Sherlock Holmes – Tome 1/2 – Les origines : Scott Beatty & Daniel Indro

Titre : Sherlock Holmes – Tome 1/2 – Les origines

Scénariste : Scott Beatty
Dessinateur : Daniel Indro

Édition : Soleil (24/08/2011)

Résumé :
L’intrépide détective créé par Sir Arthur Conan Doyle est de retour en bande dessinée, dans un récit présentant ses origines jusqu’alors inexplorées.

Partagez avec le Docteur Watson sa rencontre décisive avec le jeune Sherlock Holmes, rencontre qui scellera à jamais la destinée des deux hommes.

Alors qu’une série de meurtres épouvantables plonge Londres dans la terreur, le Docteur John Watson réalise que la seule personne capable d’endiguer l’hécatombe est Sherlock Holmes, qui deviendra bientôt le plus célèbre détective que le monde ait connu.

Le duo improbable se lance sur les traces d’un tueur dont les horribles forfaits marquent le début d’une aventure inédite de Sherlock Holmes, intitulée « Les Douze Césars ».

Critique :
Sa belle couverture (que certains trouvent moche) m’avait fait de l’oeil, sur le site de la SSHF et le fait que ce soit un « comics » ne m’avait pas fait peur.

Se lancer dans une adaptation, ou dans une histoire inédite de notre détective préféré, bien connu de tous et mis à tellement de sauce, aurait pu se révéler une catastrophe, surtout dans un format aussi contraignant que celui du comics, plus petit que le format d’une bédé classique.

Pari relevé et réussi par Beatty et Indro qui nous livrent ici les origines de Sherlock Holmes (il n’est ici qu’un jeune étudiant, sortant déjà de l’ordinaire et nous montrera l’étalage de ses talents multiples).

Dès l’ouverture, on n’a aucun doute de notre entrée dans un comics. le dessin, les couleurs, les ombres plus marquées. Pas d’erreur possible.

On ne perd pas non plus son temps : d’entrée de jeu nous tombons sur notre jeune Sherlock Holmes qui vient de résoudre une affaire et, un peu abîmé physiquement, il reçoit les soins d’un médecin vétéran, mettant ses connaissances au service de Scotland Yard, en tant que légiste, surtout.

Cet ancien médecin de l’armée, je vous le donne en mille, c’est le docteur Watson, qui sera fortement intrigué par ce jeune homme. Bon, entre nous, le jeune Sherlock passe difficilement inaperçu !

Mais pourquoi est-il blessé, le jeune Sherlock ?

Et bien, notre futur détective jouait les jeune extra cours d’un dîner mondain. Bizarrement, les invités semblent être subitement pris de vertiges et de pertes de conscience. Serait-ce le vin qui ferait tourner les tête ? Pas avec le peu qu’ils ont bu !

Le jeune Sherlock Holmes, à qui on ne la fait pas, en doute fortement…

Alerté par son incroyable instinct, il semble avoir mis le doigt sur un complot bien ficelé, visant à détrousser les nobles pendant leur sommeil artificiel.

Ce constat sera validé par l’arrestation de toute la bande par la police londonienne. Mais entre l’arrivée des zorros de la police, le jeune Sherlock se fera quelque peu malmener, rendant tout de même coup pour coup. Sa science du Baritsu lui sera bien utile.

La référence au Baritsu ne sera pas l’unique référence canonique, les auteurs nous parlerons aussi, entre autre, de Musgrave et du Gloria Scott.

Particularité de ce comics : les flash-back et la manière de nous faire changer de « situation » dans l’histoire.

Ainsi, si nous commencions pas un Sherlock blessé et un Watson le soignant, nous avons droit ensuite à un flash-back sur la bataille de Maiwand, en Afghanistan où le docteur Watson fut blessé, à l’épaule et à la cuisse (le scénariste résout le problème de la blessure de Watson qui migrait entre « Une étude en rouge » de l’épaule à la cuisse dans « Le signe des quatre ») et ensuite, tout en revenant à la figure de Sherlock blessé pour deux cases, hop, sans transition, nous passons à son entrée en scène de son enquête.

Oui, de sa tête blessée nous passons à cette même tête en train d’enfiler un loup pour servir les riches nobles. Et ce ne sera pas l’unique fois dans l’album.

La manière de faire reste dans le subtil, je vous rassure, et même dans l’artistique, quelques fois. Si vous voulez le voir de vos yeux et que vous n’avez jamais lu ce comics, je vous conseille de venir voir une planche sur mon site, en exemple.

La seule faute de ce comics est que le joli minois du Holmes de la couverture ne ressemble pas à sa tête dans le comics…

Mais passons.

Intrigué par le souvenir du jeune homme étrange qu’il a croisé, Watson enquête un peu sur lui, découvrant sa chambre en désordre et le fait qu’il a une colocataire. Oui, « une » ! Jolie en plus… A son sujet, nous en apprendrons plus dans le second opus.

Ce premier tome est en fait scindé en deux : si la première partie concernait le cambriolage et la rencontre des deux hommes, la suite sera consacrée à de mystérieux crimes sanglants.

Vu qu’un mystérieux meurtrier semble prendre un malin plaisir à semer des cadavres dans les rues sombres de Londres, laissant la police perplexe (une fois de plus) et démunie… Vu que Watson leur suggère de faire appel à cet étudiant qui a démontré des capacités de réflexion et de déduction extraordinaires.

Pas le choix, mis au pied du mur, ils devront faire appel à notre Sherlock Holmes.

Une fois de plus, Holmes nous montrera l’étendue de son talent pour comprendre que les crimes reproduisent en fait les morts de douze César qui régnèrent sur Rome (César, Auguste, Tibère, Caligula, Claude, Néron, Galba, Othon, Vitellius, Vespasien, Titus, Domitien).

Ce sont les premiers princes de Rome ayant porté le nom et le titre de « César », de Jules César à Domitien.

Mais pourquoi les tuer de cette manière ? Ben vous le saurez au prochain épisode, ou en lisant tout simplement le second opus.

