Sherlock Holmes – Recueil d’enquêtes détonantes : Gareth Moore

Titre : Sherlock Holmes – Recueil d’enquêtes détonantes

Auteur : Gareth Moore
Édition : Hachette Pratique (23/02/2022)
Édition Originale : The Sherlock Holmes casebook and curious puzzles (2022)
Traduction : Laurence Gravier

Résumé :
Affrontez le plus grand des détectives avec cette collection d’énigmes et d’enquêtes aussi diaboliques que divertissantes. Certaines impliquent de la logique, d’autres un œil de lynx et d’autres encore quelques notions de mathématiques.

Utilisez vos pouvoirs de déduction logique et voyez si vous pouvez égaler l’intellect démesuré de Sherlock Holmes.

Non seulement, ce recueil collectionne des énigmes à méditer brillantes et mettant en scène les plus célèbres personnages de l’univers holmésien, mais vous plongerez aussi dans l’ère victorienne grâce aux illustrations originales à la plume et à l’encre de Sidney Paget et George Wylie Hutchinson.

• 200 énigmes à résoudre
• Des heures de divertissement
• Le charme de l’univers holmésien

« Mon esprit se rebelle en stagnation. Donnez-moi des problèmes, donnez-moi du travail, donnez-moi le cryptogramme le plus abstrus ou l’analyse la plus complexe, et je suis dans ma propre atmosphère. » Sherlock Holmes, Le signe des quatre.

Critique :
Bien que je ne sache pas résoudre toutes les énigmes (j’en loupe même beaucoup), je suis incapable de résister à un recueil d’énigmes proposées par le grand Sherlock Holmes !

Dans ce recueil, il y a un peu de tout. Pour certaines, la solution m’a sauté aux yeux, pour d’autres, malgré l’activation de toutes mes petites cellules grises, je n’ai pas réussi à donner la réponse au Maître.

Les énigmes sont mises en scène, l’auteur posant un décor rapide, ainsi que ses personnages, le tout sur une page (certaines énigmes sont très courtes). On peut avoir Holmes et Watson en déplacement pour une enquête, ou Holmes racontant une ancienne enquête à lui.

Ne cherchez pas des cadavres, il n’y en a pas à toutes les énigmes, vous aurez même probablement entendu certaines devinettes ailleurs (plus corsées que « Qu’est-ce qui est jaune et qui attend ? »). Tant mieux, ainsi, vous aurez l’impression d’être l’égal du locataire du 221b, Baker Street.

Les petites illustrations de Sidney Paget et de George Wylie Hutchinson agrémentent ce recueil, assez épais, possédant une belle couverture, douce au toucher.

Par contre, en ajoutant à ce recueil, deux nouvelles de Conan Doyle (Un scandale en Bohème / L’interprète grec), cela donne l’impression qu’on a voulu épaissir le livre de manière frauduleuse.

Soit Holmes n’est pas un inconnu pour l’acheteur et ce dernier a lu l’intégrale de ses aventures (ce sera donc une redite), soit l’achat de ce recueil a été fait pour les énigmes (ou par erreur), mais dans ce cas, les néophytes auraient très pu aller acheter les écrits de Conan Doyle ensuite.

Anybref, ce recueil d’énigmes est à réserver aux personnes qui souhaitent faire travailler leurs petites cellules grises, en compagnie de Watson & Holmes.

Je me suis amusée à tenter de résoudre les différentes énigmes. Mon cerveau étant rouillé, je n’ai pas réussi de manière brillante, mais ceci, on ne le dira à personne. Cela reste un recueil amusant et c’était plaisant de retrouver Holmes et Watson.

#MoisAnglais2022

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°251] et Le Mois Anglais – Juin 2022 (Chez Titine et My Lou Book).

Enola Holmes – 07 – Enola Holmes et la barouche noire : Nancy Springer

Titre : Enola Holmes – 07 – Enola Holmes et la barouche noire

Auteur : Nancy Springer
Édition : Nathan (10/11/2021)
Édition Originale : An Enola Holmes Mystery, book 7 : Enola Holmes and the Black Barouche (2021)
Traduction : Rose-Marie Vassallo

Résumé :
Aidée de son frère Sherlock, Enola Holmes doit résoudre l’énigme de la disparition d’une jeune Lady. Son époux dit qu’elle est morte, mais elle aurait été emmenée par une mystérieuse calèche noire…

Avec son culot et sa débrouillardise légendaires, Enola va devoir affronter la folie et le monde secret des asiles pour mettre au jour une grande conspiration !

Critique :
Lorsque j’ai appris qu’un nouveau tome des enquêtes d’Enola Holmes était sorti, je me suis précipitée dessus et attendu le bon moment pour le lire (juin et son Mois Anglais).

Si vous n’avez jamais lu cette série jeunesse, pas de panique, il y a un bref résumé des évènements importants qui ont eu lieu dans la vie de la jeune soeur de Sherlock Holmes.

Première surprise : Enola est chez Sherlock lorsqu’on lui propose cette affaire et, encore mieux, elle va enquêter de son côté, mais aussi avec son frère.

Voilà une série jeunesse qui ne prend pas ses jeunes lecteurs pour des nouilles sans neurones ! On a des verbes à l’imparfait, au passé simple (rhôô, ça va leur faire mal à la cervelle), et en plus, des informations sur l’époque victorienne et ses petites saloperies envers les femmes, qui, rappelons-le pour ceux qui ne suivent pas, n’avaient quasi aucun droit (ou alors, ceux d’un enfant mineur).

Souvent, les gens froncent les sourcils devant Enola qui voyage seule, sans chaperon ou sans bonne, femme de chambre, bref, sans personne pour veiller sur elle.

L’avantage de cette série, c’est que l’on apprend beaucoup de choses sur l’époque victorienne, notamment les mœurs, les vêtements, les moyens de locomotion… Une véritable mine d’or d’informations.

De plus, les romans composant cette série ont beau être classé en « jeunesse », ils ne prennent jamais les lecteurs pour des crétins, ce qui fait qu’un(e) adulte peut les lire sans problème. Jamais je n’ai eu l’impression d’être dans de la sous-littérature.

Les problèmes rencontrés par Enola, durant son enquête, sont en phase avec l’époque (par contre, un cheval qui n’en fait qu’à sa tête, c’est intemporel) et les situations, bien qu’elles trouvent toujours une solution, restent contemporaines à l’époque victorienne.

Le récit ne manque jamais de rythme, d’action, sans que jamais cela ne devienne trop rapide. L’écriture comporte des petites touches d’humour, des passages amusants, mais aussi des plus forts, comme cette visite à Bedlam.

Anybref, ce 7ème tome est une réussite, l’enquête n’est pas simple, elle n’est jamais bâclée et permet de nous en apprendre un peu plus sur les saloperies qu’un homme pouvait faire à une femme, considérée parfois comme moins qu’un objet de décoration.

