Dompteur d’Anges : Claire Favan

Titre : Dompteur d’Anges

Auteur : Claire Favan
Édition : Robert Laffont – La Bête Noire (16/02/2017)

Résumé :
On ne choisit pas sa famille.
Encore moins celle de son ravisseur…

Condamné pour un meurtre qu’il n’a pas commis, Max Ender a été jeté en pâture à ses codétenus par ceux-là même censés assurer l’ordre et la discipline au sein de la prison. Lorsqu’il est reconnu innocent et libéré, ce n’est plus le même homme.

Il n’a désormais plus qu’une seule idée en tête : se venger de cette société qu’il hait par-dessus tout.

Critique :
Jamais de la vie je n’irai demander une dédicace à Claire Favan dans un salon du livre ! J’aurais bien trop peur de me faire enlever, torturer, martyriser, embrigader, décapiter, écarteler, éviscérer ou pire, si affinités !

Non mais ho, je me méfie d’elle, moi, après avoir lu quelques uns de ses romans mettant en scène des espèces de psychopathes qui, de près, ressemble à des gens comme elle et moi.

D’ailleurs, si ça se trouve, madame Favan écrit depuis une prison de haute sécurité, dans le quartier des pervers psychopathe où tout le monde porte une muselière. Tiens, c’était peut-être elle qui buvait son repas à côté de moi à la cantine, hier midi…

Le gentil Max Ender avait tout pour avoir une petite vie tranquille et peinarde, lui qui n’était pas spécialement pourvu d’un cerveau éveillé mais qui savait manier ses dix doigts pour bricoler tout et n’importe quoi.

Hélas, une condamnation injuste et un comportement vachard de la part des matons va en faire une bête féroce à sa sortie de prison, lavé du crime pour lequel on l’avait injustement embastillé.

[…] c’est que s’ils ont fait emprisonner un innocent, c’est un être assoiffé de vengeance et ivre de haine envers la société qu’ils contribuent à libérer.

Max, Max… Mais putain, on n’a pas idée d’une vengeance aussi horrible ! C’est abusé, ce que tu as fait, mon petit Max et là, je ne suis plus d’accord avec toi. Quelques soient les sévices qu’on t’a infligé, à tort, tu n’avais pas à aller aussi loin.

« Qu’est-ce que vous auriez fait à la place de Max, vous ? » Et bien moi, je me serais vengée toute seule comme une grande, ou alors, j’aurais engagé des tueurs à gages, des petites frappes, mais jamais je n’aurais corrompu des gamins comme Max l’a fait, déléguant ainsi sa vengeance et semant le chaos et la destruction sur son passage, certaines morts étant purement gratuites.

La construction de l’histoire fait un peu penser à un Columbo : le lecteur sait beaucoup plus de choses que les flics et l’agent du FBI mais il ne sait pas comment l’agent Caldwell va remonter la piste de Max Ender et de ses tueurs ou tout simplement s’il va y arriver…

Ni comment une certaine personne va s’en sortir alors qu’elle est engluée dans une toile d’araignée de mensonges, de dissimulations et qu’a chaque moment elle peut se faire découvrir… Là, j’ai eu des palpitations.

Le défaut de ce roman sera sans contexte son résumé qui en dit trop sur l’histoire et à cause de lui, durant toute la première moitié du roman, je me suis demandée qui allait trahir ! Un autre moment qui m’a déplu, c’est les dialogues durant jeu de séduction et pendant une partie de jambe en l’air entre deux personnages.

Ce n’est pas un exercice facile que d’écrire une scène de séduction ou de sexe, et rare sont celles qui sonnent « justes » et pas trop mielleuses, mais je ne vais pas pinailler là-dessus, vu que tout le reste est aux petits oignons.

Entre nous, j’ai adoré les petits clins d’œil de madame Favan à l’égard de certains de ses collègues écrivains, notamment Olivier Norek et Nicolas Lebel qui se retrouvent à jouer dans une série télé; ou avec un officier du FBI du nom de Jacques Sausser (Jacques Saussey, qui l’a aidé pour le roman) et un certain Daniel Mehrlicht et un Victor Coste en voyage de flics retraités (personnages de Nicolas Lebel et d’Oliver Norek) !

— […] seuls Daniel Mehrlicht et Victor Coste sont encore là. […] Et Mehrlicht et Coste sont deux policiers en retraite venus dans le coin pour pêcher.

Nick Lebel est penché sur le lit d’hôpital de son ex-femme qu’il aime encore désespérément malgré leurs incessantes disputes. En retrait, son coéquipier et meilleur ami, Oliver Norek, lui promet qu’il va retrouver le fumier qui a fait ça. 

Un roman que j’ai dévoré en peu de temps, entrant dans le vif du sujet directement, souffrant avec ce pauvre Max de son emprisonnement et le voyant, horrifiée, se transformer en « endoctrineur » que ne renierait pas les groupements terroristes car notre homme est comme eux : il vomit sur la société, mais il continue de vivre dedans et d’en profiter ! Elle n’est qu’un prétexte pour dresser ses jeunes recrues.

Il savait bien qu’une idée implantée et martelée indéfiniment finirait forcément par pénétrer leurs jeunes esprits, isolés et fragilisés.

— La société, c’est juste l’excuse qu’il a utilisée pour nous retourner le cerveau, comme d’autres utilisent Dieu, assène Cameron.

Pas de temps mort, des moments durs, c’est le genre de roman déconseillé aux personnes sensibles, des personnages bien campés, une écriture agréable à lire, des situations plus tendues que la ficelle d’un string et de la sueur entre les omoplates pour un personnage et le lecteur.

Niveau suspense et passages difficiles, nous sommes servis car ce n’est pas toujours gai de voir un enfant se faire battre et endoctriner, et il est encore pire de le voir changer et devenir un démon, alors qu’il avait tout d’un petit ange.

Anybref, j’ai vraiment passé un excellent moment avec le dernier roman de la terrible Claire Favan et je me suis même attachée à un personnage alors qu’il n’a rien d’un ange.

De plus, le titre était bien trouvé et la couverture aussi : une cage avec des plumes, comme si deux oiseaux s’étaient battus et on remarquera même un des barreaux de la toute petite cage qui est cassé.

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017) et Le « Challenge US 2016-2017 » chez Noctembule.

Publicités

Jack l’Éventreur : Robert Desnos

Titre : Jack l’Éventreur

Auteur : Robert Desnos
Édition : L’Herne (25/05/2009)

Résumé :
« La figure de Jack l’Éventreur est absolument légendaire. Nul ne l’a jamais vu, ou plutôt les personnes qui l’ont vu n’ont jamais pu le décrire car on a retrouvé que leurs corps, horriblement mutilés.

Ceux et celles qui ont rêvé de lui, car le merveilleux se mêle à ces tragiques exploits, assurent que Jack l’Éventreur se présentait à eux sous l’aspect d’un homme extrêmement élégant, avec un ténébreux et beau visage, des mains extrêmement fines et des poignets dont la minceur n’excluait pas la robustesse. »

Critique :
Nom de dieu, mais qu’est-ce que c’est que ces élucubrations ? Elles ne sont même pas dignes de celle d’Antoine !

On pourra plaider le fait que ces lignes ont été écrites en 1928, pour le journal Paris Matinalet donc, fallait sans doute en rajouter pour les lecteurs.

Si vous voulez en savoir plus sur les meurtres de Whitechapel qui eurent lieu en 1888, ne lisez pas ce petit livre qui ne vaut absolument pas le prix demandé car 8,50€ pour 44 pages de porte nawak, ça fait mal.

Déjà, l’auteur assimile les crimes de Jack à ceux du Tueur au Torse (The Torso Killer) qui eurent lieu plus ou moins au même moment, mais le Tueur au Torse, lui, il démembrait ses victimes !

Dans ce petit machin, les victimes ne sont même pas nommées, l’endroit où eurent lieu les crimes ne sont pas cités, et puisque l’auteur prend toutes les victimes de tout le monde, on se retrouve avec une numérotation loufoque et 11 crimes à son actif, là où, canoniquement parlant, on ne lui en attribue que 5.

Le récit est fort romancé, on donne des pensées aux futures victimes qu’elles n’ont peut-être jamais eu et une allure de gentleman au tueur. Le style bien habillé, élégant, ténébreux, beau visage, mains extrêmement fines et des poignets dont la minceur n’excluait pas la robustesse.

D’accord… C’est vachement romancé. On lui attribue une bague en or et un regard avec des lueurs étranges qui inspiraient de la tendresse et du désir. Revenez les gars, j’ai pas fini !!

Mais le pire était à venir avec les approximations et les erreurs !!

  • Il nous parle de la nuit du 31 août qui était chaude, alors que j’ai lu qu’elle était froide,
  • Il est dit que les Londoniens appelaient déjà l’insaisissable meurtrier « Jack The Ripper » lors du crime du 8 septembre… Impossible, le nom Jack The Ripper apparait pour la 1ère fois dans la lettre « Dear Boss » qui était arrivée le 27 septembre !
  • Elizabeth Stride tailladée ?? Heu, les rapports disent tous qu’elle n’avait pas été éventrée ni tailladée et tout le monde a toujours pensé que le tueur avait été dérangé et n’avait pas su lui sortir tripes et boyaux comme aux autre.
  • Et je n’ai jamais lu qu’Elizabeth Stride, dite Long Liz, allait s’acheter des cachous la nuit du meurtre…
  • Allez hop, on balance à l’actif de Jack un tronc décomposé d’une femme assassinée…
  • Jessie ?? C’est qui celle-là ? Un crime sanglant en date du 9 novembre 1888 ? Je n’en vois qu’une seule, c’est Mary Jane Kelly ! L’auteur la nomme Jessie ? Ok, je vois, il nous la rebaptisée alors. Pas de noms pour les précédentes victimes, mais Mary Jane devient Jessie. Si nous n’étions pas en 1928, j’aurais pensé à une influence du King.

