Retour à Duncan’s Creek : Nicolas Zeimet

Titre : Retour à Duncan’s Creek

Auteur : Nicolas Zeimet
Édition : Jigal Editions (08/09/2017)

Résumé :
Après un appel de Sam Baldwin, son amie d’enfance, Jake Dickinson se voit contraint de retourner à Duncan’s Creek, le petit village de l’Utah où ils ont grandi.

C’est là que vit Ben McCombs, leur vieux copain qu’ils n’ont pas revu depuis plus de vingt ans. Les trois adolescents, alors unis par une amitié indéfectible, se sont séparés dans des circonstances dramatiques au début des années quatre-vingt-dix.

Depuis, ils ont enterré le passé et tenté de se reconstruire. Mais de Los Angeles aux montagnes de l’Utah, à travers les étendues brûlantes de l’Ouest américain, leurs retrouvailles risquent de faire basculer l’équilibre fragile de leurs vies.

Ce voyage fera ressurgir les haines et les unions sacrées, et les amènera à jeter une lumière nouvelle sur le terrible secret qui les lie. Ils n’auront alors plus d’autre choix que de déterrer les vieux cadavres, quitte à renouer avec la part d’ombre qui les habite… et à se confronter à leurs propres démons.

Critique :
Le pari était osé, risqué, même : faire une suite de « Seuls les vautours », roman noir époustouflant où l’auteur avait su insuffler des véritables senteurs des années 80 dignes d’un King.

La suite me faisait un peu peur, mais mes petits copains blogueurs ont su calmer mes angoisses en me certifiant que la suite était une belle suite et qu’il fallait que je la lise.

Les salauds avaient raison : la suite est d’un haut niveau et j’ai retrouvé une partie de la palette des émotions que j’avais ressentie lors de la lecture de « Seuls les vautours ». Pas tout à fait les mêmes émotions, mais j’en ai eu pour mes sous, je vous assure.

Déjà que l’auteur a réussi à me donner l’équivalent d’un coup de poing dans le plexus dans ses premières pages, lorsque Jack s’arrête au milieu de nulle part avec Sam. Là, il m’a coupé la chique.

Une partie du plaisir de lecture réside dans la construction du récit qui alterne les « aujourd’hui » avec les « hier », les deux pouvant se confondre dans le récit, se compléter, se mélanger harmonieusement.

De plus, l’auteur a réalisé un petit puzzle qui fait que l’on ne découvre l’histoire qu’au fur et à mesure de sa lecture, nous réservant grâce à cette construction des petites surprises, des sursauts, nous déroulant une histoire à l’envers.

Rassurez-vous, pas besoin de carte ou de GPS pour retrouver son chemin, il est bien balisé et si on possède un cerveau normal, on aura le film qui se déroulera dans notre tête.

En parlant de film… La chose la plus remarquable, dans ce roman noir, en plus des personnages bien détaillés, vivants, réalistes, c’est le fait que dans ses descriptions, l’auteur m’ait fait vivre les scènes d’amitié, de rigolade, ou de drame comme si j’y étais et je peux vous dire que j’ai eu l’impression de me trouver dans le corridor lorsque le drame est arrivé.

Ceci est un roman noir bien construit, profond, avec une écriture qui n’a rien de neuneu ou de simpliste, les descriptions sont détaillées, mais sans qu’elles ne submergent le récit et n’étouffent les personnages, qui eux, sont tels qu’auraient pu être trois jeunes enfants devenant ados, se faisant des promesses qu’ils ne tiendront jamais d’amitié à vie.

Un roman noir que j’ai dévoré, regrettant ensuite d’arriver à la fin car la palette d’émotions m’avait fait passer par tous les stades, le dernier étant la tristesse de quitter mes amis, devenus adultes.

Ce roman, c’est une traversée de plusieurs états des États-Unis, un road trip pour un retour en arrière, sorte de retour vers le passé, une plongée dans un abîme de sentiments, de souvenirs qui ne laissera pas son personnage principal indemne.

Un roman noir puissant, même si un cran en-deçà de son précédent « Seuls les vautours » qui lui, était exceptionnel.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018) et le challenge US (2017-2018) chez Noctembule.

Désert solitaire – Edward Abbey

Titre : Désert solitaire

Auteur : Edward Abbey
Édition :

Résumé :
Peu de livres ont autant déchainé les passions que celui que vous tenez entre les mains. Publié pour la première fois en 1968, Désert solitaire est en effet de ces rares livres dont on peut affirmer sans exagérer qu’il « changeait les vies » comme l’écrit Doug Peacock.

