Le parfum de la chatte en noir et autres pastiches érotiques de romans policiers : Liebig

 Titre : Le parfum de la chatte en noir et autres pastiches érotiques de romans policiers

Auteur : Etienne Liebig
Édition:  La Musardine (2010)

Résumé :
« Les grands policiers et les grands criminels de la littérature classique ont évidemment une sexualité, mais celle-ci, pour des raisons de censure et de bienséance, n’a jamais pu s’exprimer, faisant de nos héros des êtres impuissants ou frigides.

Il fallait que cette injustice soit réparée.

C’est pourquoi, dans un souci de vérité historique qui les honore, les éditions La Musardine m’ont confié cette haute mission de rendre à tous ces personnages qui peuplent notre inconscient collectif une vie sexuelle aussi riche et diverse que leur vie aventureuse.

J’ai essayé modestement de pasticher au plus près des styles originaux, les histoires de ces héros et héroïnes de notre mythologie moderne qui ont tous fait l’objet déjà, de très nombreuses adaptations plus ou moins fidèles ».
Etienne Liebig.

Dans Arsène lupin, gentleman gamahucheur le célèbre héros s’intéresse au derrière de la femme d’un ministre et imprime ses initiales à la naissance de son anus. Le vol de papier et d’un tableau serait-il un subterfuge pour s’occuper de la dite dame ou le contraire? Une reconstitution est nécessaire pour résoudre cette énigme. L’auteur tente de se rapprocher du style de Maurice Leblanc, remarque qui vaut pour tout le recueil, tout en y injectant un ton de vaudeville bourgeois.

Dans Le Parfum de la chatte en noir Rouletabille enquête sur le suicide supposé d’un artiste qui a été en fait étouffé par une nonne criminelle ancienne connaissance de notre héros! Il mènera l’enquête courageusement quitte à en perdre la vie dans un duel acrobatique. Au programme enquête lubrique, profanation, nécrophilie et amitié rapprochée avec des nonnes, tout pour se faire des amis!

Dans L’Héritier aux deux trous on retrouve un Sherlock Holmes lubrique et bien sûr drogué qui enquête sur l’enlèvement du fils héritier d’un riche banquier. Mais pourquoi le dit riche banquier a-t-il choisit comme épouse pour sa progéniture une prostituée qui n’a pas froid aux yeux? Cela cacherait-il un secret de famille bien encombrant? Au programme secret de famille et lesbianisme particulièrement inavouable dans cette Angleterre victorienne.

Dans Les Véritables mémoires du vit de Vidocq on suit l’enquête de la mort d’une riche héritière. Notre policier appliquera des méthodes bien particulières, modernes et pas franchement catholiques pour réunir des preuves. Il devra explorer les bas-fonds pour retrouver les assassins ce dont il ne se plaindra pas! A noter un lexique bien utile sur l’argot de l’époque à la fin de la nouvelle.

Dans Fantômas contre l’inspecteur Juve et le jeune journaliste Fandor on apprendra que pour provoquer la chute de Fantômas il suffit de le faire chanter de façon bien particulière avec l’aide de sa fille.

Dans La Mystérieuse histoire du gode d’ivoire Hercule Poirot devra donner de sa personne afin de comprendre non seulement qui est le voleur du dit objet mais aussi comprendre l’histoire de famille qui se cache derrière les mystérieuses initiales gravées à sa base.

Enfin dans Morsure sénile Miss Marple doit déjouer un maître chanteur, ayant jeté son dévolu sur un prêtre bien coincé et confident de tout le village, qu’elle pourrait bien connaître. Au programme flegme anglais bien coincé comme il faut et conspiration pour gagner un pari lubrique !

Critique :
Bon, les enfants, allez lire votre dernier « Picsou Magazine » et passez votre chemin, vos yeux curieux n’ont rien à faire ici.

Parents, je ne suis pas responsable si vos enfants lisent cette critique.

Majeurs ou « grands de 16 ans », vous êtes les bienvenus pour cette critique un peu plus osée de par l’ouvrage en question.

Que vous dire après ma lecture ? Si j’ai la larme, ce n’est qu’à mon oeil, et non, ce n’est pas dû à l’émotion de ma lecture.

Que vous dire d’autre ?

Juste que si la viande de cochon est fortement déconseillé crue, il en va de même  pour les récits dits « cochons »… Trop cru, c’est indigeste !

Certes, vous me direz que je savais à quoi m’attendre en achetant ce bouquin dans un rayon sombre d’une bouquinerie. Oui, je me doutais du caractère « coquin » de la chose et des récits.

J’ai dit « coquin », pas « cochon » ! Toute la délicatesse de l’affaire se trouve dans cette différence subtile entre les deux termes.

