L’étoile du désert – Tomes 1 et 2 : Desberg & Marini

Titre : L’étoile du désert – L’intégrale – Tomes 1 et 2

Scénariste : Stephen Desberg
Dessinateur : Enrico Marini

Édition : Dargaud (1996-2001) / Dargaud (2012)

Résumé :
Mathew Montgomery est un homme vieillissant. Il occupe un poste de haut fonctionnaire au ministère de la Défense. C’est un homme respectable qui vit de règles et de lois.

Il ne doute pas : c’est avec des hommes droits comme lui que les États-Unis se sont construits.

Il a une femme, une fille, une maîtresse…

Alors qu’il a l’impression d’être passé à côté de sa vie, sa femme et sa fille sont sauvagement assassinées. Mathew abandonne alors tout ce qui faisait son monde, pour se lancer sur les traces de leurs assassins..

letoile-du-desert-t-1-planche-21Critique :
1870, Washington. Sean Connery est un homme plus que respectable, adepte des règles et du fait que tout a une place, un ordre… Un gentleman qui occupe un poste important au ministère de la Défense.

J’ai dit « Sean Connery » ? Sorry, je voulais bien entendu dire : Matthew Montgomery !

Erreur due au fait que le personnage principal de ces albums a un air de ressemblance avec l’acteur Sean Connery… On dirait aussi un air de famille avec le Scorpion, vieillissant (normal, ce sont les mêmes auteurs).

Notre homme, habitué des salons, au confort, notre homme qui se dit que l’Amérique s’est bâtie grâce à des hommes tels que lui, respectueux des règles et de l’ordre, notre homme qui ne cause plus à sa fille, qui en a marre de sa femme, qui baise sa maîtresse en dehors des heures de travail, va voir son destin basculer, comme dans toute les bonnes histoires.

Il a la rage, il veut comprendre pourquoi on a tué sa femme et sa fille et pourquoi on leur a gravé une étoile à 8 branches sur les seins. Des désirs de vengeance sont tapis en lui, comme dans toutes les bonnes histoires.

Notre Sean Connery qui n’a rien d’un agent secret dans ce cas-ci va devoir se transformer en Sherlock Holmes avant l’heure et mener une enquête des plus poussées pour trouver les assassins de sa femme et de sa fille.

La vie est ironique : lui qui en avait marre de sa bonne femme et qui ne voulait plus voir sa fille, et bien, il a été servi !

Lui qui aimait et vivait dans le confort absolu, et bien, il va devoir voyager comme dans une diligence puante où tout le monde est serré comme des sardines dans sa boîte. Lui qui ne savait pas se battre, et bien, il va devoir apprendre !

Les dessins de Marini sont toujours aussi superbes, on reconnaît ceux de la série « Scorpion », les chevaux sont magnifiques, les couleurs aussi, dans des tons ocres ou gris, des images qu’on ne se lasse pas de regarder.

Si l’histoire est basique : la vie qui bascule et la vengeance, le reste l’est moins puisque notre Matthew Montgomery va connaître l’Ouest, le Vrai et se trouver non loin de la Frontière, là où l’ordre et la discipline ne règnent pas en maître.

Notre héros n’en est pas un, il ne connait rien de la vraie vie, celle qui est une chienne, celle qui fait de vous des tueurs, des bandits, des prostituées, des marginaux,…

Il n’a jamais mis les pieds dans des saloons enfumés et rempli de la lie de la société, il aimait les salons feutrés, il sera servi niveau saloons à éviter car sous la coupe du Méchant local qui n’a rien d’un pied-tendre. Un méchant réussi, avec juste les bonnes doses de sadisme qu’il fallait et des flash-back mystérieux sur sa jeunesse.

L’Amérique était en pleine évolution, il lui restait encore des coins dans loi et remplie de hors-la-loi, le changement était en marche et pour notre ami, le changement, il était pour maintenant !

Et il a brillamment réussi son changement car notre Matthew Montgomery a évolué, a changé sa manière de voir les choses, a été confronté à des choses peu reluisantes sur l’Homme et lui-même n’était guère reluisant.

Un excellent diptyque que je compte bien poursuivre avec le 3ème tome pour savoir ce qui va arriver à notre Matthew Montgomery-Sean Connery.

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, Le « Challenge US 2016-2017 » chez Noctembule, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur.

letoile-du-desert-t-2

Jerry Spring – Tome 2 – Yucca ranch : Jijé

Titre : Jerry Spring – Tome 2 – Yucca ranch                      big_2

Scénariste : Jijé
Dessinateur : Jijé
Édition : Dupuis (1955)

Résumé :
Martha Fenton a été enlevée et son père n’a d’autre recours que de vendre le ranch familial pour payer la rançon exigée par les ravisseurs.

Ainsi dépossédés, il ne reste donc plus pour eux d’autre choix que de partir vers la Californie.

Au cours de ce périlleux voyage, accompagnés de Jerry, ils devront traverser les territoires de tribus indiennes sur le pied de guerre. Avant peut-être de pouvoir récupérer leur bien…

Critique : 
Pancho s’emmerdait sans son copain Jerry, alors, il s’est lancé à sa poursuite. Si son cheval n’avait pas mis le pied dans un terrier, se faisant ainsi une entorse, jamais ils n’auraient vécu cette aventure !

Quoi de mieux qu’une jeune fille enlevée contre rançon ? Afin de la délivrer, le père devra se résoudre à vendre le « Yucca Ranch »…

Mais Jerry Spring est un petit Sherlock Holmes en herbe et lui, il a retrouvé la fille, la sauvant même des griffes des méchants qui ne comptaient pas le rendre !

Dommage que dès le départ nous ayons une indication sur l’instigateur de tout cela… La fille valait-elle un tel prix ? Non, mais elle avait trouvé du pétrole sur les terres du ranch…

L’auteur se trouvant sans doute à court d’histoire une fois que la belle fut délivrée et le ranch vendu, il nous entraine alors dans un récit assez mouvementé jusqu’en Californie, Pancho et Jerry étant les guides de la petite caravane composée du père, de la fille, du fils et du beau-frère.

Niveau personnages, ils sont conventionnels, à savoir que les bandits sont de vrais bandits et les bons, de vrais « bons », même pas un peu « brute » et encore moins « truands » !

Un album qui ne casse pas trois pattes à un canard mais qui est agréable à lire car on ne s’ennuie pas, on se fait poursuivre par des indiens Kiowas, ensuite des Navajos et au final, on résout toute l’affaire en arrêtant le méchant, qui, une fois de plus, se confesse en regrettant tout alors qu’il à l’article de la mort…

Comme dans l’album précédent, très moralisateur pour les jeunes lecteurs, faisant passer le message que « les bandits, c’est pas des gentils, en plus, ils se trahissent l’un l’autre ! ».

Challenge « Le mois Américain » chez Titine, Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez Cannibal Lecteur, « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2014), « Polar Historique » de Sharon et le « Marathon Bédé » chez Chroniques Littéraires.