Une lecture très agréable, un roman policier qui se lit tout seul, sans pour autant être sans profondeur, une enquête menée tambour battant par Enola et son grand frère.

C’est une bonne chose que de retrouver Enola aux affaires et j’espère que d’autres tomes suivront, en gardant cette qualité que les précédents possèdent.

PS : Le prénom de la cliente qui vient chercher de l’aide chez Holmes est Tish (abréviation de son prénom Letitia). Désolée, mais en Belgique, surtout à Bruxelles, ça fait pouffer de rire. Mesdames, si un homme vous propose de vous montrer son Tish, sachez que vous verrez son petit oiseau !

#MoisAnglais2022

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°226] et Le Mois Anglais – Juin 2022 (Chez Titine et My Lou Book).

Le Mois Anglais is bientôt back ! [June 2020 – Season 11]

Oui, il est de retour, il revient toujours aussi beau, toujours aussi attendu : c’est le Mois Anglais, bien entendu ! 🇬🇧🇬🇧🇬🇧🇬🇧

Sans lui, mon mois de juin ne serait pas le même. Un tout grand merci à Titine et à Lou de l’organiser de nouveau !

Dire qu’au départ, je n’étais pas trop chaude pour participer… Le plaisir vous gagne en participant et depuis, on ne m’arrête plus (sauf à me menotter et me jeter un fond d’une cave durant le mois de juin).

Comme les autres années, je suis en vacances durant tout le mois et je vais en profiter à fond les manettes !

La bonne nouvelle, c’est que cette année, nous partons 15 jours en vacances, ce qui me laissera peut-être un peu moins de temps pour faire des chroniques (oups, pas sûr !!).

J’ai tout le début du mois de juin pour prendre de l’avance. Là, pour le moment, je suis toujours à fond sur le Mois Espagnol ! 🇪🇸

Pas trop compliqué de monter ma liste de livres à lire, j’ai repris une partie de l’année dernière (certains livres s’y trouvent depuis des années et attendent toujours d’être lus) et j’ai fait des ajouts, puisqu’en cours d’année, il rentre toujours dans mon écurie des romans parfaits pour le Mois Anglais.

J’ai réussi à faire le plein de bédés aussi. Certains titres non lus en juin 2020 sont de retour et j’en ai découvert d’autres en arpentant les couloirs de Livraddict et les coins sombres des bouquinistes ou autres dealers de livres.

Afin de ne pas encombrer plus que ça mon blog, il se peut que certaines critiques de bédé (ou des romans pas top) passent directement sur Babelio (et rien que là).

Je donnerai mes liens Babelio aux organisatrices (Titine & Lou) et vous y aurez accès lorsque je publierai le Bilan Mensuel de Juin (couplé avec le Bilan Mois Anglais).

Le programme pour le Mois Anglais (je participerai au cosy mystery) :

Voici, comme habituellement, ma trèèèèès longue liste de livre dans laquelle je vais pouvoir piocher allégrement durant les 30 jours que durent le Mois Anglais.

Certains sont des vieux habitués (que je n’ai toujours pas lus, comme par hasard), d’autres font leur entrée, certaines personnages de sagas littéraires s’y retrouvent, une fois de plus (Lizzie Martin, frère Athelstan, Black Butler, Moriarty, Enola Holmes, Hercule Poirot, Harry Potter).

Il y a du polar (historique ou pas), du roman normal, classique, historique, de la romance policière, du fantastique, de la fantasy, de la SF, des bédés et des mangas, autrement dit, je vais piocher large.

Liste de Romans, Bédés ou Mangas :