Pour ceux et celles qui ne me connaissent pas, je vous signalerai que je n’ai rien d’une puritaine, ni d’une vierge effarouchée (je suis sagittaire, en plus) et que mon esprit est aussi mal tourné qu’il est possible de l’être.

Ayant lu des livres de Frédéric Dard, le père littéraire du commissaire « San-Antonio », je peux vous dire que les récits de parties de jambes en l’air – qui sont plus que légion dans les livre de Dard – ne me font pas rougir, ni pousser de hauts cris de pudibonde (Pudi Bond, la soeur de James) et que la brouette de Toronto n’a plus de secret pour moi. Le langage cru ne me fait pas rougir non plus.

Bref, on pourrait croire que ce genre de récits était fait pour moi.

Oui, mais à une seule condition : que le niveau soit un peu plus relevé et que le langage ne soit pas aussi plat. Il n’y a aucun volume ! C’est cru, ça manque de sel et de quelques piments, c’est plat et sans poésie.

Les descriptions crues, qui sont passées comme dans du beurre dans les romans de Dard, ont bloqué chez Liebig. Et oui…

Étant aussi une grande habituée des fan-fictions avec des lemmons (récits destiné aux plus de 16 ans au moins, autrement dit, qui comportent une ou plusieurs scènes de sexe plus que suggérée), j’apprécie que l’aventure horizontale (ou verticale, on a le choix de la position) me soit contée dans des termes poétiques.

Que cela soit suggéré tout en finesse, ou, si l’auteur va au fond des choses, que cela soit décrit avec des termes corrects.

Non, je n’ai rien contre le vulgaire, mais entre nous, n’importe quel écrivaillon du dimanche est capable de torcher un lemmon quelconque avec un langage tout aussi quelconque tel que : « il enfonça sa b*** dans son c** »  ou « elle me su** la qu*** toute la nuit » (je vous mâche le travail, les Astérix – le Gaulois, celui qui vit en Gaule – remplacent le nombre exact de lettres manquantes).

N’importe quel couillon peut le faire et pour pas un balle.

Donc, en achetant ce livre, avec l’oeil égrillard, je m’attendais à passer un bon petit moment coquin tout en restant dans la métaphore suggestive ou, du moins, dans des descriptions très osées, mais tout en restant dans le langage correct.

Bien mal m’en pris, comme vous vous en doutez.

J’avais plus l’impression de me retrouver dans un livre destiné à des gros obsédés du langage cru que dans un pastiche « osé » ou « coquin ».

Là où le père Dard me faisait rire, Liebig m’a fait boire le bouillon (pub déguisée).

Quelle est l’utilité de commencer un récit avec un Holmes qui se l’astique consciencieusement ? De nous parler d’un Watson qui se fait dessus, comme un môme dans son Pampers ?

Même avec le second degré, ça coince. Même en lubrifiant encore plus mon humour, ça ne passe toujours pas.

D’accord, ces messieurs « les hommes » ont tendance à se grattouiller, dès le réveil, et pas derrière les oreilles, mais plutôt au niveau des valseuses…

Mais là, c’est moi qui me suis grattée la tête de perplexité en lisant le récit que nous contait le docteur Watson, nous expliquant que Holmes se les grattait, comme toujours quand il était dans un moment d’intense réflexion… *long soupir*

Et je ne vous parle même pas du langage qui n’était pas châtié… Vulgaire, tout simplement.

Une impression que l’auteur avait juste envie d’utiliser les mots irrévérencieux, juste pour le plaisir de les écrire, comme un sale gamin.

Diantre ! Des récits salaces et osés, j’en ai lu une tripotée, mais les auteurs (et de fan-fic en plus !) utilisaient un vocabulaire correct, rendant leurs récits bien plus émoustillants.

Là, ça vous refroidirait plus qu’autre chose.

Je vous épargnerai les détails scabreux des autres récits, ça n’en vaut pas la peine. On a déjà usé assez de papier ainsi en imprimant ce livre et j’ai abandonné la lecture, laissant tomber les deux dernières histoires.

Je veux bien qu’il faut sans doute prendre les récits au second degré (que je possède pourtant), dans une version plus parodique qu’autre chose… mais tout de même, je suis déçue de ma lecture qui me fit soupirer d’ennui plus qu’autre chose.

L’auteur aurait pu nous régaler de la Chose tout en poétisant l’acte, en métaphorisant le tout, en changeant de ton entre les histoires.

« En variant le ton », comme disait Cyrano !

Oui, l’auteur aurait dû utiliser des images, comme Colette Renard dans ses chansons…

Que voilà une riche idée !

