Bilan Livresque Mensuel : Juillet 2015

BILAN - Sherlock A lu tout ça - OKJuin avait été gargantuesque, Juillet est revenu à la normale avec 11 romans lus (dont un pavé de 700 pages qui fut long et dur), 1 manga, 1 comics (relecture) et 9 bédés lues (dont 2 relues).

Le mois a commencé par un roman dont vous ne lirez jamais la chronique puisque je l’ai lâché à la page 80, n’avançant plus et ayant l’esprit qui s’échappait. Il s’agissait de Mourir la belle affaire d’Alfredo Noriega.

Impossible de rentrer dans l’histoire, le style décousu m’a rendue folle et après avoir lu la fin (my god, l’horreur absolue), j’ai laissé tomber le roman. Ça m’ennuie fortement parce que j’avais rencontré l’auteur à la Foire du Livre de Bruxelles et c’était un homme qui parlait bien. Je ne lui ferai pas l’insulte de dézinguer son roman que j’ai à peine lu.

C’est le cœur en berne que j’ai quitté l’Amérique du Sud (Équateur) pour mettre le cap (warf) sur l’Afrique et le Mali pour me sniffer quelques rails de coke avec Black Cocaïne de Laurent Guillaume (ICI). Le portrait du Mali est cash, brut de décoffrage, violent.

L’histoire ne perdra pas de temps en salamalecs inutiles, on rentre direct et on en sortira groggy, secoué, éprouvé après cette putain de bonne lecture !

Puisque j’étais sur le continent Africain, je me suis dit qu’il fallait en profiter pour lire Dust, de Sonja Delzongle (ICI). Hop, direction le Kenya pour savoir ce qu’il en est de ces étranges croix de sang tracées au sol. Le scénario est pas mal, mais l’héroïne est à chier, trop parfaite, trop intelligente.

Avec un sujet aussi important au menu, dans un décor rempli de misère, c’est malheureux d’avoir fait un roman aussi foireux. De bons ingrédients, un chaudron qui ne demande qu’à bouillir… Tout ça pour arriver à un résultat tel que ce que je viens de lire, c’est donner des perles aux cochons ! Et j’en suis la première peinée que le beau côtoie le médiocre.

Allez, cap sur l’Afrique du Sud (mwarf, cap sur Le Cap) pour La Tuerie d’Octobre de Wessel Ebersohn (ICI), un roman noir dont l’auteur fut souvent interdit de publication dans son pays (Coin Perdu Pour Mourir fut longtemps interdit en Afrique du Sud).

L’enquête est bien menée, les personnages, à la psychologie fouillée, m’ont entrainé dans une Afrique du Sud qui a mal et l’auteur m’a subjugué avec sa plume simple, mais efficace, perfide aussi, et qui a fait mouche sans sombrer dans le grandiloquent ou le n’importe nawak. Un roman noir « coup de poing » et un final « coup de pied dans le cul ».

À croire que mon Mois Anglais m’a perturbée au point de débuter juillet par un Mois Africain ! J’étais en Afrique du Sud, j’y suis restée pour Les Soldats de l’aube de Deon Meyer (ICI). Ce roman qui avait tout des airs d’un Derrick pépère se révèle plus profond que ce que j’avais pensé au début. Le suspense est présent, savamment dosé et le mystère ne sera dévoilé qu’à la fin des 7 jours d’enquêtes (on est en juillet 2002).

Les personnages sont au poil, avec un Zet qui a les manières d’un Rick Hunter – la précision de tir en moins – la sagacité d’un Sherlock et le caractère d’un ours mal léché qui aurait gagné Master Chef, vu la manière dont il nous mitonne des bons petits plats. Un régal !

Retour à Londres avec le manga Black Butler – Tome 19 de Yana Toboso (ICI). L’enquête sur les loups-garous de la forêt maudite continue et Ciel et Sebastian ne ménagent pas leur efforts, au point d’être touché par ce mal étrange eux aussi.

Festival bédé et holmésien ave Sherlock Holmes Society – Tome 1 – L’Affaire Keelodge de Sylvain Cordurié & Stéphane Bervas (ICI), incursion dans le monde des Nains – Tome 1 – Redwin de la forge de Nicolas Jarry & Pierre-Denis Goux (ICI) et retour à Londres ave Les Quatre de Baker Street – Tome 6 – L’Homme du Yard de Djian & Legrand (ICI). J’ai passé un super moment de lecture en passant de trois bédés différentes l’une de l’autre.

Voilà un roman qui n’a pas trainé sur les étagères !  Le carnaval des hyènes de Michaël Mention (ICI) est passé de suite à la casserole ! La plume est incisive, trempée dans l’encre du réalisme, dépouillée de tout artifices dont la télé nous a habituée.

Pied intégral en dévorant l’histoire et en me gavant de l’écriture de Michaël. Un grand moment de lecture et un pied magistral avec 220 pages.

Victorian Undead – Sherlock Holmes Vs zombies de Ian Edginton & Davidé Fabbri (ICI) est une relecture, mais je me régale à chaque fois de Sherlock Holmes mis face à des créatures qui ne sont plus vivantes. Le tout très joliment mis en dessins !

Van Helsing contre Jack l’Éventreur – Tome 1 – Tu as vu le Diable de Lamontagne & Radovic (ICI) est une relecture puisque j’avais acquis le tome 2. Il est toujours aussi super, décors au top, dialogues au poil, reconstitutions géniales.