Vous avez l’air dubitatif ? Hésitants ? Même si je vous signale que les deux auteurs ont eu le mérite de me captiver, de m’embarquer pour une aventure totalement inédite, faite de mystères et de révélations.

Croyez-moi ou pas, mais c’était une lecture savoureuse et appréciable et j’ai lu la suite avec un grand plaisir.

Publicités

Sherlock Holmes Society – Tome 6 – Le champ des possibles : Sylvain Cordurié & Andrea Fattori

Titre : Sherlock Holmes Society – Tome 6 – Le champ des possibles

Scénariste : Sylvain Cordurié
Dessinateur : Andrea Fattori

Édition : Soleil Collection 1800 (07/11/2018)

Résumé :
Il reste peu de temps pour empêcher Liam Holmes de mettre sa menace à exécution. L’avenir de Londres est des plus incertain, face à la détermination du fils du plus célèbre détective privé britannique.

Après la trahison de Liam, Sherlock et ses alliés s’unissent pour l’arrêter avant qu’il ne fabrique la bombe susceptible d’anéantir la capitale. Sherlock fait appel à Megan Connelly pour traquer le capitaine Johnson, détenteur d’informations sur Liam.

Sherlock servira d’appât mais la stratégie est risquée. Proie ou prédateur, le capitaine reste dangereux et chaque heure qui passe rapproche Liam de son objectif…

Critique :
Comme je vous le disais dans le tome précédent, pour apprécier cette série, il ne faut pas être allergique à l’immersion de l’univers de Sherlock Holmes dans celui du fantastique !

Si vous pensez que les vampires et les voyages dans le temps n’ont rien à faire dans une histoire de Sherlock Holmes, alors, je vous déconseille fortement cette saga.

Je ne suis pas chaude pour ce mélange, mais étant collectionneuse, curieuse, aimant les vampires (les vrais), Holmes et Retour vers le futur…

Ok, je l’avoue, j’ai toujours été perdue dans les voyages temporels, je n’ai jamais compris pourquoi, lors du premier voyage dans le temps d’un personnage, il y ait déjà des faits qui en aient découlé et je suis toujours en panne sur le voyage dans le temps que réalisa Lanfeust, c’est vous dire ! Pire, j’ai même pas compris le Terminator 3…

Alors, les paradoxes temporels, je vous le jure, ça me laisse toujours les sourcils en l’air et la tronche qui n’a pas tout capté… Malgré tout, je reste toujours fan de ces voyages, même si je comprends pas tout.

Voici donc le face à face tant attendu, le combat de Holmes père contre Holmes fils, le combat entre deux cerveaux puissants, mais dont celui du fils possède le talent légué par sa mère et que je ne révèlerai pas ici (ou alors, via MP, moyennant paiement sur mon compte offshore, je veux dire, of course).

Waw, c’est retors ! Et le plus retors de tous, ce ne sera pas le fils de Holmes… J’ai pas tout compris dans le concept de la trame du temps, cela restera toujours pour moi un truc difficile à imaginer, mais j’ai bien aimé la manière utilisée pour résoudre le problème du fiston qui voulait tout faire péter.

Mon seul bémol sera pour le fait que ce nouveau dessinateur ait un peu trop surligné de noir les yeux de Liam Holmes et qu’il lui ait fait des sourcils en M, lui donnant un air démoniaque, ou méphistophélique (fallait le replacer, cet adjectif là !).

Un tome qui clôt ce diptyque puisant ses origines dans la série des « Vampires de Londres » et des « Voyageurs du temps » mais il n’est pas nécessaire de les lire pour aborder ces deux tomes, même si, c’est un plus, bien entendu.

Un tome agréable, un scénario bien ficelé, le fantastique bien abordé, qui ne nuit pas trop à Holmes et un final inattendu, du moins, dans sa réalisation. Même le grand détective ne l’avait pas vu venir.

Là, pas sûr que Holmes et madame vont se laisser aller à mélanger leurs différentes sécrétions, sachant ce que cela risque de donner. Dommage… (à moins de se protéger en couvrant le mont pelé).

Un bon diptyque, mais à réserver pour les inconditionnels du genre ou les curieuses, comme moi. En espérant qu’il y ait une suite…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019).

Sherlock Holmes Society – Tome 5 – Les Péchés du fils : Sylvain Cordurié & Fabio Detullio

Titre : Sherlock Holmes Society – Tome 5 – Les Péchés du fils

Scénariste : Sylvain Cordurié
Dessinateur : Fabio Detullio

Édition : Soleil Productions Collection 1800 (10/10/2018)

Résumé :
Quand Liam Holmes détruit la deuxième ville d’Angleterre et menace Londres, George V décide de recourir au voyage temporel pour envoyer son meilleur soldat tuer son père.

Tentant d’empêcher le meurtre, Liam se voit contraint de le poursuivre dans le temps. Inconscient de la menace qui pèse sur lui, Sherlock Holmes recrute Owen Chanes au sein de sa fondation qui compte déjà Hayden Hyatts, Lynn Redstone et le docteur Watson.

Critique :
Pour apprécier ce genre de pastiche holmésien, il ne faut pas être allergique au fantastique, ou plutôt, ne pas être en froid avec le fantastique dans l’univers de Sherlock Holmes.

N’ayant jamais été fan du mélange des deux genre, préférant retrouver mon enquêteur de génie dans un univers normal, victorien de préférence…

Alors oui, j’ai dû parfois me faire violence avec la série « 1800 » de chez Soleil qui a balancé mon détective dans l’univers fantastique, le mettant face à face avec des vampires, des zombies et les voyages dans le temps.

Je ne sais pas si c’est pour être plus vendeur, si c’est pour avoir accès à d’autres scénarios que celui de l’enquête traditionnelle en Whodunit, ou si c’est juste une mode ou tout simplement une envie.

