Sherlock, Lupin & moi – Tome 2 – Dernier acte à l’opéra : Irene Adler

Titre : Sherlock, Lupin & moi – Tome 2 – Dernier acte à l’opéra

Auteur : Irene Adler (Iacopo Bruno)
Édition : Albin Michel (03/05/2017)

Résumé :
Septembre 1870. Sherlock Holmes, Arsène Lupin et Irene Adler sont ravis de se retrouver à Londres après leur été mouvementé à Saint-Malo.

Mais une fois sur place, Lupin n’a pas le coeur à la fête. Et pour cause, son père, Théophraste, est accusé d’avoir assassiné le secrétaire d’un célèbre compositeur.

Quand Ophelia Merridew, la fameuse cantatrice disparaît à son tour, c’en est trop pour les trois amis qui se jurent de trouver le coupable coûte que coûte.

Des bas-fonds de Londres jusqu’aux coulisses de l’Opéra, nos détectives ne reculeront devant rien pour rétablir la vérité !

Critique :
Les puristes me diront que ce genre de lecture n’est pas de mon âge, ce à quoi je leur répondrai que le «à partir de 10 ans» me donne le droit de lire cet ouvrage puisque j’ai plus que l’âge minimum pour le lire….

Certes, ça ne révolutionnera pas le roman policier, c’est de la littérature jeunesse, l’écriture ne nécessite pas d’avoir fait Littérature durant 5 ans, et malgré tout ça, je viens de passer quelques heures de pur bonheur à suivre nos 3 amis durant leur enquête à Londres.

Quittant Paris assiégé par les Prussiens, notre jeune Irene Adler débarque à Londres toute contente à l’idée de retrouver les deux apis qu’elle s’était faite sur la plage de Saint-Malo, et, qui sait, peut-être un nouveau mystère à résoudre ?

Niveau mystère, nous serons servi avec un meurtre et la disparition de la cantatrice Ophelia Merridew, sans oublier une accusation de meurtre pesant sur la tête du père du futur gentlement cambrioleur.

De quoi donner du travail à notre futur Consulting Detective qui, vu son jeune âge, fait parfois des erreurs, ne voit pas ce qui est devant son nez… Bref, il apprend le métier en commettant des fautes.

On sent déjà le futur détective sous les traits du jeune garçon, quand à Lupin, il a déjà les mains baladeuses dans les poches afin de subtiliser ce dont ils auront besoin, le tout sous l’oeil d’Irene qui nous raconte leurs exploits avec minutie.

Le style d’écriture n’a rien de flamboyant, il est normal, sans être bête ou abrutissant. Je dirais même qu’il est plus que correct vu la tranche d’âge auquel il s’adresse.

Les paragraphes s’enchainent à une vitesse folle de lecture et au bout de quelques heures, malheur, c’est déjà terminé.

De quoi ravir les lecteurs qui aiment des lectures rapides et sans trop de temps mort à peindre la girafe.

Comme je le disais, l’enquête et sa résolution ne révolutionneront pas le genre policier, mais la lecture est plaisante, agréable, elle vous fait oublier le quotidien morose des actualités et vous entraine dans certains coins de Londres que l’on aurait guère envie de fouler, avant de vite revenir sous les éclairages des quartiers plus éclairés.

Allez, vivement la suite de leurs aventures, en espérant que l’on nous traduise tous les tomes existants en Italien.

Challenge« Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et Le Mois Anglais (Juin 2017 – Saison 6) chez Lou et Cryssilda.

 

Publicités

Sherlock Holmes et le fantôme de l’opéra : Nicholas Meyer

Titre : Sherlock Holmes et le fantôme de l’opéra

Auteur : Nicholas Meyer
Édition: Archipoche (2010)

 
Résumé :
Sherlock Holmes, coulant des jours heureux dans sa retraite du Sussex, est pressé de questions par son ami Watson… Que s’est-il passé durant ces deux années où le détective est sensé avoir disparu dans les chutes de Reichenbach ? Et où est-il allé ?

