Le livre de la jungle – Tome 1 : Walt Disney Company (d’après Rudyard Kipling)

Titre : Le livre de la jungle – Tome 1

Auteur : Walt Disney Company (d’après Rudyard Kipling)
Édition : Hachette Bibliothèque verte (1967)
Édition Originale : The Jungle Book
Traduction : Jean Muray

Résumé :
Mowgli, un petit garçon perdu dans la jungle, est élevé par une louve. Mais un danger le guette : Shere Kahn, le tigre mangeur d’hommes, rôde…

Heureusement, Bagheera et Baloo sont là qui veillent sur lui.

Critique :
Jeune, je n’étais pas une acharnée du dessin animé, contrairement à ma petite soeur qui l’a regardé tellement de fois que la bande de la K7 en était usée.

Là, des tas de jeunes sont aller demander à Google ce qu’est une K7.

Fatalement, à force de la voir plantée devant Le Livre de la Jungle, j’ai commencé à le connaître par coeur aussi.

Malgré le fait que je ne savais plus rien des détails de l’histoire (hé, ça fait 25 ans au moins qu’elle a arrêté de le passer en boucle), en lisant le roman tiré du dessin animé, les images revenaient dans ma mémoire.

L’histoire est simple : Mowgli, élevé par les loups, doit les quitter car Shere Kahn le grand tigre veut le dévorer tout cru et comme les loups ont les chocottes du tigre mangeur d’Hommes, ils foutent Mowgli dehors, lui disant que maintenant, il est temps pour lui de repartir chez les siens, les Hommes. Sympa les gars…

Mowgli, c’est un peu l’histoire d’un enfant qui doit trouver qui il est et arrêter de s’identifier à tous les animaux qui passent ou de les croire super sympa et inoffensifs. Il doit grandir et pour ça, il faut écouter la voie de la sagesse incarnée dans la panthère Bagheera et pas celle de l’ours Baloo, infiniment plus drôle mais pas sérieuse.

Même si Kaa n’a pas dit « Aie confiance », je me suis sentie hypnotisée et j’ai ri en revoyant les images du python tombant de l’arbre. Mais pour cela, il faut encore des images du dessin animée de coincée dans le cerveau, sinon, en roman, le rendu est moins comique.

Mowgli, c’est aussi un enfant qui a appris la trahison : celle du clan des loups, d’abord, vite pressés de l’envoyer parmi les siens, puis celle de Baloo lorsqu’il lui explique, tant bien que mal, qu’il doit retourner au village et non pas vivre avec lui.

Mowgli, c’est aussi un roman/dessin animé où il n’y a pas de grand méchant machiavélique, comme le Jafar de Aladin, par exemple ou le Scar du Roi Lion, pour ne citer qu’eux.

Shere Kahn a beau être un prédateur, un mangeur d’Hommes, au final, on en parle beaucoup pour pas grand-chose puisque ce dernier apparaît tout à la fin, roule les mécaniques et puis dès qu’on lui roussi deux poils de moustache (même pas de cul), se prosterne aux pieds de Mowgli, jurant qu’on ne l’y reverra plus…

Et il s’en va, tenant sa promesse, alors qu’un vrai grand méchant, après avoir endormi la méfiance du gentil, lui aurait sauté dessus sournoisement. Ben non, Shere Kahn n’a qu’une parole. Tout ça pour ça, alors ? Ça valait bien la peine de tant faire !

La version de Disney n’est pas celle de Kipling, moins sombre, plus drôle, sans la musique dans le roman, mais elle fait du bien au moral, elle égaye la journée et offre une sacrée cure de jouvence pour par cher puisque acheté en seconde main pour des cacahuètes.

Après ces deux récréations, je vais revenir à du plus sombre, à du vrai noir de noir puisque je m’en vais étudier le comment du pourquoi le gang des Mara Salvatrucha, MS13 pour les intimes. Les affaires reprennent…

Le Challenge Animaux du monde 2020 chez Sharon [Lecture N°03].

