1793 : Niklas Natt och Dag

Titre : 1793

Auteur : Niklas Natt och Dag
Édition : Sonatine (04/04/2019)
Édition Originale : 1793
Traducteur : Rémi Cassaigne

Résumé :
1793. Le vent de la Révolution française souffle sur les monarchies du nord. Un an après la mort du roi Gustav III de Suède, la tension est palpable.

Rumeurs de conspirations, paranoïa, le pays est en effervescence.

C’est dans cette atmosphère irrespirable que Jean Michael Cardell, un vétéran de la guerre russo-suédoise, découvre dans un lac de Stockholm le corps mutilé d’un inconnu. L’enquête est confiée à Cecil Winge, un homme de loi tuberculeux.

Celui-ci va bientôt devoir affronter le mal et la corruption qui règnent à tous les échelons de la société suédoise, pour mettre à jour une sombre et terrible réalité.

Critique :
Ne vous fiez pas à la couverture, elle a beau avoir de jolis bateaux en illustration, vous ne montrez pas sur leurs ponts !

Donc, pas besoin d’avoir le pied marin ou de prendre un gilet de sauvetage pour entamer la lecture de ce roman historico-policier, vous n’allez pas avoir mal au coeur sur la mer en furie, ni vomir votre quatre heures et votre midi aussi.

Bien que… La mer n’est pas déchaînée, mais l’auteur, oui !

Je vous le chuchote tout bas, j’ai une réputation de « dure » à tenir, mais il y a eu quelques scènes où j’ai pudiquement sauté des lignes car c’était limite insoutenable. Malheureusement, elles devaient être écrites pour la simple raison qu’on devait tout de même en savoir un peu plus sur le cadavre que l’on avait découvert au début du récit, cadavre amputé de tous ses membres.

Dans tout bon roman historico policier ou polar historique, il faut un ou plusieurs enquêteurs et là, l’auteur a fait fort de café en nous proposant deux types que la vie n’a pas épargné et leurs divers problèmes de santé ont ajouté du piment à l’histoire.

Il est vachement plus difficile de jouer au Sherlock Holmes quand on crache ses poumons et au Watson avec un bras en moins. Niveau pouvoir de réflexions, nos deux hommes n’avaient pas de lacunes et au capitale sympathie, ils ont rempli tous leurs devoirs car je les ai adoré tous les deux.

Il est dit dans mon pays que l’union fait la force et nos deux éclopés vont devoir s’unir (pas dans ce sens là, bande d’obsédés), oublier leurs faiblesses et marcher sur des œufs pour arriver à démêler ce sac de nœud, dans une ville gangrenée par la corruption qui règne à tous les étages, surtout dans le monde de la justice et de la police (Don Winslow pourrait nous faire un livre sur la « Corruption » à cette époque là).

Petit à petit, l’auteur nous dévoile une partie de la scène et de ses acteurs, sans trop nous en montrer ou nous raconter tout au départ, ce ne sera qu’au fur et à mesure que nos deux personnages principaux vont se mettre l’âme à nu et que l’histoire va nous faire son déshabillage intégral.

Si à un moment du récit, on pourrait se demander ce que viennent faire deux autres personnages, il ne faut pas avoir peur de les découvrir, de suivre le fil de leur vie à eux, car non seulement, leurs histoires ont leurs importances, mais en plus, ces deux êtres ne sont pas là juste pour la déco.

Ce que nous allons lire au travers de leurs récits, c’est aussi un pan peu glorieux de l’Histoire où les faibles sont écrasés, anéantis, taillables et corvéables à merci tandis que les riches… Hé, vous connaissez la chanson !

Ce que j’ai apprécié, dans ce polar historique, c’est qu’une partie des personnages aient réellement existé (j’en étais sur le cul) et que la précision historique soit si poussée qu’elle donne l’impression d’être plongé dans la réalité de cette époque.

L’auteur a eu un tel soucis de réalisme dans ses descriptions que je dirais presque qu’il ne nous manquait que les bruits et les odeurs (oh non, pitié, pas les odeurs) pour parfaire l’immersion dans cette réalité virtuelle qui se concentre uniquement sur l’année 1793.

C’est palpitant sans pour autant virer au page-turner, mais on est captivé au point qu’on a du mal à lâcher son livre, le suspense est bien dosé à tel point que lorsque l’on quitte nos deux amis et leur enquête pour suivre d’autres personnages, on entre dans leur récit de suite et on se gave de ce qu’ils nous racontent, un autre suspense se mettant alors en place.

Moi je dis qu’un roman aussi réussi, c’est un tour de force car l’auteur lui a donné du goût, nappant son récit d’une sauce onctueuse, sans oublier le sel, à bon escient, saupoudré d’une bonne pincée de mystère, relevé par un suspense bien monté et servi par des personnages, ô combien attachants, et qui n’ont rien de super-héros.

C’est foutrement réaliste, son récit et nous ne sommes jamais au bout de nos surprises.

Moi, de la cuisine pareille, j’en redemande ! Aubergiste, cuisinez-nous le suivant.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019).

Publicités

Hors cadre : Stefan Ahnhem [LC avec Bianca]

Titre : Hors cadre

Auteur : Stefan Ahnhem
Édition : Albin Michel (30/03/2016)
Édition Originale : Offer utan ansikte (2014)
Traducteur : Marina Heide

Résumé :
Près des corps sauvagement mutilés de deux victimes, une photo de leur classe de 3ème sur laquelle leur visage a été raturé. Cette classe a aussi été celle de l’inspecteur Fabian Risk de la police de Helsingborg.

Pour arrêter la spirale infernale et éviter d’être la prochaine cible, il s’enfonce dans les méandres de son propre passé. Au risque de s’y perdre.

Best-seller partout où il est publié, ce roman troublant et cruel qui interroge la violence de la société, impose Stefan Ahnhem comme un des auteurs de thrillers scandinaves les plus prometteurs.

Critique :
♫ Viens, je t’emmène ♪ Où les enquêtes sont replies de secrets ♪ Viens, je t’emmène, Où des meurtres vont commencer ♪

On a tell’ment fermé les yeux ♫ On a tell’ment le regard détourné ♪ Que ça est arrivé ♪

Viens je t’emmène… C’est à peu près ça que l’auteur aurait pu me chanter à l’oreille car il m’a emmené dans une intrigue tellement bien maîtrisée que j’y ai pris un pied fou.

Pourtant, il arriva un moment où je doutai fortement du comment il allait encore pouvoir me tenir ainsi en haleine jusqu’à la dernière page.

