A comme arsenic – Les poisons d’Agatha Christie : Kathryn Harkup


Titre : A comme arsenic – Les poisons d’Agatha Christie

Auteur : Kathryn Harkup
Édition : du Masque (2016)
Édition Originale : A is for Arsenic : The Poisons of Agatha Christie (2015)
Traducteur : Philippe Bonnet

Résumé :
Il y a mille et une façons de tuer. Ce n’est pas à Agatha Christie qu’on va l’apprendre.

Mais à chacun ses préférences. Chez la reine du crime, le poison est la méthode qui revient le plus, au point de devenir un personnage à part entière dans ses romans.

A comme Arsenic est l’abécédaire aussi glaçant que fascinant de ses choix en matières de substances létales. Loin d’être aléatoires, ils rendent compte de l’étendue de son savoir scientifique ; chaque poison possède des caractéristiques précises permettant l’obtention d’indices majeurs pour la résolution de ses intrigues.

Un livre à ne pas laisser entre toutes les mains…

Critique :
Ce livre m’avait fait de l’oeil lorsque j’avais croisé sa route dans une bouquinerie et dans la biblio, il a fière allure.

Voilà que des années après son achat, j’ai décidé de lui faire prendre l’air, non pas pour concocter une potion magique pour me débarrasser de Monsieur, juste pour le plaisir d’enfin le lire et de vous en faire un compte-rendu.

Abnégation, quand tu nous tiens…

Laurent Gerra, dans son imitation de Pierre Bellemare, pourrait dire que c’est un bel objet.

Couverture rigide, déco vintage années 20, il fait son petit effet posé sur une table, nonchalamment…

Certes, laisser traîner un livre qui parle des poisons sur la table, ça en pousse certain à vous regardez bizarrement. Et c’est bien un livre sur les poisons, plus que sur les romans d’Agatha Christie.

La présentation se déroule ainsi : l’auteur vous parle en intro d’un poison (par ordre alphabétique), de l’endroit où on peut le trouver (souvent dans les plantes), comment on l’a découvert (l’historique), ses effets (mortels), dans quel roman on le retrouve et comment la reine du crime en a entendu parler (souvent dans des affaires criminelles).

Autrement dit, on fait une sorte de parallèle entre la réalité et la fiction et on se rend compte que dame Agatha Christie en savait des brouettées sur l’utilisation des poisons.

Même si l’auteur de l’ouvrage nous signale parfois que la reine du crime s’est un peu fourvoyée sur certains poisons, sans vraiment ensuite donner ses références.

Le problème, c’est que la vulgarisation des poisons est imbuvable ! Trop d’informations tuent l’information, surtout si elles ne sont pas pertinentes et que le lecteur aurait pu s’en passer sans pour autant mourir idiot.

Si les cas réels sont intéressants à lire pour ne pas répéter les mêmes fautes que les coupables (oups, je me suis trahie), le reste est assez soporifique à lire, que l’on soit au matin, à midi ou au soir.

De plus, c’est un peu le bordel lorsqu’elle aborde les différents œuvres dans lesquelles on retrouve tel ou tel poison. J’aurais aimé un peu plus de rigueur dans cette partie-là car le but du livre est de mettre en avant les poisons dans l’oeuvre d’Agatha Chrsitie.

Quant au style, il est plat, sans vie et ne donne pas toujours envie de lire les gros placards consacrés à la science.

Un bel objet qu’il vaut mieux lire à son aise, poison par poison (un par jour, en forme toujours), ou à n’utiliser que lorsque vous êtes plongé dans un roman qui utilise de l’arsenic, du cyanure ou autre poudre de perlimpinpin afin d’affiner votre enquête.

Ce que j’aurais dû faire pour le digérer…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (juillet 2019 – juillet 2020) – N°254.

3 minutes pour comprendre les multiples visages de Londres : Edward Denison

Titre : 3 minutes pour comprendre les multiples visages de Londres

Auteur : Edward Denison
Édition : Le courrier du livre – 3 minutes pour comprendre (2017)

Résumé :
Vous savez certainement reconnaître Big Ben, la Tour de Londres ou le palais de Buckingham, mais qui sont les architectes responsables de ces monuments emblématiques ?

Que savez-vous de Londres à l’ère romaine ou des deux cités à l’origine de cette immense métropole aux mille facettes ? Par quelles prouesses d’ingénierie Londres est-elle devenue cette ville trépidante et moderne ? Comment les Londoniens ont-ils survécu au feu, à la peste et à la guerre ?

Cet ouvrage de vulgarisation intelligente présente un regard unique sur l’une des capitales les plus excitantes au monde, où les édifices high-tech côtoient les églises baroques, tandis que l’art, la musique et le théâtre contribuent à la diversité de la ville.

En 2 pages, 300 mots et 1 image, chaque thème nous entraîne dans une visite guidée, à travers son histoire et sa vie quotidienne.

De son parlement à ses banlieues en passant par la Tamise et son célèbre métro, vous découvrirez les aspects essentiels de cette ville que têtes couronnées, punks, réfugiés et grands penseurs ont choisi, chacun à leur manière, de prendre pour foyer.

Critique :
3 minutes c’est court ? Tout est relatif… le doigt coincé dans une portière durant 3 minutes, je peux vous dire que c’est long.

Maintenant, 3 minutes, si la douche et les préliminaires sont compris, en effet, c’est super court.

Cet ouvrage vous propose même encore de faire plus court avec le concept de 30 secondes ou de 3 secondes…

Rassurez-vous, les 3 minutes ne sont pas celles nécessaires pour lire l’entièreté de l’ouvrage mais le temps pour chaque page, si vous lisez l’exposé le plus long.

Vous pouvez aussi aller au plus court avec le résumé en 3 secondes mais ce serait passer à côté de beaucoup de choses fort instructives.

Pour chaque sujets une double page :  une explication simple, claire et concise sur la première, des schémas, gravures ou des dessins sur l’autre.

Ce beau livre parcours Londres en long et en large, commençant par la période glacière, celle des grosses bêtes à poils longs, poursuivies par des hommes de Néandertal. Pensez-y lorsque vous arpenterez Oxford Street (dans un futur plus lointain, on est bien d’accord).

L’invasion des romains ? Ce livre vous en parle aussi, mais en bref, le but étant de ne pas dépasser 3 minutes de lecture par page. Si Boadicée se trouve dans le récit, par contre, on ne parle pas de nos valeureux gaulois Astérix et Obélix…

L’Histoire et la culture seront passées en revue, le Tube aussi, les squares, les cimetières, les grandes épidémies, les écoles, les fleuves… J’en oublie.

L’avantage c’est que c’est rapide, court et bien fait. En uns page, l’auteur va à l’essentiel, sans se perdre ailleurs. C’est court, c’est clair, c’est concis et ça se lit avec plaisir, d’une seule traite ou par thèmes, c’est vous qui voyez.

Une fois de plus, j’irai me coucher moins bête.

Le Mois Anglais chez Lou, Titine et Lamousmé (Juin 2020 – Saison 9).