Les miracles du bazar Namiya : Keigo Higashino

Titre : Les miracles du bazar Namiya

Auteur : Keigo Higashino
Édition : Actes Sud Exofictions (Janvier 2020)
Édition Originale : Namiya Zakkaten no Kiseki (2012)
Traduction : Sophie Refle

Résumé :
En 2012, après avoir commis un méfait, trois jeunes hommes se réfugient dans une vieille boutique abandonnée dans l’intention d’y rester jusqu’au lendemain.

Mais tard dans la nuit, l’un d’eux découvre une lettre, écrite 32 ans plus tôt et adressée à l’ancien propriétaire.

La boîte aux lettres semble étrangement connectée aux années 1980. Les trois garçons décident d’écrire une réponse à cette mystérieuse demande de conseil. Bientôt, d’autres lettres arrivent du passé.

L’espace d’une nuit, d’un voyage dans le temps, les trois garçons vont changer le destin de plusieurs personnes, et peut-être aussi bouleverser le leur.

Un miracle de roman fantastique, émouvant et profondément humaniste.

Critique :
À l’attention du bazar Namiya,

Il y a 8 ans, je vous avais demandé quel blog littéraire vous me conseilleriez de suivre, sur la Toile et vous m’aviez donné le conseil suivant :

« Suivez plusieurs blogs littéraires dont les rédacteurs/rédactrices sont d’un style différent de vos goûts littéraires afin d’agrandir vos horizons de lecture, d’augmenter votre capital découverte et d’exploser au maximum votre PAL ».

J’ai pris des abonnements à différents blogs, dont l’un était un blog qui se nommait ÉmOtionS, tenu par un certain Gruz qui avait Garfield en avatar.

C’est pour ce conseil judicieux que je voulais vous remercier car sans la chronique de ce Gruz, jamais de ma vie je n’aurais lu cette petite pépite littéraire qui conte l’histoire étrange de monsieur Namiya Yūji et de son bazar qui offre une réponse à tous les soucis qu’on lui exprime. Rigueur et discrétion assurées.

Mais ? Ne serait-ce pas votre histoire, ça, monsieur Namiya ? Vous que les crapuleux de votre strotje (« rue » en patois) nommaient « nayami » (qui veut dire « soucis » en japonais) ? (*) Quelle coïncidence…

Putain, quel roman mes aïeux ! Quelle pépite humaniste ! Quel roman fantastique qui joue avec le temps et les voyages que l’on peut faire dedans… Quel roman choral où tout se tient, où tout se rejoint, telle une Toile où tous les fils mènent au centre.

Comme je suis une lectrice qui doute, j’ai cru à un moment que tout le roman allait tourner autour de ses trois voyous qui, après un casse, se sont réfugiés dans le bazar Namiya, vide depuis des décennies et qui vont répondre aux lettres qu’on leur soumet, du passé.

L’auteur est confirmé, ce n’est pas un débutant, il sait très bien comment mener son bateau et à un moment, j’ai été plongée dans d’autres vies à tel point que j’ai réussi à oublier tout, même les 3 ados voyous du début.

Passer à un roman choral était une riche idée et petit à petit, j’ai commencé à entrevoir la toile tissée avec professionnalisme, rigueur, inventivité et humanisme. Il fallait que tout se tienne, que tout se recoupe et l’auteur y est arrivé avec brio.

Ce roman fantastique, il est magique, il fait un bien fou, c’est une pépite délicieuse, un bonbon acidulé qui pique à certains moments mais qui dégage ensuite un festival de goût qui explose dans la bouche.

Une lecture que j’ai regretté d’avoir terminé car je n’aurais rien eu contre un peu de rab… Une petite pépite que j’ai décidée de lire suite au billet de Gruz, sur son site ÉmOtionS parce que sans ce billet, jamais je n’aurais inscrit ce roman dans ma PAL.

(*) PS : certains pourraient se demander pourquoi je parle de crapuleux et de strotje,  dans ma chronique, mais c’est juste un petit hommage à madame Chapeau et à sa réplique célèbre dans la pièce de théâtre « Bossemans et Coppenolle » dont j’ai revu une partie l’autre jour. C’est une pièce bruxelloise dont les dialogues sont du patois de la capitale, le Brusseleir.

Une des répliques célèbres de Madame Chapeau (son surnom) dans la pièce est « Ça est les crapuleux de ma strotje qui m’ont appelée comme ça parce que je suis trop distinguée pour sortir en cheveux ! ». Amélie Van Beneden, de son nom, a été surnommée « Madame Chapeau » par les voyous de sa rue. Cette réplique comporte deux mots de Brusseleer, crapuleux (voyou) et strotje (rue). Madame Chapeau est toujours jouée par un homme travestit en femme.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lectures N°06].

Madame Chapeau jouée par Jérôme De Warzée

PAN : Joe Wright [#LeFilmDeLaSemaine2016 – 12/52]

Pan est un film fantastique américain réalisé par Joe Wright, sorti en 2015.

1. Synopsis :

Londres, durant la Seconde Guerre Mondiale.

Peter est un orphelin (12 ans) et se fait enlever, lui et ses amis, au Pays Imaginaire (Neverland). Mais la vie n’y est pas aussi féerique qu’elle semble le promettre. Il travaillera avec d’autres orphelins de toutes époques, de tous pays, dans une mine pour Barbe Noire à la recherche du pixom.

