Transmetropolitan – Tome 5 – Année 5 : Warren Ellis & Darick Robertson

Titre : Transmetropolitan – Tome 5 – Année 5

Scénariste : Warren Ellis
Dessinateur : Darick Robertson

Édition : Urban Comics Editions (2015)

Résumé :
Rien ne va plus pour Spider Jerusalem. Il vient de perdre son boulot et tout ce qu’il lui restait, une infection du cerveau en phase terminale vient de lui être diagnostiquée et le Président des États-Unis en personne n’a rien d’autre à faire que de lancer une horde d’assassins à ses trousses.

Pour autant, le journaliste hors-la-loi n’en perd pas son large sourire jubilatoire.

Ses sordides assistantes viennent de mettre la main sur un indice de poids capable de prouver la corruption et les meurtres perpétrés par le chef de l’État. Spider a la Vérité pour alliée, et rien d’autre ne compte.

transmetropolitan-annee-5-3Critique :
♫ Et voilà, c’est fini ♪ ♫ Ne sois jamais amer, reste toujours sincère ♪ (1)

Dernier volume de cette saga dantesque, cette série trash qui m’a emmené là où aucune autre auparavant ne m’avais emmenée.

J’avais hâte de lire le dernier album et pas trop envie parce que je savais qu’après celui-ci, je ne lirais plus jamais les enquêtes journalistiques de Spider Jerusalem, le journaliste le plus déjanté, le plus drogué, le plus fumeur, le plus buveur, le plus vulgaire, le plus colérique, le plus misanthrope, le plus athée et le plus barré que la planète ait jamais connu.

Durant 4 albums, j’ai suivi Spider dans son travail de journaliste gonzo, dans sa recherche de la Vérité et je dois vous dire qu’on atteint les plus hauts niveaux dans le cynisme, le sadisme, la misanthropie, les drogues, les clopes, l’alcool, les insultes, le refus de l’autorité, le bafouement des règles, le tabassage, ou l’utilisation intensive d’armes prohibées dont le terrible Agitateur d’Intestins (dont les réglages de base sont diarrhée liquide et prolapsus, ainsi que divers réglages plus fantaisistes tels que « volcan intestinal » ou « horreur intestinale innommable »).

Si Spider affectionne tant cette arme, en dépit de son illégalité, c’est qu’elle est non-létale, humiliante et intraçable. Et putain, moi aussi je voudrais la même !!

Franchement, tu sais ce que c’est, le pire, dans cette saga ? C’est que c’est lui le gentil !! Oui, c’est Spider Jerusalem le gentil… Et ça, ça m’en bouchera toujours un coin.

Dernière ligne droite donc, avec un Spider malade, un Spider qui cherche ses mots mais qui, aidé de ses deux sordides assistantes, veut mettre un point (poing ?) d’honneur à faire virer le président Gary Callahan, alias Le Sourire et à dénoncer toutes ses magouilles et les meurtres qu’il a commis durant sa campagne (et après).

Le dernier tome ne nous laisse pas le temps de dormir sur nos lauriers, le président multipliant les exactions, avec l’aide des flics et après avoir muselé toutes les chaines d’infos.

Les dessins sont toujours superbes, les détails aussi (faut s’amuser à tout repérer dans les dessins de Darick Robertson) et le scénario ne se barre jamais en couilles (pas comme la santé de Spider).

Un final sous haute-tension, je vous le dis. Tous les coups sont permis et Spider Jerusalem a franchi une nouvelle étape dans sa recherche de la vérité à tout prix. Si, c’était encore possible d’aller plus loin…

L’auteur continue de mettre le doigt là où ça fait mal, c’est-à-dire sur les travers de notre société et dénonce aussi les mécanismes de récupération des multiples tragédies que le gouvernement utilise à des fins de communication positive.

Quand ce n’est pas la programmation même d’une catastrophe dans le but de la récupérer politiquement, tout en se débarrassant de certains quartiers et des pauvres gens qui y vivaient.

Les dernières pages sont consacrées à des extraits des différents articles que Spider Jerusalem a écrit pour le journal « The Word ». Des courts paragraphes de texte, le tout illustré par des pleines pages dont chacune est réalisée par un artiste différent.

Une saga dont je suis contente d’avoir découverte et qui fera partie de mes indispensables car elle m’a emmenée là où aucune autre n’avait osée le faire, le tout en restant réaliste dans les événements survenus, même si nous étions dans un Futur où j’espère ne jamais vivre.

Un gros coup de coeur général pour les 5 volumes qui compose Transmetropolitan.

Étoile 4

(1) Voilà C’est Fini – Jean-Louis Aubert

Challenge « Thrillers et polars » de Sharon (2016-2017) et Le « Challenge US 2016-2017 » chez Noctembule.

BILAN - Coup de coeur

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

9 réflexions au sujet de « Transmetropolitan – Tome 5 – Année 5 : Warren Ellis & Darick Robertson »

  1. Ben sinon il y a quand même Noël qui approche, et les aventures de Spider Jerusalem, ça a une autre gueule dans les sabots que l’intégrale de Muvy ou Lusso, ou qu’un service à thé avec des petits chats, ou qu’un abonnement à Bein Sport …
    Moi je les ai, et je ne vais pas tarder à les mettre dans les paluches de mon grand, et j’ai déjà perverti quelques copains, et je ne vais pas m’arrêter là !
    Maintenant tu peux y aller, tu es mure pour Preacher !

    J'aime

  2. Ping : Bilan du challenge Polar et Thriller | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s