Quand aux dernières pages, avec l’auteur qui rencontre une personne qui connait l’identité du tueur et le pourquoi du comment il a fait ça, j’en suis encore baba devant tant de… restons courtoise… d’imagination plus que fertile !

Le grand n’importe quoi là aussi, mais bon ceci est une théorie comme une autre, et elle aurait pu passer si je n’avais pas lu tant de bêtises et d’erreurs avant.

Un roman dont les passionnés de Jack peuvent sans crainte le rayer de leur liste, un roman très fin qui coûte fort cher à la page et au mot (sans doute était-ce Penelope qui a rédigé ce petit machin) et qui n’apporte rien, si ce n’est des notes au crayon dans les marges pour « corriger » les erreurs.

Un roman bourré de fautes, un récit super romancé des crimes de Whtechapel, bref, un roman qui va me servir à caler un meuble pas trop bancal, vu qu’il n’est guère épais…

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017),  « A year in England » chez Titine (Juillet 2016 – Mai 2017), Challenge British Mysteries chez My Lou Book, le Challenge « Polar Historique » de Sharon et le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park. 

Serre-moi fort : Claire favan [WRC – Chronique d’une autopsie littéraire annoncée]

Par THE WOMEN’S READING CLUB (WRC)

Conception et idée originale : Stelphique, Mon féérique blog littéraire !!!

Direction logistique : Belette, The Cannibal Lecteur 

Direction artistique : Nathalie, Sous les pavés la page

Chronique autopsie annoncée

Je soussigné, docteur Jack The Reader, Chef du Service de Médecine Légale; certifie avoir procédé à ce jour, en vertu de la réquisition du Cannibal Lecteur, à l’examen médico-légal du roman « Serre-moi fort » de Claire Favan.

Dossier n°1

Madame Ia Belette Cannibal Lecteur, Suite à votre réquisitoire du 22 juin 2016, en cause j’ai l’honneur de vous faire savoir que j’accepte la mission que vous m’avez confiée.

Je jure de remplir ma mission en honneur et conscience avec exactitude et probité.

serre_moi_fort

Nous avons accompli notre mission et consignons dans le présent rapport, les résultats de nos examens, observations et investigations.

Nous reprenons les éléments importants relevés au cours des examens externe et interne du roman.

Nous les commentons et tentons d’en tirer des hypothèses et/ou conclusions logiques.

Silence on autopsie un livre

Lieu où le roman se trouvait : FN** City 2 – Bruxelles – Rayon polars

Endroit exact : posée sur une table bien en évidence. Sa silhouette a été délimitée par l’équipe des sciences forensics.

Description du roman : à température ambiante, pas trop lourd, prise en main facile, couverture agréable au toucher, titre en rouge et sur la couverture, un origami représentant un chien hurlant à la mort, devenant, dans l’ombre, un loup.

L’objet sans bon le papier frais, les pages font un beau bruit lors de la manipulation, pas de raideurs mal placées.

L’auteur de cet acte est une certaine Claire Favan, aidée en cela par un dénommé Robert Laffont, sérial éditeur bien connue des services de littératures.

Taille du sujet étudié : 140 x 225 mm. 324 pages, petit gabarit

Date du crime d’édition : février 2016, relativement frais encore, le crime n’est pas vieux

Coût de l’intervention du service : 22€ à tout casser

Arme du crime : Objet littéraire identifié, composé de papier recyclé (on l’espère) et d’encre noire, sans oublier une numérotation des pages, en bas.

La découpe de l’objet s’est révélée assez facile à l’aide de l’outil adéquat mais à eu des conséquences imprévues sur l’objet étudié : j’ai obtenu un puzzle et il a fallu recoudre le sujet ensuite pour pouvoir continuer de l’étudier.

Traumatismes : Importants après la lecture, difficulté à surmonter la deuxième et la troisième partie.

Suspects : Clairement madame Claire Favan, psychopathe bien connue des services littéraires suite à ses fréquentations un peu trop exagérées avec des tueurs en série. Récidiviste notoire. Les forces de police doivent l’appréhender au plus vite avant qu’elle ne récidive avec un autre roman coup de poing.

Attention, le suspect est dangereux ! Ne pas tenter une approche seul.

Arme du crime probable : une plume et ensuite un clavier d’ordinateur. Des mots qui ont l’air innocents pris séparément mais qui deviennent potentiellement dangereux lorsqu’ils se regroupent pour former des phrases et extrêmement assassins au moment de former une masse compacte appelée « paragraphes » avant de muter en « chapitres » pour finir, ultime transformation en « partie ».

Modus operandi du crime : Si le début du crime commence sobrement, on ressent vite de l’empathie pour la souffrance d’un des personnages, pauvre garçon transparent qui tente de vivre sa vie de vivant alors que ses parents veulent faire revivre une disparue.

Ce premier acte posé, on découvre, horrifié, la main de l’auteur qui se pose froidement sur votre épaule. Jusque là, j’ai tenu le choc, j’étais même « chaude comme une baraque à frites » (en français de Belgique)

La seconde partie du jeu meurtrier entre l’auteur/suspect Claire favan et sa victime, le lecteur, est plus perfide et la final m’a fait hurler. J’ai d’ailleurs augmenté ma consommation de café pour tenter de justifier le tremblement de mes mains.

La troisième et dernière partie du crime est la pire, oppressante, on sent que le sujet a souffert et autopsier le personnage est plus difficile car on s’est attaché à lui et ceci est incompatible avec le métier.

Belette légiste

Verdict du médecin légiste Jack ? Je supporte mieux les crimes de 1888 que ceux commis par la suspecte dangereuse Claire Favan. Le traumatisme dû à la lecture était encore là lorsque je tapais mon rapport. Un putain de bon crime, ce roman !

Verdict du détective Cannibal ? La suspecte Favan, dangereuse auteur, n’a pas assez couvert sa piste et moi, fin limier, biberonné aux romans mettant en scène un célèbre détective anglais résidant au 221b, Baker Street, je n’ai pas été dupe et j’ai senti de suite qu’il y avait « une frite dans la bière »…

Cela aurait pu me gâcher le final de la partie mais j’ai choisi de mettre ça de côté et le talent de l’auteure aidant, j’ai occulté ce que je me doutais et profité de ma lecture. Avant de me faire massacrer dans la partie 3 parce que mon cerveau brillant ne voulait pas croire ce que tous les indices convergents me hurlaient. Je redoutais que ma théorie colle avec les faits, mais hélas, j’avais raison.

Une bien belle enquête qui ne laisse pas son enquêteur de lecteur indemne.

Je  jure avoir rempli ma mission en honneur et conscience, avec exactitude et probité.

Jack The Reader, médecin légiste pour cette autopsie littéraire et Belette Cannibal Lecteur, consultant detective.

Sans titre 7

Veuillez trouver ci-joint le rapport de mes autres collègues :

Jack the Reader 4

unnamed

Stelphique prend son objectif et fait un méga zoom :

Loup

La photo instantanée: L’origami…

Nous avons enfin une preuve ! Les petites ailes et notre invisibilité nous ont permis de saisir cette photo instantanée !! Mais que se cache réellement derrière ce pliage ? Cet origami est un indice de malheur: faites gaffe à vos filles, si jamais elles le recevaient…

La rédaction ne peut par contre pas vous fournir, le contenu de ce pliage sous peine de gêner l’enquête en cours….

De source sûre, il semble que La Bête Noire et Robert Laffont soit de mèche pour vous faire hurler de peur, à la lune…

serre

Le gros zoom: Serre moi fort, ou comment les groupes de soutien peuvent soutenir les victimes…

Claire Favan semble avoir saisi l’importance de ces groupes qui se réunissent dans le malheur, dans la tragédie. Elle nous offre une mise en lumière d’un phénomène de société dans son Serre Moi Fort, on ressent tout l’importance de ce soutien, cette main tendue vers ces humains qui ont subi un choc émotionnel fulgurant.

Peu d’informations sur ce qui fait vraiment leurs forces et leurs influences, mais la police craint leur ardeur mordante, semble ne pas tout saisir de leur hargne, mais en fait, ce ne sont que des êtres humains blessés et la souffrance qu’ils ressentent les mènent dès fois, à court-circuiter l’enquête en cours, autant qu’elle pourrait la font avancer.

On partage leurs peines autant que leurs petites victoires, et finalement, si c’était juste cela la magie de ce regroupement: ressentir de l’empathie ???…

loup 2

 Le panorama: L’ombre des prédateurs…

Les prédateurs de la Nature se cachent et étudient le meilleur moment pour attaquer leurs proies… Il semblerait que ce comportement animal soit observable chez les humains.

Tueurs de l’ombre, tueur dans l’ombre ou l’ombre d’un tueur, voici donc toutes les possibilités qui se multiplient à l’infini dans ses pages, mais tout cette somme d’éventualités, est bel et bien fatale pour leurs victimes…

Le Sérial Killer prend ses quartiers dans toutes les aspérités sombres, le spectacle fatal est donc en place, des coulisses à la mise en scène, rien ne nous sera épargné : le Mal est en marche et pourrait être capable de vous paralyser et faire de vous son petit pantin asservi….

En conclusion, Serre Moi fort est un roman qui se place autant du coté des victimes, des enquêteurs et d’une certaine âme dérangée, et nous espérons que ses trois zooms vous auront éclairé sur ce qui sera sans doute votre prochaine lecture… Affaire à suivre….

LOGO-NATH-3

justice-gavel-and-bookMonsieur le Président, Mesdames et messieurs les Membres du jury, Cher auditoire,

Je me tiens devant vous afin d’évoquer cette folie de Claire Favan, cette propension à faire couler le sang, encore et encore, cet acharnement à assassiner d’innocentes victimes ! Car oui, Mesdames et Messieurs les jurés, Claire Favan est dangereuse et son dernier crime le prouve à nouveau !

Jugez par vous même et relisez le rapport d’autopsie du Dr Jack The Reader ! La perfidie de cette auteure atteint des sommets lorsqu’elle oblige ses lecteurs a aimer ses personnages et ce, pour mieux leur assener le coup final !

