Lucky Luke – Tome 22 – Les Dalton dans le blizzard : Morris & Goscinny

LuckyLuke22a_11042004

Titre : Lucky Luke – Tome 22 – Les Dalton dans le blizzard

Scénariste : Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dupuis (19)

Résumé :
Les Dalton se sont évadés de prison. Ils décident d`aller au Canada, car ils ne sont pas recherchés dans ce pays. Lucky Luke part à leur recherche.

luckyluke_t22Critique : 
Les Dalton se sont – une fois de plus – évadés ! Toujours aussi bêtes, ils ont creusés quatre trous dans la muraille de la prison au lieu d’un…

Oui, ils sont plus bêtes que méchants… Mais les gardiens aussi, car personne n’avait pensé au fait qu’un seul trou suffisait pour s’échapper.

Que feraient-ils sans Lucky Luke, ces gardiens de prisons ? Je vous le demande un peu ! En tout cas, cette évasion ne troublera pas leur petite fête d’anniversaire.

Un garde : — Eh ! Les gars… les Dalton se sont évadés !
Le Directeur du pénitencier : — Bah ! Il n’y a qu’à prévenir Lucky Luke. Il a l’habitude… il les ramène toujours. Ne laissons pas ces voyous nous gâcher notre petite fête !
Tous : — Happy birthday to you !
Rantanplan : — Ça y est, les voilà qui recommencent à se disputer !

Allez, c’est parti pour une nouvelle cavale qui, cette fois-ci, va nous emmener en partie du côté de la Belle Province et du Canada puisque les voisins du Nord ne connaissent pas encore les frères Dalton.

Le côté burlesque est toujours présent, notamment avec Joe Dalton qui menace le forgeron avec un révolver composé de son pouce et de son index, avec le chien le plus stupide de la bédé et de l’Ouest, Rantanplan, qui ne veut pas suivre la piste des Dalton car ils sentent mauvais, avec Averell qui est toujours aussi stupide et Imbécile et lui et Joe auront quelques bagarres !

— Flaire, Rantanplan, flaire !
— Pouah ! que ce haillon sent mauvais !
— Maintenant Rantanplan, nous allons te mettre au début de la piste…
— Quoi encore ?
— Mais non Rantanplan, tu tournes le dos à la piste !…
— Surtout pas par là ! Ça sent comme le haillon !

Averell : — Une fois pour toutes, qui je suis ?…
Joe : — Tu es un imbécile !
Averell : — Bon ! C’est tout ce que je voulais savoir !

Certes, l’album fait la part belle aux clichés, comme cet officier de la police montée, Winston Pendergast, qui fait régner l’ordre juste avec des paroles et demande aux gens d’aller s’enfermer eux-mêmes dans la prison durant quelques jours quand ils ont fauté.

Pourtant, j’adore cet album et ses paysages enneigés, la ruse de Joe qui ne fera pas long feu, ses accrochages avec Averell, et les bêtises de Rantanplan.

Et puis, la neige, ça change de l’aridité du Texas ou des autres états.

Non, rien à redire, c’est encore un album où j’ai beaucoup ri, malgré mes 36.000 relectures.

dbuche

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur,  le RAT A Week Estival, Summer Edition chez Chroniques Littéraires et « Le Mois Américain 2016 » chez Titine.

CHALLENGE AMÉRICAIN 2016 - The magnificent seven CHALLENGE - Il était une fois dans l'ouest - BY Cannibal Lecteur

Publicités

Lucky Luke – Tome 26 – Les Dalton se rachètent : Morris & Goscinny

Les Dalton se rachètent - Lucky Luke

Titre : Lucky Luke – Tome 26 – Les Dalton se rachètent

Scénariste : Goscinny
Dessinateur : Morris

Édition : Dupuis (1965)

Résumé :
Le sénateur O’Joyce veut tenter une expérience pour faire diminuer les effectifs de prisonniers dans les pénitenciers des Etats-Unis. Pour que l’expérience fasse l’unanimité, il veut la tenter avec les pires malfrats, en ‘occurrence, les Dalton !

Ainsi, la fratrie rayée jaune et noir va se voir offrir la liberté conditionnelle : si durant un mois leur comportement est exemplaire, ils seront libres. Sinon, retour en prison.

Les Dalton sont partants : Joe compte bien retrouver la liberté pour pouvoir faire ses prochains coups en homme libre !!!.

luckyluke_t26Critique : 
— Mais alors, Joe… nous sommes devenus honnêtes?
— Averell, que tu sois bête, passe, mais je n’admettrai pas que tu sois grossier !!

Les Dalton sont libres ! S’ils restent un mois sans faire de bêtises, d’attaques, de vols ou de tout ce qu’ils font habituellement, ils seront amnistiés totalement !!

Mais heu, on parle bien des Daltons, là, non ?? On oserait les remettre en liberté ? Oui, sous la surveillance de Lucky Luke, pardi !

Voilà encore un album où le talent scénaristique de Goscinny est brillant de par les situations cocasses qu’ils nous concocte ou les running gags, notamment avec Averell qui ouvre le coffre de leur banque à la dynamite.

Oui, les Dalton ont ouvert une banque… Ils sont honnêtes, ma p’tite dame !

Le scénariste croque aussi méchamment les habitants de la petite ville où cette expérience a lieu : au départ, ayant peur des Dalton, ils leur donnent leurs caisses, portefeuille dès qu’un Dalton surgit et ensuite, sachant que les Dalton ne peuvent rien leur faire, alors ils se sentent fort et abusent de la situation en les provoquant inutilement.

Toute la couardise de l’Homme résumée en quelques cases.

Et puis, il y a aussi Rantanplan qui, durant tout l’album, cherche désespérément qui est ce cow-boy à la chemise jaune.

C’est un de mes albums préféré avec les Dalton, en plus des « Cousins Dalton » et « Les Dalton dans le blizzard ». Ici, ils sont mis à l’honneur, Joe est toujours aussi teigneux et Averell crétin diplômé, quant à Lucky Luke, il est mis un peu en retrait.

Un album où l’on rit sans même se forcer tant il est brillamment scénarisé. Morris aux dessins et Goscinny aux scénarios, et c’est le paradis !

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur,  le RAT A Week Estival, Summer Edition chez Chroniques Littéraires et « Le Mois Américain 2016 » chez Titine.

CHALLENGE AMÉRICAIN 2016 - The magnificent seven