Les auteurs et scénaristes font ce qu’ils veulent, j’ai apprécié une grande partie des bédés avec Holmes face au fantastique, mais mes préférences iront toujours au rationnel avec lui, ou alors, au fantastique qui n’en est pas, comme avec un chien sorti des Enfers…

Cet album, bien qu’appartenant à la série « Sherlock Holmes society » plonge ses racines aussi dans la série « Les vampires de Londres » et celle des « Voyages dans le temps » et n’ayant pas relu ces séries depuis un petit temps, j’ai dû faire fumer mes petites cellules grises pour me remettre tout en tête.

Si vos dents grincent déjà, je m’en voudrai d’ajouter qu’en plus de vampires et de voyages dans le temps, vous allez vous trouver face au résultat d’un mélange d’ADN entre Holmes et une femme…

Je suppose que ce mélange se fit de manière traditionnelle, c’est-à-dire avec des coups de rein, de la sueur, des bruits de plaisir, des halètements et une bonne giclée en provenance des bourses personnelles de Sherlock Holmes qui rencontra l’ovule de la madame qui se promenait dans le coin.

Ok, pour le romantisme, avec moi, vous repasserez mais puisque les auteurs ne m’ont pas dessiné la scène, je me venge bassement et sans honte.

Niveau dessins, ils sont très bien réalisé, Holmes est correct, il n’a pas des épaules de débardeurs comme dans une certaine collection que je ne nommerai pas, ne porte pas la ridicule casquette de chasse, ni la Macfarlane, ni la Inverness cape.

Son rejeton, par contre, lui ressemble beaucoup, mais en version « j’ai basculé du côté sombre de la force » car ce que réalise mon gouvernement ne me plait pas, donc, je vais tenter de l’arrêter en faisant comme lui…

Ça se défend, notez bien… Je dirais même que Liam, dans cet opus, a un peu des airs de Thanos, dans le dernier Marvel.

Il veut détruire, pas juste pour anéantir, mais dans le but de protéger le futur des exactions de l’Empire, l’Angleterre, of course (Star Wars, sors de ma tête). Si on attaque l’Empire, vous pensez bien, l’Empire contre-attaque !

Un opus réservé à ceux qui n’ont rien contre le mélange Holmes/univers fantastique, ou aux collectionneurs malade, tel que moi, au curieux, qui aimeraient découvrir Holmes sous un autre jour et le voir ailleurs que dans des enquêtes traditionnelles.

De mon côté, j’avoue que j’ai bien aimé, ce qui est paradoxal puisque je ne suis pas fan de l’univers de Holmes plongé dans le fantastique, sauf quand c’est bien fichu, bien amené, bien scénarisé et bien dessiné.

Puisque les autres ont bien fait leur job, moi, je valide ! L’album est bon, même s’il n’est pas exceptionnel. Sans doute aurait-il fallu plus de planches pour approfondir l’histoire et ne pas en faire 36 tomes (elle en fait deux, ici).

Il ne me reste plus qu’à tout relire pour tout me remettre dans la tête…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2018-2019).

Les aventures de Charlotte Holmes – Tome 2 – Le dernier des Moriarty : Brittany Cavallaro

Titre : Les aventures de Charlotte Holmes – Tome 2 – Le dernier des Moriarty

Auteur : Brittany Cavallaro
Édition : Pocket Jeunesse (07/09/2017)

Résumé :
Les vacances de Noël de Jamie Watson ne s’annoncent pas de tout repos : invité dans le luxueux manoir des Holmes dans le Sussex, il se heurte à l’énigmatique comportement de Charlotte. Et quand l’oncle de celle-ci disparaît, le duo se doit de reprendre du service.

Les arrière-petits-enfants des célèbres D. Watson et Sherlock Holmes s’envolent alors pour Berlin, sur les traces d’une mystérieuse filière des faussaires… Leur contact ? Auguste, le dernier descendant des Moriarty…

Critique :
Holmes et Watson comme on ne les a jamais vu… Normal puisque ce ne sont pas les vrais mais leur descendance : ce sont les petits-petits-petits fillots des véritables Holmes et Watson de Baker Street.

Une fille, un garçon, ça donne des envies de faire du chabadabada, mais entre eux, personne n’y croit vu que Charlotte Holmes est le portrait craché de son lointain ancêtre et qu’elle est donc allergique aux sentiments.

Quant à Jamie Watson, il veut trop la protéger, la mettre dans de la ouate, dans son lit, rêve d’une vie de couple avec elle et en devient parfois un peu lourd.

Dans cette deuxième aventure des descendants Holmes-Watson, on retrouve ce qui a fait le succès de la première, additionnée d’un peu plus de descendance du terrible professeur Moriarty et un peu plus de loufoquerie, surtout que sur la fin, on a tout d’un final grandiloquent à la James Bond ou même pire… Un tantinet exagéré, peut-être…

Cette fois-ci, on quitte l’Amérique et direction l’Angleterre et le manoir de la famille Holmes où le jeune Watson va enfin faire connaissance avec les parents un peu zarbi de Charlotte, ensuite, il faudra attendre un peu qu’une disparition arrive pour voir nos jeunes amis se lancer dans une enquête qui a tout l’air de ne pas en être une, tant Charlotte n’est pas trop à ce qu’elle fait.

Bien entendu, le lecteur un peu malin aura compris ce qui clochait bien avant Watson et sa déduction ne pourra être que « Bon sang, mais c’est bien sûr… », ce à quoi on pourrait répondre par un hérétique « Élémentaire, mon cher Watson ».

Si le roman ne mange toujours pas de pain et ne cassera jamais trois pattes à un canard, il a tout de même réussi à me divertir sans me faire fumer le cerveau et en lui offrant même du temps libre.

Les personnages auraient pu être attachant, mais je trouve toujours que Charlotte est horripilante au possible et autant j’apprécie son ancêtre et tout ses travers, autant elle, avec les siens, ça ne colle pas entre nous deux.