La presse s’enflamme et les articles de la journaliste Stelphique ( pièce à conviction n°32) sont à votre disposition pour prouver que les lecteurs ne sont que des marionnettes ! J’accuse Claire Favan de les attirer avec de l’empathie! Elle leur donne un point de vue original dans ce dernier opus, celui de l’enfant survivant… mais ne soyez pas dupes !

favanRegardez cet air angélique, ces yeux innocents, ce sourire enjôleur…

Cette femme nous manipule depuis le début Mesdames et Messieurs les jurés car voyez tous ces meurtres qu’elle a à son actif depuis les prémices de sa sanglante carrière !

En réalité, c’est pourquoi je m’adresse à vous, Monsieur le Président et Mesdames et Messieurs les jurés et vous implore de déclarer cette auteure coupable !

Coupable d’avoir écrit un très bon thriller malgré quelques raccourcis que j’estime préjudiciables à la qualité de l’intrigue. Coupable d’imagination cruelle. Coupable d’immersion dans l’esprit de ses assassins. Coupable de talent!

Enfin, l’accusée Claire Favan renoue avec ses premiers forfaits, elle avoue là son évidente culpabilité et je laisse à votre appréciation les multiples indices de son modus operandi.

Mon réquisitoire touche à sa fin et au fond de moi, je n’ai qu’une seule certitude, celle que vos délibérations se feront de la plus objective des façons.

Cependant, Mesdames et Messieurs les jurés, n’oublions jamais qu’à la barbarie du crime ne doit pas répondre la barbarie du châtiment.

De ma plaidoirie, je l’espère, dépendra votre clémence.

WRC-LOGO-2

Article de Stelphique (Mon féérique blog littéraire)

Article de Nathalie (Sous les pavés la page)

Naming Jack The Ripper – Jack l’éventreur démasqué : Russel Edwards

 

Naming Jack The Ripper - Edwards

Titre : Naming Jack The Ripper – Jack l’éventreur démasqué

Auteur : Russel Edwards
Édition : Lyons Press (2014) / L’Archipel (2016)

Résumé :
Tout commence en mars 2007. Lors d’une vente aux enchères dans un village du Suffolk, Edwards, passionné depuis longtemps par le mystère, achète un châle décoré d’un motif d’asters, en très mauvais état, déchiré et taché.

Le tissu maculé de sang avait été trouvé aux côtés du corps de Catherine Eddowes, quatrième victime de Jack l’Éventreur. Un policier l’avait alors emporté pour l’offrir à sa femme qui, sans surprise, n’avait pas voulu du cadeau.

Il serait ensuite resté rangé chez plusieurs générations de descendants du limier de Scotland Yard, jusqu’à ce que l’un d’entre eux se décide à le vendre.

Russell Edwards fait alors appel à Jari Louhelainen, spécialiste de la biologie moléculaire à l’université John Moores de Liverpool pour étudier l’objet.

À l’aide d’une caméra infrarouge et de lumière ultraviolette, il met en évidence des taches de sang, des traces du rein de la victime charcutée par son bourreau et – eurêka – de sperme.

Pour vérifier leurs découvertes, les deux chercheurs réussissent à trouver une descendante directe de Catherine Eddowes, dont l’ADN correspond parfaitement à celui prélevé sur la pièce à conviction.

Ce châle caractéristique d’un style d’Europe de l’Est pousse Edwards à s’intéresser à l’un des suspects des meurtres de 1888, cité mais jamais inculpé faute de preuve, le Polonais Aaron Kosminski.

Immigré en Angleterre avec sa famille pour fuir les pogroms russes, ce coiffeur de 23 ans vivait à 200 mètres du lieu d’un des meurtres de l’Éventreur. Interrogé par la police, il avait été relâché.

Deux ans plus tard, il est interné dans un asile pour schizophrénie après qu’il aurait attaqué sa sœur avec un couteau. Il y restera jusqu’à sa mort en 1919.

Edwards et Louhelainen assurent avoir mis la main sur une descendante de la sœur de Kosminski, qui a accepté de fournir des extraits d’ADN. Et, miracle, ceux-ci correspondent aux prélèvements effectués sur le châle.

Russell Edwards estime « catégoriquement » avoir mis fin à 126 ans de suspense après y avoir consacré quatorze ans d’investigations.

Il faudra sans doute toutefois une validation d’autres scientifiques et celle de la police avant d’en avoir le cœur tout à fait net.

Lu en VF mais je ne vous dirai pas comment j’ai eu le livre qui portait la couverture de l’édition anglaise.

Jack l'éventreur démasqué - Russel EdwardsCritique : 
Dire qu’on a imprimé ça ! Là, je me pose sérieusement des questions sur les relecteurs ou ceux qui choisissent les romans à publier dans les maisons d’éditions.

Allez, on tranche dans le vif et le massacre sera à la hauteur de celui du 9 novembre, au 13 Miller’s Court (Mary Jane Kelly).

Notre homme commence par nous raconter comment il a acquis le châle dans une vente aux enchères ou personne, je dis bien personne, n’avait enchéri dessus !

Le fait qu’un spécialiste de Jack n’ait pas bronché à la présentation du sois-disant châle ayant appartenu à Catherine Eddowes aurait dû mettre la puce à l’oreille de n’importe quel imbécile. Mais il l’achète après, en passant directement par le commissaire-priseur.

Stewart Evans, l’un des plus grands experts mondiaux de l’Éventreur et collectionneur d’objets de crimes devisait volontiers sur l’histoire de l’Éventreur, mais semblait dubitatif quant à l’authenticité du châle.
“Ce n’est pas pour moi, dit-il, je suis juste là pour voir qui l’emportera. Personne ne devrait l’acheter.”

Môssieur savait que le châle était ZE châle à Catherine Eddowes !

C’était comme si j’avais su quelque chose que personne d’autre ne savait.

On lui présente un truc vieux et puant en lui disant que c’est une relique d’une des victime de Jack et il le gobe ?

Et demain, je lui sors un drap de lit à la propreté douteuse et je lui dis que les tache plus blanches sont en fait le visage de Jésus et je lui refourgue en tant que véritable Saint-Suaire ?

Quelques commentaires le taxaient de canular, sans ajouter grand-chose d’autre. Pourtant, quelque chose me donna envie d’en savoir plus. Comme je l’ai dit, en dépit du fait que je suis têtu question affaires, je crois aux intuitions et à mon sixième sens : mon instinct n’a pas toujours raison, mais il a plus souvent raison que tort ; et je lui ai bien souvent été reconnaissant, mais jamais autant que dans ma quête de Jack l’Éventreur.

WTF ??

Ensuite, il nous parle de lui, de sa vie, de ses malheurs, de son enfance pas terrible, du fait qu’il ne connaissait rien de rien de celui qui fit de l’East End un lieu maudit… Ok, si l’auteur veut nous le faire croire, je vais jouer le jeu et croire.

Mais bon sang, on s’en fout, mec, de ta vie, de ton enfance et du fait que tu as réussi à réussir dans la vie ! Accouche, pousse, c’est un garçon !

De plus, l’usage d’un nègre littéraire n’aurait pas été du luxe car son style d’écriture est pauvre, lourd, surtout avec ses pavés de descriptions historiques et de détails scientifiques. Rien n’est bien construit.

Dans un style d’écriture super simpliste et super agaçant à lire durant certains passages, de plus, l’abus des mêmes tournures de phrase sur une même page peut s’avérer un brin chiant

On notera aussi que l’auteur ne se prend pas pour n’importe qui, faudra qu’il change de chemises, il a dû exploser ses cols à force de se faire gonfler le cou !

Ce fut l’un des instants les plus colossaux de ce voyage, quelque chose qui me fit réellement tituber de surprise. Je vérifiai, revérifiai, et revérifiai encore. Comment avais-je pu voir ça alors que tout le monde était passé à côté ?

Les dates : quelque chose fait qu’elles ont toujours compté pour moi. Cela explique peut-être pourquoi moi, mais aucun autre chercheur passé avant, j’ai mis le doigt dessus.

À croire qu’il vient d’inventer le fil à couper le beurre tant il se prend pour LE gars qui vient de résoudre une des énigmes de la fin du 19ème siècle. Lui seul a su découvrir LA vérité, poils au nez.

Ensuite, il nous décrit la ville de Londres, ses taudis, ses immigrés, et toussa toussa, mais je n’ai pas vu à la fin du roman les références à tout ce qu’il nous a raconté (et qui était vrai). Il a pompé ces infos dans d’autres livres traitant de l’Éventreur, dans des livres historiques ou il a la science infuse ??

Notre auteur à la plume pas géniale retrace aussi longuement l’emploi du temps des victimes.

Il commence par la mort d’Emma Smith, agressée le 3 avril 1888, puis passe à Martha Tabram (7 août 1888), l’incluant dans les victimes de Jack (les ripperologues l’excluent) avant d’arriver à la première victime canonique, Mary Ann Nichols.

Si vous êtes un ou une habitué(e) des livres parlant de l’Éventreur, tout cela pourrait faire resucée mais je ne plaindrai pas, remettre les faits en place n’est jamais mauvais, et sans cela, le roman aurait été plus fin qu’un Harlequin…

Pareil ici, l’auteur ne cite toujours pas ses sources officielles, il parle juste de quelques trucs qu’il a lu dans les journaux de l’époque (sources pas toujours fiables !) ou dans le Police Gazette, mais pas de notes en fin d’ouvrage sur les sources plus « officielles ».

Lorsqu’il aborde le meurtre de Catherine Eddowes, on le sent déjà piaffer d’impatience de nous raconter ce qu’il savait du châle (de source pas sûre du tout et non répertorié dans les objets de la victime par les roussins) et que les autres savaient pas (♫ nananinanère) puisque c’est par ce châle que la lumière fut.

Amen et ite missa est (allez, la messe est dite).

Oui, autre chose qui m’a énervée : certes, les victimes sont avant tout des êtres humains et elles ont sans doute perdu leur statut à force d’en parler, elles sont des « cas d’études » mais que l’auteur nous bassine avec ses remarques aussi régulières que stéréotypées sur l’empathie que suscitent chez lui les victimes de l’éventreur semblent forcées, voire un brin artificielles.

