Les petits meurtres d’Agatha Christie – Saison 2 – Épisode 13 – Le cheval pâle (2015)


Résumé de l’épisode :
Sybille, une ténébreuse voyante, affirme pouvoir tuer un ennemi à distance en lui jetant un sort. Venue acheter un philtre, Marlène entend des menaces de mort.

Swan Laurence ne croit pas aux boules de cristal, mais lorsqu’une jeune fille riche, voisine d’Alice, meurt brutalement, le commissaire est obligé d’admettre que les pouvoirs occultes peuvent parfois tuer.

Tandis que Marlène acquiert un philtre pour séduire Laurence, celui-ci peut enfin vivre son amour avec Maillol, la légiste, qui lui tombe dans les bras ; hélas, pas pour longtemps…

  • Réalisation : Olivier Panchot (saison 2, France, 2015)
  • Scénario : Sylvie Simon, d’après Agatha Christie
  • Distribution : Samuel Labarthe (Swan Laurence), Blandine Bellavoir (Alice Avril), Élodie Frenck (Marlène), Natacha Lindinger (docteur Maillol), Olivier Broche (Lucien Cornille), Thierry Hancisse (Eugène Dacosta), Valérie Dashwood (Sybille)
  • Genre : policier

Ce que j’en ai pensé :
Il y a bien bien longtemps, j’avais acheté le roman « Le cheval pâle » d’Agatha Christie…

Le mot « cheval » m’avait attiré, bien entendu, ainsi que la référence aux cavaliers de l’apocalypse.

Bien mal m’en avait pris car ce roman m’est tombé des mains et je n’ai jamais réessayer de le relire, ni même eu la simple envie.

Au moins, avec la série des Petits Meurtres, j’allais enfin savoir ce que j’avais raté à l’époque de mes culottes courtes.

L’atmosphère est au mystère puisque les premières images de la kermesse plantent le décor :  mystères et magie noir en la personne de la diseuse de bonne aventure et de son âme damnée, capable de tuer à distance.

De son côté, il y a de la drôlerie avec notre Marlène venue acheter un filtre d’amour pour qu’enfin son commissaire tombe fou amoureux d’elle, alors que lui n’a d’yeux que pour la nouvelle légiste.

Ambiance presque gothique pour une partie de cet épisode qui serait parfait pour Halloween s’il n’y avait pas les moments fun entre nos trois personnages : Swan Laurence, Alice Avril et Marlène.

C’est ce que j’aime dans cette série qui se déroule dans les années 50 (contrairement à la première saison qui se déroulait dans les années 30) : les réparties cinglantes entre les personnages, leurs petites piques, leurs vilenies envoyées dans les gencives d’Avril qui ne se gêne pas pour répliquer les 4 vérités au commissaire.

Oui, ils se bouffent le nez à longueur d’épisodes mais c’est ce qui fait le sel de la série car si on a suivi les différents épisodes, on sait aussi que Laurence est capable d’aider la journaliste chiante et elle-même est prête à faire des efforts pour lui venir en aide, après que chacun aient soupiré, vitupéré, râlé…

Pas besoin de longtemps pour s’immerger dans cette époque que je n’ai pas connue : les vêtements, les voitures, la mentalité (pas si éloignée de celle de nos jours) contribuent à faire en sorte que nous nous projetions dans les années 50.

Les moments les plus truculents sont quand Alice Avril doit jouer le rôle de la femme de Laurence, femme dont il dit vouloir se débarrasser… Lui qui voulait plus que conclure dans le divan avec sa belle légiste, le voilà avec sa journaliste détestée dans son appart cosy de célibataire, devant surveiller pour savoir qui va venir tenter de la tuer.

Oui, il aimerait qu’elle meure, on le sait, mais dans le fond, nous savons aussi qu’il a beau lui souhaiter la mort, il ne voudrait pas que ça arrive.

Il est bien dommage que je n’ai jamais réussi à dépasser une certaine page dans ce roman car la solution est retorse, vache, bien vue et je n’avais rien vu venir, une fois de plus. Brillant, quoi !

En allant sur la fiche Wiki du roman, je me suis rendue compte que la série avait été fidèle aux ambiances sombres du roman, ainsi qu’à sa résolution : on ne change pas le mobile, ni la personne coupable !

Un épisode sombre parfait pour la période d’Halloween, quasi !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°207] et Le Mois du Polar – Février 2021chez Sharon [Fiche N°25].

Commissaire Montalbano – 02 – Chien de faïence : Andrea Camilleri

Titre : Commissaire Montalbano – 02 – Chien de faïence

Auteur : Andrea Camilleri
Édition : Pocket Policier (2004)
Édition Originale : Il cane di terracotta (1996)
Traduction : Serge Quadruppani

Résumé :
Tano u grecu, important mafieux menacé par ses pairs, décide de se livrer au commissaire Montalbano, mais il est abattu par ses anciens complices en même temps que deux policiers.

Avant de mourir, il a révélé l’existence d’une importante cache d’armes dans une grotte aux environs de Vigàta.

Bientôt le cadavre d’un employé municipal vient s’ajouter à la liste. L’affaire ne s’arrête pas là : dans l’arrière-fond de la grotte, on trouve les corps de deux amants s’étreignant dans la mort.

Touchant ! Troublant, surtout, ce chien de faïence qui semble monter la garde devant les défunts.

Critique :
Autant où je n’ai jamais adhéré à la série policière tirée des romans, autant j’adore lire les enquêtes du commissaire Montalbano !

Montalbano n’a rien d’un commissaire énergique et charismatique, aux premiers abords… Il a un sale caractère, est égoïste, estime qu’il doit être le seul à réfléchir et mener ses enquêtes comme il l’entend lui.

Incapable de s’engager, avec sa copine Livia, il s’amuse à faire un pas en avant et deux en arrière.

Oui, lorsqu’on découvre le commissaire Montalbano, on aurait envie d’aller voir ailleurs s’il n’y est pas. Pourtant, ce serait une grave erreur car les romans de Camilleri sont des petits plats qui se dégustent avec voracité, en se léchant les doigts à la fin du repas.

Les atouts de Montalbano, faut les mériter, il ne se livre pas ainsi à la première rencontre, faut creuser un peu, mener son enquête et on se rendra compte qu’il peut être bienveillant à l’égards de certains et impitoyable envers ceux qui l’ont titillé un peu de trop près. Il a un humour bien à lui et adore faire bonne chère.

Comme souvent, on pourrait croire que l’on a affaire à une affaire banale : on cambriole un magasin et on retrouve le camion garé tranquille sur le côté, avec toutes les marchandises dedans. Une blague ? Bizarre car ensuite personne n’a crié « Surprise sur prise ! ».

Et puis, en plus de cette affaire de blague louche, on a la mafia qui rôde, des plans foireux qui foirent, des cavernes d’Ali Baba qui cachent non pas des trésors, mais des énigmes vieilles de plus de 50 ans.