  1. Enola Holmes – 07 – Et la barouche noire : Springer [Polar Historique]
  2. Lizzie Martin – 08 – L’héritage de Sir Henry : Ann Granger [Polar Historique]
  3. Lady Hardcastle – 02 – Meurtres dans un village anglais : T.E. Kinsey [Polar]
  4. Veronica Speedwell – 01 – Un étrange prélude :  Raybourn [Polar Historique]
  5. Vies et mort de Lucy Loveless : Laura Shepherd-Robinson [Polar Historique]
  6. Bain de minuit à Buckingham – S.M. mène l’enquête 02 : S.J. Bennett [Polar]
  7. Elle n’en pense pas un mot – Alan Grant 03 : Tey Josephine [Polar]
  8. La fille du temps – Alan Grant 05 : Tey Josephine [Polar]
  9. Le Jeu de l’assassin – Frère Athelstan 07 : Doherty Paul [Polar Historique]
  10. La Chambre du diable – Frère Athelstan 08 : Doherty Paul [Polar Historique]
  11. La Malédiction des Baskerville : Gauthier Wendling [Polar – Jeu]
  12. Crime à Black Dudley – Albert Campion 01 : Allingham Margery [Polar]
  13. L’inconnue de Queen’s Gate – Beth Huntly 02 : Beddingfeld Anne [Polar]
  14. Absolution par le meurtre – Soeur Fidelma 01 : Tremayne [Polar Historique]
  15. Le sourire du Diable – Hawkins 01 : Hodgson Antonia [Polar Historique]
  16. La trahison de la reine – Hawkins 02 : Hodgson Antonia [Polar Historique]
  17. Enquêtes d’Hector Krine – 01 – Pilleurs de cercueils : Tamaillon [Polar]
  18. Les fantômes du passé : Perrin-Guillet [Polar Historique]
  19. Quarantaine : May Peter [Polar]
  20. Les anges sans visage – Max Wolfe 02 : Parsons Tony [Polar]
  21. Meurtres à Kingfisher Hill – Poirot 04 : Hannah Sophie [Polar]
  22. Ostland : Thomas David [Polar Historique]
  23. Promenade du crime – Trilogie Brighton 01 : Guttridge Peter [Polar]
  24. UK Serial Killers – Livre noir tueurs en série britanniques : Tibbatts [Polar]
  25. Lady Sherlock – 02 – Conspiration à Belgravia : S Thomas [Polar Historique]
  26. Veuves de Malabar Hill – Perveen Mistry 01 : S. Massey [Polar Historique]
  27. Son espionne royale – 02 – Et le mystère bavarois : Bowen [Polar Historique]
  28. Son espionne royale – 03 – Et la partie de chasse : Bowen [Polar Historique]
  29. Une insolente curiosité – Beatrice Hyde-Clare 01 : Messina [Polar Historique]
  30. Une scandaleuse supercherie – Beatrice Hyde-Clare 02 : Messina [Pol Hist]
  31. Enquêtes Adler/Holmes 02 – Empoisonneur Brooke St: Bourdoncle [Pol Hist]
  32. La Nuit de Berlin : Simon Scarrow [Polar Historique]
  33. Depuis le temps de vos pères – Enquêtes généalogiste 02  : Waddell [Polar]
  34. Les Mortes-Eaux : Hurley Andrew Michael [Polar]
  35. La môme vert-de-gris : Peter Cheyney [Roman Noir]
  36. Quand se lève le brouillard rouge : Robin Cook (UK) [Roman Noir]
  37. Le Mort à vif – Factory 05 : Robin Cook (UK) [Roman Noir]
  38. Le prix de l’hérésie – Giordano Bruno 01 : Parris S. J. [Polar]
  39. Birdman : Hayder Mo [Polar]
  40. Maudit mercredi – Frieda Klein 03 : French Nicci [Polar]
  41. Je suis Pilgrim : Hayes Terry [Thriller]
  42. Dames de Marlow enquêtent – 01 – Mort compte triple : Thorogood [Polar]
  43. Le jour du Diable : Andrew Michael Hurley [Thriller]
  44. William Fawkes – 01 – Ragdoll : Daniel Cole [Thriller]
  45. Une pluie de septembre : Anna Bailey [Thriller]
  46. L’Appel du coucou – 01 – Cormoran Strike : Robert Galbraith [Polar]
  47. 16 : Greg Buchanan [Polar]
  48. Les Thés meurtriers d’Oxford – 01 – Chou à la crim’ : H.Y. Hanna [Polar]
  49. Les Thés meurtriers d’Oxford – 02 – Beau Thé Fatal : H.Y. Hanna [Polar]
  50. Mystères de Tregarrick – 01 – Meurtres à marée haute : Dennison [Polar]
  51. Mystères de Tregarrick – 02 – Meurtres à la crique : Hannah Dennison [Polar]
  52. Tess d’Urberville : Hardy Thomas [Roman Classique]
  53. Mansfield park : Austen Jane [Roman Classique]
  54. Le Roman de Londres : Crnjanski Miloš [Roman]
  55. Avec vue sur l’Arno : Forster E.M [Roman Classique]
  56. Bleak House : Charles Dickens [Roman Classique]
  57. Highland fling : Mitford Nancy [Roman]
  58. Northanger Abbey : Austen Jane [Roman Classique]
  59. Les Filles du manoir Foxcote : Eve Chase [Roman]
  60. Mrs Stafford et le Capitaine Conrad : Elie Grimes [Roman]
  61. La grande peste de Londres : Rosemary Weir [Roman Jeunesse]
  62. Poumon vert : MacLeod Ian R. [SF]
  63. Retour sur Titan : Stephen Baxter [SF]
  64. Sur la route d’Aldébaran : Adrian Tchaikovsky [SF]
  65. La maison des jeux – 01 – Le serpent : Claire North [SF]
  66. H2G2 – 01 – Le guide du voyageur galactique : Adams Douglas [SF]
  67. Au nord du monde : Theroux Marcel [SF]
  68. Les Notes de sang 01 : Vailly Corinne [SF]
  69. Blitz 01 – Black-out : Willis Connie [SF Dystopie]
  70. Dominion : Sansom C. J. [SF Dystopie]
  71. SS-GB : Deighton Len [SF Dystopie]
  72. La séparation : Priest Christopher [SF Dystopie]
  73. Harry Potter ‭–‬ T06 ‭–‬ H.P et le prince de sang-mêlé ‭:‬ Rowling [Fantastique]
  74. L’affaire Baskerville – 02 – Une étude en ombre : Holloway [Fantastique]
  75. Jane Austen contre le Loup-Garou : Ciaudo Marianne [Fantastique]
  76. En fuite vers Bradford : Flanders John [Fantastique]
  77. Hanté – David Ash 01 : Herbert James [Fantastique Horreur]
  78. Le Dernier loup-garou – 01 : Duncan Glen [Fantastique]
  79. En quête de Jake : Miéville China [Fantastique]
  80. Conspiration des fantômes  : Herbert James [Fantastique Horreur]
  81. Merfer : Miéville China [Fantastique]
  82. Gretel and the dark : Granville Eliza [Fantastique]
  83. Étrange cas de l’homme mécanique – Burton & Swinburne 02 : Hodder [Fantastique Steampunk]
  84. De trèfles et de plumes – Sláine Adamson 01 : Arden J. [Fantastique]
  85. Bartiméus – 04 – L’anneau de Salomon : Stroud Jonathan [Fantastique]
  86. Anno Dracula – 01 : Newman Kim [Fantastique]
  87. Roslend – 01 : Somers Nathalie [Fantastique]
  88. Chroniques St Mary’s 04 – Une trace dans le temps : Taylor Jodi [Fantastique]
  89. Chroniques St Mary’s 05 – Hier ou jamais : Taylor Jodi [Fantastique]
  90. Au service de Sa Majesté la Mort 01 – Ordre des revenants : Hervieux [Fantastique]
  91. Le Repaire du Ver Blanc : Stoker Bram [Fantastique]
  92. Au service surnaturel de sa majesté 02 : O’Malley [Fantastique] 
  93. Londinium – 01 – Un lapin sous le Dôme : Mathieu-Daudé [Fantastique]
  94. Annales Disque-Monde 02 – Le Huitième Sortilège : Pratchett Terry [Fantasy]
  95. Lame damnée – Assassini 01 : Grimwood JC [Fantasy]
  96. Lady Helen – 01 – Le club des mauvais jours : Goodman Alison [Fantasy]
  97. Dragon blood – 01 – Le sang du dragon : Ryan Anthony [Fantasy]
  98. Blood song 01 – La voix du sang : Ryan Anthony [Fantasy]
  99. Raven Blade – 01 – L’Appel du loup : Ryan Anthony [Fantasy] 
  100. La première loi – 01 – Premier sang : Abercrombie Joe [Fantasy] 
  101. Terres de sang – 01 – Servir froid : Abercrombie Joe [Fantasy]
  102. L’âge de la folie 01 – Un soupçon de haine : Abercrombie Joe [Fantasy]
  103. Assassin’s Creed – 05 : Forsaken Bowden [Fantasy]
  104. Loup blanc – Drenaï 10 : Gemmell David [Fantasy]
  105. Les épées de la nuit et du jour – Drenaï 11 : Gemmell David [Fantasy]
  106. Terre de héros 01 – Rien que l’acier : Morgan Richard [Fantasy]
  107. Téméraire 05 – La victoire des aigles : Novik Naomi [Fantasy]
  108. L’âge du feu, 04 – L’attaque du dragon : Knight E. E. [Fantasy]
  109. Mage de Bataille 01 : Flannery Peter A. [Fantasy]
  110. La Rune du loup – Craw Trilogy 01 :Lachlan M.D. [Fantasy]
  111. La Messagère des Ombres – 01 – Londres : Morgan Rice [Fantasy]
  112. Vorrh – 01 : Brian Catling [Fantasy]
  113. Darkwood – 01 – La Nuit de la Lune Bleue : Simon R. Green [Fantasy]
  114. Hercule Poirot, une vie : Ruaud et Mauméjean [Étude]
  115. La trahison de la reine – Thomas Hawkins 02 : Hodgson Antonia [Historique]
  116. Diamant de Saint-Pétersbourg : Furnivall Kate [Historique]
  117. L’honneur du samouraï – Musashi Miyamoto 02 : Kirk David [Historique]
  118. Les sorcières de Pendle : Halls Stacey [Historique]
  119. L’Orpheline de Foundling : Halls Stacey [Historique]
  120. La Rose pourpre et le Lys – 01 : Faber Michel [Historique]
  121. L’homme de Berlin – Gregor Reinhardt 01 : McCallin Luke [Historique]
  122. La maison pâle – Gregor Reinhardt 02 : McCallin Luke [Historique]
  123. Deux soeurs pour un roi : Gregory Philippa [Historique]
  124. Livre du Cercle – L’Âme du temple 01 : Young Robyn [Historique]
  125. Insurrection – Maîtres d’Écosse 01 : Young Robyn [Historique]
  126. La Nuit de l’infamie : Cox Michael [Historique]
  127. Prophétie : Sansom C. J. [Historique]
  128. La Quête : Lyndon Robert [Historique]
  129. Les Douze enfants de Paris : Willocks Tim [Historique]
  130. Les Aigles de l’Empire – 01 – L’Aigle de la Légion : Scarrow [Historique]
  131. Zoo station – John Russell 01 : David Downing [Historique]
  132. L’ange de Whitechapel : Jennifer Donnelly [Historique]
  133. Les ombres de Rutherford Park – 01 : Elizabeth Cooke [Historique]
  134. Méridien des brumes – T01 – Aubes pourpres : Parras et Juszezak [Bédé] 🇪🇸
  135. Le choix du Roi – T01 – Première trahison : Bartoll et Marinière [Bédé] 🇪🇸
  136. Le choix du Roi – T02 – Manipulation de boudoir : Bartoll et Marinière [Bédé]
  137. Shi – Cycle 1 – T01 – Au commencement était la colère… : Homs  [Bédé]
  138. Shi – Cycle 1 – T02 – Le roi démon : José Homs et Zidrou [Bédé]
  139. 13 Devil Street – T01 – 1888 : Benoît Vieillard [Bédé]
  140. Miss Endicott – T01  : Jean-Christophe Derrien et Xavier Fourquemin [Bédé]
  141. Fog – T01 – Le Tumulus : Roger Seiter et Cyril Bonin [Bédé]
  142. Blackwood – T01 : Nicolas Jarry et Kan-J [Bédé]
  143. Blackwood – T02 : Nicolas Jarry et Kan-J [Bédé]
  144. Agatha Christie (BD) – 05 – Mister Brown : Rivière, Leclercq, Christie [Bédé]
  145. Agatha Christie (BD) – 06 – La nuit qui ne finit pas : Rivière et Leclercq [Bédé]
  146. Agatha Christie (BD) – 08 – Le meurtre de Roger Ackroyd : Lachard  [Bédé]
  147. Agatha Christie (BD) – 10 – L’homme au complet marron : Hughot  [Bédé]
  148. Agatha Christie (BD) – 13 – Les Quatre : Alain Paillou et Christie [Bédé]
  149. Agatha Christie (BD) – 17 – Témoin Muet : Marek, Baloo et Christie [Bédé]
  150. Hercule Poirot (BD) – 05 – Mystérieuse affaire de Styles : Vivier  [Bédé]
  151. Harry Dickson (Nolane) – T01 – L’île des possédés : Nolane et Sirvent [Bédé]
  152. Harry Dickson (Nolane) – T02 – Le démon de Whitechapel : Nolane  [Bédé]
  153. Harry Dickson (Nolane) – T06 – Terreur jaune : Nolane et Roman [Bédé]
  154. Harry Dickson (Nolane) – T10 – La Sorcière du Kent : Nolane et Roman [Bédé]
  155. Churchill (BD) – T02 :  Delmas, Regnault, Cammardella et Kersaudy [Bédé]
  156. Aventures de Philip et Francis – T03 – S.O.S. Météo : Barral et Veys [Bédé]
  157. Stonehenge – T01 – Erin : Corbeyran et Pinson [Bédé]
  158. Blake et Mortimer – T23 – Le bâton de Plutarque : Sente et  Juillard [Bédé]
  159. Blake et Mortimer – T27 – Le Cri du Moloch : Dufaux et Cailleaux [Bédé]
  160. Blake et Mortimer – T28 – Le Dernier Espadon : Van Hamme et Berserik [Bédé]
  161. Enola Holmes – 03 – Le mystère des pavots blancs : Blasco et Springer [Bédé]
  162. Enola Holmes – T04 – Le secret de l’éventail : Blasco et Springer [Bédé]
  163. Ligue des Gentlemen Extraordinaires – Intégrale, T1 : Moore et O’Neill [Bédé]
  164. Ligue des Gentlemen Extraordinaires – Intégrale, T2 : Moore et O’Neill [Bédé]
  165. Homme de l’année – 09 – 1848, l’homme qui publia le manifeste du Parti Communiste :Jean-Pierre Pécau et Benoît Dellac [Bédé]
  166. Black Butler – Tome 31 : Yana Toboso [Manga]
  167. Moriarty – Tome 09 : Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi [Manga]
  168. Moriarty – Tome 10 : Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi [Manga]

