Spirou et Fantasio – Tome 10 – Les Pirates du silence : André Franquin

Titre : Spirou et Fantasio – Tome 10 – Les Pirates du silence

Scénaristes : André Franquin & Maurice Rosy
Dessinateur : André Franquin

Édition : Dupuis (1958)

Résumé :
Spirou et Fantasio sont en reportage à Incognito City. Une bande de malfaiteurs a l’intention de piller la ville grâce au gaz soporifique inventé par Champignac.

Critique :
Pour moi, les meilleurs Spirou et Fantasio sont ceux de Franquin. Question de goût, sans doute, mais mon coeur reste accroché aux albums qu’il a scénarisés et dessinés.

Gosse, j’adorais cet album, je l’ai d’ailleurs tellement lu qu’il en tombe en ruine, rafistolé de partout qu’il est.

Je le trouvais plus drôle que d’autres et à l’âge que j’avais, il me parlait plus que les histoires avec un dictateur (Le dictateur et le champignon) ou une usurpation d’identité (La mauvaise tête) ou de microfilms à récupérer (La corne du rhinocéros).

Avec l’âge, ce sont plutôt ceux qui ne me parlaient pas qui ont ma préférence, maintenant que j’ai un cerveau.

Anybref, je ne vais pas faire ma râleuse non plus car j’ai retrouvé le plaisir que je ressentais lorsque je le lisais enfant.

Le scénario tient sur une ligne, il n’a rien d’exceptionnel non plus car nous sommes dans des cambriolages mais ce qui fait que je reste indulgente avec cet album, c’est le Marsupilami et le grand rôle que son père littéraire lui a donné dans cette aventure, introduisant même une nouvelle particularité à cet étrange animal à longue queue.

Particularité qu’il regrettera ensuite, mais trop tard, le mal était fait et cela donnera un excellent gag à la fin de cette première aventure.

Dans les aventures de Spirou et Fantasio, j’ai toujours adoré l’écureuil Spip et ses mimiques ou ses réflexions souvent très drôles (ici il n’y en a pas), le Marsupilami et son intelligence, le côté un peu fantasque de Fantasio et le côté sérieux de Spirou.

Dans cet album, même si Spip ne nous fera pas part de ses pensées, nous avons tout de même de l’action, du suspense, du mystère, autrement dit, les ingrédients indispensables pour nous faire passer un bon moment, à Incognito City, ville où les reporters sont interdits, ville où les voitures ont des airs de grosses américaines, comme on en retrouvera ensuite dans la seconde petite enquête de nos deux amis, à la recherche du mystère des voitures volées.

Certes, pas le meilleur album, surtout après l’excellent « Repaire de la Murène » que j’adore, mais cette relecture s’est faite avec le sourire, avec le plaisir, toujours présent, même si, maintenant, avec le recul, je ne classerais plus cet histoire dans les meilleures.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°176 et le Mois du Polar chez Sharon (Février 2020) [Lecture N°21].

Spirou et Fantasio – Tome 39 – À New York : Tome & Janry

Titre : Spirou et Fantasio – Tome 39 – À New York

Scénariste : Tome
Dessinateur : Janry

Édition : Dupuis (1987)

Résumé :
La mafia italienne de New York est victime d’une malchance tenace. Don Vito Cortizone, sur une idée d’Alfredo, décide de « tendre un piège à la chance ».

Critique :
J’ai toujours eu un gros faible pour le Spirou et Fantasio de l’ère Franquin et je n’aimais pas trop ceux de Fournier qui ont suivi et je n’avais jamais prêté attention à la nouvelle génération, celle de Tome & Janry, préférant de ce duo les albums du Petit Spirou…

Ce ne fut qu’il y a peu, dans un numéro de Lanfeust Mag, que je découvris cet album dans un article consacré aux livres pouvant figurer dans la Bibliothèque Ultime.

Puisqu’ils le disaient dans le Lanfeust Mag, je me suis dit que c’était sans doute l’occasion de me pencher sur les auteurs qui avaient succédé à Franquin et j’ai eu quelques belles surprises avec les albums de Fournier, mais la meilleure fut avec celui qui était consacré dans l’article de la Biblio Ultime : Spirou à New-York !

Imaginez des héros qui sont sans le sous, un frigo désespérément vide, pas de boulot, plus de sous, et en mangeant une pizza, vous voilà le gagnant d’une loterie qui vous promet 1.000.000$ !

— Enfer et désolation !
— Qu’est-ce que c’est ? Un grève des scénaristes, Cauvin est malade ?
— Pire ! Le frigo est vide…

Oui mais, nous, lecteurs, nous savons qui a manigancé cela… C’est le tout puissant Don Vito Cortizone, el padrino de la mafia new-yorkaise ! Mais pourquoi, nous ne le savons pas encore…

Mêlant astucieusement l’humour, les situations cocasses et les gros clichés sur la mafia italienne et son parrain, Don Vito Cortizone, cet album est un concentré d’action, de suspense, de mystères et de bons éclats de rire bien gras, sans jamais sombrer dans le redondant ou le lourdingue.

Se trouvant malgré eux mêlés à la guerre entre les mafias Chinoises et Italiennes, nos deux amis (Spirou, Fantasio) vont devoir se décarcasser pour récupérer leur écureuil Spip avant qu’il ne serve de hors-d’œuvre au chinois !

Sans compter que la chance qui leur sourit non stop a tout intérêt à ne pas les laisser tomber et vu que les mafiosis italiens sont touchés pas la poisse à tel point qu’il ne pleut que sur leur tête… Manquerait plus que la poisse leur tombe dessus à bras raccourci !

Don Vito Cortizone compte sur eux pour mener à bien sa guerre contre les chinois qui, non content de tout leur prendre, arrivent aussi à décimer leurs rangs, comme si la Chance n’était que pour eux.

Le mandarin, à la tête de la mafia chinoise, n’est sans doute pas étranger à toute cette poisse qui colle aux basques de nos italiens et une enquête au siège de ce fameux mandarin s’impose.

Mais pour y arriver, que de péripéties et de fusillades !

Le genre de bédé à lire lorsque le temps dehors est morose, ou à savourer au soleil, avec un bon mojito à la main, sans oublier une part de pizza…

À savourer sans modération les dialogues et les dessins sont hilarants, servis tous deux par un scénario qui ne laisse pas la place aux temps morts ou aux situations cocasses et rocambolesques.

Des albums comme celui-ci, j’en redemande !

— Don Di Pene Engelberti ?
— Présent !
— Don Gio e Dragone ?
— Prévent !
— Don Quichoto ?
— Présent !
— Don San Convictione ?
— Présent !
— Et enfin Don Toninio Retutto, notre doyen ?
— Heu… excusé ! Il est au lit avec les oreillons. J’ai un mot de sa mama…

Le Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et Le « Mois Américain – Septembre 2017 » chez Titine.