Agricole : il aurait pu nous parler de « labourer » (en un mot, svp), « d’ensemencer », de « planter le soc de la charrue », de « semer à tous vents », de « butiner le pistil », de « planter la courgette », « taquiner le goujon »,…

Littéraire : de « tremper sa plume dans l’encrier », »effeuiller »,

Gourmand : « dévorer le rouleau de printemps », « astiquer l’asperge », de « bouffer la cressonnette »,…

Bref, il aurait dû nous servir son pastiche un peu moins cru ou du moins, de manière plus amusante.

Dard, relève-toi, et réécrit le moi !

*Toute allusion à des mots « coquins » ou « sexuellement imagés », dans cette critique, serait purement fortuite !!

Les nouvelles « L’Héritier aux deux trous »; « La Mystérieuse histoire du gode d’ivoire »; « Morsure sénile » ont été relues avec une grimace pour illustrer ma 69ème critique du Challenge « Thrillers et polars » de Liliba.

« L’Héritier aux deux trous » participe aussi au Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddic, au Challenge « I Love London » de Maggie et Titine, au Challenge « Le mois anglais » chez Titine et Lou et au Challenge « Victorien » chez Arieste.

CHALLENGE - Sherlock Holmes  CHALLENGE - Mois anglais - keep-calm-and-readChallenge I Love LondonCHALLENGE - 77158541_pCHALLENGE - victorien-2013

Publicités

La Tour Noire : Louis Bayard

Titre : La tour noire

Auteur : Louis Bayard
Édition : Pocket (1 septembre 2011)

Résumé : 1818. Louis XVI et Marie-Antoinette ont été guillotinés, Napoléon a été exilé et les Bourbons sont revenus au pouvoir.

La France, de nouveau, porte la couronne. Mais dans les rues de Paris, trente ans de chaos ont laissé des traces – et c’est un ancien forçat, habitué des bas-fonds, qui dirige la Sûreté : François Vidocq.

Un as de l’investigation auquel le jeune Hector Carpentier, docteur en médecine, emboîte vite le pas : il faut dire qu’il en va de sa vie, mais également de l’avenir des Bourbons, dont l’un des membres, disparu en 1795, pourrait bien revenir d’entre les morts…

Voici donc notre jeune étudiant un peu naïf mais néanmoins perspicace entrainé à la suite de Vidocq dans les méandres de l’histoire et de la royauté.

L’enquête va les mener sur les traces du Dauphin, le petit Louis XVII (serait-il véritablement mort ?) et par la même occasion sur le passé du père d’Hector…

Critique :

Noté, sur la couverture : « Elu meilleur thriller de l’année par le Washington Post ». Rien que cela ? Sceptique (mais pas comme la fosse), je demande à voir par moi-même et pour cela, je dois le lire.

Oulà, mais que lis-je ? L’auteur est journaliste au Washington Post ! Oups, n’y aurait-il pas un manque  d’impartialité ? Pour ne pas dire que le juge était partie… Moi, je trouve que oui.

Pour conclure (et pas dans le foin), nous sommes loin du « meilleur thriller historique » annoncé sur la couverture (ou alors je n’ai pas la même notion de « thriller » que l’éditeur…).

Attention, je n’insinue pas que le roman est de la daube, mais n’ayant pas lu TOUS les thrillers de l’année, je ne puis vous garantir qu’il soit bel et bien « le meilleur de l’année ». En tout cas, il fait partie des « bons thrillers », ça c’est sûr.

Le livre commence par un petit rappel de l’histoire, ce qui est très utile et nous communique l’arbre généalogique de la famille royale française, qui, comme toutes les familles royales, est souvent très complexe. Ici, il est limité aux derniers.

Chapitre premier, consacré à un récit qui se passe en l’an II. Récit sortit tout droit d’un carnet de note d’un homme qui nous décrit les conditions de détentions inhumaines d’un prisonnier.

Ensuite, nous passons à l’histoire proprement dite qui se passe en 1818, durant la période appelée « Restauration ».

Diable, c’est quoi déjà cette période ? Désolé, mais en Belgique, on n’apprend pas l’Histoire de France.

Ah oui, c’est cette période où les français, après avoir viré leur roi Louis XVI, après lui avoir fait perdre la tête (sans mauvais jeu de mot), ont vécu sous la botte d’un Empereur avant de lui demander d’aller se faire voir ailleurs et de reprendre un roi, Louis XVIII.

Varions les plaisirs, comme je dis toujours…

Tiens, mais il est où le Louis numéro XVII ?? C’est ce que le livre va nous expliquer.

Dans ce roman, deux personnages principaux. Tout d’abord, le jeune Hector Carpentier, sorte d’étudiant en médecine qui passe son temps à l’université pour rédiger une monographie et d’autre part, François Vidocq, chef de la Sureté et ancien forçat. Tout les oppose.