À la fin des années 1950, Edward Abbey travaille deux saisons comme ranger dans le parc national des Arches, en plein cœur du désert de l’Utah.

Lorsqu’il y retourne, une dizaine d’années plus tard, il constate avec effroi que le progrès est aussi passé par là. Cette aventure forme la base d’un récit envoûtant, véritable chant d’amour à la sauvagerie du monde, mais aussi formidable coup de colère du légendaire auteur du Gang de la Clef à Molette.

Chef d’œuvre irrévérencieux et tumultueux, Désert solitaire est un classique du Nature Writing et sans conteste l’un des plus beaux textes jamais inspirés par le désert américain.

Critique :
Comme le disait si bien Monsieur Preskovik : « Ça est caustique ».

Si vous êtes un adepte de la voiture pour aller chercher votre pain à 200 mètres, ce livre risque de vous faire mal aux jambes car notre homme préconise le retour à la bipédie, autrement dit « lève-toi et marche » comme disait si bien une autre personne.

Ce qui lui donnait des aigreurs d’estomac, à notre Edward Abbey, c’est que l’on construise des routes dans les parcs nationaux afin que les gens puissent arriver jusqu’aux sites principaux en bagnoles.

Pourquoi ? Afin de gagner plus d’argent puisque ces « fainéants » viendraient visiter le parc, tandis qu’avec des chemins de terre fréquentables uniquement à pied ou à cheval, et bien on vise un moins large public.

La plume est acide, caustique, virulente envers cette Amérique qui ne se déplace qu’avec un engin motorisée, qui veut voir des lieux naturels, mais en accédant bien calé dans leur siège de voiture, la clim’ à fond.

N’ouvrez pas ce roman dans le but d’y lire une histoire rythmée par autres choses que les saisons et le temps qui passe, car ici, hormis les quelques aventures d’explorateurs racontées par Abbey, il ne se passe pas grand-chose d’exceptionnel.

Enfin, rien d’exceptionnel, c’est exagéré car on a entre les mains un véritable roman de nature writing, une ode aux déserts, à la nature brute, le tout dans des décors magnifiques que la main de l’Homme va, une fois de plus, bouleverser avec son « bétonnez-moi tout ça ».

La vallée est belle… et pourtant, on va submerger tout ça avec un lac artificiel, à un autre endroit, on va faire des routes pour que les gros 4×4 des familles en visite puissent passer et aller partout, afin que ces gens puissent visiter la Nature sans descendre de leurs fauteuils confortables.

Abbey sait de quoi il parle et dans son roman, il nous raconte tout simplement son quotidien au sein de l’Arch National Monument, lui qui y fut ranger durant six mois, dans les années 50. Un boulot solitaire, mais pas toujours, car il faut se méfier des prédateurs dangereux que sont l’Homo Erectus !

Mélangeant le nature writing à la philosophie de vie, de pensées, ajoutant une critique amère des religions, ou plutôt de la manière dont les gens la vivent, critique caustique, amère et cynique de la société américaine, ce roman nous transporte dans un autre lieu, un autre monde, un monde que l’on aimerait visiter autrement qu’assis dans son divan… À pieds, par exemple, comme les vrais.

Ce roman, c’est plus qu’une ode à la Nature sauvage, c’est aussi un plaidoyer pour elle, un cri de colère contre l’Homme qui détruit tout, qui ne respecte rien, c’est une déclaration d’amour à la solitude, c’est des escapades dans des lieux magiques où l’Homme n’est pas passé souvent et ne l’a donc pas détruit ou altéré.

Un récit qui se déroule tout en langueur, un récit que l’on lit dans le calme, la sérénité, avant d’avoir envie d’exploser devant la connerie humaine et sa propension au bétonnage et aux ordures laissées derrière lui.

Le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le « Mois Américain – Septembre 2017 » chez Titine.

Les Tuniques Bleues – Tome 33 – Grumbler et fils : Raoul Cauvin & Willy Lambil

Titre : Les Tuniques Bleues – Tome 33 – Grumbler et fils

Scénariste : Raoul Cauvin
Dessinateur : Willy Lambil

Édition : Dupuis (08/04/1992)

Résumé :
Le 8 juillet 1862, la loi Morril est votée à Washington. Elle interdit la polygamie. Ce texte vise en premier lieu les communautés de mormons. L’armée est envoyée dans l’Utah pour informer ces communautés et les convaincre de changer de mœurs.