Jamie Watson, lui, est plus accessible, plus « comme nous », avec ses défauts, ses qualités, ses idéaux, ses envies, ses emmerdes, son côté un peu ado à baffer…

Anybref, j’ai passé un bon moment de lecture, sans me prendre la tête, sans que mes neurones ne fument, j’ai suivi l’enquête de nos deux jeunes, qui, comme dans le canon, laisse la part du lion à Holmes et Watson en simple observateur, même si ce dernier aura tout de même un rôle à jouer.

Comme pour le premier, ça ne mange pas de pain, ça ne me laissera pas un souvenir impérissable, mais en bonne collectionneuse holmésienne, je lirai le troisième pour clore la trilogie, car, avec un peu de chance, le dernier aura bonifié…

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), et le Challenge « A year in England – 2017-2018 » chez Titine (Plaisirs à Cultiver) et Le Challenge « Les Irréguliers de Baker Street » repris par Belette [The Cannibal Lecteur] ou sur le forum de Livraddict (N°35 – Charles August Milverton).

Sherlock Holmes – Incident at Victoria Falls [#LeFilmDeLaSemaine2016 – 7/52]

Incident at Victoria Falls est un téléfilm britannique réalisé par Bill Corcoran, diffusé en 1992 au Canada et aux États-Unis

Incident at Victoria Falls est le second volet d’une série de deux téléfilms mettant en scène Christopher Lee et Patrick MacNee dans les rôles respectifs de Sherlock Holmes et du Docteur Watson, après Sherlock Holmes and the Leading Lady (1991).

1. Résumé :
En 1910, Sherlock Holmes, sur le point de partir à la retraite, est contacté par son frère Mycroft pour remplir une mission d’importance pour le roi Edward. Ce dernier lui apprend que L’Étoile d’Afrique, un diamant précieux, doit être ramenée en Angleterre depuis la colonie du Cap où elle a été trouvée par des colons.

Le transport étant risqué à cause de revendications sur sa propriété, Holmes est chargé de protéger le joyau en l’échangeant contre une réplique alors qu’il gardera discrètement le vrai diamant avec lui pendant le trajet.

2. Distribution :

  • Christopher Lee : Sherlock Holmes
  • Patrick MacNee : Docteur Watson
  • Jenny Seagrove : Lillie Langtry
  • Joss Ackland : Édouard VII du Royaume-Uni
  • Claude Akins : Theodore Roosevelt
  • Steven Gurney : Guglielmo Marconi

Ce que j’en ai pensé :
Christopher Lee avait joué dans des Sherlock Holmes, il avait eu le rôle de Mycroft Holmes, mais il n’a eu que deux fois le rôle du détective. Ce téléfilm est l’un d’eux.

C’est un Sherlock Holmes proche de la retraite que l’histoire nous montre, un Sherlock Holmes qui voudrait bien se retirer et s’occuper d’abeilles mais qui doit, sur demande expresse de son frère, venir en aide au Roi. Holmes save the king !

L’Étoile d’Afrique, un diamant précieux de la taille du Youkounkoun dans le film « Le Corniaud » (de Gérard Oury) doit être ramenée en Angleterre depuis la colonie du Cap où elle a été trouvée par des colons.

Trouvée ? Oui mais avant, elle avait pas été un peu volée, cette Étoile (des neige ♫) ?

Le voilà donc quittant les brumes londonienne pour aller se dorer la pipe – pardon, enquêter et protéger le diamant – en Afrique du Sud. Mais ça, il ne va pas le chanter sur tous les toits non plus !

Notre détective londonien est accompagné du fidèle Watson, qui, sous les traits de Patrick MacNee de « Chapeau Melon et Bottes de Cuir », n’a pas le rôle d’un Watson avec un cerveau. Dommage. Emma Peel devait lui manquer, sans doute.

Malgré ses « Oooh » sur un air d’un qui vient de débarquer (ou de comprendre), il offre cependant un compagnon correct pour le grand détective, mais niveau lumière, on repassera.

Le réalisateur n’a pas compris le rôle d’un Watson et nous les a mis en veilleuses, ses lumières !

[Même si Holmes disant, dans les récits de Conan Doyle, que Watson n’était pas une lumière mais un conducteur de lumière, signifiant par là ce que la perplexité de Watson et ses interrogations sur une affaire peuvent mettre son ami sur la piste de la vérité.]

— En vérité, Watson, vous vous surpassez, fit Holmes, en reculant sa chaise pour allumer une cigarette. Je dois avouer que, dans tous les rapports que vous avez bien voulu rédiger sur mes humbles travaux, vous ne vous êtes pas assez rendu justice. Vous n’êtes peut-être pas lumineux par vous-même; mais je vous tiens pour un excellent conducteur de lumière. Il existe des gens qui, sans avoir du génie, possèdent le talent de le stimuler chez autrui. Je confesse, mon cher ami, que je suis votre obligé.[The Hound of the Baskervilles]

Anybref (©Meloé) ! Bienvenue au Cap… Ici, le racisme est latent, Afrique du Sud évidemment… Donc, si quelque chose disparaît, d’office c’est le gamin noir qui est entré dans le compartiment pour jeter un coup d’œil. Je ne vous apprendrai rien et découvrir autre chose n’aurait pas été conforme à la réalité.

Si Watson n’a rien d’une lumière dans ce film, le policier sur place est, lui, totalement à l’ouest ! Un véritable crétin patenté, un connard de la plus belle espèce, le genre de mec qui était absent le jour de la distribution des cerveaux. Et on ne repassera pas avec les plats pour un second service !

Il est tellement bête que ça en devient lourd alors qu’on aurait pu faire dans le léger et le comique avec un enquêteur sans matière grise et petites cellules de la même couleur. Holmes ne se privera pas de le faire aller… et de se foutre de sa gueule. Mais toujours en gentleman !

Holmes est assez conforme à l’original, il n’est pas surhumain, il se trompe, fait des erreurs, joue avec tout le monde et à la fin, la question que je me suis posée c’est « Est-ce qu’il avait remis le vrai diamant ou la copie, dans le coffre ?? ».

