

Un titre prédestiné car, après une série d’étranges phénomènes, le châtelain du village est assassiné et les soupçons se portent tout naturellement sur Agatha, dont le conte de fées vire au cauchemar…

Avec plus de 350 000 exemplaires vendus, Agatha Raisin, l’héritière très spirituelle de Miss Marple version rock, a imposé sa personnalité loufoque et irrésistible. Vous reprendrez bien un peu de Worcestershire sauce dans votre thé ?

Critique :
Et oui ! Souvenez-vous si vous avez lu le volume précédent (les autres, circulez il n’y a rien à voir, pas même l’ombre d’un spoiler) : Agatha avait croisé une « sorcière » pour soigner ses cheveux et en avait profité pour se faire lire les lignes de la main…

La sorcière lui avait prédit qu’elle ne trouvera jamais l’amour à Carsely, mais une autre région britannique !

Aussi, de retour à Carsely où le beau James lui fait toujours la tronche depuis leur mariage raté et aussi parce qu’Agatha multiplie les maladresses les empêchant de se rapprocher depuis, Agatha choisi au hasard un petit point sur la carte dans la région où son prince charmant doit la trouver…

Et y loue aussi sec un cottage en attendant de vendre ou pas (elle hésite la bougresse) celui de Carsely.

Bien accueillie par la charmante tenancière du pub du village de Frifam qui d’après son look semble surtout très accueillante aux hommes, c’est avec armes, bagages et ses chats, qu’Agatha prends possession des lieux, regrettant l’absence de chauffage autre que les feux de cheminée.

La société locale des femmes du village lui tombe rapidement sur le paletot pour la recruter… Et la voici initiée aux potins de Fryfam et aux histoires concernant leur châtelain local.

Tiens ? Et si elle faisait venir celui qu’elle connaît histoire de faire son intéressante ?

Et voilà qu’elle invite Sir Charles le Pingre à la rejoindre pour quelques temps… Qu’elle se lance dans l’écriture d’un roman policier pour se donner une contenance… et qu’elle se cherche une femme de ménage tout en semant un peu la zizanie à Fryfam.

Mais quelles sont ces petites lumières qui virevoltent dans le jardin et qui ne peuvent pas être des lucioles vu la saison !

Pourquoi un vase a-t-il disparu de chez elle ? Et qui a donc assassiné le châtelain ? Et volé un précieux tableau dans le Manoir ? Et pourquoi Agatha a-t-elle écrit un roman policier s’inspirant des personnages locaux et… racontant la façon dont le châtelain allait mourir ?

Et pourquoi les policiers du cru ont-ils réussi à mettre la main sur son manuscrit ?

Voilà une fois de plus notre Agatha dans de beaux draps !

On retrouve nos personnages préférés de Carsely avec qui Agatha reste en contact par téléphone ou en pensée… Et en découvre d’autres au hasard des pérégrinations d’Agatha à travers l’Angleterre, fuyant son obsession pour James en espérant lui trouver le remplaçant qui n’arrive jamais à le lui faire oublier…

Quelle femme n’a jamais connu ça ?  C’est bien ce qui la rend si humaine et si proche de nous, non ?

Une enquête sympathique et enlevée où les pistes s’entremêlent et s’entrecroisent et où Agatha stagne dans ses cogitations métaphysiques sur son avenir amoureux…

Et comprenant un rebondissement presque inattendu dont je ne vous parlerai pas dans les dernières pages. Vous m’en voudriez terriblement !

PS : Je jure solenellement n’avoir reçu aucune contrepartie financière ou en nature en contrepartie de ce texte dont je cède bien volontiers les droits au blog « Cannibal Lecteur ».