La force de Montalbano ? Son entêtement, son obstination, son indépendance et son équipe de flics prêts à tout pour lui, qui sont plus des amis que des subordonnés, même que l’un d’entre eux n’a pas le gaz à tous les étages… Catarella, le genre de type que personne n’embaucherait et que personne ne garderait si jamais il l’avait engagé.

Si Montalbano demandait à Caterella, responsable du standard téléphonique, d’aller voir dans son bureau si, par hasard il n’y était pas, vous pouvez être sûr que ce grand crétin de Caterella irait vérifier de suite, en courant, même… Quel imbécile ! Il pourrait téléphoner dans le bureau du commissaire, ce serait plus rapide !

Anybref, une fois de plus, avec Montalbano qui enquête, on pense toujours que ce n’est rien de grave alors qu’en fait, c’est bien plus profond que ce qu’il y parait. Notre commissaire n’a jamais sa langue en poche et s’il y a des hypocrisies à dénoncer, il ne se prive jamais de l’ouvrir en grand.

Comme Montalbano a une grande gueule, il a aussi un grand estomac et moi, je rêve toujours d’aller manger au San Calogero… Et quand il mange, il n’y est pour personne…

Sauf que dans sa tête, ça n’arrête jamais de penser et quand notre commissaire veut résoudre un mystère, il y va, tant pis si le meurtrier est sans doute décédé depuis des lustres, lui, il veut juste comprendre !

Une fois de plus, c’est un beau voyage en Sicile que je fis avec mon commissaire préféré, Montalbano, qui, au niveau de ses petites cellules grises, n’a rien à envier à Hercule Poirot et qui ne laisserait jamais son estomac de côté durant une enquête, comme Sherlock Holmes (le canonique).

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°206] et Le Mois du Polar – Février 2021chez Sharon [Fiche N°32].

L’heure du Diable – Chris Kovak 03 : Patrick Bauwen

Titre : L’heure du Diable – Chris Kovak 03

Auteur : Patrick Bauwen
Édition : Albin Michel (26/08/2020)

Résumé :
Chris Kovak est médecin, agoraphobe, incapable de sortir de chez lui. Quand un mystérieux patient le contacte, un compte à rebours meurtrier commence.

Audrey Valenti est lieutenant de la brigade Évangile, spécialiste des crimes du métro.

Lorsque le corps d’une inconnue habillée en sorcière est retrouvé sur les voies ferrées, débute la plus incroyable des enquêtes.

Tous deux traquent le diable, un psychopathe monstrueux et insoupçonnable.
Mais c’est le diable qui va les trouver.

Après Le jour du Chien et La Nuit de l’ogre, Patrick Bauwen achève sa trilogie et révèle l’identité de son tueur hors normes.

Critique :
Victor Novak, gentil professeur toujours rieur, qui résout tous les problèmes, sillonne la France sur sa moto. STOOOP !!

Erreur sur la personne : Chris Kovak est un médecin urgentiste, devenu enquêteur malgré lui. Maintenant, il a quitté son poste des urgences, il est déprimé, agoraphobe et n’ose plus sortir de chez lui.

Drogué aux médocs et autres substances qui feraient remuer la queue des chiens policiers, alcoolo, il reste confiné chez lui à se lamenter, à se torturer l’âme et à mesurer les mètres qu’il arrive à faire dans son jardin.

Si on en faisait une série, est-ce qu’elle serait bonne ? Je n’en sais rien, mais assurément, elle ne serait pas « tout public »… Ce que je sais, c’est que ce pitch donne un super roman addictif qu’on a du mal à lâcher avant la fin.

Chris n’est plus que l’ombre de lui-même, l’ombre d’un chien, l’ombre de ma main lui ferait peur et son agoraphobie le ronge. Va falloir se sortir les tripes et faire preuve d’ingéniosité pour enquêter à nouveau car Le Chien est de retour et les défis sont là.

L’auteur mélange habillement des moments plus calmes avec ceux plus speedés et quand on pense qu’on joue dans du beurre, le lecteur n’est jamais à l’abri d’un revirement de situation ou de l’enquête qui prend un tout autre chemin que celui auquel il aurait pensé.

Les personnages sont bien travaillés, on s’y est attachés aussi, on les connait, on prend plaisir à les retrouver, même cabossé, en proies à des doutes, à la vindicte populaire qui augmente, à cause des réseaux sociaux qui surfent sur les émotions des gens.

Ce n’est pas le premier auteur qui nous met en garde contre les dérives du Net, contre le pouvoir immense du Web, contre ces réseaux sociaux qui n’ont de sociaux que le nom et qui servent plus à monter les gens entre eux, à diviser plutôt qu’a rassembler, sauf si c’est pour un lynchage car pour ça, il y a des gens prêts à se rassembler.

Moi, ça me glace lorsque je lis des appel aux meurtres, aux viols et j’en passe. Mais effectivement, je ne les utilise pas pour vilipender Pierre, Paul ou Jacques. Juste pour poster mes chroniques littéraires et mes bilans.

Le suspense est présent durant tout le roman, sans jamais qu’il ne diminue d’intensité. Ce thriller choral nous fait entrer dans les pensées de différents personnages, dont le fameux Chien, dont on se demande bien qui il est et je vous avoue que j’ai suspecté tout le monde.

Alors que j’étais plongée dans le récit, me rongeant les doigts à cause de l’adrénaline et du suspense, l’auteur est arrivé par derrière et m’a taclé sévèrement. Triple carton rouge ! Violent tacle qui m’a envoyé valdinguer cul par dessus tête. Je ne l’avais pas vu venir et tant mieux car j’apprécie les surprises violentes dans mes lectures.

Un thriller addictif, réfléchi, engagé, possédant de multiples pistes qui nous emmènerons sur différents chemins à la poursuite du Chien, ce tueur que l’on ne sait attraper et d’autres encore qui ne sont pas des anges de sainteté.

Sans compter qu’il n’est pas le seul à foutre le bordel, que vous en apprendrez plus sur un sport de combat, le béhourd et sur comment faire des vidéos qui donnent l’impression que ce sont les flics qui vous ont attaqué… (à ne pas faire !)

Tout le monde est suspect, l’auteur joue avec sa narration, faisant osciller nos convictions sur qui est coupable et qui ne l’est pas. Il joue aussi avec sa manière de nous conter son histoire, jouant avec la pédale des gaz, rétrogradant l’allure de temps en temps, avant de nous faire bondir ensuite. C’est méchant pour le tensiomètre, entre nous, mais excellent pour le plaisir de lecture.

Un dernier tome qui clôt cette trilogie de la meilleure manière, qui est différent du précédent et qui peut se lire indépendamment des autres, mais cela vous donnerait l’impression d’arriver à une fête sans en connaître les principaux protagonistes et il vaut mieux les avoir rencontré au meilleur de leur forme.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 11 Juillet 2020 au 11 Juillet 2021) [Lecture N°142].