J’espère pour elle que la mort est intervenue rapidement et qu’elle n’a pas souffert après le premier coup porté sur son cou.

[…] La veille du jour où les résultats de Jari sont tombés, quelque chose a effleuré mon inconscient et m’a aidé à comprendre pourquoi je me sentais aussi fortement connecté aux victimes de l’Éventreur, à ces femmes infortunées contraintes de vendre leur corps pour se payer leur nourriture et un lit pour la nuit. Oui, je me suis toujours senti proche d’elles, en partie en raison de ma propre expérience de sans-abri.

Oui, on peur les traiter humainement lorsqu’on analyse les meurtres de 1888 à Whitechapel, mais lui, il force le trait avec ses « Mon Dieu, pourvu qu’elle n’ait pas souffert » et autres niaiseries qui sonnent aussi faux que si je disais que j’ai tourné dans un film porno.

Une fois qu’il a parlé du « passé » avec nos victimes, leur vie, leur mort, il passe au « présent » et enchaîne sur des dialogues avec les experts, les prétendus descendants de la victime et il explique ainsi comment il en était arrivé à cette théorie sur les motifs de fleurs imprimés sur le châle, théorie capillotractée et tout aussi loufoque que celle de Cornwell qui tirait la queue du chat pour faire de Sickert un parfait Jack.

Je lui parlai de la pertinence des dates de la fête de la St-Michel en relation avec les meurtres d’Elizabeth Stride, Catherine Eddowes et Mary Kelly, ce à quoi il répondit : “Nous ne savions pas cela, c’est nouveau.”

Enfin, la théorie loufoque, c’est moi qui le dit, hein, pas lui, namého lui il est Grand et le plus fort, le plus intelligent et le seul qui sait LA vérité.

J’étais certain qu’il était d’époque, mais je devais le prouver. Ma recherche à peine entamée, je fis une découverte importante, une avancée à laquelle je ne m’attendais pas.

Souvent, trop de détails viennent parasiter le récit, notamment lorsqu’il présente les personnes qui ont bossé sur le châle.

Qu’il me déroule le C.V du scientifique qui a réalisé les analyses, je suis d’accord, c’est la preuve que c’est pas un guignol ou son neveu avec son matériel de petit chimiste, mais savoir avec qui il est marié et le nombre de gnomes qu’il a fait à sa femme, on s’en branle !

Tous ces passages superflus où Edwards rentre dans des détails biographiques tout à fait inutiles à son sujet ou sur les différents participants à la quête du Graal plombent et alourdissent le récit au point que l’on décroche des lignes et que les yeux survolent le tout sans prendre attention.

Certes, il faut expliquer correctement, prouver qu’on a pas déconné, mais la manière dont les choses sont abordées me font penser à un enfant qui nous expliquerait ses recherches (tout en devisant sur le fait qu’il faisait ses courses, qu’il buvait un verre, qu’il était en bagnole).

Là encore, aucune références, ce pourrait être de l’invention pure et simple et le seul moyen de le savoir serait de vérifier sur le Net, sites scientifiques… Mais en attendant, ça meuble les paragraphes, les pages, le roman…

L’auteur arrive même à s’emmêler les pinceaux, à croire que personne n’a relu le roman et que l’auteur est une girouette qui ne sait plus ce qu’il dit.

La preuve ? Le châle est assez luxueux, pas du genre à être possédé par une prostipute, alors notre coco arrive à une conclusion stupéfiante : la misérable prostituée Catherine Eddowes qui mettait ses bottines au clou pour se payer un lit pouilleux dans un asile de nuit ne pouvait pas posséder ce luxueux châle.

Alors ? Alors ? Oui, il appartiendrait à Jack l’Éventreur qui l’aurait disposé près du corps pour laisser un message sur la date de son prochain carnage (les motifs floraux). Bon, ok, on tire sur les cheveux, ça fait mal…

Et si le châle n’appartenait en rien à Catherine Eddowes ? Et s’il avait été abandonné sur la scène du crime par l’Eventreur lui-même ? Cela prenait soudain tout son sens. Catherine était très pauvre, et le jour précédant sa mort, elle et son partenaire avaient gagé une paire de bottes, sans doute beaucoup portées, qui leur procura juste assez pour s’offrir à manger. Il est certain que, si elle avait eu un châle de cette valeur, ils l’auraient mis en gage pour en obtenir plus. Et comment, dans son passé de privations et de pauvreté, serait-elle entrée en possession d’un châle de ce prix ?

Mais là où le bât blesse, c’est qu’ensuite il a l’air d’avoir oublié cette conclusion tarabiscotée et nous fait un caca nerveux en apprenant que le bleu du châle déteint à l’eau et que donc, Catherine Eddowes n’aurait jamais pu le porter sur elle en revenant de la cueillette du houblon parce qu’il pleuvait et que le châle aurait perdu sa couleur bleue.

Ou il ne sait plus ce qu’il a dit avant ou alors, il a tout écrit et remanié ensuite ses chapitres, le déroulement de son histoire et cela donne cet illogisme flagrant.

Ce qui me fait enchainer sur le fait que niveau structure du livre, c’est un bordel sans nom et complet ! Un véritable souk, un brol !

J’ajouterai, pour clouer un peu plus le livre, que l’auteur, tout à sa joie de résoudre l’affaire, fait parfois des suppositions vaseuses mais qui, bien entendu, vont dans son sens. Même si la châle dont il parle ne se trouvait pas sur les relevés des objets appartenant à Eddowes.

Mais les articles de nombreux journaux qui évoquaient l’enquête judiciaire de l’affaire Eddowes mentionnaient clairement que “sa robe était de chintz vert, dont le motif représentait des marguerites de la St-Michel”. Cela voulait-il dire quelque chose ?

Nous ne pouvons que supposer que, si la presse a inclus dans ses articles la description de la robe – ou jupe – de chintz bordée de marguerites de la St-Michel, c’est parce que soit un journaliste était présent sur les lieux et a jeté un coup d’œil aux éléments (en dépit de tous les efforts de la police, les scènes de crimes n’étaient pas autant protégées qu’elles le sont aujourd’hui), soit parce qu’ils ont parlé avec des policiers présents qui, eux aussi, avaient pris le châle aux motifs bien particuliers pour une jupe ou une robe.

Tout va toujours dans son sens et la théorie des fleurs sur le foulard qui est un message pour les enquêteurs, moi je dis « faut pas pousser mémé dans les orties, surtout quand elle n’a pas de petite culotte » !

Ce qui me frappa, ce fut ces deux dates de la St-Michel. C’était les nuits des trois derniers meurtres, d’abord le double événement, au cours de la St-Michel fêtée traditionnellement dans ce pays, ensuite le dernier meurtre, celui de Mary Jane Kelly, la nuit de la St-Michel de l’Église orthodoxe orientale. Les morts du double événement ont eu lieu après minuit, c’est-à-dire, techniquement, le 30 septembre, mais si Jack l’Éventreur avait décidé de sa mission le soir de la St-Michel ? Nous savons qu’Elizabeth Stride a été tuée vers 0 h 45, peu après le changement de date, et on peut supposer qu’il s’est donné un peu de temps pour trouver une victime adéquate.

Je compris aussi que, pour que les marguerites de la St-Michel aient une signification bien réelle, il fallait qu’elles soient liées à l’Éventreur. Peut-être avait-il laissé le châle sur la scène du crime en guise d’obscur indice pour la police de la date à laquelle il frapperait à nouveau.

Ce que ressens, à la fin de ma lecture laborieuse, c’est un endormissement prématuré, une pointe de douleur derrière l’arcade sourcilière et l’impression qu’on a fait du remplissage de paragraphes afin d’étoffer le livre et de ne pas sortir un roman de l’épaisseur d’une ficelle de string.

De plus, niveau « pratique », il eut été plus intelligent d’intégrer directement les illustrations dans le texte plutôt que de les remiser à la fin, en appendice.

Comment qualifier ce WTF de roman ?

« Un peu de tout » car nous sommes face à une biographie vu l’auteur qui nous raconte sa vie, c’est une enquête mais sans suspense, ceci n’est pas une fiction et malgré la soupe indigeste des analyses en seconde partie, ceci n’est pas un rapport scientifique mais ça cumule tous les défauts de ces genres !

Je ne remets pas en question le coupable, Aaron Kosminski, il était dans les suspects, il est plausible et bien plus qu’un Walter Sickert, que le petit-fils de la Reine, son médecin personnel ou Columbo aidé de Derrick (bien que pour Derrick j’hésite, paraît qu’il était plus hargneux, jeune).

Merde, il y avait moyen de faire un bon bouquin, une enquête passionnante que l’on aurait dévoré, une traque sans faille, une théorie plausible et le tout fait pchiiit et on reste avec un goût amer dans la bouche tant avec le travail d’écriture d’un pro on aurait eu autre chose entre les mains.

Si la première partie était intéressante, la seconde est indigérable, lourde, et j’ai peiné pour arriver à la fin du livre, mais puisque le vin était tiré je l’ai bu, même en tant que piquette.

PS : Oh, des minis références !

Je voudrais d’abord remercier les experts et les historiens dont la passion pour l’histoire de l’Éventreur m’a fourni les bases et les informations qui m’ont aidé à me faire une première idée du mystère. Ce sont Paul Begg, Martin Fido, Stewart Evans et Donald Rumbelow.

étoile 1

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et Le Mois anglais 2016 (Saison 5) chez My Lou Book et Cryssilda.

[Série] Criminal Minds – Une série qui t’invite à la mise à mort !

Esprits criminels (Criminal Minds) est une série télévisée américaine, créée par Jeff Davis et diffusée depuis le 22 septembre 2005 sur le réseau CBS et en simultané au Canada sur le réseau CTV ou CTV Two.