 

Les Enquêtes Secrètes de Sherlock Holmes – Jack l’Egorgeur : Olivier Trouilhet [Par Dame Ida, Cobaye Officielle de Dame Belette]

Titre : Les Enquêtes Secrètes de Sherlock Holmes – Jack l’Egorgeur

Auteur : Olivier Trouilhet
Édition : Planches des Saluts (30/03/2022)

Résumé :
Voilà trois ans que Sherlock Holmes a disparu dans les chutes de Reichenbach en affrontant le professeur Moriarty.

Nostalgique, le docteur Watson se replonge dans ses publications des aventures de Holmes. Réalisant qu’il a beaucoup romancé la réalité, il décide de rendre hommage à son regretté ami en reprenant la plume pour dépeindre Holmes tel qu’il était vraiment.

En parcourant ses carnets remplis d’enquêtes inédites, son choix se porte sur les évènements survenus au cours de l’année 1888 lorsque le tristement célèbre Jack l’Égorgeur terrorisa Londres.

Watson nous fait ainsi découvrir Sherlock Holmes comme on ne l’a jamais vu, prétentieux, colérique, de mauvaise foi, radin, mauvais violoniste et piètre combattant, dans un affrontement sans merci avec l’ennemi public n°1.

L’Avis de Dame Ida :
Yes indeed ! C’est officiel maintenant. Quand Dame Belette, notre bien aimée hôtesse de ces lieux est débordée, il lui arrive parfois de me confier implicitement des missions périlleuses comme par exemple lui donner mon propre avis sur un livre qu’elle n’a pas encore eu le temps de lire… Pour l’aider à le positionner dans sa PAL.

