Golgotha – Tome 1 – L’arène des maudits : Alcante et Enrique Breccia

Titre : Golgotha – Tome 1 – L’arène des maudits

Scénariste : Alcante
Dessinateur : Enrique Breccia

Édition : Soleil (17/03/2021)

Résumé :
Un gladiateur déchu, en quête de vengeance… Un prisonnier mystérieux, détenteur d’un incroyable secret… Un enfant, innocent et maltraité… Trois destins liés à un mythique forteresse qui fait trembler Rome : Golgotha !

Critique :
Un gladiateur déchu, moi, je pense de suite à Russell Crowe, sexy tout plein en jupette, qui a défié un empire dans la reine… Heu, dans l’arène !

Pas de Maximus dans l’arène, mais un Lucius. Un grand gladiateur invaincu, mais en moins sexy que celui du film.

La faute à des dessins qui donnent à la plupart des visages des airs de freaks.

Oui, les dessins étaient spéciaux, j’ai hésité longuement devant eux, mn verdict sera que je n’en suis pas fan, surtout au niveau des visages.

Qui dit gladiateurs, dit combats et pour le dernier combat de Lucius, on ne peut pas dire que le dessinateur se soit foulé le poignet : on ne voit rien ! Comme si, dans un film d’action, au moment le plus important, le cadreur visait les pieds.

À tel point qu’on se demande bien comment Lucius met le guerrier Numide par terre (lui aurait-il parler sèchement, au Numide ?), ni c’est vraiment lui qui semble sortir vainqueur du duel… Là, je suis sortie frustrée de ces scènes de combat.

Se déroulant à Pompeï, en 64 ap. J.C. (on leur dit qu’en 79 il y aura une éruption du Vésuve ?) ce récit commence de la manière la plus classique qu’il soit avec des trahisons et des envies de vengeance. Rien de neuf sous le soleil, donc.

Là où le scénario devient intrigant, c’est avec la présence d’une copie de Jésus de Nazareth (ou est-ce le vrai qui ne nous le dit pas) et de l’élément fantastique, alors que jusqu’à présent, nous étions les pieds sur terre.

Comme pour le Golgotha, on ne sait pas trop où il se trouve (à Rome, oui, mais où ?), ni à quoi il sert vraiment, puisque les dernières cases de cet album se terminent sur l’arrivée de Lucius devant ses portes.

Après la lecture de ce premier tome, je ne sais deviner comment les destins de l’ancien gladiateur Lucius va rejoindre celui d’Eliakim (la copie de Jésus) ou celui du gamin maltraité, même si pour ce dernier, ce sera plus facile (mais saura-t-il qui il est ?).

Une lecture sans trop de prise de tête, beaucoup de mystères et de questions sans réponses pour le moment. En espérant que nous ayons des réponses dans le tome suivant et que tout cela ne parte pas en sucette, comme j’ai déjà fait l’amère expérience ailleurs.

Je demande à lire la suite, ma curiosité est piquée.

Le Challenge « Les textes courts » chez Mes Promenades Culturelles II (Lydia B – 54 pages).

9 réflexions au sujet de « Golgotha – Tome 1 – L’arène des maudits : Alcante et Enrique Breccia »

  1. Ping : Bilan Livresque Mensuel : Août 2021 | The Cannibal Lecteur

  2. Toqué s’étouffe de rage! Le Golgotha, lieux dit « du crâne » est à Jerusalem! On y crucifiait les condamnés à mort dont le Christ… Transplanter le Golgotha à Rome sachant que c’est pas un nom d’origine latine c’est une idiotie… une hérésie… et on prend le lecteur juste pour un con. D’emblée je suis contre! Je jette l’anathème sur cette bédé! Je la mets à l’index au nom de la Culture, de la Géographie et du Bon Goût ! Amène!😡

    Aimé par 1 personne

    • Justement, dans la bédé, on croise une sorte de type qui a tout l’air d’un Christ, qui sait rester des jours et des jours sans boire, sans manger et qu’une épée qui le traverse ne tue pas… On n’est plus à ça près 😆

      N’avait-on pas un Gogoth dans Goldorak ??

      Pour ton index, tu le mets où tu veux…. je sors 😉

      J'aime

      • Tous les ennemis de Goldorak étaient des Golgoths ou éventuellement plus rarement des Antéraks.

        Je suggère que les zérétiks qui font apparaître Jesus à Rome se prennent un index de Golgoth où je pense !!!

        Aimé par 1 personne

        • Ça va sentir mauvais, tous ces index dans le cul ! PTDR
          Pi Jésus, il va où il veut, tel le vent qui souffle où il veut (vas-y, chante) et toi, tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d’où il vient, mais tu ne sais pas où il va, le vent… ♫ (c’est tout ce qu’il me reste de mes années d’obligation d’aller à l’église. 😆

          Me souvenais plus des Antérak, tu as une meilleure mémoire que moi 😉

          J'aime

          • Normal! Je devais épouser Actarus, mais ça s’est pas fait… il sentait des pieds et j’aimais pas… alors de dépit il est retourné sur Euphore… 🙄

            Quoi??? Moi? Une mytho? Mais demandez lui!!! Il confirmera! 😡 Merde quoi! Personne me croit jamais!😤

            Aimé par 1 personne

            • Bah, tu ne lui suces pas les pieds, en principe, alors, vaut mieux ça que la teub qui sent !

              Bon, je sors de suite, moi…. Je me serais bien tapée Albator et Alcor, le frangin d’Actarus, on aurait pu être belles-sœurs !

              J'aime

C'est à votre tour d'écrire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.