Les aventures de Mary Russell et Sherlock Holmes – Tome 1 – Sacrifier une reine : Laurie R. King

Titre : Les aventures de Mary Russell et SHerlock Holmes – Tome 1 – Sacrifier une reine

Auteur :  Laurie R. King
Édition : Michel Lafon (2003)

Résumé :
Mary Russell et Sherlock Holmes se croisent un jour de 1915 dans les collines du Sussex.

De leur rencontre – celle d’une jeune fille surdouée et solitaire et du génial détective qui a déserté Londres et sa criminalité galopante – naît le tandem le plus improbable d’Europe, et le plus redouté.

D’affaires insolites, en missions plus délicates, effectuées sur prière de la Couronne.

Le maître et l’élève se mesurent brillamment à des adversaires implacables.

Des espions, bien sûr, à la solde de la belliqueuse Allemagne, mais il apparaît vite que le Kaiser n’est pas leur ennemi le plus menaçant. Holmes et Russell sont contraints de fuir l’Angleterre dans l’espoir de démasquer celui – ou celle – qui, dans l’ombre, a résolu de les tuer.

Critique :
Attention, amis lecteurs, ce livre est une petite arnaque pour les collectionneurs qui, comme moi, traquent les pastiches holmésiens à travers les bouquineries librairies…

Pourquoi ? Parce que tout simplement, ce n’est que la ré-édition du livre intitulé « Sherlock Holmes et l’apicultrice », mais avec un nouveau titre plus chouette, plus mystérieux, plus anarchiste (sacrifier une reine…), une couverture plus colorée, plus attirante.

Bref, ne tombez pas dans le panneau comme moi et bien d’autres…

« Oh, un nouveau livre de Laurie King, chouette »… m’entends-je encore dire avec des trémolos de plaisir dans ma voix suave. Tu parles, c’est le même que celui que je possédais déjà et que j’avais déjà lu !!

Non, je n’avais pas bu des mojitos ce jour là (et je n’étais pas en manque de kawa), mais il y avait quelques années d’écart entre les deux opus et voilà pourquoi je m’y étais laisser prendre.

Au bout de quelques pages, j’avais ressenti une sensation de « déjà lu » et pour cause…

J’ai fait la critique sous son autre appellation sur Babelio, mais pour ceux qui ont la flemme d’aller voir, je la colle juste ici en dessous :

Ouh, quel bonheur en tombant sur ce livre ! Holmes a pris sa retraite, certes, mais il croise la route d’une jeune fille qu’il prendra au départ pour un jeune homme.

Elle est jeune, intrépide, orpheline, et en a marre de sa tante. La voilà partie dans les enquêtes avec un Holmes souffrant de rhumatismes.

J’aurais aimé plus… il manque quelques petites choses pour faire de ce premier roman une œuvre réussie.

Le roman comportant plusieurs enquêtes, cela lui permet de na pas stagner dans des enquêtes trop longues. Mais, a contrario, celui donne parfois au roman une sensation de brouillon, comme si l’auteur avait groupé quelques histoires et fait en sorte de leur donner une suite.

Malgré tout, j’avais bien aimé ce roman, même si, dans l’absolu, la différence d’âge était trop forte entre Holmes et Mary Russel.

Autre point négatif : la quasi absence de Watson et lorsqu’il est présent, nous avons face à nous un Watson débile profond. Hors Watson est tout sauf un crétin, il est un homme à l’intellect normal, il est docteur, tout de même, c’est juste que Holmes surpasse tout le monde.

Dans le livre, même un poisson rouge aurait l’air plus intelligent que ce pauvre docteur Watson, décidément bien malmené dans les pastiches ou les films.

Quand je pense que j’avais envie depuis des années que les pastiches de Laurie King soient traduits, afin de découvrir un Sherlock Holmes marié (j’avais acheté en V.O « The Moor » parce que mon pauvre anglais m’avait fait comprendre qu’il était marié), et bien, je vous jure que j’ai déchanté grave sa mère en string de guerre sur l’autoroute !

Ah oui, ne me demandez pas si dans le Sussex elle lui a sucé le sexe… Mais je doute que la demoiselle fume la pipe ou le cigare…

Publicités

44 réflexions au sujet de « Les aventures de Mary Russell et Sherlock Holmes – Tome 1 – Sacrifier une reine : Laurie R. King »

  1. Houuuuuuu! 😲 Aux chiottes!!!!! 😡 C’est nuuuuul! 😖 Remboursez!!! Quelle arnaque! 😤 Houuuuuuu!

    Et encore… je ne sais pas écrire le bruit d’un sifflement strident !🤮

    En plus n’est ce pas Miss Anybref qui nous disait que la nouvelle comparse de Holmes était une vraie tête à claques? 🤨

    Et ben ma PAL ne grossira pas aujourd’hui! Na! 😖

    Aimé par 1 personne

    • Si, elle le disait, elle avait raison, je le savais d’avance puisque lu la première édition et déjà elle m’avait tapé un peu sur le système nerveux !

