Back Up : Paul Colize

Titre : Back Up                                                           big_5

Auteur : Paul Colize
Édition : Manufacture De Livres (2012) / Folio (2013)

Résumé :
Quel rapport entre la mort en 1967 des musiciens du groupe de rock Pearl Harbor et un SDF renversé par une voiture à Bruxelles en 2010 ? Lorsque l’homme se réveille sur un lit d’hôpital, il est victime du Locked-in Syndrome, incapable de bouger et de communiquer.

Pour comprendre ce qui lui est arrivé, il tente de reconstituer le puzzle de sa vie. Des caves enfumées de Paris, Londres et Berlin, où se croisent les Beatles, les Stones, Clapton et les Who, à l’enfer du Vietnam, il se souvient de l’effervescence et de la folie des années 1960, quand tout a commencé…

Critique : 
Comment arriver à vous parler de ce livre qui vient de m’emporter au bon vieux temps du rock’n roll ? Exercice peu évident, je dois bien vous l’avouer, parce que je ne sais pas par quoi commencer pour vous parler de ce livre qui été une super belle découverte… Un premier coup de cœur de l’année 2014.

Bon, je vais commencer par vous parler de ces trois histoires parallèles qui, telle la DeLorean du docteur Emmet Brown, m’ont fait voyager dans le temps, les récits alternant entre les années 50, les sixties et 2010.

1. En 1967 à Berlin, les membres d’un obscur groupe de rock – Pearl Harbor – sont assassinés les uns après les autres : meurtres maquillés en accidents, suicides,… Déjà, ça titille ma curiosité parce qu’une fois, c’est un accident, deux fois, c’est une coïncidence, trois fois, ça pue… Alors quatre morts !

2. En 2010, un SDF est renversé par une voiture devant la gare du Midi à Bruxelles. Gravement touché, entièrement paralysé, il est victime du Locked-in syndrome (syndrome d’enfermement). Il est juste capable de cligner des yeux, mais il semble refuser de répondre aux questions.

Il est classé sous X-Midi. Tout ce qu’on sait, c’est qu’il avait un mystérieux « A20P7 » écrit sur une main.

3. On suit son histoire au travers ses souvenirs.

À présent, il faut que je me prépare, que je remonte le cours des évènements. J’expliquerai à Dieu le pourquoi de ces morts. Il comprendra que c’est le destin qui m’a envoyé dans cette cave à Berlin en cette nuit d’apocalypse.

Dès le départ, on sent bien qu’il va y avoir un moment où les histoires de 1967 et de 2010 vont se télescoper et qu’on saura enfin le rapport entre ces deux affaires.

Le télescopage se fera en douceur, l’histoire se construisant pierre par pierre, mais ce fut « waw ». Impossible à lâcher.

Maintenant, je sais ce qu’est un Back Up dans le monde de la musique et je sais aussi qu’un simple geste, un simple truc, peut tout faire changer… Dans ce cas-ci, ce ne fut pas un changement en bien.

Parlons ensuite de la plume de Paul Colize, qui,  sans être ronflante, sans chercher à nous épater par ses connaissances, nous emporte avec un style bien à lui. Un style au-dessus de la moyenne, je trouve. Je ressors de ma lecture avec un bagage culturel plus fourni.

Venons-en à la construction du récit : les changements d’époque sont bien trouvé, bien orchestrés, mais on saute dans les époques parfois tellement vite que je n’avais pas le temps de m’adapter et il me fallait quelques secondes pour reprendre mes esprits et me dire que là, j’étais dans les sixties ou, dans les 2010… Broutille !

Malgré tout ces sauts temporels, le récit garde sa cohérence, il forme un tout. L’auteur a écrit son opéra, et, tel un chef d’orchestre, il supervise le tout, développant son histoire sans se presser, tout en gardant le suspense, tout en nous appâtant.

Un roman fort parce que, merde, c’est tout l’histoire d’une génération qui est décrite dans une partie du roman ! Et d’une manière des plus agréable à lire.

Par contre, ceux qui veulent de l’action qui crépite, allez voir ailleurs, ici, on prend le temps de suivre les pensées de X-Midi qui revit toute son enfance, sa jeunesse des années 50 avec la naissance du rock et sa découverte, son service militaire, qu’il ne fera pas et son exil à Paris, avant de passer à Londres.