Autant le premier est timoré, n’osant rien faire, vivant chez sa môman parce qu’il a dilapidé tout l’héritage paternel pour une pouffiasse.

Autant le second est un personnage truculent, avec de la gouaille à revendre et s’impose face au jeune Hector. Vidoq manie les mots et le verbe, n’a peur de rien, sait user des déguisements avec maestria (une sorte de Holmes en moins bien éduqué, version « bandit et gueux ») et sait comment interroger les gens pour leur tirer les vers hors du nez.

Quel est le rapport entre Hector et le meurtre du sieur Leblanc ? C’est ce que je me suis demandée d’entrée de jeu. Nous le saurons au fil de la lecture.

Voilà nos deux hommes lancés sur une enquête qui va les mener sur la piste du dauphin qui ne serait pas mort dans la prison de la Tour Noire.

Le récit nous est conté par Hector lui-même, entrecoupé de temps en temps par le récit de l’homme qui nous parle de ce mystérieux prisonnier dont je ne doutai pas un instant de son identité. Conditions de détentions atroces, pires que tout.

Ce livre m’a conforté dans deux points : le premier, c’est que les hommes qui ont fait la révolution en dénonçant les conditions atroces ou ignobles dans lesquelles leurs rois traitaient leurs semblables et en hurlant « plus jamais », commettent les mêmes atrocités qu’eux. Et on peut toujours chanter « Non, non, rien n’a changé, tout, tout à continué, hé hé ».

Deuxièmement, c’est que la connerie humaine est comme l’espace, infinie (et encore, on a un doute pour l’espace).

Voilà les Français qui, après avoir viré leur roi et pris un empereur, ont dû supprimer toutes les références à la fleur de Lys des Bourbon, pour passer aux abeilles et à l’aigle de Napo.

Ensuite, rebelote, on supprime les abeilles et l’aigle pour repasser à la fleur de lys. Et le coût de toute cette connerie ? Parce qu’il fallait changer tout le service ! Et gare à celui qui aurait conservé un vestige de l’Ancien régime, quel qu’il soit, quand il ne le fallait pas.

Ça à l’air bête, mais je ne le savais pas, c’est le livre qui me l’a appris. Petite leçon d’histoire…

Imaginez que vous deviez encore faire pareil après chaque changement de président… Après avoir bouffé la soupe à la grimace dans les assiettes à l’effigie du Nain Nerveux, vous deviez tout changer pour un service à la tête de Flamby…

Heureusement, vos dirigeants ne se penchent plus sur vos assiettes. Enfin, quoique… du moins, ils ne se préoccupent pas de la déco de vos assiettes. C’est déjà ça.

Mais je m’égare !

L’enquête de nos deux hommes avance à grands pas et arrive le troisième personnage. Est-il le dauphin ? Vous vous poserez la question, tout comme moi.

Ce personnage est tout en naïveté, tout en innocence. Il m’a touché. Et quand, de retour avec Hector dans la pension de famille que tient sa mère, un des étudiants l’attaquera verbalement, se moquant de lui (personne, hormis Vidocq et Hector ne savent qui il pourrait peut-être être vraiment).

Mais tout naïf qu’il est, ne connaissant pas la méchanceté, il lui répondra de manière candide, lui clouant le bec puisqu’il ne s’énervera pas.

Réussite totale de ce personnage qui parvient à vous toucher sans devenir gnangnan.

Réussite aussi du personnage de Vidocq. Sans jamais avoir vu une seule série télévisée ou un film sur lui, je voyais Gérard Depardieu devant moi. Il avait vraiment le style (je précise que je fais abstraction de l’affaire du passeport Russe et de l’exil fiscal Belge pour cette critique).

Réussite aussi du livre, qui, d’un meurtre, remonte l’Histoire et plonge dans un de ses Mystères. Pas de temps morts, ou si peu. Pas trépidant, mais très plaisant.

J’ai aimé le récit qui alterne entre l’époque d’Hector (la Restauration) et celle de son père (la révolution).

 J’ai bien aimé aussi la découverte, au fil de ma lecture, des nombreux encarts issus du carnets de notes du père d’Hector, médecin de la famille royale. Ces encarts, intrigants et déroutants au début, finiront par donner tout son sel au récit.

De plus, le personnage d’Hector va évoluer au contact de Vidocq pour finir plus apaisé, plus mûr, plus mature. Hector finira par se libérer au contact de Vidocq.

Beaucoup de questions en lisant ce livre et une seule envie : que ce soit lui.

Le final m’a laissé sur le cul !

Lu dans le cadre des challenges « Polar Historique » de Samlor et « Thrillers et polars » de Liliba.