      Dire que je rêvais que cette auteure soit traduite en français depuis que j’avais lu au verso d’un de ses livres en VO le mot « married » entre Holmes et Mary Russell…. j’me boufferais, moi, des fois !

      J'aime

    • Mouais, sans doute une critique de l’auteure (mdr) ou d’une personne payée par elle, ou d’une personne qui a aimé le roman, ma foi, faut de tout et tous les goûts sont dans la nature… Y’en a bien qui ont aimé « merci pour ces 50 nuances de twoilette » ! 😆

      J'aime

        • L’horreur intersidérale mal écrite, mal scénarisée qui a fait gagner des pépèttes à son auteur !! Alors, je me demande si la recette pour devenir riche n’est pas d’écrire de la merde littéraire qui plaira à la majorité ! 😀

          J'aime

            • Et Toquéfada déboulera avec ses pieux en frêne, des litres d’eau bénite, des gousses d’ail, ses crucifix et son sabre à décapitation pour faire la misère aux ados vampires qu’il prendra à réviser le kamasutra dans un même cercueil planqué au fin fond d’une cave puante!

              Et après ça se termine par un grand feu de joie!

              Et moi je me pâme et tombe dans les bras de Toqué en soupirant: « Ahhh… mon héros ! »

              Alors je sentis sa main remonter vers ma poitrine frémissante et tandis que…

              – Et alors?

              Zorro est arrivéhéhé… Sans s’presserhéhé! Le grand Zorro! Le Beau Zorro! Avec sa cape et son grand chapeau! 😂🤣😂

              Aimé par 1 personne

              • Tu l’as appelé Zorro, son machin à lui ?

                Les femmes de Chirac, Eltsine, Clinton, Blair, Berlusconni et Bouteflika parlent de sexe en l’absence de leurs maris :
                — Savez-vous comment on appelle le sexe de l’homme en Russie ? demande Mme Eltsine. On l’appelle le partisan, car on ne sait jamais si il va attaquer par devant ou par derrière.
                — Chez nous, en Angleterre, dit l’épouse de Tony Blair, on l’appelle le gentleman, parce qu’il se lève devant les dames !
                — Dans notre pays, sussure madame Clinton, on le nomme la courtoisie car il se lève devant les dames.
                — En Italie, dit Mme Berlusconi, on l’appelle le rideau car il se lève avant l’acte et se baisse après l’acte.
                — Et bien, en Algérie, nous le nommons entre nous le terroriste, car il tire un coup et s’enfuit après, dit madame Bouteflika.
                — Eh bien! dit Mme Chirac, en France, on l’appelle la rumeur car il circule de bouche en bouche !

                J'aime

              • Mais je te le rendrai après la séance de fouettage, parce que je suis une mchante fille, je te jure ! Je dis pas mes prières avant d’aller au dodo, et j’ai accompli le péché de chair avant mariage !!

                J'aime

            • Ida : punaise je vais l’attendre avec impatience…mais depeche d’y mettre un brevet lala…les idees sont des tresors qui se volent…lol

              Belette: oh punaise la totale, le diable est ton oncle a ce point-la et belzebuth ton cousin ?

              Aimé par 1 personne

            • Le pitch :

              Une jeune fille (qui se croit – c’est vrai mais elle ignore l’identité de ses parents défunts ) orpheline arrive dans un nouveau lycée où elle peine à être populaire car elle n’est pas blonde et trop cultivée et intelligente… La capitaine des pompiers girls qui s´est fait invitée à une partouze gothique et qui n’a pas envie d’y aller file le flyer d’entrée à notre héroïne qui s’y rend sans savoir de quoi il s´agit croyant que c’est juste une soirée où elle retrouvera la bande des cools du lycée (les pétasses et les bêlatres)… Sauf que c’est pas ça et qu’elle se laisse séduire par un type… puis un autre… que ça devient chaud… qu’on en fait une vampire parce que les mecs trouvent qu’elle est très cochonne et que c’est bien d’en avoir une toujours dispo dans une meute…

              Elle leur propose de faire un tour dans son lycée pour faire les provisions… et ça tombe le soir du bal de fin d’année et que ça devient un carnage…

              Et c’est là que Toquéfada l’oncle caché de l’héroïne arrive pour buter les méchants et espérer sauver l’âme immortelle de sa nièce…

              Aimé par 1 personne

            • haha ouii l’epaisseur des capotes…lol…tout change….;)
              mais j’avais lu quelque part que la difference entre un erotique et un porno est la presence d’un scenario…mdr….lol

              J'aime

  2. Ping : Bilan Livresque Mensuel – Novembre 2017 | The Cannibal Lecteur

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.