« Nous sommes rentrés à la maison avec le disque de Chuck Berry. Ma mère a déclaré qu’elle n’allait rien rapporter à mon père, qu’elle lui raconterait que j’étais invité chez un copain samedi après-midi et que nous écouterions le disque le jeudi suivant […] Nous avons déposé le disque et enclenché le mécanisme.
Dès les premiers accords, un fourmillement a parcouru mon corps. J’ai ressenti une irrésistible envie de me lever, de bouger, de gesticuler, de remuer mon cul et tout ce qu’il y avait moyen de remuer. Je ne comprenais pas pourquoi ces quelques notes provoquaient un tel effet. C’était ça le rock’n’roll. J’ai monté le volume. La guitare de Chuck m’emportait. Ma mère s’est mise, elle aussi, à remuer le derrière. Mon frère est arrivé, l’air ébahi, en se demandant ce qui se passait. Il s’en est mêlé.
Nous nous sommes retrouvés tous les trois au milieu du salon, à danser comme des sauvages. Nous avons poussé le volume au maximum. Nous riions, nous criions, nous en avions mal au ventre. Ce jour-là, le rock est entré dans ma vie pour ne plus en sortir. De cet après-midi-là, je garde l’un des plus beaux souvenirs de ma vie. Maman dans sa si jolie robe jaune qui dansait le rock’n’roll en riant aux éclats ».

Un roman sombre. Ce livre, c’est… Dingue ! Voilà le mot que je cherchais. La vie de ce type dont nous ne savons pas le nom au départ est tout simplement dingue, riche en rencontres musicales et en prise de substances illicites en tout genre.

« Nous passions notre temps à faire du rock, à parler de rock, à boire, à fumer, à avaler des centaines de pilules. C’était futile et destructeur. Avec le recul, je garde pourtant de cette période la sensation que j’étais devenu moi-même ».

« Mon état de délabrement empirait de jour en jour. Mon âme avait suivi la déchéance de mon corps, mon corps avait suivi la ruine de mon âme. Mon pessimisme obscurcissait mes jours, mes érections se faisaient rares et laborieuses. Mes matins triomphants avaient fait place à des midis désenchantés ».

Sans oublier un brin de sexe…

« Lucy n’était pas une pute, mais pour quelques livres, elle acceptait de faire une fellation, rien de plus. La première fois que je suis allé la trouver, elle a pris mon sexe entre ses mains et a sifflé longuement. Elle a dit que membré comme je l’étais, elle allait devoir exiger un double tarif. Elle a prétendu que n’importe quel homme pouvait séduire n’importe quelle femme, pour autant qu’il ait un peu d’humour ou une bite de trente centimètres ».

« Ses pitreries terminées, elle prenait une gorgée de thé brûlant et prenait mon sexe dans sa bouche. L’effet était prodigieux, je parvenais à l’orgasme en quelques minutes. Quand j’éjaculais, elle comprimait mon gland entre ses seins et récoltait mon sperme dans ses mains ».

« Le jour de mes vingt ans, elle m’a gardé dans sa bouche et a avalé ma semence. Elle n’a pas réclamé d’argent et m’a demandé de rester avec elle. Je ne m’étais pas rendu compte avant ce moment que notre relation avait pris un tour nouveau ».

Durant la lecture, j’ai côtoyé du beau linge : les Beatles, les Rolling Stones, Clapton, avec qui j’ai fait quelques riffs de guitare…

Moi qui aime le rock et les chanteurs des années 60, c’était le pied. Bien que ce ne soit pas ma génération, ma mère avait pour habitude d’écouter à la radio l’émission « Les Vieux Machin » qui ne passait que des vieux standards du rock, des chansons des années 60-70 (sur Radio 21, si je me souviens bien). Bref, j’en connais un morceau !

Niveau personnages aussi, ce livre est bien fourni. Notre narrateur malgré lui est un jeune homme attachant, malgré toutes ses erreurs et ses errements. Ses amis rencontrés aussi, j’ai eu un faible pour le jeune Birkin (rien à voir avec la chanteuse).

Au final ? Un sacré cocktail de rock, drogues, alcool, complot, guerre du Vietnam… Un polar noir qui prend le temps de se développer mais qui vous accroche direct.

Une fois en main, impossible de lâcher !

Challenge « Thrillers et polars » de Liliba (2013-2014) et challenge Lire « À Tous Prix » chez Asphodèle.

Prix Saint-Maur du polar en poche 2013, Catégorie Polars.

Publicités

33 réflexions au sujet de « Back Up : Paul Colize »

  1. Toi tu as failli ne pas trouvé tes mots ?? c’est dire comme ce roman t’a touché 😉
    Oh que je l’attendais cette chronique ! Ce bouquin est l’un des plus importants de ces dernières années pour moi, et Paul Colize LA révélation de 2013, avec ce livre et Un long moment de silence.
    moi aussi je suis touché, touché par ta chronique et trop content 😉

    J'aime

    • Son livre m’a touché, très fort, mais bon, je vais pas leur dire que j’ai eu les larmes aux yeux, parfois ! Non, mais…

      Oui, je ne trouvais pas mes mots pour l’intro, un peu comme pour Shining dont je ne savais pas comment commencer, alors que j’avais l’intro de docteur Sleep que je n’avais pas encore commencé à lire 😀

      Je te remercie de me l’avoir fait découvert, pour le moment, je passe du bon temps avec Yeruldelgger (sans regarder !!) et je me suis éclatée avec Giebel.