Parmi ces soldats, le sergent Chesterfield et le caporal Blutch. Tous deux sont missionnés auprès des mormons de Bloomington.

Blutch refuse d’assister aux débats car il estime que les mormons ne gênent personne si ce n’est leur voisin, Grumbler, jaloux de leur réussite, lui qui a pour fils quatre bons à rien.

Chesterfield, lui, est bien décidé à convaincre les mormons de changer. Mais les choses ne vont pas du tout se passer comme prévu.

Critique :
1862, une nouvelle loi interdit la polygamie et le tout est de faire appliquer cette nouvelle disposition aux Mormons…

Comme porteurs de la bonne nouvelle et chargés de faire changer radicalement cette communauté, l’armée n’a rien trouvé de mieux que d’y envoyer le sergent Chesterfield et le caporal Blutch…

Pauvres Mormons, aurions-nous envie de dire.

Si j’ai toujours apprécié cet album, c’est parce qu’il nous emmène ailleurs que sur un champ de bataille, dans les vertes prairies et nous plonge dans une communauté à part, celle des Mormons, que nous connaissons mal.

Déjà, saluons le travail de documentation réalisé par le scénariste prolifique qu’est Raoul Cauvin pour la géniale idée qu’il a eue de nous faire découvrir cette communauté et cette nouvelle loi de 1862.

Saluons aussi le travail réalisé sur les personnages du père Grumbler et de ses quatre fils, chancres de la médiocrité et dont le père n’arrive à rien faire d’eux, si ce à s’en prendre aux Mormons et à les faire tabasser par ses quatre bons à rien de fils.

Avec un humour subtil, le scénariste nous déroule toute cette histoire qui ne manquera pas de rebondissements, mais aussi de tendresse, de colère, de désespoir de la part d’un père vis-à-vis de ses quatre fils.

Et de rédemption aussi car dans cet album, le rôle de redresseur est dévolu à Blutch qui, non seulement devra ramener son sergent Chesterfield dans le droit chemin de l’armée, mais qui essayera aussi de transformer quatre bons à rien en travailleurs, ou du moins, à ce qui pourrait s’en rapprocher le plus.

Pour une fois que notre caporal Blutch aurait pu déserter sans problèmes, le voilà qui se démène pour récupérer son sergent, comme quoi, ces deux là ont beau dire qu’ils se détestent, lorsque l’un a besoin de l’autre, l’amitié parle en premier et chacun est capable de se décarcasser pour l’autre.

Cet album, en plus de posséder des connaissances sur la communauté mormone, de l’humour et des situations comiques avec le running gag de la cloche, comporte aussi une réflexion sur l’acceptation d’autrui avec ses différences et puisque selon Blutch, les Mormons ne font de mal à personne en vivant avec plusieurs femmes, pourquoi le leur interdire ?

Un album champêtre qui nous éloigne des champs de bataille et de la guerre, ce qui n’est pas pour me déplaire, un scénario excellent (on en a eu des moins bons par la suite), un album drôle, pas gnangnan, avec des personnages hauts en couleur et qui pourraient nous révéler bien des surprises en prenant des chemins qui ne leur sont pas habituels.

Le Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, le Challenge « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et Le « Mois Américain – Septembre 2017 » chez Titine.

Seuls les vautours : Nicolas Zeimet

Titre : Seuls les vautours                                                big_5

Auteur : Nicolas Zeimet
Édition : Éditions du Toucan (2014)

Résumé :
Un petit village de l’Utah en 1985, avant internet, la téléphonie mobile et les techniques modernes d’investigation scientifique. Shawna, une fillette de cinq ans, disparaît brutalement un matin.

Tout le village se mobilise. Non seulement les quelques policiers du poste local mais aussi le médecin, un journaliste et bien sûr les enfants. Des enfants et des adolescents qui ont l’imagination fertile et qui racontent d’étranges histoires.

En suivant les destins croisés d’une dizaine de personnages, l’enquête progresse, les haines et les attirances se cristallisent alors que des découvertes bien réelles mènent à des événements qu’on croyait définitivement sortis des mémoires.