En France, la série est diffusée depuis le 28 juin 2006 sur TF1, en Belgique depuis le 26 juillet 2006 sur RTL-TVI, au Québec depuis le 16 avril 2008 sur le réseau TVA ainsi que sur la chaîne AddikTV et en Suisse sur la RTS Un.

1. Synopsis :

Le département des sciences du comportement (BAU, Behavioral Analysis Unit en anglais), situé à Quantico en Virginie, est une division du FBI.

La série suit une équipe de profileurs, dirigée par l’agent Aaron Hotchner et amenée à se déplacer dans l’ensemble des États-Unis (et parfois ailleurs), chargée d’enquêter localement sur les criminels et les tueurs en série.

Chacun de ses agents a sa spécialité et sa personnalité, ce qui les rend complémentaires.

Profiler ?? Quécequecé ?? Le profilage criminel basé sur l’analyse comportementale est une méthode permettant à des enquêteurs de déterminer le profil psychologique d’un criminel.

Un « profileur » est une personne chargée de réaliser une ébauche du type de portrait psychologique d’une personne recherchée. Les termes « profiler » et « profilage » ne se réfèrent néanmoins à aucune réalité de profession et/ou d’analyse psychologique et/ou policière, mais a été inventé de toutes pièces et introduit par la télévision.

Bien que ces termes tendent du coup plutôt à s’étendre, on parlera majoritairement en milieu concerné d' »analyste comportemental« , de psycho(logue)-criminologue. Les intéressés préfèrent même parfois se présenter simplement comme gendarme, en France, ou agent du FBI, aux États-Unis.

Les dits « profileurs » sont essentiellement formés dans les pays anglo-saxons où ils sont titulaires du titre de psychologue ainsi que d’une maîtrise parfaite du droit criminel (souvent agrémentée de connaissances universitaires en victimologie et/ou en criminologie). Il est le plus souvent obligatoire d’être membre de la police ou de l’armée pour être requis en plus pour ses qualités en criminologie.

2. Acteurs principaux :

  • Thomas Gibson : agent spécial superviseur Aaron « Hotch » Hotchner, chef d’équipe
  • Joe Mantegna : agent spécial David Rossi (2007-)
  • Shemar Moore : agent spécial Derek Morgan et cochef d’équipe (lors de la saison 5)
  • Matthew Gray Gubler : agent spécial Spencer Reid, se fait aussi appeler Dr
  • Andrea Joy Cook : agent spécial Jennifer « J.J » Jareau (2005-2010) / (2011-)
  • Kirsten Vangsness : Penelope Garcia, analyste (Saisons 1 à présent) et agent de liaison
  • Jeanne Tripplehorn  : agent spécial Alex Blake

3. Verdict, docteur ? :

Là, rien à dire, j’ai marché à fond dans cette série dès sa diffusion !

Un concept « nouveau », des personnages attachants, des enquêtes différentes des autres et des profileurs. What’else ?

Le département des sciences du comportement (BAU – Behavioral Analysis Unit en anglais), situé à Quantico en Virginie, est une division du FBI.

La série suit une équipe de profileurs, dirigée par l’agent Aaron Hotchner et amenée à se déplacer dans l’ensemble des États-Unis (et parfois ailleurs), chargée d’enquêter localement sur les criminels et les tueurs en série.

Chacun de ses agents a sa spécialité et sa personnalité, ce qui les rend complémentaires.

Petite particularité, chaque épisode commence et se termine par une citation.

Le générique (musique composée par Mark Mancina) est construit à partir de véritables photographies de criminels et le tournage de la série a lieu principalement en Californie, à Altadena, Glendale, Long Beach, Santa Clarita ainsi qu’à Vancouver, au Canada.

Bien que maintenant, faute de temps, je ne suive plus la série comme avant, elle reste toujours dans mes séries policières préférées.

Niveau personnages, j’ai un faible pour toute l’équipe, chacun pour une raison différente.

  • Derek Morgan : je l’adore pour son côté « miam miam ». Oui, il est à croquer. Sinon, ce beau mâle a été délinquant dans sa jeunesse, avant de se ressaisir et de se retrouver au FBI. Derek, c’est aussi l’homme fort du groupe, celui qui sait se battre. Ses petites réparties avec Pénélope Garcia donnent aussi du sel aux épisodes, tout en montrant le côté « soudé » de l’équipe.
  • Penelope Garcia : la « miss informatique » du groupe. C’est en piratant le site du FBI qu’elle a été recrutée. Certes, lorsqu’elle travaille avec ses PC, il y a côté un peu « trop gros pour être vrai » car elle arrive toujours à avoir tout. Mais je l’adore.
  • Spencer Reid (docteur) : le petit génie en tout, celui qui sait tout, qui a une mémoire d’éléphant et un petit air décalé. Plus minouche avec ses cheveux courts que longs. Niveau biceps, faut pas compter sur lui. Il a des doctorats en chimie, mathématique, ingénierie, est diplômé en psychologie, sociologie et a suivi des cours de philosophie.
  • Aaron Hutchner : au départ, je le trouvais un peu froid, je n’avais pas beaucoup d’affinités avec lui, mais au fur et à mesure des épisodes et des saisons, je me suis attachée au personnage et j’ai souffert avec lui lors de la mort de sa femme. « Hotch » est un homme qui a été sans cesse tiraillé par l’envie qu’il avait de trouver un équilibre entre son travail et sa vie de famille. C’est aussi le chef du groupe, celui qui maintient la cohésion et les membres de l’équipe le respecte et l’apprécient aussi.
  • Emily Prentiss : elle a remplacé l’agent Greenaway (partie fin saison 1) et je dois dire que bien que j’ai eu quelque doute sur le personnage au départ, tout comme le reste de l’équipe qui la pensaient pistonnée. Mais comme eux, je me suis vite faite à elle et j’avais râlé aussi lorsque les producteurs avaient parlé de ne plus lui donner le rôle. Emily, c’est une profileuse très prometteuse, elle parle l’arabe, l’italien et le russe.
  • Jennifer « J.J » Jareau : elle, c’est la personne chargée des relations publiques au sein du département du FBI. C’est elle  qui parle aux médias et aux services de police qui font appel à nos profileurs. Un personnage que j’adorais aussi, mais qui nous a quitté aussi.
  • Jason Gideon : lui, c’était le meilleur profileur du BAU. Un personnage avec un lourd passé qui l’avait amené à faire une dépression nerveuse. J’aimais son calme, sa manière de parler, de ne jamais donner l’impression d’avoir peur. Pour moi, il était un des pilier de la série et j’avais eu très peu peur lorsque l’on annonça que l’agent Gideon  ne serait plus de la saison 3.
  • David Rossi : lui, c’était un des grand nom de la section BAU du FBI et notre homme était à la retraite (anticipée) et se consacrait à l’écriture. C’est lui qui est revenu au FBI, rongé par une vieille affaire et qui a pris la place vacante de Gideon. J’ai eu un peu de mal au départ avec l’agent Rossi, mais je m’y suis vite habituée.

L’avantage de la série, c’est que nous avons au départ, tout le processus de la mise à mort. On assiste, en direct, à ce qui se passe… sans voir le coupable, on est pas dans Columbo tout de même !

Tout le contraire des « Experts en tout genre », de Bones et autre NCIS qui commencent leur procédé narratif en nous présentant le cadavre avant que leurs enquêteurs se retroussent les manches.

Pour ceux qui ont lu « American Psycho » de Bret Easton Ellis (que j’ai lu et détesté), ils trouveront des similitudes dans la barbarie de certaines mises à mort orchestrée par le psychopathe Patrick Bateman.

Niveau méchants psychopathes, on nage dans la catégorie des Annie Wilkes de « Misery » (Stephen King) à la puissance 10 ou du terrible Hannibal Lecter du « Silence des agneaux ».

Sérieusement, les Méchants sont tous bien travaillés, ils fichent la trouille, sont intelligents, mais vantards et quelques uns sortent du lot : Georges Foyet (l’éventreur), Franck Breitkopf (tueur en série), Tobias Hankel (dédoublement de personnalité, il était soit lui-même, soit son père, soit l’archange Raphaël), Billy Flinn (le prince des ténèbres), Curtis (le réplicateur), et j’en passe !

Avec cette belle brochette de charmants serial killer et ses litres de sang, on comprend que la série « Esprits criminels » porte la plupart du temps le label « déconseillé aux moins de 12 ans ».

D’ailleurs, je remercie au passage notre chaîne belge, RTL-TVI, qui, au contraire de TF1, diffusait les épisodes dans l’ORDRE ! Merci à eux.

Mais revenons au procédé de narration qui nous changeait des autres

Selon Louis Mortier, neuropsychiatre, « qu’il s’agisse d’un roman, d’un film de cinéma ou d’un série télévisée, la mort peut être racontée de plusieurs façons« .

Trois en tout cas.

  • Première option, la plus classique : on reconstitue les circonstances de la mort autour du ou des cadavres. Le cadavre est réduit à un terrain d’expérience dont les indices mèneront au criminel.
  • Seconde option, beaucoup plus effrayante : on assiste à la mise à mort. Et pour peu que l’histoire soit bien écrite, c’est génial parce que ça fiche la trouille et que l’on se retrouve à crier « cours, mais cours !! » en sautillant sur son divan. C’est atroce. Encore plus atroce lorsque la victime est un enfant.
  • Troisième option enfin, inexistante dans les séries télévisée parce que trop intellectuelle : la suggestion. L’enquête se déroule sans qu’on voit jamais la victime.

Heureusement pour les téléspectateurs, la plupart des séries policières adoptent la première option comme procédé narratif.

C’est classique mais ça permet le « feuilletonnement ». La vie du ou des héros revêt autant, sinon plus, d’importance que les intrigues policière.

« Esprits criminels » en revanche, exploite à fond la seconde (on assiste à la mise à mort) et, avec bientôt 200 épisodes, ne laisse pas de fasciner les foules.

Par contre, parfois, j’ai l’impression que les scénaristes se laissent aller dans le côté « je suis un profiler et je déduis tout rien qu’en examinant votre brosse à dent ». Qu’ils apprennent qu’il a un abcès dentaire, je comprend, mais de là à deviner la couleur de ses chaussettes qu’il portait le mois dernier, c’est un peu gros.