Inspecteur Ishmael – Tome 1 – Là où meurent les rêves : Mukoma Wa Ngugi

Titre : Inspecteur Ishmael – Tome 1 – Là où meurent les rêves

Auteur : Mukoma Wa Ngugi
Édition : De l’aube Noire (19/04/2018)
Édition Originale : Nairobi Heat (2011)
Traducteur : Benoîte Dauvergne

Résumé :
« Qu’est-ce que ça te fait à toi, l’homme noir d’Amérique, d’être au Kenya ? »

Voilà une question qui taraude l’inspecteur Ishmael. À Madison, Wisconsin, États-Unis, c’est un problème lorsqu’un militant africain, célèbre pour son attitude héroïque lors du génocide rwandais, accepte un poste à l’université.

Alors quand une jolie blonde est retrouvée assassinée devant sa porte, on frôle l’embrasement de la ville. Ishmael, rare Afro-Américain dans le coin, est chargé de l’enquête.

Un appel va tout bouleverser : « Si vous voulez la vérité, vous devez aller à sa source. Venez au Kenya ».

C’est le début d’un voyage qui le mènera à un endroit encore meurtri par le génocide, où les flics locaux tirent d’abord et interrogent ensuite. Bien que ce soit la terre de ses ancêtres, la quête lui semblera terrifiante, car dans les bidonvilles de Nairobi, chercher la vérité peut tuer…

Critique : 
Je n’en ai pas marre des polars scandinaves, mais j’avais envie d’aller faire un tour au Kenya, histoire de varier mon panorama et d’ajouter un cachet sur mon passeport littéraire.

Si le récit commence et se termine aux États-Unis, le milieu se déroule au Kenya, même si je trouve que le chef d’Ishmael lui accorde un peu facilement le fait d’aller enquêter à Nairobi, juste sur un coup de fil anonyme.

Mais bon, le meurtre d’une jeune femme Blanche sur le perron d’un homme Noir, ça donne envie de se bouger le cul, parce que pour le contraire, tout le monde irait faire dodo.

Et puisque Ishmael et son chef sont Noirs, ils doivent encore plus prouver aux autres qu’ils sont les meilleurs tout en étant considérés comme des traîtres par leur propre communauté.

Le reproche que je ferai au roman, c’est le côté un peu bordélique sur le final, avec des révélations en veux-tu en voilà qu’à la fin, on a du mal à distinguer la bonne de la fausse. La dernière page tournée, il faut se poser un peu pour remettre le tout dans le bon ordre et séparer le bon grain de l’ivraie.

Le style d’écriture n’est pas toujours égal, on passe de belles phrases à de celles un peu moins relevées, mais dans l’ensemble, j’ai passé l’éponge car j’ai apprécié le flic, Ishmael, son voyage au Kenya et le fait de parler du génocide rwandais, car oui, il entre en jeu dans l’enquête.

L’autre côté du roman qui m’a plu aussi, c’est le côté raciste qui est bien mis en avant, mis en scène de manière réaliste dans une Amérique où le KKK refait surface avec les suprémacistes. Une femme Blanche assassinée et directement, tous les regards se tournent vers l’homme Noir qui l’a découverte devant chez lui.

Là où l’auteur a ajouté une difficulté, c’est que l’homme sur lesquels les soupçons se portent, est un survivant du génocide Rwandais et un héros car il a sauvé des vies. Tout le monde marche sur des oeufs, sauf les racistes, comme de bien entendu.

Si l’on pourrait penser que Ishmael va se sentir plus à l’aise dans son pays d’origine, c’est oublier que partout on détecte très vite celui qui n’appartient plus au pays, à la ville, au bled.

L’ironie serait amusante si elle n’était pas aussi consternante : considéré comme un Noir aux States, au Kenya, on l’appelle l’homme Blanc… Hé les gars, faudra savoir et vous mettre d’accord. Le cul entre deux chaises, c’est assez déroutant pour une personne.

Le final est assez rocambolesque, avec des morts en pagailles et une course-poursuite digne d’un film de James Bond, quand 007 dézingue tous les salopards qui en veulent à sa vie. Puisque ça passe avec l’agent de sa Majesté, pourquoi ça ne passerait pas avec un flic des Zétats-Unis ?

Pas le polar de l’année, dû au côté brouillon dans l’explication finale où trop de protagonistes entrent en ligne de compte et où chacun remet tout en question, de sorte que l’on a une soupe d’informations et qu’il faut prendre le temps de tout remettre dans le bon sens.

Ce polar vaut par contre le déplacement pour les descriptions des bidonvilles de Nairobi et la mentalité qui y règne ainsi que pour la partie consacrée au génocide rwandais car il y une part de vérité et elle est cynique.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°160 et le Mois du Polar chez Sharon (Février 2020) [Lecture N°05].

Kornélius – Tome 2 – Askja : Ian Manook

Titre : Kornélius – Tome 2 – Askja

Auteur : Ian Manook
Édition : Albin Michel (02/10/2019)

Résumé :
Dans le désert de cendre de l’Askja, au coeur de l’Islande, le corps d’une jeune femme assassinée reste introuvable.

Près de Reykjavik, des traces de sang et une bouteille de vodka brisée au fond d’un cratère, mais là non plus, pas le moindre cadavre. Et dans les deux cas, des suspects à la mémoire défaillante.

Ces crimes rappellent à l’inspecteur Kornelius Jakobson, de la police criminelle de Reykjavik, le fiasco judiciaire et policier qui a secoué l’Islande au milieu des années 70 : deux crimes sans cadavres, sans indices matériels, sans témoins, que des présumés coupables finissent par avouer sans pourtant en avoir le moindre souvenir.

Après Heimaey, Ian Manook nous entraîne cette fois au coeur d’une Islande plus brute et plus sauvage, dans les rouages d’une machination politique qui révèle une toute autre facette de cette république exemplaire.

Critique :
♫ Askja, Askja, écoute-moi ♪ Askja, Askja, t’en vas pas  ♪ Askja, Askja, réponds-moi ♪

Désolé pour la chanson que je vous ai fourrée dans la tête pour toute la journée, mais c’était plus fort que moi (oui, je suis vicieuse).

Les voyages Manook ne sont jamais de tout repos, mais comme j’aime voyager dans sa compagnie qui n’a rien de low-cost, j’ai rempilé pour un nouveau voyage en Islande.

Si les romans policiers d’Arnaldur Indriðason ont une consonance politique, ceux de Manook en ont une de paysages, des lieux emblématiques de cette île nordique et avec Google, on peut voir les lieux de visu et ne plus devoir les imaginer, comme je devais le faire avant l’ère de l’Internet pour les masses.

