Commissaire Montalbano – 06 – La démission de Montalbano : Andrea Camilleri

Titre : Commissaire Montalbano – 06 – La démission de Montalbano

Auteur : Andrea Camilleri
Édition : Pocket (2013)
Édition Originale : Gli arancini di Montalbano (1999)
Traduction : Serge Quadruppani

Résumé :
N’écoutant que son devoir, un berger, de son téléphone portable, alerte la police : il vient de découvrir dans un bunker abandonné le cadavre d’une femme.

Comme toujours dans les récits de Camilleri, il ne faut pas se fier aux apparences, ce berger a sans doute quelque mobile caché, et c’est tant mieux.

Ainsi commence l’une des histoires auxquelles le commissaire Montalbano nous convie ici, entre dégustation d’arancini et de rougets, méditation sur la plage et accès de mauvaise humeur météorologique.

Une fois de plus, Montalbano se régale à mener l’enquête au sein des pittoresques habitants de Vigàta, ce bourg imaginaire de Sicile orientale rendu bien réel pour des millions de lecteurs sous la plume d’Andrea Camilleri.

Critique :
Comme promis, après le mauvais temps de la ville de Londres en 1380, je me suis envolée pour le soleil de Vigàta, en Sicile. Pas de chance, lors de la première nouvelle, il pleuvait !

Le format des nouvelles va comme un gant au commissaire Montalbano, ne donnant jamais l’impression qu’on n’en a pas eu assez.

La première nouvelle n’est pas une enquête à proprement parler, c’est un mystère mystérieux qu’on a soumis à la sagacité du commissaire. Plus un épisode de la vie qu’autre chose.

Par contre, ensuite, nous avons des vrais petites enquêtes, dont pour certaines, j’avais trouvé la solution avant le commissaire. Ok, je ne chanterai pas trop fort, il me dépasse pour tout puisque lui, il trouve toujours la solution.

Ce qui est plaisant, dans les Montalbano, ce sont les personnages, hauts en couleurs (ah, Catarella !), les descriptions de la vie de tous les jours, les petits mystères que le commissaire veut toujours résoudre et qui, bien souvent, commencent de manière très bizarre, comme avec cet homme qui conserve tout… Oui, tout !

La traduction du titre en français est différente de l’originale puisque en V.I (version italienne), on parle d’arancini (boules de riz panées, farcies de mozzarella et de sauce bolognaise et cuitent dans la friteuse) et c’est un met que j’adore (je m’en suis faite péter lors de mon voyage en Sicile).

En fait, la démission de Montalbano n’en est pas vraiment une… Dans une des nouvelles, on a un meurtre violent, beaucoup de sang, éviscération et cannibalisme… Heu, on est dans un Montalbano, là ? Notre commissaire va briser le 4ème mur et sonner les cloches à son auteur. Oui, moyen. La seule qui m’a moins plu.

Lire un Montalbano, c’est une lecture reposante, agréable, une sorte de doudou pour les moments où l’on n’a pas le moral, pas envie de lire autre chose.

Montalbano, il a un caractère entier, c’est un personnage hors norme, mais l’auteur a fait en sorte qu’il partage la vedette avec ses adjoints, dont certains sont pirsonnellement en pirsonne plus grave que d’autres. Catarella bien entendu. Mimi est le dragueur de ces dames et Fazio a le complexe de l’état civil.

L’autre avantage de Montalbano, c’est qu’il ne court pas, qu’il prend le temps de réfléchir en mangeant à toutes les bonnes tables du coin, faisant honneur à la cuisine sicilienne et notamment aux poissons.

Le plus gros bémol de cette série, c’est que le village de Vigàta n’existe pas, donc, la tratoria San Calogero non plus et santa madonna, jamais je ne pourrai aller y déguster les mets exquis que le commissaire s’enfile !!!

Là-dessus, pour noyer mon chagrin, il ne me reste plus qu’à me suicider en dégustant une pizza Buitoni à la bactérie E.coli, le tout recouverte de lazagnes hennissante de chez Findus (viande en provenance de Veviba, à Libramont ?) et en dessert, je me ferai une overdose de Kinder Surprise et autres Choco-Beurk de l’usine Ferrero d’Arlon, parfumés à la salmonelle.

Si avec tous ces scandales alimentaires, je ne trépasse pas, alors c’est que je suis costaude !

Un conseil, mangez du Montalbano, c’est bien plus sain ! Encore un roman qui chante la Sicile, avec des petites enquêtes intelligentes, surprenantes, agréables à lire, amusantes et remplie de poésie.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) [Lecture N°201].

16 réflexions au sujet de « Commissaire Montalbano – 06 – La démission de Montalbano : Andrea Camilleri »

  1. On parle de bouffe ??? 🤤
    J’en veux! 😁 Et je lui interdis formellement de démissionner !!! 🤨

    Non mais… c’est que tu vas me le rendre sympa ce commissaire que je ne connais que de nom grâce à toi (une fois de plus!). J’ai le prétendent volume dont tu as parlé dans ma PAL parce que c’est un ensemble de petites nouvelles (donc plus facile pour attaquer comme avec Holmes!)… mais là tu vas finir par aggraver la ruine de ma famille (mes enfants entrent en études supérieures l’an prochain!!!) en m’obligeant à commander toute la collection à ma libraire!!! Ma libraire qui te remercie au passage! Grâce à toi et un peu à moi elle a pu changer de voiture il paraît ! 🥳

    Aimé par 1 personne

    • Je n’en doute pas un seul instant, il me semble qu’elle ait acheté une grosse bagnole, en plus, grâce à toi ! 😆

      C’est aussi un recueil de nouvelles, faciles, amusantes, plaisantes, avec du mystère… Bon, il serait temps que ta libraire me refile du fric pour tout ce que je lui fais gagner comme pognon 🙂

      J’aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.