OK, j’exagère aussi un peu…

Malgré ce petit bémol, il y a de la recherche dans les scénarios, du travail dans les Méchants, les héros sont travaillés, évoluent, en bien ou en mal et ne sont pas à l’abri d’une saloperie scénaristique !

Les acteurs ont été bien choisi (pour moi) et malgré que les saisons se suivent, elles ne se ressemblent pas.

Bref, une série un peu gore, très trash dans ses mises à mort, déconseillée aux enfants mais conseillée aux adultes qui veulent voir de l’hémoglobine et des vrais méchants très sadiques !

Jack The Ripper – 4. Deuxième victime : Annie Chapman

Comme vu précédemment, le premier meurtre ne déchainera pas « vraiment » les passions chez la maison Poulaga…

Par contre, la presse va commencer à s’enflammer une semaine après le meurtre sauvage de Nichols. Oui, une semaine pour réagir… je sais, je sais !

Nous sommes le 8 septembre 1888, c’est un samedi. Dans ce petit matin blafard et froid, un homme découvrit le corps d’une femme, juste après 6h du matin, dans une petite cour au numéro 29 de Hanbury Street.

Sa robe avait été relevée au-dessus de sa taille et elle avait été éventrée.

Que les âmes sensibles aillent vérifier leurs patates sur le feu, parce que la suite est moins poétique.

La tête de ce qui se révélera être Annie Chapman est presque détachée du tronc. Le meurtrier avait profondément coupé sa gorge de gauche à droite, dans le but de la décapiter.

Son ventre est béant et ses intestins sont placés sur son épaule gauche.

Niveau viscères, il manque à l’appel l’utérus, les deux tiers de la vessie ainsi que la partie supérieure du vagin. Les mutilations abdominales avaient été faites après la mort et une grande quantité de sang avait coulé autour d’elle.

[Fin des descriptions]

À ses pieds, on découvrit quelques pièces de monnaie et une enveloppe en papier portant la date du 28 août. On trouva également un tablier en cuir à côté de détritus.

Toutes personnes ayant des informations de première fraicheur est priée de se présenter au commissariat le plus proche, merci.

Annie Chapman, dite « Dark Annie » avait 47 ans. Née Eliza Ann Smith en septembre 1841 à Londres, mariée à John Chapman en 1869, elle était mère de deux filles et d’un fils invalide.

Annie était une prostituée sans logis, dormant dans les asiles de nuit lorsqu’elle avait assez d’argent. Si pas assez de fric, elle errait dans les rues à la recherche de clients qui lui donneraient quelques pièces pour se nourrir et se loger.

On ne peut pas dire qu’elle était jolie, elle avait un visage peu avenant et des dents pourries.

La nuit de son trépas, vers 2h du matin, un peu éméchée, elle avait été chassée de l’asile de nuit, car elle ne pouvait pas payer son lit. Elle croisa ensuite la route de celui qui lui fit accomplir le grand voyage vers son Créateur.

Annie ne le savait pas, mais elle avait la tuberculose. Elle s’était déjà sentie mal et l’avait signalé à une amie. Malgré tout, elle devait se faire quelques clients pour avoir de l’argent et dormir dans un des asiles de nuit.

Sa dépouille fut incinérée le 14 septembre 1888 à Manor Park.

Quelqu’un a-t-il vu ou entendu quelques chose la nuit de son meurtre ??

Bof, pas vraiment… Un témoin habitant de l’immeuble, affirma avoir entendu une femme crier « Non » à 5h20, mais avoua n’avoir pas eu le courage de regarder par la fenêtre.

Sur ce coup-ci, le tueur a été couillu, prenant un risque énorme en tuant Annie Chapman à cet endroit précis ! Dix-sept personnes habitaient là, dont 5 possédaient des chambres avec vue sur la scène du crime. Et certains avaient laissé leur fenêtre ouverte.

Personne n’avait rien vu ou presque rien d’exploitable. Incroyable, mais vrai.

Le risque de se faire surprendre était grand, avec le marché de Spitalfields qui ouvrait à 5h du matin et beaucoup de gens qui étaient déjà présents avant cette heure afin de préparer leurs étalages.

Pire : les rues autour du marché étaient remplies de véhicules commerciaux qui livraient leurs marchandises au marché.

Toutefois, personne n’avait entendu de bruit suspect, ni de cris, et personne n’avait vu qui que ce soit avec du sang sur ses vêtements ou un couteau à la main. Rien, que dalle !

C’est le Docteur George Bagster Phillips, chirurgien travaillant pour la police, qui fut appelé sur les lieux.

Annie Chapman devait avoir été assassinée deux heures auparavant, vers 4h du matin, selon son estimation.

Le fait qu’aucun résident ne l’ait entendu crier pouvait s’expliquer par le fait qu’elle avait sûrement été étranglée jusqu’à ce qu’elle perde conscience, puis égorgée et mutilée. Les incisions étaient nettes et précises.

Selon Phillips, ces mutilations étaient le travail d’un expert, ou du moins, quelqu’un ayant des connaissances en anatomie ou en examen pathologique. Cela éliminait les équarrisseurs et les bouchers.

Toujours selon le légiste, le tueur savait où trouver ce qu’il voulait comme organes, quelles difficultés il allait devoir contourner et comment il devait utiliser son couteau pour extraire les organes sans les abîmer.

Un tel travail avait dû demander au moins une heure, et en tout cas plus de 15mn (un témoin affirma avoir vu Annie Chapman vivante à 5h30 précise et son corps fut découvert à 6h00). Selon le Coroner Baxter, l’assassin était sans doute  » un habitué des salles d’autopsies« .

Niveau témoignages, le lendemain, une petite fille informa la police qu’elle avait vu, quelques maisons plus loin, une flaque de sang : les policiers déclarèrent qu’il s’agissait probablement d’une trace laissée par le tueur alors qu’il emportait les organes prélevés sur la victime.

Les enquêteurs discutèrent avec les amies et « collègues » d’Annie mais ne trouvèrent aucun suspect ni aucun mobile cohérent.

Quelques jours plus tard, les policiers arrêtèrent un boucher juif du quartier, John Pizer, en se basant sur le fait qu’un morceau de tablier de cuir aurait été retrouvé sur les lieux du crime.

Il fut toutefois rapidement établi que ce morceau de cuir n’avait aucun lien avec le crime : il appartenait à un locataire de l’immeuble, qui l’avait lavé et mis à sécher.

Pizer fut cependant incarcéré pendant deux jours, afin de permettre à la police de le disculper aux yeux de la foule qui voulait le lyncher.

À partir de ce moment, l’assassin fut qualifié de dément fanatique ou de maniaque sexuel, sans aucune connaissance en anatomie.

Niveau indices et témoignages,  Elizabeth Long affirma avoir vu la victime discutant avec un homme portant un chapeau de chasse et un long manteau sombre.

Bien qu’ayant vu l’homme discutant avec Annie Chapman de dos, elle le décrivit comme ayant une quarantaine d’années, pas très grand et semblait être un « étranger ». Il fut dit également qu’il boitait.

Tout comme l’avait fait à l’époque le coroner Baxter, certains ripperologues rejettent l’estimation de l’heure de la mort faite par le Docteur Phillipscar le médecin avait estimé l’heure de la mort NON PAS grâce à la température intérieure du corps (prise dans le rectum ou le foie), mais en touchant le corps et en observant la “rigor mortis”.

Tout qui a vu un épisode des « Experts » ou lu un livre avec la légiste « Kay Scarpetta » sait que plusieurs facteurs peuvent  contribuer à une perte rapide de la chaleur du corps.

Hors, nous le savons, le matin du 8 septembre était froid et la robe d’Annie était relevée pour exposer ses jambes, sans parler de son abdomen qui avait été complètement ouvert à tous les vents. Ajoutons aussi qu’elle avait perdu beaucoup de sang.

Selon ces éléments, Annie aurait été tuée APRÈS et non avant 4h30.

Vous suivez toujours ?? Moi, j’avais déjà englouti deux tubes d’aspirines à ce stade là !!

Un coup de théâtre se produira le 27 septembre avec une lettre qui arrivera à l’agence de presse « News Agency ». Tadâââââmmm !

Dit ainsi, ça à l’air banal, mais sachez que cette lettre était écrite à l’encre rouge (du sang ?), avec une légère inclinaison sur la droite et était signée « Votre dévoué Jack L’Éventreur ».

À suivre…

Jack The Ripper – 2. Première victime : Mary Anne Nichols

Comme je vous le disait, la prostitution était l’un des seuls moyens de survie pour une femme seule et de nombreuses femmes, pour subvenir à leurs besoins ou tout simplement survivre, étaient obligées de vendre leur corps en se prostituant occasionnellement.

Mary Anne Nichols, première victime présumée de L’Éventreur, faisait partie de ces prostituées occasionnelles.

Ce vendredi 31 août 1888, il faisait très sombre, le temps était froid et humide. Les rues étaient désertes à cause de l’incendie qui dévorait les entrepôts de la compagnie des Indes, sur Chadwell. Les gens étaient massés sur les rives de la Tamise pour regarder le spectacle pyrotechnique.

Vers 3h45 du matin, un charretier nommé Charles Cross bute sur une masse informe (on dit aussi qu’il a vu une masse au sol, mais vous savez que l’on ne sait rien) dans Buck’s Row.

Cette ruelle tient plus du coupe-gorge qu’autre chose et la proximité d’un abattoir tout proche fait que des remugles flottent dans l’air (ça sent pas la rose, quoi !).

Qu’avons nous là ?? L’homme est saisi d’effroi (enfin, je le suppose) devant le cadavre atrocement mutilé d’une femme.

À sa place, on aurait vomi tout notre quatre heures parce que la madame à eu la gorge tranchée d’une oreille à l’autre, violemment, sectionnant sa trachée et son œsophage. L’autopsie révélera que le cou était si profondément entaillé que les chers furent incisées jusqu’à l’os !