Tout commence comme un pastiche de base : Holmes est supposé mort après sa chute dans les chutes du Reichenbach (alors que tout le monde sait qu’il a passé trois ans en cure dans un asile d’aliénés pour troubles délirants chroniques, ressassant en boucle l’histoire d’un complot planétaire imaginaire de brigands dirigé par un mort nommé Riarty que personne n’a jamais retrouvé ni vu – ça c’est mon hypothèse personnelle évidemment)…

Il y aurait d’autres thèses sur le grand hiatus, toutes plus honorables les unes que les autres pour cacher que Holmes est un peu zinzin… les solutions bonnes seulement à 7% n’aident jamais vraiment…), et Watson s’ennuie mortellement alors il ressort un vieux dossier sur lequel broder à la plume pour s’occuper.

Et bingo ! Ce vieux dossier concerne les meurtres commis à Whitechapel en 1888 par un certain Jack. Tout le monde se demandait depuis longtemps en effet pourquoi (Oui ! Franchement ! Pourquoiiiii !) Holmes n’était pas venu au secours de l’inspecteur Abberline pour coffrer ce grand criminel…

Et bien c’est parce qu’Abberline, frappé par la syphilis pour s’être investi trop profondément dans l’affaire des meurtres des périprostiputes de l’East End, a dû laisser la place à un Lestrade débordé et pas franchement futé qui ne pouvait rien faire sans Holmes.

Et peu à peu de fil en aiguille cachée dans une botte de foin, nous voilà embarqués dans la traque d’un Jack, rétrogradé au rang de simple égorgeur, alors qu’on se serait attendu à le voir promu par la postérité à celui d’éventreur, vu l’année énoncée. Mais peu importe ! Peu importe le gibier ! Ce qui prime c’est la chasse !

Une chasse étonnante… Ecrite dans un style que Watson nous annoncera plus dépouillé, plus recentré sur les faits et avec moins de fioritures stylistiques pour expliquer que nous n’y retrouverons pas la prose à laquelle le canon nous a habitués.

Evidemment, on comprendra vite que ce Jack, aux trousses duquel Holmes et consort se précipitent, n’est pas le fameux Éventreur. Les ripperologues distinguées que nous sommes savent bien qu’Elizabeth Stride (Long Liz ou Lucky Liz pour les cyniques) est la troisième victime de l’Éventreur, et qu’elle ne saurait être confondue avec l’Elizabeth Strike, trucidée en cinquième position, par l’Egorgeur pisté tout au long de ce texte…

Un texte concentré au format un peu bâtard de même pas une petite centaine de pages, qu’on ne saura s’il faut le qualifier de grosse nouvelle ou de petit roman… pétillant d’humour et de quiproquos, et où le personnage de Holmes nous semblera un peu différent de l’image policée qu’en donne habituellement le canon… Il paraîtra même quelque peu perché à certains moments.

Watson et Lestrade ne seront pas en reste… L’un est un satané gaffeur… L’autre est un idiot profond égratignant les expressions idiomatiques à qui mieux mieux, ravi d’avoir réussi en tout et pour tout au cours de l’année écoulée à réunir un chat perdu et sa maîtresse… Et passons sur Mrs Hudson, qui ne sera pas épargnée et qu’on nous présentera sourde comme un pot.

Généralement, je n’aime pas tellement voire pas du tout, que les pastiches ne respectent pas la psychologie des personnages canoniques. J’irais même jusqu’à dire que je déteste cela et mes précédentes critiques de pastiches vous ont déjà montré que je peux même être assez sévère et vindicative à ce sujet.

Et pourtant… Là… ça passe crème. Pourquoi ? Et bien parce que c’est clairement annoncé dès le départ avec une gaffe inaugurale (certes un peu grossière – l’impression de « déjà vu » en frappera plus d’un.e !) de Watson.

Dès le premier chapitre nous partons avec lui dans un pastiche comique, rigolo, marrant et iconoclaste (nan… ça n’est pas une insulte du Capitaine Haddock… Enfin si… Mais pas que… à la base ce n’est pas un gros mot !).

C’est quand le pastiche se prend au sérieux et ne remplit pas le cahier des charges qu’il mérite qu’on le charge. Quand on vous annonce du pastiche léger, sans honte et sans artifice on se laisse aller, on se laisse porter, et on s’amuse deux bonnes heures en sirotant un lapsang souchong entre deux shortbreads.

Enfin quand je dis léger… Je vais un peu vite… Certains gags pourront paraitre même un peu lourd, gras, gros ou grotesques. Certaines expressions, certains exemples, certaines métaphores n’auront pas grand-chose de victorien, fleurant bon l’anachronisme…

Et l’auteur n’a pas peur de jouer avec la vulgarité la plus trash si ça peut paraître drôle (Et oui… comment s’appelle la périprostipute de la page 30 ? Lily Lapipe ! Si… Si… il a osé ! Quant au médecin légiste il portera bien son nom pour ceux qui savent assez d’anglais pour le traduire… et je vous en passe quelques autres bien rigolotes pour ne pas spoiler). Bref, on ne fait pas dans la dentelle!

Puristes et mijaurées sont priés de passer leur chemin. Et quand on a compris que ces quelques pages sont sans autres prétentions que de divertir le lecteur, on passe l’éponge bien volontiers sur les libertés qu’a pris l’auteur avec le canon pour nous faire pouffer, pour nous faire nous gausser, pour nous faire ricaner, sourire, marrer, rigoler et se tordre les cotes.

Ce livre n’est pas sans me rappeler « Elémentaire mon cher Lock Holmes », un fameux film comique truffé de gags potaches mais bon enfant où Holmes n’est que le prête nom gaffeur et idiot d’un Watson qui résout les énigmes en voulant rester dans l’anonymat…

Evidemment les intrigues sont différentes, mais l’esprit est le même. Si vous avez aimé ce film, vous aimerez ce livre.

Anybref, j’ai passé un très bon moment de distraction en lisant ce pastiche qui n’est certes pas le chef d’œuvre du genre pour les sherlockiens diplômés et autres amateurs du canon, mais qui a le mérite de ne pas prétendre avoir des qualités qu’il n’a pas et qui assume résolument et avec une réussite certaine, sa dimension franchement comique.

PS : Evidemment on ne pourra pas pardonner (mais si! je déconne!) à l’auteur la bourde honteuse et invraisemblable, que dis-je, l’hérésie dramatique de la page 50, où Holmes ose tremper sa tartine (déjà la tartine, c’est belge ! Pas anglais !) dans son thé !

Un bon anglais ne saurait commettre de pareil sacrilège ! Même si le toast est à la marmelade et chante « God Save The Queen » et Rules Britania en même temps ! En Grande Bretagne, voire dans tout le Commonwealth, on ne fait pas trempette ! C’est mal ! C’est tabou ! C’est un coup à se voir déchoir de sa nationalité ! Epicétou ! 😀

 

Sherlock, Lupin & moi – 13 – Le souterrain mortel : Irene Adler

Titre : Sherlock, Lupin & moi – 13 – Le souterrain mortel

Auteur : Irene Adler
Édition : Albin Michel Jeunesse (01/04/2022)
Édition Originale : Sherlock, Lupin & Io : Doppio finale (2016)
Traduction : Béatrice Didiot

Résumé :
New York, hiver 1873.
Irene a commencé une nouvelle vie dans la capitale américaine, mais sa famille et ses deux grands amis Sherlock et Arsène lui manquent terriblement.