Avec l’auteur, rien n’est jamais simple dans ses enquêtes et ce roman est comme une matriochka : plusieurs enquêtes, plusieurs affaires et si l’une et l’autre ne s’emboîtent pas l’une dans l’autre, celle avec le sniper aura bien des petites poupées cachées qui nous serons dévoilées dans un final hautement adrénalitique ! (néologisme, oui)

L’inspecteur Kornelius Jakobson aura bien du mal sur cette affaire sans cadavres mais avec scènes de crimes, avec des témoins qui disparaissent, des suspects qui souffrent de troubles de mémoire, dues à Alzheimer ou à l’abus d’alcool. La prise de tête !

Amonbofis le disait déjà « Pas d’pierre, pas d’construction. Pas d’construction, pas d’palais. Pas d’palais… pas d’palais ».

Donc, si on suit sa logique : « Pas de corps, pas de crime » ! Oui mais ce n’est pas si simple car on a tout de même eu un corps, filmé par un drone, qui a… disparu. Oui, la prise de tête ! Sans compter un sniper qui tire sur les lieux touristiques (mais pas sur les touristes).

Pour un pays réputé « calme », ça fait beaucoup à gérer pour leur police qui n’est pas aussi armée que la nôtre et aussi nombreuse.

Autre problème avec notre grand inspecteur qui a la carrure d’un troll (et le mauvais caractère aussi), c’est qu’il a plus souvent irrigué le bas de son corps que le haut, durant cette enquête.

Et quand je parle du bas de son corps, vous vous doutez que je vise plus haut que les pieds et les genoux… Oui, remontez encore un peu, vous allez mettre le nez sur le problème. STOP ! On reste calme, mesdames…

J’avais trouvé, dans le tome 1, que Kornelius ressemblait un peu à Yeruldelgger : même carrure, même caractère, même côté fox-terrier qui ne lâche rien, même manière de se foutre de la hiérarchie et des règles mais respectant son pays et ses coutumes et cette fois-ci, j’ai encore plus ressenti cette ressemblance, sans que cela nuise au personnage car tout en étant semblable, ils sont tout de même différents.

Sans pour autant nous faire crouler sous les références ou plomber son récit, l’auteur nous glisse souvent des histoires, de la géologie, de la politique, dans son récit et le tout se mélange harmonieusement, nous instruisant tout en nous divertissant.

Cela donne plus de corps au récit, plus de mâche (Cyril Lignac m’a collé ce lot dans la tête), l’ancrant dans le réalisme en nous dressant ainsi un portrait plus juste de l’Islande qui est un personnage à part entière dans le récit.

Je me suis prise au jeu, j’ai tenté de démêler les fils de l’intrigue, j’ai ri avec les dialogues des policiers Komsi et Spinoza, j’ai frémi durant les disputes des uns et des autres dans l’équipe, j’ai fait fumer mes méninges pour tenter de désopacifier cette intrigue et j’ai été baladée de bout en bout, pour mon plus grand plaisir.

Maintenant, la question que je me pose, c’est : que nous réserve-t-il pour le troisième tome ? Car j’espère encore repartir en Islande avec Air Manook (même si j’adore aussi voyager avec Air Indriðason) car il y a plus d’humour dans ses pages que dans celle de l’auteur islandais (que j’adore, hein, me faites pas dire ce que je n’ai pas dit).

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°XX.

Good-bye, Chicago : William Riley Burnett

Titre : Good-bye, Chicago

Auteur : William Riley Burnett
Édition : Gallimard Série noire (1997)
Édition Originale : Good Bye Chicago: 1928, End of an Era
Traducteur : Rosine Fitzgerald

Résumé :
Chicago 1928. Un flic mélancolique apprend que sa femme, depuis longtemps partie sans laisser d’adresse, a été retrouvée morte dans le lac, probablement à la suite d’une overdose.

Il en apprendra bien d’autres, par l’intermédiaire d’un ancien copain d’école devenu voyou, mais au cœur encore tendre : les policiers, les politiciens, les avocats corrompus, la réorganisation ultra-efficace des bordels de toutes catégories.

Tandis qu’une simple vendetta dégénère en véritable Saint-Barthélémy, pour couronner le tout.

Critique :
La rentrée Littéraire de Septembre 2019 bat son plein et moi, je me suis amusée dans un vieux roman de 1997… Un p’tit noir bien corsé, avec des truands de tous poils et des flics, corrompus ou non.

L’ombre de Al Pacino planait sur nous… Heu, Al Capone ! Pardon…

Oui, le milieu de la truande dans années 20-30, moi, j’adore ça, dans la littérature.

Dans la vraie vie, j’évite de me promener dans les travées des parlements… Oups.

Anybref, revenons à nos moutons noirs.

Ce roman noir nous emmène en 1928, à Chicago, dans ses bas-fonds, des ses gargotes, ses arrières-boutiques, ses locaux de la police. Une ambiance folle règne dans ces pages et l’atmosphère des années 20 se ressent bien.

Ce roman noir, on pourrait le résumer par des paroles extraites de la chanson « Rouge » de Fredericks, Goldman et Jones « C’est une nouvelle ère, révolutionnaire […] Rien ne sera plus jamais comme avant, C’est la fin de l’histoire ».

Ou comment passer de truand bien positionné, directeur des bordels pour le Grand Mec (Al Capone), qui possède son staff de gros bras, à cible à abattre pour l’un et has been pour les autres.

Il a suffit d’un oubli, un oubli oublié par un homme de main de Ted Beck et de là, tout vole en éclat et effectivement, on assiste à la fin d’une ère et le début d’une autre dans ce Chicago de 1928.

Le milieu de la truande ne fait jamais de cadeau, d’homme providentiel un jour, vous pouvez passer à l’homme à dézinguer le lendemain, ou même l’après-midi et rien ne dure dans le milieu des durs.

Certains devraient méditer dessus, on peut vite devenir un has been sans le sous alors que la minute d’avant, on était le King. Ou dans l’entourage bien vu du King.

L’histoire majeure possède des tas de petites autres qui viendront se greffer sur ce tronc central afin de donner un squelette (dans le placard ?) qui tiendra debout, mais il faut être vigilant, le nombre important de personnages pourrait venir déstabiliser le lecteur peu attentif.

Difficile de les confondre, chacun est bien défini, décrit, sans pour autant en faire trois tonnes. On est dans le court, dans l’expéditif ou tout est dit en 224 pages et on a pas besoin de plus pour se faire une idée des dates de péremption assez courtes du truand, même bien coté.

Sans être magistral, ce roman noir se lit tout seul, avec plaisir car le milieu de la prohibition et des villes américaines en ces temps-là sont toujours sources d’enchantement pour moi (non, je n’ai jamais consulté, pourquoi ?), d’émerveillement et puis, l’auteur ne se prive pas pour parler de la corruption qui gangrenait tout le système de l’époque.

Oui, la corruption gangrène toujours tous les systèmes même de nos jours, mais chut, faut pas le dire, personne ne le sait !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°70.