Sans pour autant avoir VU le coupable – comme dans un Columbo – j’avais la sensation que tout était dit, que tout était plié, que je savais tout et que le seul suspense serait de savoir comment les policiers allaient le coincer.

Et bien, ça m’apprendra à douter, tiens ! Penser que tout était plié était une erreur grossière de ma part. L’auteur a eu raison de me susurrer à l’oreille « Viens, laisse-moi t’emmener » car le voyage valait vraiment la peine.

Les polars scandinaves dégagent toujours quelque chose en plus que les autres, et celui-ci n’a pas dérogé à la règle : l’intrigue était serrée, bien menée, j’ai été de surprises en surprises, le tout sur un rythme qui oscillait entre le tranquille et l’agité.

Bien que l’enquête prenne du temps, bien que le rythme ne soit pas celui d’un 24h chrono, l’intrigue se met de suite en place et les questions commencent à débouler dans notre tête.

Avec des chapitres courts et en italiques, l’auteur nous plonge dans le journal intime d’un jeune élève qui subit les brimades de certains de ses congénères, ceux qui sont des petites brutes patentées, le tout sous les regards détournés des autres élèves et des profs.

Si l’écriture est conventionnelle, les personnages ne le sont pas, et, sans atteindre la profondeur de ceux du Département V, il n’en reste pas moins qu’on se prend d’affection pour ces policiers dont on suivra un peu leur vie intime, mais sans que cela empiète sur l’histoire principale.

Le personnage principal, Fabian Risk, est un flic tenace, mais un mauvais mari et un mauvais père. Il y a eu des moments où je l’aurais baffé volontiers, ou tout au moins hurlé dessus. Pas de bol, il est Humain, et donc, non parfait. Mais jamais mes parents n’auraient agi avec la même désinvolture que lui et son épouse.

Mon seul bémol sera pour le final : il est grandiose, on a le trouillomètre à zéro, mais j’aurais aimé savoir quel allait être le parcours de certains des flics après cette enquête éprouvante, violente, remplie de morts et médiatisée.

Une LC qui nous a faite plaisir à toutes les deux. Si vous voulez connaître l’avis de ma copinaute, Bianca, cliquez sur son nom !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018).

Inavouable : Zygmunt Miłoszewski

Titre : Inavouable

Auteur : Zygmunt Miłoszewski
Édition : Fleuve Editions (14/09/2017)

Résumé :
Pendant la Seconde Guerre mondiale, une peinture est volée dans le musée de Cracovie.

De nos jours, à Varsovie, le gouvernement envoie une équipe de quatre personnes pour la récupérer.

Ils vont aux États-Unis, sur l’île Sainte-Catherine, en Suède et ailleurs. Ils découvrent des secrets dont la divulgation pourrait nuire aux grandes puissances mondiales.

Critique :
Depuis que les aventures du procureur Szacki, c’est fini, je ne croyais pas que je m’en remettrais un jour (si Hervé Vilard chante dans votre tête, c’est tout à fait normal).

Et pourtant, pourtant… (Aznavour aussi, tiens, chante dans votre tête) Je dois dire que Zygmunt Miłoszewski a réussi à me plaire avec un roman tout à fait différent des enquêtes de mon procureur Szacki chéri.

Ce que j’apprécie chez cet auteur, c’est qu’il me parle de son pays, la Pologne, sans concession, sans prendre des gants, c’est brut de décoffrage, sans prendre de gants et s’il faut critiquer le pouvoir ou les habitants, il ne s’en prive pas.

La toile n’est pas signée, mais le diplomate y a fait attention parce qu’une seule nation au monde se complaît dans les représentations de cavalerie lasse et sale, pataugeant dans la neige, et c’est la nôtre [Pologne].

Et en Pologne, en plus, tout est parti en fumée. Les Allemands brûlaient les archives avec une grande application parce qu’ils savaient qu’ainsi, ils détruisaient la mémoire d’une nation.

Malgré tout, je découvre des pans de son pays avec toujours le même plaisir renouvelé, surtout lorsqu’il va gratter dans les pages sombres de l’Histoire, celles qui se sont déroulées entre 39-45. Et tout le monde ne fut pas droit dans ses bottes…

— Et côté USA ? demanda Anatol. Est-ce qu’il pourrait s’agir de la preuve que la guerre a profité aux Américains ?
— La guerre profite à tous les empires, c’est une loi immuable de l’Histoire. Les milieux d’affaires et les industriels trépignaient d’impatience à l’idée que les États-Unis s’engagent dans le conflit mondial. Pour eux, cela équivalait à une pluie de dollars, à des milliards en commandes gouvernementales. Une guerre mondiale engrangeait des profits pour tous, à l’exception des soldats envoyés au front et de leurs familles. Tout le monde y trouvait son compte, depuis l’économie nationale, en passant par les fabricants de chars d’assaut et les laboratoires scientifiques, jusqu’aux couturières qui cousaient les lanières des casques. Sans parler des banques, les banques gagnent toujours, et au cours d’une guerre, elles gagnent sur tous les fronts parce qu’elles financent d’ordinaire l’ensemble des belligérants. Pour les États-Unis d’Amérique, aucun investissement n’a jamais été aussi rentable que la Seconde Guerre mondiale. Bien sûr, personne ne le crie sur les toits, il vaut mieux chanter les louanges des héros tombés sous les drapeaux, mais les mécanismes qui relient la guerre, l’économie et le monde des affaires ont été décrits des millions de fois.

Anybref, le sujet n’est pas là, il se trouve plutôt dans la spoliation des œuvres d’art par les uniformes noirs à tête de morts – les nazis – qui ne se sont pas privés et ont vidés les musées et les maisons privées de tout ce qu’elles comportaient comme peintures ou autres objets d’art.

— Il ne s’agit pas seulement de l’œuvre d’art la plus importante volée à la Pologne durant la guerre, c’est tout simplement le tableau le plus important et le plus précieux jamais perdu et recherché dans le monde. Je ne crains pas de le qualifier de version masculine de la Joconde [Le Portrait de jeune homme de Raphaël]. 

La Pologne ne fut pas épargnée et voilà que son gouvernement désigne 4 personnes pour aller récupérer un Raphaël dans une maison privée aux États-Unis… « Ocean Eleven » à quatre pour jouer aux « Monument Men »…

— Quelle… misérable créature a accroché un Raphaël à côté d’une télé ? 

L’auteur, sous le couvert de l’Histoire et de faits réels, nous offre un thriller punchy, avec des personnages sympathiques, pas toujours très clean eux aussi, mais qui ont tous en comment l’Art, que ce soit un marchand, une spécialiste des œuvres volées, une voleuse ou un espion.