Les personnages qui gravitent autour de Holmes dans l’hôtel et dans le train sont tous bien typés, chacun bien reconnaissable des autres. Pas de risque de les confondre.

Entre le chaud-lapin (photo), la princesse Hindoue, le riche Grec, la blondasse de service, l’actrice de théâtre, un ancien président des États-Unis ou l’Italien inventeur, on se demande bien QUI a volé le diamant !

À un moment donné, j’ai ri lorsque le directeur de l’hôtel, Stanley Bullard, qui a lu les aventures écrites par Watson, lui fait remarquer que son récit Wisteria Lodge se situe en 1892 en plein « Grand Hiatus » et que cela est impossible.

Et il a raison, moi-même l’avais remarqué (et je ne suis pas la seule !!). Watson lui bredouillera qu’il est obligé de modifier des dates afin de conserver secret certains faits ou identités.

Autre référence en la personne du dénommé Raffles qui est un personnage de roman policier créé en 1890 par Ernest William Hornung, le beau-frère de Sir Arthur Conan Doyle. On reste en famille…

Dans ce film, on découvre aussi que l’ancien premier homme du pays de la bannière étoilée utilise une caméra et voir le résultat de ses prises de vue sur un écran improvisé, devant tout le monde médusé, avait comme un parfum de nostalgie.

J’aime bien découvrir les « premières fois » d’objets qui nous sont maintenant usuels.

Quand on voit d’où nous sommes parti et où nous sommes arrivé, on se demande bien si maintenant, on n’est pas un peu trop enclin à sortir le smartphone pour filmer tout et n’importe quoi… Mais ceci est un autre débat !

Téléfilm holmésien en deux parties qui se regarde avec plaisir, une tasse de thé à la main.

Ne cherchez pas l’action à tout pris, elle n’est pas vraiment là, nous ne sommes pas dans un thriller mais dans une enquête du grand Sherlock Holmes.

Pas un chef-d’œuvre à inscrire dans les annales, mais un film correct que j’ai apprécié regarder (il m’en reste encore assez bien de films holmésiens à voir !).

Et puis, Sherlock Holmes en Afrique du Sud, ça nous change des brumes londoniennes !!

Étoile 3,5

« A year in England » chez Titine, Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016) et Challenge #LeFilmDeLaSemaine2016.

Une affaire de sang – Une aventure inédite de Sherlock Holmes : Bonnie MacBird

Une affaire de sang - Bonnie MacBird

Titre : Une affaire de sang – Une aventure inédite de Sherlock Holmes

Auteur : Bonnie MacBird
Édition : City Éditions (2016)

Résumé :
Londres, 1888. Sherlock Holmes est déprimé après une enquête désastreuse. Même son fidèle Watson ne parvient pas à le sortir de la léthargie dans laquelle l’enquêteur de choc s’enfonce.

Jusqu’au moment où une lettre lui parvient depuis la France. Elle est signée de Mademoiselle La Victoire, une star de cabaret, qui a besoin de l’aide de Holmes. Le fils illégitime qu’elle a eu avec un lord anglais vient en effet d’être enlevé.

À Paris, Holmes découvre que cet enlèvement n’est que la partie émergée d’une affaire tentaculaire. Une inestimable statue a été dérobée et des enfants employés dans une usine de soie disparaissent les uns après les autres.

Les indices conduisent à un seul et même homme qui semble intouchable. Et extrêmement dangereux….

0306Critique : 
1888. Londres et Sherlock Holmes se remettent péniblement des meurtres atroces de Jack The Ripper, à la différence que Holmes le fait avec de la cocaïne et s’enfonce de plus en plus dans la léthargie.

L’abattement du grand détective est complet. Tellement complet qu’il se fiche pas mal du vol de la déesse de la Victoire trouvée à Marseille et qu’il a réussi à foutre le feu dans son appart !

Watson ne sait plus à quel saint se vouer…

Heureusement, une missive originale vient de tomber dans les mains du grand détective. Ouf, sauvé ! Il veut bien s’en occuper, de cette affaire d’enlèvement, le voilà même qui vient de se reconnecter et de repartir comme en 40 !

Allez, Watson, the game is afoot ! On oublie le vol de la déesse de la victoire, la fameuse Nikê, et on s’occupe de la disparition du gamin de la demoiselle.

Après une brève visite à Paris pour rencontrer sa cliente, la jolie Mademoiselle La Victoire, chanteuse de son état; vite, une visite au cabaret du Chat Noir, à Montmartre et quelques bourre-pifs; hop, une rencontre avec Toulouse-Lautrec et un espèce détective du dimanche qui se prétend être le descendant direct de Vidoq…

Purée, on commence sur les chapeaux de roues – sans aller trop vite non plus – avec cette traversée de Manche pour une petite visite à Paris qui sera toujours Paris.

J’ai aimé l’ambiance enfumée des cabarets, mais je me plaindrai du service car on m’a servi une fée verte (absinthe) et non le mojito commandé ! Mdr

Allez, on reprend le chemin inverse après notre petite enquête dans la ville lumière et voilà nos amis qui reviennent en Angleterre pour la suite de leur affaire.

Direction le Lancashire, ses campagnes isolées, ses petits villages sinistres et les horreurs qui y ont lieu à l’insu de tous. Tout bon holmésien le sait !

Du rythme, du dépaysement, deux enquêtes qui bougent, qui ont l’air différentes mais peut-être pas tant que ça, de l’action, des déguisements en tout genre, des déductions et un Sherlock Holmes en difficulté, parfois. Il est humain, aussi.

Les personnages de Holmes et Watson sont bien campés, ce ne sont pas les originaux, mais ils y ressemblent fort. Quant à Mycroft, il reste fidèle à lui même, tirant les ficelles depuis le Diogenes Club.

Le reste des personnages est bien décrit aussi, que se soit la demoiselle La Victoire ou le fameux – fumeux ? – descendant de Vidoq qui a tout d’une grande gueule – grand parleur, petit faiseur (ça nous rappelle certains politiciens, non ?).