Détectives – Tome 2 – Richard Monroe, Who killed the fantastic mister Leeds ? : Herik Hanna & Nicolas Sure

Titre : Détectives – Tome 2 – Richard Monroe, Who killed the fantastic mister Leeds ?

Scénariste : Herik Hanna
Dessinateur : Nicolas Sure

Édition : Delcourt (2014)

Résumé :
L.A. 1935. Tout le gratin hollywoodien est réuni pour la première de « Who Killed The Fantastic Mister Leeds ? » associant les étoiles montantes Ava Lamont et James Crowley.

Mais quand James s’écroule sous l’effet d’une balle à blanc plus mortelle que prévu, Ava est immédiatement arrêtée.

Rien ne pourra la soustraire à la justice… si ce n’est un célèbre détective privé prêt à vivre la pire nuit de sa vie.

Critique :
« Ceci n’est pas une pipe ». Voilà comment on pourrait résumer en quelques mots cet album car, tout comme la célèbre toile de Magritte qui représente une pipe, ce n’est pas une pipe.

Juste l’image d’une pipe… Autrement dit, méfions-nous de ce qui pourrait être trop flagrant.

Aimez-vous vous faire mystifier, gruger, vous faire avoir jusqu’au trognon dans une lecture ? Moi, oui. Mais faut que cela soit fin, très fin.

La mère Agatha savait le faire mieux que personne, comme elle le fit dans « Le meurtre de Roger Ackroyd », jouant avec les phrases à double sens que l’on ne comprenait qu’une fois le roman terminé (ou à sa relecture).

Attention, faut pas qu’on ne me sorte pas un lapin d’un chapeau. Trop facile. Ce ne fut pas le cas dans cette enquête où je me suis faite avoir dans les grandes longueurs, revenant même en arrière pour tâcher de comprendre où l’auteur m’avait prise par surprise.

Pas de lapin sorti d’un chapeau, tout était sous mes yeux mais je n’ai pas vu. Enfin, si, j’ai vu mais je n’ai pas observé, me chuchote Sherlock Holmes dans mon oreille.

Heureusement que le scénario était à la hauteur, parce qu’il n’est pas évident d’apprécier une bédé lorsque les dessins ne vous reviennent pas, que vous les trouvez trop rigides, les épaules des personnages trop carrées, le trait trop simpliste (les oreilles ne sont même pas détaillées).

Certes, si je devais dessiner, ça ne ressemblerait à rien, je vous l’avoue, mais ce n’est pas mon job.

Le découpage de l’histoire est bien pensé, en commençant pas la scène de la défenestration (du 47ème étage du building) et en suivant ensuite par l’interrogatoire de Richard Monroe, cette ellipse permet de faire monter le suspense et les questionnements de suite.

Nous racontant l’histoire en commençant par le début, Monroe qui s’empêtre souvent dans son récit, nous permet de la vivre après coup, après les meurtres, et durant toute son histoire, je me suis posée des questions à savoir « Qui a vraiment fait ça et pourquoi ? La belle actrice a-t-elle bien tué son partenaire ? ».

Ajoutant dans les dessins de l’histoire la tête bandée de Monroe et la tête de l’agent du FBI, les auteurs ont pu insérer des petites questions et des réponses, des petits piques d’humour et de la suspicion, sans devoir revenir au moment présent par une autre case.

Moins charismatique que Miss Crumble du premier tome, Richard Monroe a une gueule taillée à la serpe, un caractère de cochon, têtu comme une mule, mais au moins il est compétent et il observe au lieu de voir. Sorte de détective à la hard-boiled, il a tout d’un Dick Tracy ou d’un Mickey Spilane.

Commencé en huis clos dans une salle d’interrogation de la police, l’histoire repassera en huis-clos dans l’hôtel où avait lieu la pièce de théâtre et les meurtres avant de se finir en course-poursuite qui fera le bonheur des vitriers tant on cassera des vitrines.

Un bon album, dans la continuité des autres (que j’avais lu pour le Mois Anglais de Juin 2019) mais mes préférés restent Miss Crumble, Frédérick Abstraight, Nathan Else et Ernest Patisson).

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°28 et Le Mois Américain – Septembre 2019 – chez Titine.

Mois américain – Septembre 2019 – Programme lecture

Jeune, je détestais Septembre et sa putain de rentrée des classes. Adulte, je le déteste toujours pour ses jours qui raccourcissent, pour l’été qui fout le camp, pour les métros qui redeviennent bourrés de sales mioches gueulants et de dessous de bras puants.

Fini la quiétude de l’été, fini de se la couler douce, les pieds sur le bureau, on recommence à bosser sérieusement…

Depuis quelques années, j’ai une raison d’aime Septembre car c’est le Mois Américain et la littérature américaine et moi, c’est presque une aussi vieille histoire d’amour qu’avec la littérature Anglaise.

C’est donc avec fébrilité et la bave aux lèvres que je prépare mon programme de lecture, fouillant ma base de données, qu’elle soit Babelienne ou Livraddictienne…

Bon, avant de me crever le coeur et le pur esprit à tout retourner, je vais commencer par piocher dans mon programme du Mois Américain de 2018 car bon sang de bonsoir, il serait plus que temps que je lise ces romans !

Pas de panique, à partir du N°20, c’est des nouveaux titres jamais sélectionnés (enfin, je pense) que j’espère lire aussi un jour… On risque de les revoir en Septembre 2020 ! mdr

Comme d’habitude, j’ai sélectionné des Western – parce que j’aime ça – des romans parlant de la ségrégation raciale, des romans Noirs parce que c’est aussi ça, l’Amérique et l’un ou l’autre Classique, comme Faulkner parce qu’il est temps que je l’ajoute à mes trophées de chasse.

Je ne vais pas manquer non plus d’ajouter quelques bédés afin de faire monter le chiffre des billets et pour avoir une fois de plus le plaisir d’inonder Titine de liens quotidiens ! Elle aime ça (son côté masochiste sans doute).

Pas de panique, je ne saurai jamais lire tout ce que j’ai sélectionné, mais ça me permet aussi de lister des romans Américains et de les lire ensuite, comme je le fais avec mes listes du Mois Anglais (ou bout de quelques années, j’y arrive, vous savez). Si, si (impératrice).

En ajoutant des biblios et en faisant un peu de tri dans tout mes livres possédés (2 tonnes, au bas mot), j’en avais profité pour classer une partie de mes beaux livres dans une des nouvelles biblio et, hasard ou pas, j’avais classé tous mes livres parlant de l’Amérique des grands espaces. Cela faisait des années que je ne les avais plus feuilleté, j’ai donc remis ça à jour.

Allez, c’est parti mon kiki pour un Mois Américain de folie et surtout, de cow-boys puants la sueur et le cheval (et le chacal), d’Américains bas de plafond suintant la haine d’autrui, de massacres, de génocides d’Améridiens, de guerre de Sécession, d’énigmes, d’enquêtes, de bas-fonds, de saloon, de drogues, de beaux paysages, de nature writing et d’étendues désertiques à tomber raide mort tant elles sont belles….