Il réussira à s’échapper, et se mettra à la recherche des Fées en espérant qu’ils l’aident à retrouver sa mère.

2. Distribution :

  • Levi Miller : Peter Pan
  • Hugh Jackman : Barbe Noire (Blackbeard)
  • Amanda Seyfried : Mary
  • Rooney Mara : Lily la tigresse
  • Garrett Hedlund : James Hook

Ce que j’en ai pensé :
Lors de sa sortie, j’avais été intriguée par ce film et ensuite, ben, la mémoire étant ce qu’elle est, il m’était sorti de ma tête.

Puisque je n’avais rien de mieux à faire lors de cette soirée, j’ai inséré mon DD dans le PC qui ne sert qu’à ça et je me suis fait une toile dans mon salon sur écran de 18″, le tout bien entendu en VOSTFR.

Un bon point, le gamin qui joue le rôle de Peter a un sourire craquant et je me suis attachée à lui tout de suite, le cœur serré en voyant ce que les gosses enduraient dans cet orphelinat tenu par des bonnes sœurs aigries, méchantes, sadiques, voleuses et cupides.

Non, je ne me coucherai pas sur le divan pour vous déballer ce que j’ai sur le cœur en ce qui concerne les servants et servantes du Grand Architecte de l’Univers. Il est bien mal servi…

C’est la guerre, le Blitz, même, car nous sommes à Londres et les bombes nous tombent sur la gueule. Et puis, fait étrange, un navire volant s’amarre au-dessus de l’orphelinat et des pirates descendant le longs de grandes cordes viennent enlever des enfants dans leur lit… Et un jour, c’est le jeune Peter qu’ils enlèvent !

On peut dire que le film nous donne le souffle épique de la Grande Aventure !

Un bateau volant (Jolly Roger), des avions dans le ciel qui bombardent ma ville préférée, des pirates, un Hugh Jackman méconnaissable grimé en Grand Méchant Barbe-Noire (image de gauche) et un Capitain Hook qui possède encore ses deux mains, et une gueule d’ange sexy (à droite, bien entendu) et parfois un air d’Indiana Jones.

À voir comment Barbe-Noire se démenait parfois, j’avais l’impression de voir le Capitaine Hook du film de Spielberg…

Au départ, sans avoir lu le scénario, je pensais qu’il était Hook, même.

Relecture de l’histoire il y a eu et je dois dire que j’ai passé un bon moment de cinéma avec ce film où les temps morts sont peu nombreux et quand il y en a, ils ne sont jamais ennuyeux.

Peter est un enfant abandonné qui ne demande qu’une seule chose : retrouver sa mère, celle qui l’abandonna, un soir neigeux, devant une lourde porte, lui glissant un pendentif avec une flûte de pan autour du cou.

Le monde magique de Neverland… Ses mines exploitées par des enfants esclaves de Barbe-Noire qui a toujours de plus en plus besoin de gamins pour bosser pour lui.

Le pays imaginaire ne donne pas envie qu’on y aille… Y’a même pas de syndicat ! La maison de Michaël Jackson faisait plus rêver que le pays imaginaire du film.

Là, Peter va découvrir l’horreur, qu’il sait voler, avoir de l’amusement, connaître bien des dangers, et découvrir finalement sa destinée — devenir le héros qui sera toujours connu comme Peter Pan.

Il y a du mystère, du suspense dans l’enquête que Peter va réaliser afin de savoir qui était sa mère et ce qu’elle est venue foutre au pays des fées (Stelphique, c’est pour toi).

Bon, il n’y a pas que la mère, non plus, faudrait aussi découvrir qui a mis la petite graine à maman…

La légende est en marche et le combat entre le gentil Peter et le méchant Barbe-Noire sera un grand moment sur mon écran. Un final assez haut en couleur, en effets spéciaux et en acrobaties.

Là, désolé, mais je ne monterai jamais sur un bateau ! Pas à cause du mal de mer, mais du vertige ! mdr

Dommage que ce film n’ait pas eu le succès escompté et qu’il n’y ait pas de second volet. Il m’aurait plu d’en savoir plus sur Peter et sa vie à Neverland.

Par contre, la question que je me pose c’est : comment ensuite il y aura autant de haine entre Peter Pan et le Capitain Hook alors qu’ici, ils sont super copains ??

Pan est un film qui plaira aux petits comme aux grands, un film qui se regarde tranquillement dans son divan, avec des pop-corn et on s’en prend plein les mirettes tant les effets spéciaux sont excellents.

De l’Aventure, un peu d’humour, de l’amitié, de l’amour, un véritable grand méchant dans la personne de Hugh Jackman (pas sexy pour une fois), des navires qui volent, des acrobaties, des combats, de trahisons, et un gamin qui va devoir aller chercher eu plus profond de lui-même ce qu’il est vraiment.

Ça ne sera pas le chef-d’œuvre cinématographique de l’année, ça ne mange pas de pain, mais ça donne un bon moment de détente, épicétou.

Je sais que les fans du roman original de Barrie ont détesté le film, trouvant les acteurs vides comme des coquilles et de grosses incohérences.

Ne l’ayant jamais lu, n’en sachant que très peu (merci Disney et Spielberg), je ne peux point les remarquer, hormis le fait de la future mésentente entre Peter et Hook…

« A year in England » chez Titine et Challenge #LeFilmDeLaSemaine2016.