Sherlock Holmes (BéDétectives) – Tome 5 – La bande mouchetée : André-Paul Duchâteau & Stibane

thumb.php

Titre : Sherlock Holmes – T5 – La bande mouchetée

Scénariste : André-Paul Duchâteau
Dessinateur : Stibane

Édition :  Bdétectives – Claude Lefrancq n°34 (1995)

Résumé :
La jeune Helen Stoner consulte Sherlock Holmes à propos d’évènements étranges ayant eu lieu dans son château. Sa sœur a trouvé la mort peu avant son mariage dans des circonstances mystérieuses auxquelles leur beau-père, le Dr. Roylott, ne semble pas étranger.

Helen, dont le propre mariage est proche, se voit obligée par son beau-père d’occuper la chambre et le lit dans laquelle sa sœur a trouvé la mort. Holmes et Watson passent une nuit au château pour élucider ce problème. Y réussiront-t-il ?

le-ruban-mouchetc3a9Critique :
Ma joie avait été immense lorsque la collection Bdétectives avait publié l’adaptation en bédé de ma nouvelle canonique préférée.

La joie fut vite douchée car tout l’album n’est pas consacré à cette nouvelle (20 pages) mais l’autre moitié est pour une Untold Stories « L’affaire du fantastique baron Maupertuis ».

Untold quoi ?? Conan Doyle prit un malin plaisir à nous mettre l’eau à la bouche en nous énumérant tout au long du Canon, des aventures inédites vécues par Holmes et Watson dont nous n’avions pas eu récit.

Toutes ces aventures, aux titres souvent mythiques, synonymes de mystère et de brouillard ont lancé de nombreux débats parmi les adeptes de Sherlock Holmes et bien des scénaristes s’y sont engouffrés, avec succès ou pas.

Ce qui m’a fâché, ici, ce sont les raccourcis pris par le scénariste, zappant toutes les choses importantes de cette nouvelle, mettant la cliente, Helen Stoner, fort en retrait et je déplore aussi des erreurs dues sans doute à une mauvaise relecture (ou à pas de relecture du tout ?).

Exemple : Helen raconte à Holmes la nuit où sa sœur est morte et le détective lui demande si elle a bien entendu un bruit métallique et un sifflement. Hors, Helen n’en a pas parlé dans les cases précédentes. Raccourci ? Don de médium ? Holmes savait déjà la solution de cette enquête ??

Quand je vous parlais qu’il manquait des choses importantes, c’est tout le sel des personnages qui est le grand absent de ces pages et qui pourraient éclairer les novices sur la personnalité de Sherlock Holmes, notamment son désintéressement de l’argent, ses scrupules à avoir emmené Watson au devant de danger et les quelques explications qu’il donne à Watson, lui faisant comprendre qu’ils sont arrivés à temps pour sauver leur cliente d’un meurtre subtil et horrible.

Putain de merde, j’avais salivé pour rien entre le moment où je l’avais acheté et le moment où je l’avais lu (quelques heures). Depuis, j’ai même plus envie de le relire. Oui, je suis maso, je sais.

« L’affaire du fantastique baron Maupertuis » est fidèle à la trame de nombreuses histoires de Ric Hochet : on commence fort et cela flirte déjà dangereusement avec le non-sens.

Pour le reste, un baron participe à un duel et il s’avère que l’homme contre lequel il se bat – retrouvé mort ensuite – est un proche de la Couronne britannique.

Ça part dans tout les non-sens possible, avec la présence d’un colonel et d’une carabine à air comprimé.

Au final, il faut réfléchir pour recomposer le puzzle dans son entièreté, tellement les faits sont embrouillés.

Aspirines, please !

étoile 1

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, Challenge British Mysteries chez My Lou Book et Le Mois anglais 2016 (Saison 5) chez My Lou Book et Cryssilda.

CHALLENGE - Mois Anglais 2015 Minions