L’aristocrate auquel Holmes va devoir se frotter a tout d’un taré de collectionneur – et il l’est ! – mais son personnage n’est pas figé, et c’est encore mieux. Sera-t-il pire ? Je ne puis vous le dire…

Si le format des nouvelles vont mieux aux enquêtes de Sherlock Holmes que les romans, ici, ce n’est pas le cas : cette affaire lui va comme un gant ! On part d’un point et on arrive à un autre par un chemin non prévu, ce qui rend les choses plus piquantes.

On croit que tout est terminé et ben non, il y en reste sous le coude et hop, ça rebondit.

Bref, 296 pages de plaisir à l’état brut qui ont fouetté mes plaisirs de lecture. Oui, fouetté… les lecteurs du roman seront les seuls à comprendre ce private joke.

Un roman qui plaira aux holmésiens comme aux novices. Une belle aventure, des rebondissements et des personnages au poil (mais pas à poil).

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Camille, le « Challenge US » chez Noctembule, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « A year in England » chez Titine, Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016) et Le « RAT a Week, Winter Édition » chez Chroniques Littéraires (296 pages – 1521 pages lues sur le Challenge).

CHALLENGE - Sherlock___Running_Wallpaper_by_draft624 Corrigérat-a-week1-copieMois du Polar - Février - Sharon

Sherlock Holmes Society – Tome 4 – Contamination : Cordurié & Toulhoat

Sherlock Holmes Society - Tome 4 - Contamination

Titre : Sherlock Holmes Society -Tome 4 – Contamination

Scénariste : Sylvain Cordurié
Dessinateur : Ronan Toulhoat

Édition : Soleil (2016)

Résumé :
Pour soustraire Londres aux forces du Mal, Sherlock Holmes devra faire face à sa propre noirceur. Y cèdera-t-il ?

À force de persévérance, Sherlock Holmes a contraint le Concile – le groupe de fanatiques religieux ayant causé la perte de Keelodge – à se révéler. Il sait maintenant quel dessein ils poursuivent,mais cette découverte lui a coûté cher.

Isolé et affaibli, il est livré à la férocité des créatures qui ont envahi Londres. Si son destin comme celui de la ville semblent scellés, il reste encore un espoir d’empêcher la victoire des ennemis de l’Angleterre.

Un espoir que le détective ne peut toutefois incarner à lui seul…

9782302049147_p_4Critique : 
Mort aux zombies ! Enfin, on fait c’qu’on peut, hein, pas toujours ce qu’on veut…

Et puis, si on se fait tirer dessus depuis les hauteurs des immeubles, ça va être difficile de sauver la ville de Londres !

La maladie – que dis-je ? – l’épidémie est entrée dans Londres avec ses légions et ses cohortes de gens infestés.

Londres gémit, Londres frémit, Londres nourrit (les zombies), Londres blêmit, Londres envahi, Londres affaibli, mais Londres survit ! (toute ressemblance avec une citation célèbre serait purement fortuite).

Londres est envahie de zombies… Toute ? Non, une partie de la population résiste encore et toujours à l’envahisseur (qui sent très mauvais de la bouche) grâce à quelques hommes (politiques), des soldats surentrainés, Mycroft Holmes et un détective de Baker Street, Sherlock Holmes.

Pour vaincre le mal (sans majuscule, merci), Sherlock va devoir plonger fort loin afin d’y parvenir… Et je ne vise pas par cette expression une visite dans l’Underground ou dans des souterrains !

Non, Holmes va devoir mettre sa vie et sa santé en danger.

L’histoire reste cohérente, pas de temps morts, du rythme dans le scénario, du suspense, des moments plus dramatiques avec un Holmes qui se laisse gagner par l’émotion, ce qui ne le rend que plus humain !

Oui, Holmes va devoir payer de sa personne afin de sauver la ville.

Le nouveau dessinateur nous propose des lavis plus sombres, des dessins plus réalistes, pour certains. Bref, j’ai aimé son coup de crayon ou de pinceau.

Dommage que ce soit le dernier tome. Certes, il fallait en finir avec l’aventure des zombies, mais j’espère que Sherlock Holmes reviendra aussi dans cette collection pour une autre aventure aussi palpitante.

Bien que ce tome fasse partie d’une série de 4, l’auteur le relie aussi à tous les autres publiés dans cette maison d’édition (Soleil 1800). Lire toute la collection n’est pas nécessaire, mais cela donne un plus pour le lecteur qui l’a fait, tel que moi.

Une belle aventure holmésienne avec des zombies… sans pour autant sombrer dans le fantastique ! C’est ça que j’aime…

Étoile 4

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park, « A year in England » chez Titine et Le Mois du Polar chez Sharon (Février 2016).

Mois du polar - sharon-pour-logo-polar21

Sherlock – The Abominable Bride [Série]

Article publié ce jour en hommage à la date – présumée – de la naissance de Sherlock Holmes (06 janvier 1854 mais personne n’en est sûr, juste une histoire de déductions).

Chronique garantie sans spolier !

Pour ceux qui ont lu le canon holmésiens, il y a une Untold Stories mentionnée par Watson qui porte le titre de « Ricoletti of the club foot and his abominable wife ».

Une Untold Stories, pour les néophytes, c’est une enquête de Sherlock Holmes, mentionnée dans les écrits de Watson, mais pour lesquels les lecteurs n’ont jamais eu le compte-rendu.

Et cet épisode de la série Sherlock de la BBC a utilisé cette enquête mentionnée par Watson, mais jamais contée par lui, comme base pour cet épisode spécial Nouvel An.

Mais il ne se base pas que sur ça… Il y a aussi Le Manoir de l’Abbaye, Le problème final et Les 5 pépins d’orange…

J’attendais avec impatience ce nouvel épisode de Sherlock BBC et me posais bien des questions sur le « truc » puisque Steven Moffat et Mark Gatiss avaient décidé de plonger le détective dans sa véritable ère qui est la victorienne alors qu’ils nous l’ont si bien transposé au 21ème siècle.