On pourrait se croire dans une grosse production hollywoodienne et pourtant, l’auteur a soigné son histoire, faisant en sorte que si fiction il y a, elle se glisse adroitement dans la réalité et ne vire pas non plus à du non-sens, même si, les personnages sympathiques qui constitue ce quatuor a tout de même beaucoup de chance en survivant à tout ceux qui sont lancés sur les traces.

De plus, en lisant ce thriller qui pulse sans pour autant être trop rapide, on apprend des tas de choses sur les œuvres d’art volées, sur les petites magouilles des États, et rien qu’en Art, on a de quoi briller durant les prochains repas en famille.

— Mais ils n’exposaient que les vieux maîtres ! Jamais les impressionnistes, et certainement pas Gauguin ou Van Gogh. Ces dirigeants ne les mettaient peut-être pas au même niveau de bizarrerie que les Picasso, Chagall ou Klee, mais on ne pouvait certainement pas classer ces toiles dans la peinture réaliste et académique. Officiellement, ces œuvres appartenaient à « l’art dégénéré » et aucun cacique nazi sain d’esprit ne se serait vanté d’y prendre goût. Himmler aurait débarqué aussi sec avec son obsession de la puissance germanique brute et aurait chuchoté à l’oreille du Führer que l’un de ses prétoriens était tombé amoureux des impressions et des expressions juives.

— Les nazis ne s’intéressaient vraiment qu’au réalisme ? demanda Anatol.
— Loin de là. Les Allemands savaient ce qui était bon. Officiellement, ils dénigraient l’épouvantable modernité pour lécher les bottes du grand chef. Officieusement, ils extrayaient les meilleures toiles impressionnistes des collections de Juifs français comme les pépites d’or d’un lit de rivière, le tout sous prétexte d’actions aryennes. Mais ils ne s’affichaient pas avec leurs prises.

Les fêtes de fin d’années sont proches, pensez-y… Si la conversation s’enlise, plutôt que de raconter une blague cochonne, embrayez sur la disparition de toutes ces peintures de grands maîtres.

Au final, une brique qui se lit toute seule, au coin du feu, avec un sourire béat devant les répliques qui fusent, les pensées remplies d’humour cynique.

Il s’était dit que c’était dommage pour tous ces gens si sympathiques. C’était dommage qu’ils soient nés dans ce pays qui n’avait jamais eu de bol [Pologne]. Vraiment, on avait de la peine à croire qu’ils avaient vécu ici toutes ces années en compagnie des Juifs. Les deux peuples les plus malchanceux du monde côte à côte, comme dans une putain de réserve naturelle de perdants. Si Dieu existait, son sens de l’humour manquait de finesse.

Le sage qui affirmait que le pouvoir absolu corrompt absolument avait raison. Les dirigeants américains avaient fini par croire qu’ils étaient au-dessus des lois, qu’ils étaient les maîtres de l’univers et ils se comportaient en tant que tels.

On se prend de sympathie pour les 4 personnages principaux, on tremble avec eux, on conduit pied au plancher, on tente de s’en sortir par tous les moyens, on transpire, on a froid, et on tente surtout de découvrir quel est l’horrible mystère qui se cache derrière tout ça, en toile (hahaha) de fond et qui pourrait faire des gros dégâts s’il venait à être révélé.

— Tu sais que je ne peux pas te le dire, Martin. Mais, puisque nous sommes entre vieux amis, je te dirai simplement qu’il y a des vieilleries, certaines vraiment vieilles, dont l’émergence menacerait bien plus la sécurité nationale que des bombes atomiques en vente par correspondance avec livraison gratuite à n’importe quelle adresse du globe. Tu comprends ?

Pas de baisse de régime dans le cadre de ce nouveau roman, on a perdu un procureur cynique et on se retrouve avec deux baroudeurs et deux experts qui en possèdent autant que Theodore Szacki.

Un vrai plaisir de lecture grâce à un scénario excellent et des dialogues au top. Sans compter qu’il tape toujours sous la ceinture, là où ça fait le plus mal.

Bien sûr qu’il comprenait. Des armes, c’était des morts, mais quelques cadavres supplémentaires ne faisaient pas une grande différence. Une propagande bien menée pouvait faire d’un mort le prétexte d’une guerre, ou d’un millier de morts un incident sans importance. Mais le savoir… le savoir, c’était le pouvoir.

PS : j’ai pouffé de rire avec le prénom d’un personnage secondaire : « Jerzy Majewski ». J’ai pensé directement au porc Jerzy de Gotlib dans un de ses calembours célèbre « Et père y colle au zoo ce porc Jerzy ».

— C’est comment dans ta taule en Pologne ? demanda-t-il. T’en as pas marre de bouffer du chou pourri ?
— Y a de jolies détenues, je suis devenue la reine des lesbiennes.
— Cool. Tu m’enverrais une photo ou deux ?
— À toi ? Mais tu as accès à tout le porno de la planète !
— Je sais, mais une connaissance, tu vois, c’est jamais pareil.
— Tu éplucherais une adresse pour moi ?
— Bien sûr. Et tu me rendras visite, un jour ?

Elle était loin d’être une sainte nitouche : une semaine plus tôt, elle avait couché avec l’un d’entre eux avant de rompre, et avant cela, elle avait sucé plus de bites qu’aucune femme à la ronde, et plus souvent que les mères du coin n’embrassaient leurs enfants pour dormir.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et Le Challenge « Les Irréguliers de Baker Street » repris par Belette [The Cannibal Lecteur] ou sur le forum de Livraddict (N°51 – Environnement montagneux).

Colza mécanique : Karin Brunk Holmqvist

Titre : Colza mécanique

Auteur : Karin Brunk Holmqvist
Édition : Mirobole (20/04/2017)

Résumé :
Restés célibataires, les deux frères Henning et Albert, 68 et 73 ans, habitent une petite maison à la lisière d’un village en pleine campagne suédoise.

Leur paisible routine est brisée net lorsque la maison d’à côté est transformée en centre de désintoxication pour femmes alcooliques.

Puis quand, à la suite d’un malentendu, des médias à l’imagination fertile prennent le champ de colza voisin pour un lieu de débarquement extraterrestre.

Des jeunes femmes vulnérables d’un côté, des journalistes en délire de l’autre…

Propulsés au rang de superstars, les deux vieux garçons vont devoir garder la tête froide.

Critique :
Comment est-ce possible de passer un excellent moment de lecture dans un roman où il ne passe pas grand-chose, surtout durant les 100 premières pages où nous faisons connaissance avec les deux personnages principaux que sont les deux frères Andersson : Henning et Albert, respectivement 68 et 73 ans ??