Van Helsing contre Jack l’Éventreur – Tome 2 – La Belle de Crécy de Lamontagne & Reinhold (ICI) confirme tout le bien que j’avais déjà pensé du tome 1. Suspense, embrouilles, fausses-pistes… du pur bonheur !

Qui dit acquisition des tomes 11 et 12 dit relecture des 9 et 10 qui constituent le début de la nouvelle saga d’Arleston et Floch : Les naufragés d’Ythaq – Tome 9 – L’impossible vérité fut relu avec le Tome 10 – Nehorf capitol avant que je puisse me lancer dans les Tomes 11 – L’Haleine de l’Ogre et 12 – Les Clés du néant ! De l’humour, de la science-fiction, des personages attachants, qu’on aime, ou qu’on déteste, de l’action et des manoeuvres politiques. J’adore.

J’avais jamais osé ouvrir Simetierre de Stephen King et c’est grâce à une LC avec Stelphique (ICI) que j’ai osé le lire. Une lecture qui restera gravée dans mon âme, une lecture qui explore notre refus de voir disparaître ceux auxquels on tient le plus; que ce soit nos proches ou tout simplement nos compagnons à quatre pattes de notre enfance.

Encore un putain d’excellent bouquin du King du Maine !! (à ne pas confondre avec celui de Memphis).

Celui là, je l’ai cherché longtemps, tellement j’avais envie de le lire. Une fois acheté, il n’a pas trainé mais je suis un peu mitigée de ma lecture de Or Noir de Dominique Manotti (ICI). Le début fut laborieux et ce n’est que ensuite que j’ai trouvé ma vitesse de croisière. Eu raison de m’accrocher, mais ce ne fut pas facile.

La blogo en disait le plus grand bien (surtout certains potes) et ils avaient raison parce que La Fille du train de Paula Hawkins (ICI) avait tout pour me plaire. Un roman plus psychologique et profond que de la course-poursuite, une héroïne que j’aurais bien bastonnée, mais qui se révélera sur la fin. Fallit le temps qu’elle désoule !

Coup de cœur avec Papillon de nuit de R.J. Ellory (ICI) qui explore, aux travers les souvenirs de Daniel Ford, sa vie en Caroline du Sud avec son ami Noir, Nathan Vernet, alors que la déségrégation raciale venait à peine de commencer. Un roman noir mais aussi Blanc, un roman sombre mais éclairé, un roman carcéral mais libérateur, un roman fort mais doux, des émotions à m’en nouer les cou… les tripes et le coeur !

Laborieuse fut mon début de lecture avec Le pavillon des cancéreux d’Alexandre Soljenitsyne (À venir). L’échantillonnage est varié, on a des personnages issus de tous les milieux et se faisant soigner dans cet hôpital pour le cancer, à l’heure où la déstalinisation a commencée. Superbe, mais de grosses longueurs souvent !!

Bilan Livresque Juillet : 11 Romans, 1 Manga, 1 Comics et 9 Bédés = 22

  1. Mourir, la belle affaire : Alfredo Noriega
  2. Black Cocaïne : Laurent Guillaume
  3. Dust : Sonja Delzongle
  4. La Tuerie d’Octobre : Wessel Ebersohn
  5. Les Soldats de l’aube : Deon Meyer
  6. Black Butler – Tome 19 : Yana Toboso
  7. Sherlock Holmes Society – Tome 1 – L’Affaire Keelodge : Sylvain Cordurié & Stéphane Bervas
  8. Nains – Tome 1 – Redwin de la forge : Nicolas Jarry & Pierre-Denis Goux
  9. Les Quatre de Baker Street – Tome 6 – L’Homme du Yard : Djian & Legrand
  10. Le carnaval des hyènes : Michaël Mention
  11. Victorian Undead – Sherlock Holmes Vs zombies : Ian Edginton & Davidé Fabbri
  12. Van Helsing contre Jack l’Éventreur – Tome 1 – Tu as vu le Diable : Lamontagne & Radovic
  13. Van Helsing contre Jack l’Éventreur – Tome 2 – La Belle de Crécy : Lamontagne & Reinhold
  14. Les naufragés d’Ythaq – Tome 9 – L’impossible vérité : Arleston & Floch
  15. Les naufragés d’Ythaq – Tome 10 – Nehorf capitol : Arleston & Floch
  16. Les naufragés d’Ythaq – Tome 11 – L’Haleine de l’Ogre : Arleston & Floch
  17. Les naufragés d’Ythaq – Tome 12 – Les Clés du néant : Arleston & Floch
  18. Simetierre : Stephen King [LC avec Stelphique]
  19. Or Noir : Dominique Manotti
  20. La Fille du train : Paula Hawkins
  21. Papillon de nuit : R.J. Ellory
  22. Le pavillon des cancéreux : Alexandre Soljenitsyne

BILAN - Bananaaaah - OK

Advertisements

23 réflexions au sujet de « Bilan Livresque Mensuel : Juillet 2015 »

    • On peut dire aussi « jeter des perles aux pourceaux » ou « donner de la confiture à un cochon ». Je viens d’apprendre que c’était tiré de l’Expression tirée de l’Évangile selon saint Matthieu, chapitre 7, verset 6. Nous voilà plus cultivée !!

      J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s