Certains, en tous cas, auraient bien voulu les oublier…

201006232173Critique : 
Bienvenue dans le trou du cul de l’Utah ! Duncan’s Creek, petite ville peuplée de mormons avec des idées rétrogrades, de Gossip Woman pourvues de sacrées langues du vipère, d’un shérif antipathique et de toute une population assez haute en couleur.

Les seuls vautours que vous verrez dans ce roman font partie de cette espèce de charognards que je haïs : ceux qui se rassemblent devant une catastrophe et qui y vont de leurs petits commentaires fallacieux, fielleux et médisant. On les nommeras des « voyeurs morbides » car ils se repaissent d’événements dramatiques.

Malgré tout, l’ombre du grand rapace charognard plane et planera sur tout le récit : une petite fille de 5 ans a disparu et ce n’est pas le premier enfant qui disparaît.

Mais qu’est-ce qui se passe à Duncan’s Creek, doudou dis-donc ? Y aurait-il un croquemitaine ? J’ai l’air de prendre ça à la rigolade, mais je vous rassure de suite, l’affaire est grave.

Que voilà donc un roman magistral qui m’a entrainé sur les pentes escarpées du Devil Trail à la recherche de la petite Shawna, gamine innocente née dans une famille dont le père est un fainéant de première, protégé par sa famille qui voyait en lui un saint et qui a disparu il y trois mois. Bien fait, tiens !

Il y a une telle tension dans le récit, parfois, que j’étais contente de me changer les idées avec les aventures des autres personnages qui gravitent dans le récit.

Malheureusement, cette baisse de tension n’était que temporaire, tout le monde a des squelettes dans ses placards et le récit est digne d’un excellent roman noir tant la condition sociale y est décrite d’une manière féroce. C’est tout un pan de la société qui s’offre à nous dans ce microcosme et vous reconnaitrez des gens de votre entourage dans les habitants.

Les personnages ont des histoires qui se croisent et des destins qui s’entrecroisent, le tout étant raconté avec une maestria qui me laissera sans voix. On a l’impression qu’on gravite avec eux dans leur quotidien, suivant leurs pas dans cette petite ville des années 80, cette époque non polluée par le Net ou les GSM (et ça a toute son importance).

Toute cette petite galerie qu’on apprendra à connaître, à aimer, à détester (pour certains, je préconise le lance-flamme, directement), tous ces gens parfaitement décrits qui nous apprendront leurs histoires, leurs désirs, leurs pensées, leurs blessures secrètes… Le tout avec une bonne dose d’ironie et de cynisme.

Les descriptions, les récits des autres personnages, l’ambiance – tantôt sombre, tantôt plus douce ou romantique, le suspense, l’avancée du récit – tout est maitrisé et diffusé selon une prescription médicale des plus étudiée. Ni trop, ni trop peu. Juste assez pour nous rendre addict et faire que l’on en veuille plus ! Les 475 pages passant juste un peu trop vite à mon goût.

Accrochée dès le départ, mon cœur a eu peur pour la petite, mais, entraîné dans le récit des autres, j’en suis même arrivée à l’oublier, et de ça, je ne suis pas fière, mais l’auteur, lui, peut l’être !

C’est un tourbillon d’émotions que je viens de vivre ! Bluffée, menée par le bout du nez, plongée dans les misères des gens, ayant des envies de meurtres, dégoûtée par les ragots des langues de vipères qui font plus de mal que de bien, tenant fermement ma lampe de poche lorsque je cherchais la petite avec eux, me donnant l’impression que je vivais avec eux, étreignant plus mon livre lors des moments « suspense » et le refermant avec un sourire mêlant à la fois le plaisir et la tristesse.

Du plaisir à lire cet auteur français qui a réussi à me faire oublier sa nationalité française, tant j’avais l’impression de lire un bon auteur « yankee » et de la tristesse à l’idée de devoir refermer ce livre une fois arrivée au mot « fin ».

Merci Nicolas (Tu permets que je t’appelles par ton prénom après toutes les émotions que tu m’as donné ?), pour ce roman qui avait des airs de ressemblances avec les ambiances des petites villes reculées des romans du King. Oui, merci pour ce putain de magnifique roman que j’ai lu sous les bons conseils de l’ami Yvan.

PS : J’adore la couverture !

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2014-2015), Le « Challenge US » chez Noctembule et « Ma Pedigree PAL – La PAL d’excellence » chez The Cannibal Lecteur.