      Saint Internet qui m’a fait découvrir des gens biens, qui ont bon goût et qui n’hésitent pas à partager… je prends mon pied en lisant, moi !!

      Je ne pense pas que je toucherai les gens avec ma chronique autant que j’ai été touchée par le livre.

      Mais au fait, notre Dominique du livre… Non ! C’est pas gentil de la part de mon compatriote ! 👿

      J'aime

        • Merci, mais bon, ma réputation pourrait en souffrir… je suis le Cannibal, tout de même !

          Si tu envoies un mail à monsieur Colize, dis lui tout le bien que je pense de son livre ! 😉

          J'aime

            • Oui, il a twetté le lien et m’a remercié, merde, c’est à moi à dire « merci » pour un tel roman ! 😀

              J’ai pris mon pied… heu, littéraire, hein, chouchou, je ne te trompe pas !! Moi et monsieur Colize, ont a rien fait ! (puisqu’il lit mes comm à l’insu de mon plein gré !)

              J'aime

            • Ok, je vais passer le lire dès que j’aurai branché le FB !

              Moi qui pensait que tu avais la preuve qu’il me lisait en cachette… 😀

              J'aime

    • Chuuut, personne ne dois savoir, j’ai une réputation à tenir, moi !! Je m’émeus parfois, mais je ne crie pas sur tout les toits, bon, ici, on est entre nous… 😉

      Comme le chantait Lara Fabian : « je t’émeus, je t’émeus »

      J'aime

  2. Et bien je ne sais pas quand je le lirai mais il m’intéresse !
    Une histoire qui touche, de la musique de mon époque et roman noir. Voilà des ingrédients qui me plaisent.
    Y’a que l’auteur qui ne me plait pas des masses, un à priori sans doute puisque je ne le connais pas.
    Mais … au diable l’auteur, c’est le contenu de « Back up » qui compte.

    J'aime

    • Moi, tu sais, les auteurs, vu que je ne les croise jamais, je m’intéresse seulement à leurs romans et à ce qu’ils font passer dedans, ce que je ressens.

      N’ayant pas gardé les vaches avec lui, je sais juste que c’est un compatriote, point barre.

      Les ingrédients étaient là pour me faire passer de bons moments et comme ils étaient bien cuisinés, j’ai tout mangé comme une grande vorace !

      Pour le moment, Yeruldelgger me fait passer un bon moment aussi, mais je refuse de boire du thé au beurre salé !

      J'aime

    • Musique de ton époque ? Oh, tu es plus âgée que moi, bichette ?? Ce n’était pas mon époque, plus cette de mes parents, mais la radio est un bon biberon ! 😉

      J’ai un faible pour les Rolling et ma mère aussi… sans se concerter ! Mais j’aime aussi les Beatles, elle, un peu moins, hormis les grands classiques.

      Tiens, le même post deux fois ?? Pas grave ! 😀

      J'aime

    • Plus que ! J’aime que l’on me surprenne dans mes lectures, être emmenée là où je n’ai jamais été. Vu le grand nombre de polars que j’ai déjà lu, j’ai tout vu, presque ! 😀

      Mais il y a toujours matière à me surprendre !!

      J'aime

  3. J’ai adoré ce roman ! Il faut dire que je suis une fan de la musique de cette période, alors la bande-son que j’entendais à la lecture de ce roman m’a plus qu’emballée 🙂 Je l’ai offert à mon frère, un guitariste, et il a bien kiffé ^^

    J'aime

    • D’ailleurs, je replonge en enfance parce que je n’avais jamais pensé à écouter la radio sur mon PC : classis 21 diffuse pour le moment « monday monday » des mamas and papas…

      Et voilà « san fransisco »… je vais prendre mon pied musical après le littéraire, moi 😉 Trop fan de cette période qui n’est pourtant pas la mienne…

      J'aime

  4. Quand j’ai commencé à lite tes première citations, je me suis dit : « putain (oui des fois quand je me parle à moi-même, je peux être vulgaire), putain, ce livre pourrait être fait pour moi ! »
    Et puis, je découvre le rock’n roll. Alors, let’s go, baby, je me dis… Il est vraiment fait pour moi !