Alors, pour tromper l’ennui, elle se remémore la dernière enquête à laquelle l’inséparable trio a eu affaire quelques mois plus tôt.

Une enquête bien étrange qui les a menés jusque dans les souterrains de Londres – une véritable ville sous la ville ! – et qui n’a pas manqué de leur donner du fil à retordre…

Critique :
Puisque j’avais acheté le tome 12 avec du retard, j’ai eu au moins la chance de ne pas devoir attendre trop longtemps pour lire (dévorer serait plus juste) le tome 13.

Le tome précédant se terminait de manière abrupte, avec un changement important dans notre trio d’amis (je n’en dirai pas plus).

Cette nouvelle enquête n’apportera rien à ce hiatus, car elle est un peu à la manière du « Chien des Baskerville » (publié après la mort de Holmes, mais se déroulant avant sa chute dans les chutes).

Irene, le coeur en berne, loin de nos amis, se remémore une de leur aventure qui avait eu lieu avant les événements tragiques du tome 12 (payez-moi et je vous dirai tout). Nous n’en saurons donc pas plus, pour le moment, sur ce qu’il va se passer depuis…

L’enquête, une fois de plus, commence gentiment, avec nos amis assis devant un chocolat chaud. Un homme entre, demande un gin, puis un thé (puisqu’on ne sert pas d’alcool là où ils se trouvent) et raconte sa mésaventure à nos trois amis. Sherlock était en manque de mystères, il va être servi !

Le plus gros bémol de ce roman (et de toute la saga) est qu’il se lit trop vite. Est-ce ma faute si je les dévore en quelques heures tant je suis fan de cette série ?

Le point le plus fort, c’est que ces romans ne prennent pas leurs jeunes lecteurs pour des imbéciles. Le style d’écriture est simple, mais pas trop simpliste, juste facile à lire pour le public ciblé des 10 ans et plus.

La triste réalité de certaines personnes n’est jamais cachée, sans pour autant que les auteurs en rajoutent et sombrent dans le glauque. Ici, nous apprendrons qu’il y a des enfants qui vivent seuls, dans la misère, dans la délinquance, sans pour autant que l’on entre dans les détails. L’adulte comprendra, l’enfant se contentera de ce qu’il lit.

Sans révolutionner le polar, cette enquête est dynamique, amusante, entraînante et se déroulera dans des lieux que j’ai toujours adoré (un vieux rêve d’en découvrir un) et qui me font un peu frissonner (mais pas de trop).

Précédant Sherlock de peu, j’avais compris ce qui avait été visé, mais lui, avait une vision complète de toute l’affaire. Ma foi, je pourrais faire partie de la bande !

Une lecture agréable, rafraichissante et qui fait oublier, durant quelques temps, les merdes de la vie réelle (et je ne dois pas me plaindre).

Une très bonne saga, autant pour les plus jeunes que les moins jeunes, comme moi…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°194].

Sherlock Holmes et l’affaire des noyades bleues : Jérôme Hohl

Titre : Sherlock Holmes et l’affaire des noyades bleues

Auteur : Jérôme Hohl
Édition : Astrid Franchet (16/11/2021)

Résumé :
Londres 1903. Sherlock Holmes est au plus mal. Watson est appelé au célèbre appartement de Baker Street, dans lequel le détective a provoqué un incendie.

Un accident selon Holmes, qui ne semble plus maîtriser son addiction aux psychotropes, surtout depuis une malheureuse affaire de prise d’otage dans laquelle il a échoué et qui a contribué à brouiller les deux amis. La réputation de Holmes est sévèrement entachée.

Mycroft, son frère, et Watson vont essayer de réveiller l’enquêteur en lui. Une affaire de mystérieuses noyades tombe à point nommé. Et si Sherlock et Watson entreprenaient le voyage sur le continent pour démontrer au monde que Sherlock Holmes est toujours le plus brillant des détectives ?

Critique :
Comme je l’ai souvent dit, le format court va mieux aux enquêtes de Sherlock Holmes, que le long.

Il vaut mieux une petite nouvelle qui frétille, qu’un long roman qui roupille.

Dans le cas de ce roman, la taille est parfaite, ni trop courte, ni trop longue.

Le rythme est bien géré : on prend son temps de développer l’histoire, de mener l’enquête, de suivre les pistes, d’étoffer le récit de détails historiques, de donner de l’épaisseur aux personnages, le tout sans se perdre dans des choses inutiles.

L’enquête est bien menée, remplie de mystères et pas simpliste du tout, puisque j’ai été surprise des révélations découvertes par Holmes. Là, je suis ravie.

Évidemment, j’ai deux bémols à faire (sinon, ce ne serait pas moi) : le premier concerne les personnages de Holmes et Watson. Non, pas de panique, ils sont canoniques.

Mais nom de Zeus, à l’époque victorienne comme à l’époque édouardienne, ils n’utilisaient pas leurs prénoms pour l’un de l’autre ! Qu’on laisse les prénoms de Sherlock et de John pour notre époque contemporaine. Ici, dans le récit, l’auteur commence avec les prénoms puis passe définitivement aux noms de famille, avant de revenir de temps en temps aux prénoms.

L’autre bémol, plus important, est sur le fait que les auteurs nous ressortent encore et toujours Vous-Savez-Qui ! Alors, je peux comprendre (et admettre) qu’on utilise ce méchant canonique avant 1891, mais pas ensuite. Il est tombé dans le gouffre, qu’on l’y laisse pourrir et qu’on ne l’en ressorte plus, merci ! J’apprécierais que les auteurs nous en inventent des autres, les méchants ne manquent pas dans la vie réelle…

Ces bémols ne sont que le reflet de mon opinion, ils n’engagent que moi et ne sont pas rébarbatifs, c’est juste l’expression de ma pensée. Ils n’entravent rien au plaisir de lecture, si ce n’est une mini exaspération de ma part.

Le point fort du roman est que l’enquête est cohérente, pas simpliste, possédant un rythme ni trop lent, ni trop rapide et que les personnages de Holmes et Watson ne s’écartent pas de leurs originaux.

Holmes est comme nous le connaissons, dépressif, en proie à ses démons intérieurs, passant d’un état exalté à celui de plus apathique, intransigeant avec les autres et face à un Watson qui ne sait plus quoi faire pour le garder dans le droit chemin. Leur amitié à pris un coup, mais elle est toujours présente.

Anybref, ceci est un très bon pastiche holmésien, l’Historique de l’époque est présent, sans recouvrir le récit, les décors de la ville de Colmar sont bien restitués, sans que cela empiète sur le récit, l’auteur intégrant bien tous les ingrédients à son gâteau, sans forcer sur le sucre et le gras.