Ce que je voudrais lire (et que je n’y arriverai pas) : Le visuel est ici 

  1. La famille Winter : Clifford Jackman [ROMAN]
  2. La prisonnière du désert : Alan Le May [ROMAN]
  3. Le sang des Dalton : Ron Hansen [ROMAN]
  4. La culasse de l’enfer : Tom Franklin [ROMAN]
  5. La porte d’or : Michel Le Bris [ROMAN]
  6. La rivière des indiens : Jeffrey Lent [ROMAN]
  7. L’agent indien : Dan O’Brien [ROMAN]
  8. Méridien de sang : Cormac McCarthy [ROMAN]
  9. Le pouvoir du chien : Thomas Savage [ROMAN]
  10. L’Aventurier du Rio Grande : Tom Lea [ROMAN]
  11. Le Passage du canyon : Ernest Haycox [ROMAN]
  12. Les Fugitifs de l’Alder Gulch : Ernest Haycox [ROMAN]
  13. Du haut des cieux, les étoiles : Harry Brown [ROMAN]
  14. Terreur apache : William R. Burnett [ROMAN]
  15. La montagne en sucre : Wallace Stegner [ROMAN] 
  16. Le gang de la clef à molette : Edward Abbey [ROMAN]
  17. Bohemian flats : Mary Relindes Ellis [ROMAN]
  18. Le gang des rêves : Luca Di Fulvio [ROMAN]
  19. Sherlock & Moria – T1 – L’initiation : Ridley Pearson [ROMAN]
  20. Sherlock & Moria – T2 – La Spirale infernale : Ridley Pearson [ROMAN]
  21. 221b Baker street : Graham Moore [ROMAN]
  22. Dites-leur que je suis un homme : Ernest J. Gaines [ROMAN]
  23. Wash : Margaret Wrinkle [ROMAN]
  24. Le Châtiment de Willie Jones : Elizabeth Hartley Winthrop [ROMAN]
  25. Le régiment noir : Henry Bauchau [ROMAN]
  26. Mississippi : Hillary Jordan [ROMAN]
  27. Cherry : Nico Walker [ROMAN]
  28. La poudre et la cendre : Taylor Brown [ROMAN]
  29. Terminus : Tom Sweterlitsch [ROMAN – SF]
  30. En attendant Eden : Elliot Ackerman [ROMAN]
  31. Whiskey : Bruce Holbert [ROMAN]
  32. Les morts de Bear Creek : Keith McCafferty [ROMAN]
  33. Au nom du Bien : Jake Hinkson [ROMAN]
  34. Le Grand Silence : Jennifer Haigh [ROMAN]
  35. Stoneburner : William Gay [ROMAN]
  36. Un silence brutal : Ron Rash [ROMAN]
  37. Les animaux : Christian Kiefer [ROMAN]
  38. Le pays des petites pluies : Mary Austin [ROMAN]
  39. La véritable histoire de l’Ouest américain : Jacques Portes [ROMAN]
  40. Le cercle brisé – Meurtres en pays navajo : Rodney Barker [ROMAN]
  41. Pieds nus sur la Terre sacrée : Teresa Carolyn McLuhan [ROMAN]
  42. Swan Peak : James Lee Burke [ROMAN]
  43. Red Grass Rive: James Carlos Blake [ROMAN]
  44. Dans la vallée de l’ombre de la mort : Kirk Mitchell [ROMAN]
  45. Sympathy for the Devil : Kent Anderson [ROMAN]
  46. Mindhunter – Dans la tête d’un serial-killer : Douglas & Olshaker [ROMAN]
  47. Un feu d’origine inconnue : Daniel Woodrell [ROMAN]
  48. Normal : Warren Ellis [ROMAN]
  49. Avant la nuit : Pete Fromm [ROMAN]
  50. Walt Longmire – T07 – Tous les démons sont ici : Craig Johnson [ROMAN]
  51. Walt Longmire – T10 – Steamboat : Craig Johnson [ROMAN]
  52. Tandis que j’agonise : William Faulkner [ROMAN]
  53. Le petit arpent du bon dieu : Erskine Caldwell [ROMAN]
  54. Walt Slade – Tome 2 – Les Forbans du pétrole : Bradford Scott [ROMAN]
  55. Walt Slade – Tome 3 – Mort en selle : Bradford Scott [ROMAN]
  56. Walt Slade – Tome 4 – Le Chariot mystérieux : Bradford Scott [ROMAN]
  57. Perry Mason – Tome 23 – Le moustique flemmard : Erle Stanley Gardner
  58. Le train des orphelins – T01 – Jim : Ph. Charlot et X. Fourquemin [BD]
  59. Le train des orphelins – T02 – Harvey : Charlot et Fourquemin [BD]
  60. Le train des orphelins – T03 – Lisa : Charlot et Fourquemin [BD]
  61. Le train des orphelins – T04 – Joey : Charlot et Fourquemin [BD]
  62. Le train des orphelins – T05 – Cowpoke Canyon : Charlot et Fourquemin [BD]
  63. Le train des orphelins – T06 – Duels : Charlot et Fourquemin [BD]
  64. Le train des orphelins – T07 – Racines : Charlot et Fourquemin [BD]
  65. Le train des orphelins – T08 – Adieux : Charlot et Fourquemin [BD]
  66. Lucky Luke (d’après Morris) – T03 – Homme de Washington : Achdé & Gerra [BD]
  67. Lucky Luke (d’après Morris) – T04 – Lucky Luke contre Pinkerton : Achdé & Pennac [BD]
  68. Lucky Luke – Tome 09 – Des Rails sur la prairie : Morris [BD]
  69. Lucky Luke – Tome 29 – Des Barbelés sur la prairie : Morris [BD]
  70. Lucky Luke – Tome 33 – Le Pied-tendre : Morris [BD]
  71. Lucky Luke – Tome 35 – Jesse James : Morris [BD]
  72. Lucky Luke – Tome 46 – Le Fil qui chante : Morris [BD]
  73. Lucky Luke – Tome 53 – Fingers : Morris [BD]
  74. Lucky Luke – Tome 63 – Le Pont sur le Mississipi : Morris [BD]
  75. Jerry Spring –Tome 03 – Lune d’argent : Jijé [BD]
  76. Jerry Spring –Tome 04 – Trafic d’armes : Jijé [BD]
  77. Jerry Spring – Tome 07 – Le ranch de la malchance : Jijé [BD]
  78. Jerry Spring – Tome 14 – Les Broncos du Montana : Jijé [BD]
  79. Jerry Spring – Tome 21 – L’or de personne : Jijé [BD]
  80. H.H.Holmes – Tome 01 – Englewood : Henri Fabuel & Fabrice Le Hénanff [BD]
  81. Sonora – Tome 02 – Lola Montez : Jean-Pierre Pécau [BD]
  82. Astérix – Tome 22 – La grande traversée : Goscinny et Uderzo [BD]
  83. USA – Le Sud-Ouest : Thomas Jeier [BEAUX LIVRES]
  84. Far West éternel (Voyages et aventures) : Dylan Winter [BEAUX LIVRES]
  85. Cow-Boys – Mythe et réalité : Yves Berger [BEAUX LIVRES]
  86. Itinerrance dans l’Ouest des USA : Josyane Cassaigne [BEAUX LIVRES]
  87. Ouest américain – Territoires sauvages : Grunewald [BEAUX LIVRES]
  88. L’Ouest Américain : Montagu et Thomas [BEAUX LIVRES]
  89. The Rider – Le film qui te dit qu’avec l’âge, les Rider se déplacent [FILMS] 
  90. La porte du paradis – Heaven’s Gate – Le film qui Knock-knock-knockin’ on heaven’s door ♫ (1980) [FILMS] 