Premières impressions : décors magnifiques, excellent rendu d’un Londres en 1895 (même si je n’ai pas vu les photos sous la neige que j’avais pu voir en avant-première, sans doute été coupées au montage), Watson marrant avec sa moustache, Holmes sexy avec ses cheveux plaqués en arrière, Mycroft obèse à mort, madame Hudson délicieusement rétro et Lestrade horrible avec ses rouflaquettes.

Je ne dirai rien en ce qui concerne Molly Hooper, à vous de voir l’épisode !

J’ai aimé le côté rétro de l’épisode, la moustache que Watson doit se laisser pousser pour que les gens le reconnaissent, les attitudes prises par les deux protagonistes, et dessinées un jour par Sidney Paget, ainsi que toutes les références au canon holmésien, qui doivent pas être connues pour être appréciées.

Notre Sherlock porte plus souvent l’horrible deerstalker que le haut-de-forme car il doit être conforme au personnage… Pourtant, l’est sexy en diable avec le haut-de-forme…

Il y a aussi une sorte de comique dans l’épisode, un soupçon de burlesque, un petit côté « je me moque de moi-même » qui m’a fait sourire plusieurs fois et j’avoue avoir eu quelques éclats de rire.

Les dialogues sont assez mordants et ça balance de tout les côtés !

J’ai pouffé de rire avec les paris un peu « morbides » que prennent Sherlock et son frère Mycroft, tout occupé à se gaver comme une oie avant les fêtes de Noël.

L’épisode est vif, nerveux, on ne s’embête pas, on ne sait plus où donner de la déduction tant le problème à l’air insoluble.

L’enquête a un petit côté fantastique avec la mariée morte, qui se relève de sa table de morgue pour aller assassiner son mari et je me suis demandée durant tout l’épisode comment elle avait fait ! Une fois que j’ai eu la solution, je me sentais moins bête mais j’avais pas trouvé, tiens.

Les petits procédés de caméra m’ont beaucoup plu aussi : Lestrade, dans le salon de Holmes, lui raconte la fusillade (qui ne fit pas de mort, juste une suicidée) et le salon est transposé dans la rue, comme si nos amis étaient les spectateurs en direct de la scène.

Sherlock est pareil à lui-même, imbuvable à certains moments, arrogant, fat, il balance des tas d’horreurs à Watson, des piques, des sarcasmes, mais se fera clouer le bec par une Mary Morstan décidément bien en forme.

Dommage que l’explication finale n’ait pas été plus exploitée parce que nous avions un sujet jamais traité dans le canon, des aspects politiques et de vie que Conan Doyle avait laissé dans l’ombre, se concentrant plus sur les enquêtes que sur la vie des gens sous le règne de Victoria.

Ok, c’est pour lancer la nouvelle saison, je ne dis pas, mais merde, ils n’auraient pas dû laisser cette chose importante en plan, je trouve. Merde, « ça » compte pas pour des prunes quand même.

De plus, sur la fin, j’avais un peu l’impression de me trouver dans « Les cigares du Pharaon » d’Hergé ou dans une réunion du Ku-Klux-Klan qui aurait décidé de porter les couleurs du RSCA d’Anderlecht (seuls les Belges capteront).

Ceci ne sera que ma seule critique, qui est plus un regret et une constatation qu’une critique pure et dure. Le cliché était un peu gros, les gars…

En résumé, je ne suis pas déçue de mon visionnage, depuis le temps que je l’attendais et j’avais même évité toutes les vidéos pour rester vierge avant…

J’ai pris mon pied, tiens ! Franchement, j’ai bien aimé la manière dont ils ont introduit et expliqués tout ça pour la prochaine saison… Le tout est cohérent, à mon humble sens, malgré les petites erreurs sur la fin.

Allez, je vais reprendre la DeLorean de Doc et refaire un bon dans le temps, moi, pour me replonger dans cette ambiance délicieusement victorienne.

— Watson, the game is afoot !

Étoile 4

Le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et « A year in England » chez Titine.

Juste pour le fun :

Le Saigneur de la jungle : Philip José Farmer

Titre : Le Saigneur de la jungle
Auteur : Philip José Farmer
Édition : Marginalia (Nov 1975)

Résumé :
Le Dr Watson n’avait pas tout dit…

Philip José Farmer — mythographe attitré des plus célèbres héros de romans d’aventure — a poussé dans ses derniers retranchements le confident inlassable du Grand Détective : celui-ci aurait eu en 1916 un client exceptionnel en la personne de Lord Greystoke.

Et quel client ! Un Américain excentrique, immortalisé sous le nom de Tarzan…

Il semble bien que Sherlock Holmes et son fidèle compagnon aient vécu en sa compagnie, parmi les périls d’une Afrique chère à Ridder Haggard, les heures les plus folles de leur existence.

Sherlock et Tarzan, enfin rendus aux fantasmes secrets de leurs nombreux admirateurs, voilà ce que recèle ce précieux manuscrit du Dr Watson, miraculeusement retrouvé par Philip José Farmer !

Les mânes de Conan Doyle et d’Edgar Rice Burroughs apprécieront.

Critique :
Sherlock Holmes vs Tarzan… J’ai lu (et vu) mon détective préféré mis à toutes les sauces et avec bon nombre de personnages célèbres, mais l’histoire avec le Roi de la Jungle, je n’avais pas encore eu l’occasion de la lire !

Ayant récemment pu acquérir ce petit pastiche holmésien, je me suis empressée de ne pas trop le laisser trainer dans les étagères.

Ce qu’il en ressort de la confrontation de ces deux monuments littéraires ? De cette confrontation entre un cerveau et des muscles ? Vaut mieux ne pas avoir le second degré en option sinon, vous risquez fort de grincer des dents lors de la lecture.

J’avoue que j’ai failli lâcher le roman quand Holmes a dit « Ce trou du cul »… Entendre ça de sa bouche, c’est inhabituel, impensable, non canonique ! Plus tous les noms d’oiseaux dont il affuble certains, j’avoue que j’ai eu un peu de mal.

