Coin perdu pour mourir : Wessel Ebersohn [Yudel Gordon – 1]

Titre : Coin perdu pour mourir

Auteur : Wessel Ebersohn
Édition : Payot et Rivages (02/09/1994)
Édition Originale : A lonely place to die (1979)
Traducteur : Nathalie Godard

Résumé :
Le fils d’un politicien important meurt après avoir mangé des champignons vénéneux. Un domestique noir, qui a manifestement perdu la raison, est inculpé.

Mais Yudel Gordon, le psychiatre de la prison, refuse cette version des évènements. Pour prouver l’innocence du simple d’esprit, il se rend dans une ville reculée de province afin d’interroger des parents et des amis de la victime, ainsi que la presse locale. Il doit alors faire face à un milieu hostile, effrayant, meurtrier.

Longtemps interdit en Afrique du Sud, Coin perdu pour mourir a pour héros Yudel Gordon, un psychiatre attaché à l’autorité judiciaire, découvert dans « La nuit divisée » et retrouvé dans « Le cercle fermé ».

Critique :
Tous les champignons sont comestibles, certains une fois seulement (© Coluche).

Et c’est ce qui est arrivé à petit patron Marthinus : tout le monde au repas à mangé des champignons et lui seul est mort empoissonné.

Si le coupable est tout trouvé, Yudel Gordon, le psychiatre de la prison, trouve que le profil ne correspond pas, car Muskiet n’a pas l’eau et le gaz à tous les étages, de plus, c’est un impulsif, pas un type qui prémédite un crime avec du poison.

Alors, notre psychiatre va enfourcher sa tenue de détective et se rendre à Middelspruit. Si vous voulez savoir où elle se trouve, c’est en Afrique du Sud, le pays de l’Apartheid.

— Le jour avant que petit patron Marthinus est mort je vois Muskiet au kraal du bétail. Muskiet, son visage est gros comme si on l’a tapé. “Muskiet, qu’est-ce qui se passe ?” je dis. Muskiet me dit : “Anna, il m’a frappé encore. Le vieux patron Marthinus il me frappe jamais. Je veux pas que ce maudit crétin me frappe. Je le tue. Il croit que Muskiet est l’idiot. Je le tue.”

Yudel est Blanc et Muskiet Lesoro est Noir, c’était un kaffir. La victime était le fils de Marthinus Pretorius, l’employeur de Muskiet, un Afrikaner. Yudel est juif aussi… Je pense que tout est dit.

À la lecture de ce livre, je peux comprendre qu’il ait été interdit en Afrique du Sud (publié en 1979) car il démontre le côté patriarcal de cette société où on écoute la voix de l’ordre établi et où, comme à l’armée, les inférieurs aiment faire sentir aux plus inférieurs qu’eux, leur petite supériorité.

Quand on vivait, comme eux, dans une société patriarcale, quand on y avait grandi, on écoutait la voix de l’ordre établi, on emboîtait le pas au membre du Parlement, au dignitaire de l’Église, à son officier supérieur ou au premier venu installé une marche plus haut sur l’échelle sociale. On ne remettait jamais en question le point de vue de ceux du dessus, et on n’oubliait jamais sa place dans la hiérarchie. On ne laissait jamais non plus ceux d’en dessous oublier la leur.

— Ne t’inquiète pas, ils savent reconnaître l’autorité quand ils la voient. Comme tu me l’as toujours fait remarquer, on vit dans une société patriarcale.

Dans ce genre de roman noir, le crime n’est qu’un prétexte pour nous décrire le mode de fonctionnement de la société, pour nous expliquer les hiérarchies, pour nous démontrer que la corruption gangrène le tout et que la loi de l’Homme Blanc est plus forte que celle du pauvre Homme Noir.

C’était un phénomène fâcheux, qui voulait que les crimes commis par les gens de votre bord soient toujours moins odieux que ceux des autres. En poussant le raisonnement à l’extrême, on arrivait à dire que les gens de son propre groupe n’avaient jamais tort. Freek semblait vouloir justifier cette mini-vague de terreur. Qu’on n’ait arrêté personne ne paraissait pas le troubler. Si les choses se calmaient, on oublierait et tout irait bien. Les catholiques auraient peut-être dû bâtir leur monastère ailleurs, là où ils étaient les bienvenus.

Que la loi des flics est celle qui prévaut et que si Yudel tente d’y échapper, il risque de se faire tirer les bretelles, et méchamment en plus.

— Vous ferez ce que je vous dirai de faire. Et n’essayez pas de me faire passer pour un abruti.
— Pas la peine, sergent, vous vous en sortez très bien tout seul.
— Ne jouez pas au con, cria le sergent, ou je vous embarque, putain ! J’en ai rien à foutre que vous travailliez pour le Bureau des prisons. Pour moi c’est de la merde.
— Si vous savez qui je suis, pourquoi m’avoir demandé mon nom ? Et ne vous vantez pas, sergent, vous n’allez pas m’arrêter. 
Face à l’aplomb de Yudel, qui laissait supposer des appuis en haut lieu, l’assurance et la fureur du sergent commençaient à s’évanouir.

De tous les côtés on lui mettra des bâtons dans les roues et il lui faudra beaucoup de pugnacité pour mener cette enquête à bien. J’avais capté avant lui, mais cela n’a rien enlevé de mon plaisir, puisque j’étais prises dans les rets de cette société horrible qu’est celle de l’apartheid.