Les mystères de Honeychurch – Tome 1 – Petits meurtres en héritage : Hannah Dennison [LC avec Bianca]

Titre : Les mystères de Honeychurch – Tome 1 – Petits meurtres en héritage

Auteur : Hannah Dennison
Édition : City Editions (31/10/2018)
Édition Originale : Murder at Honeychurch Hall (2014)
Traducteur : Raphaëlle Pache

Résumé :
Ridiculisée par la presse people, Kat Stanford abandonne son émission de télévision à succès pour se réfugier au fin fond dans la campagne anglaise. Sa mère vient d’acheter une vieille bicoque à Honeychurch, un domaine appartenant à une prestigieuse famille d’aristocrates aussi désargentés qu’excentriques.

Ah, les joies de la campagne ! Enfin, les joies, c’est vite dit… La maison de sa mère est une véritable ruine et son voisin est bien décidé à la faire déguerpir. Et puis, à peine arrivée, Kat est plongée dans un imbroglio mystérieux : une nurse disparaît et une domestique est retrouvée assassinée au fond du parc.

Quand elle apprend en plus que sa mère écrit des romans érotiques et que ce n’est pas du tout le hasard qui l’a conduite au domaine, Kate se demande ce qu’elle va encore découvrir en arpentant les sombres couloirs du manoir de Honeychruch…

Même à la campagne tout le monde a des secrets à cacher !

Critique :
J’adore les cosy mysteries, c’est frais, amusant, intriguant, bourré de mystères et des gens possédant un esprit de clocher mais ici, j’ai eu l’impression de boire un mojito sans citrons verts, sans menthe, sans sucre de canne, sans glace et surtout, sans rhum !

Oui, juste de l’eau pétillante et encore, elle était éventée et ne pétillait plus tellement.

Sans ma LC avec Bianca, j’aurais reposé ce roman assez vite car rien que dans les premiers dialogues, j’ai eu l’impression d’assister à des échanges totalement surréalistes entre Iris la mère et Kat sa fille.

Avec une mère aussi bizarre et spéciale, moi, à la place de Kat, je foutrais le camp très loin sans me retourner. Mais on dirait qu’elle nous la joue petite fille qui veut raisonner sa maman et qui accepte que cette dernière lui balane tout au visage sans qu’elle réagisse vraiment.

Dans les petits villages, pas besoin de venir de la Syrie pour être qualifié d’étranger qui dérange, suffit de venir de la capitale (Londres) ou d’une autre ville et on est déjà catalogué « pas d’ici ». Autrement dit, si vous n’avez pas un arbre généalogique qui remonte à Henry VIII dans le village, vous ne serez pas le bienvenu.

Sincèrement, j’ai eu l’impression de regarder une série estampillée TF1, le genre de programme fait pour tout le monde où l’on ne doit pas trop réfléchir, pour ne pas dire qu’on peut accorder des vacances méritées à son cerveau.

Ma foi, ça tombait bien, lire ce bouquin avec une putain de migraine qui vous vrille les tempes est salutaire car personne ne voulait bosser dans ma caboche.

Si les personnages sont insignifiants, trop caricaturaux, peu développés, fades, inintéressants, le scénario, lui, se traîne en longueur entre les péripéties qui arrivent aux personnages et les querelles de clocher.

Anybref, on s’y ennuie un peu et j’aurais bien pris le chandelier, la clé anglaise, le révolver, le poignard ou la corde pour assassiner n’importe qui dans la véranda, la bibliothèque ou la cuisine tant l’inactivité commençait à me peser et que les niaiseries des personnages commençait à me courir sur le haricot.

Ah, enfin, un cadavre, on va pouvoir enquêter avec Kat et sa mère… Non ? Ben non, on laissera le soin d’enquêter au Columbo local car il lui a piqué son imper beige et sa chemise tachée.

Tel Hercule Poirot, il réunira tout le monde dans le grand salon pour nous expliquer tout mais sans trouver le coupable, qui, tel un con, viendra tenter de faire taire le personnage qui comprend tout à un moment donné. Stupide.

Le pire, c’est que une fois terminé ma lecture, je me suis rendue compte que Bianca en avait déjà fait une fiche et que c’était le Tome 2 que l’on devait lire ensemble.

Quand je vous dit que mon cerveau était en vacances !

Allez, c’est pas que j’ai envie, mais puisque j’avais promis une LC, je me devais donc rempiler de suite avec ces personnages. On s’est déjà suicidé de 12 coups de couteau dans le dos pour moins que ça…

Heureusement, ma chère Bianca a eu pitié de mon parquet en chêne massif et m’a abjuré de ne pas lire la suite car elle était moins bien que le premier tome, qu’elle avait aimé, elle ! Donc, j’en ai été dispensée, youpie !!

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2019-2020) – fiche N°2.

Sherlock Holmes (BéDétectives) – Tome 8 – La vieille Russe : André-Paul Duchâteau & Guy Clair

Titre : Sherlock Holmes (BéDétectives) – Tome 8 – La vieille Russe

Scénariste : André-Paul Duchâteau
Dessinateur : Guy Clair

Édition : Claude Lefrancq Éditeur (1997)

Résumé :
L’homme à la béquille d’aluminium – le redoutable complice de Raspoutine – n’a pas dit son dernier mot.

Chassés de Saint-Pétersbourg, Holmes et Watson aspirent également à une revanche éclatante. Les voici lancés dans la suite de cette périlleuse aventure, fertile en surprises -plus mauvaises que bonnes-, qui va d’abord les mener de Londres à Bruxelles.

Mais la conclusion d’une telle enquête ne peut avoir pour cadre final que l’effervescente Russie, où Sherlock va être amené à se mesurer à son plus mortel adversaire…

Cet album est la suite logique du n°3 « La béquille en aluminium ».

Critique :
Cet album est en fait la suite de « La béquille d’aluminium », même si entre les deux, il y a eu quatre albums !