Sans doute le côté satyre sociale, l’humour, la finesse des différents portraits brossés dans ces 251 pages.

On ressent bien le côté rural de ce petit village de Suède, avec son épicière toujours en train de râler sur tout et de colporter des ragots, elle qui est si crédule.

Du côté de nos deux papys célibataires, c’est pas l’hygiène qui prime, mais l’humour et les relations tranquilles avec le châtelain du coin, auquel ils donnent un petit coup de main dès qu’il a besoin d’eux.

Après cette installation de nos compères et de leur vie tranquille dans ce petit village, ça va bouger un peu avec l’ouverture d’un centre de désintoxication pour femmes alcooliques et l’apparition d’un crop circle dans un champ de colza, comme si un engin extra-terrestre s’y était posé ! Mulder, rapplique vite !!

Quand tout le monde court dans tous les sens et devient un peu zinzin, seuls nos deux frères conservent leur flegme, voulant juste être en paix et pouvoir pisser dehors tranquille.

J’ai aimé le côté philosophique de ces deux vieux qui vivent chichement, dans un total dénuement, presque, mais qui ne demande rien de plus que du tabac à chiquer et de la nourriture simple. Et surtout, de partir ensemble pour le grand voyage car si un frère partait avant l’autre, ce serait une catastrophe pour le survivant.

Un roman qui ne possède pas un rythme haletant, dans lequel il ne se passe rien d’exceptionnel, mais un roman qui fleure bon la campagne suédoise et le feel-good car des papets de la sorte, on aimerait en croiser plus sur sa route.

Prévoyez tout de même les lingettes désinfectantes, ici, on se cure les ongles avec la fourchette avant de la piquer dans la viande….

Une belle petite leçon de vie de la part de deux vieux qui vivent avec le minimum alors que nous, il nous fait le maximum pour survivre.

Un vrai plaisir de lecture qui fait du bien par où il passe et qui se lit tranquille, avec un ou deux mojitos dans la main.

On dit « Merci qui ?? » On dit merci aux éditions Mirobole !!

La Montagne rouge : Olivier Truc [Enquêteurs Klemet et Nina 3]

montagne-rouge-la-olivier-truc

Titre : La Montagne rouge

Auteur : Olivier Truc
Édition : Métailié Noir (2016)

Résumé :
Une pluie continue épuise les hommes et les bêtes.

Alors que les éleveurs du clan Balva procèdent à l’abattage annuel des rennes, des ossements humains sont retrouvés dans l’enclos, au pied de la Montagne rouge.

Or, le clan est opposé à un groupement de forestiers et de fermiers dans un procès exceptionnel à la Cour suprême de Stockholm. L’enjeu – le droit à la terre – est déterminant pour tous les éleveurs de rennes du pays : qui était là le premier ?

ob_90356d_olivier-truc-la-montagne-rouge-carteCritique :
Durant l’abatage de leurs rennes, les éleveurs sont tombés sur un squelette… Ben elle est où, sa tête ??

Le cavalier sans tête aurait-il quitté Sleepy Hollow pour le pays Sapmi ou bien serait-ce l’œuvre d’un règlement de compte à O.K Corral ?

Pour une fois, Klemet et Nina, les agents de la patrouille P9, ont affaire à un corps qui reposerait là depuis plus de 300 ans. Pas vraiment une affaire où on va se casser le cul et les méninges, a priori.

Et bien, détrompez-vous ! Ce squelette sans tête pourrait peut-être résoudre bien des problèmes de territoire, ce perpétuel conflit entre les Suédois et les Sami : qui était là le premier ??

Et quand on sait que l’État Suédois a tout faire pour spolier les Sami de leur territoire, leur faisant signer des papiers qu’ils étaient incapables de lire, qu’on les a traité comme des sous-hommes, des sous-merde, on se dit que l’État est un sacré fils de… sa mère, mais qu’accuser l’État revient à n’accuser personne en chair et en os.

Si ce tome prend plus de temps à se mettre en place, est lent de par son enquête qui ne sait pas trop dans quel sens elle doit aller, il est profond de par les thèmes qu’il exploite et grâce à sa brochette de personnages bien travaillés et dont certains sont plus attachants que d’autres.

Entre ces éleveurs de rennes, Sami, qui veulent que leurs bêtes puissent paître le lichen partout, entre ces forestiers qui eux veulent couper le bois et se foutent des bestioles des autres, entre les policiers qui ne savent plus à quel saint se vouer, entre ces archéologues et universitaires dont certains sont d’un racisme crasse, avec ce procureur un peu zinzin et ces vieilles dames qui arpentent la ville avec leurs pointes d’acier, on a une belle palette de personnages tourmentés, tracassés, jovials, au passé mystérieux.

Même nos policiers sont affectés par ce climat délétère, surtout Nango Klemet qui est tiraillé entre ses origines Sami, considéré comme un collabo chez les siens et comme un sous-homme chez les Suédois ou les Norvégiens car d’origine Sami.

Quand à Nina, ses soucis avec son père qui perd la boule font d’elle une personne aigre et souvent agressive envers Klemet. Ils sont torturés, nos policiers.

De plus, durant l’enquête et les tiraillements de nos deux enquêteurs préférés, nous aurons droit aux pages sombres de la Suède, des pages très sombres, même. À se demander si ce pays que nous admirons n’est pas qu’une belle façade cachant des horreurs… On a planqué la merde dans un joli bas de soie.

Au lieu de nous livrer un truc indigeste, l’auteur a choisi de nous expliquer tout cela aux travers de différents portraits, distillant les infos à son aise, faisant monter le suspense, les questions, le mystère, l’horreur. Tout le monde n’étant pas toujours ce qu’il veut nous faire croire, ici.

Dans ces pages, il y a des relents de racisme, de nazisme, d’eugénisme, du rejet de l’autre que l’on considère comme un frein à l’expansion du pays, de l’autre dont on a tout volé, tout pris, tout spolié et que l’on se permet encore de conspuer.

Ça se lit avec un arrière goût métallique dans la gorge car on sait que ceci n’est pas de la fiction, hélas.

Ceci n’est pas qu’un roman policier, loin de là ! Comme ces deux romans précédant, Olivier Truc va plus loin qu’un Whodunit, plus loin qu’un thriller, plus loin qu’un polar : il entre dans le roman noir, explore le contexte social, l’Histoire d’un pays et nous en sort ses plus belles horreurs, celles qui furent commises avec le sentiment du devoir accompli et d’avoir agit pour le bien de tous.