Une lecture qui m’a agréablement surprise et j’espère qu’il y aura une suite, de la même qualité scénaristique.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°187].

Sherlock, Lupin & Moi – 12 – Le bateau des adieux : Irene Adler

Titre : Sherlock, Lupin & Moi – 12 – Le bateau des adieux

Auteur : Irene Adler (Alessandro Gatti et Pierdomenico Baccalario)
Édition : Albin Michel Jeunesse (05/01/2022)
Édition Originale : Sherlock, Lupin & Io – 12 : La nave degli addii (2017)
Traduction : Béatrice Didiot

Résumé :
Après avoir découvert qu’elle est l’héritière du prince Hartzenberg de Bohême, assassiné pour ses idées progressistes, Irene retrouve sa mère biologique. Elles sont en danger car, depuis l’assassinat du prince, la Bohême est en proie aux divisions.

Pour leur sécurité, Irene et sa mère sont emmenées dans une vieille maison isolée au pays de Galles. Mais peu de temps après leur arrivée, plusieurs incidents étranges, pouvant s’apparenter à des menaces, forcent Irène à faire appel à l’aide de ses comparses de toujours : Sherlock et Lupin.

Les trois détectives se lancent alors dans l’enquête la plus difficile qu’ils aient jamais eu à mener. Une enquête dont la résolution risquera de chambouler leur amitié à jamais…

Critique :
C’est dans un coin perdu du Pays de Galles que nous retrouvons Irene Adler, qui se fait chier comme un rat port puisqu’elle est confinée dans une grande maison, avec interdiction de passer la grille du parc.

Le tout pour sa sécurité puisque des vilains méchants voudraient l’éliminer afin qu’elle ne monte jamais sur le trône de Bohême, déjà occupé par un homme, usurpateur, bien entendu.

Non, non, ceci n’est pas Game of Thrones version jeunesse ! Notre Irene n’en a rien à battre du trône de Bohême et la chanson d’Aznavour n’existant pas encore (la bohème, qui ne veut rien dire du tout), elle ne risque pas qu’on la lui chantonne afin de la faire changer d’avis.

Irene n’a rien d’une princesse, elle s’est coupée les cheveux, marche à pieds nus et ne rêve que d’une chose : enquêter avec Sherlock et Arsène, ses deux amis, bien loin d’elle. Ils nous manqueront durant une partie du récit, leur arrivée se déroulant plus loin dans le récit.

Comme d’habitude, nous avons beau être dans de la littérature jeunesse, les auteurs italiens ne prennent pas leur public pour des branquignoles ou des débiles. Les phrases sont simples, certes, mais pas neuneus et malgré l’intitulé « jeunesse », une personne proche d’Irene s’est tout de même faite assassiner dans un tome précédent.

Les intrigues ne casseront pas une pipe calebasse à Holmes (normal, il n’en utilisait pas), mais elles sont de l’âge des enquêteurs, c’est-à-dire 14 ans. Et pour leur âge, ils ont déjà vécu quelques aventures spectaculaires, pris des risques, et résolu des enquêtes que les flics n’avaient pas réussi à résoudre.

Ce qui fait que si nous ne sommes pas dans un niveau à la Agatha Christie, avec un final à vous trouer le cul (et je reste polie), nous ne sommes pas non plus face à des énigmes faciles. Bien souvent, je n’ai rien vu venir et ce fut encore cas ici. J’ai été taclée puisque je n’avais rien soupçonné. Les auteurs m’ont bien enfumés et je les remercie.

Ce douzième tome est différent des autres, l’insouciance des premiers n’existe plus, nos ados grandissent et, comme dans les aventures de Harry Potter, le niveau s’élève, grandissant avec les lecteurs et les personnages.

D’ailleurs, ce final est assez triste, inattendu (même si on se doutait qu’il devait arriver) et il tire un trait sur des promesses faites par notre trio sympathique.

Heureusement qu’il y a encore d’autre aventures ensuite, sinon, cela aurait pu être un final de série tout à fait acceptable, mais, hélas, bien douloureux. Le prochain est annoncé pour le 1er avril et si ce n’est pas un poisson, je serai au rendez-vous afin de savoir comment notre trio va évoluer et se retrouver.

Une série jeunesse bien sympathique, aussi bien pour les plus jeunes que pour les adultes, avec des intrigues correctes, bien réalisées et des personnages qui collent au plus près aux canoniques, même si, étant jeunes, on peut changer un peu leur personnalité, puisqu’ensuite, on pourra utiliser des faits arrivés durant leur jeunesse pour faire d’eux ce qu’ils seront plus tard et, ainsi, relier le tout.

♫ La bohème, la bohème
On était jeunes
On était fous
La bohème, la bohème
Ça ne veut plus rien dire du tout ♪

La bohème : Charles Aznavour / Jacques Plante

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°184].

Sherlock Holmes et les Romanov : Pascal Malosse

Titre : Sherlock Holmes et les Romanov

Auteur : Pascal Malosse
Édition : De l’Antre (01/06/2021)

Résumé :
En ce début de XXème siècle, la Côte d’Azur est l’incontournable destination de villégiature de l’aristocratie européenne.

Anglais, Russes, Italiens, Prussiens viennent s’enivrer à la douceur de la vie niçoise. Hélas, dans l’ombre des palais édifiés pour le bonheur de ces illustres visiteurs, un complot se trame : un groupe anarchiste fourbit ses bombes meurtrières.

Sous le soleil de la Baie des Anges, le célèbre détective londonien, plus habitué au « smog » de la capitale britannique, ne risque-t-il pas de perdre sa légendaire sagacité et d’échouer à empêcher un terrible attentat contre la famille impériale russe ?

Critique :
Lorsque j’entre dans une librairie pour acheter un titre bien précis, le hasard me fait souvent tomber sur de l’inattendu.

Ce fut le cas pour ce petit pastiche holmésien, dont je ne connaissais pas l’existence et qui est venu frapper mon regard qui errait sur les étagères du rayon « polar ».

Pour être court, il l’est ! C’est le format d’une nouvelle, guère plus, ce qui est parfait pour une enquête de Sherlock Holmes : ni trop court, ni trop long.

Le caractère des personnages est assez conforme aux originaux, sauf que Watson appelle à un moment donné son ami par son prénom. Sinon Watson est comme d’habitude : il ne voit rien, comme le lecteur.

Holmes se fendra de quelques déductions, ne dira rien sur l’enquête en cours et se réservera le côté de la surprise.

L’enquête n’a rien d’exceptionnel, elle est correcte. La vie des Romanov est menacée par des anarchistes et Holmes doit trouver qui leur en veux, tout en déjouant un possible attentat.

Peu de détails sur les décors, peu de détails sur l’Histoire aussi. Le roi étant George V, nous pouvons en déduire que nous sommes entre 1910 et 1914, puisque la Première Guerre Mondiale n’a pas éclatée.