Entre autres, il y avait le fait indéniable que les lois du pays et l’efficacité sans relâche des forces de police veillaient à ce qu’aucun Noir ne dépasse les limites. S’il le faisait, on lui démontrait aussitôt son erreur et il l’oubliait rarement.

Ici, les Blancs, les Afrikaners, refusent la moindre avancée des droits civiques pour la population Noire. Des droits ? Et puis quoi encore ? Ici, tuer un Afrikaner est un crime, tuer un Noir ne l’est pas. Quant à tuer un psychiatre Juif, ce ne serait pas grand mal non plus, juste un simple homicide.

Tuer un Afrikaner était un crime. Tuer un Juif, rien de plus qu’un vulgaire homicide. Mais N’Kosana était noir. Le tuer ne correspondait à aucun crime défini.

L’auteur balance du lourd, trempe sa plume dans l’acide et rajoute une couche en nous parlant du Boere Nasie, cette organisation visiblement engendrée par un besoin névrotique de pouvoir, ou par la peur de le perdre, car une fois qu’on a le pouvoir et le dessus sur les autres, on aimerait pas qu’il nous chipe des doigts et se retrouver sous la botte de ceux que l’on nommait « inférieur » avant.

Ils m’ont fait penser à ces américains qui ont voté pour Trump parce qu’ils ont peur de ces étrangers qui réussissent mieux qu’eux ou les enfants, que ce soit à l’école ou dans la vie professionnelle.

Ce roman a beau dater de 1979, je l’ai trouvé très juste dans son analyse qui s’applique toujours à notre époque, même si, depuis, l’Afrique du Sud a eu un président Noir et les États-Unis aussi.

La fonction du Ku Klux Klan dans le sud des États-Unis était implicite, dans le mécanisme étatique de l’Afrique du Sud. Les Blancs rétrogrades ne s’étaient jamais sentis menacés au point de former une telle organisation. Ils se reposaient sur la certitude que le pouvoir et l’autorité se dressaient entre eux et les hordes noires.

Yudel savait qu’il n’y avait pas plus borné qu’un fanatique qui croyait sincèrement en sa cause – et pour cette raison, pas plus dangereux.

Un roman noir fort, puissant, qui décrit avec précision le système en vigueur en Afrique du Sud, surtout dans les petites villes où l’apartheid était encore plus prononcé, où les Noirs partaient bosser très tôt le matin, rentraient tard le soir, éreintés à force de courber l’échine, et où ils n’avaient pas le droit de se trouver au-delà d’une certaine heure dans les quartiers des Blancs.

[…] la certitude que tout ce qui était noir aurait déblayé les rues de Middelspruit pour Phontomol avant le couvre-feu de neuf heures.

Un schéma sud-africain classique. Pas une ville qui n’ait sa banlieue noire. Sans elle, où le magasin trouverait-il son livreur, le dépôt de charbon son ouvrier, ou Mrs van Schalkwyck sa bonne ?

Un auteur et un roman noir à découvrir, ne fut-ce que pour frémir et s’enrichir afin de ne jamais reproduire cela.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (2017-2018), Le Challenge « Les Irréguliers de Baker Street » repris par Belette [The Cannibal Lecteur] et sur le forum de Livraddict (N°19 Figure jaune- Livre à couverture dominante jaune) et le Mois du polar (Février 2018) chez Sharon.

Publicités

14 réflexions au sujet de « Coin perdu pour mourir : Wessel Ebersohn [Yudel Gordon – 1] »

  1. Pour cette lecture, je vais passer mon tour, mais j’adore tes trouvailles d’hier et d’aujourd’hui. C’est que j’adore ce toi, on ne sait jamais ce qu’on va lire!
    Ah et cette citation de Coluche, j’étais morte de rire….

    J'aime

  2. Humm… J’hésite… 🤔 Tu sais que j’adoooore les histoires de psys qui enquêtent quand l’auteur s’est réellement documenté et sort d’un enfilage de clichés pas bien maîtrisés. Et rares sont ceux qui sortent du lot. Je suis souvent déçue… 🤓 Mais… En plus … L’Afrique du Sud, l’Appartheid, la misère et toussa toussa c’est pas franchement le back ground distrayant que je cherche quand je lis. Comme tu sais je travail dans le social en banlieue difficile et la misère, le racisme, le désespoir… c’est mon quotidien et retrouver ça dans les livres que je lis justement pour me changer les idées… bof! 😱 En fait… je n’hésite plus. Ce sera non merci. 😬

    J'aime

  3. quand je lis empoissonnement par champignon je pense toujours a ce fameux episode de « brie comte robert »…et cela faisait rire…mais lala pas du tout…oui cela reste dramatique en afrique du sud….il n’y a malheureusement qu’un Nelson Mandela….helas….un sacre livre noir…

    J'aime

  4. Ping : Le mois du polar 2018, c’est parti et c’est ici ! | deslivresetsharon

  5. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Février 2018 | The Cannibal Lecteur

  6. Ping : Mois du polar février 2018, le bilan | deslivresetsharon

  7. Ping : Bilan du Mois du Polar chez Sharon (Février 2018) | The Cannibal Lecteur

  8. Ping : Bilan provisoire du challenge polar et thriller 2017-2018 | deslivresetsharon

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.