Un excellent roman noir qui ne vous laissera pas indifférent(e), sauf si vous êtes comme certains personnages abominables qui fraient dans ces pages…

Ne laissez pas passer ce roman où le travail de recherche est phénoménal et où un auteur donne la voix à ceux qui n’en ont pas, ou si peu.

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017) et le Challenge Nordique Édition Scandinavie Saison 2 (2017) chez Chroniques Littéraires.

challenge-nordique-edition-scandinavie-saison-2-copie-copie

Promesse – Département V – Jussi Adler-Olsen

Titre : Promesse – Département V

Auteur : Jussi Adler-Olsen
Édition : Albin Michel (2016)

Résumé :
Bornholm, une île danoise de la mer baltique, fin des années 1990. Le cadavre d’une jeune fille est retrouvé dans un arbre, son vélo broyé au bord de la route. Aucune trace du chauffard : affaire classée.

Sauf pour un inspecteur de la police locale qui finit dix-sept ans plus tard par demander l’aide de l’inspecteur Carl Mørck. Avant de se tirer une balle dans la tête.

À l’initiative de Rose, l’assistante du flegmatique Mørck, l’insolite trio du Département V en charge des cold cases débarque sur l’île de Bornholm. En remuant le passé, ils prennent le risque de réveiller de vieux démons…

Critique : 
Lire le dernier Adler-Olsen, c’est comme revoir des amis très chers chez soi, des amis que l’on ne verrait qu’une fois par an.

Alors, on est partagé entre la hâte de les retrouver tout de suite ou l’envie de faire trainer les choses pour ne pas que le plaisir finisse si vite et devoir attendre 1 an avant de les retrouver…

Notre trio – quatuor en comptant Gordon – est toujours aussi frappadingue.

Entre le vice-commissaire Carl Mørk qui ne demande qu’à poser ses pieds sur le bureau pour une sieste; son adjoint Assad, le ténébreux et mystérieux syrien avide de citations sur les camélidés et Rose la… pétillante (veux pas risquer de perdre ma vie en écrivant qu’elle est plus barrée que les 2 autres), on peut dire que l’équipe est originale et sors des sentiers rabattus des équipes de flics.

Mais le vent de Sibérie était une tiède brise comparé au regard glacial de Rose.

Assad secoua la tête, l’air désolé. Il ne devait pas y avoir de dicton de dromadaire qui convienne à la situation.

Un cold case qui va les entrainer sur des pistes plus froides que la libido d’une nonne morte il y a 600 ans, des indices plus maigres qu’un moineau qui mange pas et cette horrible sensation qu’ils sont dans une impasse et qu’ils n’arriveront pas à faire la lumière sur cet accident qui eut lieu vers 1999.

Servi par une écriture qui fait mouche et un scénario tip-top composé de l’enquête et des moments de vie, notre équipe va remonter la piste cahin-caha, entrainant le lecteur avec lui pour arriver à un final inattendu et à cent lieues de ce que je pensais. L’auteur m’a encore bien berné.

— Tu es drôlement pâle aujourd’hui, Rose. Mais au moins on avance, comme le chameau dit au dromadaire qui se plaignait de son cavalier qui lui donnait des coups de cravache.

Ce que j’aime, avec cette équipe, c’est qu’au fil de leurs enquêtes, on en apprend un petit peu plus sur eux et je dois dire qu’il y a des secrets assez chaud boulette dedans ! Mais je ne sais pas encore tout… Déjà que le cousin a lancé un pavé dans la mer suivit par un hypnotiseur… Ça promet pour la suite.

Mon seul bémol sera pour le manque d’émotions… Ici, nous sommes face à un excellent cold case, certes, mais qui n’explore pas une partie sombre du Danemark.

Le frère de Merete m’avait émue dans le premier, j’avais frémi de dégoût devant les frasque des étudiants dans le 2ème, les femmes de l’asile m’avaient fait mal au cœur dans le 4ème (pas lu le 3ème) et Marco du 5ème tome m’avait mis de l’eau dans les yeux.

Ici, nous avons une enquête, excellente et qui réserve son lot de surprise, mais je n’ai pas sorti les kleenex comme d’habitude.

Un trio hors norme, des personnages bien calibrés, une enquête palpitante, un pied dans deux époques, une piste froide mais qui se réchauffe au fil des pages, de l’humour, des dictons sur les chameaux ou les dromadaires, du cynisme, du suspense, un final survolté (mdr), des références à Holmes et l’envie de retrouver mes amis du Département V l’année prochaine.

— Élémentaire, mon cher Watson. Si vous me permettez, répliqua Rose.

Pas besoin d’être Sherlock Holmes pour imaginer ce qui s’était passé cette nuit, et s’en amuser.

Avec le côté sombre du Danemark et l’émotion, je l’espère, parce que l’auteur est doué pour me coller une crasse dans l’œil.

Parce que, comme disait le dromadaire au chameau : l’humidité de l’œil, c’est important.

— Vous avez déjà marché contre le vent derrière un chameau qui a la colique, chef ? demanda Assad après avoir reniflé l’air ambiant.

— Ouh là là ! gémit Assad en voyant l’étendue du désastre. Vous ne connaissez pas le dicton, chef, alors : Un homme avisé ne pisse pas contre le vent.

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016) et le Challenge « Nordique 2016 » chez Mes chroniques Littéraires.

CHALLENGE - Thrillers et polars 2015-2016 CHALLENGE - Nordique loups_scandinavie

Le sang des pierres : Johan Theorin [Saga Quatuor de l’île d’Öland 3]

Sang des pierres - Johan Theorin
Titre : Le sang des pierres                                  big_2-5

Auteur : Johan Theorin
Édition : Le Livre de Poche (2013)

Résumé :
À la fonte des neiges, les gens du continent regagnent l’île d’Öland. Peter Mörner s’est installé dans la maison familiale, pour trouver la paix, loin de son père.

De sa luxueuse villa, Vendela Larsson regarde cette lande dont elle connaît tous les secrets. Gerloff, vieux loup de mer, a voulu revoir, peut-être pour la dernière fois, le soleil de son enfance…

Mais la mort rôde en cette nuit de Walpurgis qui célèbre traditionnellement la fin de l’hiver, et les drames du passé, dont témoigne la couleur rouge sang de la falaise entre la carrière et la lande, resurgissent…

Petit plus : Après le brouillard d’automne de « L’Heure trouble », l’hiver, saison du deuil, de « L’Echo des morts », Johan Theorin tresse ici un suspense virtuose où se mêlent présent et passé sur fond de réveil printanier des forces de la nature.