Ce qui nous fait quatre ans d’écart entre ces deux publications, tout de même !

J’ai eu largement le temps de me poser des questions sur le final de « La béquille », puisque je suivais la parution chronologique de la série « BéDétectives Lefrancq » dans les années nonante (90).

Frustration, quand tu nous tiens !

Les dessins sont toujours aussi mauvais et les couleurs oscillent entre le rouge, l’orange et le jaune, surtout dans les plans intérieurs de Baker Street et bien d’autres, encore. Bref, l’album risque de vous donner mal aux yeux à certains moments.

Dans cette aventure, nous retrouvons nos deux hommes dans le salon, comme s’ils venaient de revenir de la Sainte Russie, Watson constatant à voix haute que beaucoup de leurs questions sont restées sans réponses.

Sans blague ? Lui aussi n’a pas tout compris ? Ça me console, tiens. Holmes nous répondra qu’il n’a pas encore dit son dernier mot. Espoir, quand tu nous tiens.

Le dessinateur a casé des tas de détails canoniques dans le salon : violon, couteau planté dans la correspondance, les pipes sur leur présentoir, le tabac dans la pantoufle persane, le buste de Holmes (celui réalisé par Meunier ?), le tableau noir avec le message écrit en « hommes dansants », ses instruments de chimie et une visiteuse…

Mais quelle visiteuse ! Canonique, elle aussi.

Bref, hormis les dessins et les couleurs, tout commençait plutôt bien, me laissant augurer un bon moment de lecture.

Las ! Le scénariste et le dessinateur décidèrent de faire bouger la béquille d’aluminium accrochée au mur, la faisant se promener en lévitant dans tout le meublé, Watson l’évitant même pour ne pas qu’elle le touche. Nous y étions…

L’auteur retombait dans ses travers de foutre du fantastique partout. Impossible pour lui de scénariser une histoire sans cet élément fantastique.

« Allez, viens-y que je te fasse léviter une béquille dans les airs grâce à Orga, sis dans la maison d’en face, en train de ramper sur le plancher ».

Orga a été empoisonné par une vieille Russe qui a utilisé la vieille ruse des gâteaux empoisonnés. Le pauvre Orga…

Bref, le doute me submerge déjà, et la nausée aussi, par la même occasion.

Le reste est de la même veine : en plus des dessins toujours aussi moches, Holmes enfile (une fois de plus) sa macfarlane à carreaux, en plein Londres, Watson est exaspérant à accuser à tout bout de champ Irène et exaspérant tout court, Moran est de nouveau dans l’affaire avec son fusil à air comprimé et le buste de Holmes finira avec un gros trou.

Même pas arrivée à la page treize que j’ai déjà des questions qui, je me doute, ne recevront pas de réponse. On prend les paris ?

Attention, à partir de là, je vais dévoiler un peu…

Le festival continuera en dehors de Londres, passant par Bruxelles, la Transylvanie et la Sainte Russie, croisant la route de tireurs fous, de nains et de géants, plus celle d’un ex-fou qui l’est peut-être encore. Ou pas…

Comme la Russie, il est à l’ouest, le gars. Là, c’est moi qui commence à devenir folle avec toutes ces fausses pistes et le fait que l’on ne sait plus qui joue à double (ou triple ?) jeu.

Le tout sur front de conflit latent et de complot entre la Prusse du Kaiser Guillaume, qui vise une guerre contre la France et l’Angleterre, qui sont alliées.

Quant à la Russie, elle se tâte par l’entremise de son Tsar et de Raspoutine, l’un et l’autre n’ayant pas le même avis.

♫ Ra ra rasputin ♪ Lover of the Russian queen ♪ There was a cat that really was gone ♫ Ra ra rasputin ♪ Russia’s greatest love machine ♫ It was a shame how he carried on ♪

La Tsarine viendra mettre son grain de sel dans toute cette affaire (elle a un autre avis que les deux hommes) avec un courrier se terminant par un svastika, signe de reconnaissance pour cette société secrète d’initiés. Impossible d’écrire une histoire sans une bonne société occulte !

Quand à Holmes et Watson, ils auront Raspoutine au cul’te (je fais des jeux de mots mauvais, cela me console de mes maux que j’ai eu en relisant l’histoire).

Alors ? Qui veut la guerre ? Qui veut se la jouer « Suisse » et rester neutre ? Qui voudrait faire la guerre aux côtés des Teutons ? On se tâtonne à tâtons.

Sachant qu’il y a aussi une arme secrète au menu et que Bertha n’était pas une femme comme les autres, du fait de sa masse imposante.

À cette époque, les aciéries Krupp, citées dans l’aventure, n’avaient pas encore fusionnées avec son concurrent Thyssen. Si vous connaissez l’Histoire, vous saurez que ces noms ont une sinistre mémoire… Et vous comprendrez, aussi !

Le bouquet sera la présence de Moriarty, évidemment, en confrontation avec Raspoutine, les yeux dans les yeux.

Ce brave vieux Napo du crime ressemble toujours à une caricature de lui même, en pire. Ses dents sont toujours aussi proéminentes, lui donnant un rictus de vieille momie desséchée.

Les rebondissements étaient prévisibles, pas de réponses à mes questions et Raspoutine, qui n’est pas la « Love Machine » de la chanson de « Boney M. » sera le méchant de l’histoire.

Vous aurez droit à une petite note explicative de la part de Guy Clair. Pour le reste, c’est pas clair !

Le seul point positif est que LA femme sera toujours LA femme.

Note : cette bédé n’avais pas encore eu sa chronique postée sur mon blog, je m’étais arrêtée au tome 7, L’étoile sanglante et puis j’avais fait le tome 9, Le signe des quatre que je venais enfin de trouver.

Par contre, cette chronique avait été publiée originellement sur le site Babelio (en 2012). J’ai fait l’effort de la relire mais je n’ai pas eu le courage de refaire une autre chronique puisque j’avais déjà tout dit dans celle d’il y a 6 ans. Sharon, tu l’acceptes ou tu ne l’acceptes pas, c’est toi le chef de ton challenge !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019).

Collection complète :

  1. Sherlock Holmes – B.Détectives, tome 1 : La sangsue rouge
  2. Sherlock Holmes – B.Détectives, tome 2 : Le chien des Baskerville
  3. Sherlock Holmes – B.Détectives, tome 3 : La béquille d’aluminium
  4. Sherlock Holmes – B.Détectives, tome 4 : Jack l’Éventreur
  5. Sherlock Holmes – B.Détectives, tome 5 : La bande mouchetée
  6. Sherlock Holmes – B.Détectives, tome 6 : Le rat géant du Sumatra
  7. Sherlock Holmes – B.Détectives, tome 7 : L’étoile sanglante
  8. Sherlock Holmes – B.Détectives, tome 8 : La vieille Russe
  9. Sherlock Holmes – B.Détectives, tome 9 : Le signe des quatre