Soleil de nuit : Jo Nesbø

Titre : Soleil de nuit

Auteur : Jo Nesbø
Édition : Gallimard (2016)

Résumé :
Chargé de recouvrer les dettes pour le Pêcheur, le trafiquant de drogue le plus puissant d’Oslo, Jon Hansen, succombe un jour à la tentation.

L’argent proposé par un homme qu’il est chargé de liquider permettrait peut-être de payer un traitement expérimental pour sa petite fille, atteinte de leucémie. En vain.

Trouvant refuge dans un village isolé du Finnmark, et alors qu’il est persuadé d’avoir tout perdu, Jon croise la route de Lea (dont le mari violent vient de disparaître en mer) et de son fils Knut.

Une rédemption est-elle possible ? Peut-on trahir impunément le Pêcheur ?

Critique : 
♫ J’irais bien refaire un tour du côté de chez Sames ♪ Relire mon premier roman qui me donnait rendez-vous… Chez les rennes ♫

Un récit qui se passe dans le grand Nord, au Finnmark, du côté de chez les Sames, moi, je ne refuse pas le voyage ! Mais promis, j’arrête de chanter.

Si le précédent opus de Jo Nesbø ne m’avait pas emballé, celui a eu l’effet inverse et m’a emmené loin dans le Finnmark, dans un petit village, sorte de trou du cul de la Norvège, en haut, à droite, collé à la Russie.

Jon Hansen, le personnage principal et narrateur, est devenu le recouvreur de dette – et liquidateur – du Pêcheur, un gros trafiquant de drogue déguisé en honnête marchand de poisson. S’il est frais son poisson ? Je ne sais pas… Mais je ne le lui demanderai pas !

Cet Ordralphabétix d’Oslo n’aime pas qu’on le roule, qu’on le baise, qu’on lui chie dans les bottes et vu que Jon a merdé grave parce que c’est ce qu’il vient de faire, notre marchand de poisson frais lui envoie son nouveau liquidateur.

Le récit n’est pas linéaire dans le temps : Jon nous raconte son histoire en faisant des aller-retour entre le passé et le présent, nous racontant sa petit vie, son ancien job, son nouveau et ce n’est qu’au fur et à mesure de son récit que nous aurons une parfaite vue d’ensemble.

Sa lutte pour échapper au tueur, sa cavale qui a tout lieu d’être sans issue et son échouage dans un village peuplé de bigots læstadien et de Sames athées. Un plaisir à lire.

Huis clos, humour, voie sans issue, Histoire (avec un grand H) du Finnmark au travers de son peuple, les Sames et de ceux qui ont vécu la guerre – certains ayant dû supporter les Allemands avant de devoir se farcir les Russes – des personnages attachants et une plume qui vous emporte pour un voyage au pays du soleil de minuit.

Oui, je me suis attachée à ce petit truand de Jon, à Léa, cette femme læstadienne qui a vécu en suivant le Verbe, prêché par son père et qui a épousé un homme brutal. Oui j’ai adoré aussi Knut, ce gamin de 10 ans, farceur et amitieux.

Oui, j’ai tremblé aussi et ce n’était pas de froid.

Une histoire passionnante, en quelques 224 pages, même si j’aurais aimé encore en lire plus sur cette région et sur ce peuple que j’avais découvert dans les romans d’Olivier Truk.

Une histoire qui vous happe pour un tour au pays des rennes et qui ne vous redéposera qu’une fois la dernière page tournée. J’ai encore plané un peu ensuite. Même si le scénario n’avait rien d’original, le tout était bien présenté et j’ai dévoré la chose.

Et le tout sans histoire d’amour guimauve ! Il y a de l’amour dans ces pages, mais ce n’est pas mielleux tout collant.

Étoile 4Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2015-2016) et le Challenge « Nordique 2016 » chez Mes chroniques Littéraires.
CHALLENGE - Nordique loups_scandinavie
Publicités

69 réflexions au sujet de « Soleil de nuit : Jo Nesbø »

  1. Voilà un endroit que j’aimerais bien voir un jour, ce bout du bout de la Norvège ! D’ailleurs as-tu lu Le livre de Dina d’Hegborg Wassmo (dans un tout autre genre), ça doit se passer là-bas aussi bien que l’endroit ne soit pas cité ainsi… Quant à Jo Nesbo, encore rien lu car je vois des avis toujours contradictoires et du coup je ne passe pas à l’acte ! Mais ça viendra ! 😀 Tu n’as pas mis tes étoiles ? 😆 Oui je fais ma Syl. aujourd’hui ! 😀 😀

    J'aime

  2. Mmouais… Les tueurs à gages ont une vie en dehors de leur job! Ils ont des soucis comme tout le monde ma brave dame! Et avec ça on oublierait presque que ce sont des criminels qui à l’époque de sa Graisseuse Majesté Gavée aux Afternoon Teas, finissaient pendus hauts et court parce que tout de même c’est vraiment pas bien de gagner sa vie en mettant un terme à celle des autres (sauf évidemment quand on est un bourreau appointé par un gouverne-et-ment).

    Decidement je trouve ce titre très optimiste car là où il s’agit de choisir entre le verre à moitié vide et le verre à moitié plein l’auteur voit le soleil la nuit là où il fait aussi nuit toute la journée (ou presque) le reste de l’année !

    Et oui chères amies de la Métaphore Poétique en Toc, n’est-ce pas là une évocation de la face cachée de la lune ou de la lumière qui peut aussi parfois habiter les ténèbres du cœur dur d’un criminel et que l’on peut appeler « l’amour »? Oui… La rédemption… La rédemption… Comme disait le Grand Inquisiteur Toqué-Fada, la rédemption ne s’obtient jamais qu’après un beau et édifiant bûcher précèdé de quelques heures d’interrogatoires musclés avec force brodequins, fers rouges, tenailles, et estrapades!

    L’amour ne suffit pas! Parlez en aux proches des victimes de ce type!

    D’ailleurs dans la tradition juive antique (cf le Livre de Job)… Cette petite fille payé par sa maladie le péché de son père… Donc en principe si on suit cette logique elle ne doit pas en réchapper! Mais bon… Je ne sais pas l’option que l’auteur a choisi ici et il ne m’appartient pas de la révéler!

    J’veux pas de problèmes avec Dame Belette! Trop peur qu’elle embauche ce type pour me zigouiller pour crime de lèse spoilage ! 😰

    Aimé par 1 personne

    • Mais bien sûr que les tueurs à gages ont une vie ! Ils pointent comme vous et moi, la preuve que j’ai une vie en plus de mon job de tueuse à gage, je suis sur le Net aussi ! Nous avons nos loisirs, madame !

      Mais au pays du soleil de minuit, là où il fait nuit durant 6 mois (j’ai perdu un ami musulman là-bas, il était en période de ramadan durant l’été…), il fait aussi soleil parfois toute la nuit ! J’ai perdu aussi un amant qui m’avait juré de me faire l’amour toute la nuit, il avait juste oublié qu’elle ferait 6 mois, notre nuit !

      Dans le roman, le tueur à gage n’avait du tueur que le nom… il manquait de couilles alors sa rédemption peut être à l’ordre du jour, mais je n’en dirai pas plus…

      Allez, je ne vais pas te passer à la question, ça fait trop mal… tu sais aussi bien que moi que le PAL, ça commence bien mais que ça finit si mal !

      J'aime

  3. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Avril 2016 | The Cannibal Lecteur

  4. Ping : Challenge Thriller et polar – session 2015-2016, bilan final | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s