Pour les plus costaud, je préciserai que les entrailles ont été mises à nu, ses intestins enroulés autour de son cou et que ses organes génitaux ont été saccagés. Ses yeux étaient grands ouverts. Ses mains étaient froides mais ses bras étaient encore chauds. La femme avait également été frappée à la mâchoire.

Les plus sensibles peuvent revenir, on en a fini avec les descriptions dégueu du premier meurtre.

L’autopsie conclut que la victime fut d’abord étranglée et que l’assassin était un gaucher, fait démenti plus tard par de nombreux criminologues.

La première victime, Mary Ann Nichols, dite « Polly » était née en 1845, mariée à William Nichols, mère de cinq enfants et était séparée de son mari depuis 1882. Elle avait 42 ans. Son corps fut identifié par son père et son époux.

Elle fut incinérée dans le cimetière de Lford le 6 septembre 1888.

« Que fait la police ? » me direz-vous. Ben la volaille, elle s’en fou un peu, voyez-vous. Si le meurtre avait eu lieu dans les beaux quartiers chics, les roussins se seraient remué le cul directement, mais là, nous sommes dans les bas-fond de l’East-End.

Dans les beaux quartiers et à l’Ouest, l’opulence s’affiche, tout le contraire de l’East End.

Dans le West End, c’est Londres impériale, c’est Londres beaux quartiers, c’est Londres l’arrogante, c’est Londres l’ opulente. Là-bas, c’est le Londres des palais, des grands magasins et des clubs enviés par le monde entier.

Si les meurtres de prostituées n’étaient pas rares à Whitechapel, pour ne pas dire « monnaie courante », les mutilations brutales qui furent accomplies sortaient de l’ordinaire.

Si la bonne société s’intéressera aux meurtres de celui qu’on ne nomme pas encore l’Éventreur, en revanche, elle s’intéressera peu à ses victimes. Whitechapel et sa misère sont loin, Whitechapel, c’est un quartier où on ne pénètre pas, c’est un quartier oublié de la morale victorienne.

Morale qui reposait sur la religion, les valeurs familliales, la fidélité, la monogamie et sur la célébration des valeurs familliales, avec le refus des relations extra-conjugales.

Oui, je sais, ça, c’était la théorie, dans la pratique, il n’en était rien, mais vous savez, tout comme moi, que les façades étaient importantes ! Si certains se tenaient éloignés de Whitechapel, d’autres, en revanche, n’hésitaient pas à franchir le pas afin d’assouvir dans les ruelles glauques.

Les aristocrates allaient chercher à Whitechapel des plaisirs faciles, ils allaient voir les taudis et les filles de joie comme d’autres auraient été au zoo voir des curiosités.

En ce qui concerne les journaux de l’époque, quotidiennement remplis d’articles sur des femmes assassinées, mutilées ou brûlées vives, ils avaient considéré le meurtre de Nichols comme « étrange », mettant ainsi le doigt sur la particularité du mode opératoire du tueur sur la victime.

C’est tout…

Autrement dit « À l’East-End, rien de nouveau ».

À suivre…

Jack The Ripper : Intro

POLAR VIC - JackLondres… 1888. Vous arpentez les ruelles sombres, évitez les soulards qui vomissent tripes et boyaux dans ce qui sert de caniveau…

Le temps est humide, vous relevez un peu les pans de votre robe qui a pris l’humidité et vous faites tourner votre sac à main dans les airs. Si on peut appeler ça un sac à main, déjà.

Il y a de l’animation, mais peu de clients… Hormis ceux qui veulent que vous leur fassiez tout le programme pour un farthing (pièce en bronze valant 1/4 de penny, soit 1/48 de shilling ou 1/960 livre).

À ceux là, vaut mieux leur conseiller grivoisement d’aller se la tirer tout seul derrière un pub. Déjà que deux pences, c’est pas cher payé pour tirer son coup. Deux fois moins cher qu’un pain.

— Non, mais, y’s’prennent pour qui, eux ? Écarter mes cuisses pour un demi-pain, ça va pas la tête ?

Il fait de plus en plus sombre et le seul client de la soirée est bien loin, déjà. Vous sentez encore sur vos lèvres le goût de son zob qui n’avait plus été lavé depuis des lustres et qui avait des choses pas nettes sous la peau de son prépuce. Mais le foutre a eu largement le temps de sécher entre vos jambes.

Le client est rare ce soir, ils sont tous agglutinés sur les rives de la Tamise pour regarder le feu dévorer les entrepôts de la compagnie des Indes, à Chadwell. Vu les produits inflammables qui y étaient entreposés (gin, alcool), sont pas prêt de l’éteindre, ce feu de joie !

Au hasard d’une ruelle plus sombre, celle de Buck’s Row, alors que vos pas résonnent sur les pavés inégaux de la ville, vous entendez un souffle.

— Tu viens, chéri ? lui demandez-vous avec votre voix la plus sensuelle, ce qui n’est pas facile avec quelques dents en moins.

Il hésite, se retourne quelques fois – encore un timide ou un qui ne veut pas se faire surprendre – et s’approche de vous.

Un noble, sans aucun doute… Il porte un haut-de-forme et une longue cape noire de belle facture. Un sourire montre une rangée de dents bien blanches et soignées.

Voulant gagner plus, vous lui faites :

— Pour toi, ce sera deux shillings (1 shilling égale 12 pence ou 1/20 de livre). Si tu veux, je te le ferai avec les deux mains et la langue…

— Je vous préviens, fait-il d’une voix saccadée, j’en ai une longue.

— J’adore ça ! répondez-vous en faisant semblant d’être intéressée.

À vous, on ne la fait plus. Tous les hommes disent qu’ils en ont une grande et au final, vous vous retrouvez avec une p’tite saucisse Zwan version « Plateau Télé » dans la main et quand ils la mettent là où il faut, vous ne sentez rien.

Aucune de vos collègues arpenteuses n’est jamais tombée sur un Rocco Siffredi.

— Tu m’la montre ? lui faites vous en vous approchant de l’homme, la démarche aguicheuse, fermant votre bouche pour cacher vos dents noires.

Collée contre lui, vous ondulez un peu du bassin contre son pelvis et vous le sentez fouiller sous sa cape… à la recherche de sa petite bite, sans aucun doute, et intérieurement, vous soupirez parce que ça va encore aller très très vite.

— Allez, montre-moi ton grand bazar, que j’ai l’impression d’accoucher quand tu l’enlèveras d’entre mes jambes, lui proposez-vous grivoisement afin d’accélérer les choses et de rentrer vous réchauffer.

— Il est très très grand, murmure-t-il en se mouvant afin de se tenir dans votre dos.

Allons bon, pensez-vous, encore un adepte de l’entrée des artistes…

Ses mains remontent le long de votre corps et vous caresse la gorge. Ses mains refouillent la cape… Vous pensez qu’il va enfin vous sortir son petit engin… mais c’est un foulard rouge qu’il met à jour…

Un adepte du bondage ? Non, ce foulard, il le passe à votre cou, fait jouer l’étoffe contre votre gorge et soudain, il enserre votre cou. Vous mettez instinctivement vos mains à votre gorge, tentant de desserrer le foulard maudit qui vous coupe la respiration et vous écrase la trachée.

Vos pieds s’agitent, l’un tape dans le mollet de votre agresseur, lui arrache un léger cri de douleur, mais son étreinte mortelle ne se desserre pas d’un millimètre.

Vous suffoquez… plus vous vous débattez et plus vous gaspillez votre précieux air. Il s’épuise, cet oxygène, carburant de votre vie.

Au lieu d’enfoncer son sexe dur dans votre intimité comme vous le pensiez, l’homme que vous avez croisé plongera ensuite sauvagement une lame de 30 cm dans votre ventre. Puis, il s’acharnera sur votre pauvre corps.

Mais cette suite du programme, vous ne saurez pas la raconter parce que vous êtes déjà morte depuis quelques secondes, étouffée… étranglée. La vie vous a déjà quittée…

Vous étiez Mary Ann Nichols et ce le 31 août 1888, on vous a retrouvée égorgée et éventrée à Whitechapel.

 

Hé oui, si je vous parlais de la saison de « Ripper Street » hier, ce n’était pas en toute innocence. J’avais envie depuis longtemps de me pencher sur Jack The Ripper et la tenue du « Mois Anglais » m’a fait sortir mes vieux dossiers pour l’occasion.

Mon reportage consacré à Jack The Ripper sera divisé en plusieurs épisodes afin de ne pas vous scier avec un texte énoorme.

Ceci était l’intro et ensuite, on commencera avec un article sur l’East End et puis nous passerons à la première victime que je viens de citer : Mary Ann Nichols.

Mes sources sont essentiellement :

– Hors Série Science & Vie N°263 – « 10 crimes historiques élucidés par la science ».
– Wiki pour les dates de naissance et pour avoir une vision globale de l’affaire.
– « Les grands crimes de l’histoire » de Bellemare en version numérique.
– Le reportage de France 5 « Qui est vraiment Jack L’Éventreur »(dossier Shepper).
– Le reportage de France 3 « L’ombre d’un doute : Jack L’Éventreur, son vrai visage ».

Je ne me suis pas appuyée sur mes futures lectures que seront « Jack l’éventreur démasqué : L’enquête définitive » de Sophie Herfort, ni sur « Le livre rouge de Jack L’éventreur » de Stéphane Bourgoin car je n’aurais jamais eu le temps de faire ces articles !

Pas de panique, ces deux auteurs étaient invités sur l’émission « L’ombre d’un doute : Jack L’Éventreur, son vrai visage », je sais donc QUI Herfort a sorti de son chapeau comme nom.

PS : Titine, pour ton challenge, considère tous les articles comme étant un seul élément… ou compte les séparément. C’est toi le chef, de toute façon ! 😉

PS 2 : Ceci n’est pas une étude réalisée en vue d’une publication universitaire ! Juste un « amusement » de ma part à rassembler un peu tout ce que j’ai lu, vu, entendu, sur l’affaire de Whitechapel. Je rédige le tout en vitesse pour avoir tout présenté pour le 30 juin.