C’est un petit polar historique qui se lit assez vite, qui est plaisant, sans pour autant casser trois pattes à un tsar de Russie. Nous apercevrons juste la famille royale, rien de plus, ce qui est dommage pour ceux ou celles qui auraient aimé qu’ils soient plus présent (comme moi). La diplomatie est une chose obscure…

Une petite enquête honnête, correcte, agréable à lire, sans pour autant avoir un final à couper le souffle. Malgré tout, ce petit pastiche ira dans l’étagère des « bons pastiches » et non dans les daubes.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°168] et Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 74 pages).

Sherlock Holmes et la Bête des Stapleton : James Lovegrove

Titre : Sherlock Holmes et la Bête des Stapleton

Auteur : James Lovegrove
Édition : Bragelonne (02/02/2022)
Édition Originale : Sherlock Holmes and the Beast of the Stapletons (2020)
Traduction :

Résumé :
1894. Voilà cinq ans que le monstrueux chien des Baskerville et son maître, le naturaliste Jack Stapleton, sont morts. Sir Henry Baskerville vit heureux dans son manoir ancestral avec son épouse Audrey et leur fils.

Du moins jusqu’au jour où l’on retrouve sur la lande le corps exsangue d’Audrey. Une nouvelle créature démoniaque hanterait-elle le Dartmoor ?

Lorsqu’on les appelle à la rescousse, Sherlock Holmes et le Dr Watson sont confrontés à une véritable créature de cauchemar. Il semblerait que Jack Stapleton ait survécu et qu’il soit décidé à se venger…

Critique :
Sherlock Holmes qui retourne sur les terres des Baskerville, non pas pour traquer le chien maudit, mais une autre créature qui a tué l’épouse de Sir Henry Baskerville.

Le côté fantastique est présent puisque l’animal qui persécute ainsi la famille, suçant le sang des animaux ou de l’épouse, est d’une taille gigantesque.

Une sorte de grosse mite (gaffe à la prononciation) aux yeux rouges. Une phalène, pour être exacte.

Si l’enquête m’a bien plu, il y a néanmoins quelques petits détails qui m’ont déplus…

Le premier est que Watson, suite à un soucis avec un chien dans le parc, refuse de partir avec Holmes enquêter sur la mystérieuse bestiole dans le Dartmoor. Dans la version du Chien, Holmes ne partait pas, mais c’était pour mieux enquêter incognito là-bas. Ici, notre brave Watson restera la cul dans le sofa. C’est Holmes qui lui racontera tout à son retour. Bof, ça craint.

Un autre soucis est qu’il n’est pas nécessaire d’être Columbo, Hercule Poirot ou même Holmes pour comprendre le truc derrière l’animal gigantesque. Pire, le coupable que l’on nous donne n’est pas crédible pour deux sous. Niveau mystères insondables, il y avait bien mieux dans « Le démon de Noël ».

Heureusement, Holmes se doute qu’il y a une mite dans le pâté et repart pour le Dartmoor, trop tard seulement pour empêcher la seconde tragédie d’arriver. Mes déductions étaient bonnes et lorsque Madame Barrymore relatera l’enlèvement, un détail me donne de suite la nom du complice. Putain, trop facile !

Si les deux premières parties étaient intéressantes malgré le fait que j’avais déjà compris le truc et l’astuce, la troisième est plus lente et à mon sens, il était tout bonnement inutile de faire traverser l’océan à Holmes, Watson, Baskerville, le caporal Grier et le docteur Mortimer pour poursuivre le kidnappeur.

Une course-poursuite sur la lande sauvage et désertique aurait été très bien. Le voyage en bateau est ennuyeux, il ne passe presque rien, si ce n’est une tentative de meurtre et le fait que Watson n’ait pas compris qui était le complice.

Anybref, pour le suspense, on repassera !

Pour le plongée dans l’époque victorienne, l’auteur fait le minimum syndical avec le côté raciste des Anglais et la ségrégation raciale qui existait, encore et toujours, entre les Blancs et les Noirs (le caporal Grier est Afro-américain). C’est lors de la traversée, sur le bateau, que c’est le plus flagrant avec quelques connards, bien dans leur époque, qui ne se priveront pas de faire des commentaires horribles.

Le final est un peu trop poussé, trop exagéré, trop exotique (nous sommes au Costa Rica) et le lien entre le complice et un célèbre grand méchant bien connu des Holmésiens, est un peu too much. Il n’y avait pas besoin d’en rajouter, ni de faire de ce personnage un vilain pas beau.

Le point fort du roman c’est que le Holmes et Watson sont presque semblables aux originaux, avec la touche de l’auteur en plus, bien entendu. Canoniquement parlant, on est dans le bon, c’est ce que j’apprécie le plus.

Par contre, j’avais été plus bluffée par la résolution de leur précédente enquête, celle avec le Démon de Noël qui réservait quelques surprises inattendues. Malgré tout, comparé aux nombreux pastiches holmésiens que j’ai déjà lus dans ma vie, celui-ci se trouve dans les tiroirs du haut.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°1XX].

Sherlock, qui est le coupable ? : Vincent Raffaitin et Collectif

Titre : Sherlock, qui est le coupable ?

Auteur : Vincent Raffaitin et Collectif
Dessinateur : Ced
Édition : Larousse (15/09/2021)

Résumé :
Voici 35 enquêtes, aussi déconcertantes que corsées, à élucider en exerçant son sens de la déduction et son esprit logique.

Saurez-vous trouver les indices qui se cachent au cœur d’un texte romancé ou dans les lignes d’un dessin que seul un véritable œil de lynx saurait percer à jour ?

Critique :
J’ai toujours apprécié les petits livres d’énigmes à résoudre et si certains n’étaient pas évidents vu le peu d’indices donnés, celui-ci est plus facile d’accès. La preuve, j’ai résolu quelques énigmes !

Le scénariste nous propose des énigmes différentes : cambriolage, disparitions, meurtres… Les illustrations égayent les pages, quelles soient dessinées ou sous forme de photos.

Je ne dirai pas que le Holmes est parfaitement canonique : je le vois mal enfermer Watson dans leur appart, avec une énigme à résoudre, pendant que lui irait au rendez-vous galant de Watson…

Pourtant, c’est drôle et je me suis bien faite avoir avec cette énigme ! Comme quoi, on ne lit jamais bien…

L’histoire qui met en scène les indices pour l’enquête n’est ni trop longue, ni trop courte et tous les indices se trouvent soit dans le texte, soit dans l’image. Je me suis souvent plainte de certains livres d’énigmes où des détails manquaient, mais ce n’est pas absolument pas le cas ici.

On résous les enquêtes en réfléchissant, en observant les images, en faisant des déductions sur ce que l’on sait, sur ce que les témoins ont dit, fait… Je n’ai pas tout découvert, je vous l’avoue.

C’était plaisant de lire ces petites histoires et de tenter de résoudre ces différentes énigmes. Mon cerveau a fumé.

Une chouette découverte.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°142] et Le Mois du polar chez Sharon – Février 2022 [Lecture N°24].