1891. Alors que toute l’Angleterre le croit mort et enterré Sherlock Holmes, fin mélomane, vivote à Paris en donnant des cours de musique sous un nom d’emprunt.

Apprenant que le prestigieux orchestre de l’Opéra recrute un violoniste, il parvient à se faire engager. Mais, très vite, il découvre que le Palais Garnier est le théâtre d’évènements étranges.

Le fantôme de l’opéra existerait-il ? A défaut, comment expliquer les accidents qui y surviennent ? Et les voix que chacun dit entendre résonner dans le labyrinthique édifice ?

Chargé de protéger une jeune soprano, le célèbre détective va se lancer dans une chasse à l’homme à travers le Paris nocturne et souterrain. Une course contre la montre … et la police française.

Critique :
Mais que diable à donc pu faire Sherlock Holmes durant les trois années que durèrent le Grand Hiatus ? Si vous voulez la réponse qu’il donna à Watson, je vous invite à aller lire la nouvelle « The Empty House » (la maison vide) dans le canon holmésien (recueil intitulé « Résurrection de Sherlock Holmes »).

Pour ceux qui seraient sceptiques (comme la fosse, mais ça s’écrit pas pareil), je les invite à lire ce petit roman de Nicholas Meyer.

An de grâce 1891. Toute l’Angleterre le croit mort et enterré. Toute ? Oui, toute !

Mais Sherlock Holmes n’est pas tombé dans les chutes de Reichenbach et, en fin mélomane qu’il est, il se retrouve à Paris, donnant des cours de musique sous un nom d’emprunt jusqu’à ce qu’il apprenne que le prestigieux orchestre de l’Opéra recrute un violoniste.

Le voilà engagé… Un travail pépère ? Que nenni ! Déjà que l’Opéra Garnier va engager une certaine soprano de notre connaissance et qui va donner quelques bouffées de chaleur au détective.

Toute l’Angleterre le croyait mort, et bien maintenant, on peut dire qu’une femme, LA femme, sait que non (elle résiste encore et toujours à son charme… mais pour combien de temps ?) : Irène Adler is back !

Patatras, si Holmes croyait se la couler douce tout en admirant la belle Irène, c’est rappé parce que le Palais Garnier est le théâtre d’évènements étranges.

Il y a un fendu pantôme ! Pardon, je parlais d’un fantôme et il n’est pas pendu. Par contre, faudra revoir la police d’assurance de l’opéra… Tout ces accidents qui y surviennent, ça fait mauvais genre.

Tiens, Jeanne d’Arc est revenue ? Oui, certains entendent des voix résonner dans le labyrinthique édifice…

Un vrai délice, ce pastiche ! Sherlock Holmes, Irène Adler… What’else ? Heu, des détails cocasses et coquins ? Ok, je sors.

Notre détective préféré qui est chargé de protéger la belle soprano,  une chasse à l’homme à travers le Paris nocturne et souterrain, une course contre la montre sans produits dopants… et le fantôme de l’opéra.

Un excellent moment de lecture, un Holmes plus humain, avec un coeur qui fait « boum, boum », de l’aventure avec un grand A, jubilatoire. Surtout la dernière phrase… hé, hé, hé, y’en a deux qui n’ont pas dû s’emmerder.

Bon, je ne connais rien au fantôme de l’opéra, donc, je ne puis me prononcer sur la justesse ou non de ce mythe (pour les mythes, je conseille la lavande, ça sent meilleur que la naphtaline), mais que ce soit au niveau de l’écriture, de l’histoire, rien à dire.

Du rythme et c’est trépidant dans la course-poursuite.

Livre participant au Challenge « Thrillers et polars » de Liliba, au Challenge « Polar Historique » de Samlor, au Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddic, au Challenge « I Love London » de Maggie et Titin, au Challenge « Le mois anglais » chez Titine et Lou et au Challenge « Victorien » chez Arieste.

CHALLENGE - DEstination la PAL CHALLENGE - Faire fondre la PAL