L’intrigue balance entre le présent de l’île et son passé pauvre et ténébreux, peuplé de noyés, de fantômes, d’elfes et de trolls. Pourtant, l’histoire parvient à se maintenir jusqu’au bout à la lisière du surnaturel sans jamais la franchir tout à fait.

Sang des pierres - ThéorinCritique : 
Deux suédois enfilés l’un après l’autre, c’est un peu indigeste… Je parle, bien entendu, de lire deux polars suédois l’un après l’autre ! Surtout que ce roman, comparé au précédent, n’est pas un foudre de guerre niveau rapidité de l’action.

L’auteur prend vraiment son temps pour nous amener là où il veut nous conduire et ça n’a tenu qu’à un cheveu de fées si je n’ai pas lâché ce roman après 100 pages, tant j’attendais – en vain – un cadavre !

« On peut mener un cheval à l’abreuvoir, mais on ne peut pas le forcer à boire » dit le dicton… mais puisque j’étais à l’abreuvoir, je me suis dit qu’il serait bête de ne pas continuer afin de voir ce qui lui valait l’étiquette rouge « Prix des lecteurs – Sélection 2013 ».

Rien de neuf sous le soleil de minuit avec ce polar qui se déroule sur l’île d’Öland, mais je ne regrette pas de m’être accrochée parce que le final est plus trépidant que tout le reste et niveau action, ça bougeait plus que le postérieur d’une danseuse de samba quadragénaire. Ce qui n’est déjà pas si mal, comparé au départ !

Les deux premiers crimes, ici, seront dû à un incendie criminel et c’est Peter Mörner, personnage principal, qui va mener sa petite enquête, plus pour en apprendre sur son père que pour en découvrir l’auteur. Il faut dire qu’il connait peu son père qui avait des activités un peu… Non, non, je ne dirai rien de ses activités, z’avez qu’à lire le livre, tiens !

Tiens, un autre crime ! Ah, il était temps !

Niveau personnages et contrairement au revêtement Téfal, ils sont très attachants, c’est d’ailleurs une des choses qui m’avait incité à poursuivre ma lecture.

Nous avons plusieurs personnages qui sont récurrents, sur cette île d’Öland, et j’ai apprécié que, durant la narration, nous fassions des petits crochets dans le temps, lorsque l’un ou l’autre des protagonistes se souvient de son jeune temps.

L’écriture est « simple », autrement dit, sans chichis, sans phrases alambiquées et les références aux fées et aux trolls sont légion, dans cette partie de la lande de l’île.

Bref, un roman agréable, aux atmosphères creusées (mais j’ai déjà lu des atmosphères plus mieux), assez lent, même si, a contrario, je l’ai lu en peu de temps. Par contre, je ne lui accorderai pas le « prix des lecteurs ».

Lu et passé un bon moment, mais sera oublié d’ici peu. Et puisque la légende raconte que sur cette île d’Öland, il suffit de faire un vœu en déposant une offrande pour les fées dans le creux d’une table en pierre, et bien, j’ai fait le vœu d’avoir une lecture « coup de cœur » pour le prochain livre.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle (prix des lecteurs 2013 – sélection)  et  « Un hiver en Suède » de Mes chroniques Littéraires (plus au Marathon Lecture organisé par elle-même le 22 & 23 mars 2014).

CHALLENGE - Thrillers polars 2013-2014 (2)Winter on the island IICHALLENGE - À tous prix

Hanna était seule à la maison : Carin Gerhardsen [Saga Katarina Ewrlöf 2]

Titre : Hanna était seule à la maison                               big_3

Auteur : Carin Gerhardsen
Édition : 10/18 (2013)

Résumé :
Les policiers du commissariat d’Hammarby doivent agir vite.

En très peu de temps, deux affaires de meurtre échouent sur le bureau du commissaire Conny Sjöberg. Une jeune fille, issue d’une famille à problèmes, est étranglée sur un ferry qui fait la liaison entre Stockholm et la Finlande.

Sa petite sœur de 14 ans se retrouve seule, confrontée à une situation qu’aucune adolescente ne devrait connaître. En faisant son jogging, l’inspectrice criminelle Petra Westman découvre au milieu des buissons un nourrisson dans un état d’épuisement avancé, à proximité du cadavre d’une femme sans aucun papier d’identité.

Au même moment, une petite fille de 3 ans se réveille et découvre qu’elle est seule chez elle. Son papa est en voyage à l’étranger et sa maman est sortie avec son petit frère. Hanna se retrouve sans personne, enfermée à clé dans l’appartement familial.

Et le temps s’écoule…

Critique : 
Non mais allo quoi ? C’était donc si difficile de trouver un polar suédois qui m’enchante enfin ?? Apparemment, oui. Heureusement qu’il y a eu ce polar pour me réconcilier tout à fait avec les grands blonds aux yeux bleus (pax suédoise avait commencée avec le polar précédent « Du sang sur la Baltique).

Le livre commence par une scène d’inceste entre un père et son fils. Nous sommes en 1964 et nous n’en saurons pas plus lorsque le chapitre premier s’ouvre sur 2007 pour nous présenter toute une brochette de personnages.

On passe d’une famille où la mère se la joue « alcoolo cool », laissant ses filles vivre comme elles le veulent à une mère qui ne sait plus à quel « sein » (le gauche ou le droit) se vouer pour que son bébé, qui a une angine, cesse enfin de pleurer. Nous avons aussi un grand garçon de 24 ans qui se fait tabasser par son père, deux flics qui boivent une bière et la famille du commissaire Conny Sjöberg.

C’est assez touffu au début et ce n’est qu’au fil de la lecture que tout s’imbriquera parfaitement, nous démontrant qu’une connerie d’ado peut avoir des conséquences fâcheuses et entrainer tout le monde dans un sacré Tsunami.

L’écriture, au présent, est passée toute seule, les personnages étaient agréables et l’intrigue bien ficelée. Oui, je me suis laissé surprendre et j’aime ça.

Les pages se tournaient toutes seules et des 75 pages lues au début, les 275 autres le furent d’une traite (c’était un marathon lecture, mais le bouquin était un vrai page turner).

Une vraie lecture plaisir, avec du suspense, deux enquêtes dont on veut en savoir plus, et leur alternance fait que l’on ne s’ennuie jamais, même lorsque que des parties de chapitres sont consacrées à la vie des personnages. Sans oublier les passages avec la petite Hanna, seule à la maison… Angoissant !

Bon, une petite réclamation au sujet de la petite Hanna, justement, qui a presque 4 ans : elle avait plus de chance de se faire mordre par une chauve-souris enragée que de tomber, en appuyant au hasard sur les touches du téléphone, sur une gentille personne telle que Barbro, prête à la croire à retourner toute la ville de Stockholm pour la retrouver à l’aide de maigres indications.