    J'aime

    • Moi aussi quand je me parle, je peux être vulgaire, parfois même j’ose me traiter d’imbécile ! C’est te dire…

      Oui, il est fait pour toi, il t’ira comme un gant 😉 Laisse-toi aller, si les ventes montent de 10 exemplaires suite à ma chronique, l’auteur me paye un pack de 6 Westvleteren !! 😀

      J'aime

  5. J’ai beaucoup aimé ce livre aussi…Il m’a fait un peu moins d’effet qu’à toi mais j’ai été happée par cette lecture! Le suivant est dans ma Pal…Hâte de le découvrir!!!!

    J'aime

  6. J’ai vraiment adoré ce livre ! l’histoire, l’ambiance, les personnages tout est génial. La couverture est originale et travaillée, ce qui ne gâche rien 😉

    J'aime

  7. Ce livre est dans ma PAL, j’ai beaucoup hésité à le prendre, mais tu me donnes envie de m’y mettre. mais la priorité sera à tes coups de coeurs 2013 que j’ai trouvés, car là tu m’as vraiment fait très envie.

    J'aime

    • Ah, moi aussi je donne envie ! 😀 Pour une fois, ce n’est pas chez moi que la PAL monte…

      Back up est génial, mais ceci est mon avis…

      Bonnes lectures et j’espère que tu auras des coups de coeur aussi 😉

      J'aime

  8. Sex Drug & Rock&Roll, une recette qui a fait ses preuves mais si tu as eu les larmes au yeux, là ça m’intéresse !!! Pas la peine de te cacher, t’as les yeux encore tout z’humides !!! Je ne connais pas l’auteur (contrairement à notre Yvon national qui les poursuit avec son micro à la main -boutade hein-^^) mais tu m’agaces, je n’avais pas envie de noter, j’ai trois polars qui sont tombés dans ma PAL en janvier sans que je ne demande rien alors je ne m’en sors pas !!! Et j’ai trop envie de les lire en plus mais pas assez de temps, je vais me mettre un contrôle parental sur mon FB pour ne plus y aller, car c’est le Diable là-bas, on sait quand on arrive, on ne sait pas quand on en sort et on ne voit pas le temps passer ! Bref, je te raconte ma vie mais il faut bien que je justifie ma réputation de bavarde !!! 😆 Ha oui, on peut dire à l’auteur qu’un groupe de rock qui choisit de s’appeler Pear Harbor, non mais vraiment, c’est couru qu’il va à sa perte ou qu’il va rester obscur longtemps !!! Sinon, j’ai bien envie de côtoyer les Stones et les Beatles, alors je note quand même…pour 2015 maintenant !!!
    Ha au fait, tu ne me laisses plus tes liens pour le challenge ? C’est nouveau ça ??? 🙄 Il faut que je vienne les chercher le fouet à la main ??? Il me semble avoir eu Shining en ping, je repasserai, pour celui-ci c’est bon, j’ai copié, yapluka coller !!!! Gare à la punition Dame Belette, ça sent le bonnet d’âne, ça sent !!! 😀

    J'aime

    • OH my god !! J’ai oublié d’envoyer les liens !! Sorry, scusi, per favor, 😀 Dingue, j’ai trop de trucs à penser et voilà que j’oublie la moitié de mes jeunes et que je vais me faire fouetter… chouette 😉

      En fait, Pearl Harbor, c’était de l’ironie. Les américains basés en Allemagne pensaient que c’était pour leur rendre hommage, mais en fait, non !! Pour se foutre de leur gueule ! 😀

      Le polar est noir, il est bon, il est corsé, on côtoie du beau linge (si on aime le rock, of course) et on s’ennuie pas.

      Oui, j’ai été z’émue, ma réputation de dur-à-cuire va en pâtir, je le sens !!

      Moi aussi j’ai des tas de livres à lire et je sais que je vais jamais y arriver, mais je m’en fiche, c’est addictif et j’adore acheter des livres.

      FB est terrible ! Ma PAL a encore bondi plus en avant qu’avec Babelio et les blogs (et surtout à cause de Yvan le Terrible, celui qui poursuit tout le monde, micro à la main : excellente, celle-là !!). En plus, sur FB, je me suis faites plein de petits copains et copines avec qui je me marre comme une baleine ! 😀

      Seulement trois polars dans ta PAL ??? Rhôôôo, mais on va de suite remédier à tout cela…

      Sur ce coup là, tu as plus causé que moi… allez, tricotez-moi un bonnet d’âne, je le mérite !!! 😀

      J'aime

    • Si tu manges des chicons, que tu essuies tes pieds sur un torchon mais ta vaisselle avec un essuie de vaisselle, ma foi, nous serions du pays du Grand Jacques que cela ne m’étonnerais point.

      Cite-moi le nom de notre Premier et celui de notre « enfin, j’ai attendu longtemps » roi et tu auras réussi l’examen du belge, une fois. 😀

      Colize est un de nos compatriotes en plus !!

      J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s