City Hall – Tome 4 : Guérin & Lapeyre

Titre : City Hall, Tome 4                                                  big_3-5

Scénariste : Rémi Guérin
Dessinateur : Guillaume Lapeyre

Édition : Ankama Editions (2013)

Résumé :
Alors que Jules Verne s’enferme dans un mutisme inquiétant et sombre dans la dépression, anéanti par la révélation de sa véritable nature, Amelia prépare son retour aux Etats-Unis malgré les supplications d’Arthur, estimant sa mission terminée.

Mais l’annonce de l’exécution de Black Fowl vient brusquement tirer Jules de son isolement : devant l’incapacité des geôliers de la Tour de Londres à distinguer Verne père du véritable Corbeau malgré plusieurs semaines d’interrogatoires stériles, la Reine annonce subitement la condamnation des deux prisonniers…

Une seule solution s’offre alors à nos héros : trouver la lettre sur laquelle figure la description de leur ennemi et confondre le corbeau afin de sauver Pierre, et ce avant que le bourreau ne fasse son œuvre.

Le compte à rebours commence maintenant…

NOTE : La chronique du tome 3 avait été faite en juillet 2013 et se trouve ICI !

Critique : 
Mon appréhension pour la suite du manga après les « révélations d’enfer » de la fin du tome 3 étaient vaines. Je m’étais demandé ce qu’il pourrait se passer maintenant que le méchant Black Fowl croupissait derrière les barreaux en attendant son procès.

Les auteurs ont réussi à rebondir et à nous entrainer à nouveau dans une course endiablée aux côtés de Jules Verne, Conan Doyle et la jolie Amélia.

Sans rien dire sur les révélations « coups de tonnerre » du tome 3 et sans entrer trop dans les détails d’un rebondissement énorme du tome 4, je vous dirai juste que le rythme de ce manga steampunk est soutenu et que nous n’en sommes pas à la fin de notre découverte sur certains personnages qui jouent double jeu.

Si découvrir Londres de l’époque victorienne sans fiacres, sans belles robes, sans un seul papier, bref, sans tout ce qui fait l’époque, ne vous fait pas peur…

Si découvrir des engins motorisés à cette époque, des e-book, des tablettes ou des armes futuristes ne vous fait pas hurler à l’anachronisme, alors je vous dis « Bienvenue dans l’univers steampuk de City Hall, univers dépourvu de papier et dans lequel l’écriture manuscrite est interdite depuis des siècles.

Oui, écrire est dangereux parce que tout ce que vous écrivez prend vie et les papercuts sont responsables d’une guerre sans précédent.

N’oubliez pas aussi de mettre de côté tout ce que vous savez de Jules Verne, d’Arthur Conan Doyle, de Joseph Bell et autres personnages réels ayant existé. Ne vous frappez pas non plus de découvrir Arsène Lupin en chair et en os aux côtés d’un Victor Hugo !

Les personnages sont jeunes et dynamiques, le méchant est un vrai méchant machiavélique, et les possibilités de jouer avec le papier sont plus nombreuses qu’on le croit. Les possibilités de jouer avec les pieds du lecteur et de la balader sont multiples aussi et j’ai aimé me faire balader.

Un seul défaut : pages surchargées d’onomatopées. C’est un défaut récurent dans tous les volumes.

Là, j’ai hâte de connaître la suite de leurs aventures de ce second cycle !

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), au Challenge « Polar Historique » de Samlor (repris par Sharon), au Challenge « I Love London II » de Maggie et Titine, au « Mois anglais III » chez Titine et Lou et au Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle (Prix Délire Canal BD Meilleurs Manga 2012 et Meilleur BD style Manga 2012).

Publicités

City Hall – Tome 2 : Guérin & Lapeyre

Titre : City Hall, Tome 2                                                        big_3-5

Scénariste : Rémi Guérin
Dessinateur : Guillaume Lapeyre
Édition : Ankama Editions (2012)

Résumé :
Les dernières heures que viennent de vivre Jules Verne, Arthur Conan Doyle et Amélia Earhart ne sont que les prémices d’un avenir qui va s’avérer riche en rebondissements.

Alors que l’enquête conjointe de nos amis et des forces de l’ordre de City Hall avance doucement, le grand Harry Houdini décide de se joindre à eux.

Mais si l’illusionniste pense leur donner l’avantage, il ignore que Black Fowl a, lui aussi, fait la rencontre d’un nouvel allié. Un écrivain redoutable, capable de créer des papercuts comme personne d’autre n’en a le pouvoir… pas même Jules Verne !

Critique : 
Ayant hâte d’en savoir plus sur les aventures steampunk de Jules Verne et d’Arthur Conan Doyle, j’avais acquis le deuxième tome (et je viens de le relire).

De nouveaux personnages entrent en scène, toujours à partir de personnages ayant réellement existé, et un peu détourné : Mary Shelley et Harry Houdini vont faire leur apparition dans ce tome.

Je précise que Mary est très « hot pulpeuse ». Décidément, toutes les femmes deviennent des pin-up ici !

Avantage pour Mary Shelley, auteur de « Frankenstein », c’est que grâce au papier et à l’écriture, elle aura sa « créature » sous forme de papercut.

Houdini est le cul entre deux chaises parce que le lecteur ne sait pas trop de quel côté il va pencher : les « bons » ou les « méchants » ??

Bref, ça bouge pas mal, mais une fois de plus, les onomatopées dans les dessins l’alourdissent fortement.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), au Challenge « Polar Historique » de Samlor (repris par Sharon), au Challenge « I Love London II » de Maggie et Titine, au « Mois anglais III » chez Titine et Lou et au Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle (Prix du meilleur manga 2012 DLire-Canal BD + Meilleure BD au style manga 2012 par les lecteurs d’Animeland).