— Watson, dites-moi, ce trou du cul n’est-il pas en train de leur tirer dessus avec une mitrailleuse ? Comment diable peut-il à la fois piloter cet avion, lui faire faire des loopings et manier une arme qu’on doit d’ordinaire tenir des deux mains pour en tirer un rendement efficace ?

Heureusement que le roman donnait le ton dès le départ : Tous les personnages de ce roman sont réels. Toute ressemblance avec des personnages de roman serait absolument fortuite.

Parce que oui, nous sommes ici dans la farce le plus totale mais le voyage a le mérite d’être court et dépaysant : Londres, durant la Première Guerre Mondiale, puis dans un avion qui vous secoue de tous les côtés, avec un Holmes qui vous vomira dessus, puis dans un autre avion, on passe dans un zeppelin, on termine dans la brousse africaine, avec Tarzan, puis avec des indigènes et le Von Bork du Dernier coup d’archet…

Dans ce roman, tout le monde est très typé, surtout nos deux anglais qui le resteront jusqu’au bout du petit doigt levé durant l’heure du thé. Quant à Watson, il ne brillera pas par son intelligence et aura même le rôle de l’homme qui ne peut rester insensible aux charmes féminins.

— Nous devons sauter maintenant !
— Quoi ? Déserter ? Mais voyons, Watson, nous sommes Anglais !
— Pardonnez-moi, c’était une parole en l’air. Nous… nous tiendrons jusqu’au bout. Nul slave ne pourra se vanter d’avoir vu un Anglais perdre la face.

Bref, on ne se prend pas au sérieux, même dans la bacille que Holmes doit récupérer afin d’éviter que les Allemands l’utilisent durant la Guerre. Oui, ici, tout est poussé, détourné, ridiculisé ou canonisé afin de vous faire sourire et hausser les sourcils devant des comportement pas du tout holmésien.

Mais qu’importe la bouteille, j’ai ressenti l’ivresse du burlesque. La farce est efficace. Le grotesque est tenu en laisse et ne débordera pas de trop. Plus aurait été contre-productif.

À savourer dans son divan, les doigts de pieds en éventails, sans prise de tête, le second degré enclenché et sans avoir peur de voir Holmes dans des situations peu communes, utilisant un langage plus que fleuri, un Watson un peu balourd et un Tarzan roi de la jungle fort peu conventionnel aussi.

Sans titre 5

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le « Challenge US » chez Noctembule  et « A year in England » chez Titine.

Sherlock Holmes & Moriarty associés – La BD dont vous êtes le héros : Ced & Boutanox

Titre : Sherlock Holmes & Moriarty associés – La BD dont vous êtes le héros

Auteur : CED
Dessinateur : Boutanox                                                             big_4-5
Édition : Makaka (15/11/2015)

Résumé :
« Vol, mort, enlèvement : Sherlock Holmes et le docteur Watson sont confrontés à des faits bien étranges pendant leur voyage en train.

Mais le plus troublant ne serait-il pas la collaboration inédite entre le célèbre détective et son ennemi de toujours, James Moriarty ?

Entrez dans la peau de Holmes, Watson ou Moriarty, interrogez les suspects, relevez les indices et résolvez les enquêtes, car le héros, c’est vous ! »

Critique : 
3ème livre que j’achète et je confirme qu’avec lui, on n’est pas volé car on passera plusieurs heures de plaisir en jouant avec lui et en le tripotant dans tous les sens.

De plus, on peut choisir entre jouer avec Holmes, ou bien avec le docteur Watson et, grande nouveauté, on peut aussi jouer avec Moriarty.

Trois enquêtes à résoudre et je vous conseille fortement la prise de notes afin de ne pas vous perdre dans le fil lors du ramassage d’indices en tout genre. À force de voyager dans le livre, on a tendance à oublier quel personnage nous a dit quoi.

Par rapport aux deux volumes précédents, cette fois-ci, nous avons une couverture cartonnée et un nouveau dessinateur, mais pour le reste, on ne change pas une recette qui marche. Purs moments de plaisir garantit.

Durant ma lecture/enquête, mes neurones ont fumé comme la cheminée d’une vieille loco et je ne vous raconte pas combien de pages de carnet j’ai noircies.

Pour une fois, j’avais trouvé tous les coupables, même si j’avais parfois hésité entre deux et suspecté un d’être complice alors qu’il était innocent comme l’agneau qui vient de naître.

Le rythme ne vous laisse pas le temps de vous reposer, vous passez d’un endroit à l’autre du livre, observant bien toutes les cases afin de trouver des petits chiffres bien cachés, des diamants disséminés un peu partout et essayer de craquer les codes (j’y arrive jamais).

Oui, faut pas relâcher son attention et il faut être plus concentré que le lait de chez Nestlé ! Lecture sportive pour les petites cellules grises et pour les bras qui bougent dans tous les sens.

L’aide de Wiggins m’aurait été précieuse, mais il n’est pas évident de le faire entrer dans la danse, c’est même complexe et il m’aurait fallu un sacré coup de chance. Ou bien tricher sans scrupules.

Allez, maintenant je retourne jouer, plus avec Watson cette fois-ci, mais avec Holmes et puis, si je me sens suicidaire, je me ferais bien Moriarty.

Me voici de nouveau face à quelques heures de jeu en perspective ! Quand je vous disait qu’on n’était pas volé… Mieux, vu que j’ai tout oublié des coupables des deux premiers tomes, je peux me les refaire aussi !

C’est que de l’amusement ces bédés dont je suis le héros !

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016), le Challenge « Polar Historique » de Sharon, le Challenge « Sherlock Holmes » de Lavinia sur Livraddict, le Challenge « Victorien » chez Camille, le Challenge « XIXème siècle » chez Netherfield Park et « A year in England » chez Titine.

BILAN - I-Love-Minion-Wallpaper - OK

CHALLENGE - Sherlock___Running_Wallpaper_by_draft624 Corrigé CHALLENGE - Thrillers et polars 2015-2016