Autre point négatif : le roman se termine un peu en queue de poisson, sans que l’on sache ce qui va arriver à certains personnages. La suite au prochain épisode ? Sans doute. Et je serai là.

Bref, une lecture vraiment super, sans pour autant transcender le genre. Plaisant et addictif.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014) et  « Un hiver en Suède » de Mes chroniques Littéraires (plus au Marathon Lecture organisé par elle-même le 22 & 23 mars 2014).

Winter on the island IICHALLENGE - Thrillers polars 2013-2014 (2)

 

Le marathon lecture suédois c’est parti ! (suivi)

Bon, ceci est mon premier marathon, mais je ne pense pas que je serai une coureuse de fond…

Faut dire aussi que entre faire les courses, ranger les courses, mettre la lessive à sécher pendant que Chouchou faisait la vaisselle, repiquer mon thym et mon aneth, repiquer aussi le petit cactus que j’ai hérité de ma grand-mère (elle en maison de repos, alors, j’ai pris son petit cactus chez moi), cuire le poisson, dîner (il était 12h30) et mettre tout à jour dans WP et FB… Vous comprenez pourquoi je n’ai que 74 pages de lues à mon compteur ! Et uniquement le matin…

J’ai choisi « Montage rapide des étagères Ikéa«  : de 10h à 22h le samedi  et/ou le dimanche. Bien que « Chroniques Littéraires » ait inventé, rien que pour moi, la catégorie « Je détale quand je vois un suédois, sauf s’il est tout nu »…

Samedi 22 mars : « Hanna était seule à la maison » de Carin Gerhardsen (10/18).

Le pitch du roman : Deux affaires de meurtre échouent sur le bureau du commissaire Conny Sjöberg.

Une jeune fille est étranglée sur un ferry entre Stockholm et la Finlande, et un nourrisson est retrouvé à proximité du cadavre d’une femme sans papier d’identité.

Au même moment, Hanna, trois ans, se réveille et découvre qu’elle est seule chez elle, enfermée à clé dans l’appartement familial.

Et le temps s’écoule…

23h30 (vendredi) : j’ai émergé du divan, les yeux en quiquines de poupousse. Merde, je n’ai pas vu la fin du second épisode de « Elementary » diffusé sur RTL-TVI… alors, à moitié endormie, je me suis brossé les dents et je me suis vautrée avec plaisir dans le lit conjugal, me blottissant contre ma source de chaleur préférée. Marathon de lecture ? Heu, c’était rappé pour minuit !!

06h00 : Vessie au rapport ! Faut éviter de boire du thé au soir… Pipi !!!! Une fois descendue pour vider, je n’avais plus envie de remonter dans le lit, alors, je me suis installé dans le divan pour lire mon livre.

Le livre commence avec une scène assez dérangeante : un père qui tripote le robinet de son fils… Nous sommes en 1964 et on ne sait pas encore à quoi cette scène se rattachera dans le roman…

Mon ventre gargouille… Vite grignoter un morceau et prendre une tasse de café. Hop, on se réinstalle, le livre et moi, bien au chaud sous le plaid, à moitié couché dans le divan, la tasse de café fumante non loin.

06h30 (j’ai pas vraiment regardé la montre) : On est revenu en 2007 et on a fait la rencontre d’une profusion de personnages !

  • Une femme avec son bébé qui hurle et son mari qui est au Japon, pour un séminaire.
  • Un appart, une fête, une mère à moitié beurrée avec sa bonde de loosers et ses filles (une belle, une moche) qui font quasi ce qu’elles veulent. Elles ont le feu au cul, aussi… Surtout la grande de 16 ans qui a déjà un mec de 24 ans.
  • Le copain… Parlons-en, tiens. Son père le brutalise, le fils se comporte comme une lavette, pas fait beaucoup d’études (pour ne pas dire « n’a rien fait), dépend de son père pour vivre et à une mère malade (qu’il doit garder, tu parles d’une vie).
  • Famille Sjöberg : 5 enfants. Tiens, c’est le nom du commissaire sur le quatrième de cover! Ils ont l’air d’une famille « normale ».
  • Petra et Jamal qui boivent un verre. On apprend que Petra est flic aussi.

Jusque là, on ne sait pas encore ce qui va relier tout ces personnages.

7h00 : Plus de café depuis longtemps… J’ai suivi Jennifer (fille chaudasse numéro 1) sur le ferry qui relie Stockholm à la Finlande. Son mec est avec, mais on sent que elle n’en a rien à foutre de lui. Là voilà même qui se fait un plan sexe avec deux hommes de 45 ans !

Voilà, j’en suis arrivée à la page 74 avant de partir pour faire les courses, vers 7h45… Oui, le magasin ouvre trèèèès tôt ! 😉

20h – 23h10 : de la page 74 à la… 308 !! Les 50 dernières seront pour demain matin. J’ai lu avec quelques interruptions, mais je dois dire que le roman se lit facilement, assez vite, qu’on ne s’embête pas et que tout est en train de s’imbriquer !! Là, je suis trop crevée que pour continuer. 😉

Dimanche 23 mars :

7h00 : Levée à cette heure-là et j’ai avalé un petit déj express, pris un mug de café brûlant et j’ai terminé le livre sur les chapeaux de roues !

Aaaah, enfin un roman suédois qui me plaît ! L’intrigue était bien, le suspense était au rendez-vous, les personnages intéressants, le rythme correct (ni trop rapide, ni trop lent). Un chouette moment de lecture, bien que la fin nous laisse avec beaucoup de questions quant au devenir de certains personnages et la découverte d’un complice… La suite au prochain épisode, sans doute… (Ma chronique ICI)

8h00 : montée en haut pour attraper un autre un autre grand blond aux yeux bleus et je suis tombée sur « Le sang des pierres » de Johan Theorin que je me suis empressée de sortir de la biblio dans le but de poursuivre le RAT.

Le pitch ? A Oland, à la fonte des neiges, de nouveaux venus s’installent à Stenvik : Vendela Larsson, qui a grandi sur l’île, occupe avec son mari, écrivain célèbre, une luxueuse villa flambant neuve. Peter Mörner réintègre sa maison familiale avec son fils et son père.

Le vieux marin Gerloff revient lui aussi au village de son enfance, peut-être pour la dernière fois. Les maisons de tous ces arrivants sont bâties, dit une légende de l’île, entre le monde des trolls, au fond de la carrière, et celui des elfes, qui dansent sur la lande. Cette frontière est marquée par une ligne rouge dans la falaise, une veine sanguine, qui a toujours porté malheur.