Il existe de nombreuses informations sur l’Éventreur et elles sont souvent différentes, divergentes et contradictoires en ce qui concerne les suspects, les faits, ou le déroulement. À la fin, ayant entendu tout et son contraire, je ne savais plus trop à quel saint ma vouer, surtout dans les identités des gens qui avaient découverts les corps.

Il se peut que vous ayez lu ou vu « autre chose »… La vérité est de toute façon ailleurs.

Purgatoire des innocents : Karine Giebel

Titre : Purgatoire des innocents                      big_5

Auteur : Karine Giebel
Édition : Fleuve noir (2013)

Résumé :
Raphaël a passé des années en prison pour vols à main armée puis pour récidive. Pendant son absence, sa mère est morte de chagrin tandis que son jeune frère William prenait le même chemin que lui. Raphaël, à sa libération, entraîne celui-ci dans leur premier braquage en commun, une bijouterie de la place Vendôme, avec la complicité d’un jeune couple.

L’affaire tourne mal, un policier et une passante sont tués, et William est grièvement blessé.

Leur cavale devient pour Raphaël une véritable course contre la montre : il faut sauver son frère. Les quatre fuyards atterrissent à quelques heures de Paris, et trouvent le numéro d’une vétérinaire, Sandra, qu’ils prennent en otage chez elle, dans sa ferme isolée, et forcent à soigner William. Sa vie contre celle du braqueur. C’est dans cet état d’esprit que Sandra doit opérer dans son salon, sans trembler, elle qui n’est pas chirurgienne.

Mais les jours passent et William n’est toujours pas en état de reprendre la route. Et lorsque le mari de Sandra prévient sa femme de son retour, tous attendent. Les uns de le prendre également en otage et Sandra d’être sauvée… ou peut-être autre chose…

Critique : 
Une fois de plus, madame Giebel vient de me lessiver, de m’essorer, me broyer, me concasser, me laminer, me laissant à la fin dans un état pitoyable, les larmes aux yeux.

Ceci est un livre fort, pas conseillé aux gens sensibles… Sauf si ils veulent passer à un autre genre.

Une écriture qui fait mouche, des phrases qui claquent, un scénario qui ne vous laisse aucun répit, un huis-clos oppressant qui fera basculer toutes vos certitudes…

C’est ça la marque de fabrique de cette auteure : d’une situation bien claire telle que « Quatre braqueurs, dont un blessé grave, qui viennent de réussir le casse du siècle – qu’à côté le Glasgow-Londres commence à rougir – et qui se réfugient chez une pauvre vétérinaire seule durant quelques jours, l’obligeant à recoudre le blessé et lui menant la vie dure » l’auteure peut changer toutes les cartes et vous faire chavirer dans un scénario qui fera capoter totalement vos petites certitudes du départ, vos empathies sur les personnages et toussa toussa…

Sérieux, quel serait le comble pour une bande de braqueurs, une bande de loups enragés, prêt à tout parce qu’ils ont des millions en bijoux, un blessé dont le frère ne veut pas le laisser dans cet état, et qui font irruption dans une bergerie où une femme – faible mouton – se trouve toute seule durant quelques jours, son mari étant absent ??

Le comble du comble pour ces loups affamés et sans émotions, infiltrés dans une bergerie serait que… Non, laissez tomber, vous ne trouverez pas !

Madame Giebel excelle dans l’art de nous rendre sympathiques des personnages qui seraient détestables de prime abord. J’avais déjà tremblé pour Marianne dans « Meurtre pour rédemption », alors qu’elle était une criminelle recluse, et ici, j’ai tremblé pour des êtres que je n’aurais pas voulu croiser au détour d’une bijouterie ou d’une banque.

Le huis-clos est oppressant, tendu, mais le dernier quart est le plus dur à lire, c’est celui qui fait le plus mal, la violence abjecte devant notre lot permanent dans ces pages.

« La douleur est une bonne compagne, fiston. Parce qu’elle est la plus fidèle qui soit. »

Certains hurleront à la surenchère de violence, mais moi, je dis « non, elle est logique » et on nous laisse souvent imaginer ce que fut le calvaire plutôt que de nous l’écrire.

Et ce n’est que le début, les prémices d’un jeu qui ne connaît qu’une issue. Un jeu dont il a truqué les règles, où la proie n’a aucune chance. (…) Il lui enlèvera tout ce qu’elle a. Absolument tout. La mettra à nu, l’écorchera vive. Jusqu’à ce qu’il ne reste que son essence. Puis jusqu’à ce qu’il n’en reste rien.

Moi, j’ai vibré, j’ai tremblé, j’ai espéré… et quelques larmes j’ai versé.

Il est des personnages de ce livre que je ne suis pas prête d’oublier de sitôt.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014).

Terminus Elicius : Karine Giebel

Titre : Terminus Elicius                                            big_4

Auteur : Karine Giebel
Édition : Pocket (2008)

Résumé :
Istres-Marseille. Pour Jeanne, la vie est ponctuée par cet aller-retour ferroviaire quotidien entre son travail de gratte-papier au commissariat et la maison de sa mère.

Elle attend néanmoins qu’un événement vienne secouer le fil de son existence: un regard, enfin, du capitaine Esposito?

La résolution, peut-être, de cette affaire de serial killer qui défraie la chronique phocéenne?

« Vous êtes si belle, Jeanne Si touchante et si belle. » Ce soir-là, une lettre, glissée entre deux banquettes, semble combler toutes ses espérances. Un peu trop, même.

Car derrière le mystérieux soupirant se cache le meurtrier tant recherché par la police.

Commence alors une correspondance amoureuse qui, pour Jeanne, n’aura de terminus qu’au bout de l’enfer…

Critique : 
Ma vision des trains se résumait à deux choses : les nombreux retards de la SNCB (certains trajets sont moins rapide en 2014 qu’en 1934, c’est vous dire) ou Jean Lefebvre dans la 7ème compagnie et ses chipoteries dans la loco afin de trouver les freins, ponctuées de sifflet de cette même loco, additionné de « Non, c’est pas ça. Ça, c’était « touche pas à ça, p’tit con ». C’est vous dire que je m’y connaissais, en réseau ferroviaire !

Maintenant, je pourrai frissonner en repensant aux petits mots glissés à côté du siège de Jeanne, personnage central du roman de Giebel.

Premier point qui m’a saisi lors de ma lecture, c’est que le personnage principal, Jeanne, n’est pas vraiment le genre de personnage que je m’attendais à trouver. On est loin d’un personnage habituel (le personnage fort).

Voyez pas vous-même : elle vit encore chez sa mère qui est limite castratrice, bien qu’elle travaille au commissariat de Marseille, elle n’a pas de vie sociale car pas de relations amicales avec ses collègues, dans le train, elle s’assied sur un siège solitaire.

En plus, elle a des tocs, parle toute seule ou plutôt à son autre moi et rase presque les murs. Bref, une femme transparente – ce qui m’a déstabilisée – m’attendant à une femme plus dans les normes.

Le visage de Jeanne se crispa de colère. je ne lui parlerais plus jamais ! Plus jamais ! Et je ne trahirais pas Elicius ! Le double continua à protester. Avec véhémence. Et Jeanne essaya de ne plus entendre sa voix… Depuis des années, elle essayait de ne plus l’entendre. En vain. Parfois, elle avait envie de le tuer. Tuer l’autre. Même si l’issue du combat était fatale. Pour ne plus l’entendre. Pour oublier, aussi ? Mais depuis quand la chose avait-elle envahi son âme ? Elle ne s’en souvenait pas.

Par contre, c’était une merveilleuse idée de la faire ainsi, la Jeanne, parce que cela faisait d’elle une personne plus facilement impressionnable, ce qui ajoutait un « truc » en plus dans le déroulement de l’histoire et ce fut une surprise bien agréable !

Surprise aussi que dès la deuxième lettre, le mystérieux Elicius lui avoue d’emblée qu’il est le meurtrier qui sévit dans la région et dont les policiers du commissariat de Jeanne cherche désespérément à arrêter.

« Hier soir, j’étais avec une autre femme que vous. Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle. Juste le temps de la tuer… »

Y a pas à dire, l’auteur a vraiment le don de me surprendre et de me mettre sur mon fondement sans perte de temps inutile. Je ne m’attendais pas à cette révélation, pensant que Elicius allait jouer un peu plus avec Jeanne avant de tout révéler. Ben non, et ce fut encore plus jouissif.

Le roman est court, juste 250 pages : pas de temps mort. Suivre les pensées, les interrogations, les angoisses, les joies et la vie minable de Jeanne furent un moment fort, impossible de décrocher.

Tandis que l’inspecteur Esposito ne sait plus où donner de la tête avec les meurtres qui se succèdent sans qu’il semble y avoir un mobile apparent ou des points communs entre les victimes, le cœur de Jeanne vibre d’amour pour son mystérieux Elicius qui sait lui parler et trouver les mots qu’il faut.

« Vous n’avez pas conscience de votre beauté, Jeanne. On dirait même que vous faites tout pour la cacher. De quoi avez-vous donc peur ? Peur que l’on vous regarde ? Que l’on vous trouve belle ? Parce que vous êtes belle, Jeanne ».

Mais Jeanne ne nous livre pas toute sa vie, il reste des parts d’ombre et on s’interroge : comment tout cela va-t-il évoluer ? Se terminer ? Et les pages défilent plus vite, l’adrénaline nous faisant lire plus rapidement, avec fébrilité.

J’avais deviné un tout petit morceau du mobile, pas « toute l’affaire », loin de là, et puis hop, j’ai encore ei droit à des surprises à la fin !

Une belle écriture, un scénario bien pensé, bien pesé, un personnage central différent de ce que l’on pourrait croire, un récit bien rythmé et des palpitations cardiaques avec Jeanne, dans le train.

Madame Giebel vient encore de me faire passer un bon moment !

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014) et  Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle (Prix marseillais du polar).