Smoky : Will James

Titre : Smoky                                                                       big_5

Auteur : Will James
Édition : Actes Sud (2013)

Résumé :
Smoky évoque la vie d’un cheval dans les grands espaces du Nord-Ouest américain, au début du XXe siècle.

Particulièrement sauvage, il craint les hommes plus que tout.

Mais sa route croisera celle de Clint, un cow-boy qui saura gagner sa confiance et fera de lui l’un des meilleurs chevaux de ranch de l’époque.

Jusqu’au jour où Smoky est volé…

Petit plus : Merveilleuse histoire d’amour entre un homme et un cheval, Smoky est aussi un incomparable témoignage des traditions de l’Ouest américain.

Longtemps avant que la parole des nouveaux maîtres se soit fait entendre, Will James démontrait déjà à quel point la patience, le respect et l’amour permettent d’obtenir le meilleur d’un cheval.

Ce livre est un “classique” pour les amoureux des chevaux aux États-Unis. Publié pour la première fois en 1926, il a connu un succès immédiat et a toujours été édité depuis. Il n’a jamais été traduit en français jusqu’à ce jour.

L’une des plus belles histoires jamais racontées sur les chevaux.

Critique : 
Il est des chevaux qui vous marquent plus que d’autres, des chevaux qu’on oublie jamais. On a beau en avoir monté beaucoup, en avoir croisé des tas, et pourtant, comme le dit si bien Buck Brannaman : « Il y en a un, un jour, qui croise notre route, (…) ce cheval est unique ».

Ceux qui sortent du lot ne sont pas les plus gentils ou les plus faciles. Que du contraire, ce sont souvent les plus dangereux et les plus difficiles à monter qui ont toute notre attention, notre affection… Je vous le confirme. Celui que j’ai le plus aimé fut celui qui me mit par terre et qui manqua de me tuer plusieurs fois, mais jamais par méchanceté.

Ce qui est arrivé à Clint, débourreur professionnel de chevaux dans le ranch « Rocking R » lorsqu’il aperçu le cheval gris souris dans le corral, bon nombre de cavaliers l’ont ressentit. On le voit et on sait que c’est CE cheval là.

Clint est un débourreur qui sait qu’il ne faut pas « briser » un cheval, mais se faire accepter par lui. Ses méthodes sont douces, mais fermes et, entre lui et le cheval, naît tout doucement une amitié profonde. Tout dans le respect.

Le cheval gris souris sur lequel il a jeté son dévolu est baptisé Smoky, mais le lecteur le savait déjà puisqu’il a eu le bonheur de suivre le cheval depuis sa naissance jusqu’à son arrivée parmi les hommes du ranch, à l’âge de cinq ans afin d’être travaillé (même s’il y est déjà venu vers ses 6 mois, pour le marquage).

Petite particularité du récit, l’histoire de la vie du cheval est racontée de son point de vue, mais pas à la première personne. Ce petit artifice du narrateur donne un résultat plus que convaincant car l’auteur s’y connaissait en matière de chevaux, de leur mode de vie, il les avait vécu à leurs côtés et travaillé avec eux toute sa vie.

De plus, le roman est agrémenté par des dessins de l’auteur. Très bien fait, d’ailleurs !

Bien avant les nouvelles méthodes de dressage prônée par de grands cavaliers western, le cow-boy Clint sait que, grâce à sa patience et à sa douceur, il parviendra à ses fins avec Smoky.

Durant 5 ans, il va participer aux roundups (rassemblements des bêtes), monté sur Smoky à qui il apprend le métier. Et le cheval apprend vite, il aime ça et a confiance en son cavalier. Uniquement monté par Clint car il ne tolère personne d’autre. Smoky est un « one-man horse », « le cheval d’un seul homme ».

Si la première partie du texte qui voit grandir Smoky au milieu du troupeau est agréable à lire, la deuxième partie l’est tout autant car on voit le cheval progresser, sans que le récit soit monotone pour autant. Ça se dévore tout seul en une après-midi, d’un coup (290 pages).

Le pire survient lorsque Smoky est volé. Cette partie du récit est plus violente, elle fait mal au coeur du lecteur car Smoky devient une véritable machine à tuer. En perdant son cavalier et on tombant sur un homme sans pitié, quelques chose s’est cassé en lui.

La soumission du cheval, tout à la fin, est particulièrement poignante. J’en ai eu les larmes aux yeux.

Roman de grands espaces, il est plus à conseiller aux amoureux des chevaux, à ceux qui aiment les récit de « nature writing » ou les récits dans le genre de « L’appel de la forêt », « Croc-Blanc »… Pour les lecteurs incultes en matière de chevaux, il y a un petite glossaire à la fin pour mes mots que vous ne connaitriez pas.

Moi je l’ai dévoré avec un état d’esprit que peu auront car Smoky m’a fait penser au cheval qui m’a le plus marqué dans ma vie de cavalière.

C’était mon préféré, celui à qui j’ai tout appris, celui qui ne demandait qu’a apprendre de nouvelles figures, alors que les autres râlaient ferme dès qu’on leur demandait de placer leur tête.

C’était aussi le plus « chaud » en ballade, étant donné que c’était un entier (étalon non reproducteur). Le plus agressif avec les autres mâles, castrés ou non, le plus fougueux, le plus violent, celui qui a failli m’envoyer rejoindre mon Créateur, mais aussi celui qui arrivait au triple galop lorsque j’entrais dans la prairie.

Celui qui m’a laissé le plus grand vide lors de son départ vers d’autres pâturages, ceux qui sont éternels… Comme Clint, j’ai souffert de ce vide, mais Clint, lui, il a retrouvé son Smoky, moi, je n’en retrouverai jamais des comme lui.

Une belle lecture qui me laisse avec une grande douleur dans la mâchoire…

Quelques images plus bas pour que vous puissiez admirer la souplesse des chevaux de monte western.

Le « Challenge US » chez Noctembule,  le « Challenge Ma PAL fond au soleil – 2ème édition » chez Métaphore, « Il était une fois dans l’Ouest » chez The Cannibal Lecteur et « Ma Pedigree PAL – La PAL d’excellence » chez The Cannibal Lecteur.

INCLASS - 8b351cd905ae3fb9a4edb9e199260bb7-d643lwt INCLASS - 85726270.xRmSDaBN.IMG_5961a2 INCLASS - Cutting_b INCLASS - Cutting-Horse INCLASS - Cutting-Ms-Peppy-Cat

Publicités

14 réflexions au sujet de « Smoky : Will James »

    • Je te rassure, Smoky va couler des jours heureux… ma ponette était décédée trèèèès vieille, de sa belle mort, une autre de mes juments aussi, après une belle retraite dans les prés. Mais deux autres ce furent de maladie et là, ça fait triplement mal… 😦

      J'aime

        • ça fait mal à la gueule… 9 ans après, j’ai encore eu mal en écrivant ma chronique.

          Aaaah, mon beau salaud ! Il m’en a fait voir, mais curieusement, lorsque ma petite soeur avait dû monter dessus afin de ne pas se faire piquer par un bosquet d’orties (elle me suivait à vélo, moi j’avais des chaps, mais elle un short), donc, je l’avais fait monter sur mon entier pour passer les orties, qu’il a passé avec délicatesse, sans faire le zozo et ma soeur est restée dessus pour le retour. Elle avait dans les 13 ans et n’était pas une cavalière du tout. Il a marché avec douceur, sans rien faire, rênes longues.

          J'aime

  1. Ping : Bilan Livresque : Août 2014 | The Cannibal Lecteur

  2. Ping : Le challenge USA revient | 22h05 rue des Dames

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s