Et le malheur ne tarde pas à s’abattre sur cette communauté puisqu’on retrouve le père de Peter assassiné…

Après le brouillard d’automne de « L’Heure trouble », l’hiver, saison du deuil, de « L’Écho des morts », Johan Theorin tresse ici un suspense virtuose où se mêlent présent et passé sur fond de réveil printanier des forces de la nature.

De 9h00 à 12h00 : Faut croire que je ne suis pas faire pour les RAT… je me suis préparée mon repas de demain, j’ai rédigé les brouillons de mes deux futurs billets, j’ai regardé avec Chouchou l’émission « Escales » qui nous montrait de la cuisine chinoise bien appétissante, ensuite, on a préparé le Teppanyaki (il a coupé les filets de dindonneau et les légumes, a joué avec ses épices et les sauces).

12h30 à 15h30 : On a mangé et puisque le soleil brillait, après avoir été prendre l’air, je suis restée à la cuisine, dans le soleil, et j’ai rangé mes armoires… parce que entre mes tasses (collection) et mes boites (collection), mon homme ne sait plus où mettre ses épices (il en a tout plein). Donc, j’ai tout rangé et fait de la place, avec une planche rien que pour mes thés !

Bref, j’ai pas encore ouvert le livre ni lu une seule page… Non, je ne suis pas faite pour les lectures non stop. Je le fais d’ailleurs rarement, mais le petit RAT que je viens de faire m’a bien plu et je recommencerai, mais toujours à mon rythme 😉

17h00 : Commencé à lire 46 pages de « Le sang des pierres » et distraite ensuite par des tas de petites choses, tel qu’une émission sur « National Geographic » qui nous parlait de l’origine de l’homme, avec les dinosaures et les bêbêtes qui peuplaient la terre avant les grands dinos de Jurassic Park ! Vous saviez qu’il y avait eu des autres grosses bêtes avant les dinos, vous ??

20h00 : Grand Prix de Moto GP au circuit de Losail, au Quatar et Valentino Rossi a fait deuxième derrière Marc Marquez ! Mon pilote revient sur les devants ! Quoi ? Non, il n’est pas suédois, mais italien… non, le Quatar n’est pas un fjord suédois… Oui, je me suis dissipée de mon RAT, oui, ce n’est pas bien, non, je ne le ferai plus, oui, je vais lire sérieusement, là ! 😉

22h00 : Crevée, je vais au lit… Et je finirai ma lecture demain

Lundi 24 et mardi 25 : j’ai eu un peu de mal à continuer le livre parce qu’il était assez lent, mais le final était plus trépidant, ce qui me fait dire que le livre était « correct » mais sans plus et qu’il ne valait sans doute pas un « Prix des lecteurs 2013 », hormis pour le billet que j’enverrai à Asphodèle !

Ma grosse nique de ce roman est ICI ! Ce qui clôt le challenge « Un hiver en Suède » qui m’a fait passer de bons moments, même si les lectures n’étaient pas toujours au top ! Je le poursuis avec la suite, qui sera consacrée au polars du Nord de manière plus générale, autrement dit, je vais pouvoir sortir mes norvégiens, islandais, scandinaves, de ma PAL 😉

Winter on the island II

 

Du sang sur la Baltique : Viveca Sten [Saga Sandhamn 2]

Titre : Du sang sur la Baltique                           big_3

Auteur : Viveca Stein
Édition : France Loisirs (2013)

Résumé :
Meurtre spectaculaire sur l’île suédoise paradisiaque de Sandhamn. Thomas Andreasson mène l’enquête, aidé de son amie d’enfance Nora Linde…

Alors que les plus beaux voiliers sont rassemblés à Sandhamn pour le départ de la très populaire régate estivale, le coup de feu de départ retentit. Au même instant, le brillant avocat Oscar Juliander s’effondre, abattu d’une balle en plein poitrine.

Thomas et son équipe sont sur les dents : comment retrouver un tueur au milieu d’une foule immense de spectateurs et de concurrents ? Et combien d’ennemis peut bien avoir une star du barreau ? Sans compter qu’Oscar Juliander multipliait les conquêtes, suscitant les pires jalousies.

Thomas se tourne vite vers son amie Nora, toujours prête à l’épauler. Cela tombe à pic : en plein crise de couple, elle a grand besoin d’une diversion…

POLAR - Sang baltiqueCritique : 
Enfin un polar suédois qui ne me fait pas soupirer d’ennui ! Bon, je ne suis pas certaine que la réconciliation entre nous continuera, mais au moins, j’aurai brisé ce cercle maudit au moins une fois !

Une lecture agréable, pas trépidante (si vous voulez des polars qui bougent, oubliez celui-là), mais qui m’a fait passer un bon moment de lecture à tel point que j’ai bouffé 350 pages en un jour…

Des voiliers sont rassemblés à Sandhamn pour le départ de la régate estivale… le coup de feu de départ retentit. Au même instant, l’avocat Oscar Juliander s’effondre, abattu d’une balle en plein poitrine. Thomas et son équipe sont sur les dents : comment retrouver un tueur au milieu d’une foule immense de spectateurs et de concurrents ?

Si le meurtre a lieu très vite, c’est l’enquête qui piétine durant de longues semaines. Beaucoup d’options sont examinées, mais nos pauvres policiers ne comprennent pas qui avait plus d’intérêt qu’un autre à flinguer Oscar Juliander.

Les chapitres sont courts et la galerie des personnages assez importante, nous donnant un joli cheptel de coupables potentiels. J’ai cherché – en vain – le nom du coupable et son mobile.

L’enquête se déroule lentement, on prend le temps de faire connaissance avec les personnages, les enquêteurs, l’amie de l’enquêteur, leur vie, leurs tourments, leurs blessures…

Les pages tournaient rapidement, avec plaisir, même, afin d’en savoir plus sur toute cette galerie de personnages, l’auteur mélangeant la vie personnelle des protagonistes sans que cela enlève de l’intérêt au récit ou que cela devienne trop lourd.

Personnages qui, de près, ont tous l’air de n’avoir rien à se reprocher.

Mention très bien à l’auteur qui a réussi à me surprendre sur la fin ! Encore un peu, je relisais le roman pour savoir où il avait commencé à se foutre de moi en m’envoyant sur des fausses pistes.

Une vraie lecture plaisante, pas transcendantale, mais qui m’a fait passer un bon moment de lecture un peu moins « sombre » que les dernières.

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014), « Un hiver en Suède » de Mes chroniques Littéraires.

Winter on the island IICHALLENGE - Thrillers polars 2013-2014 (1)